Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 Chains of Fate : I will always find you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Chains of Fate : I will always find you   Jeu 3 Mar - 12:54



Chains of Fate


Les bas quartiers … Ulrick aimait beaucoup cette partie de là de la ville mais il n'était pas ici par loisirs aujourd'hui. Il était venu pour acquérir des informations et au final il avait bien fait de passer par cette taverne. En sortant de l'établissement peu recommandable, il inspira l'air du début de la nuit pour se donner du courage. Les odeurs du gin, du tabac et du parfum bon marché emplissaient l'air et lui donnaient un peu la nausée mais encore une fois, ce n'était pas sa principale préoccupation.
Voilà trois jours, Yvan était censé rejoindre Luscka au Gobelin Rouge – un bar des bas quartiers qui organisait des combats clandestins. Les duels étaient interdits selon la loi du Comte depuis bientôt mille ans parce que les jeunes nobles avaient tendance à se battre pour un oui ou pour un non – mais Yvan n'était jamais venu à leur rendez-vous et n'avait pas donné signe de vie non plus.
A tort, Lucska avait d'abord accusé Sir Taesch de l'avoir enlevé mais le métamorphe n'avait bien sûr rien à voir avec tout ça. L'assassin avait Yvan depuis la veille au soir, avec Luscka mais leurs pistes avaient été infructueuses. Ulrick avait décidé de son côté de fouiller ses relations de voleur et il s'était avéré qu'un de ses 'amis' avait entendu parler de cet enlèvement. Apparemment, un serveur s'était vanté d'avoir battu Yvan von Dast.
Il s'était rendu dans la taverne de ce fameux serveur – qui embaumait une odeur désagréable de chili con carne - et l'avait menacer de lui inoculer un poison si fort que ses yeux se liquéfierait en un rien de temps. Heureusement, le serveur n'avait pas vraiment de courage et il lui déballa tout un truc qui n'avait pas beaucoup de sens. Le journal d'Honorus ? Comme si quelqu'un pouvait savoir ça ? Le type était crevé depuis dix mille ans et Ulrick n'avait même pas connaissance que ce type avait tenu un journal.
Bon, maintenant qu'il savait à peu près où était Yvan, il avait besoin d'aide. Il était un très bon assassin mais il n'était pas de taille à infiltrer un groupe armé tout seul s'il y avait besoin.
Il était donc retourné au château pour trouver Luscka et Taesch mais ils étaient introuvables. Selon Théophile, ils étaient sortis précipitamment et 'Monsieur Condé a même oublié sa montre'. Ulrick observa sa montre à gousset en soupirant. Taesch ne se séparait jamais de cet objet, ils avaient peut-être une piste sérieuse. Ils se retrouveraient peut-être là bas. Mais dans le doute, il ne pouvait se rendre seul dans les tunnels.
Toujours habillé de sa tenue d'assassin – un pantalon en cuir très noir et très serré qui lui permettait des mouvements libres, une veste serrée toute aussi noire dont le col remontant jusque sur son nez et une grande cape dotée d'une capuche qui masquait bien son visage quand il le fallait, Théophile ne l'avait même pas reconnu comme étant le prince Ulrick – il se fondit dans les ombres jusqu'à la chambre de Lucie.
Sans frapper, il pénétra dans la pièce et sourit doucement. Lucie était la seule à être ici. En rabattant sa capuche sur l'arrière et en retirant son cache nez, il leva ses mains gantées de noir en l'air pour lui signifier qu'il ne lui voulait aucun mal. Il ébouriffa ses cheveux avant de s'avancer vers elle. Ses yeux étaient bordés de noir mais elle ne pouvait que l'avoir reconnu.
“Bonsoir Cicie. Je suis sûre que tu as entendu parler de la disparition d'Yvan. Je sais où il peut être retenu prisonnier – oh je ne pensais pas dire ça un jour de lui – mais je ne peux y aller seul. Je m'en voudrais de te mettre en danger mais … je dois voir la vérité en face. Tu es excellente dans ton domaine et je ne peux me rendre seul là bas. Accepteras-tu de venir avec moi ? ”
Il prit sa main en souriant. Il avait envie de la serrer contre lui mais le moment n'était pas bon pour cela. Plus tard peut-être quand ils auraient libéré leur grand frère et qu'ils seraient de retour au château à siroter un chocolat chaud. Avec des guimauves dedans.
La nuit était encore jeune et s'ils étaient assez rapides, Yvan pourrait dormir dans son lit ce soir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse de Glace
Messages : 42
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Chains of Fate : I will always find you   Ven 4 Mar - 12:42




« Tu as raison, nous rien fait de mal, il suffit de garder ça pour nous. »



Après avoir passé un long moment à se morfondre et avoir versé quelques larmes, Lucie se sentait épuisée. Moralement et physiquement. Alors qu'elle songeait à partir se perdre en pleine forêt pour se changer les idées et laisser aller sa colère ainsi que sa frustration sans que personne n'en soit témoin, elle avait failli changer d'avis. Au moment où son calice lui avait fait ses adieux, elle avait réalisé qu'elle ne pourrait se séparer de lui aussi facilement. Mais alors qu'elle se retournait pour venir se serrer contre lui et lui murmurer de rester, Wish disparaissait par sa fenêtre. La princesse n'avait pas osé le poursuivre, ça aurait été une erreur, et ils avaient tous les deux besoin de réfléchir. Dans quelques jours elle partirait à sa recherche et exigerait de lui qu'il reste au château, d'ici là elle aurait eu le temps de réfléchir à ce qu'elle voulait exactement et aurait la tête froide. Et elle espérait que lui aussi ait réfléchi, qui  sait, peut-être qu'un miracle arriverait et tout s'arrangerait pour eux, elle avait le droit d'espérer.

Elle avait regardé la silhouette de Wish disparaître au fur et à mesure qu'il s'éloignait et s'était couchée, seule. Son lit lui paraissait bien trop grand à présent, et froid. Elle avait étouffé un cri de rage dans l'oreiller en plumes, versé quelques larmes et s'était finalement endormie, fatiguée. L'envie de partir loin s'était estompée, quand elle se réveillerait elle irait passer un peu de temps avec Ulrick pour penser à autre chose. Il avait un don pour lui faire oublier ses soucis.

Lucie se réveilla peu de temps après s'être endormie. Pas parce-qu'elle n'avait plus sommeil, mais c'était comme si son instinct lui avait hurlé que quelque chose n'allait pas. Et à peine avait-elle repris conscience de son environnement qu'elle avait ressenti une présence intruse dans la pièce. Elle se retourna vivement et laissa échapper un hoquet de surprise en constatant que c'était son frère, qui était loin d'être habillé comme à son habitude. La princesse desserra les poings et quitta les draps toujours aussi frais pour s'asseoir au bord du lit.
Ulrick ne lui laissa pas le temps de poser des questions et lui expliqua la raison de sa venue. Yvan... Yvan avait disparu ? Etait-il réellement en train de parler de leur aîné, de l'un des vampires les plus craints de Gothik City ? Non, elle n'était pas du tout au courant, mais elle réussit à masquer sa surprise. Elle devait absolument se reprendre et ne pas laisser les événements récents l'affaiblir, son frère était bien plus important.

« Je viens avec toi, j'espère que tu sais par où nous pourrions commencer pour le chercher. »

Le prince aimait plaisanter parfois, mais si il pensait que leur grand-frère avait disparu, c'est que quelque chose n'allait vraiment pas. Pourquoi toutes ces choses devaient-elles arriver en même temps ? Pourvu que rien de grave ne lui soit arrivé.
Lucie se déshabilla en se dirigeant vers une armoire différente de celle où elle rangeait ses robes habituelles. Celle-ci était plus petite et faite d'un bois très sombre, faite pour recevoir les vêtements qu'elle portait pour la chasse où les situations plus sérieuses. Y compris sa paire de chaussures préférées. Elle enfila rapidement une robe bustier taillée dans un cuir noir, coupée sur les côtés pour lui offrir une liberté de mouvement. Elle prit aussi une paire de gants faits dans la même matière mais relativement fins, récupéra quelques lames qu'elle avait empoisonnées et qu'elle dissimula dans les petites poches du vêtements. Après avoir chaussé des bottes qui lui montaient jusqu'à mi-cuisse et qui avaient des lames affûtées en guise de talons, elle rejoint son frère et le serra dans ses bras pour leur donner du courage. Elle doutait que des amateurs aient pu s'en prendre à Yvan.

« Par où commençons nous ? »

Elle se sentait affreusement mal, quelques mois plus tôt elle aurait été la première au courant d'une chose pareille. Et elle aurait peut-être même déjà une piste. Mais la fatigue accumulée de Modernis, et tout ce qu'elle avait vécu ces derniers temps l'avaient déconcentré et fait presque fait perdre ses moyens. Mais elle allait se rattraper. Ils allaient récupérer leur aîné et s'occuper de ceux qui avaient osé poser la main sur lui.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 83
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Chains of Fate : I will always find you   Mar 8 Mar - 17:27

P
remière nuit

Yvan se réveilla, hagard et nauséeux. Rarement il s'était senti aussi mal, même l'endroit où on l'avait frappé pour l'assommer le lancer. Sa bouche était étrangement pâteuse, avec un goût métallique sur sa langue sèche. Ses yeux fatigués s'ouvrirent lentement et il crut tout d'abord être devenu aveugle. Puis, petit à petit, ses pupilles de vampire percèrent l'obscurité grâce à un très mince rai de lumière qui filtrait autour d'une porte. Celle-ci se trouvait loin de lui, derrière des barreaux, qui, constata-t-il rapidement, s'alignaient presque tout autour de lui. La cage était scellée contre un mur de roche creusée à coups de pioches, sous la ville. Il reconnaissait parfaitement la pierre pour avoir observé les travaux des égouts organisés par son père, au début du millénaire.
Yvan essaya de bouger, mais sans succès. Ses poignets et ses chevilles étaient maintenus fermement contre les roches, par des liens d'acier qu'il ne parvenait même pas à faire trembler. Au bout de plusieurs minutes, il capitula et baissa la tête. Des cheveux sales et rêches lui tombèrent devant les yeux. A ses pieds, le sol était souillé de sang. Son sang, devina-t-il aisément. Cela expliquait facilement la raison de sa faiblesse extrême. Il avait été saigné, jusqu'à ce qu'il ne lui reste presque plus de force. Juste de quoi éviter de mourir. Donc, qui que soient les gens qui avaient eu le culot de l'enlever, ils voulaient obtenir quelque chose de lui.

Sur cette pensée, la porte de sa geôle s'ouvrit bruyamment et la flamme d'une torche apparut dans l'entrée. Un homme, de petite taille, la portait. Son visage était entièrement masqué d'un tissu noir opaque et il se déplaçait avec l'élégance d'un félin, vêtu d'un ensemble sombre qui collait parfaitement à son corps, comme une seconde peau. Yvan le foudroya du regard alors qu'il se rapprochait des barreaux. Une voix glaciale, éraillée comme si on avait malmené ses cordes vocales, s'éleva.

« Vous tenez bien le coup, prince Yvan. C'est parfait. »

S'il n'avait pas eu la gorge aussi sèche, il lui aurait probablement craché à la figure. Un silence s'ensuivit, durant lequel la flamme de la torche vacilla sous l'effet d'un courant d'air qu'Yvan ne sentait pas.

« Où est-ce ?
-Ta paire de couilles ? Tu as cherché dans les jupes de ta mère ? »

Yvan avait atrocement mal à la gorge d'avoir parlé, il avait l'impression d'avoir avalé une poignée de cailloux aux arêtes tranchantes. Mais il ne regrettait rien.

« Le journal d'Honorus ? Où est-il ? »

Yvan pinça les lèvres, déterminé à se taire. De toute façon, il n'avait aucune idée de la réponse à cette question. Finalement, son geôlier ouvrit la cage et se faufila derrière les barreaux, après avoir déposé la torche dans un emplacement pourvu à cet effet, dans le mur. Il se rapprocha du prince et fit surgir une petite clef rouillée de quelque part. Yvan banda ses muscles, prêt à agir. Il attendit d'entendre le quatrième déclic de ses menottes et prit appui sur le sol pour bondir sur l'homme masqué. Au lieu de cela, il s'effondra comme un chiffon à terre, les muscles tiraillés par la douleur et incapables de lui obéir. Même sa tête lui faisait atrocement mal et sa vision était devenue trouble. Il avait besoin de manger quelque chose.

« Ce n'est pas grave. On a tout notre temps. Il n'est même pas encore arrivé. »

L'homme partit, sans oublier de refermer le loquet de la cage. Yvan était affalé sur le sol et sa position lui permettait tout juste de regarder la lueur de la torche s'éloigner, puis disparaître quand la porte en bois claqua. Une poignée de secondes plus tard, il se retrouvait de nouveau seul, dans l'obscurité et le silence. Il n'y avait pas un courant d'air. Son espoir venait d'être soufflé comme la flamme d'une bougie. Bien sûr, le feu vacillait à cause d'un vent provenant de derrière cette porte. Peut-être qu'il y avait un couloir. Peu importe. Il ne pouvait pas ouvrir la cage de toute façon.

Yvan, tant bien que mal, réussit à s'asseoir contre le mur. Epuisé par ce simple effort, il ferma les yeux en essayant de se concentrer sur des pensées logiques. Le journal d'Honorus ? Pourquoi pensaient-ils qu'il était en possession d'une telle chose ? Un journal, c'était un petit livre et ça relatait la vie de quelqu'un, de son point de vue, au jour le jour. Il n'avait absolument aucun ouvrage correspondant à cette description. Si ses ravisseurs avaient raison, alors ce journal ne ressemblait pas du tout à un journal ordinaire. Qu'il était difficile de réfléchir dans un tel état ! … Peut-être même qu'il n'était pas du tout ce à quoi on pouvait s'attendre de la part d'un journal ! Et si c'était l'un de ces livres que Lucie avait rapportés ? Bien sûr, ce type les avait suivis alors qu'ils rapportaient les ouvrages au château. Ce devait être cela, c'était forcément cela.
Alors il allait mourir, parce qu'il ne leur donnerait jamais ce qu'ils voulaient de lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Chains of Fate : I will always find you   Ven 11 Mar - 11:27



Chains of Fate


La chambre de Lucie était toujours aussi ravissante, plus même que quand ils étaient enfants. Il n'y avait plus cette robe de cérémonie en plumes de paon sur un mannequin en bois, celle qui avait été préparée dès la naissance de Lucie et qu'elle devait porter lors de son premier bal, en plein milieu de la pièce. L'armoire de la princesse était maintenant remplie de nombreuses autres robes, toutes plus belles les unes que les autres.
Si sa sœur aimait autant les hommes que les femmes, elle avait toujours éprouvé quelque chose pour elle même de bien particulier. Si Lucie avait eu une jumelle, nul doute qu'elles auraient souvent couché ensemble. Et nul doute que leur mère s'en serait arraché les cheveux.
Un frisson passa dans sa colonne vertébrale quand il se souvint combien la peau de Lucie était délicieuse sous ses doigts mais il se força à penser à Yvan et à ses yeux noirs et cernés. Il devait le retrouver avant qu'il ne soit tard. Il espérait que Luscka et Taesch réussiraient avant eux mais il préférait aller explorer sa piste avec sa sœur. Il n'était pas un aussi bon combattant que ces deux là mais il savait se défendre.
La princesse était encore à son lit quand Ulrick était rentré. Il ne l'avait même pas remarqué tellement il était préoccupé par l'état de son aîné. Il se sentait souillé de ne pas l'avoir retrouvé plus tôt. Emilien était inconsolable à l'idée de perdre son fils aîné et la Comtesse n'était pas encore rentrée … Elle serait bientôt là. Elle lui avait donné une mission : veiller sur sa famille. Une simple mission qu'il n'était pas capable de remplir.
Il chercha du regard son calice qui avait la fâcheuse habitude d'être toujours là mais ce n'était pas le cas ce soir. Peut-être était-il en train de se sustenter quelque part.
En se mordant la lèvre, il constata qu'elle ne semblait pas vraiment rayonnante. Bon, Lucie n'avait pas l'habitude d'être vraiment joyeuse – elle ressemblait vraiment à Yvan là dessus, elle aurait intérêt à se trouver quelqu'un de très démonstratif pour compenser si elle voulait des enfants – mais là c'était encore pire. Il maudit le destin de ne pas avoir plus de temps pour la consoler et se concentrer sur ses problèmes.
Il déglutit doucement et détourna le regard, la laissant se préparer tranquillement. Dehors, les arbres se hérissaient déjà de bourgeons. Le printemps ne tarderait plus et avec lui viendrait la douceur des températures. Oh, il ne faisait jamais vingt degrés à Gothik City mais au printemps et en hiver, on passait la barre du zéro pour atteindre des sommets comme cinq ou six degrés de temps à autre. Une fois, disait Taesch, il avait fait dix degrés en été.
Elle lui annonça qu'il avait intérêt à savoir par où commencer et Ulrick eut un petit rire. Ce rire bien singulier, un peu nerveux, qu'il avait quand la situation était désespérée. Elle ne l'était pas présentement mais imaginer son grand frère torturé lui était insupportable. Il déglutit et hocha la tête, un sourire léger posé sur ses lèvres.
“ Les tunnels de la Guilde des Voleurs, en avant petite sœur ! EH ! J'ai fait une rime sans même le faire exprès ! ”

Une heure plus tard, ils étaient dans les tunnels très secs de la guilde. Il lui semblait que le temps était aspiré hors de cet espace qui ne changeait jamais. Les mêmes caisses étaient toujours au même endroit, les mêmes fissures n'étaient jamais bouchées …
Ils croisèrent des rats et arrivèrent à un rideau d'eau. Le mur de perles liquide ruisselait à la lumière faibles des torches dissimulées ci et là. Ulrick savait bien que ce n'était pas de l'eau mais bien du poison aussi arrêta-t-il sa sœur d'un bras décidé. Après avoir découvert le mécanisme derrière une pierre, il arrêta le rideau qui ne s'écoula plus. Ils en profitèrent pour passer. Juste après, le poison recommença à couler.
“ Nous ne craignons rien, je connais tous les pièges par cœur. Et j'ai mes entrées ici, en tant qu'assassin intronisé. Techniquement je suis censé être muet et personne ne connaît mon vrai nom bien sûr. Aussi, je porte ceci – il désigna son cache nez – pour cacher une horrible brûlure au poison selon l'histoire officielle. Donc si nous croisons des collègues à moi, tu devras parler. ”
Il tourna à droite en tenant sa main et raconta à sa sœur qu'il avait entendu des gens parler de cet enlèvement dans une taverne. Il lui raconta toute la remontée de ses recherches et s'arrêta à un coude.
“ Les tunnels parcourent toute la ville, juste au dessus des égouts. Nous avons des centaines de milliers de kilomètres à parcourir, alors j'espère que tes chaussures sont confortables chère sœur. ”
Ils arrivèrent à une porte en verre d'une pureté cristalline. Une fois dans la pièce, ils constatèrent que ce n'était qu'une réserve. Ulrick tira un plan de son sac et fit une croix sur cette salle là. Lucie pouvait constater qu'il ne mentait pas. La carte était pliée en huit actuellement mais elle était bien géante. Ils auraient du mal à retrouver Yvan mais ils n'abandonneraient pas avant de l'avoir ramené avec eux. Il avait prévu une bouteille de sang et, au cas où, il y avait toujours les rats.
Il se tourna vers sa sœur et lui sourit doucement. Elle ne pouvait pas le voir bien sûr mais elle constaterait peut-être un éclat dans ses yeux. Il passa une main gantée sur sa joue et hocha la tête en lui murmurant qu'ils le retrouveraient. C'était obligé. Ils ne pouvaient pas être réduit au nombre de trois alors que leur mère allait bientôt mettre au monde son dernier enfant.
Ils se remirent en route et cochèrent tout nouvelles salles qui étaient reliés au tunnel. Il était persuadé que ce ne serait pas vain. Il espérait juste qu'il saurait si Yvan allait mieux. Il avisa son tatouage au poignet. Le nom d'Yvan n'était pas encore barré, ce qui voulait dire qu'il n'était pas mort mais il était d'une couleur rouge vif, ce qui voulait dire qu'il était encore très en danger. Plus la couleur était vive, plus la douleur était horrible. En se mordant la lèvre, il rabattit sa manche sur la peau de son bras.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse de Glace
Messages : 42
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Chains of Fate : I will always find you   Mar 15 Mar - 6:30

POST PERDU A JAMAIS PARCE-QUE JE SUIS UNE CONNE


Dernière édition par Lucie von Dast le Ven 25 Mar - 8:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 83
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Chains of Fate : I will always find you   Mar 15 Mar - 13:45

S
econde nuit

Yvan fut réveillé par un tintement particulièrement désagréable à ses oreilles. Difficilement, il ouvrit les yeux et découvrit un homme tout en finesse debout devant les barreaux de sa cage, éclairé par la flamme effilée d'une torche, tenue par l'homme recouvert de noir qu'il avait vu plus tôt. Quand était-ce ? Il était incapable de se faire une idée. Son esprit était embrouillé, ses oreilles envahies d'un bourdonnement incessant. Son corps tout entier était douloureux, il avait l'impression que ses veines étaient remplies de bris de verre, que ses muscles étaient étirés à l'extrême. Il ne devait pas avoir bonne mine. Même ses dents lui faisait mal, il aurait mordu n'importe quoi s'il avait pu. Et ce stupide homme qui continuait de tapoter les barreaux avec sa canne !

Il dût bouger un peu, car la torture s'arrêta. La voix doucereuse, glissante comme un serpent, parvint jusqu'à lui.

« Yvan von Dast, c'est donc bien vrai… C'est fabuleux, je n'aurais jamais cru que nous aurions réussi un tel coup de force. »

Yvan se força à lever la tête, juste assez pour étudier le visage de son nouveau visiteur. Celui-ci était richement vêtu et portait un loup pailleté et généreusement emplumé, de sorte qu'on ne distinguait même pas les contours de sa tête. Un noble, à n'en pas douter, bien qu'il était incapable de l'identifier. Ulrick ou Lucie auraient certainement trouvé tout de suite, mais ils n'auraient probablement pas survécu aussi longtemps que lui.

« Où est le journal d'Honorus ? »

Yvan haussa les épaules, presque imperceptiblement. Il n'avait pas vraiment la force de faire plus. Le noble claqua des doigts et l'autre homme, presque invisible dans l'obscurité, déposa son feu dans une torchère au mur avant de s'en aller. Lorsqu'ils furent seuls, le noble ricana. Apparemment, il jubilait de voir le prince général ainsi soumis.

« Le hasard fait bien les choses, dirons-nous. Cette entreprise est un véritable succès ! Bientôt, toute ta famille devra rendre des comptes ! Et vous serez finis, vous et votre stupide dictature de la supériorité Von Dast ! Dire que la Comtesse était humaine auparavant ! Si ce n'est pas un signe même de la décadence ! »

Yvan le foudroya du regard autant qu'il le put et remarqua, alors que le noble ajustait le foulard blanc épinglé d'une améthyste sur sa gorge, qu'il portait une bague en argent frappée d'un curieux symbole, qu'il n'avait jamais eu l'occasion de voir auparavant. C'était une étoile à quatre branches, traversée en son centre par une ligne droite.
Le noble était tellement heureux de sa prise princière qu'il continua à déblatérer. De toute évidence, il ne craignait pas qu'Yvan puisse rapporter quoi que ce soit. Sans doute qu'il comptait le tuer.

« Nous avons espionné et fouillé le château pendant des mois ! Sans aucun résultat ! Et voilà qu'une belle nuit, votre sœur revient de Modernis State, vous retrouve dans un café où travaillait l'un de nos hommes, pour exhiber, le croirez-vous, rien de moins que ce que nous cherchions ! Le journal d'Honorus ! Hahaha ! Fabuleux, fabuleux ! »

Yvan ferma les yeux, qui étaient traversés par des éclairs de lumière blanche, aveuglante et douloureuse. Alors Lucie avait bel et bien retrouvé le journal d'Honorus.

« Evidemment, nous avons immédiatement concocté un plan pour l'obtenir ! Notre agent vous a suivi en prenant bien garde à se faire repérer. Et comme vous êtes extrêmement prévisible, cher Prince, vous vous êtes précipité sur lui pour le menacer, en laissant votre sœur sans défense ! Hahaha ! Ce fut alors un jeu d'enfant de l'espionner pour découvrir où elle allait cacher ce précieux ouvrage. »

Le ton du noble se calma, se teintant de contrariété.

« Nous aurions dû nous douter qu'elle le donnerait à votre frère… Celui-ci est beaucoup moins facile à espionner, curieusement. Malgré tous nos efforts, il nous a été impossible de trouver un moment où il en était éloigné assez longtemps pour le voler. Le prince Elijah est vraiment très consciencieux… Et maintenant, nous ne savons pas où il l'a caché. C'est vraiment fâcheux. »

Il lâcha un long soupir, qui sonnait faux.

« Enfin, tout sera bientôt réglé. Dès demain, il pourra descendre ici et tout se réglera, vous verrez. D'aucune façon, vous ne serez capable de lui résister. Il a déjà donné ses instructions, vous savez. Tout est en place. C'est un véritable génie machiavélique. Même vous et votre stupide petite famille ne pourrez résister. »

« Il » ? Yvan en avait assez d'entendre parler de ce « il » sans savoir de qui il s'agissait. Il avait presque hâte d'être au lendemain pour enfin percer ce mystère.
A cet instant, la porte grinça et l'homme en noir apparut de nouveau dans le faible halo de lumière. Il transportait un garçon, maigre et aux longs cheveux noirs. La porte de la cage s'ouvrit et il fut jeté dedans.

« Il est dans vos goûts, je crois, prince Yvan. Hahahaaa ! »

Yvan refusa de répondre. De toute façon, même s'il l'avait voulu, il n'en aurait pas eu la force. La grille se referma dans un bruit sec et ce fut comme un déclic dans son esprit affaibli. Il était seul, avec un humain. Sa faim sembla se décupler et il ne pensa plus qu'à une chose : boire. Retrouvant des forces grâce au manque extrême qui prenait le pas sur sa raison, Yvan se jeta sur le garçon et le mordit. Quelques minutes après, il n'avait plus qu'un cadavre mou entre les bras. Il en voulait d'autre !

Il releva la tête, découvrant les deux autres vampires qui le fixaient. Le corps sans vie tomba lourdement au sol alors qu'il se relevait. Il était désormais gorgé de vie et il allait pouvoir sortir d'ici. Il fit un pas en avant et la tête lui tourna. Yvan s'effondra, les barreaux entre ses doigts engourdis. Qu'est-ce que c'était que ça ?

« Où est caché le journal d'Honorus, prince Yvan ? »

Silence.

« Très bien. Mais demain vous n'aurez plus le choix. Vous répondrez, à coup sûr. »

Il entendit des pas quitter la pièce et se retrouva dans une chape de silence aussi lourde et pesante qu'un chariot de plomb. Il aurait dû se laisser mourir au lieu de leur laisser une chance d'obtenir ce qu'ils voulaient.  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Chains of Fate : I will always find you   Sam 19 Mar - 16:29



Chains of Fate


Ulrick avait un cercle assez large de connaissances pour un assassin muet qui était un peu considéré comme l'animal de compagnie de Taesch. Enfin de Sirius, parce que bien sûr, personne ne savait que Sire Taesch de Condé, le conseiller du Comte et l'habile Sirius qui travaillait pour ce même Comte étaient la même personne, le scandale sinon. Enfin bon, Rowse, puisque tel était son nom d'assassin, était très populaire malgré son incapacité à parler, manger et boire avec les autres.
Il connaissait en particulier les voleurs qu'il appréciait tout particulièrement. Certains étaient capable de voler n'importe quoi à une distance de huit pieds avec des filins d'argent très pratiques. Ils étaient toujours très impressionnant et Ulrick leur faisait toujours part de son admiration. Il avait ce petit carnet et ce crayon dans lequel il notait tout ce qu'il voulait dire. Heureusement que son éducation de prince lui avait apprit à écrire très vite sinon il n'aurait jamais pu dire certaines blagues à temps.
Une fois, Ulrick avait dû accomplir une mission pour le compte de la Guilde – généralement il ne prenait ses ordres que du Comte mais il avait quelques devoirs envers ses collègues. C'était un peu contraignant mais quand il avait besoin d'un voleur, d'un empoisonneur ou d'un assassin, il avait du soutien. Il ne faisait que rarement appel aux tireurs d'élite et aux artificiers, qui n'étaient pas vraiment dans sa façon de faire – et il était tombé sur un mec qui parlait tout le temps. Il avait à peine eu à hausser les épaules de temps en temps ou à hocher la tête pour le satisfaire. Il ne savait pas que quelqu'un qui parlait plus que lui pouvait exister.
Plusieurs fois, des collègues à lui avaient été tentés de le séduire et une fois il avait même reçu un baiser très prometteur par une jeune femme très sexy, à travers le tissu qui recouvrait son visage jusqu'au nez. Mais il ne mélangeait jamais affaire et plaisir alors il n'avait jamais conclu. Parfois, il maudissait juste le fait de ne pouvoir montrer son visage à personne, ne serait-ce que pour goûter la bière de la Guilde.
Ils passèrent dans une énième salle et en ressortirent cinq minutes plus tard. Ils étaient tombés sur une salle de bain qui semblait très coûteuse, parfaitement entretenue. Les tuyaux indiquaient qu'une arrivée d'eau était présente, ce qui était assez rare à Gothik City, et il y avait une serviette de bain avec des petits lapins mangeant des carottes dessus. C'était assez perturbant et ils étaient restés cons avant de tracer une croix sur la carte.
Ils croisèrent un grand homme chauve qui essuyait ses mains sur son tablier en sortant d'une autre salle et qui salua Ulrick d'un coup de tête. Il le connaissait bien pour être l'aubergiste de la guilde. Il avait apparemment été un ancien assassin – ce qui expliquerait qu'il était borgne et portait un cache œil en cuir noir – mais son passé était très mystérieux et même très nébuleux. Et Ulrick ne pouvait s'empêcher de remplir son petit carnet de questions. Il était si curieux, il n'y pouvait rien.
Lucie l'arrêta et il attendit que l'aubergiste se soit éloigné à grands pas tonitruants avant de lui répondre à voix basse. Est-ce que sa sœur était devenue stupide ? Il fronça les sourcils et la regarda, un peu sévère. Puis il se détendit. Il ne pouvait pas lui en vouloir très longtemps de toute façon.
“ Tu as exposé des livres qui t'avaient demandé des mois de recherche dans le café le plus populaire de Gothik City et tu t'étonnes qu'on … oh peu importe, tu dois avoir raison. Je vais réfléchir. ”
Il s'arrêta de marcher fouilla rapidement sur le plan. Au sixième niveau, il y avait un accès à un ancien temple, dédié à une divinité primaire. Certains disaient que c'était là avant Honorus et d'autres que c'était tout simplement un temple réservé à un démon en particulier. Quoiqu'il en soit, personne n'y allait jamais et c'était assez grand pour y entreposer un prisonnier … ou un corps pour un rituel. Il avait envisagé cette possibilité aussi.
“ Là, regarde, c'est assez bas pour qu'on n'entende rien et puis personne n'y pose jamais les pieds, tout le monde est trop croyant. On devrait aller voir, je suis presque sûr qu'il doit être dans l'une des salles de ce temple ! ”
Ils allaient s'engager dans l'arc de Friar, un peu plus loin, quand ils croisèrent une femme d'une grande beauté. Elle portait une tenue très moulante avec beaucoup de boucles et de fermetures éclair, ses longs cheveux roux et bouclés lui arrivaient à la taille et sa ceinture était agrémentées de nombreux coutelas et quelques dagues. C'était Fylde, la jeune femme qui l'avait embrassé à travers son cache-nez. Elle se jeta dans ses bras et s'accrocha à son bras droit avant même qu'il n'ait eu le temps de la saluer.
“ Rowse, ça fait tellement longtemps que t'es pas venu ! Et tu – Eh c'est qui cette fille ? ”
Elle fixait Lucie comme si elle était une rivale en amour et Ulrick soupira. Il se saisit de son carnet et indiqua sur le papier rapidement 'Luce, une amie. On doit y aller. Mission pour le Comte.'
Fylde regarda Lucie comme si elle ne lui arrivait pas à la cheville et déclara qu'elle allait les accompagner, puisqu'elle n'avait rien à faire de toute façon.

Donc, quinze minutes plus tard, il se retrouvait dans une grande artère des tunnels de la guilde, quatre niveau au dessus de son objectif, sans pouvoir parler, sans lumière, avec une passagère en plus qui apparemment essayait de les impressionner en racontant des histoires et plein d'inquiétude pour Yvan. S'il avait en effet été torturé … oh grands diables, ses agresseurs subiraient mille morts avant de pouvoir rejoindre l'enfer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse de Glace
Messages : 42
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Chains of Fate : I will always find you   Ven 25 Mar - 8:44






Comme elle s'y attendait, son frère lui fit des reproches et appuya sur son manque de vigilance, remuant le couteau dans la plaie. La princesse se contenta de pousser un soupire exaspéré et de lui lancer un regard encore plus sombre que l'obscurité qui les entourait avant de reprendre sa route. Oui, elle aurait dû faire attention, elle aurait dû demander directement à Elijah d'évaluer la valeur de ces livres afin de savoir à quel point ils étaient précieux car, aujourd'hui, Yvan en payait le prix. Sa stupidité pourrait causer la mort de son frère, et la perte des Von Dast, sinon de la City toute entière. Était-ce nécessaire de lui rappeler ? Non. Elle se sentait bouillir de l'intérieur, se repassant la scène de ses retrouvailles avec son aîné et tout ce qui s'était passé cette nuit là. Le serveur qui leur avait apporté la cruche de sang les avait sans doute dénoncé à un groupe de fanatiques, ou travaillait tout simplement pour l'un des nobles qui cherchaient à les détrôner. C'était probablement lui qui les avait suivi, et apparemment Yvan n'avait pas jugé bon de le démembrer, quelle erreur.

Son grand-frère s'arrêta pour fouiller son plan, et sembla intéressé par un point dont ils étaient éloignés, au moins ils avaient désormais une piste. Il prit à nouveau les devants, et elle le suivit sans rien dire, adressant une prière silencieuse à Amaterasu pour que leur aîné se trouve bel et bien à cet endroit et qu'il soit encore en vie. C'était la seule chose qui importait. Elle se moquait qu'il lui manque quelques doigts, même si elle s'en voudrait toute sa vie, un peu de magie noire et tout serait comme neuf. Oh, pourvu qu'ils ne soient pas en train de le torturer ! Ils devaient le trouver rapidement. Elle voulu accélérer le pas, mais dut se stopper alors qu'ils tombaient face à une jeune femme qui se jeta au cou de son frère avant de la dévisager en exigeant de savoir qui elle était, une pointe de jalousie dans la voie. Lucie dut se faire violence pour ne pas la dévisager et rester de marbre, cette fille n'avait donc pas les yeux en face des trous ? On ne croisait pas tous les jours des femmes comme la Princesse Von Dast, enfin... Ça l'arrangeait bien qu'elle ne la reconnaisse pas. Elle préférait éviter un combat inutile qui pourrait les faire repérer.

Quoi qu'il en soit, Fylde restait une très belle créature – même si elle ne lui arrivait pas à la cheville – et Lucie aurait été ravie de récupérer ses vêtements sur son cadavre, mais elle n'était pas comme ça, et ne touchait les déchets que si c'était vraiment nécessaire. Ulrick réussit à justifier la présence de sa sœur, qui leva les yeux au ciel lorsque la jeune femme proposa de les accompagner. Elle resta silencieuse et se plaça derrière son frère à qui elle pinça l'arrière de la cuisse sans aucune douceur pour lui faire signifier sa désapprobation. Qu'attendait-il pour lui demander de partir ? Ils n'allaient pas se traîner cette garce jusqu'à Yvan !

Fylde fit la conversation pendant une partie du trajet, se présentant d'abord. Elle parlait trop fort à son goût, ils finiraient par se faire remarquer. La jeune femme essaya bien de poser quelques questions à la Von Dast, qui se contentait de répondre un « Hm » discret de temps à autre.

Au bout de vingt minutes qui lui parurent des heures, la princesse s'arrêta de marcher et soupira doucement avant de se planter devant sa « rivale ».

« Désolée Mademoiselle, mais cette mission est confidentielle et ne nous concerne que Rowse et moi. Vous ne pouvez pas nous accompagner plus loin, mais si ça peut vous réconforter, Rowse viendra vous voir dès qu'on en aura terminé. Je m'en assurerai. »


Évidemment, il y avait là un fort sous-entendu. Fylde refusa au début, prétextant qu'elle les aiderait dans leur mission et qu'elle n'en toucherait pas un mot à qui que ce soit. La princesse se contenta de la fixer en silence et, au bout de quelques secondes, la jeune femme abandonna et partie en poussant un grognement peu féminin. Une fois à quelques mètres d'eux, elle rappela à Rowse de tenir sa promesse et passer la voir dès qu'il serait libre. Oui, elle venait de vendre son frère à cette idiote, mais peu importait. Ulrick se contenterait probablement de la culbuter contre un mur sale et tous les deux seraient contents.

Lucie attendit quelques minutes, s'assurant que l'autre était partie, les bras croisés. Quand elle fut sûre et certaine qu'il n'y avait plus qu'eux deux, elle prit la main de son frère et se remit en chemin après qu'il ait consulté le plan. Elle murmura d'une voix si basse que seul Ulrick pourrait l'entendre.

« Nous n'avons plus de temps à perdre, le prochain de tes amis qui propose de nous accompagner y perdra sa t-. »


Lucie se figea en entendant un grincement métallique, comme si on traînait quelque chose de lourd sur le sol. Elle resta parfaitement silencieuse, dos à son frère, sa respiration bloquée, guettant le moindre bruit.

On entendit ensuite un grognement masculin, un peu plus loin, et elle crut discerner de la lumière qui filtrait sous une porte en bois, très épaisse, à une centaine de mètres d'eux. Ce fut ensuite le bruit d'un objet massif qu'on abattait sur quelque chose, accompagné d'un « Putain ! » et d'éclats de rire.

« Bordel, elle est énorme cette hache, ça l'a coupé en deux comme ça ! T'as volé ça à qui, un bourreau ? »

« C'est pas une hache, trou du cul. C'est une faux. »


« Et t'as eu ça où ? »


« On a fait faire ça à un forgeron hier, apparemment ils veulent s'en servir pour forcer un des prisonniers à se battre avec son double, ça va être drôle. Il a même fait graver des trucs bizarres sur la lame. »


« Son double ? »


« Oui son double, t'es bouché ou quoi ? J'ai entendu dire que le mec qui traîne ici ces derniers temps... Tu sais le gars flippant avec des bagues en or à chaque doigts ? Il fait de la magie noire à c'qui paraît, et il veut invoquer le double d'un prisonnier pour le forcer à se battre avec et le remplacer sans que personne s'en rende compte. »

« Meeeeeeeeerde, putain c'est flippant. J'ai pas signé pour être près de ces trucs là moi ! Il a dû lui faire un sale coup, tu sais qui c'est ? »


« Nan aucune idée, je crois qu'ils sont au niveau du temple, la cellule juste sous la salle des vierges de Susanoo, mais j'suis pas sûr, on n'a pas le droit d'y aller et je vais franchement pas tenter le Diable. J'vais leur apporter l'arme tout à l'heure.»


« T'as entendu tout ça où ?»


« Ce petit fouineur de Kilik a surpris une conversation, et tu sais qu'il sait pas tenir sa langue quand il boit...»


Lucie serra la main de son frère dans la sienne, ils parlaient forcément d'Yvan, qui d'autre savait se battre avec une faux aussi bien que lui, et pourquoi remplacerait-on un pauvre gueux sans intérêt ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 83
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Chains of Fate : I will always find you   Ven 25 Mar - 18:41

T
roisième nuit

Yvan était resté étourdi des heures, sans que son état s'améliore. Il n'avait pas dormi, il n'avait plus faim, il était juste continuellement dans un état bien étrange, où tout tournait autour de lui. Plusieurs fois, il avait essayé de marcher dans sa cage et chaque pas lui donnait l'impression que le monde autour de lui n'était plus que vibrations, comme s'il perturbait beaucoup trop l'air. Finalement, il s'était résolu à se terrer assis contre le mur, les genoux relevés, les coudes en appui dessus et sa tête baissée entre ses bras. C'était la meilleure position qu'il ait pu trouver.

Alors que l'effet commençait enfin à se dissiper, il reçut une nouvelle visite. Qui cela allait-il être encore ? Le noble emplumé qui trouvait tout « fabuleux » ? Ou l'autre tout recouvert de noir ? Lorsque sa vue vacillante s'ajusta, il constata qu'il ne s'agissait d'aucun d'eux.
L'homme avait une allure pour le moins unique. Déjà grand, il était juché sur quelques centimètres de talons de bottines ouvertes et un immense manteau recouvrait tout son corps. La soie, noire et chatoyante à la lueur de la torche qu'il portait, était en fait composée de plusieurs bandes de tissus rectangulaires, qui flottaient autour de lui à chacun de ses pas, lui donnant l'air d'une créature sortie d'un conte. Un col de fourrure très épaisse recouvrait totalement son cou et de multiples bagues en or renvoyaient la lueur des flammes. Surmontant tout ça, Yvan découvrit un visage basané, à moitié masqué par les cheveux violets les plus raides qui lui ait été donné de voir. On aurait dit que son faciès était divisé en deux. Un unique œil bleu le fixait avec amusement alors que des lèvres brillantes et mauves s'étiraient avec une joie qu'Yvan était incapable de s'expliquer. On aurait dit que le découvrir ainsi le comblait.
Ses talons résonnant dans la geôle, l'homme se rapprocha des barreaux en laissant sa torche dans l'emplacement qui lui était réservé dans le mur. Yvan tendit ses muscles. Un pas de plus et il pourrait agir. S'il parvenait à se mettre debout.

« Yvan von Dast. Bien le bonsoir ! Ca me fait plaisir de vous voir. J'espère qu'on ne vous a pas trop maltraité. »

En même temps, il s'alluma un gros cigare avec un énorme briquet en or. Ses ongles étaient recouverts de petits tourbillons peints en violet, assortis à ses cheveux. Yvan profita qu'il soit occupé à fumer pour se lever et se précipiter sur lui. Il passa sa main à travers les barreaux et accrocha le col de fourrure de l'homme. Ce n'était pas un vampire, bien mal lui en avait pris de se rapprocher autant. Il l'attira et pressa son corps contre la cage, un sourire carnassier sur le visage. Il était toujours étourdi, mais il pouvait l'ignorer s'il se concentrait assez sur sa tache.
Contre toute attente, l'homme ne se départit pas de son sourire, il jeta simplement un regard désolé à son cigare tombé au sol.

« Monsieur Von Dast, nous nous connaissons si peu et vous êtes si familier. Que devrais-je en conclure ?
-Ferme-la et ouvre cette cage ! »

L'homme posa sa main sur son bras et Yvan aurait pu jurer avoir vu son œil briller en caressant ses tatouages. Deux secondes après, le prince relâcha sa prise et recula, vacillant. Pourquoi ? Sur le coup, il n'avait pas pensé qu'autre chose puisse se passer.

« Monsieur Von Dast, n'essayez pas d'utiliser la force physique contre moi. Je suis armé et vous êtes  drogué. Le produit injecté dans les veines de ce garçon vous rend plus docile à mes demandes. Alors ne me faîtes par perdre mon temps, j'aimerais profiter du marché cette nuit. Où est le journal d'Honorus ?
-Vous pouvez crever ou me tuer, vous ne l'aurez jamais vous et tous ces autres dégénérés.
-Ils sont sans aucun doute dégénérés mais ils paient bien. Je ne suis pas très regardant sur mes boulots tant que l'or suit. Au fait, j'ai préparé un petit piège pour votre sœur. Un piège que je suis le seul à pouvoir désactiver. Dîtes-moi où est le journal et elle sera saine et sauve. Refusez et dans quelques jours, la ville découvrira son cadavre. Ou un tas de poussière, tout dépend. »

Yvan se retint de lui sauter à nouveau dessus. Il avait bien compris que toucher cet homme quand on ne pouvait pas lui briser la nuque directement était dangereux. Il se contenta alors de serrer les poings, hésitant. Lucie était en danger.

« Je ne sais pas où il est, avoua-t-il.
-Bien ! Nous avançons. Alors vous allez le retrouver pour moi, n'est-ce pas ?
-Et ensuite ? Ces gens tueront toute ma famille grâce à ce journal ! A quoi bon ?
-Ca c'est entre votre conscience et vous. Je ne suis qu'un intermédiaire grassement payé. Où est le... »

Il s'interrompit en entendant la porte grincer. Deux personnes firent irruption dans la pièce. Yvan ne pouvait les voir, car ils étaient masqués dans l'ombre. L'un d'eux portait une faux qui ressemblait à la sienne. L'homme au col de fourrure sourit largement en les voyant et tendit la main. Celui qui portait la faux la lui lança, préférant rester à l'écart. Yvan n'avait pas de mal à comprendre pourquoi.
Se tournant de nouveau vers lui, celui au sourire étincelant fit passer le manche de la faux entre les barreaux.

« Gagnez et vous êtes libre. »

C'était tout ? Yvan leva un sourcil suspicieux, mais il n'allait pas refuser une arme. Il s'empara rapidement de la faux, appréciant le contact du métal entre ses doigts. De curieux symboles étaient gravés dans la lame, ce qui ne lui disait rien qui vaille. Toutefois, son étourdissement s'améliorait de plus en plus, il supposait que ça allait l'aider à s'en sortir.
En relevant la tête, il découvrit alors la chose la plus étrange du monde. Lui. Armé d'une faux identique à la sienne. Son double était vêtu exactement comme lui, avec une chemise tâchée et déchirée, un pantalon sale et des bottes. Seuls ses bijoux manquaient. Le double avait un sourire qu'il savait avoir souvent, quand il s'apprêtait à entamer un combat qu'il était certain de gagner. La seule vraie différence entre eux était la couleur verte de ses iris et une marque noire sur son front.
L'étrange homme claqua dans ses mains.

« Yvan bis adooorerait faire partie de notre monde. Et la seule manière pour lui d'y parvenir est de vous tuer et d'absorber votre… Disons… Essence vitale ? Après ça, rassurez-vous, il sera en tous points identique à vous ! A l'exception qu'il m'obéira aveuglément. »

Yvan était affaibli mais il était certain d'une chose. Il allait gagner.
Alors il s'élança avec un cri de rage sur son adversaire. La faux était facile à manier puisqu'elle avait quasiment les mêmes dimensions que la sienne. Alors qu'il s'apprêtait à lui trancher la tête, son double para habilement le coup et tenta une contre-attaque. Yvan l'évita de justesse et recula. Par Belial, il savait manier la faux aussi bien que lui !


 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Chains of Fate : I will always find you   Sam 26 Mar - 10:49



Chains of Fate


Lors de cette mission secrète, il était sûr d'être confronté à bien pire que les kidnappeurs de son frère. En réalité, il pensait peut-être même à ne trouver que des cendres. Il essayait de chasser cette possibilité de son esprit mais elle restait là, dans un coin, à le torturer. Et s'il arrivait trop tard ? Comment pourrait-il vivre sans son grand frère ? Et comment réagirait donc sa mère, elle qui lui avait fait jurer de prendre soin de sa famille en son absence ?
Contre sa hanche, il sentait battre l'un de ses nombreux poignard. Est-ce qu'il devrait s'en servir ? Tuer des gens pour récupérer son frère ? Il avait envie de le ramener mais il ne savait pas s'il serait à la hauteur du défi qui l'attendait en bas.
Si son frère mourrait dans ce piège, il serait à jamais souillé par le fait de ne pas être mort sur un champ de bataille. En réalité, Yvan était fait pour se battre et mourir en héros. Le voir mourir comme un chien dans un sous-sol maudit serait bien la chose la plus atroce qu'il pourrait vivre. Il espérait que ces gens savaient ce qu'ils faisaient parce qu'Ulrick les retrouverait et leur ferait payer leur affront.
A présent, il devait bien affronter son destin comme il le pourrait. Yvan allait rentrer avec eux, d'une façon ou d'une autre. Il ne supportait pas l'idée de le perdre pour toujours mais si son aîné devait mourir, il prendrait ses responsabilités. Il commencerait par convaincre son grand frère d'abdiquer son droit au trône. Yvan avait de quoi faire un comte et certainement pas Elijah. Il prendrait le poids de sa famille sur sa nuque, comme une épée éternellement suspendue au dessus de sa tête.
Il déglutit quand sa petite sœur eut un éclair de tristesse et d'inquiétude dans le regard. Bon sang, comment Yvan avait-il pu se faire prendre ? Il ne savait donc pas qu'il devait se protéger de tout ? Peut-être qu'Yvan était un peu trop craint et qu'il avait baissé sa garde une fois de trop. Il devait probablement être fatigué étant donné l'heure de l'enlèvement mais ce n'était pas une raison pour … Ah ! Il lui en voulait tellement !
Pour couronner le tout, Fylde avait insisté pour les accompagner. Il était évident qu'il y avait un problème ici mais il n'avait pas réussi à la convaincre de partir. Bon sang, il ne pourrait pas prévenir Lucie efficacement en cas de danger.
Les jolies courbes de la jeune femme se balançaient à chaque fois qu'elle marchait et Ulrick se dit que c'était vraiment une très belle femme. Il n'aurait eu d'yeux que pour elle si seulement Lucie n'était pas dans les parages. Elle était si belle qu'elle éclipsait n'importe quelle concurrence, dès qu'on posait les yeux sur elle.  Fylde était une jolie humaine qui avait tout pour lui plaire mais elle n'arriverait jamais à la cheville de Lucie.
Ils passèrent devant des miroirs aux motifs horribles. On aurait dit que des gens étaient piégés dedans. Ils y avait des traces de sang sur les murs, sous les miroirs et la glace était figée sur une visage et deux mains qui semblaient vouloir pousser vers l'extérieur. Déglutissant, il songea que le propriétaire de cet étage devait être quelqu'un de malsain. Et puis, il songea qu'il avait vu un loup blanc sur la porte en passant. Est-ce que Taesch était vraiment sérieux quand il disait qu'il avait déjà piégé quelqu'un dans un miroir alors?!
Il frémit en accélérant mais Lucie resta derrière avec Fylde. Mais ! Est-ce qu'elle venait de prêter serment pour lui ? Bon sang cette fille de manquait pas d'air. Quand elle le rejoint et que sa compagne voleuse fut loin, il grogna en pinçant les joues de Lucie et lui reprochant sa légèreté. Il n'avait aucune intention de tenir cette promesse. Quand ils auraient fini, il rentrerait au château et il s'occuperait de son frère.
Elle se permit même d'être de mauvaise humeur et il allait lui répondre quand il entendit du raffut, non loin de là. Déglutissant, il la plaqua contre le mur et lui fit signe de se taire. Tendant l'oreille, il suivit la conversation du mieux qu'il pouvait. Même si c'était assez dur de sentir chaque courbe de sa sœur comme ça. Heureusement, elle était de dos.
Il déglutit et rajusta son cache nez, cessant de respirer. Ce n'était pas utile pour sa survie mais il aimait ça, il se sentait un peu plus proche des humains comme ça. Et puis, le personnage assassin qu'il incarnait était censé être hybride alors …
Déglutissant, il les écouta dire qu'ils allaient faire apparaître un double d'Yvan pour qu'il se batte avec lui. Bon sang, ils avaient un magicien avec eux ? Bon, au moins son frère était en vie. Il soupira de soulagement et failli même en verser une larme.
Quand ils eurent fini, il déglutit et tira ses lames, lentement, sans bruit de leurs fourreaux. Il fit signe à Lucie de rester où elle était il sourit doucement, rabattant sa capuche sur ses cheveux tirés en arrière. Il se dirigea aussi discrètement qu'une ombre vers les hommes de main et le combat fut aussi bref que sanglant. En deux coups de cuiller à pot, il réussit à leur ôter la vie. Il les déshabilla sommairement et fit signe à Lucie d'approcher.
“ Nous allons leur apporter cette faux, petite sœur, mais pas seulement. ”
Avec un sourire carnassier, il s'empressa de retirer son haut et d'enfiler la chemise sale et le gros manteau de celui à qui il empruntait l'identité. Il tendit un gros manteau couleur de boue et un pantalon lâche à sa sœur en lui disant de l'enfiler. Il arracha ensuite la faux aux doigts rigides du mort et la fit tourner au dessus de sa tête. Yvan n'aurait aucun problème à la manier.

Quinze longues minutes plus tard, ils arrivaient au lieu dit. Terriblement inquiet, Ulrick jeta un coup d'oeil à Yvan . Il était en vie mais apparemment il aurait du mal à survivre à un combat. Déglutissant, Ulrick tendit l'arme au mage – il correspondait à la description des hommes de main de tout à l'heure – et rabattit un peu plus sa capuche sur son nez. Bon sang, est-ce qu'Yvan allait vraiment pouvoir le faire ? En tout cas, il devait profiter que toute l'attention soit sur son grand frère.
Le mage avait l'air d'être une personne terrible mais il ne semblait être qu'un mercenaire. Où était le véritable commanditaire ? Est-ce qu'il raterait vraiment cette mise à mort du prince ? Quoiqu'il en soit, Ulrick fit signe à Lucie de l'imiter et il commença à faire le tour de la salle, tuant discrètement les gardes. Ils n'étaient pas nombreux et ils n'auraient aucun mal à s'en défaire. Il savait parfaitement ce qu'il faisait.
Le double d'Yvan se battait bien. Il lui ressemblait et semblait être aussi doué que lui. Anxieux, Ulrick accéléra le mouvement mais Yvan semblait vraiment en mauvaise posture. Son double avait un sourire aux lèvres alors qu'Yvan gisait dans la poussière, considérablement affaibli. Ce sourire … Ulrick ne le connaissait que trop bien. C'était celui qu'avait son grand frère quand il savait qu'il avait déjà gagné.
Il abandonna les trois derniers gardes à Lucie pour saisir une épée sur un cadavre. Le doppelgänger abattit son coup final mais Ulrick s'interposa, interceptant la lame de la faux avec son épée. La lumière vacillante des chandelles dansa un instant dans l'obscurité et le temps sembla s'être arrêté. Et puis, le double reprit vie.
“ Ulrick ? Tu es ...
– Ne touche pas à mon frère, ombre ! ”
La chose poussa un rugissement plus bestial que vampirique et s'elança une nouvelle fois. Totalement désintéressé d'Yvan, au grand dam du mage qui essayait de le raisonner, l'ombre s'acharnait sur celui qui aurait pu être son petit frère s'il avait réussi à absorber Yvan. Parant habilement, il réussit à s'en sortir jusqu'à ce qu'il détourne le regard une seconde pour voir Lucie assommer le mage. La lame de la faux se planta profondément dans son cou et il hurla de douleur. Des étoiles dansèrent dans ses yeux et il s'écroula à terre. Alors qu'il croyait son heure venue, une flèche se planta dans l'oeil du faucheur. Il entendit vaguement une plaisanterie et tourna un peu la tête. Taesch et Luscka étaient arrivés.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse de Glace
Messages : 42
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Chains of Fate : I will always find you   Lun 28 Mar - 10:00







Lucie se retrouva plaquée contre un mur par son frère, décidément très prévoyant et peut-être un peu trop à cran. Le corps d'Ulrick lui obstruait la vue, et elle ne put voir les deux hommes sortir de la pièce dans laquelle ils se trouvaient, mais entendit leurs pas lourds. Ils ne devaient être que de vulgaires mercenaires débutants pas trop chers payés, quel dommage pour eux, songea-t-elle en voyant le prince se décoller d'elle et se faufiler dans l'ombre pour les tuer en silence. Leurs corps s'écrasèrent au sol et la faux fut récupérée par le vampire. La princesse le rejoint rapidement et se contenta de hocher la tête et prendre les vêtements de souillon qu'il lui tendit après avoir déshabillé un cadavre. Elle enfila le manteau qui, à deux centimètres près, aurait traîné sur le sol tant il était large pour elle, et serra les dents quand se fut le tour du pantalon dont elle serra la ceinture au maximum pour ne pas le perdre. Elle boutonna le grand manteau en retenant un soupire dégoûté, une prostituée de bas-étage aurait l'air plus propre qu'elle à ce moment. Yvan avait intérêt à être en vie, et Ulrick à lui offrir une nouvelle robe dès qu'ils rentreraient chez eux. Jamais elle n'avait accepté de porter de pantalon auparavant, le frottement au niveau de l'entrejambe l'exaspérait. Mais la vie de leur grand-frère était en jeu, elle ne pouvait pas prendre le risque de se faire repérer.

Après s'être assurés qu'on ne pourrait les reconnaître, les deux Von Dast se dirigèrent rapidement au lieu du rendez-vous. Lucie n'avait pas peur, enfin pas pour elle. Si elle mourrait, ce ne serait pas si grave, sa famille en prendrait un coup, mais ne serait en aucun cas en danger. Mais elle était tout simplement terrifiée à l'idée de perdre le Général des armées qu'était Yvan.
Lorsqu'ils arrivèrent dans la salle, elle laissa Ulrick s'approcher du mage décrit par les deux autres hommes pour lui apporter la faux. Il était beaucoup plus crédible en voleur qu'elle ne l'était, et si ce sorcier avait déjà vu les deux morts, il risquerait de découvrir la supercherie en s’apercevant que l'un d'entre eux se noyait dans ses propres vêtements.

Un simple coup d’œil de son frère lui suffit pour qu'elle passe à l'action et se mêle aux ombres derrière les quelques gardes. Chacun prit un côté, Lucie brisa discrètement quelques nuques, jusqu'à se retrouver derrière un garde bien trop grand pour qu'elle puisse atteindre sa tête sans se faire attraper. Elle sortit une lame empoisonnée, cachée dans sa botte, et l'enfonça dans son foie, sans un bruit. Le pauvre fou s'affaissa discrètement contre un pilier porteur et mourut. Elle repéra Ulrick encore dans les ombres, une épée à la main, prêt à s'interposer en plein combat entre les deux faucheurs. Heureusement, le deuxième Yvan ne ressemblait pas exactement au leur, et il ne risquait pas de se tromper de cible. Le leur, par contre, était en très mauvaise position. Il parait les coups, tentait parfois d'attaquer mais se faisait repousser et malmener. Il fatiguait, il ne tiendrait pas longtemps.

La princesse se dépêcha de retourner derrière le mage. Au moment où son frère s'élançait pour sauver Yvan d'une décapitation inévitable, elle assommait le sorcier d'un coup bien placé contre la tempe. L'homme s'évanouit, et elle remarqua que la bague à son majeur dégageait une lumière d'un mauve sombre. Fronçant doucement les sourcils, elle la lui arracha et la garda dans la paume de sa main. Alors qu'elle se concentrait de nouveau sur le combat, la faux de s'abattait contre le cou d'Ulrick et elle ouvrit la bouche pour pousser un cri qui ne sortit jamais. Une flèche alla se ficher dans l’œil du faux Yvan avant qu'il ne puisse asséner un coup de grâce, et il se figea.

Lucie agrippa deux cadavres qu'elle traîna sans difficulté jusqu'à Yvan et les jeta à ses pieds, exigeant qu'il se nourrisse. Elle s'agenouilla pour prendre Ulrick dans ses bras et le serra contre son sein après s'être assurée qu'il ne mourrait pas. Bien sûr qu'il ne mourrait pas, il était un vampire ! La princesse ravala des larmes naissantes et glissa une main dans les cheveux de son frère avant de se tourner vers son aîné. Taesch et Von Hochen à ses côtés, étaient en train de le soutenir, l'homme-loup avait tranché la jugulaire de l'un des morts pour qu'il se nourrisse.

« Je ne veux pas... »


Tous tournèrent la tête pour découvrir le faux Yvan, encore en vie malgré la flèche traversant son crâne à partir de son œil. Il avait l'air terrifié, et furieux, et la fixait, elle. Ou plutôt sa main, celle dans laquelle elle tenait l'étrange bague dont émanait un léger battement. Comme si elle avait tenu le cœur palpitant d'un humain au creux de sa paume.

« … retourner là-bas. »


La princesse se sentit défaillir en captant toute sa détresse dans son unique œil, mais elle ignorait quoi faire. Il pouvait très bien jouer la comédie, et attaquer si on s'approchait trop de lui. Ou peut-être disait-il la vérité, et dans ce cas elle ignorait totalement qui il était. Sans doute une pauvre âme sacrifiée à Satan qu'on utilisait pour... Invoquer des doubles, en lui faisant croire qu'elle aurait droit de rester parmi les vivants. Ses connaissances en magie noire  étaient restreintes. Elle devrait montrer ça à Elijah. Personne ne semblait décidé à lui répondre, ses compagnons devaient eux aussi être dubitatifs. Finalement, elle prit la parole.

« Je réfléchirai à ta  requête. Mais en attendant, tu vas devoir y retourner, Ombre. »


Une larme pourpre coula sur la joue du clone, et Lucie jura qu'elle ne voulait jamais voir son aîné pleurer, avant qu'il ne se fasse avalé par un feu d'un bleu profond et ne  disparaisse complètement. Il ne resta rien de lui, comme si il n'avait jamais existé. Le seul témoin de son existence était les blessures de ses frères. La princesse serra la bague entre ses doigts et aida Ulrick à se redresser avant de se tourner vers les trois autres hommes.

« Taesch, je vous prie d'emmener cet énergumène dans les cachots. Et assurez vous qu'il ne porte plus aucun bijou. Qu'il ne porte qu'une simple tunique et soit bâillonné. Nous nous occuperons très vite de son cas. »


Elle avait dit ça en pointant le mage du doigt. Une fois certaine que son deuxième frère pouvait tenir debout tout seul, elle s'approcha d'Yvan qu'elle enlaça brièvement. Son geste ne dura que deux petites secondes, puis elle s'écarta sans dire un mot, et demanda au Duc de bien vouloir les conduire à la sortie la plus proche.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 83
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Chains of Fate : I will always find you   Lun 28 Mar - 13:53

I
l était en mauvaise posture. Les étourdissements étaient revenus avec les efforts dus au combat. Il ne réussit pas à parer un coup et la lame courbe de la faux s'enfonça dans la chair de son ventre, déchirant sa chemise et ses organes. Il poussa un cri de douleur et empoigna le croissant de métal pour l'arracher de son corps et pouvoir prendre ses distances avec son adversaire. Celui-ci ne le laissa pas s'éloigner plus de quelques pas et se baissa pour faucher ses jambes à l'aide du manche en bois dur de son arme. Yvan ne put résister et se retrouva le dos dans la poussière. Le sourire trop familier de l'autre lui noua la gorge. Il comprit qu'il allait mourir. Et il allait regarder son bourreau droit dans les yeux.

La lame scintilla une seconde avant de s'abattre, sa forme devint floue tant le geste était rapide. Pourtant, le coup n'atteignit jamais sa cible. L'un des complices du magicien était intervenu, parant l'acier brillant d'une épée. Yvan fronça les sourcils d'incompréhension, puis son sauveur inespéré tourna légèrement la tête, qu'il avait à présent dégagée. Ulrick ! Mais comment ? Il regarda la porte de sa cage, grande ouverte. Il avait dû la crocheter sans même qu'il s'en soit aperçu. De son côté, l'homme qui avait cherché à le tourmenter se rongeait les ongles et ne cessait de jeter des coups d’œil autour de lui. Il devait envisager la possibilité de fuir avant que les choses n'empirent.

Le combat reprit devant lui. Yvan voulait tellement se lever et aider son frère, mais la douleur et l'étourdissement l'empêchaient d'accomplir ses désirs. Il devait se contenter de regarder, les dents serrées. En fond, il aperçut des ombres se mouvoir. Alors il y avait d'autres personnes dans cette salle ? Il ne les avait jamais remarquées, malgré les trois nuits entières qu'il avait passées ici. Une silhouette se faufila alors jusqu'au drôle d'homme vaniteux et lui porta un coup sur la tête, qui l'assomma. Non sans surprise, il reconnut sa petite sœur. Alors ses deux plus jeunes frère et sœur étaient capables de venir le sauver, et avec succès ? Ulrick se défendait bien et…

« NON ! »

Il s'agita en voyant le sang gicler de la gorge d'Ulrick, qui s'effondra peut après. Evidemment, il n'était pas mort, mais il le serait bientôt s'il n'arrêtait pas ce… Il y eut un sifflement, puis un bruit mouillé. Son double se retrouva soudain avec une pointe de flèche dégoulinante de sang dans l’œil. Yvan fit la grimace et tourna la tête. Luscka était là, prêt à en découdre avec son épée géante. A côté de lui, Taesch abaissait son arc. Il était magnifique dans cette faible lumière.

Peu de temps après, les choses s'étaient arrangées. Lucie avait traîné deux corps d'hybrides à la nuque brisée à côté de lui et serrait Ulrick contre sa poitrine. A son sens, c'était une réaction exagérée. Leur frère allait s'en remettre rapidement. Il ne dit rien toutefois, car il leur devait à tous deux sa vie.
Taesch le rejoignit assez rapidement, accompagné d'un Luscka a l'air agacé, probablement à cause de la proximité envahissante du métamorphe. Si c'était le cas, Yvan savait fort bien ce qu'il ressentait. Il s'assit, les jambes fléchies devant lui.

« Je vais bien, » leur assura-t-il en dépit des vertiges qui l'assaillaient toujours, de son ventre déchiré et de sa paume entaillée.

Cela ne dut pas convaincre Taesch cependant, qui trouva opportun de trancher la gorge de l'un des hybrides morts que Lucie avait ramenés ici. Il dédaigna toujours s'y nourrir. Il était gorgé de sang en dépit de ses blessures et ne voulait pas réitérer la mauvaise expérience qu'il avait eue la veille. Alors il repoussa le corps sanguinolent.

Le doppelgänger était toujours en vie. Evidemment. Il marmonna des mots qu'Yvan eut du mal à comprendre et n'avait de toute façon pas envie de réfléchir à leur sens. Il avait tenté de le tuer, autant le détruire.

« Tuez-le, qu'on en finisse avec cette histoire. »

Ce n'était pas tant par cruauté ou vengeance, que par souci de protection envers sa famille. Il se souvenait parfaitement des mots de l'homme, un peu plus tôt. Il avait parlé d'un piège destiné à Lucie. Yvan regarda sa petite sœur qui fixait sa paume. Il devait la protéger, même si, comme elle l'avait bien montré, elle était fort capable de se débrouiller.

Taesch partit et ce fut avec surprise qu'Yvan se retrouva dans les bras de Lucie. Il la serra aussi brièvement que possible et leur étreinte se termina à peine après avoir commencé. Vacillant, il se remit debout en se tenant à Luscka et utilisa son épaule pour le supporter en dehors de la cave. Il était pratique d'avoir pour ami quelqu'un d'aussi solide et grand.

« Partons d'ici. Nous devons agir vite. Lucie est en danger. Ce type... »

Il n'était plus là, Taesch l'avait emmené. Il espérait qu'il finirait comme Lucie l'avait demandé.

« Il a posé un piège. Il manipule les esprits. Une fois au château, nous devons le torturer et découvrir ce qu'il a fait. Il est commandité par les nobles qui cherchent à nuire à notre famille. Nous ne devons pas nous laisser faire, sans quoi nous sommes perdus. »

Il imprima alors une légère pression dans le dos de Luscka, pour qu'il s'arrête un instant. Se tournant vers Lucie et Ulrick, il leur dit, d'une voix où perçait la colère :

« Tous les deux… Venir ici, seuls, pour vous battre contre des ennemis dont vous ignorez tout. C'était terriblement imprudent ! … Mais merci. »
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Chains of Fate : I will always find you   Mar 29 Mar - 15:05



Chains of Fate


Lucie avait toujours cet air écœuré qui la caractérisait mais ce n'était pas le cas cette fois. Mille expressions se succédaient sur son visage, comme un tableau changeant sans cesse de facette. La colère. La tristesse. L'inquiétude. La fureur. Le dédain. Elle était une princesse qui jamais ne pourrait être détrônée. Si sa mère était aussi puissante qu'elle avait l'air délicate, Lucie était sa digne fille, aussi létale qu'elle semblait fragile.
Il ne s'inquiétait pour elle que parce qu'elle avait la fâcheuse tendance à se mettre dans des situations délicates mais il savait qu'elle était inatteignable au château. Il savait parfaitement qu'elle était aussi forte qu'Yvan quand il s'agissait de déjouer les complots quand ils lui arrivaient sur le coin de la gueule. Ulrick, lui, était plus doué pour prendre les choses en amont et éviter que les ennemis n'approchent sa famille. Et quand il échouait, Yvan et Lucie étaient là pour rattraper ses conneries.
La douleur était largement supportable mais il sentait qu'elle le brûlait de l'intérieur. Le médecin – comment est-ce qu'on pouvait aussi bien manier les armes et choisir de s'encroûter dans un métier aussi ennuyeux ? - s'intéressa bien évidemment à son meilleur ami en premier lieu. Taesch fouillait la pièce des yeux, cherchant un éventuel opposant à la libération d'Yvan.
Il se redressa, alors que le sang coulait dans son dos, laissant des sillons glacés se faire une place sous le cuir et le coton. Les vêtements qu'il avait subtilisé un peu plus tôt étaient parfaitement dégoûtants mais il ne craignait pas une infection. Les vampires ne craignaient jamais les infections, à part la Grande Mort. La terreur le saisit quand il se demanda s'il avait pu l'attraper. Il devrait demander à Luscka de le tester !
Déglutissant, il releva la tête et constata que les lumières lui faisaient mal aux yeux. Elles l'éblouissaient, le laissant un peu sonné. Sans doute une conséquence de la blessure. Il n'avait jamais été aussi touché et il lui semblait qu'il n'avait jamais perdu autant de sang. C'était Yvan la brute de la fratrie qui se faisait blesser tous les quatre matins et avait tendance à perdre plus de sang qu'il n'en buvait. En y réfléchissant, c'était peut-être pour cela que Luscka était devenu médecin.
Néanmoins, le devoir, l'honneur l'obligeaient à prendre compte d'Yvan en premier. La pièce sentait affreusement le sang séché et il lui semblait qu'on avait vidé son grand frère de son sang, presque jusqu'à la dernière goutte. Il déglutit difficilement en imaginant ce que ça devait être. Lui serait peut-être bien mort depuis longtemps. Il secoua lourdement la tête en se disant qu'ils avaient évité le pire.
Il y avait cent raisons pour lesquelles ont aurait pu vouloir enlever Yvan mais s'ils ne l'avaient pas tué tout de suite, ils voulaient quelque chose de lui. Il penchait bien entendu pour l’hypothèse de Lucie mais cela le faisait frémir. Que pouvait donc renfermer ce livre pour que son frère se fasse enlever et torturer ?
Sa sœur vint le prendre contre elle et il sourit doucement. Si être blessé lui réservait ce genre de traitements, il comprenait parfaitement pourquoi Yvan se mettait aussi souvent en danger. Il se blottit contre elle et sourit en lui murmurant que tout allait bien. De son côté, Taesch s'occupait d'Yvan et venait d'exiger qu'il boive. Cependant, Yvan refusa. Qu'est-ce qui n'allait pas chez lui ? Il mourrait en chemin s'il était assez stupide pour ne pas prendre soin de lui.
Le faux Yvan se fit un devoir de les attendrir et il s'efforça de ne pas l'écouter. Il avait beau être pitoyable maintenant qu'il était un perdant, il n'avait pas moins essayé de le tuer. Le trou béant dans sa gorge et son épaule le prouvaient bien.
L'idéal aurait été que tout le monde fasse de même mais Lucie lui accorda une attention non négligeable. Il quitta ses bras, quelque peu vexé que tout le monde prenne en pitié un simple jouet du mage. Il ne comprenait pas cette pitié. Certes, il pouvait être utile mais ils avaient déjà un Yvan pourquoi en avoir deux ? S'ils avaient été dans un contexte normal, il aurait affirmé à haute voix que cela n'aurait pu servir qu'à Taesch mais l'instant était solennel, aussi se tut-il.
Lucie prit les choses en main et exigea de Taesch qu'il ne prenne soin du mage. Il vit la fureur et le mépris traverser les yeux du loup mais elle était sa princesse alors il hocha la tête et chargea le mage sur son épaule.
Ulrick, lui, ne pensait plus qu'à sortir de ce trou et sentir la saveur froide et sucrée du vent d'hiver caresser sa peau. Certes, les vents étaient toujours froids à Gothik City mais ceux de la fin de l'hiver pouvaient tuer un humain adulte s'il traînait trop dans les rues.
Lucie vint enlacer son frère et Ulrick en profita pour rabattre sa capuche sur sa tête. Mieux valait que personne ne le voit ici, on prétendrait qu'il avait été blessé dans un duel.
Toujours bougon que sa famille ait pu accorder de l'attention à l'accès de remords stupide du double meurtrier de son frère, il suivit Luscka qui avait très gentiment accepté de les emmener jusqu'à la surface. Luscka et Taesch étaient passés par un chemin différent du leur et il serait content d'être loin d'ici très vite. Il était sûr de faire des cauchemars de cet endroit pour les cent prochaines années. Taesch devait déjà être très loin, il était plus rapide qu'eux tous.
Yvan parla de choses et d'autres et Ulrick enregistra les informations essentielles. Déglutissant, il hocha la tête. Ils devraient en reparler plus tard. Quand Yvan les remercia, Ulrick se tourna vers lui et l'enlaça, les larmes aux yeux.
“ Fais plus attention, gros tas de muscles ! ”
Ils tournèrent à l'angle d'un couloir et Ulrick releva la tête en entendant une voix familière derrière eux. Il laissa les  autres continuer plus loin et s'arrêta. Fylde était là et elle avait tout vu. Déglutissant, il soupira. Elle s'approcha de lui en souriant, en disant qu'elle savait, qu'il n'avait plus besoin de se cacher. Elle espérait sûrement que cela les rendrait plus proche mais il ne pouvait pas se permettre que quelqu'un sache.
Il s'avança à son tour et lui trancha la gorge d'un geste net Avant que son corps ne touche le sol, il l'avait rattrapé et la serra dans ses bras. Soupirant, il resta avec elle jusqu'à ce qu'elle ne soit morte, quelques secondes plus tard.
“ Je suis tellement, tellement désolé. Tu ne méritais pas cela … J'espère que tu auras plus de chance dans ta prochaine vie, petite fleur. ”
Il porta son corps jusqu'à la salle voisine et la déposa dans le bassin dont l'eau fut bientôt rouge. Après une minute de silence pesant, il tourna les talons et reprit son chemin pour rattraper les autres. Mais à la moitié du chemin, sa plaie lui fit plus mal que jamais. Hurlant de douleur, il s'écroula sur le sol et tomba bientôt dans l'inconscience. Est-ce que c'était sa punition ?  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse de Glace
Messages : 42
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Chains of Fate : I will always find you   Jeu 31 Mar - 8:14

@Lucie von Dast a écrit:






Ulrick, comme Yvan, n'avait vraiment pas bonne mine, et la princesse craignait que l'un d'entre eux ne tienne pas jusqu'à leur arrivée au château. Elle regarda une dernière les deux faux abandonnées sur le sol avant de se tourner pour suivre ses frères et le duc Von Hochen, qui comptait bien les faire sortir plus vite qu'ils n'étaient parvenus jusqu'ici. Alors qu'ils tournaient à un angle, une voix insupportable s'éleva et résonna dans les couloirs. Lucie se stoppa et se serait certainement dépêchée de briser la nuque de cette garce qui les avait probablement suivi, si seulement son frère ne lui avait pas fait signe de continuer et s'était dirigée vers elle. Elle espérait sincèrement qu'il allait en finir, ils ne pouvaient pas se permettre d'avoir qui que ce soit en dehors de la famille Von Dast et de ses proches qui saurait ce qui était arrivé. Qui sait comment réagiraient les autres nobles si il arrivait à leurs oreilles l'enlèvement réussi d'Yvan et la blessure d'Ulrick ? Ils devaient paraître intouchables, sinon ceux qui n'avaient pas encore osé comploter contre eux s'y mettraient à leur tour.

Tous les trois se remirent en route, le prince n'aurait aucun mal à les rattraper, il connaissait ces lieux. La princesse se promit que si elle apprenait que la jeune femme était encore en vie, elle s'assurerait que ça ne dure pas. Dès le début, elle ne l'avait pas aimé et en plus, elle l'avait vu dans un accoutrement affreux. C'était intolérable !

Quelques minutes s'écoulèrent avant qu'elle n'entende des bruits de pas derrière eux, sans doute son frère. Il avait perdu beaucoup de sang et devait avoir grand mal à se concentrer pour rester discret. Lucie eut juste le temps de se tourner pour attendre qu'il la rejoigne lorsqu'elle discerna la silhouette d'Ulrick, au loin, titubant. Le prince poussa un cri avant de s'effondrer et elle se précipita vers lui, l'adossa  contre un mur et tapota ses joues dans l'espoir qu'il reprendrait conscience.

« Réveille toi, nous ne sommes plus très loin... »


L'odeur du sang vampirique était encore plus forte qu'auparavant, et elle constata avec effroi qu'il saignait toujours abondamment. Comment était-ce possible ? Il était un vampire, sa plaie devrait déjà être en train de cicatriser. L'arme du faux Yvan avait forcément était empoisonnée, sinon ensorcelée. Heureusement, Luscka était avec eux, et le médecin s'empressa de lui faire un bandage de fortune avant de soulever Ulrick comme si il n'était qu'un oreiller en plumes et continua de les guider à travers les différents couloirs.
Lucie alla se placer aux côtés d'Yvan en espérant pouvoir le soutenir si celui-ci venait aussi à se sentir mal. Mais le prince noir était bien plus résistant que n'importe lequel d'entre eux, et détestait passer pour un faible. Il tiendrait jusqu'au château avant de s'évanouir, elle en était presque certaine.

Elle rangea la bague qu'elle avait récupéré dans une petite poche de sa robe, destinée à accueillir des aiguilles empoisonnées ou une fiole, et continua son chemin. S'arrêtant quand elle croyait que son aîné allait tomber.  Tout près de lui, elle aurait pu le prendre par le bras, mais ce n'était le genre d'aucun des deux. Au moins, il savait qu'elle était à ses côtés.

Jusqu'au bout, Lucie resta aux aguets, si quelqu'un venait à les attaquer, ce serait à elle de jouer. Ulrick évanouit, Yvan blessé et Luscka avec les mains pleines, elle était la seule personne en forme et capable de les défendre si nécessaire. Par chance, ils ne croisèrent aucune âme qui vive sur le retour. Et une fois à l'extérieur, la princesse proposa ensuite de passer par la sortie creusée sous le château des siècles auparavant, un tunnel qui traversait le bâtiment destiné à être utilisé par la famille du Comte en cas de grand danger, comme une rébellion. Personne à part ses parents n'étaient censés connaître cet endroit, qui permettait de rejoindre une vieille maison délabrée et que l'on croyait hantée par des anges. Elle n'était qu'à deux ou trois kilomètres de chez eux. Lucie attendit la réponse d'Yvan, c'était à lui de décider. Soit ils y allaient à vite et à découvert, soit ils prendraient quelques minutes de plus.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 83
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Chains of Fate : I will always find you   Jeu 31 Mar - 15:52

U
lrick n'avait jamais sa langue dans sa poche. Aussi, bien qu'Yvan soit de toute évidence de méchante humeur, il trouva opportun de l'ennuyer avec l'une de ses taquineries. Souriant intérieurement, le prince lui renvoya un regard foudroyant, qu'il affecta également à Lucie pour la prévenir qu'elle n'avait pas intérêt à imiter son aîné. Il était à deux doigts de leur foutre une fessée, ce qui n'avait pas eu lieu depuis fort, fort longtemps.
Ils sortirent finalement de la salle où il avait été enfermé tout ce temps. Le couloir et son atmosphère viciée suffirent à lui donner l'impression d'être à l'air frais des rues de Gothik City. Il avait tant besoin de sortir ! Ulrick avait été salement blessé cependant, aussi il n'allait pas exiger qu'ils aillent plus rapidement.
Luscka et lui étaient en tête et il se chamailla avec son meilleur ami au sujet de sa propre condition. Le duc avançait qu'il avait une sale mine et qu'il était bien sale, tout troué de partout, qu'il aurait mérité quelques points de suture… Yvan n'avait pas envie que Lou s'occupe de lui, il voulait vider un humain non drogué de tout son sang, tuer quelqu'un et se coucher. Ils terminèrent avec un rire de Luscka et le prince le saisit par la nuque pour appliquer un baiser qui n'avait rien de doux sur son front. Quel insupportable vampire il faisait ces derniers temps ! Aussi impétueux que… Le Luscka de son adolescence.

Un cri rebondit alors sur les murs de pierre du tunnel. Yvan se retourna vivement. Il reconnaîtrait ce timbre entre mille ! Ils arrivèrent à la suite de Lucie dans le couloir où gisait Ulrick. Sa sœur s'était déjà occupée de l'installer assis contre un mur. Yvan osa tituber loin de Luscka et entra dans une pièce ouverte, cherchant un coupable. La salle contenait un grand bassin à l'eau rougie. Le cadavre d'une femme y flottait, la gorge tranchée. Une humaine. Le prince revint auprès des autres et interrogea son frère du regard, mais celui-ci n'était pas plus en position de le voir que de lui répondre. Il était inconscient.

« Par les testicules poilues du Diable ! Ulrick ! »

Il était en colère contre son jeune frère, trop impétueux, trop imprudent par moments. Pourtant, il lui avait sauvé la vie. Mais Yvan pensait qu'il était en droit de mourir, contrairement à ses cadets. C'était à lui de veiller sur eux, de se sacrifier pour sa famille, comme il avait été prêt à le faire cette nuit. Pas une seconde il n'avait douté de cela. Jamais.
Luscka s'occupa du jeune prince, qui saignait abondamment contre toute attente, puis s'occupa de le porter. Yvan prit la tête avec Lucie, qui était désormais chargée de les guider et de surveiller les alentours. Il n'aurait jamais cru se trouver dans une telle disposition des troupes. Pendant leur marche, il constata que sa plaie béante s'était refermée, ne laissant apparaître qu'une surface de peau encore trop rouge et tachée de sang. La drogue qu'il avait avalée était néanmoins plus forte que lorsqu'il s'était jeté dans le combat à cause de sa perte de sang. Il regrettait un peu de ne pas s'être nourri quand on lui en avait donné la possibilité, mais il avait craint que ces hybrides ne soient drogués eux aussi. Des hybrides… Qui avait pu en trouver autant ? Quelque chose de louche se tramait, quelque chose en dehors de l'évidence.
Il réussit à garder le rythme malgré les étourdissements qui l'obligeaient parfois à se retenir au mur de pierres. Au moins, il allait bien mieux qu'Ulrick, toujours inconscient. Lorsqu'ils débouchèrent sur une rue déserte, Yvan prit une grande inspiration. Les odeurs de déchets humains emplissaient l'atmosphère, mais il n'en avait cure. Il faisait froid et l'extérieur avait un goût d'aventure et de liberté.

Lucie leur proposa ensuite d'emprunter un passage secret jusqu'au château. Yvan consulta le ciel, encore bien noir. Il y avait trop de risques pour qu'ils se fassent remarquer et comme ils ignoraient qui était digne de confiance… Ils optèrent donc pour la proposition de la princesse. De temps à autre, il jetait des coups d’œil à Ulrick, dont les jambes ballottaient dans le vide au rythme des pas de Luscka. Après quelques minutes, il se rapprocha de Lucie.

« Heureusement que tu connaissais ce passage, la félicita-t-elle. Je dois reconnaître que tu n'es plus ma petite sœur. Tu es une femme forte et débrouillarde. Je suppose que je pourrai compter sur toi à l'avenir. »

Il glissa un regard en arrière.

« Sur tous les deux. »

Leur petit groupe parvint sans encombre au château et discrètement, ils se rendirent dans les appartements d'Ulrick. Luscka s'occupa plus en détails de lui et Lucie alla chercher Elijah. Yvan, quant à lui, but jusqu'à plus soif du sang laissé sur une cheminée où ronflait un feu moyen. Il s'occupa ensuite de signaler les plans de cet homme curieux aux soldats, sans entrer dans les détails. Il ordonna que les calices de la princesse soient étroitement surveillés et quand on lui apprit que son favori, l'hybride Wish, avait disparu deux jours plus tôt, il n'attendit pas pour demander à ce qu'il soit enfermé si jamais il reparaissait.

« Et essayez d'arracher des informations à l'homme que sire Taesch a ramené tout à l'heure !
-Nous n'avons pas vu l'officier Condé, mon général. Ni aucun homme, personne n'est venu dans les cachots.
-TAESCH ! »

FIN.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Chains of Fate : I will always find you   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chains of Fate : I will always find you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haitian Deportees Fate Now In The Hands Of Team Obama
» fate testarossa,vita chan et les autres.
» Fate Stay Night RPG (demande de partenariat)
» United By The Fate, partenariat
» fan club de Fate (idée de michiyo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-