Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 Sous bonne garde du phénix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Stylish Boss
Messages : 173
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Sous bonne garde du phénix   Jeu 3 Mar - 23:14

Sous bonne garde du phénix

I
l avait passé un temps très très agréable avec Kalem, la veille. A son réveil, il était un peu groggy et il se sentait incroyablement bien. Comme si… Bah, comme s'il avait baisé récemment. Il était euphorique ! Détendu aussi. Vraiment, bien.
Le soleil était fort cet après-midi et il se réfugia derrière les rideaux tirés de la cuisine pour consommer une tasse de café noir. Ce n'était pas vraiment dans ses goûts, mais c'était tout ce qu'il y avait dans l'appartement du vampire. Allic n'avait jamais trouvé le temps de lui demander d'acheter du cappuccino. Il avait été trop absorbé par quelque chose de plus important, évidemment.

Tout en grimaçant au-dessus de son café, Allic consulta l'écran de son téléphone portable. Aucun signe de Caleb. Il ne pouvait pas encore se montrer pressant cependant, ça ne faisait que deux jours. Pianotant des ongles sur le bar, l'homme s'aperçut qu'il en avait un ébréché. Il y avait aussi un peu de sang dessous. Etait-ce le sien, celui de Kalem ou, plus probable, celui de l'homme qui avait succombé à sa rencontre avec le chasseur de primes ?

Avec un soupir, Allic se dit que plutôt que s'ennuyer ici en regardant une télé-réalité aussi fidèle à la vie que son cul dans une cabine à rayons U.V., il allait faire un peu avancer les choses en sa faveur. Il démonta la coque de son téléphone pour en extraire une carte dorée qui lui laissait toujours des paillettes sur le bout des doigts quand il la tripotait. Dessus, il n'y avait qu'une seule information : un numéro de téléphone. Pourtant, il savait exactement à qui ça appartenait.  

Tout en mâchonnant un pain au lait qui s'était miraculeusement trouvé dans le chariot de courses de Kalem, il composa le numéro sur son clavier tactile. Il n'avait pas voulu l'enregistrer, ni aucun autre dans son répertoire, juste par mesure de précaution. On n'était jamais à l'abri d'un coup d’œil indiscret, d'un vol ou d'une perte.

Il y eut quatre sonneries, puis, juste avant la cinquième, quelqu'un décrocha. Allic reconnut immédiatement l'accent à couper au couteau de Grim. Il n'était pas exactement Junkyen – il était fier de pouvoir le reconnaître depuis sa rencontre avec Jin – mais tout de même, il avait une façon de parler bien à lui. C'était à la fois charmant et particulièrement agaçant.

« Mmmouais, Grim ? Rendez-vous c'soir à la statue de l'ange-phénix. Parc chentral. A plush. »

Il raccrocha sans laisser le temps au vampire de répondre et termina d'avaler sa bouchée de brioche. Il aimait bien être théâtral, en particulier avec les petits merdeux qui le laissaient en plan. Avec le recul, il se dit qu'il avait peut-être eu tort finalement. Après tout, il voulait lui demander un service.


Il passa les quelques heures qui restaient avant son rendez-vous à se faire présentable. Il choisit une chemise blanche légèrement transparente uniquement sur le torse, un jean moulant mais pas trop serré gris clair et des bottines blanches à bouts pointus. Il orna son cou et son poignet droit de fin liens noirs, le collier comportait en plus une petite pierre blanche aux contours irréguliers qui avait vaguement la forme d'une goutte. Sa ceinture en cuir noir avec une boucle d'argent en vagues. Sa coiffure était artistiquement ébouriffée et il vola eye-liner de Kalem pour se noircir le contour des yeux. Son teint doré, entretenu par les grandes vitres du vampire, était rehaussé de tâches roses sur les joues, ce qui lui donnait un visage plutôt avenant, à ce qu'il trouvait. Ses ongles brillaient d'une couche de vernis incolore, mettant eux aussi sa peau en valeur. Seule ombre au tableau : les marques de morsure dans son cou. Il n'y avait plus que quelques traces roses grâce aux soins qu'il avait achetés sur conseil de Kim, mais elles étaient toujours visibles pour un œil attentif.
Bon. Il avait tout pour convaincre Grim de faire quelque chose pour lui.

Il laissa un mot plutôt vague à Kalem, sans préciser où il partait et quand il rentrerait et glissa son téléphone dans la poche de sa chemise sans en consulter l'écran. Le soleil couchant faisait rougeoyer le ciel, il avait le temps d'arriver au parc avant le couvre-feu. Ensuite, il se montrerait discret.
Le parc de Versini Lane était à quelques rues de l'immeuble de Kalem. Allic ne mit donc qu'une poignée de minutes à s'y rendre. Il retrouva très facilement la statue de l'ange-phénix, qui dépassait tous les arbres du parc central. En se rapprochant, il s'amusa à l'étudier. Ses longues ailes étaient faites de flammes au lieu de plumes et il avait un discret bec d'oiseau à la place du nez et de la bouche. Sa longue toge donnait l'impression d'être secouée par des vents très violents, mais l'ange-phénix s'en fichait bien, avec son air fier et assuré. Il écartait les bras, dans un geste d'accueil et de protection à la fois. C'était en quelque sorte la mascotte de Modernis State et une attaque directe contre la culture Gothik.

Parvenu aux pieds de la statue, Allic fouilla frénétiquement les environs à la recherche de son rencard. Il espérait vraiment qu'il n'allait pas lui faire faux bond. Aux alentours, quelques couples quittaient, visiblement à contrecœur, les lieux. Ce stupide couvre-feu emmerdait vraiment tout le monde et Allic n'était pas certain que ça ralentisse pour autant la maladie. Enfin, le gouvernement devait bien faire semblant d'agir d'une manière ou d'une autre, ne serait-ce que pour paraître concerné par la gravité de la situation.
Au bout d'un moment, il consulta son téléphone. Manque de bol, il n'avait plus de batterie. Merde alors. Quel con il faisait parfois. Il n'avait même pas de montre pour surveiller l'heure.
Allic s'adossa au socle de la statue de l'ange, les bras et les chevilles croisés. Il gardait un œil sur la rue, des fois qu'un flic un peu zélé passe dans le coin. La lune était presque pleine cette nuit et on y voyait parfaitement dans les lieux dégagés. Avec sa chemise blanche, il se ferait repéré en un rien de temps. L'homme se consola en se disant qu'au moins, le vampire ne pourrait pas le rater.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Ven 4 Mar - 11:27





En tenant la main de Tony, il essaya de refouler tous les souvenirs heureux qu'il avait eu avec lui depuis sa naissance mais c'était peine perdue. Il ne pouvait pas oublier combien ils s'entendaient bien, comment il l'avait emmené à Gothik City quand il avait dix ans et comment il avait été fier de lui à son mariage. Voilà six jours qu'il était revenu et Tony n'avait toujours pas bougé. Il venait le voir tous les soirs, dans la petite résidence secondaire de Mouloud.
Et il s'en était passé des choses en dix jours. Il avait laissé Alianora aller de son côté une fois qu'ils avaient passé les portes et avait fait en sorte de la revoir depuis. Elle se portait bien apparemment. Ensuite, il était allé prêter allégeance à cette pétasse qui avait mit son fils dans le coma mais elle avait déjà été viré par le nouveau boss. Ce mec ne l'intéressait pas et Grim aurait juste pu le tuer mais il avait déjà une vengeance en cours.
Il était donc allé sonner chez Hedwige et son copain qui était un gros connard. Du genre, superficiel et toujours insatisfait de ce qu'il avait. Hedwige était toujours dehors alors ç'avait été facile pour Grim de se mettre dans le lit de Devon. Et bon sang, ce mec avait un appétit sexuel insatiable mais il était assez … banal en fait. Il n'avait rien d'un dieu du sexe en tout cas.
La veille, il avait été seul à un concert des Nya-Nya Brothers, un groupe de punk assez violent. C'était du moins ce qu'il avait prétendu pour que Dick lui lâche le cul, littéralement. En réalité, il était allé dans un entrepôt au rendez-vous qu'il avait fixé à une cinquantaine de mec prêt à en découdre avec la lilliputienne. Heureusement que le couple de débiles n'avaient pas pensé un seul instant à le suivre quand il avait dit qu'il voulait le nouveau boss en brochette.
Tout le monde était remonté et prêt à passer à l'action et un des hommes avait dit qu'il y avait une chance qu'Allic soit vivant. Apparemment, il y avait une rumeur qui disait qu'il avait assez d'hommes pour renverser n'importe quelle famille. Cependant, Grim avait fait tout ce qu'il pouvait pour le contacter. Il avait même été jusqu'à voir les Queen quand il avait su que la fille s'était embrouillé avec le frère de la marraine.
Alors ils devaient aller vers l'avant. Toujours. Et pour ça, ils avaient prit une décision. Dans une semaine, ils tueraient la fille et vireraient le barbu du pouvoir. Ensuite, ils se débrouilleraient pour trouver Allic. En attendant, Mouloud s'occuperait de tout remettre en place.
En se levant du chevet de Tony, Grim se demanda pourquoi il devait traîner avec ces abrutis. Il commençait sérieusement à douter de la vie d'Allic. Il était peut-être bien sous deux tonnes de gravats, crevé depuis deux semaines pour ce qu'il en savait. Son objectif principal était la vengeance mais putain, ça le foutait en boule qu'Allic ait de grandes chances d'être mort. Il l'aimait bien au fond …
Il se dirigea vers le supermarché. Aujourd'hui il n'avait rien à faire et pas envie de se faire prendre le cul et de devoir simuler la jouissance. Finalement, il se dirigea vers un supermarché non loin de là. Il était au rayon des teintures en hésitant entre cerise griotte et chocolat caramel quand son téléphone se mit à sonner. Il eut à peine le temps de répondre qu'une voix trouble lui donna des indications avant de raccrocher. Okay, c'était pas suspect.
Optant finalement pour chocolat, il rentra chez lui en volant la teinture et appliqua la masse florale sur ses cheveux. Il aurait dû faire plus attention putain quand le mec lui avait donné des ordres. Une fois rincé, il s'admirait. Ah oui putain il était sexy comme tout. Bon, le mec n'avait pas précisé d'heures alors il allait le faire attendre un peu. Il prit le temps de se maquiller pour agrandir ses yeux et rosir ses lèvres avant de se retrouver nu devant sa penderie. Qu'est-ce qu'il allait bien pouvoir mettre ?

Finalement, il se pointa au parc alors que la nuit était en train de tomber assez rapidement. Il avait mit un grand pull qui indiquait 'GOD MADE SOME MEN EXTRA CUTE', un jean très serré et râpé aux genoux et des bottines à talons qui le grandissaient de quelques centimètres – ce qui était déjà pas mal quand on faisait la taille de Grim. Indifférent au froid de Modernis State, il n'avait pas prit de manteau mais des lunettes de soleil étant donné que le soleil n'était pas encore couché quand il était parti.
Arrivé la statue, il se figea. Okay, Allic Beackerman. Il s'attendait pas à ça. Heureusement, l'humain ne pouvait pas voir ses yeux écarquillés sous ses lunettes mais pour sa bouche grande ouverte c'était loupé. Il se dirigea à grandes enjambées vers lui et sourit.
– Aha je le savais que t'étais en vie asshole ! Tu trouves pas que c'est un peu gonflé de donner un rendez-vous à un vampire sous cette statue ?
Il détailla l'humain de ses yeux supérieurs en enlevant ses lunettes et constata qu'il avait l'air en super forme. Il s'était même fait beau pour lui. Oh putain ! C'était quoi ça ? Il attrapa Allic pour l'attirer plus près de lui et examina ses marques. Non …
– Alors c'est pour ça que t'as l'air en bon état ? T'as fait ta pute à vampires ?
Il avait un ton moqueur mais Allic était peut-être assez doué pour remarquer qu'il semblait blessé et même un peu en colère. Putain il était pas là deux semaines et tout partait en couilles hein !  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 173
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Mar 8 Mar - 21:57

A
llic regrettait vraiment sa connerie maintenant. C'était sûr, Grim n'allait pas se pointer. Le ciel était bien noir à présent et la lune lui semblait de plus en plus grosse. Pourquoi est-ce qu'il avait voulu se la jouer, déjà ? Franchement, la situation ne se prêtait pas à de tels amusements ! Il devrait essayer de se faire des mémos, du genre « Tu es dans la merde, arrête de déconner », ou bien… Oh ! Grim !

Le vampire était à quelques mètres devant lui, la bouche ouverte. Enfin ! Il sourit en coin, heureux que quelqu'un ait la décence d'être surpris de le voir debout et bien vivant. Puis, alors que le petit blond nerveux le rejoignait, il prit le temps de le détailler un peu, toujours adossé au socle de la statue de l'ange-phénix. Grim était sacrément sexy, avec son jean moulant dont il aurait aimé voir la face arrière et son pull qui clamait en capitales l'évidence même, à travers celui qui le portait. Sous la pâle clarté de la lune, il distingua la couleur ravissante de ses lèvres. Et sourit plus largement en voyant l'état de ses cheveux. Ils n'étaient plus blonds, en fait, mais châtains. Une couleur qui se rapprochait assez de la sienne. Alors il avait un vrai fan ?

Evidemment, Grim l'apostropha en ponctuant sa phrase d'une insulte. Typiquement lui, pensa bêtement Allic alors qu'il ne le connaissait pas si bien que ça. Au moins, c'eût le mérite de le faire éclater brièvement de rire. Et puis, quand il lui reprocha le lieu du rendez-vous, Allic lui répondit simplement par un sourire énigmatique. En vérité, il avait choisi l'ange-phénix à cause de sa visibilité. Mais si Grim voulait penser qu'il y avait un message derrière, il préférait le laisser croire ça. S'il pouvait l'imaginer plus intelligent qu'il ne l'était, pourquoi pas ? Allic n'avait rien contre la flatterie, même quand c'était lui qui était à l'origine du compliment.

Sans mot dire, il observa Grim alors qu'il venait de retirer ses lunettes noires… Et se mit à le dévorer du regard. Bon sang, ses yeux… Ils étaient magnifiques. Ce mec avait un physique qui était fait pour être découvert petit à petit. Peut-être que si un jour, il s'ennuyait, il lui demanderait un strip-tease. Voir, chez Kalem. En compagnie de Kalem. Maintenant qu'il avait brisé la glace avec le vampire mannequin, ils pourraient peut-être partager ce genre de divertissement.
Soudain, il décolla de force du marbre qui lui rafraîchissait l'omoplate, pour se retrouver entre les mains inquisitrices de Grim. Ses doigts froids écartèrent son col et il ne fut pas loin de fourrer son nez dans son cou pour voir ses cicatrices de plus près. Quand il le lâcha, Allic tangua un peu sur ses pieds avant de retrouver son équilibre. Il se massa le cou à l'endroit où la chemise lui était rentrée dans la chair.

« Quoi ? Bien sûr que non ! » clama-t-il avec ferveur. « Je rends simplement service à un… Pote. Il m'héberge, me paye à bouffer et des fringues, je pouvais bien faire ça pour lui ! Et oui, on a couché ensemble une fois, mais ça ne veut pas dire que... »

Allic se tut quelques secondes, réfléchissant à ce qu'il venait de dire. Oui, Kalem lui payait tout un tas de choses en échange d'un peu de sang. L'homme fit un geste d'apaisement envers Grim, qui semblait vraiment furieux.

« Okay, okay, c'est à peu près la définition d'une pute à vampires. Mais ce n'est pas vraiment comme ça entre nous. Et puis de toute façon, ça ne te regarde pas, à ce que je sache. Je fais encore ce que je veux avec mon corps. »

Ca ne serait pas vraiment la première fois qu'il ferait du commerce discutable après tout. Il passait son temps à se vendre à tout le monde et il avait même fini par apprécier ça. Il adorait qu'on le complimente et qu'on lui court après. Qu'on vienne le chercher. Son psy – à l'époque où il avait trouvé drôle de se faire analyser – avait clairement dit qu'il avait un complexe, qu'il avait peur de ne plus être aimé et d'être seul. Du coup, il faisait en sorte d'enchaîner les gens à lui, pour qu'ils n'aient d'autres choix que de le suivre et de l'aimer, quitte à ce que soit hypocrite. C'était sans doute pour cela qu'il aimait traîner avec Kalem. Le vampire ne faisait pas ça par peur, il l'avait déjà affronté et avait gagné. Il aimait croire que Kalem faisait ça parce qu'il tenait un peu à lui. Bien sûr, Grim ne pouvait pas comprendre ça. Et Allic n'avait aucune envie que ce soit le cas. Il aimait garder sa vie privée secrète.

Avec un haussement d'épaules, il jaugea le visage scandalisé de Grim. Il était mignon quand il était en colère. Ca lui donnait un air ébouriffé, comme si on avait foutu un chat dans une machine à laver. Bien sûr, dans l'analogie, Grim était le chat à la sortie du programme « laine ».
Décidant qu'il pouvait bien poursuivre la conversation, il lança :

« Je ne t'ai pas fait venir pour parler de ça, même si j'adore que tu t'inquiètes pour mon intégrité morale. J'ai besoin que tu trouves quelque chose pour moi. Je me suis dit que si toi tu n'y arrivais pas, personne ne le pourrais. »

Il fouilla ensuite sa mémoire, essayant de réunir les lettres dans le bon ordre. C'était assez difficile, il n'avait pas une bonne mémoire des mots. Il était physionomiste, voilà tout. Finalement, au bout d'un petit moment, il lâcha :

« Giead. Ca te dit quelque chose ? C'est une arme blanche. Un genre d'épée, si j'ai bien compris. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Mer 9 Mar - 11:44





Il ne réalisait pas vraiment encore combien c'était incroyable de revoir Allic. Dix minutes auparavant, il aurait dit à n'importe qui que c'était mort, qu'Allic était si pieds sous terre coulé dans du béton ou passé dans une broyeuse. Mais non. Non du tout. Le boss était bien là en face de lui, éclairé par le néon du restaurant tex-mex qui allait bientôt fermer. Putain, c'était quand même dingue qu'il ne l'ait pas appelé avant.
Et puis, il se souvint qu'Allic devait toujours penser Tony mort. Mouloud n'avait pas réussi à le contacter et personne ne savait où il était donc, en toute logique, personne n'avait pu lui dire que son meilleur ami n'était pas raide mort.
En se rapprochant, il se demanda comment il lui dirait. Il devrait peut-être juste éviter de le brusquer et l'emmener chez Mouloud. Il ne pouvait pas lui dire ça comme ça sinon il allait lui claquer dans les pattes et ce serait du gâchis. Il venait de le retrouver pour mener ses hommes il n'allait pas tout gâcher en le faisant mourir d'une crise cardiaque. Non, valait mieux le mettre face à la réalité d'une façon plus douce.
Un courant d'air passa entre eux et Grim sourit en respirant l'odeur d'Allic. Putain, il y avait cette odeur … l'odeur de quelqu'un d'autre. L'odeur d'une morsure. C'était répugnant.
Bon, il aurait pu lui donner rendez-vous ailleurs quand même, il n'était pas très intelligent. Ici, on pourrait les choper n'importe quand et la chemise d'Allic le faisait repérer comme un phare. Il commençait à se dire qu'il était carrément mieux qu'ils aillent chez Mouloud. En plus, le mafieux avait toujours du bon whisky et sa femme faisait de super en cas bien solides. Il avait un petit faible pour les saucisses feuilletées.
Il soupira doucement quand son coeur se serra à la vision de Tony. Il se souvenait tout de la chambre, dans les moindres détails mais surtout, la respiration lente, insuffisante de son fils. Sa pâleur de cadavre et tout ce qui allait avec. Heureusement, avec le temps, il était devenu beaucoup moins froid.
Pour se reprendre, Grim reposa son regard sur Allic. Il était vraiment très sexy mais cette morsure entamait son humeur. Putain, comment est-ce qu'il avait pu lui faire ça ? Se faire mordre par un vampire et l'afficher comme ça, comme une véritable pute à vampire. Il n'aimait pas ça et fit taire Chapelier qui lui disait d'arrêter d'être jaloux comme ça. Il n'était pas jaloux. Pas vraiment … c'était juste son humain, voilà.
Allic lui révéla même qu'ils avaient couché ensemble et et qu'il n'avait pas à se mêler de ça. Non mais putain, il croyait rêver.
Non mais sérieusement, un peu plus et il retrouvait Allic marié quoi. Mouloud serait sans doute très déçu et puis … oh oui, il devait le persuader de le suivre. Avec le couvre feu ce ne serait pas bien dur. Il savait parfaitement par où aller et comment s'y rendre facilement. La maison de Mouloud n'était qu'à deux patés de maisons d'ici et ils pourraient facilement s'y rendre en évitant les patrouilles de flics.
Ensuite, Allic prit le parti de le flatter. Comme si ça allait changer quelque chose au fait qu'il était furax. Il soupira en l'écoutant et hocha rapidement la tête. Parfait, il la trouverait cette arme, même s'il devait se mettre en danger. Mais putain sans déconner, Allic s'en foutait de ce qui pouvait bien lui arriver ou quoi ? Il avait l'air d'envoyer un chien chercher un bâton. En grinçant des dents, il se dit qu'Allic aurait peut-être dû rester mort.
– Ouais, ouais c'est bon je te la trouverai ta babiole. Mais si tu veux mon avis t'auras besoin de plus que ça pour reprendre ta place.
Il lui prit la main, enserrant ses doigts dans les siens et le tira par le bras jusqu'à le faire traverser la rue.
– Je t'emmène chez Mouloud voir Tony, on va se faire arrêter avec tes conneries de rendez-vous secret à la con… Putain j'arrive pas à croire que tu te sois fait sucer par un autre vampire, sérieux !
La nuit était froide et humide mais cela ne fit qu'à peine frissonner Grim. Allic devait commencer à avoir un peu froid en revanche. Bien fait pour sa gueule. Non mais putain quoi, ça ne se faisait pas, il l'avait clamé en premier. La jalousie en lui s'enflamma quand il se dit que ce mec avait couché avec lui. Il était donc le premier vampire avec lequel Allic avait couché. PUTAIN !  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 173
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Mer 9 Mar - 15:07

A
llic avait cru que la perspective de rechercher une arme rare sans savoir par où commencer plairait à Grim. Il lui avait toujours donné l'impression d'être une sorte d'aventurier, comme à la télé. Le genre de mec qui savait chez quel contact tenant une petite échoppe aller pour avoir des infos, il partirait ensuite dans un temple souterrain secret du désert, affronterait des monstres géants armés de poison et de dards pourfendeurs, lui avec sa seule petite épée, ou son seul poignard, ou encore un fouet. Et à la fin, au prix de nombreux efforts et de pas mal de sang, il trouverait son trésor, affronterait un rival puis le déposerait, englué dans une substance suspecte et verdâtre, sur le bureau d'Allic. Il empocherait sa récompense et franchirait la porte après une plaisanterie pleine d'esprit, et lui, un verre à la main, reluquerait son cul en se disant qu'un jour, ils finiraient par coucher ensemble, parce que même les petits aventuriers aussi indépendants que Grim ne pouvaient résister à son charme naturel.
Au lieu de tout ça, Grim lui balança vite fait qu'il trouverait ce qu'il lui demandait, mais ça ne l'intéressait pas plus que ça apparemment. Allic aurait pourtant bien aimé savoir s'il avait au moins une piste.

« Ce n'est pas pour me battre, répondit-il avec mauvaise humeur. J'en ai besoin pour obtenir l'aide de quelqu'un. Enfin, plus exactement pour le soudoyer. »

Allic Beackerman ne rendait pas service, il ne suppliait pas. Il passait des accords et soudoyait les gens. Sinon, sa réputation en pâtirait.
Tout de suite après, Grim lui saisit la main et l'entraîna dans la rue. Allic fronça les sourcils, troublés, mais ne chercha pas à se défendre. Il avait beau ne pas payer de mine avec son pull, Grim restait un vampire, il avait une force supérieure à la sienne et Allic tenait assez aux articulations de son épaule. Sur le trottoir d'en face, Grim lui déballa qu'il l'emmenait chez Mouloud et faisait une fixette sur le fait que Kalem l'ait mordu. Mais Allic fit abstraction de tout ça en entendant le nom de Tony.
Peu importait qu'il ait le bras arraché dans le processus, il se dégagea d'un coup sec de l'emprise de Grim et recula de plusieurs pas, se retrouvant sur la route. Il tremblait très légèrement et avait la nausée. Le souvenir de Tony, mort dans son lit, était toujours bien présent dans sa mémoire, frais et cuisant comme au premier jour, la première seconde. Grimaçant comme si sa nausée allait aboutir à quelque chose avec des morceaux de pain au lait, il clama :

« Tu crois vraiment que j'ai envie de voir son urne ? Putain fous-moi la paix ! »

Il serrait les poings et des larmes lui brouillaient la vue. Allic n'avait plus aucune envie de rire, de plaisanter sur quoi ou qui que ce soit. Grim avait touché son point faible du moment avec assez de brusquerie pour le faire craquer. Jusque là, il avait toujours réussi à se contenir. Mais il avait fallu qu'une seule personne, ce vampire, ce type furieux qui aimait se mêler de sa vie, ce mec qui avait abandonné la ville alors qu'il avait un job… ! PUTAIN !

Hors de lui, Allic tourna les talons et partit à grandes enjambées, décidé à rentrer chez lui. Enfin, chez Kalem. BORDEL ! Il ne pouvait même pas juste rentrer dans sa propre maison, qui était occupée par sa sœur, qui était folle à lier et qu'il ne savait même pas s'il avait envie de la voir mourir, alors qu'elle avait tué son frère de toujours, TONY ! NON ! Il allait rentrer dans l'appartement du vampire et s'engueuler avec lui parce qu'il s'était barré juste avant le couvre-feu et il devrait lui expliquer ! Peut-être bien qu'il essaierait juste de baiser avec lui, il lui demanderait de le prendre, sauvagement, juste pour évacuer toute sa colère et sa tristesse. Quoi de mieux que la puissance d'un vampire pour vous enculer bien comme il fallait, après tout ? Et s'il voulait le mordre en prime, et bien tant mieux ! Ce serait même la perfection ! Oh et puis, si pour couronner le tout, il s'avalait une bouteille de vodka en même temps ? Il en foutrait partout et Kalem aurait une nouvelle bonne raison de lui en vouloir, mais franchement, à ce stade, il n'en avait plus rien à faire !

Une lumière jaune l'éblouit brusquement et il couvrit son visage avec son bras, avant de comprendre d'où ça provenait. Il entendit le bruit fatigué du vieux moteur après avoir sauté sur le côté. Son bras heurta durement le trottoir et il roula trois fois au sol avant de s'arrêter, un peu étourdi. Chancelant, il se mit à quatre pattes et regarda la voiture s'éloigner en zigzaguant sur la route. Son oreille droite le lançait et il la touche prudemment. Merde, le bitume avait éraflé sa peau. Ce n'était pas grave, juste douloureux et plein de petits cailloux.
Son cœur battait à cent à l'heure et il se rendit compte qu'il avait vraiment eu la frousse. Jamais il n'avait manqué de se faire renverser, c'était une sensation inédite. Et c'était plus surprenant et terrifiant que quand il était pris dans une fusillade, bizarrement.
Au moins, cet accident lui avait un peu remis les idées en place. Il se releva et épousseta son jean un peu râpé au niveau d'une hanche et d'un genou, cherchant Grim du regard. Un peu plus loin devant lui, son téléphone gisait en pièces détachées. La carte avec le numéro du vampire brillait sous le néon écarlate d'un restaurant de bas-étage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Sam 12 Mar - 14:36





La maison de Mouloud n'était pas si loin. Il aurait juste à obliquer à gauche dans quelques centaines de mètres et suite l'impasse jusqu'au bout. Il pensait sérieusement qu'Allic pourrait tenir jusque là. Okay, il avait faire la connerie de parler de Tony, ça lui avait échappé. Mais au moins il savait maintenant qu'il n'était pas mort. Il devait avoir eu un doute quand même, non ? Il ne pouvait pas penser sans appel qu'il était mort.
Dans les méandres de sa conscience, Grim avait envie de laisser Allic tranquille. Il n'avait même pas cherché à retrouver Tony alors qu'il ne pouvait pas penser qu'il était vraiment mort. Il n'avait même rien fait pour s'en assurer.
Cependant, cette partie pernicieuse de Grim que vous appelleront Chapelier, ne comptait pas vraiment en ce moment. Il savait que son ami imaginaire ne serait jamais d'accord avec le fait qu'il soit proche de quelqu'un de toute façon. Il savait parfaitement qu'il serait opposé à toute connaissance approfondie. Il commençait à avoir envie de ne plus se faire emmerder comme ça. S'il avait toujours eu peur de la solitude, ça avait changé.
Ils s'étaient retrouvés depuis à peine cinq minutes et Grim avait déjà des sentiments mitigés envers le mafieux. Parfois, il le trouvait beau et intéressant et drôle mais la moitié du temps il était juste incroyablement chiant et terriblement frustrant. Bien sûr, le goût exquis de son sang préféré – dire qu'un autre l'avait goûté, ça le rendait dingue ! - pesait aussi dans la balance.
Allic lui répliqua que ce n'était pas pour se battre. Il utiliserait l'arme pour convaincre quelqu'un de l'aider ? Le parrain des Bongiasca ou celui de la toute nouvelle famille peut-être ? Bon, il savait en théorie où avait été cette arme vingt cinq ans plus tôt. Il savait qu'elle était exposée au musée. Il avait vu des gens la nettoyer avec mille précautions – puisque personne ne voulait essayer de voir si la malédiction était vraie – mais apparemment un mec l'avait volé une quinzaine d'années plus tôt.
Alors qu'il marchait, l'ourlet de son pantalon lui battait les chevilles, à l'intérieur de ces stupides bottines trop grandes. Il se sentait un peu stupide de devoir mettre des vêtements un peu trop grands pour lui mais de toute évidence toutes les marques qui avaient le bon goût de faire des beaux vêtements pensaient que tous les gens assez friqués faisaient un mètre quatre-vingt. Ou genre deux mètres.
Alors qu'ils passaient sous les arbres à osier plantés sur le côté du trottoir par la politique écolo du précédent président, Allic eut une réaction ridicule et absolument disproportionnée. Son urne ? L'urne de Tony ? Oh putain ce mec croyait vraiment dur comme fer qu'il était mort. Déglutissant, il se rendit compte qu'en fait, un humain ne pouvait pas vraiment se rendre compte du pouls faible de Tony. Il avait été berné.
Il se sentit incroyablement con et tout son corps trembla. Allic tenait vraiment à Tony. Il y tenait comme à un ami. En déglutissant, il secoua doucement la tête. Il avait terriblement envie de se casser. Il ne s'était pas rendu compte avant que l'état de Tony avait pu faire du mal, autant de mal, à quelqu'un d'autre que lui. Il était son père et n'avait pensé qu'à lui. Mais Mouloud et Allic avaient dû être terriblement choqués aussi.
Allic se laissa emporter par la colère et s'en alla à grandes enjambées sans rien dire de plus. Il ne voulait pas lui faire de mal mais putain, il était cloué au sol, immensément triste. Par la peine qu'il avait causé à Allic. Scotché par sa colère, il n'avait même pas réussi à balbutier quelques mots. Il ne savait pas vraiment la façon dont il devrait s'y prendre mais Allic devait venir. Il devait le croire, reprendre espoir.
Il était certain qu'après ça, il se rendrait compte qu'il avait la force pour remettre tout le monde à sa place, y compris son petit séant de prince.
Grim réussit à décoller quand il entendit une voiture et un klaxon. Il croisa une voiture dans laquelle étaient empilés sept ou huit garçons qui avaient poussé la vieille stéréo à fond puis rejoignit Allic. Son cœur faillit se remettre à battre quand il se rendit compte qu'il était allongé sur le bitume, comme mort. Mais non putain non ! Il venait de le retrouver. Déglutissant, il se rendit à côté de lui à pas pressé.
Quand Allic se releva, Grim l'attira à lui. Il était arrivé en vitesse vampirique et il ne devait même pas l'avoir vu. Il passa une main dans ses cheveux et le serra juste assez fort pour ne pas lui couper la respiration.
– Ne refais plus jamais une connerie pareille, tu t'es cru dans un clip de pop ou quoi ?
Il ne le relâcha pas, n'osant aucunement le laisser tomber. Il avait peur qu'il ne tombe en miettes. Finalement, il reprit la parole à voix plus basse.
– Tony n'est pas mort, il est dans le coma. La femme de Mouloud est médecin, elle prend soin de lui.
Il laissa ses mots mourir dans l'air froid du soir avant de le reprendre par la main et de continuer son cheminement vers la maison de son ami. Ils devaient y arriver avant de se faire choper.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 173
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Dim 13 Mar - 14:48

U
ne main sûre le happa et il se retrouva collé à quelqu'un. Baissant les yeux, il découvrit Grim, dont il ne pouvait déchiffrer le visage sous cet angle. Une main solide agrippa ses cheveux, sans lui faire mal. Ce contact fit bondir son cœur, puis le calma progressivement. Il se laissa enlacer, enroulant même ses bras autour du vampire. C'était agréable une telle étreinte, il avait un peu oublié. Grim lui reprocha son imprudence et Allic sourit. C'était vrai, il s'était laissé emporté par la colère et la tristesse. Mais avoir manqué de se faire tuer lui avait remis les idées en place. Grim voulait sûrement bien faire, au fond. Et puis, Allic savait qu'il avait réagi comme ça juste parce qu'il n'arrivait pas à accepter la mort de son meilleur ami. Revoir Mouloud, qu'il était plus qu'heureux de savoir en vie, avoir la preuve que son presque frère était décédé… Ca rendrait les choses pleinement réelles et beaucoup plus difficiles à gérer. Comme si sa mortalité s'en trouvait intensifiée.
Tout contre lui, Grim murmura alors des mots qui firent bondir le cœur de l'humain plusieurs fois. Le souffle court, il scruta le trottoir comme si ce dernier avait les réponses à toutes ses questions. Tony ? Dans le coma ? Impossible, il l'avait vu mort, il avait étreint son cadavre plein de sang, il… Il n'avait pas pu se tromper, et puis il avait fait confiance au verdict de Mouloud, de tout le monde ! Ils ne pouvaient quand même pas s'être tous trompés !
La gorge nouée, il réussit à balbutier :

« Oh, okay. Alors allons-y. »

Entraîné par Grim, Allic ne fit pas attention au chemin qu'ils empruntaient. Il avait la sensation de marcher du des nuages tout en ayant un énorme poids sur les épaules. Son rythme cardiaque témoignait de son excitation et son ventre noué de son appréhension. Il avait peur qu'en arrivant, tous ses espoirs soient réduits à néant et qu'ils s'apercevraient que finalement, Tony était bel et bien mort. Et puis, la perspective de le revoir vivant, même inconscient, fit naître un sourire béat sur ses lèvres. Il avait envie de pleurer. Oh mince, il pleurait.

Ils parvinrent sans faire de rencontre devant la porte de Mouloud. L'homme habitait une petite maison avec un jardin coquet et une barrière vert pomme. La porte en bois était aussi en vert, avec une couronne de fleurs multicolores en guise d'ornement. Les petits rideaux de dentelle blanche évoquant des chatons jouant avec des pelotes de laine étaient éclairés par les lumières du salon et personne n'aurait pu deviner que derrière le vélo à pédales et le toboggan rouge du jardin se cachait un père de famille mafieux.
Allic profita du petit répit qui lui était offert pour essuyer ses larmes et attendit, le cœur battant, que l'on vienne leur ouvrir. L'instant d'après, il était dans les bras de Mouloud, qui le serrait à le faire décoller du sol et n'arrêtait pas de marmonner « Tu es vivant ! Tu es vivant ! »
Friska, la femme de Mouloud, d'ordinaire si froide, l'enlaça aussi. Elle était vêtue d'un pull ajusté et d'un pantalon flottant qui détonnaient avec ses pantoufles à poils bleus clairs. Grim et lui se retrouvèrent très vite assis dans le salon, avec un verre de vodka orange devant eux. Ils parlèrent un instant et Allic raconta son périple, sans vraiment y penser, juste par automatisme. Tout son esprit était concentré sur Tony et ses yeux passaient activement d'une porte à une autre, en se demandant laquelle masquait le corps inanimé de son meilleur ami.

Quelques minutes plus tard, Allic n'avait pas touché à son verre, ce qui était exceptionnel. Friska l'emmena dans une chambre à l'étage, plongée dans l'obscurité. La femme le fit patienter le temps qu'elle aille allumer la lampe de chevet et il écarquilla les yeux en reconnaissant les traits familiers de l'homme allongé sous la couette à motifs floraux.
Ses lèvres articulèrent silencieusement le nom de Tony, puis il s'avança jusqu'à son chevet, lentement et sans le quitter des yeux, comme s'il craignait qu'il disparaisse s'il se précipitait trop. Une fois à côté de lui, il lui prit doucement la main et laissa de nouveau les larmes couler, sa paume libre plaquée sur sa bouche pour retenir ses sanglots hystériques.

Un peu plus tard, calmé, il amena une chaise à côté du lit et se tint prostré dessus. Friska s'était silencieusement éclipsée et ils étaient seuls pour le moment. Il n'osait pas lui parler, ne sachant pas si c'était utile. En plus, il se sentait coupable maintenant. Il l'avait abandonné. Il avait envisagé la possibilité de ne pas être capable de tuer Hedwige. Il était horrible ! Le pire meilleur ami du monde, il ne méritait même pas ce titre. Finalement, il posa de nouveau sa main sur celle de Tony et marmonna d'une voix rauque :

« Je suis désolé. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Mar 15 Mar - 11:28





La beauté de la nuit à Modernis State avait toujours ébloui Grim. Modernis était sa ville de naissance et celle qu'il préférait même s'il appréciait aussi les deux autres cités, bien différentes. Bien sûr, il était emmerdé par ce couvre-feu débile mais tout serait peut-être bientôt résolu. Les Modernis disaient avoir fait des avancées et les Gothiks se vantaient d'avoir trouvé la véritable nature de l'infection.
Bon il espérait que la solution des gothiks c'était pas de sacrifier mille vierges parce que si oui, ce serait pas une bonne idée. Ils étaient un peu barbares des fois et ils ne savaient pas différencier leurs croyances satanistes avec la réalité. Une fois, il avait discuté avec un bourgeois persuadé que Satan lui avait accordé sa bénédiction parce que ses enfants étaient en bonne santé. Il n'avait pas osé lui dire que c'était peut-être juste parce qu'ils ne vivaient pas dans un cloaque.
Ils croisèrent un humain sur le chemin. Grim le savait parce que le mec se servait de son parapluie – c'était vraiment débile de prendre un parapluie, il ne pleuvait même pas – comme un aveugle se serait servi d'une canne. Le mec ne sembla pas les remarquer mais il poussa un peu plus Allic dans l'ombre, juste au cas où. Il ne voulait pas que la mort d'Allic soit contestée à cause d'un mec qu'ils avaient croisé.
Ils débouchèrent sur le Boulevard Malheureux quelques temps plus tard et Grim s'en trouva rassuré. La maison de Mouloud était à quelques pas maintenant. Malgré tout, il scrutait les environs. Ce serait bête de se faire prendre ici.
Quand ils arrivèrent devant la maison de Mouloud, la lumière du jardin de devant s'éclaira. Nom de Dieu ! Grim sursauta comme un homme d'affaire prit la main dans le sac dans un rendez-vous secret avec une lycéenne. Il ne s'attendait pas à ce que Mouloud ne se rende compte de leur présence mais il était vrai qu'il avait des caméras de surveillance. Peut-être que le jardin s'éclairait lui même quand des gens passaient devant.
Le vampire prit une grande inspiration pour calmer sa panique passagère. La rue sentait terriblement le tabac froid et l'herbe tout juste tondue. Il détestait cette odeur de … quartier chic.
Ils passèrent la barrière verte assez rapidement pour pénétrer dans le jardin bien éclairé. Ils ne pouvaient pas être encore couchés n'est-ce pas ? Il était bien trop tôt et la femme de Mouloud était du genre à profiter de son temps libre pour faire des activités en famille ou prendre de longs bains relaxants. Friska et lui s'entendaient bien. Très bien même. Des fois, ils se gueulaient dessus mais c'était juste dans sa nature. Il lui était infiniment reconnaissant de s'occuper de Tony.
Pendant qu'ils attendaient, il constata que les lumières du salon étaient bel et bien allumées et qu'ils n'avaient toujours pas changé ces rideaux hideux.
Friska et Mouloud furent ravis de retrouver leur ami et même la glaciale femme de Mouloud versa une ou deux larmes. Mouloud, lui, semblait inconsolable.
Bientôt, on leur servit un verre et Friska conduisit Allic en haut. Il savait qu'il valait mieux le laisser seul pour le moment. Elle descendit un peu plus tard, émue. Puis elle donna une grande tape dans le dos de Grim en lui disant de se ressaisir. Il n'avait même pas remarqué combien il était crispé.
Un instant plus tard, il était en haut, appuyé sur le chambranle de la porte. Allic était beau de dos. Il ne cessait de s'excuser. Pourtant, il n'avait rien à se reprocher. Il sourit et se racla la gorge.
– Antonio ne voudrait pas que tu t'excuses tu sais. Il serait sûrement en train de te sermonner s'il était réveillé.
Il préférait ne pas dire le mot 'coma' en face de lui. C'était toujours mieux que 'mort' mais bon… Ça rendait tout trop réel. Il sourit doucement et vint s'asseoir sur le lit. Prenant la main tiède de son fils, il posa son verre sur la table de chevet.
– Il va se réveiller. Friska dit que sa situation s'améliore. Et c'est vrai. Je viens le voir tous les jours depuis que je suis venu et il réagit de plus en plus quand je lui parle. Il a même serré ma main une fois.
Il releva son regard sur Allic, les yeux humides et se racla de nouveau la gorge, gêné. Il ignorait si Tony savait quel était le lien qui les unissait mais au final il s'en foutait bien. Il n'avait pas à se justifier.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 173
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Mer 16 Mar - 10:33

U
n raclement de gorge le tira de son cocon de tristesse. Malgré la surprise, il ne réagit pas. Non, son corps était beaucoup trop mou pour ça. Il se sentait comme vidé. La voix de Grim s'éleva, étrangement émotive. Allic ne quitta pas le corps de Tony des yeux pour autant. Ces derniers avaient séché, comme les larmes sur ses joues, sans qu'il y touche. Un coup d'eau sur le visage ne serait pas du luxe par la suite. Il devait avoir une mine affreuse.

« Ah… Peut-être bien. J'aimerais bien. »

Il aurait nettement préféré que Tony lui fasse un sermon, comme ça lui prenait parfois, au lieu d'être inerte. Allic frissonna violemment. Il revoyait la scène qui l'avait plongé dans le drame. Il avait vraiment vu le cadavre de son meilleur ami dans ce lit. Et même s'il voyait la poitrine de Tony se soulever faiblement sous les couvertures, il n'arrivait pas à se faire à l'idée qu'il n'était pas mort. C'était bizarre, vu qu'il n'arrivait pas non plus à se faire à l'idée du contraire. Tony était entre deux états et il cesserait d'être triste le jour où il ouvrirait les yeux pour clamer : « Je ne suis pas mort ! »

Grim vint se placer sur le lui et même s'il ne le regardait pas en face, Allic le percevait du coin de l’œil, il entendait ses mouvements, les glissements de tissus de ses vêtements et des draps. Il percevait aussi sa simple présence, comme une amie de longue date, rassurante. C'était étrange. Grim ne dégageait aucune chaleur, il était un vampire, pourtant c'était comme s'il irradiait doucement, à l'instar d'un soleil d'hiver.
Quand le nouveau brun passa son bras sous son nez pour déposer son verre sur la table de chevet, il remarqua à quel point sa peau était plus imparfaite que celle de Kalem. Sans doute à cause de ses séjours à la Junkyard. Ou alors juste parce que Kalem était un vampire exceptionnellement parfait.

Allic hocha la tête comme un balancier fatigué aux mots de Grim. Le vampire avait l'air d'espérer très fortement que Tony se réveille, c'était presque bizarre. En plus, se souvint-il, il l'avait appelé « Antonio ». Personne ne l'appelait comme ça, il était juste Tony. Alors pourquoi… ? Oh, maintenant qu'il y pensait, « Tony » était le diminutif d' « Antonio ». Mais si lui, son meilleur ami, son frère ! n'avait jamais été informé de ça, comment Grim, un complet étranger, un simple mercenaire, pouvait… ? La question mourut dans son esprit avant la fin, il était décidé à la prononcer à voix haute.
Il se tourna alors vers le vampire, les sourcils froncés.

« Comment tu connais son nom ? Et pourquoi tu te préoccupes autant de lui ? »

Il lui avait dit que Tony avait serré sa main. Même dans le coma, Allic était certain qu'il ne serrerait pas la main de n'importe qui ! Grim lui cachait quelque chose. De toute évidence, ça n'avait rien de mauvais pour le compte de son meilleur ami, sinon il se serait montré violent. Il restait qu'il était incroyablement en colère. En fait, il se rendit compte qu'il avait le sentiment d'avoir été trahi.


Un peu plus tard, Allic était retombé dans son apathie. Il en avait assez d'observer Tony en attendant qu'il se passe quelque chose, mais il ne voulait pas non plus partir. Pas tout de suite. Il voulut juste résoudre le problème, comme il en avait l'habitude pour tout. Alors il attrapa la main du comateux, soudain animé d'une idée.

« Et si… Je pourrais essayer de l'obliger à se réveiller. »

Malgré sa fatigue, il se concentra pour utiliser son pouvoir et influencer l'esprit de Tony. Il avait pourtant du mal à se concentrer, c'était comme si quelque chose parasitait sa volonté. A chaque fois qu'il voulait se projeter dans les pensées de l'homme, qu'il chérissait pourtant pleinement, autre chose venait le bloquer. … Ce n'était pas le moment de penser à ça ! se morigéna-t-il silencieusement. Il pressa la main de Tony plus fort, les yeux étroitement fermés, et lui envoya des vagues entières d'ordre. Tous ses efforts n'eurent malheureusement aucun effet, il s'était juste épuisé.
Un peu essoufflé, il laissa retomber mollement son bras.

« Ca ne sert à rien. Je suppose que ça ne peut pas fonctionner. »

Après un soupir, il se leva, lentement et lourdement, puis se réfugia dans la salle de bain pour se laver le visage. Quand il revint, quelques gouttes d'eau humidifiant encore sa peau, il hésita. Cette pensée l'obsédait de plus en plus, se transformant en véritable besoin. Il avait les nerfs à vif, comme s'il était soudain devenu d'hyper mauvais poil et ça n'avait rien à voir avec Tony.

« Il faut que je rentre. Kalem… Il doit se demander ce que je fous. Je ne veux pas le faire attendre. Merci de m'avoir amené ici. Je reviendrai. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Dim 20 Mar - 13:05




Tout espoir n'était pas perdu, loin de là. Tony se rétablissait, il allait de mieux en mieux. Il se réveillerai peut-être dans la semaine. Friska disait qu'il pourrait facilement aller mieux après, c'était un solide gaillard plein de santé. Grim était du genre à a tomber malade n'importe quand quand il était humain mais Tony devait tenir de sa mère, en plus d'être un hybride. Il était parfaitement capable de s'en sortir seul.
Parfois, Grim avait envie de retourner en arrière, de prendre Tony avec lui et de l'élever comme un véritable père l'aurait pas. Mais quelque part au fond de son cœur, il le savait très bien, Tony n'aurait pas été heureux. Il ne voulait surtout pas que son fils vive dans des conditions précaires. Au moins, chez Alaric, l'enfant avait été bien élevé, avait eu un presque frère et il lui avait semblé très longtemps qu'il était le plus heureux des adolescents.
Si Tony et lui avaient toujours eu cette relation de père-fils très soudée et qu'Allic et Tony étaient comme des frères … Est-ce que ça voulait dire que le fait qu'Allic et Grim aient une tension sexuelle entre eux sans arrêt était quelque chose de malsain ? Parce que putain, s'il devait s'empêcher de coucher avec un mec pour faire plaisir à son fils, il le ferait. Mais ça le ferait chier. C'était son humain quand même.
En souriant, il regarda le jeune homme en face de lui. Allic avait plus l'air triste qu'autre chose alors qu'il pensait qu'il allait sérieusement exploser de joie. Il n'aimait pas ça, le voir triste. Il ne savait pas trop si c'était de la compassion – puisque c'était débile, Tony était son fils – ou une forme d'affection extrêmement étrange. En tout cas, il ne voulait certainement pas … Il ne lui montrerai pas combien il était affecté par sa tristesse.
En soupirant doucement, il se rendit compte qu'il aurait mieux fait de ne pas monter. Il avait une nausée qui montait de plus en plus en lui. Une nausée qui lui disait de ne pas rester, de s'en aller avant de dire des conneries. Il venait tout juste de réaliser que ce n'était pas un rêve, que c'était Allic en face de lui et qu'il n'était pas mort. Bon sang, tout redeviendrait bientôt comme avant, c'était … c'était possible ?
La chambre tourna un peu autour de lui et il grogna doucement. Okay, il allait vraiment pas bien. Il devait se calmer, calmer la présence de Chappy en lui et arrêter de paniquer pour de la merde. Il avait juste envie de le serrer de nouveau contre lui mais c'était salement déplacé dans ce contexte.
Fébrilement, il prit la main de son fils et la serra doucement. Il savait bien combien il était profondément endormi mais bon sang, il avait terriblement envie qu'il se réveille à ce moment là. Il avait envie de le prendre dans ses bras et de pleurer contre lui. Tony avait été une figure de force depuis un moment pour lui. Jusqu'à ce qu'il soit adulte, il s'était montré fort pour lui mais quand Tony avait eu son diplôme, il lui avait affirmé être là pour lui.
Et puis, soudainement, Allic se fit autrement plus agressif, en lui demandant comment il connaissait le nom de Tony. Grim fronça les sourcils de nouveau et lâcha un soupir sonore. Il ne voulait pas dire des choses à la place de son fils, qui avait sûrement de bonnes raisons de ne rien dire, mais il devait la vérité à Allic.
– Je connais son nom parce que c'est moi qui lui ai donné. Je suis son père, Allic, je pensais que tu le savais.
Il se détourna de lui et s'assit dans l’alcôve, regardant par la fenêtre. Un peu plus tard, Allic retomba dans une espèce de stase, inoffensive. Grim savait qu'il aurait dû partir, qu'il ne fallait pas traîner longtemps après le coucher du soleil mais il ne voulait pas partir sans Allic.
Un peu triste, Grim le regarda tenter quelque chose. Il ne savait pas trop quoi mais bon, il espérait quand même que ça marcherait. Il espérait que tout serait bientôt terminé. Que Tony se réveillerait et qu'il leur prendrait les mains. Quelques larmes perlèrent aux coins de ses yeux mais il les repoussa d'un geste de la main. Il ne voulait pas pleurer, il l'avait déjà assez fait. Il avait passé tellement de temps à se morfondre.
Allic s'absenta et Grim quitta la fenêtre pour venir passer sa main dans les cheveux de son fils. Il lui murmura quelques mots à son oreille, un peu émotif. Il devait repartir avec Allic s'assurer qu'il allait bien. Il devait lui parler des forces qu'il avait réuni et d'un tas d'autre chose. Il était maintenant très clair dans sa tête qu'il ne le laisserait pas repartir vers un autre suceur de sang. Terrifié à l'idée qu'il puisse n'être plus rien pour lui, il avait envie de mettre les choses au clair. De le garder avec lui.
Les mots d'Allic furent cependant comme une douche froide. Allic ne pensait qu'à ce mec. C'était dégoûtant. Complètement dégoûtant. Il lui attrapa les mains et se hissa sur la pointe des pieds pour l'embrasser, de force. Il ne voulait pas le laisser partir ! Il était sûr que ce mec le manipulait ou le faisait chanter, il ne pouvait tout simplement pas être tombé amoureux si vite.
– Non ! Tu rentres avec moi, tu as passé assez de temps avec un autre vampire, je ne te laisserai pas y retourner putain ! Je … je te laisserai pas partir. On doit parler de toute façon, on a plein de choses à se dire.
Il était triste, en colère et terriblement frustré. Et aussi horriblement mal à l'aise. Il lui en voulait tellement de le laisser tomber comme ça !   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 173
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Jeu 24 Mar - 9:50

L
a révélation de Grim lui mit un sacré coup. Allic le fixa d'un air hébété, comme si ce qui sortait de la bouche du vampire était aussi incroyable qu'une licorne en plein centre de Modernis State. Son père ? Mais non, c'était impossible !

« Tu racontes n'importe quoi ! s'emporta-t-il, furieux. Si tu étais le père de Tony, ça voudrait dire qu'il est un hybride ! Tu es bien trop vieux pour l'avoir eu avant de... »

Il baissa les yeux sur son meilleur ami. Il l'avait cru mort et même maintenant, on aurait pu le penser si on ne prêtait pas bien attention à sa faible respiration. Oh merde alors… Mais pourquoi est-ce qu'il ne lui avait rien dit ? Allic plaqua la main sur sa bouche, de nouveau les yeux humides. Tony avait-il eu peur qu'il le rejette en apprenant la vérité ? Avait-il eu un jour une parole qui lui ai laissé penser une chose pareille ? Allic n'avait rien contre les hybrides, ni les vampires d'ailleurs, tant qu'ils n'essayaient pas de le tuer. Après tout, ces gens pouvaient être très utiles s'ils bossaient pour lui, Grim en était la preuve. Le problème était qu'il plaisantait souvent aussi et pas forcément avec le meilleur goût. Il l'avait peut-être pris au sérieux dans un de ces moments à la con. … Putain !


En sortant de la salle de bain, Allic ne se sentait pas vraiment mieux, mais au moins sa peau ne le tirait plus. Il annonça d'une voix morne à Grim qu'il partait, bien qu'il n'en avait aucune envie. S'il s'écoutait, il resterait avec son meilleur ami pour toujours. Sauf qu'il devait agir pour lui. Il devait récupérer son empire et se guérir de cette obsession qui l'empêchait de réveiller Tony. Pour cela, il n'avait pas trente-six solutions : il devait se confronter à Kalem et mettre les choses à plat avec le vampire. Soit il lui briserait le cœur, soit ils allaient s'engager dans une relation. Dans les deux cas, il espérait ne plus être parasité par ces pensées infernales qui l'empêchaient de se concentrer.
La réaction de Grim le prit de court. En une seconde, il se retrouva bouche contre bouche avec lui, ses mains dans les siennes. Il frissonna au contact de sa peau, puis le baiser fit monter d'un coup sa température. Les quelques gouttes d'eau qui restaient sur son visage s'évaporèrent instantanément et il joignit sa langue à celle du vampire. Son cœur battait trop fort dans sa poitrine, il serra ses doigts.
Grim finit par reculer et le regarda avec une colère inattendue dans ses yeux vairons. Mais qu'est-ce qu'il avait à la fin ? C'était quoi cette jalousie mal placée, cette tendance à vouloir se l'approprier ? Oui, il avait été le premier vampire à le mordre, mais les circonstances n'étaient pas vraiment mémorables. D'ailleurs, il ne s'en souvenait que très vaguement, à cause de sa fièvre qui le faisait délirer. Alors vraiment, y'a pas de quoi s'imposer en tant que propriétaire. Il n'était pas un jouet, putain ! Il se faisait pénétrer et sucer par qui il voulait !

Allic renvoya à Grim un regard identique. Hors de question de faire ce qu'il voulait. Enfin, le vampire avait tout de même raison sur un point.

« Okay, on va parler. Mais ensuite je rentre chez Kalem. »

Après avoir déposé un baiser sur le front de Tony, il sortit de la chambre, doucement et silencieusement. Comme s'il craignait de réveiller le comateux. C'était stupide. Mais c'était comme ça.
Une fois dans le salon, il salua Mouloud et Friska, en leur promettant de revenir. Il leur confia aussi son numéro de téléphone. Allic savait qu'il recevrait un tas d'appels et de message de son meilleur ami. Et il en était très heureux.

Après une multitude d'embrassades, Grim et Allic se retrouvèrent enfin dehors. L'air frais lui fit du bien, il lui ôtait ses soucis de la tête. En prenant garde à ce qu'il n'y ait pas de patrouille policière dans la rue, il franchit le portail vert en remarquant pour la première fois les petites toques gravées dans le bois peint.
Il s'arrêta après avoir marché quelques mètres sur le trottoir vide. Il y avait toujours des lampadaires allumés malgré le couvre-feu dépassé, ce qui aurait pu surprendre au premier abord. Sauf qu'il y avait toujours des humains – comme lui – pour errer dans les rues à cette heure imprudente. Un peu de lumière ne pouvait que les aider à se sauver des griffes des méchants vampires. Ce devait être un poil contre-nature qu'il se fiche pas mal d'être suivi de près par l'un d'entre eux.
Allic se retourna vers celui-ci et poussa un soupir.

« Tu voulais parler. De quoi au juste ? Si c'est encore pour m'éloigner de Kalem et me forcer à venir habiter chez toi, laisse tomber. Je n'ai pas confiance en toi et je ne suis pas ton... »

Une douleur fulgurante dans l'épaule gauche lui coupa le souffla et il trébucha en avant, heurtant Grim. Habitué à ce genre de situations, il réussit à ne pas se laisser happer par la souffrance et jeta immédiatement un coup d’œil par-dessus son épaule. Un tireur équipé d'un silencieux le visait, de la fumée blanche ondulant au bout de son canon. ET MERDE ! Comment l'avaient-ils repéré ?
Il esquiva une autre balle et se mit à courir pour s'éloigner du tireur. Cinq mètres plus loin, il tourna droite, passa de nouveau devant la maison de Mouloud, mais sans s'y arrêter. Il ne voulait pas mettre la maisonnée en danger, surtout avec les filles de son ami à l'intérieur.
Allic courait vite et avait l'avantage d'être celui qui ne devait pas viser. Il évitait d'avancer en ligne droite et de plonger dans les flaques de lumière dispensée par l'éclairage urbain. Pourtant, il n'était pas si rapide que ça. Il n'était qu'humain.
Après un moment, il se retrouvait près de la zone industrielle et poursuivit dans cette direction. Au milieu des containers, l'autre (ou les autres, s'ils étaient plusieurs) aurait plus de mal à le retrouver. Comme il s'enfonçait dans une petite rue en pente descendante, Allic se demanda vaguement où était Grim. Ses oreilles bourdonnaient à cause de la douleur dans son épaule et il n'arrivait pas vraiment à voir autre chose que ce qui était droit devant lui. Le vampire était-il à ses trousses ou avait-il fui par un autre chemin ? A moins qu'il se soit déjà occupé du tireur et qu'Allic soit en train de s'épuiser pour rien.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Jeu 24 Mar - 14:57

POST PERDU A JAMAIS TuT

CAUSE : Fausse manip'


Dernière édition par Grim M. LaPluie le Jeu 24 Mar - 16:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 173
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Jeu 24 Mar - 15:36

A
llic courait à perdre haleine, même s'il ignorait s'il était suivi ou non. Il se disait que Grim l'appellerait s'il était hors de danger ou qu'il finirait bien par s'en rendre compte tout seul. En attendant, il n'allait pas se retourner. En bas de la pente, il voyait la forêt de containers qui l'attendait, comme un refuge sûr. Une fois à l'intérieur, il devrait pouvoir en dénicher un vide et…
Une masse lourde atterrit sur son dos et le fit perdre l'équilibre. Sa cheville se tordit et il plongea en avant, les mains tendues devant lui dans un espoir d'amortir sa chute. Il roula sur plusieurs mètres et si le bitume n'avait pas été si râpeux, il serait arrivé en bas de la rue. Rapide, son agresseur le retourna sur le dos. Allic eut juste le temps de voir qu'il n'était qu'à quelques mètres des containers. S'il pouvait le repousser et se barrer assez vite, il serait sauvé. C'était sans compter la force phénoménal du type, qui se mit à califourchon sur lui en lui écrasant les côtes avec ses genoux. Un flingue apparut dans son champ de vision et la crosse se précipita sur sa tempe. Il poussa un cri rauque, sa vue vacilla, puis il perdit connaissance.


Il fut très étonné de se réveiller, encore plus dans un lit confortable et sous la caresse d'un rayon de soleil. Il n'avait pas terminé d'ouvrir les yeux qu'il sentit quelque chose se jeter sur lui et l'entendit pleurer. Il sursauta à cause de la douleur qui se mit à irradier dans son épaule, ce qui n'arrêta pas Grim. Le vampire remercia Dieu et Allic fixa avec incompréhension l'humidité de ses joues. Il avait donc été inquiet à ce point-là pour lui ?
Quand il lui caressa la joue, Allic déglutit. Le contact était agréable, mais le mettait mal à l'aise, il ignorait pourquoi. Grim lui expliqua ensuite comment il s'était occupé de lui, qu'il connaissait son groupe sanguin… On aurait dit un fan. C'était vraiment très étrange de sa part, alors qu'il l'avait toujours considéré avec un certain dédain. Du moins, c'était l'impression qu'avait Allic jusque là.

Il grimaça quand le vampire retira une aiguille de son bras et se redressa dans le lit avec difficulté, pour s'adosser au mur derrière lui. Un coussin l'empêchait d'avoir mal au dos. Il se tordit le cou pour voir l'état de son épaule et constata que le bandage était vierge de tâche de sang. S'examinant plus attentivement, il remarqua divers pansements sur son visage, son cou et ses mains, sans doute à cause de sa chute dans la pente goudronnée. Quelque chose retenait sa cheville foulée, Grim avait dû prendre soin de ça aussi.
Songeant soudain à quelque chose, Allic leva brusquement ses yeux noisettes sur le visage méconnaissable du vampire. Est-ce qu'il l'avait vraiment veillé tout du long ? Tout le reste de la nuit ? Le reste de la nuit… Oh merde ! Kalem ! Il s'était peut-être inquiété !

Il fouilla la chambre des yeux, mais ce fut peine perdue. Son téléphone portable n'était pas là. Il l'avait peut-être bien perdu dans sa fuite même.

« Où est mon portable ?
tenta-t-il tout de même. Il faut que je prévienne… Mouloud. »

Il avait renoncé à dire la vérité juste à temps. Grim avait l'air tellement en pétard quand il parlait de Kalem, il n'avait pas envie de l'énerver alors qu'il avait pris soin de lui. Il était bien trop faible pour ça, ce ne serait pas malin.

« Merci, dit-il finalement. C'était très sympa de… Faire tout ça. Comment tu connais mon groupe sanguin ? Il est plutôt rare alors… C'est Tony qui te l'a dit ? »

Il était trop épuisé pour être de nouveau en colère à cause de ça. Il verrait plus tard, avec son meilleur ami, lorsque celui-ci serait enfin réveillé. En attendant, il allait essayer de rassurer Grim, qui avait l'air d'avoir frôlé la catastrophe. Il avait eu de la chance que le vampire trouve du sang qui lui allait. Sinon, il serait peut-être mort. Sûrement même. Quel désastre, tout ça pour une fusillade.

« Hey, j'y pense ! Comment ces mecs m'ont retrouvé ? Je croyais que tout le monde me pensait mort ! »

A moins que Hedwige soit plus prudente qu'il ne le pensait. Dans ce cas, elle avait peut-être bien posté des hommes du côté de chez son ami. C'était un bon calcul de sa part, car même si au début il n'avait pas voulu prendre ce risque, il avait fini par arriver à ce résultat. Sans doute que c'était inévitable, alors il n'y avait pas de raison de blâmer Grim. Avec ou sans lui, il savait bien que ça serait arrivé.

Voyant que l'état de détresse de Grim ne semblait pas vraiment s'améliorer et qu'il détestait que quelqu'un le regarde comme s'il s'apprêtait à rendre son dernier soupir dans la seconde, Allic saisit la main du vampire et la serra doucement, avec reconnaissance.

« Hey, ça va, okay ? T'as fait du bon boulot, je suis vivant. T'inquiète pas, je suis solide. »

Maintenant qu'il était assez réveillé pour voir ses longs cils trempés, l'inquiétude du vampire lui semblait plus touchante que gênante. Il avait vraiment l'air adorable comme ça. Et il avait soudain une terrible envie de l'embrasser.
Il se détourna à cette pensée, fermant les yeux et lâchant les doigts de Grim. Quelques heures plus tôt, il était prêt à demander à Kalem de sortir avec lui, en dépit de Queen et de tout le reste. Ce n'était pas parce qu'un petit vamp' venait lui chialer dessus qu'il devait changer la cible de son affection ! Il ne tournait vraiment pas rond. Ce devait être la fatigue.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Jeu 24 Mar - 16:21




La fausse mort d'Allic avait peut-être bien été un présage. Peut-être bien qu'il allait crever en essayant de récupérer sa place. Grim était déjà extrêmement affaibli par le coma de son fils et le fait que Mouloud soit en danger mais si Allic crevait vraiment, devant ses yeux, il prendrait son fils et irait habiter à la Junkyard pour un moment. Tony n'avait aucune raison de vivre ici si Allic était mort. Sauf peut-être cette mystérieuse petite amie que Tony refusait de lui présenter.
En déglutissant, il se rendit compte qu'en fait, il serait surtout triste de ne pas pouvoir lui envoyer des petites piques et avoir des réponses cinglantes. Mais Allic semblait tellement … changé. Sérieusement changé. Il semblait affaibli, beaucoup moins drôle et acide que d'habitude. Il avait l'air d'avoir appelé Grim juste pour cette foutue arme. Et pour le reste, il ne jurait que par ce mec que personne ne connaissait.
Parce que ouais, il avait fait ses petites recherches. Il avait appelé quelques connaissances, avait cherché sur internet et personne ne le connaissait ce mec. Sur Gogoole, le seul résultat qui était sorti était celui d'un mannequin. Un beau mec d'à peine vingt ans qui avait certainement put se faire chirurgier la tronche à seize ans. A moins qu'il ne soit effectivement un vampire. Mais comment un tel mec aurait pu rencontrer Allic ? Oh … mannequin.
Il avait passé au moins deux heures à se regarder dans son grand miroir en pied. Habillé, puis nu, puis de nouveau habillé mais pas de la même façon. Il avait désormais un minishort rose, équipé de bretelles de la même couleur et un t-shirt à manche longue, couleur café. Merde alors, il était beaucoup plus bandant que cette tronche de papier glacé.
Est-ce que c'était parce qu'il était petit ? Parce que merde, normalement il avait mal de succès à cause de ça. Les mecs lui disaient combien il était mignon et il devenait sexy à leurs yeux en un rien de temps. Ca ne pouvait pas être physique, de toute façon. Allic l'avait allumé de nombreuses fois avant Kalem et … merde, est-ce que ça pouvait être l'amour ? Genre le coup de foudre ? Mais pourquoi il semblait aussi … différent alors ?
Grim se rassit au bord du lit quand Allic lui demanda où était son téléphone. Il secoua la tête et haussa un peu les épaules.
“ Aucune idée, j'ai un peu cherché mais t'as du le perdre en chemin. J'espère que t'avais enregistré aucun numéro. ”
Et puis il lui demanda comment il connaissait son groupe sanguin. En souriant, Grim secoua de nouveau la tête. Sa main vint trouver celle de son boss et il détourna le regard.
“ Non, je sais automatiquement reconnaître le groupe de quelqu'un quand je bois de son sang. Tu as de la chance de faire du AB, c'est mon préféré, j'en ai toujours dans mon frigo et je me souviens parfaitement de ceux qui le possèdent. ”
Alors qu'Allic continuait à lui poser des questions et lui demandait si ça allait, le petit blond s'allongea à ses côtés, sous les draps, du côté de sa bonne épaule. Il posa sa tête sur cette même épaule et il sourit doucement en massant l'endroit où l'aiguille avait piqué sa peau. Il passa un moment à lui dire que quelqu'un répandait la rumeur qu'il était vivant et que ça avait dû arriver aux oreilles d'Hedwige.
Ensuite, il lui expliqua ce qu'il avait fait en son absence. De son infiltration dans le lit de Dick, le petit ami d'Hedwige, à la levée d'un nombre assez impressionnant de membres qui avaient refusé de s'allier à la nouvelle direction. Alors que le sommeil commençait à le gagner, il s'accrocha un peu plus fort à Allic.
“ Tu devrais pas lui faire confiance à ce mec. Tu trouves pas que t'es tombé un peu vite amoureux de lui ? Je suis sûr qu'il te manipule, tu t'en branle de faire attendre les gens, même Tony ou ta mère tu les fais toujours poireauter. Ne pars pas, ne vas pas chez lui. ”

Quand le soleil cessa d'éclairer directement la chambre, vers treize heures, Grim se réveilla en sursaut. Il déglutit et passa une main dans ses cheveux. Quand il constata qu'Allic n'était plus à côté de lui, il sursauta. Non, non merde non ! Il repoussa les couvertures avant d'ouvrir la porte en claquant. Il appela son nom une fois, la voix pleine de panique et descendit les escaliers. Un peu trop vite. Il sauta une marche et fit un roulé-boulé jusqu'en bas. Jurant comme jamais, il se frotta l'arrière de la tête, une fois arrivé en bas. Merde alors, ce genre de trucs ne lui arrivaient jamais !  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 173
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Jeu 24 Mar - 18:30

G
rim confirma ses soupçons au sujet de son téléphone. Bon, comme l'espérait le vampire, il n'avait enregistré aucun numéro dans le répertoire, justement pour prévenir ce cas de figure. Il était peut-être imprudent, mais pas stupide.

« Okay, c'est pas grave. J'en prendrai un autre. »

Ca le démangeait de demander à Grim s'il pouvait lui emprunter le sien juste pour passer un appel, mais il se retint. Il n'avait pas envie qu'il l'écoute pendant qu'il téléphonait à Kalem. Et d'ailleurs, il ne voulait pas qu'il sache du tout qui il appelait.
En apprenant que le vampire était capable de discerner les groupes sanguins qu'il goûtait et qu'il avait précisément le sien dans son réfrigérateur, Allic s'attendit à avoir un petit frisson d'effroi. Or, rien de rien. Sans doute que servir de réserve pendant une semaine à un suceur de sang l'avait désensibilisé. Pour autant, il n'avait pas envie que Grim le morde.

« Je vois. Tant mieux alors. Je suppose qu'on peut dire que tu m'as sauvé la vie. »

La poisse. Maintenant il avait une dette de sang envers le vampire. Il espérait que Grim ne s'en apercevrait pas à son tour et qu'il n'en profiterait pas pour lui demander tout et n'importe quoi quand ça lui chantait.
Grim se faufila alors sous les draps avec lui, ce qui surprit grandement le mafieux. Il le fixa avec des yeux écarquillés, en se demandant s'il allait avoir le droit à une petite gâterie. Mais le vampire se contenta de se blottir affectueusement contre lui. A ce contact, Allic commença à entendre son cœur tambouriner dans sa poitrine. En fait, il le sentait plutôt, mais comme ça venait lui taper dans les oreilles, c'était tout comme. Du coup, Grim devait aussi s'en être aperçu. Qu'est-ce qu'il allait en penser ? Allic, lui, se demandait bien ce qu'il devait comprendre de ce geste. Grim en pincerait pour lui à ce point-là ? C'était un peu bizarre, jusque là il n'avait fait que le revendiquer parce qu'il avait été le premier à le mordre. C'était presque incroyable que ce ne soit pas avec lui qu'Allic ait fait sa première baise avec un vampire.
Se sentant redevable, il n'essaya pas de le repousser et se contenta de l'écouter alors que Grim lui racontait ses diverses péripéties. En temps ordinaire, ça lui aurait vraiment fait plaisir et il aurait sauté à pieds joints sur l'opportunité de se servir de quelqu'un. Cette fois, cependant, ça ne lui plaisait pas vraiment. Il devait mettre un frein aux espérances de Grim avant qu'il ne soit trop tard. Il n'avait aucune envie qu'un vampire se fasse des idées. Un être humain, c'était gérable, mais quelqu'un comme lui… En plus, Grim était du genre à se venger, il en était persuadé.

« Alors tu as vraiment fait tout ça… Pour moi ? »

Il déglutit, la gorge serrée. Est-ce qu'il pouvait vraiment jeter ce mec maintenant ? Il n'avait pas envie d'être cruel.
Et puis, Grim se rapprocha encore plus. Allic ne put s'empêcher de remonter son bras pour caresser son épaule, c'était comme un réflexe. Il fixait ses cheveux caramel, on voyait encore quelques zones blondes délaissées par la teinture quand on était aussi proche. Et il sentait bon. Il supposait que les vampires ne diffusaient pas vraiment d'odeur, alors ce devait être du parfum, ou son savon. Peut-être même son shampoing.
De nouveau, il eut envie de l'embrasser. Alors qu'il essayait de se décider entre le sommet du crâne et le front, Grim commença à parler d'un mec. Quel mec ? Ah… Kalem.

« Qu'est-ce que tu baragouines ? Où t'as vu que j'étais amoureux ? C'est pas prêt d'arriver. Laisse tomber Grim, le jour où j'aurai envie de me poser avec quelqu'un c'est pas pour demain. »

Son ton était si dur qu'il le surprit lui-même un peu. Il se rendit compte après coup qu'il pensait plus à Grim qu'à Kalem. Il y en avait un des deux qu'il voulait désespérer après tout.
Le vampire ne répondit rien. Après inspection, il s'avéra qu'il s'était endormi. Oh… Mince alors, il devait vraiment l'avoir veillé tout ce temps. Tendrement et armé d'un sourire équivoque, Allic caressa ses cheveux. Quand il retira sa main, il remarqua un peu de marron sur ses doigts. Il n'était pas foutu de se teindre correctement ?

Allic piqua une petite sieste, d'une demi-heure estima-t-il. La faim le réveilla et son estomac gargouillant termina de l'extirper du lit. Il prit soin de ne pas déranger Grim et fouilla dans l'armoire pour trouver des fringues qui pourraient lui aller. Il dénicha un baggy vieillot et un pull très large. Sur lui, ils avaient l'air d'être ajustés. Grim n'était pas seulement plus petit, il était aussi plus mince. Enfin, au moins, il n'était pas laid, loin de là, sinon il n'aurait pas trop géré de dormir sous lui.
En dehors de la chambre, qu'il referma sans bruit, il trouva un couloir et des escaliers, qu'il emprunta jusqu'au rez-de-chaussée.

La maison de Grim était plutôt accueillante. Il ne savait pas trop dans quel quartier il était mais il verrait ça plus tard. Quand il dénicha la cuisine, il se trouva à deux doigts de sauter de joie. Et quand il ouvrit un placard en hauteur, il lâcha un véritable cri de satisfaction.

« Yeah ! Des pâtes ! »

Il choisit des fettucine à l'encre de seiche – il ignorait ce que pouvait bien être une seiche – qu'il mit à cuire sans se poser de questions. Une cuisinière, c'était une cuisinière. Il prit la première casserole venue, le premier sel à portée de main et c'était parti. Tandis qu'il patientait tant bien que mal devant son assiette désespérément vide en buvant un verre d'eau et en rêvant d'une clope, il entendit quelqu'un l'appeler. Ou plutôt, hurler son nom. Merde alors, il ne pouvait pas lui lâcher les baskets cinq minutes ? En passant dans le couloir, énervé comme jamais – la faim le rendait susceptible, il fut témoin de la chute de Grim, ou en tout cas de sa fin. Et c'était désopilant. Allic éclata de rire jusqu'à en avoir les larmes aux yeux, puis il le rejoignit pour l'aider à se relever. Il ne s'inquiétait pas, étant donné qu'il avait affaire à un vampire.

« Ca va ? Bah alors, tu sais plus comment on descend des escaliers ? Ou tu voulais une bonne excuse pour que je te fasse un câlin ? »

Il rit encore un petit moment, puis se dit qu'il allait lui annoncer ce qu'il était en train de préparer. Une vague odeur commençait d'ailleurs à se diffuser dans le couloir. Alors il baissa la tête, son hilarité calmée, et ouvrit la bouche pour parler. Au lieu de ça, il croisa le regard de Grim et fondit sur sa bouche en l'enlaçant. Il ne s'était pas rendu compte à quel point il en avait vraiment envie.  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Dim 27 Mar - 16:06





Souvent, quand il était en danger, Grim pensait en dernier recours à Tony, pour se donner des forces. Il avait été un père assez absent mais présent quand il le fallait. Il essayait au maximum de faire tout ce qu'il fallait pour qu'Antonio comprenne bien combien il l'aimait. Alors il ne s'autorisait pas à mourir, oh non. En réalité, il savait combien c'était cruel d'être abandonné par un père alors il refusait de se laisser aller à ça.
Son père n'avait pas été un modèle parental. Toujours loin de sa famille, avec une tendance à aller voir ailleurs et un assez gros complexe de supériorité. Il avait eu une enfance de merde, en fait. A cause de son père de merde. Mais au final, il était heureux que ça lui empêche de reproduire les mêmes erreurs sur son fils. Il n'était certes pas là quand Tony rentrait de l'école avec le moral à zéro mais il essayait d'être là dès que son fils l’appelait.
S'il avait été humain, aurait-il pu élever mieux son fils ? Sans doute qu'à l'heure qu'il était il aurait été un vieillard malingre, mal dans sa peau. Il serait peut-être bien professeur de littérature et sa vie serait des plus ennuyeuses. Tony aurait sans doute eu des lunettes comme lui quand il était encore humain, il serait peut-être bien devenu comptable. A quoi aurait bien pu servir cette vie ensemble si elle avait été juste terriblement ennuyeuse ?
Il ne s'était acoquiné à la mafia et à tous ces gens peu recommandables que quand il avait su qu'il n'avait plus moyen d'avoir une vie normale. Résigné à être pour toujours un vampire et un exilé de s société, il s'était dit qu'il pourrait y aller à fond. Il était terriblement triste pour Tony mais il ne regrettait absolument rien. Le jeune homme pouvait bien lui dire que c'était de sa faute, la vérité était autre. Alaric avait proposé à Tony, une fois adulte, de lui payer des études et un appartement mais Tony avait refusé, embrassant la famille de son plein gré.
Grim étant presque un Trader – son domicile se trouvait à la Cyber Junkyard mais il naviguait entre les trois Cités – il n'était arrivé que trois mois après cette décision à Modernis. Grim s'était senti blessé que son fils ne l'ai pas appelé pour lui demander conseil. Néanmoins, Antonio n'avait rassuré : il était sûr de son choix depuis bien des années.
En déglutissant, il se massa la tête. Il ne pouvait pas penser à Tony maintenant. Allic était sans doute dehors, à la merci de n'importe qui. Il lui manquait encore du sang, il avait l'air plus faible que jamais quand ils s'étaient endormis et … et s'il était déjà mort ?
Il eut envie de se lever mais ses jambes lâchèrent. Il n'avait pas bu de sang depuis quelques jours et il se sentait assez mal. Il avait eu l'intention de se faire une bonne tasse de sang en rentrant mais … eh bien il avait veillé toute la nuit alors que généralement il se couchait à quatre ou cinq heures du matin maximum. Son rythme de vie était décalé, entre celui des vampires et celui des humains, pour pouvoir profiter des deux.
Un souvenir lui revint un instant plus tard alors qu'il croyait entendre des pas. Alors que Tony approchait de sa neuvième année, il lui avait dit combien Allic était précieux pour lui. Et c'était devenu de plus en plus intense. Il ne pouvait pas laisser le meilleur ami de son fils mourir.
Il se redressa, gémissant contre la tâche de sang derrière son crâne. La blessure s'était déjà refermé mais le sang devrait partir au lavage. Finalement, il se sentait tellement con d'avoir glissé, heureusement qu'Allic n'était pas là pour voir ça. Sauf qu'en fait, il était là. Bien là, devant ses yeux. Il lâcha un soupir rassuré et déglutit. Il n'allait pas devoir ameuter les hommes qu'il avait recruté. Merde alors, il s'était inquiété pour rien.
Et cet enfoiré riait ! Il l'aida à se relever et Grim se sentit soudain honteux. Beaucoup trop honteux. Il frissonna quand un petit froid, limpide et sec et le saisit. Est-ce qu'il avait laissé les fenêtres ouvertes ? Non, il le savait bien, cette pointe de glace en lui ne pouvait signifier qu'une chose. Chapelier envoyait des hallucinations perceptives à son cerveau pour le dissuader de quelque chose. Il devait vraiment se débarrasser de lui.
Allic se moqua de lui et Grim fronça les sourcils. Il se contenta de marmonner un 'douchebag' dans sa barbe non existante avant de relever les yeux vers lui. Allic était fringué bizarrement et … il venait de l'attirer à lui pour l'embrasser. Le vampire s'accrocha à lui sans trop savoir pourquoi et lui rendit son baiser, férocement. Quand il s'éloigna pour laisser au boss la chance de reprendre son souffle, il déglutit.
“ J'avais tellement peur que tu sois parti… ”
Ses yeux exprimaient sa sincérité et il avait un sourire en coin, soulagé. Quand il reporta son regard sur le corps d'Allic, il leva les yeux au ciel. Une odeur de pâtes – wow quelle surprise – lui indiquait ce qu'il était en train de mijoter dans la cuisine.
“ Je … je m'occupe de la cuisine, va enfiler quelque chose qui ne me brûle pas les yeux. Il devrait y avoir des fringues à ta taille dans la valise sous le lit. ”
En effet, elle contenait des vêtements que Tony laissait de temps en temps ici plus quelques fringues que ses anciens petits amis avaient laissé et qu'il ne leur avait jamais rendu. Quand Allic redescendit, Grim ne le regarda pas, trop occupé à faire revenir les oignons dans la poêle. Les pâtes mijotaient dans la sauce tomate pimentée et la viande frémissait entre les pâtes, aussi noires que l'âme de feu le père d'Allic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 173
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Mar 29 Mar - 16:07

G
rim avait une odeur délicieuse, au-delà de celle de sa teinture – à moins que ce soit son shampoing. Une odeur de soleil, ce qui était foutrement amusant pour un vampire, surtout un Junkyen. Enfin, le soleil n'avait à priori pas d'odeur, mais c'était un mélange de fleurs, d'herbe, de fruits mûrs et de sueur. L'odeur des chemins du parc sous la canicule. L'odeur de son jardin quand la chaleur brûlait la pelouse et faisait pourrir plus vite les fruits sur leurs branches. Une odeur pleine de promesses. Comme celle d'un baiser passionné et un peu sauvage, exactement comme ce qui était en train de se passer.
Allic enlaça Grim plus étroitement quand il sentit ses bras autour de son cou et il lui rendit sa ferveur, heureux de ne pas avoir été rejeté. Il aurait pu rester comme ça des heures, sans rien faire d'autre que presser ses lèvres contre celles du vampire et se tenir étroitement collé à lui. Mais Grim les sépara, pour lui avouer sa peur. Allic fronça les sourcils mais n'eut pas le temps de répondre, il était un peu étourdi par son manque d'air et sa respiration erratique. Il se contenta de hocher brièvement la tête avant de repousser les cheveux qui lui tombaient dans les yeux. Puis, le vampire déclara qu'il allait s'occuper de la cuisine pendant qu'il se changerait. Oh, il avait remarqué que ça ne lui allait pas alors.

Allic obéit et gravit l'escalier, un peu déçu par les paroles de Grim. Il avait cru comprendre qu'il l'aimait bien, qu'il voulait faire des trucs avec lui. Peut-être même avoir une relation. Mais il fallait croire qu'il s'était trompé. Il ne voyait en lui que l'humain qui lui avait donné de son sang.
Agenouillé par terre devant les affaires de Tony, Allic soupira. Si c'était le cas, pourquoi avait-il eu si peur qu'il soit parti ? C'était idiot, enfin ! … Oh, bien sûr. S'il était parti, ça aurait été pour retrouver Kalem. Grim avait été très clair au sujet du mannequin. Il ne voulait plus qu'il le revoit, parce qu'il voulait le garder rien que pour lui. Sauf qu'Allic n'était pas une banque de sang personnelle et qu'il allait de toute façon retourner à l'appartement de Kalem. Il y avait laissé ses armes après tout ! Dont celle de Tony. Maintenant qu'il savait qu'il n'était pas mort, il devait ramener son flingue à son meilleur ami.

Habillé d'un t-shirt à manches longues et col bateau en satin noir, ainsi que d'un jean vert pomme troué sur une fesse, Allic avisa le téléphone de Grim posé sur la table de chevet. Le numéro de Kalem était parmi celui qu'il avait pris la peine de mémoriser, juste au cas où. Il voulut l'appeler, puis se ravisa. Grim était un vampire, il pourrait peut-être l'entendre. Alors il lui envoya un simple message.

« Suis en sûreté. Perdu tél. Rentre ASAP. Ne réponds pas à ce num. AB. »

Il espérait que Kalem comprendrait et qu'il ne s'inquiéterait pas. Après avoir effacé son message de l'historique du téléphone, il descendit dans la cuisine. Ses pieds étaient chaussés de tennis blanches et il devait quand même avoir une drôle d'allure. Mais les vêtements de Tony ne lui allaient pas et c'était tout ce qu'il avait réussi à dénicher qui ne lui donne pas l'air de sortir d'une poubelle. Au moins le noir profond du t-shirt et la couleur pastel du pantalon devrait éviter de « brûler les yeux » sensibles du vampire.
Quand il entra dans la pièce, la table était mise. Dans les assiettes fumait des pâtes à la bolognaise, l'une de ses recettes favorites. Sans pouvoir s'en empêcher, il se lécha les lèvres et s'installa, pour aussitôt prendre sa fourchette. Sa faim de loup se réveilla, s'exprimant bruyamment. Oui, oui ! Il allait manger !

Après quelques fourchettes, Allic regarda Grim. Décidément, il était mignon. En plus, il avait troqué son air condescendant pour quelque chose de plus vulnérable qui lui allait bien, même s'il préférait celui qu'il avait toujours connu. Mais ça faisait du bien de voir qu'il n'était pas plus à l'abri qu'un autre de la tristesse.
Il tendit sa main gauche pour prendre celle du vampire et la serra dans ses doigts.

« Tony va s'en sortir. C'est Tony. »

Il espérait que ça suffirait à le rassurer. Et maintenant… Il se demandait si Grim ne le voyait réellement que comme un humain gorgé de bon sang frais et sucré ou s'il y avait autre chose. Son attitude depuis qu'il s'était réveillé l'intriguait un peu et, à dire vrai, l'idée qu'il puisse ressentir quelque chose pour lui ne lui déplaisait pas. A part ses presque frères, personne ne s'était soucié de lui de cette manière. Et puis, Tony et Mouloud, c'était différent. Différent de quelqu'un avec qui il n'aurait pas grandi.

« Qu'est-ce que tu aurais fait si j'étais vraiment parti ? Est-ce que tu m'aurais rattrapé en courant, m'aurais engueulé au milieu de la rue et m'aurais embrassé devant tout le monde ? »

Il marqua une petite pause, puis, le sourire aux lèvres :

« Parce que j'aurais aimé. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Sam 2 Avr - 11:20





Grim avait revu Diorr, au final. C'avait été le genre d'étreinte qui ne s'oublie pas. Mais le plus vieux vampire n'avait pas la tête à ça. Il avait juste … il s'était fourvoyé. Il avait pensé que Diorr serait l'homme de sa vie, d'un petit bout au moins, mais comment expliquer alors que quand il se retrouvait à quatre pattes, sur son lit, en train de gémir sous les coups de butoir d'un autre vampire, il n'avait pu penser qu'à la situation actuelle de la famille – et un peu à Allic. Est-ce qu'il devenait vraiment loyal à ce point ?
Il avait vraiment pensé un instant que son cœur mort s'emballerait quand ils s'embrasseraient, qu'il ne penserait plus à rien d'autre mais il n'avait pu détacher son esprit de ses préoccupations actuelles. Il était désespéré, il avait du mal à penser. Et voilà que quand Allic revenait, il oubliait tout, jusqu'à ne pas repérer des tireurs embusqués. Est-ce que ce mec était vraiment si important ?
Déglutissant, il retira les oignons du feu et lâcha un soupir à fendre les pierres. Maintenant qu'ils s'étaient embrassés comme des amants perdus depuis longtemps qui venaient de se retrouver dans un festival de sentiments, que devait-il en déduire ? Est-ce qu'il devrait attendre autre chose qu'une relation professionnelle de sa part ? Non, non, la priorité était Tony. Ils devaient retrouver le trône d'Allic pour sauver Tony avec les meilleurs médecins.
Il avait eu envie de le gratifier d'une caresse, de recommencer mais ce n'était pas décent – ce n'était certainement pas une bonne idée de toute façon, Allic avait juste fait ça dans l'instant. Cependant, il y avait bien eu cette lueur … oh, voilà qu'il perdait la tête. Il détestait quand ça faisait ça, quand il ne pouvait plus réfléchir de façon organisée. S'il avait été humain, il aurait peut-être même rougit. Dégoûtant.
Et puis, de toute façon, Allic était sous l'emprise de cet autre vampire. A moins qu'il ait juste un truc pour les suceurs de sang. Est-ce qu'il était vraiment du genre à aimer se faire mordre pendant l'acte ? Un frisson le traversa alors que des images s'infiltraient dans son esprit. Il ne pouvait pas faire ça, n'est-ce pas ? Tony ne lui pardonnerait certainement pas … A moins qu'il n'en ait rien à foutre. Putain, pourquoi fallait-il qu'il soit dans le coma à un moment comme celui-là ?
Il soupira de nouveau quand il goûta la sauce, mais cette fois c'était parce que c'était beaucoup trop chaud. Bon sang, cette cuisinière était vraiment détraquée.
Quand il se retourna, Allic était là. Et il était beau. Ce n'était pas vraiment le genre d'Allic de porter ça mais il aimait bien. C'était un peu gratifiant de savoir qu'il serait le seul à jamais pouvoir voir le Boss dans une tenue comme ça. Il remarqua aussi qu'Allic était bien plus beau quand il n'avait pas accès à toutes les drogues qu'il consommait habituellement. S'il était plus stone que d'habitude, Grim n'avait pas l'impression que son nouveau copain vampire lui autorise la défonce.
Il se rendit soudain compte qu'Allic était diablement sexy, même comme ça et même avec ces chaussures de course. Il se rendit compte qu'il avait envie de lui sauter dessus et de l'embrasser, de continuer ce qu'il avait lui même interrompu un peu plus tôt. Il avait envie de plus de sa part. Honteux de penser comme ça et surtout à l'idée de se ridiculiser, il vit volte face, de nouveau pour se concentrer sur leur repas.
Leur repas commença dans le silence. Allic avait faim, ce qui était logique. Grim mangeait plus lentement, concentré sur sa viande. Est-ce qu'Allic allait réclamer son cul comme dessert ? Ce serait bien digne de lui.
Allic prit sur lui de le consoler, touchant sa main. Sa peau était douce, plus que ce à quoi il s'attendait. Grim n'invitait pas grand monde chez lui. Allic était juste le quatrième cette année. Il y avait eu Diorr, un humain qui s'était vidé de son sang dans la nuit et une jeune femme qu'il avait rencontré en boîte. Il était voyante et lui avait prédit de nombreux voyages urgents et qu'il allait voir l'amour comme il ne l'avait jamais vu. Elle avait plutôt raison pour le moment.
Le Boss le sortit de nouveau de ses pensées et Grim releva la tête, un sourire narquois sur les lèvres. Vraiment ce mec !
“ Je t'aurais rattrapé et je t'aurais traîné par la peau des fesses avant que tu ne te fasses canarder surtout, on est à dix minutes du QG des Beackeman. ”
Il souffla sur la boulette au bout de sa fourchette et croqua dedans avant de sourire, regardant droit dans les yeux d'Allic.
“ Hm. Et peut-être bien que je t'aurais embrassé après. Pas forcément sur la bouche. ”
Après un regard équivoque, il se permit de continuer à manger comme si de rien n'était. Quand quelqu'un frappa à sa porte, il déglutit. Il mima à Allic de ne pas bouger et alla ouvrir après une nouvelle fourchetée de pâtes.
La personne qui se tenait dans l'embrasure de la porte se jeta presque sur lui. Il l'attrapa par la nuque et les reins pour l'attirer à lui et l'embrassa, fougueusement. Ce ne fut que quand il réalisa que c'était Dick qu'il décida de ne pas se débattre. Putain les humains, toujours à l'embrasser. C'était plus ou moins agréable – Devon savait s'y prendre – mais ça ne remuait pas ses entrailles comme avec Allic. C'était juste charnel. L'homme finit par s'éloigner et Grim réussit à reprendre contenance immédiatement.
“ Devon, qu'est-ce que tu fais là ?
– Eh bien tu me manquais alors je suis venu te rendre visite. J'ai demandé ton adresse à des hommes de Beackerman. ”
Foutredieu, les gens ne pouvaient donc pas tenir leur langue ! Il offrit un sourire aussi faux que maîtrisé à son amant et hocha la tête. Il tourna la tête vers la cuisine, qu'on ne pouvait pas vraiment voir d'ici et fut soulagé de ne pas voir Allic dans la même pièce qu'eux. Néanmoins, de la cuisine, on pouvait voir toute l'entrée. Allic ne devait pas être aux anges. Il espérait qu'il se cacherait assez bien si Devon décidait de rester.
Bien décidé à le foutre à la porte, il prétexta qu'il mangeait et qu'il allait bientôt partir mais Devon entra de force dans la maison et le plaqua contre un mur de l'entrée ce qui lui arracha un gémissement. Il aimait toujours avoir mal. Oh, il ne pouvait pas en vouloir à Devon, Grim avait joué un rôle de vampire en chaleur pour obtenir les faveurs du petit-ami de la harpie, il ne pouvait pas savoir qu'il ne l'avait jamais vraiment désiré. Il devait trouver un moyen de le mettre à la porte.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 173
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Sam 2 Avr - 13:16

A
llic se mit à rire doucement. Il imaginait parfaitement la scène. Grim, furieux, tempêtant contre sa stupidité. L'enfermant chez lui, comme une sorte d'otage. Grim l'obligeant à le servir en déshabillé sexy. Grim qui l'embrassait, pas forcément sur la bouche… Il y avait plusieurs manières d'interpréter cette dernière phrase et Allic ne choisit pas la plus évidente.
Ses yeux brillants se fixèrent sur Grim tandis que le vampire mâchait sa boulette de viande avec un air indifférent. Comment allait se terminer ce repas ? Sur le comptoir, sur la table ou dans un lit ? Ou bien d'une façon tout à fait ordinaire ? Allic n'était pas certain de ce qu'il voulait sur ce point. Grim était vraiment à croquer, mais il ne le voyait que comme l'ami de son fils et « son humain ». Pas le genre de relation qu'il espérait donc. Quoique… Ca pourrait être amusant de jouer le calice pendant un temps, juste pour voir ce que ça faisait. Il en était déjà un avec Kalem, mais le mannequin n'était certainement pas aussi possessif que le petit brun. Il aurait plaisir à le provoquer et voir où étaient les limites de sa jalousie.

La sonnette de la maison interrompit brutalement leur repas et Allic se retourna immédiatement en direction de la porte ouverte sur le couloir donnant sur l'entrée. Ses muscles étaient tendus, prêts à agir, ses pupilles dilatées. Il était en état d'alerte.
Grim lui fit signe de ne pas bouger et disparut derrière la porte qui se rabattit tranquillement dans son dos. Allic se leva et vint se placer contre le mur, derrière le battant. Dans les interstices entre les gonds, il pouvait voir une partie de l'entrée. Pour le moment, il n'avait vu que sur Grim, qui se fit empoigner par la taille avec violence. Des bruits mouillés parvinrent à Allic et ses poings se serrèrent. Dire qu'il avait le culot de l'avoir traité de pute à vampires !

Grim prononça alors le nom de Devon, qui remua la mémoire d'Allic. Devon, comme le petit ami de sa sœur. Le type qu'il se tapait pour avoir des informations. Celui avec lequel il se prostituait pour lui. L'homme déglutit, se sentant soudain assez sale. L'entendre dire, c'était une chose. En avoir la preuve sous les yeux était à un autre niveau.
Le mec avoua même avoir demandé l'adresse du vampire à ses hommes. Ou plutôt, se corrigea Allic, ceux de sa sœur maintenant. Il l'envahissait. A cause de lui, Grim se mettait en danger. Devon s'incrustait dans sa vie privée. Bordel, il devait l'aider. Et même si le vampire n'avait aucune envie de voir cet enflure déguerpir, ça l'arrangerait lui. En voyant Devon plaquer violemment Grim contre un mur, il dût résister à l'envie de lui fracasser la tête sur ce même mur. Il entendit le vampire gémir de douleur et fouilla en urgence la cuisine des yeux, à la recherche d'une idée. Qu'avait subi Grim pour lui au juste ? Il ne voulait pas le savoir, juste que ça ne se reproduise plus.

Il avisa la petite fenêtre au-dessus de l'évier, elle donnait sur la rue. Grim lui avait dit qu'ils étaient à dix minutes seulement du QG mais avec de la chance… Il grimpa sur le plan de travail à côté de l'évier et ouvrit la fenêtre. Bingo ! Cette grosse voiture grise avec des allures de nouveauté devait être à Devon. Alors qu'il réfléchissait au moyen de mettre en place son plan, une bande de gamins avec des airs de futurs gangsters passèrent sur le trottoir d'en face. Allic les héla doucement en espérant ne pas être entendu. Quand il eut leur attention, il leur fit signe de venir silencieusement.

« Vous voyez cette bagnole ? marmonna-t-il. Si vous faites partir le mec à qui elle appartient, je vous paierais… Disons… Cent MSD. Chacun. Ca vous va ? »

Il avait du fric dans ses affaires, il devrait juste retourner à l'étage pour fouiller son pantalon. Une fois que Devon aurait fichu le camp.
Une fois l'affaire conclue, Allic retourna se cacher dans la cuisine et attendit. Lorsque la sirène de la voiture de Devon retentit dans la rue, il sourit pleinement. Evidemment, l'homme ne mit pas de temps à sortir et hurler. Les gosses malmenèrent si bien la carrosserie de sa voiture qu'il fit rapidement ronfler le moteur. Allic entendit les pneus crisser sur le bitume. Parfait.
Il fit irruption dans l'entrée après avoir fourré quelques pâtes dans sa bouche et fit claquer la porte d'entrée. Voilà qui était fait. Il se tourna ensuite vers Grim.

« Ca va ? »

Un peu de sang perlait au coin des lèvres du vampire, faisant flamber la fureur intérieur d'Allic. Cet enfoiré de première ! Il se précipita sur Grim et passa doucement son pouce sur la plaie, qui ne tarderait pas à se refermer, il en était sûr.

« Quelle grosse brute ! »

Il lécha le sang, s'attendant à un goût assez similaire à celui de Kalem. Quelle ne fut pas sa surprise en découvrant qu'il avait eu tort ! Il toussa, faisant une mine dégoûtée. C'était froid, métallique, horrible…

« Ah mais merde ! C'est dégueulasse ! »

Il se précipita dans la cuisine pour boire un grand verre d'eau, déplorant qu'il n'y ait pas d'alcool sorti. On frappa alors à la porte d'entrée. Devinant de qui il s'agissait, Allic espéra que Grim avait trois-cent dollars sur lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Mar 5 Avr - 22:58





Quand Devon grogna un peu contre sa bouche, Grim ferma les yeux. Il n'allait quand même pas le faire comme ça, contre le mur ? C'était bien son genre, il était sûr que ça lui aurait fait plaisir mais Grim n'allait pas le laisser faire ça. S'il devait se résoudre à plus que quelques baisers, il le ferait monter en haut. Il ne savait pas pourquoi il voulait préserver Allic de cela. Il n'avait aucun compte à lui rendre mais … ses baisers étaient tellement plus engageants.
Mais pourquoi Diable ce fils de pute commençait à passer sa main dans son pantalon ? Ils avaient beau couché ensemble de temps en temps, il n'était pas sa pute et il pouvait tout aussi bien dire non. Grim grogna à son tour et lui annonça qu'ils ne pouvaient vraiment pas le faire mais Devon avait tellement envie de le baiser qu'il projetait ses désirs sur Grim. Il lui murmura qu'il en avait envie aussi, il le savait. Et puis, il lui mordit la lèvre assez fort pour le faire saigner.
Ce dernier geste lui arracha un frémissement. Bon sang, ce mec savait vraiment comment lui faire plaisir. S'il arrivait à penser à Allic peut-être que … non, il devait partir. Loin, tout de suite. S'il découvrait Allic, il devait le tuer. Et si Devon Dick portait bien son nom, dans tous les sens du terme, il ne méritait quand même pas de crever à cause de son envie de baiser.
Quand Grim lui demanda de nouveau de partir, Devon lui affirma qu'il pouvait bien lui faire plaisir pour son anniversaire. Grim savait parfaitement que son anniversaire était le dix-sept octobre parce qu'il avait cherché des informations sur lui mais il ne pouvait décemment pas lui dire ce qu'il savait. Il le repoussa de nouveau et Devon s'en trouva troublé. Aussitôt, Grim trouva une excuse : son neveu faisait la sieste en haut.
Manque de bol, Devon adorait les enfants. Il sourit doucement et fit mine de monter. Il voulait avoir des enfants apparemment mais il n'arrivait pas à trouver quelqu'un avec qui se poser vraiment. Et il était content que Grim aime les enfants. Les yeux de Grim s'écarquillèrent comme au ralenti et il déglutit. Oh bon sang, non, est-ce qu'il était en train de tomber amoureux de lui ? Il ne voulait pas lui faire tant de mal.
Il le retint et l'embrassa, furieusement. Il devait le retenir à tout prix. Allic était tout près et si … oh pourvu qu'il ne soit pas assez bête pour apparaître.
Alors que Devon le serrait contre lui, Grim ouvrit les yeux, scannant la pièce. Les ténèbres de la maison – il avait gardé tous les rideaux tiré, il aimait la lumière du soleil mais uniquement dans sa chambre, baignant son corps endormi de lumière – avaient une espèce d’âpreté qui lui hérissa le poil. Est-ce qu'il les regardait ? Son cœur se serra et il eut presque envie de pleurer. Devon devait partir au plus vite.
Alors que Devon s'éternisait et l'embrassait dans le cou, Grim regarda à travers la mosaïque en pâte de verre multicolore qui couvrait une partie de la porte et laissait pénétrer un peu de lumière dans l'entrée. Il lui semblait voir du mouvement, derrière cette porte.
Finalement, Devon n'était pas résigné à partir, lui proposant de se rendre dans la cuisine. Là, disait-il, l'enfant ne les entendrait pas. Il avait envie de le traiter de violeur, de forceur et de fils de rat mais il devait entretenir une bonne relation avec ce mec. Pour Allic, pour Tony. Il ferma les yeux et se força à respirer lentement, se calmant alors qu'une morsure un peu forte le faisait gémir. Ce mec avait réussi à lui laisser une marque dans le cou.
Quelque chose, une alarme de voiture les dérangea. Soulagé, Grim vit Devon lui dire d'attendre un peu. Heureusement, il l'entendit démarrer et sut qu'il ne reviendrait pas avant un moment. Respirant de nouveau librement, il s'adossa au mur derrière lui. Est-ce que ce mec l'aurait vraiment forcé au final ?
Allic surgit de l'ombre et fit presque sursauter le vampire. Il hocha la tête quand il lui demanda s'il allait bien et goûta pleinement le contact de son pouce sur sa lèvre. Ca faisait mal, juste un peu, mais c'était mille fois plus plaisant qu'avec Devon. Il baissa les yeux, honteux. Il n'avait pas pu se sauver tout seul alors Allic avait du se charger du sale boulot. Il se sentait aussi sali. Jusqu'où était-il tombé pour qu'un homme puisse penser qu'il ne pouvait pas refuser une partie de jambes en l'air, juste parce qu'il n'en aurait pas eu envie.
Il sourit doucement, même s'il était bord des larmes, quand Allic goûta son sang. Non mais … il était vraiment stupide.
“ Est-ce que tu réfléchis des fois ? C'est du sang de vampire, bien sûr que c'est dégoûtant. ”
A ce moment, des gamins vinrent sonner à sa porte. Il ouvrit, une lueur de rage mal réprimée dans le regard. Couillus, le trio de débiles lui réclama de l'argent. Dévoilant ses dents de vampire, Grim leur feula dessus et ils détalèrent comme autant de lapins effrayés.
Franchement ... minute, est-ce qu'Allic avait engagé des gosses pour faire fuir Devon ? Aw. Tant pis.
Il le rejoignit dans sa cuisine. Il n'avait plus faim. Cachant son drame personnel derrière un masque de bon humeur, il sourit largement.
“ Ca ne t'as pas fait trop mal au cœur de sacrifier une voiture ? Quel sacrifice … ”
Ce baiser, il avait envie de plus… Il avait besoin de réconfort. Il était follement assoiffé de chaleur humaine. Il se dirigea vers Allic et passa une main sur sa taille, attirant son visage vers le sien de l'autre. Sa bouche était chaude, incroyablement réconfortante, juste ce dont il avait besoin. Au bout d'un moment, il se résigna à rompre le baiser. Ses yeux remontèrent voir ceux d'Allic, probablement un peu choqués. Contre ses lèvres, il murmura quelques mots. Juste quelques mots.
“ Touche moi. S'il te plaît, j'en ai besoin. ”
Mince. C'était bien la première fois qu'il osait faire cela, se montrer faible devant quelqu'un. Même avec ses rares amis, il faisait toujours le fier, il était celui qui tenait le coup. Il se faisait tellement pitié, sur le moment.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 173
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Ven 8 Avr - 20:22

L'
eau rouge se déversa dans l'évier avant de disparaître dans le siphon. Pour être sûr, Allic se rinça la bouche une nouvelle fois et bu un grand verre d'eau. Quand il fut certain de ne plus avoir de goût métallique sur la langue, il s'adossa à l'évier. La porte d'entrée claqua. Grim devait avoir payé les délinquants juniors. Ou bien il les avait envoyés chier. Allic s'en fichait bien, ce n'était pas chez lui ici. D'ailleurs, pour l'instant, il n'avait plus vraiment de chez lui du tout.
Grim apparut une poignée de secondes plus tard, un sourire ravi sur le visage. On aurait dit que Devon n'était jamais venu. Ou alors sa visite lui avait procuré un certain plaisir.
Quand il parla de sacrifice, Allic s'énerva. Il fronça les sourcils et croisa les bras sur son torse.

« Franchement, je ne pas celui qui a fait le plus de sacrifices dans cette pièce. »

Le ton trahissait largement sa colère. Il détestait le fait que Grim se soit autant donné pour lui. Et même si c'était pour son fils – putain, son fils ! - ça l'arrangeait lui, alors c'était du pareil au même. Ca prouvait juste qu'il n'était pas capable de protéger les hommes à son service.
Grim se rapprocha alors de lui, si proche qu'Allic en fut un peu perturbé et délaça ses bras. Le vampire passa sa main, aussi légère qu'une feuille portée par un vent d'été, sur sa taille. Il attira son visage à lui et l'embrassa. De nouveau, il eut cette impression de lézarder sous un ciel bleu dépourvu de nuages, avec l'odeur de l'herbe fraîchement coupée et des fleurs baignées de soleil. Il ferma les yeux et répondit au baiser, mais sans insister. Il ne s'y attendait tellement pas, et puis il était toujours un peu en colère, alors il ne savait pas vraiment comment réagir. Quand Grim s'éloigna, Allic sentait que ses lèvres étaient rouges, demandeuses. Il sentait le souffle tiède du vampire sur sa bouche alors qu'il lui murmura quelques mots. Ces mots lui firent le même effet que si une bombe venait d'exploser à l'intérieur de son corps. Les dégâts en moins.
Son cœur s'affolait, son souffle devenait plus erratique, son entrejambe le brûlait et ses entrailles faisaient du trampoline. Allic enlaça Grim pour l'attirer contre lui, puis se retourna en l'entraînant, avant de le soulever pour l'asseoir sur le plan de travail, juste à côté de l'évier. Sans quitter les lèvres du vampire, il posa sa main au hasard sur la pierre chauffée par le soleil. Un bocal tomba par terre, se brisant. Ca n'arrêta pas l'homme pour autant, qui glissa avec empressement ses mains sous les vêtements de Grim. Il caressa ses côtes, puis joignit ses doigts dans son dos, remontant jusqu'à ses omoplates saillantes. Il ne prenait de l'air que quand il en avait besoin, refuser de rompre ce baiser.
Il se colla au bord du plan de travail et donna une brusque poussée dans le dos de Grim, le faisant glisser jusqu'à ce qu'il se retrouve collé à lui. Là, il agrippa ses vêtements et les fit passer par-dessus la tête du vampire avant de les jeter au hasard, par-dessus son épaule.
Cette fois, il s'autorisa à quitter ses lèvres et se mit à couvrir son corps de baiser, de la gorge au ventre, en passant par une étape sur chacun de ses tétons. Pendant ce temps, ses mains s'acharnaient, fébriles, à lui retirer son pantalon. Ce dernier partit en même temps que le sous-vêtement de Grim, il  lui enleva ses chaussures et balança le tout sur le côté. La seconde d'après sa langue était collée à son entrejambe et ses mains massaient avec passion ses cuisses.

Cela dura un moment, durant lequel il luttait contre l'envie de se déshabiller, juste pour ne plus avoir cette douleur dans son pantalon. Mais cela aurait voulu dire quitter Grim. Grim qui lui avait demandé de le toucher. Et rien ne pouvait lui faire plus plaisir que de le satisfaire.
Allic se releva, la bouche humide de sa propre bave, et passa son bras derrière Grim pour faire valser ce qui se trouva dans le comptoir. Le tout atterrit en pagaille dans l'évier et il allongea le vampire. Son torse était éclairé d'un rayon de soleil, mais ses yeux étaient dans l'ombre.

« Je vais te cuisiner, petit vampire. Ne bouge pas. »

Il ouvrit le réfrigérateur et quelques placards, jusqu'à rassembler le plus rapidement possible des trucs intéressants. Il commença par tartiner le corps de Grim de beurre de cacahuète, puis de confiture de fraise. Tout en prenant soin de le caresser et d'exciter ses points les plus sensibles.

« Et voilà, lança-t-il en se léchant l'index. Maintenant tu es un en-cas populaire de Modernis State. »

Il entreprit ensuite de le débarrasser de toute cette colle comestible, en terminant par son sexe, entièrement habillé. Puis, alors qu'il terminait de sucer l'extrémité de sa verge, il fit sauter le couvercle d'un pot de glace au café.

« J'espère que tu as de la place pour un dessert, petit vampire. »

Il plongea son doigt dans la crème glacée et vint caresser son entrée. Juste pour avant-goût.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Mer 13 Avr - 15:37





Grim détestait les jeunes de ce quartier. En réalité, il les haïssait. Ils avaient jeté plusieurs fois des œufs sur sa porte et c'était toujours très dur à décaper. Du coup, il changeait souvent de porte. Il ne comprenait pas comment ses voisins pouvaient élever de telles racailles. Cette fois, il s'était mit à découvert mais il en avait eu assez. Ils ne méritaient rien à part le centre de redressement que le gouvernement n'avait pas l'envie de leur payer apparemment puisqu'ils étaient toujours libres.
Pourtant, cette fois, il leur avait bien servi. Grim n'était pas aussi fort qu'il prétendait l'être et à vrai dire il n'était même pas sûr d'être fort du tout. Allic pourrait lui servir de pilier comme Tony le faisait depuis qu'il avait passé l'âge de croire que son père était un super-héros qui pouvait gérer tous ses problèmes tout seul. Est-ce que ça sauverait sa santé mentale de toute lui dire ?
Qu'est-ce qui s'était passé au final ? Il avait fait sa pute, comme d'habitude. Il se servait toujours de son corps comme si cela n'importait pas. Et c'était le cas bon sang, il s'en fichait, il pensait à autre chose et il simulait quand il sentait que l'autre y était presque. Mais cette fois, ç'avait été différent. Parce qu'Allic était là et pouvait le voir. Parce qu'il ne voulait pas paraître aussi dépravé et sale devant lui qu'il l'était en réalité.
Quand le boss lui reprocha de faire celui qui faisait le plus de sacrifice entre eux deux, il haussa les épaules. Bon sang, il savait bien qu'il était bien trop impliqué dans cette histoire pour espérer s'en sortir indemne. Il savait bien qu'il n'aurait peut-être pas dû s'y plonger jusqu'au cou mais … il n'avait pas réellement le choix. Il était prêt à tout donner pour Tony.
Jusqu'à présent, il s'en fichait de tout. Mais pour une fois, pour une personne, il avait peut-être envie de prendre soin de son corps. Oh merde, s'il se mettait en couple, est-ce qu'il devrait jeter son t-shirt qui affichait 'Slut' en jaune sur noir ? Il adorait ce t-shirt !
Et puis, Allic lui retira toutes ses questions. Et même toutes ses pensées. Il répondait à son baiser alors qu'il avait pensé se faire jeter. Il était tout contre lui et il ne pouvait pas l'ignorer. En réalité, il pensait qu'il ne le voulait pas non plus. Ses lèvres étaient chaudes, ses gémissements étaient tentateurs et il avait tellement envie qu'il le touche plus que ça …
Il était peut-être temps de passer au niveau suivant. En réalité, il avait envie de coucher avec lui depuis un moment déjà. La façon dont il avait de le regarder lui donnait envie de lui sauter dessus. Et puis depuis le foutu incident de la morsure, il y avait une tension sexuelle évidente entre eux deux. Ils étaient attirés à l'autre comme un moustique vers une lampe. C'était dangereux mais si … chaud.
Et en effet, Allic avait envie lui aussi. Il semblait le dévorer des yeux et se décida bientôt à agir, l'asseyant sur le plan de travail et faisant tomber le bocal à cookies. Mais Grim ne lui en voulait même pas. Ils furent bientôt collés et ils s'embrassèrent encore plus passionnément, ne se séparant que quand Allic avait besoin de reprendre de l'air ou quand il décidait de dénuder un peu plus Grim. Les mains du vampire étaient jointes sur la nuque de son humain, fourrées dans ses cheveux.
Et puis, le boss décida que ce n'était pas assez. Sa bouche descendit encore et encore jusqu'à son entrejambe. Fébrile, Grim se rendit compte qu'il ne pouvait plus se passer de lui. Il lui avait tellement manqué !
Grim ne pouvait que gémir et crier et il ne protesta pas quand Allic décida de mettre la pagaille dans sa cuisine bien rangée. Il le regarda en se mordant la lèvre, brûlant, en attendant qu'il décide de ce qu'il allait faire. Ses yeux étaient fixés sur lui. Il aimait bien le fait de savoir être à sa merci. Allic était habillé, il avait donc le pouvoir et Grim était complètement prêt à se soumettre à lui. Il aurait pu tuer pour qu'Allic revienne plus vite.
Quand Allic eut terminé de le recouvrir, le vampire éclata de rire. On n'avait jamais fait de lui un PB&J et il avait l'impression que c'était la chose la plus audacieuse qu'on ait jamais fait dans un lit avec lui. Enfin, ils n'étaient pas vraiment dans un lit. Pendant tout son nettoyage, Grim s'aggripa à Allic et il se redressa alors qu'il lui taillait la pipe la plus collante de toute sa vie, s’agrippant à ses cheveux comme une ancre dans la réalité.
Il se mit à haleter quand Allic le pénétra d'un doigt. Mais non, pas tout de suite. Il repoussa Allic avec force qui atterrit sur la chaise précédemment occupée par les fesses du petit vampire. Il avait visé tout juste.
En une minute, Allic était nu et Grim se déhanchait sur lui. Il déchira un morceau du haut qu'il avait prit son son lit et l'attacha aux barreaux de la chaise, derrière son dos.
“ Désolé si c'est inconfortable, boss mais c'est à mon tour de vous toucher. ”
Sa voix était suave comme jamais. Il se pencha pour suçoter le lobe de son oreille et grogna ostensiblement. Il ne savait pas si ça exciterait Allic mais il avait passé le stade où il pouvait retenir sa bestialité. Ses ongles tailladèrent le torse de son boss, lentement mais sûrement. Pas assez pour le faire saigner, juste assez pour faire un peu mal et laisser des petites marques rouges pendant quelques heures. Et puis, il se pencha sur son cou pour le mordre alors qu'il s'empalait sur sa verge qui devait être douloureuse. Ses gémissement redoublèrent alors qu'il se nourrissait un peu sur le cou d'Allic. Il avait terriblement envie d'autre chose …
Puisque le frigo était à portée de main, il l'ouvrit pour saisir la bombe de chantilly dans la porte, cessant de se déhancher sur Allic. Il referma la porte d'un coup de genou quand il l'eut trouvé et pulvérisa la crème sucrée sur la morsure d'Allic, généreusement. Quand il planta de nouveau ses crocs dans la chair du mafieux, il gémit encore plus fort. Ses hanches avaient recommencé à bouger, presque sans son consentement. Han la queue d'Allic était si chaude qu'il avait l'impression d'être en feu.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 173
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Lun 18 Avr - 10:15

A
llic n'aurait rien désiré de plus, en cette seconde, que d'être nu. Il avait tellement chaud que son corps était couvert d'une fine pellicule de sueur. Ce n'était pas seulement à cause du soleil qu'il se recevait en plein visage, il y avait aussi Grim, qui l'excitait au plus haut point. Allic plongea son doigt en lui après l'avoir recouvert une nouvelle fois de crème glacée. Cette dernière se réchauffa presque instantanément, se fondant en Grim jusqu'à disparaître. Le vampire choisit ce moment pour se redresser et le repousser violemment. Allic n'eut même pas le temps de se demander s'il voulait ou non résister, il fut propulsé en arrière et trébucha jusqu'à rencontrer une résistance. La seconde d'après, il était assis sur une chaise. Celle d'après encore, Grim était en train de l'effeuiller. Allic eut l'impression qu'une fée lubrique avait donné un coup de baguette magique pour se retrouver à poil aussi vite. Le vampire, quand à lui, avait profité de ce petit tour pour venir remuer son corps gracile, à califourchon sur l'homme. Allic gémissait déjà, son entrejambe était brûlante et douloureuse et Grim le tentait tellement dans cette position.
Mais avant de faire quoi que ce soit de plus intime, il l'attacha mollement aux barreaux de la chaise.

« Je me sens si désemparé, »
répliqua Allic d'une voix rauque au souffle chaotique.

Grim se pencha sur lui et Allic ferma les yeux alors qu'il suçotait son oreille et lacérait son torse. Il frémit de plaisir, un frisson glacé remontant son échine. Un gémissement court franchit ses lèvres, il n'en pouvait plus. Il avait l'impression qu'il allait exploser s'il n'avait pas le droit à une pénétration dans la prochaine minute.
Ce ne fut pas une, mais deux qui lui furent alors rapidement accordées. Grim s'empala sur lui tout en plongeant ses crocs dans la chair de sa gorge. Allic remua aussitôt son bassin alors qu'un gémissement puissant résonnait dans la cuisine. Il s'aperçut seulement ensuite qu'il s'agissait du sien. Grim lui répondait dans le même langage particulièrement excitant et vulgaire. Il fallait croire qu'il avait pris goût à la morsure de vampire, parce qu'il en retirait autant de plaisir que des déhanchés profonds de son partenaire.
Et puis, Grim s'arrêta, brisant sa bulle. Allic ouvrit les yeux et secoua la tête pour dégager ses yeux des mèches de cheveux trempées de sueur qui les encombraient. Le vampire avait la main dans le réfrigérateur. Il en sortit une bombe de crème chantilly et Allic haussa un sourcil. Comment avait-il fait pour ne pas la voir. C'était un classique pourtant, il se décevait.

Grim recouvrit sa blessure de crème sucrée, puis le mordit de nouveau. Il sembla à Allic que ses mouvements de bassin avaient accéléré, ou qu'ils étaient plus violents, ou quelque chose. Il ne savait pas, il ne savait plus, il n'avait plus aucune pensée cohérente. Il n'était plus qu'un bloody sunday pour ce vampire.
Allic, emporté par la passion de Grim, se libéra, sans aucune difficulté. Il agrippa les hanches du vampire et le souleva pour le faire retomber lourdement sur lui, plusieurs fois. Il imprimait un mouvement circulaire sur ses hanches et gémissait en rythme. Il lui semblait qu'il n'allait jamais assez profondément en Grim et que Grim ne le suçait pas assez fort. Ce n'était pas qu'il voulait mourir, mais c'était si bon qu'il aurait pu le laisser faire jusqu'à en crever.
Allic saisit une fesse du vampire et glissa ses doigts dans sa chevelure, appuyant doucement sur sa tête pour l'encourager à continuer. Il criait de plaisir maintenant, s'en foutant bien que Grim ait des voisins qui puissent l'entendre. Etre à portée d'oreille n'avait jamais été une bonne raison pour lui d'arrêter de prendre son pied.

Et puis, ça vint comme ça, sans qu'il s'y attende vraiment. Il gémit le nom de « Grim » et se déversa en lui, remuant ses hanches jusqu'à ce que soit totalement terminé. Il ne savait même pas si le vampire avait jouit lui aussi. Si ce n'était pas le cas, il avait toujours quelque chose à offrir.
En sueur, haletant, il saisit les cheveux de Grim pour l'attirer à sa bouche. Le goût de son propre sang était métallique, mais pas assez dégoûtant pour le repousser. Il embrassa Grim avec toute la passion qu'il pouvait y mettre, puis s'aperçut qu'il tremblait légèrement. Woh, ça avait été si bon que l'expérience l'avait un peu choqué, apparemment.

« Promets-moi que ce n'était pas la dernière fois, » marmonna-t-il avant de l'embrasser à nouveau.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Ven 22 Avr - 11:56





Peu de personnes étaient venues ici au final. Peu de personnes avaient été assez proches de Grim pour venir chez lui et manger sa cuisine. Et encore moins l'avaient baisé. Huit en tout. Et finalement, Allic était le seul à le faire dans la cuisine même. Grim avait toujours tenu à le faire dans le salon ou dans son lit, la cuisine était une pièce où il passait beaucoup de temps et il ne souhaitait pas se souvenir d'une rupture difficile dans sa pièce préférée. Parce que tout le monde finissait par rompre.
Oui, il était ouvert et il avait plein de qualités mais il était un petit gnome exigeant. Il était toujours un peu méchant avec la personne qu'il aimait et encore plus quand ils étaient en couple. La plupart des personnes ne le supportaient pas, mais il ne comptait pas se changer pour plaire à des cons.
Mais Allic l'avait prit de court. Il avait fait de lui un sandwich délicieux et s'était fait une sucette à la confiture avec sa queue, au point presque de le faire jouir. Et il n'avait ps eu le temps ni l'envie de le persuader d'aller dehors. Est-ce qu'il était vraiment si faible que ça ? Allic le rendait terriblement faible. Il était dangereux. Parce que dès que Grim le voyait, il avait envie de lui lancer une pique pour cacher son affection grandissante. Hmph,  comme si Allic pouvait en avoir quelque chose à foutre de lui.
Il tenta d'étouffer la sensation de vide qui se creusait doucement en lui en se déhanchant plus vite. Allic lui confia être désemparé d'une voix moqueuse et Grim étouffa un rire, faisant quelque bulles avec la chantilly qu'il n'avait pas fini de manger. Il pouvait parfaitement se détacher et Grim savait qu'il le sentait bien. Mais il avait décidé de rester comme ça un petit moment et le petit vampire était vraiment content qu'il se prenne au jeu.
Faisant des va-et-vient de plus en plus lents, pour le frustrer au possible, Grim ferma les yeux. Il le sentait tellement en lui, bon sang. Et c'était tellement mieux qu'avec Devon.
Grognant et gémissant en alternance, il ne pouvait que se sentir au mieux. Il retira ses dents d'Allic et lâcha un autre gémissement en se retirant presque avant de s'abattre de nouveau sur son sexe avec force. Il n'avait pas bu beaucoup, même pas l'équivalent d'une poche de sang. Mais le sang d'Allic était si délicieux qu'il savait qu'il pourrait s'en nourrir pour le reste de sa vie. Il était plus sucré qu'autre chose et il sentait si bon …
Il lécha avec précaution la plaie. Il savait que la salive des vampires avait parfois des propriétés désinfectantes et il aimait bien la possibilité de s'assurer qu'il ne serait pas infecté par une morsure. Alors qu'ils étaient si près du but, si près de le remettre sur son trône en or massif, ce serait tellement bête.
Ses yeux se fermèrent alors qu'il s'accrochait plus fort au corps d'Allic. Ses gémissements résonnaient dans la cuisine et il ferma les yeux tellement fort que des formes apparurent derrière ses paupières.  
Allic libéra ses mains et passa une main dans ses cheveux, poussant sur sa tête pour qu'il le morde de nouveau. Il ne savait plus vraiment ce qu'il faisait et n'en avait plus rien à faire des consignes de sécurité. Il savait juste qu'il avait envie de faire plaisir à Allic. Allic qui s'amusait de plus en plus à lui donner du plaisir. Grim se savait près de la jouissance mais il ne pouvait décemment pas se laisser aller … il avait envie de plus !
Finalement, son amant vint en lui et Grim retira ses crocs de son humain pour pousser un cri de bien-être. Il avait la voix tellement cassée qu'il en avait mal à la gorge. Quand Allic l'embrassa avec passion, Grim s'accrocha à son cou et ce baiser fut finalement ce qui sonna le glas de leurs réjouissances. Il jouit entre eux, à peine conscient du fait qu'ils étaient sur une chaise de cuisine et que c'était l'un des endroit les plus inconfortables où il ait jamais baisé.
Quand Allic reprit la parole, il avait la voix aussi éraillée que lui. Il ne lui laissa pas la chance de répondre et l'attira de nouveau à lui. La deuxième fois, ce fut Grim qui rompit le baiser.
“ Je te promets tout ce que tu veux tant que tu continues de me faire jouir et que tu me laisses te sucer le sang comme ça ! ”
Il reposa sa tête sur l'épaule de son amant et ferma les yeux. Le cœur d'Allic battait si vite qu'il avait l'impression lui même d'en avoir un. Il avait oublié ce que ça faisait d'avoir un cœur …
“ Bon, j'ai terriblement envie de me rouler dans des centaines de milliers de feuilles de soie mais j'ai pas ça à la maison, alors je vais prendre une douche, tu viens ? ”
Sans attendre sa réponse, il se leva et se dirigea vers les escaliers. Sa salle de bain était équipée de la meilleure douche du monde. Elle avait la pression idéal pour détendre les muscles après l'effort. Il sentait le sperme d'Allic couler le long de ses cuisses et se dit qu'il devait donner un spectacle ravissant à l'humain.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 173
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   Lun 25 Avr - 16:03

G
rim s'écarta et Allic lui mordilla légèrement la lèvre avant de le laisser lui répondre. Un mince filet aqueux les relia juste une seconde avant de se rompre. La promesse du vampire affola son cœur et ses doigts glissèrent le long de son dos. Est-ce qu'il disait vrai ? Pour le moment, Allic avait juste envie d'y croire. Et ensuite… Il aviserait. Il s'était toujours remis de ses ruptures, celle-ci ne ferait pas exception, aussi intenses puissent être leurs ébats.
Après une petite pause durant laquelle Allic essaya de calmer les battements de son cœur et sa respiration, Grim se leva. Une douche. Oui, ce n'était pas une mauvaise idée. Epuisé, Allic le regarda. Même après tout ça, il avait encore envie de lui, parce qu'il était magnifique. Grim n'avait pas un physique parfait, loin s'en fallait. Mais il avait un charme magnétique.

« J'arrive, » réussit-il à marmonner. « Dès que mes jambes voudront bien me porter. »

Alors que le vampire s'éloignait vers la porte de la cuisine, Allic remarqua la traînée blanche qui s'étendait sur l'intérieur de sa cuisse et se mordit la lèvre. Bon sang, il était vraiment trop sexy.
Il se fit violence pour se lever de la chaise et tituba jusque dans l'entrée. Par terre, il remarqua une petite tache de sang. Celui de Grim certainement, après que Devon l'ait mordu. Est-ce qu'il avait été meilleur que cet homme ? Oui, le contraire était impossible.
Repensant à sa réaction quand il avait goûté le sang de Grim, Allic fronça les sourcils. Qu'est-ce que  ça voulait dire ? Celui de Kalem était pourtant si délicieux. Peut-être que Grim avait un problème, une anomalie, ou alors c'était le mannequin qui avait quelque chose que les autres vampires ne possédaient pas. Il se promit d'éclaircir tout ça après sa douche.

Sous le jet d'eau brûlante, Allic passa la moitié de son temps à se laver et l'autre à embrasser et caresser Grim. Il était impossible de ne pas le toucher et il avait bandé un peu tout du long. En revanche, son corps était bien trop épuisé pour passer à l'acte. Il s'était contenté de lui caresser les cuisses, les fesses et d'embrasser son cou au goût de gel douche.

Encore mouillé, ses cheveux emmêlés et humides en désordre autour de son visage, Allic se reposait dans le canapé de Grim, allongé sur la moitié des coussins. Il portait une chemise ouverte sur son torse et un jean dont le bouton était cassé, ce qui ne le dérangeait pas particulièrement. Il goûtait au bonheur de reposer ses muscles endoloris. Allic était un sportif et le sexe l'avait rarement mis dans cet état. Ca n'avait même pas été particulièrement long. Il y avait juste mis un peu trop d'enthousiasme sans doute. En tout cas, il ne regrettait rien.

« Hey, Grim… Pourquoi est-ce que j'ai failli me rendre malade à cause de ton sang ? Ce que je vais te dire ne va pas te plaire, alors garde l'esprit ouvert. Ne te fâche pas. »

L'ambiance entre eux était si bonne qu'il ne voulait pas la gâcher. Pourtant il devait lui poser la question. Quelque part au fond de lui, il savait que la réponse était très importante. Il lui manquait juste une clef pour comprendre et Grim la possédait peut-être. En espérant que cela l'empêcherait de tempêter et de s'enfermer dans sa mauvaise humeur, Allic passa son bras par-dessus l'accoudoir du canapé et attrapa les doigts du vampire entre les siens. Il avait envie d'être très tendre avec lui.
Cette sensation était quasiment inédite, elle le dérangeait même un peu, malgré qu'il ne veuille qu'y plonger la tête la première. Il était tellement reconnaissant envers Grim pour tout ce qu'il avait fait, mais aussi pour être le père de Tony. Après tout, sans lui, son meilleur ami n'existerait pas. Okay, Tony lui avait caché qu'il était un hybride et son lien avec le vampire mercenaire. Pourtant, il ne lui en voulait pas, tellement pas. Grâce à ces secrets, il était en vie et c'était tout ce qui comptait. Ce qu'ils avaient partagé était inchangé et il ne se sentait même pas bizarre d'avoir baiser son père avec autant d'ardeur. Tout était étrangement et agréablement cool.

« J'ai bu une quantité énorme du sang de Kalem. Et c'était bon. Très bon. »

Il ne se souvenait pas exactement du goût, cela dit. Juste de la sensation de bien-être qui avait suivi. Rien qu'en y repensant, il ressentait les premiers symptômes du manque. Ou alors il avait juste besoin d'une cigarette. Allic scanna rapidement le salon de Grim. Il n'avait pas l'air d'être du genre à garder des paquets de clopes dans ses tiroirs. Il ne se souvenait pas de l'avoir vu fumer un jour, ou Tony d'ailleurs. Alors il devrait se contenter de cappuccino.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sous bonne garde du phénix   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sous bonne garde du phénix
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [GE] Annabelle sous la garde de Talker
» Les unités de la Garde Imperiale
» Les Shakos français sous l'empire
» De la Hierarchie au sein de la Garde Episcopale
» Garde impériale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-