Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 La honte d'un prince

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invoker
Messages : 103
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 751
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: La honte d'un prince   Dim 6 Mar - 14:30

La Honte d'un Prince

I
l se passait beaucoup de choses ces derniers temps, à Gothik City. Et plus particulièrement au château, dans son cercle familial. Tout récemment, Yvan était revenu affaibli et blessé d'une séquestration de plusieurs jours. Pourtant, jusqu'à ce qu'il daigne se coucher, il n'avait fait que vociférer qu'il y avait une menace planant au-dessus de la tête de Lucie. Depuis, on surveillait encore plus étroitement les calices de la princesse, sur lesquels seuls elle pouvait se nourrir. Et comme rien n'était jamais simple, Wish, le calice préféré de Lucie, avait disparu pendant deux jours, il avait simplement fait sa réapparition le lendemain de la libération d'Yvan et il avait été enfermé dans les prisons du château, par mesure de précaution.
Taesch avait assassiné un petit noble qui avait tenté de s'en prendre à Ulrick lors du bal de pré-anniversaire du prince et les festivités avaient été écourtées. Du coup, le Comte hésitait à autoriser ce bal d'anniversaire, pour la sécurité de ses enfants… Emilien était de plus en plus inquiet, d'autant plus que leur mère n'était toujours pas revenue.
Elijah avait essayé d'avancer, de son côté, sur le journal d'Honorus et les livres qu'Ulrick lui avait rapportés, mais sans obtenir de grand succès. Miette et lui bloquaient sur la réalisation du feu grégeois et Luscka n'avait encore rien envoyé. Il ne pouvait pas lui en vouloir, cela ne faisait que quelques jours après tout.

Luscka… Oui, malgré tous leurs problèmes, Elijah ne pensait presque qu'au médecin. Les dernières paroles qu'il avait prononcées la dernière fois qu'il l'avait vu tournaient en boucle dans sa tête comme une litanie qui le tuait à petit feu. Il avait du mal à se concentrer sur ses devoirs et ne dormait plus beaucoup. Enfin, encore moins qu'avant. Il se tournait et se retournait dans son lit, anxieux, malheureux. Ce que Luscka lui avait fait… Il avait beau essayer, il ne parvenait pas à se focaliser sur la douleur qu'il avait ressentie et l'horreur du geste. Non, il ne pouvait vraiment penser qu'à la chaleur de sa peau, les battements de son cœur excité, la douceur de ses lèvres et la fermeté de ses doigts. Il désespérait même de ne plus juste pouvoir le voir. L'idée de se faufiler à son manoir pour l'épier par une fenêtre lui avait effleuré l'esprit, mais il était bien incapable d'une telle chose sans se dévoiler.

Finalement, un soir, en se levant, Elijah prit une décision. Il ne pouvait pas se laisser distraire l'esprit par des sottises pareilles. En matière de relations, seules trois personnes lui semblaient aptes à le conseiller. Il y avait sa mère, d'abord, mais elle était absente et il ne pouvait pas attendre l'arrivée d'une lettre. Ensuite, Lucie, mais il refusait de converser avec sa petite sœur à ce sujet. Pour terminer, il y avait Ulrick. Et c'était lui qu'il irait consulter.

Vêtu très simplement d'une chemise, d'un pantalon et de bottines, à peine coiffé, Elijah vint toquer à la porte de son petit frère. Sur son bras, il soutenait une fine cape noire. Il espérait qu'il ne serait pas nu, ou en galante compagnie. Ou encore en train de dormir. Il avait pris soin de demander à Théophile quel était le meilleur horaire s'il voulait être bien reçu par Ulrick, sans le déranger tout du moins. Il lui semblait bien que quelle que soit la situation, Ulrick l'aurait de toute façon bien reçu. Il n'était pas homme à s'encombrer de malaises, contrairement à Elijah.

Cette fois, il voulait avoir un timing parfait. Ce dont il avait à discuter était quelque peu délicat et il lui semblait impossible d'en parler ouvertement si Ulrick était nu ou accompagné. Oh non, il ne pourrait jamais proférer de telles paroles devant quelqu'un d'autre !

« Ulrick ? » osa-t-il timidement en poussant la porte. « Peut-on parler un moment, s'il-te-plaît ? »

Droit comme un « I », Elijah vint se poster devant son petit frère, non sans avoir soigneusement refermé la porte juste avant. Il craignait que quelqu'un passant dans le couloir ne fasse traîner ses oreilles juste au mauvais moment.

« Ecoute, j'ai besoin de te dire quelque chose, mais j'ai aussi besoin que tu ne le dévoiles à personne, c'est d'accord ? »

Il baissa les yeux, terriblement gêné en songeant aux mots qu'il s'apprêtait à prononcer. Pourtant, il s'était entraîné devant le miroir. Il s'était dit les choses en face, pour s'habituer et que ses paroles ne restent pas bêtement coincées dans sa gorge au moment le plus inopportun.

« J'aimerais que tu m'emmènes dans une Maison Close. Je… Je ne les connais pas bien et j'ai besoin de me remettre d'une sorte de… Rupture. Alors, comme je sais que toi, tu… Enfin, je ne veux pas dire que tu es ce genre de vampire, qui ne sait pas trouver quelqu'un autrement. Mais il me semblait que tu avais quelques informations à ce sujet. Alors j'aimerais bien ton avis. »

Il se sentit définitivement ridiculisé et n'avait pour seule envie que celle de fuir et de se cacher sous son lit. Sauf qu'il ne le pouvait pas, parce qu'il avait réellement besoin de la réponse de son petit frère. Il garda la tête baissée, le plus possible, de façon à ce que ses cheveux masquent la plus grande partie de son visage honteux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: La honte d'un prince   Jeu 10 Mar - 16:46



La Honte d'un Prince


Ulrick allait plutôt bien finalement. Joyeusement remit de la nouvelle de sa sœur, il avait réussi à délivrer son frère avec cette dernière, avait participé à un assassinat très important avec Taesch et Illium avait daigné lui parler ce matin. Il avait décidé de prendre la vie comme elle viendrait et il semblait probable que tout rentrerait bientôt dans l'ordre. En tout cas, sa vie n'était pas si mal pour le moment. Elle était même fabuleuse.
La vie était pleine d'aventures et c'était très bien comme ça. Il avait rêvé quelques fois de sa sœur dans des tenues plus qu'érotiques mais cela ne l'avait pas empêché de retrouver une cadence de fréquentation assez élevée. Il ne pouvait pas se permettre de laisser des dizaines de femmes insatisfaites parce qu'il était préoccupé par une histoire de cœur quand même ! Cela ne lui ressemblait pas.
Ce soir là, Ulrick était parfaitement bien apprêté. Il avait complètement changé le mobilier de sa chambre pour quelque chose de neuf. Sa nouvelle décoration avait quelques nouveaux meubles de bonne facture – parmi lesquels on pouvait trouver un lit rond et quatre sièges sculptés dans des souches d'arbres de la forêt derrière le château – qui donnaient une drôle d'odeur de bois et de cire à la chambre.
Il attendait avec impatience une jeune femme d'une grande beauté, pour une humaine. Elle était rousse et ses cheveux descendaient en de longues boucles jusqu'à ses reins. Elle s'habillait très bien aussi, malgré ses maigres revenus. Il lui avait parlé la veille en se présentant comme le frère d'Elijah avec lequel elle travaillait sur un remède à la Grande Mort et ils avaient discuté. Finalement, le Prince lui avait proposé de lui montrer quelque chose de fascinant dans sa chambre le lendemain. Elle avait bien entendu accepté.
Et maintenant il attendait en lisant un livre. Il était dans son fauteuil préféré, celui avec une rose en argent délicatement ciselée dans le dos qui donnait juste assez d'inconfort pour se tenir droit et être un Prince digne de ce nom. Quand il était dans ce fauteuil, jamais il ne s'affalait ou ne se courbait. Ainsi, il était sûr de garder toujours la bonne attitude quand il le fallait. On ne savait jamais quand un visiteur pourrait surgir dans la pièce, comme sa mère par exemple.
La jeune femme arriva bientôt, dans une tenue qu'on aurait qualifié d'innocemment révélateur. Son décolleté était saillant mais pas vulgaire et son menton était juste assez droit pour montrer une nuque et un cou d'une grande beauté. Malgré tout, la fille semblait ne pas s'en rendre compte.
Cependant, quand il commença les sous-entendus sexuels, il remarqua que la fille ne semblait rien comprendre. Elle posait des questions, semblait mal à l'aise. Et quand il fit direct, il se rendit compte que son visage avait changé. Colérique, la fille laissa son bras prendre de l'élan pour lui donner une gifle optimale. Il dû admettre qu'elle frappait fort pour une humaine et détourna la tête. Elle n'avait rien comprit depuis le début.
C'est ce moment là qu'Elijah choisit pour frapper dans sa chambre et entrer. Nullement gêné, Ulrick regarda la fille soulever ses jupons et s'en aller loin de lui en pestant qu'il était un obsédé sexuel. Elle fit une petite révérence à l'autre prince et Ulrick éclata d'un rire joueur et amusé. Bon, okay, il ne l'aurait pas tout de suite mais quand il aurait commencé à la travailler au corps, elle lui tomberait dans les bras comme une feuille d'un arbre en automne.
Elijah ferma la porte derrière la fille et vint se planter devant lui. Ulrick était en train de se masser la joue comme si le coup lui avait vraiment fait mal.
“ Elle a du caractère ton humaine ! Bien sûr, mon frère, tu peux me parler de ce que tu voudras, cela restera entre nous, je te le jure. ”
Ulrick gardait de nombreux secrets pour sa famille. La relation secrète d'Yvan avec Taesch, la tendance à la morsure d'Elijah et la façon dont il avait couché avec sa sœur par exemple.
Les yeux hagards, il écouta son frère lui demander de l'emmener à un maison close. A cause d'une rupture. Okay, ce n'était pas vraiment le genre de conversation qu'il s'attendait à avoir. Oh mais alors … Luscka von Hochen n'avait pas voulu de lui, quelle tristesse !
“ Bien sûr, 'Lij ! Allons y ! Mais tu sais, il n'y a aucune honte à aller dans une maison close. ”
Il passa une veste, lui prit la main et un instant plus tard ils étaient dehors. Ils cheminèrent vers la maison close préférée d'Ulrick où les prostitués étaient aussi des calices et une fois là bas, il sourit grandement.
“ Bienvenue dans mon monde. Alors, qu'est-ce qui te ferait plaisir ? ”
Sûrement ce jeune homme dans la trentaine avec une barbe de trois jours qui chuchotait à voix basse et grave dans le fond. Mais Ulrick ne voulait pas s'avancer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 103
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 751
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: La honte d'un prince   Ven 11 Mar - 11:51

C
e ne fut pas Ulrick qu'il rencontra en premier dans la chambre du plus jeune des princes, mais Miette, qui était sur le départ. Elijah l'entendit marmonner que son frère était un obsédé sexuel – ce qui était vrai – et elle le salua avant de s'en aller, furibonde. Quand il se tourna vers Ulrick après avoir refermé la porte, il trouva ce dernier en train de se masser la joue. Ca alors ! Il n'était pas difficile de deviner ce qui c'était passé et Elijah en était soufflé. Jamais il n'avait vu son petit frère se faire rejeter, encore moins gifler. C'était comme si un mythe s'écroulait. Pourtant, cela ne devait pas être si rare, puisqu'Ulrick ne semblait pas en être dérangé. Il souriait, riait même.
« Ton humaine ». Elijah décida de passer outre, même si l'appellation le hérissait. Miette n'était pas « son » humaine, cela voudrait dire qu'elle était son calice. Or, il n'avait jamais de calice et ne chassait presque pas, parce qu'il avait tellement peur de s'emporter. La dernière fois qu'il avait vu Luscka, il avait cru pendant quelques minutes que ce n'était pas grave, finalement, d'être ainsi obsédé par la morsure. Mais tout cela s'était très mal terminé. Bien que Luscka s'en incombe l'entièreté de la faute, Elijah ne pouvait dissocier son acte impulsif du résultat. Il se sentait coupable en dépit de tout.

Au moins, Ulrick ne le jugea pas mal. Il ne voyait aucune honte dans le fait de se rendre dans une maison close, comme tout vampire d'ailleurs. Elijah ne sentait juste mal à l'aise à l'idée d'utiliser le corps de quelqu'un d'autre comme ça, de se dévoiler devant un inconnu qui ne ressentait aucune affection pour lui. Enfin, il devait bien y aller au moins une fois, surtout si cela pouvait l'aider. Et puis ces gens étaient payés, il ne devait pas se sentir gêné vis à vis d'eux.

Elijah, sa cape sur les épaules, suivit donc Ulrick jusqu'à une maison close. La façade était avenante et l'intérieur très propre et accueillant. Immédiatement sur sa droite en entrant, un élégant comptoir affichait les tarifs de la maison, qui ne proposait que des calices de qualité testés tous les jours à l'Infection. Il y avait cette poudre qui traînait dans les commerces de calices depuis quelques temps. Déposée sur la langue de l'humain, elle était censée dévoiler la maladie en virant au rouge et au bleu dans le cas contraire. Elijah n'était pas certain que cela fonctionne, mais peu importait, n'est-ce pas ? Il n'allait pas faire la fine bouche.
Alors qu'il étudiait le groupe d'humains discutant dans le fond de la salle, les rouages de son esprit tournaient lentement, mais sûrement. Il savait qu'une idée était sur le point de germer, il n'avait qu'à la laisser se développer toute seule, dans son coin, tandis qu'il faisait autre chose.

« Hum… Ce qui me ferait… Plaisir ? »

Elijah hésita, à entendre Ulrick, on aurait dit qu'il devait désigner un bijou, une pâtisserie ou un vin en particulier. Lui ne voyait que des gens, animés de vie et… Son regard croisa par hasard celui, perçant, d'un bel homme aux yeux mordorés. Son visage sévère était empreint d'une certaine douceur et son corps était une ode à la puissance. Une chemise légère s'ouvrait sur un torse impeccable, légèrement hâlé. Provenait-il du désert ? Elijah savait que parfois, les gardes de la porte récoltaient des calices dans l'immensité sèche, quand ils s'approchaient trop de la ville. Il y avait aussi le commerce des marchands d'esclaves.
L'humain se tourna vers un autre prostitué, lui disant quelque chose qu'Elijah ne put entendre. Toutefois, il perçut le timbre de sa voix et il eut alors très envie de le choisir, lui. Cet homme ressemblait tellement à Luscka, tout en étant parfaitement différent !
Il serra le bras d'Ulrick et, sans quitter l'humain des yeux, le désigna d'un index qui se voulait discret.

« Lui, là-bas. … Tu crois que je pourrai le mordre aussi ? »

Il y avait écrit partout que les prostitués donnaient volontiers leur sang, mais Elijah craignait de faire une bêtise. Comme l'avait si joyeusement signalé Ulrick en entrant, c'était son monde et il ne voulait pas enfreindre des règles qu'il ignorerait.
Elijah fouilla dans sa cape et en sortit une bourse déformée par les pièces d'or qui s'y trouvaient. Trop timide pour se rendre lui-même au comptoir où patientait une femme très grosse, très maquillée et très intimidante avec ses cheveux striés de gris tirés en arrière dans un chignon étroit, il glissa l'argent dans la main d'Ulrick.

« Et… Et toi alors ? Est-ce que tu vas choisir quelqu'un aussi ? »

Evidemment que oui, se dit aussitôt Elijah. Il y avait beaucoup de filles légèrement vêtues, comme le permettait l'énorme poële qui chauffait toute la salle. D'ailleurs, tous les prostitués étaient légèrement vêtus, sans doute pour montrer au client le plus de chair possible afin de faciliter leur choix. Il se demanda s'il y avait des différences de prix en fonction de celui que l'on désirait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: La honte d'un prince   Sam 19 Mar - 15:33



La Honte d'un Prince


Maintenant qu'ils étaient à l'abri du crachin glacial de mars, Ulrick pouvait enlever la grande capuche de son manteau. Celui-ci était dans un tissu très fin mais qui le protégeait à merveille de la pluie et de ses désagréments. Si, techniquement, il était un vampire et ne pouvait pas souffrir du froid, il n'aimait pas vraiment que l'humidité s'infiltre dans ses vêtements et le trempe jusqu'aux os. C'était extrêmement désagréable.
Il vit un petit groupe composé de deux filles et d'un jeune homme. Ils discutaient à voix basse en se faisant passer une pipe à opium. Il aurait bien choisi l'un d'eux. Peut-être même tous les trois en même temps. Leur peau foncée était presque dorée à la lumière des lanternes couvertes de rouge et leurs lèvres étaient d'un rouge carmin très tentant. Le visage du garçon était en partie caché par des rideaux qui séparaient les deux pièces mais ce qu'il en voyait n'était pas désagréable.
Les lieux étaient baignés d'une lumière basse qui rougeoyait sur les murs et les rideaux blancs et crèmes. Tous les meubles étaient d'un noir profond ou recouverts d'un tissu rouge pour garder cette impression d'étouffement très agréable. L'odeur d'opium et de drogues qui envahissaient l'air lui plaisait, d'autant plus qu'elle était rehaussée par celle de l'alcool. Du vin, il l'aurait reconnu entre mille, c'était son préféré.
La plupart des regards étaient maintenant braqués sur eux. Il y avait sans doute le fait qu'Ulrick ne sorte jamais sans sa couronne – sauf quand il était dans son personnage d'assassin bien entendu, il n'était pas si stupide – mais aussi la stupeur. Tout le monde connaissait bien le profil d'Elijah qui était sur toutes les pièces d'argent – Yvan figurait sur certaines pièces d'or et Ulrick et Lucie étaient dos à dos sur celles de bronze. Et Elijah était bien connu pour ne pas être très … dépravé.
La réceptionniste, en les reconnaissant, leva les sourcils si haut qu'ils disparurent derrière son mini--chapeau. En souriant doucement, il lui fit signe qu'ils étaient en train de choisir. Elijah semblait hésitant. Quant à lui, il avait déjà porté son choix sur les trois fumeurs d'opium qui devaient être frère et sœurs.
Quand il eut finalement fait son choix, Ulrick s'avança vers la femme de l'acceuil qui lui souhaita la bienvenue avec une note de révérence dans la voix. Tout le monde savait bien combien il était aimable et traitait bien les prostitués. Bien entendu, il était évident qu'il y avait encore et toujours ce statut de prince mais peu lui importait au final. Il paya généreusement pour ses amis de ce soir et le solide gaillard d'Elijah.
On leur demanda gentiment d'attendre une dizaine de minutes et Ulrick retourna près de son frère qui ressemblait un peu à un chaton abandonné sous la pluie avec cet air perdu. Il dévisageait l'autre, comme s'il venait d'en tomber amoureux. Oh, wow, il devait vraiment être accro à Luscka pour réagir comme ça rien qu'en voyant un mec qui lui ressemblait un peu. En souriant, il se dit que ça lui passerait vite. Elijah ne restait jamais bien longtemps sur personne.
Il passa un petit temps à écouter la pluie marteler le toit avant de répondre aux questions de son frère en souriant.
“ Oh bien sûr que tu pourras le mordre. J'ai entendu dire que ce genre d'homme adore ça. Tu sais, les grands mecs musclés avec des airs de gros nounours. Et … oui, pour moi ce sera eux. Mignons n'est-ce pas ? ”
Il se dit que peut-être son frère le prendrait définitivement pour le dernier des pervers. Bah … de toute façon quelle importance ? Elijah savait déjà presque tout de ses déviances et puis Elijah était aussi terrible que lui, même s'il ne se l'avouait pas. Il avait un truc pour les morsures aussi, après tout, ils avaient ça en commun.
Peu après, ils se séparaient et étaient conduits dans deux chambre différentes. Il espérait qu'Elijah aimerait bien sa première expérience dans une maison close – il était temps vu son âge – mais quoiqu'il en soit, lui comptait bien prendre son pied.

Quelques temps plus tard – Ulrick n'aurait pas su dire combien de temps mais il avait prit son pied assez longtemps pour qu'Elijah ait eu le temps d'être amplement satisfait – il attendait son frère dans une petite salle où les habitués pouvaient passer un peu de temps avant de repartir. Cette fois, il était seul, à part son prostitué à la peau brune qui était resté avec lui, la tête sur ses genoux, presque endormi. Les filles avaient déjà été demandés ailleurs.
Alors qu'il lisait le journal en buvant un verre de vin, la chemise ouverte et le pantalon encore un peu défait, il vit son frère entrer dans la pièce. Il demanda à son charmant morceau de chocolat – il ne lui avait pas demandé son nom – de le laisser et fit signe à son frère de venir s'asseoir sur la causeuse avec lui.
“ Alors ? C'était bien ? Tu te sens un peu mieux ? ”
Il savait amplement qu'une bonne partie de jambes en l'air ne pouvait pas vraiment guérir un cœur brisé mais c'était toujours ça de prit. Un peu de plaisir et beaucoup de réconfort.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 103
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 751
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: La honte d'un prince   Lun 21 Mar - 10:32

U
lrick le laissa seul quelques instants, juste pour payer leurs prostitués. Et rien que pendant cette poignée de secondes, Elijah se sentit incroyablement mal à l'aise. Il avait l'impression d'être un humain au milieu d'un groupe de vampires affamés, alors que c'était tout le contraire. Tout le monde avait les yeux braqués sur lui et il n'arrivait pas à se décider sur ce que ces regards reflétaient. Le jugeaient-ils mal ? Est-ce qu'ils pensaient qu'il n'avait absolument rien à faire ici ?
Cherchant du réconfort, il croisa le regard doré du prostitué qu'il avait désigné à Ulrick. Et y resta accroché. Il se sentait bien de nouveau, son angoisse se calma peu à peu.

Son frère revint à ce moment-là et il tourna la tête avec regrets pour le regarder. Il lui assura qu'il pourrait mordre et cela enchanta plus que de raison Elijah. Il se contenta de hocher la tête avec un sourire de remerciement. Ensuite, Ulrick lui apprit qu'il comptait louer non pas un mais bien trop prostitués ! Choqué, Elijah ouvrit la bouche. Il avait l'intention de dire quelque chose, puis se ravisa. Ce n'était vraiment pas le moment de critiquer les choix de son cadet.

« Oui, c'est vrai. »

Effectivement, les trois personnes qui avaient trouvé grâce aux yeux d'Ulrick étaient très mignons. Et ils semblaient aussi très à l'aise. En fait, tous les employés avaient l'air très bien ici, comme s'ils exerçaient le plus beau métier du monde. Ils donnaient envie, comprit Elijah. Peut-être qu'il devrait s'en inspirer s'il voulait reconquérir Luscka un jour. Pour le persuader de rester auprès de lui.

Un peu plus tard, le grand homme qu'il avait choisi les rejoignit, suivi des trois autres commandes. Ensemble, ils montèrent à l'étage des chambres et Elijah, intimidé, n'osa pas le regarder. Ulrick, lui, semblait déjà à l'aise. Ses bras enserraient les tailles des deux filles qui grimpaient les marches à côté de lui. Elijah les observa un instant, se demandant s'il devait faire la même chose avec le sien. Avant qu'il ait pu se décider à établir un premier contact physique, ils arrivèrent dans la chambre.
Celle-ci était luxueuse, mais peu pratique pour le quotidien. Evidemment, elle n'était faite que pour ce que les clients attendaient d'une maison close. Il y avait un lit, une table, un sofa, un grand fauteuil et un immense tapis bien dégagé.

« Alors ? Où est-ce que tu veux le faire ? »

Elijah releva la tête vers l'humain. Adossé à la table, il s'exposait dans la lumière du lustre. Sa peau n'en semblait que plus dorée, ses yeux étaient magnifiques et son sourire inspirait une immense gentillesse et une douceur infinie. Ses cheveux noirs étaient raides et brillants, ils retombaient sur son front dans une attitude négligée qu'Elijah n'avait que trop vu chez son petit frère.

« Heu… Dans le lit. »

Il ne se sentait vraiment pas de le faire sur le tapis. L'humain ne sembla pas déçu et se rapprocha de lui dans des mouvements gracieux. Sans une once d'hésitation, il caressa la mâchoire d'Elijah et l'obligea à relever la tête, tout en douceur. Le prince se mit à trembler légèrement quand il sentit l'odeur épicée de l'humain. Et lorsque celui-ci l'embrassa, il se laissa enfin aller.


Elijah redescendit deux heures et demi plus tard. Il avait coupé court aux réjouissances, même s'il aurait pu poursuivre encore longtemps. Mais il avait pensé que son frère l'attendait peut-être déjà depuis un moment. Il s'était donc arraché avec regrets du tapis et du corps chaud de l'humain, pour se rhabiller en hâte. Cinnamon, puisque c'était le nom du prostitué, lui sourit en hochant la tête et lui demanda de ne pas hésiter à revenir.
Lorsque le prince retrouva finalement Ulrick, il se sentait pleinement satisfait, heureux et serein. Plus serein que toutes les fois où il avait couché avec quelqu'un. C'était peut-être un don de Cinnamon, ou alors l'ambiance. Il refusait de croire qu'il avait simplement pris plus de plaisir dans une maison close que dans une relation normale.
En voyant l'état dans lequel se trouvait Ulrick, Elijah ralentit le pas. Le jeune homme qu'il avait choisi était toujours là et les vêtements du prince défaits. Est-ce qu'il était toujours en train de… ? Finalement, quand il le remarqua, Ulrick congédia l'humain et l'invita à s'asseoir à ses côtés.
Lui-même était sans doute un peu débraillé, tenta de se rassurer Elijah. Ca ne voulait rien dire, il ne l'avait sûrement pas interrompu. Après tout, il lisait le journal. On ne pouvait pas faire les deux, si ?
Elijah négligea le vin et s'adossa dans le coin du canapé. A la question d'Ulrick, il lâcha un petit soupir de contentement.

« A vrai dire… Oui. »

Il était même assez loin du compte. Il pensait toujours à Luscka, mais la douleur qui allait avec et les regrets avaient disparu. Cette nuit, il s'était vraiment libéré. En fait, il n'avait qu'une hâte : recommencer tout ça avec la personne qu'il aimait vraiment.

« Tu crois que… Tu crois que si je reviens, je pourrais choisir Cinnamon ? Je veux dire, le même ? »

Peut-être qu'ils n'étaient pas tout le temps là. A cette pensée, Elijah regretta de ne pas avoir mordu l'humain, en fin de compte. Il n'en avait pas ressenti le besoin, trop accaparé par le fait de ne pas se montrer trop nul. Puis, par le plaisir corporel.

« Et toi alors ? Je t'ai fait beaucoup attendre ? Je suis désolé si c'est le cas. »

Il savait qu'il était plus endurant que la moyenne, alors il ne se rendait pas toujours compte du temps qui passait.  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: La honte d'un prince   Mar 22 Mar - 14:13



La Honte d'un Prince


Ulrick l'avait bien remarqué. Le prostitué que son frère avait choisi ressemblait un peu au Duc et il avait la même voix basse et vibrante. La même façon de parler calmement. Il ignorait si Elijah l'avait entendu avant de choisir mais ce mec semblait proche de cet homme sympathique et calme qu'Ulrick connaissait. Celui qu'il regardait s'entraîner avec Yvan quand il avait encore le rêve de rendre son grand frère fier de lui.
Cependant, il ne comptait pas gaspiller sa salive en paroles inutiles. Elijah avait choisi dans un but bien précis et Ulrick espérait qu'il avait au moins pu oublier son cœur brisé pendant quelques temps. Luscka n'était pas du genre à briser des cœurs pas plaisir, pourtant, et Ulrick était impatient de connaître les raisons de la tristesse de son frère.
Au printemps dernier, quand les rumeurs avaient couru que le Duc allait épouser la dernière fille des Castellis, Ulrick s'était senti tellement heureux pour lui. Il était bien sûr qu'il serait l'organisateur du mariage et que tout irait pour le mieux mais Yvan avait fini par le refroidir en lui annonçant que ces rumeurs n'étaient pas vrai. Quel désarroi alors ! Mais maintenant, il était content que Luscka n'ait jamais eu l'intention d'épouser cette fille. Elijah pourrait peut-être être heureux ! Peut-être que ce n'était qu'une terrible méprise.
Son grand frère – oh Diable, comme il avait du mal à l’appeler comme cela – était si peu doué en relations qu'il n'avait pas comprit pendant des années que le maître d'armes du château était amoureux de lui. Quand celui-ci avait fini par se déclarer, le prince n'avait rien comprit et l'avait remercié. Alors peut-être qu'il avait mal comprit les intentions du Duc à son tour. Peut-être qu'il était juste nul.
Il vit le gentil prostitué qui l'avait accompagné aujourd'hui reprendre un client et monter avec lui. Nullement jaloux, Ulrick lui fit un petit signe de la main avant de se reconcentrer sur son frère. Celui-ci semblait … aux diablotins. Il avait l'air d'être pleinement satisfait de sa petite virée dans la chambre du prostitué aux allures de traders. Ulrick avait déjà couché une fois avec lui mais il se garderait bien de le dire à son frère.
Plein d'amour, Ulrick se dit que si l'enfant que portait sa mère était aussi timide et empoté qu'Elijah, ils n'en auraient pas fini de l'éduquer. Heureusement, les enfants d'Holly et Emilien semblaient être de plus en plus dépravés et à l'aise en société. Il avait du mal à l'admettre mais les fois n'étaient pas rares ou sa sœur lui coupait l'herbe sous le pied quand il voulait séduire ou interroger quelqu'un. Heureusement, il était toujours un meilleur criminel qu'elle.
Lucie avait, comme lui, choisit la voie des ténèbres. Il l'avait fait par amour et dévotion, elle l'avait fait pour sa propre survie. Leur aîné était un maître des batailles et il se battait souvent. Cela faisait d'Elijah le seul de leur fratrie à ne pas savoir tuer. Voilà pourquoi Ulrick le protégeait tout le temps, toujours en train de le dorloter, de lui préparer des baumes et des bons bains chauds. Elijah était beaucoup trop fragile à ses yeux.
Finalement, peut-être qu'il le protégeait un peu trop. Et peut-être bien qu'il s'inquiétait trop aussi.
Quand Elijah lui demanda s'il pourrait choisir le même, Ulrick leva les sourcils – qui était un exploit en soi, rappelons le, Ulrick a les sourcils naturellement très hauts – et prit la main de son frère dans la sienne. Il n'aimait pas cela, cette lueur d'appétit dans les yeux de son précieux Lijah. Faisant la moue, il acquiesça.
“ Bien sûr que tu pourras, brother, mais je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée. Ne tombe pas amoureux de lui, n'oublie jamais qu'ils sont gentils, prévenants et charmants juste pour l'argent. A moins que tu ne veuilles en faire ton calice bien sûr … ”
Il lui fit un clin d'oeil et vint poser sa tête sur ses cuisses sans lâcher sa main. Vu d'en bas, Elijah faisait vraiment grand frère. Souriant, il porta sa main libre à la joue d'Elijah.
“ Oui j'ai prit mon pied. Je sais combien ce serait passionnant de m'entendre raconter mes ébats mais je suis curieux. Qu'est-ce qui s'est passé entre toi et Luscka von Hochen qui ait bien pu te pousser à aller jusque là ? ”
Sa main retomba doucement sur son ventre et il continua à fixer son frère de son regard ambré. Le bleu des yeux de son frère était profond et il semblait refléter une certaine … anxiété. Ulrick espérait de tout son coeur qu'il arriverait à l'aider.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 103
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 751
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: La honte d'un prince   Lun 28 Mar - 16:38

U
lrick lui prit la main et Elijah la pressa doucement. Les contacts physiques avec son petit frère étaient toujours très rassurants. S'il le pouvait, il le garderait toujours auprès de lui quand il sortait de sa chambre ou de sa bibliothèque, juste pour lui prendre la main et parler sans trembler de tous ses membres ou balbutier tous les trois mots.
Evidemment, le plus jeune prince acquiesça. Elijah lui sourit vivement, puis les coins de sa bouche s'affaissèrent quand Ulrick lui déconseilla sans détour de choisir de nouveau Cinnamon. Ou en tout cas de s'attacher à lui. Les yeux écarquillés par l'affolement, Elijah secoua la tête. Hors de question de prendre un calice, il avait trop peur de lui déchiqueter la gorge dans un accès de… Il ne savait pas vraiment comment appeler ça. Du désir incontrôlé ? Si quelqu'un trouvait ensuite le corps, sa réputation, déjà fort peu brillante, deviendrait désastreuse. Et il était le prince héritier, il ne pouvait se permettre de jeter une ombre aussi imposante sur le nom de leur famille.

« Tu as raison, je ne devrais pas me reposer sur un prostitué. »

Bien sûr, l'idée que ce jeune homme puisse momentanément remplacer Luscka avec ses vagues ressemblances avait fait plus que le frôler. Mais Ulrick l'avait sauvé à temps de ce désastre. Ca ne remplacerait pas vraiment le duc et ce qu'il voulait de lui. Ca ne ferait que l'enfoncer dans une terrible spirale. Et ce serait bien indigne de l'affection qu'il portait au vampire. Si Luscka apprenait qu'il avait envisagé une telle chose, que penserait-il de lui ? Certainement rien de bon, il serait même probablement très déçu. Elijah se sentait tellement bête ! Luscka, lui, ne ferait jamais une chose pareille !

Ulrick lui caressa la joue, puis lui demanda ce qui s'était passé pour qu'Elijah veuille venir ici. Le prince baissa les yeux sur le tapis. Il se remémorait la dernière fois avec Luscka, la honte, le plaisir, la douleur… Puis la souffrance terrible causée par le rejet pur et simple. Les larmes lui montèrent aux yeux à ce seul souvenir et il refusa de regarder son frère dans les yeux. D'une voix un peu tremblotante, il lui raconta. Tout cette fois. Il lui semblait qu'Ulrick ne pourrait pas comprendre sinon.

« Luscka est infecté, mais il a trouvé une solution pour retenir la maladie et avoir le temps de chercher un remède. Ne t'inquiète pas, s'il-te-plaît, il n'y aucun risque pour qu'il m'ait contaminé. Le problème, c'est que... »

Il tenta de lui expliquer quelque chose que lui-même avait peiné à accepter et réellement comprendre. Que Luscka ne se contrôlait plus bien émotionnellement, qu'il avait des crises de colère injustifiée. Et qu'il s'était emporté contre lui alors qu'ils s'embrassaient. Il n'osa pas lui dire ce qu'ils étaient réellement en train de faire.

« Il m'a simplement cassé un os, mais c'était comme s'il m'avait presque tué à ses yeux. Il est parti en clamant qu'il ne formait plus qu'un avec la maladie et que nous ne devions jamais nous revoir. »

Les larmes coulaient désormais librement sur ses joues tandis qu'il racontait en essayant de ne pas trop buter sur ses mots. Il revoyait parfaitement cette scène, celle où Luscka lui assénait sa terrible vérité. Qu'il était un monstre. Il revoyait parfaitement son dos et son incapacité stupide à le rattraper, parce qu'il avait été trop choqué, parce qu'il y avait une part trop importante de lui qui l'avait cru, parce qu'il n'osait jamais entraver personne ou contredire qui que ce soit.

« Et maintenant je ne pourrai plus jamais le revoir. A moins d'être infecté sans doute ! Oui, voilà ! Je vais me faire mordre et ensuite il sera bien obligé de s'occuper de moi ! »

Sa colère fit trembler le sol de la maison close et plusieurs bibelots égayant des étagères se fracassèrent sur le sol. A ce son, Elijah se calma et regarda autour de lui, confus. Un employé en petite tenue accourut pour voir s'ils n'avaient rien et Elijah s'excusa platement, ce que ne comprit pas l'autre, qui s'en alla en marmonnant des choses inintelligibles. Une fois de nouveau seul avec son frère, Elijah plongea sa tête dans sa main, ébouriffant ses cheveux. Il se sentait si las et fatigué.

« Voilà que je deviens comme Yvan. Je suppose que ça ne changerait pas grand-chose si je devenais malade. Je suis déjà incapable de contrôler mes émotions. Finalement, Luscka doit avoir raison de ne plus vouloir de moi. Je suis si nul. »

Il se sentait en-dessous de tout. Ulrick devait le trouver bien pitoyable.  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: La honte d'un prince   Mar 29 Mar - 16:10



La Honte d'un Prince


Quinze jours, quinze affreux jours avaient défilé de façon tout à fait naturelle depuis qu'il était rentré. Mère devait rentrer aujourd'hui ou demain. Peut-être même qu'elle était déjà là. Elle irait probablement voir Yvan en premier puisqu'il avait été enlevé. En se massant l'épaule, le Prince se fit la remarque qu'il était bien complètement guéri maintenant. Pourtant, il était prudent. Cela ne faisait que quelques jours et elle le tirait encore un peu parfois.
Cela n'était pas le pire qu'il puisse subir, bien entendu. Parfois, Yvan était rentré avec des horribles marques sur tout le corps et il avait toujours été fort. Mais Ulrick n'était pas fort. Même pas assez pour vaincre un double, une pâle copie de son frère aîné. Il s'en voulait encore de s'être laissé blesser et d'être tombé inconscient dans les couloirs de la Guilde. Il se sentait stupide et … incompétent.
D'ici, il entendait les bruits au rez-de-chaussée. Il savait parfaitement que ça pouvait être un nouveau client commun mais il ferma les yeux et tendit l'oreille. Il s'était longtemps concentré pour développer son ouïe. Taesch l'avait largement aidé et maintenant il pouvait capter le vol d'un papillon à cinq cent mètres de là. Aussi, quand il entendit la voix de Luscka Von Hochen au rez-de-chaussée, il sut que ses oreilles ne l'avaient pas trompé et il se crispa un peu.
Bon, ils étaient au quatrième étage. La plupart des chambres étaient au deuxième et au troisième. Il pouvait attendre, tendant l'oreille, que le Duc choisisse quelqu'un et quand il serait dans une chambre, il partirait avec Elijah. Il pouvait faire ça, au moins, pour son frère. Lui épargner la honte et la tristesse de voir la personne qu'il aimait aller dans une chambre avec un prostitué. Il savait combien c'était douloureux.
Il tourna un peu la tête pour mieux écouter Luscka discuter avec quelqu'un au salon du rez-de-chaussée et il remarqua qu'il avait une vue imprenable sur la fenêtre. Elle était en partie occupée par des gargouilles érodées par la pluie de Gothik City, représentant des succubes et des incubes, de façon très exagérée. Il était presque sûr que personne ne pourrait désirer une femme avec d'aussi gros seins.
Quand Elijah lui raconta soudain tout ce qu'il avait sur le cœur, Ulrick sentit le sien se briser. Oh mais le pauvre petit Elijah ! Pourquoi fallait-il qu'il s'attache au seul noble qui avait bien pu se faire infecter ? Les autres multipliaient les prudences mais quand Luscka était appelé … Luscka, oui, c'était bien du Duc qu'on parlait. Il se sentit soudain très mal. Von Hochen avait toujours été comme un grand frère pour lui et Lucie. Le savait-elle ? Comment réagirait-elle ?
Heureusement, Elijah ne craignait rien. Il ne craignait pas de se faire infecter mais peut-être que le médecin … est-ce que ça voulait dire qu'il allait bientôt mourir ? Déglutissant, il jeta un œil à son poignet. Il se rendit compte avec amertume qu'il n'avait jamais fait tatouer le nom du meilleur ami de son frère sur son poignet, sinon il aurait tout de suite sut qu'il y avait un problème. Il aurait tout de suite été au courant. Mais il ne pensait pas qu'il puisse un jour être en danger.
Il était tout à sa tristesse quand le sol et toute la maison se mirent à trembler. Ses prunelles jaunes jusque là à demi-voilées par le désarroi s'agrandirent d'un coup et quand il comprit qu'Elijah était le responsable, il tenta de se rappeler ses dernières paroles. L'infection, il voulait se faire infecter. Déglutissant, il fronça les sourcils comme jamais – ce qui devait lui donner un air plutôt normal – et saisit le poignet de son frère.
Une femme intervint à un moment puis s'en alla rapidement. Ulrick fit à peine attention à elle. Il était désormais redressé à mi-hauteur de son frère et le regardait droit dans les yeux, tenant sur un de ses coude, son autre main tenant fermement Elijah comme s'il avait peur qu'il ne s'enfuie.
“ Tu veux savoir ce que changerait l'infection ? Tu serais mort. Voilà ce qui se passerait si tu te faisais infecter. Tu ne serais plus Elijah, juste un fou et tu nous obligerai à te tuer. Et plus jamais tu ne pourrais être avec Luscka. C'est ce que tu veux ? ”
Il avait l'air en colère mais son ton était très doux, comme celui de leur père quand il lui expliquait pourquoi ce n'était pas bien de regarder sous les jupes de sa mère.
Il le gratifia d'une caresse, remontant son bras avec ses longs doigts fins jusqu'à atteindre sa joue. Avec un petit sourire et un visage plus détendu, il secoua la tête.
“ Il ne veut pas de toi, pas parce qu'il pense que tu n'es pas assez bien mais juste parce qu'il a peur de te blesser. C'est de l'amour Elijah. Est-ce que tu sais s'il a avancé ? Père m'a dit qu'il ferait un discours sur l'Infection d'ici à trois jours. Il ne doit pas aller si mal que cela … ”
Connaissant ces deux empotés, ils ne réussiraient jamais à faire passer leurs sentiments s'ils étaient tout seuls. Il sourit doucement et se redressa lentement. Il avait entendu la voix de Luscka se rapprocher puis une porte claquer, il devait être occupé, enfin. Il se rhabilla convenablement et attrapa son manteau avant d'ouvrir la porte. Il aurait aimé avoir le réflexe de la refermer automatiquement quand il vit Luscka devant la porte d'en face en charmante compagnie mais il était trop surprit. Qu'il était stupide ! Maintenant c'était trop tard, Elijah avait vu Luscka et le Duc avait vu le Prince.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 103
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 751
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: La honte d'un prince   Mar 29 Mar - 22:46

S
on frère l'agrippa et ce fut comme avoir jeté une ancre dans le sol. Il se rendit compte qu'il avait eu l'esprit ailleurs, encore une fois. Il s'était plongé dans ses fantasmes désagréables et avait besoin des yeux ambrés de son petit frère pour s'accrocher à la pas si désastreuse réalité. Il se souvint qu'il n'avait toujours pas résolu ce problème du journal d'Honorus. Elijah respira profondément alors qu'Ulrick lui reprochait ses hypothèses et ses idées. Bien entendu, il n'était pas certain que Luscka puisse le maintenir en stase comme il l'avait fait avec sa propre infection. Tout cela tenait un peu de la chance aussi. Qu'aurait-il fait à sa famille s'il n'y avait pas eu Ulrick pour le raisonner ? Mais que lui arrivait-il enfin ? Auparavant, jamais il n'aurait eu une pensée aussi insensée. Est-ce que c'était ses sentiments pour le Duc ? Est-ce qu'il devenait fou, à cause de lui ? Parce qu'il était si intelligent, si gentil et prévenant, parce que son charisme l'englobait dès qu'il le voyait ? Est-ce qu'il l'aimait ? Réellement ?

« Non, ce n'est pas ce que je veux, » répondit piteusement Elijah sans se dérober au regard inquisiteur de son frère.

Ulrick lui apprit ensuite que Luscka allait bientôt donner un discours. Vraiment ? Le regard clair d'Elijah s'éclaira comme si une nuée d'étoiles s'était soudain précipitée dans ses yeux. Un sourire plein d'espoir et niaiserie étira son visage enchanté. Luscka allait venir parler, c'était qu'il allait mieux !
Son expression s'assombrit un peu. Mais alors, pourquoi n'était-il pas venu le voir ? S'il l'aimait, comme le supposait Ulrick, n'aurait-il pas dû accourir jusqu'à lui pour lui annoncer la bonne nouvelle ? Non, il devait y avoir autre chose. Quelque chose qu'il ignorait. Ce devait vraiment être important.

« Et bien, je n'ai pas reçu de rapport pour le moment. Mais il avait déjà avancé à grands pas la dernière fois que j'en ai eu des nouvelles. »

Sa gorge se noua. Déjà, pendant cette période, ils étaient en froid. Elijah se demanda s'ils étaient vraiment amoureux ? Ils passaient leur temps à se blesser et se fuir. Ca ne pouvait pas être de l'amour. Ils étaient toxiques l'un pour l'autre. Sans doute devrait-il laisser tomber.
La mort dans l'âme, Elijah décida de changer de sujet. Il devait réfléchir tranquillement à tout cela. Et il prendrait une décision après avoir écouté le discours du Duc.

Le prince ouvrit la bouche pour parler, mais Ulrick le coupa en se levant et se rhabillant. Alors, il était déjà temps de partir ? Elijah serait bien resté ici un moment, c'était agréable d'être ainsi avec son frère. Il le suivit toutefois, entamant la conversation qui le préoccupait nouvellement.

« Et toi, mon frère, est-ce que tu vas mieux ? J'ai entendu par Yvan que tu avais très courageusement pris ce coup qui aurait pu lui être fatal. Bien que je t'ai retiré la malédiction, je me demandais si ta guérison...»

Il s'interrompit soudain. Sa première pensée fut de croire qu'il s'agissait de Cinnamon avec un autre client. Sauf que si ça avait été le cas, son cœur ne se serait pas ainsi brisé. On ne pouvait pas tromper les yeux d'Elijah. Et ceux-ci reconnurent très distinctement Luscka.
Horrifié, le prince tourna légèrement la tête. Un prostitué. Evidemment. Ce n'était pas grave. C'était tout à fait normal. Il déglutit difficilement à cause de sa gorge nouée et tenta de refouler les larmes qui bordaient ses yeux.
Il se sentait déchiré en deux, atterré, honteux… Trahi. Il ne pouvait pas rester là. Pas une minute de plus. Sinon il allait éclater en sanglots et ça ne se faisait pas, il en était sûr. Elijah courut alors aussi vite qu'il le put, dévala les quatre étages et se retrouva presque instantanément dehors. Une bourrasque de neige le frappa au visage et il leva son visage trempé de larmes vers le ciel noir. Une chape de froid inattendue à cette période de l'année recouvrait la ville.
Comme il dérangeait quelques personnes qui entraient ou sortaient de la Maison close, indifférentes à son drame personnel, Elijah fit quelques pas dans la neige déjà craquante. Il vacillait et finit par s'effondrer contre un mur quelques pas plus loin. Il tenait sur une seule épaule et ses bras enlaçaient son buste.

C'est normal, ça ne veut rien dire, se répétait-il. Le visage du prostitué était gravé dans sa mémoire. Il était si beau. Plus beau que lui. Ce n'était pas étonnant que Luscka l'ait remplacé. Alors finalement, c'était ainsi ? Il avait choisi de rester loin de lui parce qu'il l'aimait trop et le blessait, à la place il s'envoyait en l'air avec des catins ! C'était logique et honorable dans un sens. Pourtant il trouvait ça particulièrement injuste.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: La honte d'un prince   Jeu 31 Mar - 11:32



La Honte d'un Prince


Figé dans le temps, Ulrick se sentit soudain très mal. Il faisait toujours tout pour protéger l'homme qui se tenait derrière lui. Il pensait très sérieusement que cela ne pourrait pas être pire mais il se trompait lourdement, si lourdement. Il avait envie de s'enfuir, honteux. Il aurait dû donner des défenses à Elijah, l'aider à affronter le monde au lieu de tout simplement le protéger. Il avait été stupide et il s'en rendait compte bien trop tard.
Dehors, les premières lueurs du jour ne tarderaient pas à blêmir les fenêtres. Ils étaient restés longtemps ici et Ulrick pensait même avoir dormi un peu. Luscka devait venir ici vers ces heures là pour ne croiser personne. Urgh, c'était bien raté. Le prince pouvait voir la tristesse et les remords dans ses yeux. Le prostitué semblait un peu vexé que le Duc ne lui accorde plus d'attention mais son client ne semblait s'en soucier.
Finalement, le Duc se détourna et Elijah s'enfuit. Un peu prit de court, Ulrick n'osa bouger tout de suite. Son corps lui semblait peser une tonne. Pourquoi avait-il fallu qu'il l'emmène dans la seule maison close que le Duc devait fréquenter. C'était certes sa préférée mais quand même, il aurait pu l'emmener ailleurs. Et peut-être bien qu'Elijah aurait moins prit de plaisir … Cinnamon n'était pas partout. Ah ! Il était torturé !
Il déglutit doucement en se disant qu'il devrait bouger. Le Duc venait de rentrer dans la chambre avec le prostitué et voilà qu'il commençait à entendre des bruits. Mais cela ressemblait plus à de la tristesse ou de la rage qu'à du plaisir.
Son sang se glaça dans ses veines quand il finit par entendre un cri, bestial et inattendu. Le cri lugubre flotta sur la maison close et tout le monde s'immobilisa. Plus aucun bruit ne perturbait le silence de la maison close, l'attente était insupportable. Finalement, comme plus rien ne venait indiquer un drame, les prostitués et les clients reprirent leurs affaires. Ulrick s'avança d'un pas avant d'effleurer la porte du bout des doigts. Luscka devait souffrir.
Oh Elijah ! Il devait se sentir tellement mal ! Le Prince ignora un frisson qui courait le long de son dos pour descendre les escaliers quatre à quatre. Il ne salua même pas la gérante qui lui souhaita un bon retour et, sitôt dehors, il fut accueilli par un vent glacial et chargé de neige. Ses yeux cherchèrent désespérément Elijah mais il ne le voyait pas. Paniqué à l'idée qu'il ait pu faire une bêtise, il s'avança un peu plus loin.
Finalement, il le retrouva dans un coin d'obscurité. Elijah avait toujours été sage. Pas de cri, pas de pleurs. Mais une tristesse infinie. Il vint l'enlacer, essayant de réchauffer son âme s'il ne pouvait le faire avec son corps. Déglutissant doucement, il passa sa main dans les cheveux couverts de neige de son frère. Elle avait recommencé à tomber à gros flocons ces derniers jours et rien ne semblait vouloir l'arrêter.
“ Sssht, ça va aller d'accord ? Tout va bien se passer. Luscka est sûrement venu ici pour se … eh bien se détendre, se changer les idées, sortir de ses recherches. S'il couche avec un prostitué c'est parce qu'il n'en a rien à foutre de le tuer par accident. ”
Mais pourquoi Luscka n'était pas venu voir Elijah s'il allait mieux ? Pourquoi ces deux hommes stupides ne pouvaient pas juste se parler. Il fronça les sourcils et grogna. Caressant la joue de son frère, il lui fit doucement relever la tête. Être plus grand qu'Elijah l'avait toujours ennuyé mais ça faisait peut-être aussi partie des raisons qui faisaient qu'il le considérerait à jamais comme quelqu'un de plus fragile que lui.
“ Demain, tu vas aller chez lui. Ou lui mander de venir dans ta chambre. Il faut résoudre ça, tu ne peux pas laisser votre dispute te dévorer de l'intérieur. D'accord Elijah ? Je suis sûr qu'il brûle d'envie de te voir. Il avait l'air tellement triste de t'avoir croisé ici… Il est vraiment stupide ! ”
Il sourit doucement et caressa les cheveux de son frère. Il n'avait peut-être pas huit mille ans comme Taesch et Rozen mais il savait des choses que jamais ces personnes ne sauraient, il en était convaincu. Il pouvait repérer l'amour au premier coup d’œil. Mais l'amour véritable, celui qui méritait qu'on meure pour lui.
Il chassa les larmes du masque blême de son frère d'un coup de pouce habile et sourit doucement. Passant de nouveau sa main dans ses cheveux, il pencha la tête sur le côté.
“ En attendant, je peux te distraire. Allons où tu veux … dans un café, au marché ou … oh je sais, une nouvelle librairie a ouvert non loin d'ici, allons y ! ”
Prenant la main de son frère, fermement, il commença à marcher, l'entraînant sans que celui-ci ne put protester un instant. Il voulait l'éloigner d'ici le plus vite possible.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 103
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 751
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: La honte d'un prince   Dim 3 Avr - 13:55

S
on esprit sombrait dans un tourbillon de désespoir, sombre et hurlant. Si à l'extérieur il n'était qu'une vague forme silencieuse, à l'intérieur c'était un chaos assourdissant. Luscka ne l'aimait pas, voilà ce que ces voix insidieuses ne cessaient de répéter. Il préférait des prostitués à lui. Il ne lui faisait pas autant confiance. Elijah ne le méritait pas. Il avait espéré quelque chose comme un parfait idiot et maintenant il avait le cœur brisé. Il aurait mieux fait de s'en tenir à son observation timide du bibliothécaire du château et à ses fantasmes amoureux sans beaucoup d'audace.

Il en était là quand une étreinte familière vint le trouver et l'arracher à ces pierres glaciales. Ulrick… Une nouvelle fois, il venait le sortir de la misère sentimentale dans laquelle il s'était bêtement embourbé. Les bras recroquevillés contre sa poitrine, Elijah enfouit son visage dans l'épaule de son frère et sanglota sans un bruit. Son corps était secoué de ses pleurs silencieux.
Et puis, Ulrick lui apprit ce qui s'était passé. Que Luscka était malheureux lui aussi, et qu'il n'avait simplement pas voulu le blesser. Oui, ça devait être ça. Ulrick était si solaire que sa chaleur et sa douceur transperçait toutes les ténèbres, même les plus collantes et poisseuses.
En le regardant et comme le prince essuyait quelques larmes, il hocha la tête. Il avait très certainement raison. Sauf pour une partie.

« Non, gargouilla-t-il, il n'est pas stupide. »

Seul lui l'était. Il avait monté des plans complètement nuls pour plaire à Luscka, au lieu de lui dire les choses telles qu'il les ressentait. Il s'était laissé monter la tête par le Duc, persuadé qu'il allait lui faire du mal. Mais lui n'avait jamais cru à cela. Pas sérieusement en tout cas. Peut-être que Luscka allait encore le blesser, mais ce n'était rien. Ca guérissait. Pour être avec lui, il pouvait le supporter. Mieux valait ça que le laisser entre les bras d'une catin !

Elijah aurait aimé retourner dans la maison close pour délivrer le fond de sa pensée au Duc, mais sa lâcheté habituelle se rangea à l'avis d'Ulrick. Il le verrait le lendemain, et en attendant, il se distrairait avec son frère. De cette manière, il aurait les idées un peu plus claires.
Ulrick n'attendit pas son accord pour l'entraîner à travers le dédale des rues pavées de plus en plus blanches. Bientôt, un haut bâtiment, un ancien hôtel particulier, s'éleva devant eux. Il était coincé entre deux autres maisons abritant certainement plusieurs familles chacune et au-dessus de la porte, on pouvait lire « Nouvelle bibliothèque de Gothik City ». C'était audacieux d'utilisé ce mot dans cette ville. « Nouvelle. »

« J'en avais entendu parler, annonça Elijah. J'ignorais que les travaux étaient terminés. »

Pour cela, il aurait fallu qu'il s'intéresse à autre chose que Luscka. Vraiment, c'était mal. Dès demain, il se concentrerait sur le journal ! … Enfin, après avoir rendu visite au Duc. Ou avant. Oui, avant, c'était préférable. Il ferait simplement en sorte de ne pas penser à la suite de sa journée, de ne pas stresser au sujet du vampire.
Ils pénétrèrent dans l'atmosphère un peu lourde et presque religieuse de la bibliothèque. Elijah s'y sentit tout de suite beaucoup mieux et il se demanda si c'était ce que ressentait Ulrick dans une maison close. Chacun avait son environnement préféré. Celui où il se sentait vraiment à l'aise.

Le prince se mit à flâner entre les rayons, jusqu'à prendre un livre sur les mythes de Gothik City. Sur la couverture de cuir rouge se détachait la gravure d'un dragon en plein vol, ses immenses ailes étendues de par et d'autre de son corps massif. Il sourit. Il devait aussi y avoir des fées et des loups-garous là-dedans. Bien sûr, aucun des trois n'existait et n'avait jamais existé. Tout le monde maintenant savait que ces prétendus loups-garous n'étaient en réalité que des métamorphes. Comme Taesch Condé et son fils. L'ami d'Yvan. Comme Luscka. Oh nooon ! Pourquoi est-ce que même un simple dragon chimérique lui faisait penser à cet homme ?!

Il rejoignit Ulrick à une grande table et ouvrit son livre au hasard, sans même regarder la page. Il aimait commencer un ouvrage de cette manière, il avait l'impression de l'apprivoiser plus rapidement.

« Ulrick ? Est-ce que tu vas mieux, alors ? Avec cette blessure ? Tu n'as plus saigné depuis, n'est-ce pas ? »

Il n'était pas le seul à s'inquiéter pour ses frères et sœur. Lucie et Ulrick s'étaient mis en grand danger pour sauver Yvan. Il aurait aimé que ses cadets l'avertissent et lui demandent son aide, au moins cela. Il n'était peut-être pas très fort en combat, mais il aurait pu lancer des invocations mineures, qui ne lui auraient pris que peu de temps et d'énergie.

« J'aurais aimé être là, »
avoua-t-il timidement, un temps plus tard.

Ce faisant, il baissa les yeux. L'immense illustration d'un dragon noir s'étalait sur deux pages.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: La honte d'un prince   Lun 4 Avr - 15:07



La Honte d'un Prince


Il y avait quelque chose dans cette façon de faire, quelque chose d'étrange. Ils étaient bien plus proche que deux frères normaux, même parmi les vampires qui avaient bien plus de temps pour tisser les liens de la confiance et de l'amour. Par exemple, le baron Shelby et son frère se parlaient à peine. Était-ce du au fait qu'en temps que Princes ils avaient beaucoup trop connu l'adversité pour ne pas se raccrocher à n'importe quel lien affectif possible ?
Trois semaines et demi auparavant, il n'aurait jamais imaginé que son frère puisse autant lui ressemblé. Il avait toujours prit soin de lui et il n'avait toujours vu en lui que le Lij' adorable et très maladroit qui passait son temps dans la bibliothèque. Quelle erreur il avait fait … est-ce qu'il était vraiment possible qu'il se soit autant trompé ? Comme tous les Von Dast, Elijah était passionné et entier. Il le montrait juste moins que les autres.
Ils passèrent devant une maison réputée hantée et il sentit son cœur se réchauffer quand Elijah fit mine d'aller un peu mieux. Les livres, c'était forcément ça ! Son frère était tellement passionné de lecture qu'aucun cadeau n'aurait pu lui faire plus plaisir. Si Ulrick essayait de varier pour ses anniversaires, il lui offrait toujours un livre à côté pour être sûr de lui faire plaisir. Bien entendu, une œuvre de collection, pas n'importe quel livre au hasard.
Sa mère et son père lui avaient apprit les bonnes manières, donc il n'offrait jamais rien de gênant à Elijah en public mais cette année, il savait ce qu'il allait lui offrir ! Oh oui ! Il avait écrit deux guides explicatifs sur la séduction et le sexe sous son nom d'assassin et il serait ravi de les lui fournir dans un petit coffret spécial. Elijah en aurait bien besoin !
Si Luscka et Elijah se mettaient en effet ensemble, ils en auraient besoin. Le Duc était si guindé qu'il devait être plus froid qu'un glaçon dans l'intimité du lit et Elijah était … timide et maladroit. Sans lui, ils n'arriveraient probablement pas bien loin. Et si Luscka finissait par décéder de cette maladie qui le rongeait – Ulrick n'arrivait toujours pas à bien réaliser – Elijah devrait probablement se trouver un rebound pour aller mieux.
C'était pourquoi il devait bien veiller à prendre soin de lui ! Depuis la révélation que lui avait faite Lucie, il avait essayé de prendre un tout petit peu ses distances avec elle. Il la désirait autant qu'il souhaitait dormir avec elle. D'ailleurs, même s'il le faisait au moins une fois par semaine en temps normal, il n'était pas allé la retrouver dans son lit depuis. Il chassait ses cauchemars en appelant Illium pour qu'il le serre contre lui.
Terriblement gêné à l'idée que son frère puisse lire dans ses pensées, il se concentra sur lui. Il ne méritait pas qu'Ulrick le néglige comme cela. Il savait bien combien tout serait différent quand Elijah aurait résolu cette question avec Luscka. Combien il ne pourrait plus passer autant de temps avec lui, soit parce que Luscka aurait envie de passer toutes les nuits avec lui, soit parce qu'Elijah serait triste et devrait faire son deuil.
Il sourit quand son frère décida de lui parler, de quelque chose de vraiment peu important. C'était ce qu'il préférait, de tout temps. Les inflexions de la voix d'Elijah, de sa mère ou d'une amie étaient toujours plus appréciables quand il n'y avait pas de grandes significations en jeu. Il hocha lourdement la tête et serra la main de son frère plus fort. Est-ce qu'il fallait vraiment que toute cette tristesse se passe à la veille de son anniversaire ?
Il devait être maintenant aux environs de deux-heures du matin, la vie était encore bien présente dans le quartier. Mais quand ils rentrèrent dans le bâtiment, il sentit un calme et une sorte d'étouffement l'envahir. Heureusement qu'il n'avait pas besoin de respirer pour vivre parce que sinon il aurait peut-être bien hyperventilé. Il cligna des yeux et releva la tête. Les livres s'étalaient sur plusieurs étages.
Il attrapa un livre – une histoire d'amour entre un vampire et une lycéenne de Modernis State – au hasard et s'installa à une table, où son grand frère le rejoignit bientôt avec un magnifique ouvrage illustré sur les légendes et autres contes de Gothik City. Le livre était beau, très bien illustré et tout semblait fait main. Ulrick hocha la tête en se disant qu'il allait l'offrir à son frère au moment de partir.
Il saisit sa main en souriant quand son frère lui demanda si tout allait bien. A présent, sa blessure ne le tiraillait presque plus. Et puis, Elijah fit un aveu à demi-mot et le coeur d'Ulrick se brisa. Oh comme il était désolé !
“ Ne t'en fais pas, Luscka et Taesch sont arrivés juste à temps. Mais si … si quelque chose devait nous arriver à tous les trois, tu aurais été le seul à rester. La City a besoin qu'au moins un héritier reste … même si Mère a à cœur de fournir le plus de Von Dast à cette ville apparemment. ”
Il avait dit la fin de sa phrase avec un sourire amusé sur les lèvres. Il essayait de cacher la vérité avec un petit peu d'humour. En réalité, il avait juste eu trop peur qu'Elijah meure. Lucie et Yvan savaient se défendre mais Elijah … mieux valait-il qu'il reste en sécurité.
Quand il baissa les yeux sur l'illustration, un petit sourire éclaira son visage. Il avait toujours aimé les dragons. Il avait toujours senti qu'il y avait quelque chose avec eux.
“ Tu te souviens … quand Yvan et toi vous avez essayé de peindre des dragons sur le mur de ma chambre mais ça ressemblait à tout sauf des dragons ? Oh qu'est-ce que Maman a pu rire cette fois, et moi avec ! Et les dragons d'Yvan avaient toujours les sourcils froncés ! ”
C'était deux ans avant la naissance de Lucie et sa mère était beaucoup moins sur les nerfs qu'en ce moment. Il espérait que son petit frère ou sa petite sœur pourrait vivre des moments comme cela.
“ Lij', tu sais que je serais toujours là, hm ? Si tu as besoin de moi. Je … je t'aime, Elijah. ”
Ulrick ne prononçait jamais le nom d'Elijah en entier, il trouvait son nom trop solennel. Mais cette fois, il avait eu besoin de le dire. Il avait tellement peur que son frère ne se sente seul.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 103
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 751
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: La honte d'un prince   Lun 4 Avr - 19:29

U
lrick avait trouvé un roman d'amour, ce qu'Elijah trouva bien digne de lui. Quand il lui demanda si sa blessure n'avait plus saigné de nouveau, il lui répondit en serrant simplement sa main, armé d'un sourire qui se voulait rassurant. Elijah hésita un peu, puis décida de le croire. Après tout, il avait l'air en forme. En particulier pour quelqu'un ayant passé autant de temps avec trois prostitués. Il savait que son endurance n'était pas donnée à tout le monde et qu'Ulrick et Lucie en étaient les moins bien pourvus de leur fratrie.
Lorsqu'il lui avoua ses remords par rapport à l'affaire de la disparition d'Yvan, Ulrick tenta de le consoler en arguant qu'il valait mieux qu'il reste en sécurité au château, pour le cas où ils ne s'en seraient pas sortis. Le prince fit une moue horrifiée. Comment pouvait-il annoncer une chose pareille avec autant de légèreté ? Non alors ! … Etait-il au courant de la décision de ses parents ? Elijah préféra se taire, il l'avait déjà dit à Luscka alors qu'il n'aurait pas dû. Si Ulrick voulait partager cette information avec lui, il le ferait. Mais il ne prendrait pas le risque de lui révéler quelque chose d'aussi important. Il y avait sans doute une bonne raison pour laquelle Mère et Père n'avaient rien avoué à leurs deux plus jeunes enfants.

« Mais j'aurais pu être utile, même à distance, ou en amont ! protesta-t-il. Je n'étais même pas au courant avant que vous ne reveniez, avant que je ne te voie aux portes de la mort. »

La colère bouillonnait en lui, il avait trop subi cette nuit. Toutefois, il s’exhortait au calme. Parce qu'ils étaient dans une bibliothèque et qu'ils étaient censés être silencieux.
Finalement, Ulrick sauta sur l'occasion que lui offrait l'illustration du dragon pour rafraîchir leur mémoire d'un souvenir qui commençait à s'estomper. Pour le moment, Elijah s'en souvenait plutôt bien. Il revoyait à la perfection les dragons d'Yvan, ce qui lui arracha un sourire. Il était sûr que s'il en reparlait à son aîné, ce dernier ferait semblant d'avoir oublié.
Après qu'ils en eurent ri ensemble, Elijah referma le livre et l'éloigna de lui, comme si ça pouvait changer quelque chose qu'il se trouve à dix centimètres.

« Ce ne sont que des fables, ces histoires de dragon. Ils n'ont jamais existé. Ces livres sont inutiles. »

Quelque chose le dérangea dans ses propres paroles, comme s'il essayait lui-même de se convaincre d'une chose qu'il savait complètement fausse. Ulrick l'interrompit alors dans ses pensées, pour mettre son âme à nu. Elijah était surpris au possible et il haussa les sourcils.

« Ulrick ? Je sais, oui. Et… Tu sais, tu peux aussi compter sur moi. Je t'aime. »

Il se leva de sa chaise et se pencha par-dessus la table pour déposer un baiser léger sur les lèvres de son frère. C'était quelque chose qu'il faisait rarement mais qui lui arrivait, avec toute sa famille. Ils partageaient des décennies d'existence commune après tout. Plus ils vieillissaient, plus ils avaient besoin de se prouver qu'ils s'aimaient. Au fil des ans, Elijah avait vu ses étreintes se raffermir, ses baisers se faire plus intimes à mesure que s'envolait la pudeur. Il fallait s'assurer que l'on ne disparaissait pas pour ses proches et qu'eux étaient toujours aussi importants. Voilà sans doute pourquoi les vampires pouvaient se montrer si romantiques dans leurs relations amoureuses. Voilà peut-être la raison pour laquelle Taesch n'avait jamais lâché le morceau avec Yvan. Et aussi pourquoi il s'accrochait à son espoir qu'il récupérerait Luscka. Quand on trouvait quelqu'un avec qui les sentiments étaient aussi forts, il fallait s'accrocher, parce que la relation ne durerait peut-être qu'un quart de sa propre vie.

Elijah retourna sur sa chaise avec un petit sourire bienveillant. Il se sentait apaisé, la colère qui l'habitait depuis qu'ils avaient quitté la maison close avait disparu. De nouveau, il voyait les choses clairement et sereinement. Il tourna la tête et récupérera le livre de contes, l'ouvrant à la page des dragons. Un peu distraitement, il se mit à lire une description.
Cuirasse, ailes parcheminées, cracheurs de feu, griffes et dents plus efficaces que la plus solide et affûtée des épées. Tous ces termes lui rappelaient quelque chose de précis.
Il redressa l'échine, la gorge soudain très sèche. Puis, lentement, son regard de glace remonta sur Ulrick. Est-ce que quelque part, il avait toujours su ? Enfant, il clamait haut et fort qu'un jour il chevaucherait un dragon pour sauver des demoiselles en détresse.

« Mon frère… Je crois que tes rêves d'enfant ont bel et bien existé. »

Il devait absolument consulter le journal. A moins que… Il fouilla frénétiquement les poches de sa veste, en faisant jaillir des morceaux de papier chiffonnés les uns après les autres. La plupart étaient vierges ou comportaient des notes raturées. Il finit par retrouver son carnet à l'intérieur du manteau et tourna fébrilement les pages. A l'intérieur, il avait pris plusieurs notes du journal, en particulier sur ce passage énigmatique que Honorus se refusait à détailler. Comme s'il cachait un secret.
Là, plusieurs mots faisant référence à ces mystérieuses créatures avaient été inscrits de sa main rapide. Des mots repris dans la description du livre de fables. Il le montra à Ulrick.

« Dans son journal, Honorus fait plusieurs fois références à des êtres spéciaux, pendant un court temps. Au début, il décrit un émerveillement, puis une peur et enfin la résolution. Je n'en suis pas certain parce qu'il ne dit jamais clairement les choses, c'est plutôt comme s'il avait jeté des sentiments et des pensées qu'il avait absolument besoin d'exprimer… Comme des parties d'un secret trop lourd à conserver. Ulrick… Je pense qu'il parle d'eux. »

Elijah parlait à voix basse, de crainte que quelqu'un de mal intentionné les surprenne. D'un geste affirmé, il pointa l'illustration du doigt. C'était fou, c'était complètement fou ! Et ça n'avait rien à voir avec l'Infection, aussi sa découverte était quelque peu amoindrie mais… Bon sang, c'était fou !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: La honte d'un prince   Jeu 7 Avr - 13:04



La Honte d'un Prince


Oh, la déesse écarlate lui vienne en aide ! Elijah était de pire humeur qu'Yvan après une bataille perdue. Il avait du mal à imaginer combien les choses avaient tourné comme ça mais son frère était en pétard. Est-ce que Luscka … est-ce que Luscka était vraiment si important pour lui ? Il avait envie de le prendre dans ses bras et de lui donner des mots d'encouragement mais il avait peur d'empirer les choses.
Il soupira en se disant que les livres apaiseraient son feu intérieur, si Ulrick ne réussissaient pas. Ils pouvaient rester ici un bon moment mais il vaudrait mieux rentrer au moins une heure avant l'aube. Illium serait encore en colère qu'Ulrick lui ait faussé compagnie mais il voulait vraiment être seul à seul avec Elijah. De toute façon, il se doutait qu' il le suivait de loin.
Illium … son garde du corps sans nom de famille avait toujours été un foutu mystère pour toute la Cour. D'après ce qu'il savait de lui, il aurait tout aussi bien pu être né de l'ombre que ça n'aurait pas été différent. Il était très secret sur son âge, la façon dont il avait vécu avant et même son pouvoir. Ulrick n'avait aucune idée de ce que ça pouvait bien être même s'il se doutait que ça avait un rapport avec son caractère de papa poule.
Des rumeurs disaient qu'il venait de la forêt ou des montagnes. Certains nobles l'avaient surnommé 'La chose des profondeurs' mais Ulrick les avait bien vite mouché. Il était passé maître dans l'art de faire taire quelqu'un et il ne laisserait pas de stupides petits nobles parler comme cela de son garde du corps.
Pour en revenir à Elijah, il se sentait mal. Il avait rendu les choses pires encore en l'emmenant là bas. Et si Luscka venait ici ? Un frisson le parcourut mais il se dit qu'il ne pouvait plus y faire grand-chose. Lucska rentrerait sûrement chez lui immédiatement. Il se sentait assez mal apparemment et puis … il avait un côté dramatique assez poussé.
Trois secondes plus tard, il avait scanné la salle. Pas de Duc grand et bien bâti à l'horizon. Il se rendait compte à présent combien Elijah et Yvan pouvaient être les mêmes personnes. Vraiment. Ils ne maîtrisaient pas uniquement le même pouvoir, ils étaient aussi très similaire sur la façon dont ils se comportaient en amour. Passionnés, hésitants et frustrés quand ils n'avaient pas ce qu'ils voulaient. Parfois, il se demandait s'il était comme eux dans ses heures sombres.
Non, certainement pas. Il n'était pas du genre à s'énerver et à se laisser emporter, si ? Est-ce que s'il avait eu un pouvoir, cela aurait été celui de son père ou celui de sa mère ? Il avait longtemps pensé à cette problématique et en était venu à la conclusion que, tout simplement, il devait être trop entre les deux. Son corps n'avait su choisir.
Elijah repoussa le livre et Ulrick haussa les épaules. Il soupira doucement et regarda ailleurs. Ses frères et sœurs n'avaient jamais comprit sa fascination pour les choses de l'étrange, pas plus que sa mère. Seul son père comprenait qu'il pense réellement que les dragons, les licornes et les fées existent. Pour chacun, on avait des explications scientifiques, réelles mais il s'en fichait bien de la science. Il voulait juste rêver.
Quand Elijah lui rendit son amour, il soupira d'aise. Il savait combien il avait de la chance d'être aussi proche de sa famille. Ses parents étaient plus amoureux que jamais Yvan l'adorait même s'il prétendait le détester, Elijah et Lucie prenaient soin de lui et … eh bien même ses cousins éloignés étaient toujours très gentils avec lui. Il savait qu'il avait de la chance et souvent, il pensait à Taesch qui était si désespérément seul. Et il se sentait horriblement coupable d'avoir voulu lui enlever la seule personne qui pourrait l'aimer à la folie.
En déglutissant, il serra la main de son frère plus fort. Est-ce qu'ils seraient toujours aussi proche après la naissance du petit dernier ? Il s'en fichait de quel sexe il aurait, il l'aimerait sans doute autant que les autres.
Il sourit quand Elijah eut retrouvé son calme relatif. Il était content que cette discussion ait pu l'aider à se sentir mieux. Et puis, il était content aussi parce qu'il avait l'impression qu'ils s'étaient rapprochés ostensiblement. Peut-être devrait-il en parler à Yvan ? Lui dire de parler à Luscka ? S'il était assez proche du Duc, Luscka comprendrait tout de suite qu'il avait quelque chose derrière la tête en le voyant arriver chez lui.
Et puis, Elijah lui affirma que ses rêves d'enfants avaient une source réelle. Extatique, Ulrick se rapprocha un peu et se pencha sur les notes qu'Elijah venait de sortir de son manteau. Ce qu'il pouvait être désordonné !
Écarquillant les yeux à sa révélation, il releva la tête, lentement. Des dragons ? Mais c'était tellement trop bien ! Il sentait presque son coeur battre et … un murmure sortit de sa bouche.
“ Des écailles … ”
Il attrapa son frère par les épaules, les pupilles dilatées et les bouches étirée d'un immense sourire.
“ Les porteurs sains ont des écailles. Je connais deux vampires qui ont été infectés mais sont stables, ils sont développé des écailles dures comme le diamant sur leur peau et l'un d'entre eux a le cœur qui bat. L'autre a un corps plus chaud. Elijah, tu as une piste ! Tu as réussi, mon frère ! ”
Il le serra contre lui, comme jamais. Il était tellement heureux. Il se sentait presque comme sur un nuage. Il avait envie de sauter dans tous les sens. Oh bon sang … Elijah allait peut-être pouvoir sauver Luscka ! Et ses amis infectés !  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 103
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 751
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: La honte d'un prince   Dim 10 Avr - 11:56

L'
excitation qui avait chassé sa colère et sa mauvaise humeur infesta aussi son petit frère, il se mit à débiter des mots à toute vitesse. Le sourire d'Elijah forma comme une image miroir de celui d'Ulrick, qui l'avait empoigné par les épaules, extatique. Des vampires infectés couverts d'écailles ? Un cœur battant ? Un corps chaud ? Oh, par la pomme ! Luscka ! Luscka était un dragon ! Luscka était sauvé, ou il allait l'être. Ulrick l'attira si fort à lui qu'Elijah passa par-dessus la table et se retrouva écrasé dans ses bras. Des larmes emplirent ses yeux clairs et il se mit à sangloter sur l'épaule de son frère. Et en même temps, il riait. Il riait tellement. Il devait passer pour un fou, en particulier auprès du bibliothécaire, qui devait se demander pourquoi ils étaient soudain si bruyants.

« Luscka... » marmonna-t-il en s'en voulant un peu de se concentrer sur une seule personne.

Elijah se recula et passa ses jambes par-dessus le plateau de bois verni pour se retrouver par terre, sur ses pieds. Il essuya ses joues baignées de larmes de joie. Son esprit était un maelström d'idées et d'émotions. Il ne savait pas sur quoi se concentrer ? Il voulait communiquer cette information au Duc, à Miette, trouver une solution, guérir tout le monde… Et étreindre tout le monde. Annoncer la nouvelle. Il ne s'agissait pas de la solution, mais l'espoir était immense. S'ils trouvaient un moyen de transformer la fin horrible des infectés en transformation, ils sauveraient la ville de la Grande Mort.

« Ulrick, rentre au château. Dis à Père ce qui s'est passé. Ce que nous avons découvert. Moi je vais… Je vais retrouver Luscka. »

Il se mit alors à courir, la vue troublée par ses larmes de joie. Il se fichait bien d'arriver en plein coït à la maison close ou d'en déranger le personnel. Il entra comme une flèche dans l'établissement et monta les marches menant aux étages quatre à quatre. On tenta bien de l'arrêter, mais son visage était assez connu pour que les gens se contentent d'essayer de le raisonner. Il croisa Cinnamon mais ne lui prêta aucune attention. Il se rua dans la chambre où il savait qu'était Luscka. Et se figea sur le seuil. Il n'y avait personne.

L'instant d'après, sous le ciel éclairci par le soleil levant, Elijah se ruait au manoir Von Hochen. Il courait comme jamais il n'avait couru, esquivant les obstacles en trébuchant, parfois en tombant, mais en se relevant aussitôt, se moquant bien de la boue qui giclait sur son pantalon et son manteau.
Et puis, une foule compacte sur une place l'arrêta. Tout droit, il y avait le château. A gauche, c'était Luscka. Elijah essaya de se faufiler dans cette dernière direction, mais quelques mots tombèrent dans son oreille et il s'arrêta en plein milieu du disque pavé.

« Le sire Taesch Condé est mort, c'est ce qu'on raconte.
-Oui, il y a eu une annonce officielle. Il a été victime de la Grande Mort.
-C'est terrible ! Même quelqu'un d'aussi haut placé que lui n'est pas en sécurité. Nous sommes tous perdus ! »

La mort dans l'âme, Elijah pivota vers le sud. Par-dessus la foule, il voyait les tours du château se dresser. Les fenêtres étaient éclairées, alors que normalement, à cette heure, il était plongé dans le sommeil. Que ces gens, des bourgeois vampires pour la plupart, soient dehors à cette heure-ci était également anormal. Son cœur se serra de tristesse, mais il était prince et héritier, même si presque personne ne le savait. Il avait des responsabilités. Et c'était une crise qu'il devait gérer. Il ne pouvait pas décevoir ses parents et il était certain que son père l'attendait.
Yvan devait déjà… Oh, non ! Yvan !

Elijah se remit à courir, autant qu'il le pouvait avec cette foule compacte. Lorsqu'il s'en extirpa finalement, ce fut pour plonger les mains en avant dans une immense flaque d'eau. Trempé, il ne s'arrêta pas et continua. Quand il arriva au château, il était dans un état déplorable et les gardes hésitèrent à le laisser entrer, avant de finalement le reconnaître.
Il y avait également foule dans le hall. Il vit Rozen qui parlait à quelques personnes et en passant devant la salle de réception, son père installé sur son trône. Le prince décida qu'il devrait y aller ensuite, mais d'abord...
Quand il eut réussi à atteindre la chambre d'Yvan malgré l'effervescence qui régnait ici, avec tous les nobles et les serviteurs qui couraient en tous sens, il y trouva ses deux frères. La pièce était dans un état déplorable et Yvan était assis par terre, contre son lit, le regard noir. Elijah toucha l'épaule d'Ulrick en arrivant à côté de lui.

« Est-ce que ça va aller ? »




FIN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La honte d'un prince   

Revenir en haut Aller en bas
 
La honte d'un prince
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l'etudiant haitien typique est une honte nationale:
» J'ai honte
» Avez -vous honte parfois ?
» Quand un homme a honte de lui, il est impitoyable pour les autres. [PV Take et Shy]
» réveil en retard ou l'art d'avoir la honte (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-