Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 I'm in trouble

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 76
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: I'm in trouble   Dim 13 Mar - 22:39

I'm in trouble

A
lianora n'était arrivée que la veille, pourtant elle ne supportait déjà plus l'atmosphère pesante du manoir Fell. Sa mère n'avait cessé de pleurer et de la faire culpabiliser pour être partie. Selon elle, les affaires de la famille dépérissaient parce que personne ne s'en occupait. Evidemment, la duchesse par alliance ne pouvait pas s'en occuper, elle était trop occupée à pleurer la perte d'Alpert, son défunt mari. Le décès était survenu presque quatre ans plus tôt et Palatine était inconsolable. Ou alors elle jouait à merveille la comédie, ce dont Alianora la soupçonnait fortement.
Si elle n'avait pas été ici pour autre chose que reprendre en main les affaires Fell, elle aurait probablement regretté d'avoir écouté la Comtesse Von Dast, celle-là même qui l'avait convaincue de revenir sur ses pas.
Mais maintenant, elle se sentait très mal. Elle n'avait même pas prévenu Grim, parce qu'elle ne savait pas où le trouver dans un premier temps et qu'elle avait peur de le déranger avec un coup de téléphone alors qu'il était probablement à la recherche de son fils dans le coma. Ensuite, elle craignait qu'il ne la dissuade, qu'il ne lui assène ce qu'elle savait déjà : ne fais pas ça!

Alia était assise au bord de son lit, beaucoup trop grand, avec de trop grandes tentures. Sa chambre était austère et nauséabonde, elle sentait la poussière car les serviteurs avaient cessé d'en prendre soin après un moment. Ces mêmes serviteurs avaient fini par quitter le manoir, puisque sa mère avait été incapable de les payer. Non pas que l'argent lui fit défaut, elle était juste « incapable », selon ses dires, de s'occuper de transactions aussi importantes. C'était son père qui lui donnait toujours de l'or quand elle le lui demandait. Qu'elle était pathétique… Tout cela pour ne pas céder à la triste réalité. Non, sa fille ne répondait pas à la tradition familiale en reprenant les rênes. Pour l'instant, Palatine devait se dire qu'elle avait finalement gagné. Mais Alianora allait certainement la décevoir, à la fin.
La vampire jeta un coup d’œil à l'écran de son téléphone portable, dont la coque était recouverte de diamants en plastique de toutes les couleurs. Il n'y avait pas de réseau, alors elle ne pouvait même pas savoir si son ami avait tenté de la joindre. Evidemment, elle ne pouvait pas envoyer d'oiseau messager. Avec un soupir, elle laissa tomber l'appareil dans sa valise et consentit à s'habiller avec la vieille robe retrouvée dans ses affaires. La seule qui n'avait pas l'air d'avoir été utilisée pour nettoyer les sols.

La robe était stricte et élégante, juste ce qu'il lui fallait pour rendre visiter au duc Luscka von Hochen. Elle avait entendu dire qu'il était extrêmement rigide dans son genre et ne voulait lui laisser aucune occasion de mal la juger alors qu'elle allait devoir lui demander quelque chose d'extrêmement délicat.
Elle releva ses longs cheveux châtains dans un chignon haut, assez strict, qui ne laissait filtrer que quelques mèches pour encadrer son visage. Elle appliqua une touche de rouge à lèvres de Modernis State, son préféré et le seul qu'elle avait emporté, couleur cerise. Elle encercla ses yeux d'eyeliner et pendit de gros disques en or à ses oreilles. Elle habilla ses doigts de la chevalière de son père, puisqu'elle était désormais la duchesse de sa maison, et quelques autres bagues serties de joyaux.
Avec un lourd soupir, elle s'admira. Elle ne se reconnaissait absolument pas dans cette tenue. Même ses bottines en cuir lui semblaient trop serrées maintenant qu'elle s'était habituée aux escarpins.

« Je vais rendre visite au duc Von Hochen, mère, » dit-elle au dos du haut fauteuil vert foncé qui abritait la femme.

« C'est très bien, ma chérie, la félicita Palatine. Tu devrais présenter tes respects à tous les nobles hauts placés. Assure-toi de bien te comporter, comme une lady de Gothik City. Qui sait ? L'un d'eux consentira peut-être à te prendre pour épouse, malgré tout.
-Bien entendu, mère. »

Alianora parlait à voix aussi basse que possible et peu, car sa mère lui avait fortement reproché son accent Modernis. « Humain » était le mot exact qu'elle avait employé, comme si elle crachait la pire des insultes.
Malgré le fait qu'elle ne la voit pas, Alia exécuta une profonde révérence et se retira du manoir pour s'engouffrer, les larmes aux yeux, dans la voiture qui l'attendait devant les portes. Elle renifla, refoulant ses pleurs. Elle devait se montrer forte !

Une fois relâchée devant le manoir Von Hochen, la vampire découvrit le majordome de la maison qui l'attendait déjà devant la porte entrouverte. Il la salua respectueusement.

« Nous avons bien reçu votre chouette, duchesse Fell. Mon maître vous attend. Je vous en prie. »

Elle se trouva introduite dans un salon bien plus chaleureux que celui de sa maison, entretenu et confortable. Quelqu'un occupait déjà les lieux. Le duc, à n'en pas douter, qui était d'une beauté plus grande que dans ses souvenirs. Avec un sourire, elle inclina légèrement la tête. Si cet homme devenait son mari, ce serait parfait, selon les critères de sa mère. Après tout, tous deux possédaient le même titre.

« Duc Von Hochen, c'est un plaisir de vous rencontrer. »

Lorsqu'elle redressa le cou, elle sentit le poids de ses pendants d'oreille l'attirer vers le sol. Comment avait-elle pu aimer un jour vivre ainsi ?
Elle prit place sur un sofa et considéra les rafraîchissement mis à sa disposition. Pour le moment, elle ne comptait pas y toucher, se référant aux codes de politesse qu'elle avait appris étant petite. Elle doutait fortement qu'ils aient changé en si peu de temps.

« Duc Von Hochen, comment vous portez-vous ? J'ose imaginer que vous vous rendrez au bal organisé par le prince Ulrick à l'occasion de son anniversaire. J'y ai été invitée, alors je me permets de supposer que quelqu'un de votre importance a reçu son carton il y a longtemps de cela. »

Il était devenu un peu difficile de retrouver ses habitudes de conversation. Et puis, elle représentait sa famille désormais. Elle ne pouvait plus simplement se cacher derrière des communs et sourire en essayant d'être adorable. Elle devait trouver des sujets à la fois badins et intéressants.
Ensuite, quand elle serait certaine que le duc n'allait pas lui hurler dessus, elle lui révélerait la véritable raison de sa présence chez lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: I'm in trouble   Jeu 17 Mar - 11:46


❝ Scène 01 - Le Livre et le Cierge  ❞




La mitre du Grand Démoniaque semblait tomber sur ses yeux. Yvan n'arrêtait pas de la regarder comme s'il s'attendait à pouvoir faire son sourire cruel d'un moment à l'autre. D'un autre côté, Taesch Condé n'était pas loin et Yvan semblait ne pas vouloir, ne surtout pas vouloir poser son regard sur lui. Elijah était un rang plus loin, alors Luscka aussi fixait cette mitre avec insistance. Il avait hâte que le service soit fini.
Bientôt, le discours fut terminé et Luscka pu de nouveau respirer. Un joyeux moine – aussi joyeux que puisse l'être un moine qui avait voué son corps aux démons – passa dans les rangs pour distribuer des coupelles de sang. Ce service était bien spécial. C'était une bénédiction alors il n'y avait que peu de personne invitées. Holly von Dast se trouvait allongée sur l'autel et elle était censée recevoir le sang d'une vierge sur le ventre en même temps que ses proches – qui occupaient les deux premiers rangs – boiraient le même sang.
Il espérait qu'après ça, il pourrait aller dans un bar ou une auberge avec Yvan pour décompresser. La grande robe blanche de la Comtesse fut bientôt rougie et elle sembla morte, un instant. Un frisson traversa sa nuque quand Elijah détourna les yeux. Ce spectacle ne devait pas le ravir. Peut-être se sentait-il bien seul. Ulrick et Lucie étaient juste à côté de lui mais … eh bien il semblait solitaire. Yvan avait choisi de venir se placer entre lui et Clair. Eugène n'avait pas été invité naturellement.
La crosse du prêtre vint goutter un peu sur le visage d'Holly et elle lécha ses lèvres, très solennellement. Elle devait connaître le processus par cœur, c'était son cinquième enfant après tout.
A l'extrême sud de la pièce, Emilien se leva pour venir embrasser sa femme et la relever. Son ventre était déjà bien rond. Il la porta jusqu'à la salle réservée au Von Dast et tout le monde murmura une bénédiction avant de se lever. Il était temps de laisser les parents seuls. En souriant, Luscka prit la main d'Yvan pour le tirer vers la sortie. Il savait qu'il hésiterait à aller parler au métamorphe alors autant l'en empêcher directement.
Ils arrivèrent dans la rue encore fraîche de l'averse qui venait de tomber et Yvan finit par laisser tomber sa main. Satan savait qu'il voulait aller prendre un verre avec lui mais le prince ne semblait pas assez bien pour ça. D'ailleurs, il lui dit qu'il avait encore du travail et ils s'enlacèrent avant de se séparer.
Il rentra donc, un peu mélancolique. Il avait été ému en apprenant que la Comtesse attendait finalement un autre enfant. Il était tellement proche de la famille régnante qu'il considérait Ulrick et Lucie comme ses propres frère et sœur. Bien entendu, pour Elijah ce n'était pas pareil. Il ne l'avait pas vu grandir et il était tellement … parfait quand il l'avait vu pour la première fois. Il en était tombé amoureux tout de suite.
Quand il arriva chez lui, sa mélancolie le quitta comme un manteau très pesant qu'il aurait trouvé un moyen d'enlever. Willow et Jasper étaient en train de discuter avec Jasper dans le petit salon qui était en travaux. Cela ne semblait pas les gêner puisque les ouvriers n'étaient pas là aujourd'hui. Jasper était comme un rayon de soleil dans sa maison et il s'était attaché à Willow avec le temps. Elle avait un caractère bien trempé et il aimait les gens solides.
Il ne resta pas bien longtemps parce qu'Alfred lui rappela assez vivement qu'il avait rendez-vous avec la duchesse Fell ce soir. Ah mais oui, il avait complètement oublié. Il devait se changer ! Il ne pouvait pas la voir en tenue de cérémonie – il était vêtu d'un uniforme militaire d’apparat entièrement blanc, signifiant sa profession de médecin. Contrairement à celui des éclaireurs, il n'avait pas de tâches de noir ci et là ni d'épaulettes à franges – et il avait l'air ridicule.
Il décida donc de se rendre dans ses appartements pour se changer. Il revêtit un ensemble assez stricte et classique. Il savait combien la duchesse pouvait être … regressiste et il n'avait pas envie qu'elle lui fasse des remarques. Son col était serré par un ruban noir qui faisait un nœud juste en dessous des bords repliés de sa chemise blanche, son gilet était assez serré et son pantalon était parfaitement coupé.
Il redescendit prestement, juste à temps pour voir Alfred sortir de la salle qu'il avait occupé avec Jasper et Willow un peu plus tôt. Alfred avait eu l'intelligence de poser une énorme bougie et une bible satanique sur la table, comme si de rien n'était.Caster était en train de se mettre au travail. Il s'occupait de repeindre les murs dans une couleur chocolat très chaleureuse. La duchesse ferait sûrement une remarque là dessus.
Cependant, quand Alfred introduit la Duchesse, ce n'était pas cette vieille harpie de Palatine. Cette femme qui avait la moitié de son âge et se prenait pour sa mère. Il lâcha un hoquet de surprise et se releva rapidement quand elle lui fit la révérence. Ils prirent ensuite place, se demandant qui était cette jeune femme. Oh mais oui, la jeune Alianora ! Il lui avait donné des cours de mathématique quand elle avait encore l'âge de porter des robes courtes. Elle avait bien changé depuis. Il ignorait cependant qu'elle était revenue. Alfred aussi apparemment vu son regard stoïque mais un peu surpris. Luscka avait apprit à lire en lui avec le temps.
Sur la table, il y avait du sang, bien entendu, mais aussi du jambon, du pain chaud et deux grosses tomates peu juteuse qui pouvaient être mangées comme une pomme. Il n'avait pas mangé de la journée et il était affamé ! Cependant, il ne se jeta pas sur la collation, stupéfait de la présence de la jeune femme. Elle … eh bien elle était partie, voilà bien longtemps. Même lui en avait entendu parler.
Elle parla de nouveau et il sortit de sa transe, regagnant deux sous de jugeote. Il hocha la tête et oublia un peu qu'il parlait à une Fell, qui avait l'air d'être aussi stricte que sa mère.
“ Oui bien sûr, Ulrick ne perdrait jamais l'occasion d'inviter une jolie jeune femme à son anniversaire. Et oui, je suis bien obligé d'y aller. Il est comme mon petit frère et me bouderait pour un siècle si je ne venais pas. ”
Il se souvint brusquement qu'elle revenait de Modernis State et il perdit son sourire comme il était arrivé. Se mordant la lèvre, il retint un soupir. Sans doute était-elle revenue parce qu'elle ne supportait plus les libertés de Modernis. Elle avait l'air si rigide !
“ Je n'étais pas au courant que vous étiez revenue de la Cité du Milieu … Votre séjour y a été agréable ? Oh, je suis désolé de vous recevoir dans de telles conditions mais les travaux durent depuis un moment déjà. Caster ne sera sans doute pas long.”
En effet, le serviteur couvert de tâches de peinture avait déjà fait la moitié du mur. L'odeur de la peinture était un peu forte mais pas dérangeante. Le feu qui brûlait dans l'âtre lui permettait de sécher avant le jour. Il porta sa tasse de sang à ses lèvres et ferma les yeux. Si la fille était aussi rigide que la mère, il y aurait bientôt des rumeurs sur son compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 76
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: I'm in trouble   Dim 20 Mar - 11:09

I'm in trouble

L
e duc Von Hochen la fixa tant que c'était presque dérangeant. Alianora avait du mal à garder son regard braqué sur lui, pourtant elle se força, en essayant d'avoir un sourire crispé et une expression neutre. Ses deux mains étaient croisées sur ses cuisses, les doigts repliés de façon à masquer l'éclat de ses ongles. S'il n'avait pas été contraire aux mœurs de porter des gants à l'intérieur, cela aurait été plus simple pour elle.
La surprise de Von Hochen passée, ils s'installèrent tous les deux et la vampire balaya de nouveau la table d'un regard un peu distrait. Aucun gâteau… Si le duc insistait, elle prendrait sans doute un verre de sang, mais maintenant qu'elle était revenue chez sa mère, ce dernier ne manquait pas. Elle n'avait plus besoin de se sustenter à la moindre occasion.

Luscka von Hochen répondit à son intérêt poli par une plaisanterie. Elle s'en trouva si surprise qu'elle écarquilla les yeux et se figea un instant en le dévisageant, comme si elle cherchait dans ses traits une preuve que ce qui venait de se passer était le fruit de son imagination. Et puis, elle se souvint que les mots d'esprit était monnaie courante ici et qu'elle ne devait pas lui trouver de la sympathie là où il n'y en avait pas. Son visage se détendit et elle sourit aimablement.

« Bien sûr, le prince Ulrick sait habiller une fête, même quand il s'agit de choisir ses invités. Il y met tant de cœur, je ne peux qu'imaginer à quel point il doit être blessé quand on refuse de goûter aux plaisirs qu'il s'est tant acharné à organiser. »

Sa voix était dépourvue de passion, de reproches quelconques… Elle était creuse et cela la désespéra pendant une seconde. Une nuit qu'elle était ici et elle se vidait déjà. Un jour, elle serait comme sa mère. Hargneuse et exigeante, à jamais insatisfaite. Au moins, elle répondait aux exigences de la cour.
Soudain, Von Hochen s'affadit, son sourire disparut pour laisser place à quelque chose qui ressemblait à une profonde déception. Mais elle n'en était pas certaine. Intriguée, elle l'écouta attentivement en essayant de comprendre les intentions cachées derrière ses paroles, pour lui répondre au mieux.

« Caster… ? »

Elle tourna la tête, se souvenant brusquement avoir remarqué quelqu'un repeindre un mur. Sur le moment, cela ne l'avait pas choquée outre mesure, son esprit étant tellement obnubilé par la perfection qu'elle se devait de présenter et la crainte de déplaire au duc.

« Cela ne m'importune guère. Mon séjour à Modernis State était… Enrichissant. »

Elle s'était construit une toute nouvelle vie là bas et elle avait vécu plus de choses positives en deux ans cachée parmi les humains qu'en dix ici. A Modernis State, tout était tellement plus…

« Intense. Et rapide. J'ai fait énormément de rencontres. Bien sûr, cette ville de curiosités ne vaudra jamais la beauté de Gothik City et je suis heureuse d'être revenue à mes racines. »

Elle prit une inspiration, s'apprêtant à proférer un mensonge coûteux. Elle avait le sentiment d'y laisser son âme.

« Je regrette tellement de m'être enfuie. J'ai pris de bien mauvaises décisions, je m'en rends compte maintenant. J'ai nui à ma famille et ma mère s'en trouve affaiblie. Toutefois, je ne serais pas une Fell et la digne fille de mon défunt père si je ne reprenais pas rapidement les choses en main. Je compte bien redorer mon nom et renflouer ma fortune. Evidemment, cela passera par le choix d'un mari. »

Elle se pencha pour saisir une coupe pleine de sang. Non pas qu'elle en eut envie, elle voulait simplement marquer une pause dans son discours, pour laisser le temps à Von Hochen de se faire des idées. Notamment celle qu'elle avait l'embarras du choix pour les époux et qu'elle n'aurait qu'à en choisir un qui lui plairait vraiment. Ou plutôt un qui arrangerait ses affaires familiales.
Elle but une petite gorgée, prenant garde à ne pas tâcher ses lèvres, puis porta un regard ardant sur le visage du duc. Elle ignorait si elle lui avait donné envie de se marier à elle, même juste un peu. C'était assez difficile de séduire quelqu'un dans une robe pareille ! Au moins, tenta-t-elle de se consoler, elle était l'élégance même. Et puis, elle avait tout fait pour donner une impression de volonté. Elle devait être la fille qui serait bientôt parmi les puissants et les plus riches. Celle qui était le meilleur parti du moment.

Bien que cela soit encore risqué à ce stade, Alianora craignait aussi que le duc ne trouve le temps long et ne cherche à la congédier avant qu'elle ait pu lui exposer son véritable problème. La vampire amena donc doucement la conversation sur le terrain qu'elle souhaitait.

« Au fait, j'ai ouïe dire par le biais de la Comtesse en personne que vous étiez spécialiste de l'Infection ? Est-ce la réalité ? J'en serais impressionnée, les Modernis eux-mêmes ont de piètres résultats. Inexistants, pour ainsi dire. »

Cette fois, elle avait copié le dédain de sa mère pour parler des humains. Ce n'était pas difficile, il s'agissait du ton qu'elle entendait depuis qu'elle avait posé un orteil dans le manoir de sa famille.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: I'm in trouble   Lun 21 Mar - 11:26


❝ Scène 02 - Démons intimes  ❞




Alianora Fell était la personne la plus ennuyeuse que Luscka avait rencontré depuis des années. On accusait souvent Yvan et Elijah d'être ennuyeux mais les nobles qui disaient ça ne connaissaient certainement pas les Fell. C'était l'une des plus vieilles familles de Gothik City, plus vieille même que les von Hochen et presqu'autant que les Condé. Et comme les Condé, ils avaient gardé cette poussière et ces principes vieillots qui ne s'appliquaient plus à la société actuelle de Gothik City.
Bon sang, il n'avait plus qu'à gentiment sourire jusqu'à la fin de leur entrevue. Il n'était plus tellement embarrassé par les conventions depuis son petit incendie personnel mais bon, il ne pouvait décemment pas refuser une entrevue avec elle tout simplement parce qu'elle était ennuyeuse. Demain, il ferait un discours émouvant sur l'infection, révélant sa propre nature, disant qu'il ne fallait pas perdre espoir.
Caster se déplaça sur l’échafaudage qui émit un grincement de protestation et Luscka poussa un petit soupir. Ce grincement illustrait encore plus le silence autour d'eux. Alianora était douce et docile, bien lointaine de celle à qui Luscka avait enseigné les mathématiques. Celle-là était aussi très obéissante et bien élevée mais elle avait une étincelle dans le regard que la jeune femme en face de lui ne semblait plus avoir depuis longtemps.
Alors que la jeune femme se perdait en compliments sur Ulrick – qu'est-ce qu'il pouvait bien en avoir à faire ? - il regarda la haie d'épineux qui se dressait devant ses fenêtres, au loin, et qui séparait son manoir de celui des Condé. D'ici, il voyait des chandelles brûler derrière les rideaux mais il savait bien que ce n'étaient que des serviteurs qui entretenaient un manoir presque toujours vide. A moins que les rumeurs sur Taesch Condé soient vraies.
Quand elle se tut, il lui accorda de nouveau de l'attention. Le bourdonnement de sa voix sans âme ne pouvait que le bercer et il avait été presque choqué que cela s'arrête. Déglutissant, il se rendit compte que ce n'était pas bon. Il était en train de perdre pied. Il avait juste tellement envie d'être loin d'ici. Il décida de manger, que cela le satisferait au plus haut point. Attrapant un peu de jambon et du pain, il mangea lentement.
Il se demandait bien si son ami de toujours, Yvan, était bien portant. Taesch et lui l'avaient cherché trois jours durant avant de se faire couper l'herbe sous le pied par les cadets Von Dast. Officiellement, Taesch et Luscka avaient sauvé le Prince, officieusement, ils n'étaient arrivés que sur la fin. Leur aide avait été précieuse, certes, mais pas indispensable. Il avait ainsi pu constater que ceux qu'il considérait comme des bambins à peine capables de marcher étaient d'assez bons combattants.
En souriant, il acceuillit avec positivisme le fait qu'elle dise son séjour enrichissant. C'était une bonne chose. Quand elle se ravisa bien poliment en disant qu'elle regrettait d'être partie, Luscka hocha la tête. Il était déçu mais cette fois il ne perdit pas la face.
Il déglutit quand elle énonça une nouveau tissu d'absurdités et il lui sembla voir quelque chose dans sa voix. La même chose qui sortait de lui quand il affirmait qu'il détestait Modernis. En réalité, il aimait beaucoup les deux villes et il était beaucoup plus enclin à aller dans la Cité du Milieu que ce qu'il disait mais ce genre de choses ne passerait pas à la Cour. Yvan le savait, inconsciemment mais au final il s'en fichait sans doute tant que son ami restait avec lui.
Ce ne fut que quand elle reprit la parole pour lui parler de l'Infection qu'il s'intéressa de nouveau à elle. L'Infection. Son intérêt se raviva comme la flamme en lui brûlait d'impatience et il hocha la tête. Déboutonnant sa manche, il lui montra ce qui, à l'heure actuelle, ressemblait plus à un tatouage qu'autre chose.
“ En effet, je suis un spécialiste. J'ai même réussi à vaincre l'Infection sur ma propre personne. Je devrais bientôt trouver un remède. Avez-vous des informations qui pourraient m'être utiles ? ”
Un jeune serviteur qui devait faire six pieds de haut entra un peu après et sourit doucement en débarrassant leur nourriture, en laissant bien entendu le sang. On leur apporta par la suite un grand plateau plein de petits gâteaux. En ce moment, Alfred adorait faire de la pâtisserie. Une bouteille de vin allait avec le reste et Luscka s'en servit un verre. Son regard se reporta sur la jeune femme et il sourit.
“ Vous savez, je ne pense pas que cela soit votre faute. Votre père détournait de l'argent et trempait dans le marché aux esclaves, votre mère est une incapable et le reste de votre famille ne sait pas évoluer. Pour moi, vous êtes bien la personne la plus intelligente de votre famille. Quand j'ai apprit que vous étiez partie à Modernis, je me suis dit qu'au moins une Fell savait bien vivre. Et à vrai dire, je suis un peu déçu que vous pensiez toujours que la renommée d'une famille doive être remonte par un mariage. ”
En souriant doucement, il attrapa un macaron qu'il porta à ses lèvres en silence. Il était tellement important à présent qu'il estimait pouvoir dire les choses comme jamais. Et puis sa transformation en dragon l'avait parfaitement désinhibé. Peut-être qu'avec le temps, il apprendrait à se contrôler de nouveau mais présentement il n'en avait pas envie. Et il espérait qu'elle abandonne toute idée de se marier avec lui. S'il y avait quelque chose entre eux, ça n'irait jamais loin qu'une étreinte ardente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 76
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: I'm in trouble   Sam 26 Mar - 14:46

L
e verre au bord des lèvres, Alianora souleva un sourcil curieux alors que le duc s'affairait à remonter sa manche. Quel était son but ? Elle prit une autre gorgée de sang dans un geste absent et recracha le tout dans son verre en cristal. Elle plaqua aussitôt sa main sur ses lèvres, ne sachant plus quoi faire en premier, ou à quel endroit poser son regard. Finalement, elle se débarrassa de son verre qui heurta la table dans un léger tintement et entreprit d'essuyer le sang qui maculait son menton avec son mouchoir. Jusque là d'un blanc immaculé, il se teinta aussitôt et elle désespéra de ne pouvoir vérifier son reflet.
Fébrile, elle reporta ensuite son attention sur la marque du duc. Si elle ressemblait à s'y méprendre à un tatouage, on pouvait remarquer que les deux points centraux du dessin correspondaient à l'espacement des crocs d'un vampire. Et Von Hochen ne cherchait même pas à démentir. Il avait été mordu, infecté et désormais… Il était guéri. Comme elle. Du moins, elle l'espérait et c'était justement pour s'en assurer qu'elle avait rendu visite à Luscka von Hochen.

Elle eut du mal à trouver ses mots, puis commença à s'expliquer :

« La Comtesse m'a dit que vous étiez un spécialiste de la question, alors je... »

Un serviteur l'interrompit, un plateau de gâteaux dans les mains. Oh, voilà qui était intéressant ! Elle allait peut-être manger un peu finalement. Un peu de réconfort n'étant pas de refus, elle attrapa une petite pâtisserie toute ronde et recouverte d'une crème blanche appétissante. Von Hochen lui fit part de son avis sur la question du redressement de la famille Fell. De la crème plein la bouche, Alianora mâcha son gâteau de plus en plus lentement à mesure qu'il parlait. Il pensait qu'elle avait tort ? Le duc était décidément bien étrange, elle n'aurait jamais pensé entendre une chose pareille sortir de la bouche d'un noble aussi haut placé que lui. Et puis, il lui avait dévoilé sans peur son état. Si elle avait été sa mère, elle serait aussitôt partie en hurlant au scandale et aurait rameuté toute la noblesse et la garde comtale en prime. Au lieu de ça, Alia mangeait et dégustait.

Elle reposa la moitié de son gâteau sur le plateau et essuya du bout du doigt un peu de crème qui s'était égarée au coin de ses lèvres. Elle devait lui répondre, mais ignorait encore comment. Les yeux rivés sur le tapis, elle commença sur un ton blessé et sarcastique :

« Je suis ravie d'apprendre cela au sujet de mes parents, comme vous pouvez vous en douter. Et ravie aussi d'apprendre que vous soyez si déçu. Mais le mariage a toujours été le meilleur moyen pour une famille de la noblesse de s'en sortir et de marquer son intérêt pour la politique de Gothik City, de plus je ne suis qu'une jeune femme qui n'a pas reçu l'éducation adéquate pour remplacer durablement le chef de famille. »

Elle se tut à la fin de sa phrase, absolument pas convaincue par ses propres paroles. Elle avait survécu seule à Modernis State et parce que sa mère le clamait, elle devrait se marier. Quelle idiotie, vraiment ! Bien entendu qu'avec du travail elle pourrait s'occuper des finances des Fell, elle n'était pas aussi stupide que ça !
Une lueur nouvelle et déterminée dans les yeux, elle affronta le regard de Von Hochen. Oui, cet homme avait raison, finalement. Aussi incroyable que puissent être les mots qui sortaient de sa bouche, il était totalement dans le vrai.

« Non, oubliez tout cela. Mes parents étaient mauvais et je sais parfaitement m'occuper de moi seule. Je n'ai besoin de personne pour m'épauler. Et de toute façon, tout cela n'a rien à voir avec ce qui m'amène. En réalité, je suis venue uniquement intéressée par la question de l'Infection. »

Son estomac se serra un peu. Elle craignait un peu de s'être trompée sur le duc et que celui-ci ne découvre finalement un visage outré et vieux jeu.

« Comme je vous le disais, la Comtesse m'a rapporté vos talents. J'ai moi-même été infectée et je le suis peut-être encore. »

Elle lui raconta alors qu'elle avait ingéré du sang infecté, qu'un alcool nommé « Malbec » et récupéré à la Cyber Junkyard l'avait rendue atrocement malade mais qu'elle n'avait jamais développé de symptômes propres à la Grande Mort. Puis, elle brandit ses ongles, recouverts de diamants à la brillance aveuglante.

« J'ai un don qui me permets d'absorber les diamants et je crois que le Malbec, l'Infection ou les deux liés ont… Changé quelque chose. Ou amélioré mon pouvoir. J'aimerais savoir si je suis toujours malade et si ces diamants sont un signe précurseur de quelque chose de mauvais. »

Elle se tut et prit une grande inspiration. Maintenant elle avait peur d'être allée trop loin, d'en avoir trop révélée. Mais elle ne céderait pas. Au pire, elle pourrait toujours s'enfuir de nouveau avant d'être lynchée par des nobles en colère.


♦ Robe d'Alia (enfin)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: I'm in trouble   Lun 28 Mar - 14:07


❝ Scène 03 - The Thread of Fate   ❞




Alianora ne faisait pas son âge, bien entendu mais il s'était attendu à ce qu'elle ait les traits creusés par les soucis comme ses parents. Bien entendu, la jeune Alianora avait vécu à Modernis State et avait complètement abandonné les problèmes de la Cour. Lui-même ne paraissait pas si vieux, à peine trente ans, parce qu'il prenait la vie du bon côté. Il avait beau être assez théâtral et dramatique, il résolvait rapidement ses problèmes et son corps ne marquait aucun signe de vieillesse.
Il eut même un petit sourire quand la jeune femme fit la gaffe de recracher le sang dans son verre. Il en aurait presque rit mais Alfred était dans le coin et il ne voulait pas avoir de nouveau droit au sermon du respect qu'il devait au nobles qui avaient le même rang que lui. Il le voyait passer dans le couloir de temps en temps. Sa tunique vert sombre passée sous son pantalon à pince et sa veste en queue de pie lui donnait un air beaucoup plus sévère qu'il ne l'était vraiment.
Alfred lui, paraissait avoir plus de quarante ans mais il supposait que c'était parfaitement normal. Il était celui qui faisait tourner le manoir depuis bien des années. Il avait été marié à une femme qui était morte dans le même incendie que sa fille et depuis, il avait retrouvé l'amour mais les cicatrices de son cœur ne se refermeraient jamais. Cependant, même en arborant une quarantaine sévère, son majordome était extrêmement attirant. Luscka avait été amoureux de lui pendant les années de son enfance.
Alianora se reprit bien vite et il sourit doucement, un peu provocateur. Cette fille avait l'air de ne vraiment pas être à l'aise et … oh, comme il pouvait la comprendre.
Il n'avait jamais été très bien vu à la Cour. On disait qu'il était catholique – ce qui était faux, Luscka croyait tout simplement autant en la science qu'en les démons mais il préférait la science qui était beaucoup moins dangereuse à manier selon lui – qu'il retenait des gens en otage pour abuser de la famille Comtale et, à présent, qu'il avait commit l'erreur de mettre la forgeronne – qui était censée avoir une quinzaine d'années – enceinte et qu'il allait l'épouser.
Il prit un nouveau petit gâteau et fixa la jeune femme avant de le porter à sa bouche. Elle ne ressemblait pas à sa mère et ne semblait pas tentée de s'enfuir au loin. Bonne chose.
Quand Alianora commença à lui répondre de sa voix suave et perchée, il commença à se dire qu'elle était finalement rentrée dans le moule. Elle semblait vraiment tenir au fait de se marier, de s'emprisonner dans une relation avec quelqu'un qu'elle détesterait de plus en plus. Il avait eu la chance inouïe d'avoir des parents aimants qui voulaient son bonheur et qui ne l'avaient jamais forcé à prendre épouser.
Une des lanterne de fer noire qui éclairait la pièce s'éteint et il déglutit. Est-ce qu'il pouvait vraiment le faire ? Il se concentra de toute ses forces pour ranimer le feu en lui et le pousser vers la bougie mais non, la flamme ne se ranima pas.
La jeune femme reprit la parole et le tira de ses efforts pour lui annoncer qu'il avait raison. Agrandissant les yeux, il l'entendit révéler son vrai visage, peu à peu. Oh, il la préférait de loin comme ça ! Elle était beaucoup sympathique à ses yeux maintenant. Il hocha la tête, lourdement, pour signifier son accord sans un mot. Ses parents étaient des gens vieux jeu et stupides et c'était bien qu'elle s'en rende compte.
La jeune femme lui raconta son histoire et il tira un petit calepin du tiroir de sa table basse pour tout noter. Le crayon n'était pas bien taillé mais il s'en contenterait. Malbec hein ? Il essayerait de se renseigner là dessus.
Il sourit largement quand elle lui montra sa main, il la saisit délicatement et l'amena à lui pour l'étudier de plus près. Il releva les yeux vers elle, souriant.
“ Ce sont des écailles mademoiselle. Suivez-moi. ”
Il la prit par la même main qu'elle lui tendait un peu plus tôt et l'entraîna dans les couloirs. Ils croisèrent Willow qui dit quelque chose qu'il ne saisit pas et il monta à grands pas dans ses appartements. Une fois arrivés en haut, il l'amena à son laboratoire et, tout excité, la fit asseoir. Après lui avait demandé de se déshabiller et l'avoir examiné, il l'autorisa à se couvrir de nouveau. Elle n'avait sans doute pas ignoré le fait que ses mains étaient chaudes.
“ Mademoiselle, ceci est encore confidentiel mais … je crois que comme moi et certaines personnes porteurs sains, vous êtes en train de devenir en partie un dragon. J'ignore si votre cœur va se mettre à battre comme le mien et si vous pourrez cracher du feu mais je suis certain que vous êtes guérie. Vous avez atteint le véritable but de la maladie : la métamorphose. En partie du moins. ”
Il était extatique. Bon sang, cette fille pourrait vraiment devenir une pièce clef de ses recherches. Il nota plusieurs choses sur un calepin et lui demanda de tout lui raconter son histoire en détail. Il n'avait pas manqué son tatouage, pareil au sien, sur sa nuque. Il lui demanda aussi si elle savait d'où venait ce … Malbec. Son coeur battait plus vite que jamais.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 76
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: I'm in trouble   Jeu 31 Mar - 11:34

S
on corps entier était tendu à l'extrême et son visage devait parfaitement refléter son appréhension. Ses yeux noirs étaient eux rivés sur le visage de Von Hochen, cherchant à savoir à l'avance quelle serait sa réaction. Quand il saisit sa main pour observer ses ongles de plus près, Alia entrouvrit les lèvres de surprise. Il agissait comme si elle avait un véritable intérêt scientifique et avait l'air de se moquer qu'elle puisse avoir la maladie en elle. Il ne mentait peut-être pas alors et était réellement guéri. Tandis qu'il scrutait ses mains, elle l'observa. Il avait l'air un peu fou, ou extrêmement sain d'esprit, elle n'arrivait pas à se décider. En tout cas, il débordait d'énergie.
Finalement, il asséna son verdict, pour le moins surprenant. Alianora se redressa, sceptique. Elle ne répondit rien, parce que le Duc s'était déjà levé et qu'elle n'avait pas réellement d'argument pour défendre sa position. A part que les diamants, c'était son domaine, alors elle savait reconnaître une pierre d'une simple écaille ! Scrutant ses ongles tout en suivant le vampire, elle fit une petite moue contrariée. Est-ce qu'il pouvait réellement s'agir d'écailles ? Aurait-elle réellement pu se tromper ? Il était vrai qu'en y regardant de plus près, les minéraux avaient une forme étrange. Mais c'était si petit !

En chemin, ils croisèrent une femme à la peau brune et aux cheveux emmêlés. Son visage bouffi et ses yeux rouges trahissaient sa fatigue, les marques d'oreiller sur sa joue gauche ne laissaient pas de place au doute : elle venait de se réveiller. Alianora porta un regard de jugement sur ses vêtements usés, se demandant bien ce qu'une telle créature, de toute évidence humaine, pouvait faire dans un endroit comme celui-ci. Si elle avait été une calice, elle aurait porté quelque chose de plus joli (et sentirait autre chose que la sueur et la saleté aussi).
Von Hochen la tira jusque dans une pièce qui n'était pas sans rappeler le laboratoire de l'hôpital où elle avait espionné le docteur spécialiste de l'Infection qu'elle s'était donnée la peine de draguer, pour rien au final. Le matériel était là, mais la pièce n'avait rien de Modernis, avec ses boiseries et ses tableaux. Le Duc la mena jusqu'à une chaise sur laquelle elle prit place, puis lui demanda sans détour de se dévêtir. Alianora hésita, mais juste une seconde. Il était médecin, se souvint-elle. Et elle n'était pas pudique, comme bien des Gothiks. Aussi elle retira sa robe et ses jupons, jusqu'à se retrouver totalement nue devant Von Hochen. Celui-ci l'examina sous toutes les coutures et elle put sentir à quel point ses mains étaient chaudes. Curieux. Etait-ce dû à l'Infection. Alors qu'il avait repoussé ses cheveux et examinait sa nuque de prêt, elle frémit. Son cœur battait. Elle pouvait l'entendre. Les coups étaient lents, réguliers. Le Duc restait un vampire qui contrôlait ses émotions. En tout cas, il n'était absolument pas attiré par elle. En un sens, c'était un soulagement. Il était tellement vieux ! Et elle n'avait aucune envie de se marier. De toute façon, il lui avait déjà clairement signifié ses intentions sur ce point.

Alors qu'elle se rhabillait, Alianora l'écouta parler. Elle resta stupéfaite, la poitrine à découvert, quand le vampire lui annonça qu'elle allait devenir un dragon. Immédiatement, elle s'imagina se transformer en un immense lézard pourvu d'ailes parcheminées et recouvert d'écailles blanches, brillantes, dures comme du diamant. Vraiment ? Non, c'était impossible. Tout en poursuivant d'enfiler sa robe, elle se dit que peut-être, maintenant, ils existaient.
Von Hochen n'essaya même pas de lui cacher les battements de son cœur. Il crachait du feu, aussi, apparemment. Ca devait expliquer sa température corporelle, parce qu'elle-même était toujours aussi froide.

Tout en nouant son corset, elle lui apprit ce qu'elle savait sur le Malbec. Autrement dit, pas grand-chose.

« Le Malbec est un alcool de la Cyber Junkyard mais je crois qu'il est assez rare. En tout cas, c'est extrêmement fort. J'ai dû boire toute la bouteille et cela m'a rendu malade. »

Elle grimaça à se souvenir. Au moins, les heures qui avaient suivi, elle avait été d'une extrême bonne humeur !

« Peut-être que mon ami pourra mieux vous renseigner. Il s'appelle Grim LaPluie et il est actuellement à Modernis State, aux dernières nouvelles. Je ne peux pas communiquer avec lui pour le moment, mais… »

Elle avait failli dire « dès que je rentrerai ». Bien sûr, elle ne rentrerait jamais. Diantre ! Il lui fallait un moyen de le retrouver ! Elle ne pouvait pas simplement se marier et s'occuper de sa famille en laissant sa vie derrière elle. Alianora boutonna sa veste et arrangea un peu ses cheveux. Elle avait peur. C'était seulement maintenant qu'elle prenait la mesure de son choix. Elle abandonnait l'Alianora qu'elle aimait être. A cette pensée, son cœur se serra. Et sauta dans sa poitrine.
La vampire lâcha un petit cri et porta la main entre ses seins. Impossible ! Et pourtant, ce fou de Von Hochen avait affirmé que c'était l'un des symptômes de métamorphose en dragon. Non, elle devait l'avoir imaginé, ça avait été si bref, elle avait forcément confondu avec autre chose.
Elle sursauta soudain, car elle avait senti son cœur bondit une nouvelle fois. Sa poitrine se mit alors à la lancer terriblement, la douleur lui brouilla la vue et elle en oublia un instant le monde extérieur. Quand elle reprit conscience de ce qui l'entourait, elle était à genoux sur le tapis, ses doigts serraient son chemisier si fort que quelques points de couture avaient cédé.

« Il bat, chuchota-t-elle avant de s'exclamer plus fort. Il bat vraiment ! »

Elle leva les yeux vers Luscka, interdite. Soudain, elle lui trouvait une allure différente. Elle ressentait pour lui un respect viscéral, incontrôlable. Il était la sagesse incarnée à ses yeux.

« Mon seigneur... »

Ce mot était sorti de sa bouche sans qu'elle y pense. Elle resta par terre à le fixer, il lui semblait auréolé de flammes. Il était magnifique.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: I'm in trouble   Lun 4 Avr - 11:02


❝ Scène 04 - The meaning of heartbeats ❞




Il ne pensait pas cela possible de ressentir une telle complétude. Plus que de l'affection – il ne savait pas pourquoi il en aurait pour cette fille qu'il ne connaissait ni de Lilith ni de Satan – il était persuadé que cette fille était comme une partie de lui, en quelque sorte. Son cœur battait la chamade en sa présence et son feu intérieur redoublait d'intensité. S'il n'avait pas été si éperdu d'Elijah, peut-être bien aurait-il pu penser que c'était le Grand Amour.
Mais non, il savait bien quels étaient les symptômes de l'amour. Il savait bien combien c'était agréable de se sentir près d'Elijah, juste dans un périmètre qui aurait pu permettre qu'ils se touchent sans qu'ils ne le fassent vraiment. Il savait bien combien c'était réconfortant d'être parfaitement adapté à quelqu'un, combien c'était bon de sentir que plus rien ne comptait. Non, ce sentiment là était bien différent.
Non, en réalité ce qu'il ressentait était plus quelque chose se rapprochant de la sensation qu'il avait avec Jasper ou qu'il avait eu avec Baal. Il avait l'impression qu'ils faisaient partie de la même fratrie, ou presque, qu'il devait la protéger. Mais c'était insensé, il la connaissait à peine ! Etait-ce dû à l'Infection ? Est-ce qu'ils devenaient vraiment des dragons ? Est-ce que leur était était stable ? Il était tellement frustré de ne rien savoir.
En tout cas, le dragon dans son cœur avait envie de se rapprocher d'elle, de la connaître et peut-être même un peu plus. Il avait envie de l'embrasser sur le front et il ne savait même pas pourquoi. Il essaya de se calmer et soupira un peu de fumée noire par la bouche. Il savait à présent plus ou moins contrôler son feu, Willow l'avait aidé, son instinct avait fait le reste du chemin. Est-ce qu'elle aussi cracherait du feu ?
Souriant, il secoua la tête. Est-ce qu'il perdait la tête ? Cette fille n'était pas comme lui. Si elle avait des écailles et d'autres choses du genre, il paraissait évident qu'elle était plus proche de la porteuse saine qu'était Willow que de lui. Son crayon battant contre le papier de son cahier, il déglutit. Personne au monde ne pouvait décemment avoir ce genre de sentiments quand il rencontrait quelqu'un pour la première fois.
Elle lui apprit ce qu'elle savait de cet alcool mystérieux et il hocha la tête, notant rapidement dans son carnet de son écriture pleine de courbes. Ymilian lui disait toujours que sa nationalité gothike se voyait beaucoup trop à travers ses cahiers de cours mais peu lui importait au final. Il savait parfaitement que tout le monde savait qu'il venait de là bas, ils pensaient malgré tout qu'il était un humain. Et tant pis pour eux.
Il nota le nom de Grim LaPluie et se promit de trouver ses coordonnées aussi vite qu'il le pourrait. En entourant son nom, il secoua la tête. LaPluie … ce nom lui disait beaucoup trop quelque chose bon sang de bois ! Il était sûr de l'avoir entendu quelque part. Il devrait demander à Sire Rozen dès qu'il le croiserait de nouveau. Il savait qu'ils devaient se voir très bientôt au moment de son discours sur la Grande Mort. Il révélerait alors combien il était touché et combien il avait avancé avec la maladie…
Il sourit doucement et ferma les yeux. Il pouvait ressentir sa présence et voir comme des flammes là où elle était approximativement quand il ne voyait rien. Il ne savait pas pourquoi mais il était sûr que même dans le noir complet, il la retrouverai. Il devenait donc bel et bien une créature à sang chaud. En rouvrant les yeux, il découvrit la jeune femme comme il ne l'avait jamais vue. Elle irradiait de couleurs.
S'il n'était pas du genre à prôner les prodigalités désintéressées, il voulait avant tout que cette fille aille bien, comme si son propre bien dépendait du bonheur de cette fille. Son tatouage se mit à le gratter un peu et il constata avec stupeur qu'il avait une écaille sur le bras. Bon sang, ce n'était tout de même pas possible ce genre de choses. C'était comme s'ils réagissaient l'un à l'autre. Justement … la fille se mit à se tenir la poitrine.
La jeune femme n'avait plus vraiment l'air d'une princesse à présent qu'elle était à terre, souffrante. Il se dit un instant que cela ne plairait pas à sa mère avant de se précipiter pour la soutenir. Il avait vraiment l'impression d'être un grand frère pour elle … ou peut-être un père.
Il sourit doucement et hocha la tête quand elle s'exclama que son coeur battait. Si c'était aussi douloureux que pour lui, il pouvait pleinement comprendre qu'elle avait du mal à l'accepter. D'autre part, elle était une jeune femme comme il fallait – du moins était-ce l'image qu'elle essayait de donner – donc être aussi différente devait lui faire un choc.
Elle l’appela par un titre qui lui semblait parfaitement exagéré et il secoua la tête. Il la releva et passa une main dans ses cheveux. Elle était en sueur, mais une sueur froide et glacée, pas comme la sienne. Déglutissant, il s'assura qu'elle allait bien. C'est ce moment que choisit Alfred pour frapper à la porte. Quand Luscka l'y autorisa, entra pour apporter une enveloppe cachetée d'un blanc immaculé, la cire froncée sous la représentation d'une licorne.
Il décacheta la lettre alors que le majordome apportait un verre de sang à Alianora et déglutit. D'une voix mourante et plus peinée que ce qu'il aurait cru, il annonça la triste nouvelle.
“ Taesch Condé est mort. ”
Alfred lâcha le pichet de sang qu'il rattrapa habilement. Luscka relut la lettre brève avant de la jeter dans le feu qui ronronnait dans l'âtre. Yvan devait être tellement … en colère. .  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 76
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: I'm in trouble   Mer 6 Avr - 21:58

L
a douleur en son sein s'était déjà estompée. A présent, elle pouvait entendre deux cœurs battre dans la pièce, à l'unisson. A cette pensée, le sien augmenta légèrement son rythme, cassant cette perfection. Puis, celui qu'elle avait appelé « seigneur » l'aida à se remettre debout. Elle en ressenti une immense reconnaissance. Parce qu'il lui avait apporté son aide, même pour une chose aussi insignifiante. Elle souriait un peu bêtement en le fixant avec révérence. Comment avait-elle pu se passer de lui toutes ces années ? Il lui semblait être la personne qui manquait justement à sa vie.
Quand il passa sa main dans ses cheveux, elle tourna la tête pour frôler sa paume chaude de ses lèvres, puis lui jeta un regard félin. Maintenant plus que jamais, elle se sentait sûre d'elle. Toute cette histoire avec sa famille lui paraissait stupide. Elle n'avait qu'à dire à sa mère qu'elle prendrait les choses en main, mariage ou pas et que cela lui plaise ou non. Elle enverrait aussi quelqu'un porter un message à Grim. Il devait toujours se trouver à Modernis State et elle était certaine qu'une personne assez curieuse était tout à fait capable de mettre la main sur lui. Ceci fait, il devrait venir ici pour parler du Malbec au Duc Von Hochen. Haa… Si seulement lui aussi pouvait devenir un dragon.

Luscka n'avait pas l'air bien. Plutôt soucieux même, et à son sujet. Alianora ressentit une grande peine et une grande culpabilité pour le faire se sentir ainsi. Elle lui sourit, en espérant dissiper son inquiétude. A cet instant, quelqu'un entra, rompant leur discussion muette. Il s'agissait du majordome, qui apportait une lettre à son maître.
Se rendant soudain compte de la proximité inhabituelle qu'elle avait avec Von Hochen, Alia recula d'un demi-pas et attendit patiemment que le Duc ait pris connaissance du contenu de la missive. Le majordome lui apporta un verre de sang, qu'elle accepta en le remerciant. Elle n'eut pas le temps de goûter au breuvage que la nouvelle tomba.
Aussitôt, elle porta la main à son cœur devenu douloureux et ouvrit la bouche dans une moue horrifiée. Non, c'était impossible…

« Taesch… Taesch Condé est mort ? »

Des larmes vinrent emplir ses yeux. Non pas qu'elle ait connu l'homme personnellement, mais Taesch était une telle référence, un tel sujet de fantasmes pour toutes les jeunes filles en apprentissage curial ! Elle était choquée d'apprendre qu'il était mort, lui qui semblait pourtant invincible. Alianora se dirigea vers une chaise sur laquelle elle se laissa tomber. Ses yeux fixaient le sol sans vraiment le voir.
Avec Taesch Condé, c'était une grosse partie de son enfance qui partait en cendres. Elle l'avait admiré et aimé plus que toutes les autres filles de son âge. Elle avait même été la « petite comtesse » de leur club au sujet du vieux vampire. Elles devaient apporter des potins, déterminer ce qu'il aimait et ce qu'il détestait. … Les gens avec qui il couchait et ceux dont il tombait amoureux. Sur ce dernier point, l'enquête s'était révélée difficile. Et pourtant, sous sa gouverne, le club avait fini par dénicher l'impensable.
Se redressant soudain, une main devant sa bouche, elle s'exclama :

« Diantre, le prince Yvan doit se trouver au plus mal. »

Se rendant soudain compte des implications de cette information, elle s'en voulu de l'avoir prononcée à voix haute. Puis, elle ressenti une peine immense. Déposant son verre intouché sur la table, elle se leva, accompagnée de bruits d'étoffe, et rejoignit le Duc, venant dans son dos. Dans la cheminée, à côté de lui, la lettre brûlait. Lui aussi devait être dévasté par la nouvelle, au moins autant qu'elle, si ce n'était plus. L'ami du Duc souffrait certainement, alors il était évident que le Duc en personne était peiné.
Alors elle l'enlaça, se serrant contre son dos, aux muscles durs. Elle posa sa joue contre le tissu de ses vêtements et croisa ses mains sous son torse.

« Si je pouvais avaler votre douleur pour la faire mienne, je le ferais. »

Elle ne pouvait pas supporter l'idée que Luscka Von Hochen souffrait. C'était tout simplement inacceptable et elle ressentait les choses de telle façon qu'il lui semblait que le monde entier devait être au courant de cette injustice. Pour ne plus jamais commettre cette erreur et préserver le seigneur Von Hochen du moindre affront de ce genre.

Elle se souvint que le majordome était toujours là, à les observer peut-être. Mais elle s'en fichait. Cette étreinte n'avait rien de honteux, elle lui semblait même naturelle.
Des pas lourds résonnèrent alors, mais elle refusa de lever la tête. Il y eut une exclamation, la voix d'une femme, même s'il était permis d'en douter. Et puis, quelqu'un la tira par le bras.
Agacée, Alianora se décolla de Luscka et fit face à l'humaine qu'ils avaient croisé plus tôt. Elle était propre et nette maintenant, du moins en comparaison. Et elle la poussa violemment. La vampire se laissa surprendre et son dos heurta assez durement le manteau de la cheminée.

« Comment oses-tu serrer Luscka de cette façon ?
-Il faut l'appeler « mon seigneur » ! »

Les deux femmes se jaugèrent un instant. Et puis, Alianora repéra une écaille rouge foncé sur la gorge de l'humaine. Alors, elle aussi ? Humph ! Elle serra les poings et la défia de son regard d'obsidienne. Si elle devait se battre pour garder l'amour du seigneur Von Hochen, très bien ! Elle allait sortir ses griffes. L'autre semblait également prête à en découdre. Mais elle n'était qu'une humaine, quelle idiote !
L'humaine s'enflamma alors, juste sous ses yeux. Alia laissa échapper un « quoi ?! » avant de faire un petit bond sur le côté pour éviter une gerbe de feu. Alors ça…

« C'est de la triche ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: I'm in trouble   Jeu 7 Avr - 10:25


❝ Scène 05 - Dragons & Shadows ❞




Des dragons … il avait du mal à se l'imaginer et encore plus à le dire. Mince, est-ce qu'il allait vraiment se changer en un monstre ? Les écailles commençaient à se répandre sur son tatouage et après … après ? Il ne pouvait décemment pas aller voir son amour de toujours pour lui dire que ça allait mieux, tout simplement parce qu'il deviendrait bientôt un foutu dragon. C'était ridicule, tout simplement ridicule.
Il ne pourrai jamais partager sa vie avec lui, encore moins une histoire d'amour. Son coeur était blessé, plus que ce qu'il pensait. Il n'avait jamais imaginé autant souffrir pour une histoire d'amour mais le fait qu'Elijah sache rendait les choses encore pire. Il se souvenait encore de ses gémissements, de son regard agréablement surpris, de sa douleur … il avait terriblement honte. Il valait mieux pour tout le monde qu'ils ne se revoient plus.
Alianora semblait catastrophée par la nouvelle et il soupira doucement. Taesch était beaucoup apprécié de tout le monde. Il savait bien qu'il y avait quelque chose en lui. Lui-même l'avait admiré assez longtemps, jusqu'à ce que Clair leur raconte toutes les atrocités qu'il faisait subir à sa mère. Il l'avait torturée mentalement et il était sûr que c'était de sa faute si elle était devenue dépressive. Il avait même abandonné sa fille.
Luscka avait juste eu peur qu'il fasse de même avec Yvan. Qu'il le prenne et le jette quand il en aurait fini avec lui. Il avait peur qu'Yvan soit détruit de l'intérieur, tellement qu'il ne pourrait plus qu'être l'ombre de lui même. Mais Sire Condé ne méritait pas la mort. La lettre signifiait aussi que c'était à cause de l'Infection. Il se sentait coupable. S'il avait fit son discours plus tôt, le prince aurait su qu'il pouvait le soigner.
Il avait du mal à se dire que tout était fini. Yvan, parfois, avait une sorte de sourire mystérieux aux lèvres quand il venait de quitter Condé. Peut-être, peut-être seulement, qu'il ne jouait pas avec lui. Peut-être qu'il avait su le rendre heureux comme jamais un ami ne pourrait le rendre heureux. S'il était quelque part, il serait sûrement à la caserne, en train de se battre contre n'importe qui.
Avec qu'il avait vraiment été heureux ? Heureux avec lui  ? Taesch était un coureur de jupons, l'entier contraire d'Yvan. Il tirait à l'arc, faisait partie de l'avant-garde et il avait tendance à penser qu'on pouvait rire de tout. Mais après tout, Luscka était bien tombé amoureux de quelqu'un qu'il ne pourrait jamais être. Il était fort quand Elijah était faible, assuré quand le prince était timide et impulsif quand il réfléchissait toujours à deux fois.
Il releva la tête vers la jeune femme qui venait de s'asseoir, sans vraiment sembler se contrôler. Elle avait l'air dévastée. Est-ce qu'elle avait fait partie de ses conquêtes ? Non, elle était partie bien trop jeune et elle venait de revenir. Même Alfred avait l'air choqué et … oh non Jasper… Il s'entendait si bien avec l'éclaireur. Ils partageaient la fascination des fruits et des fleurs et Jasper l'avait même aidé à concevoir son verger de pommes de chair.
Il allait se tourner vers elle quand elle dit qu'Yvan devait être au plus mal. Vraiment ? Vraiment, elle savait ? Était-elle proche du prince flamboyant à ce point là ? Peut-être était-elle sa confidente et avait-elle gardé une relation épistolaire à distance avec lui toutes ces années. Taesch allait souvent à Modernis quelques jours par-ci par-là, c'était possible.
La jeune femme vint dans son dos, l'enlacer. Cette étreinte était réconfortante même s'il ne savait pas vraiment pourquoi il avait eu de la peine.
Elle prononça une phrase qui le chamboula. Il y avait quelque chose entre eux, il le sentait. Il était l'aîné d'une toute nouvelle fratrie. Il y avait vraiment quelque chose … il devait la présenter à Willow. C'est à ce moment là qu'il se rendit compte qu'il y avait décidément plus de filles qui se déshabillaient dans ses appartements que durant les trois derniers siècles.
En parlant de Willow, celle-ci fit son apparition, en tempêtant. Bon sang, elles allaient vraiment se battre ? Si Ulrick aurait été sûrement ravi de ce spectacle – ou peut-être pas en fait, il ne savait pas vraiment s'il avait assez de respect pour les femmes pour les séparer – lui ne l'était pas le moins du monde. Il fronça les sourcils et quand Willow s'enflamma, grogna. Alfred regardait la scène d'un regard blasé, tamponnant avec un chiffon les rouleaux qui avaient subi des dégâts à cause de la gerbe de feu de Willow.
S'avançant, il posa une main sur l'épaule des deux femmes, absorbant au passage l'armure de feu de Willow. Il leur cogna la tête, l'une contre l'autre, émettant un grognement surnaturel.
“ Cette pièce regorge de milliers d'années de travaux de médecins. On ne se bat pas dans mon laboratoire, est-ce que c'est bien comprit ? ”
Il les relâcha, soupirant et constata que l'ambiance s'était un peu calmé. L'électricité dans l'air était retombée. Il se sentait un peu mieux.
“ Asseyez-vous maintenant, il faut que je vous parle. Alfred, envoyez un oiseau à Yvan pour le mander de venir ici.
- C'est que … il a déjà prévu de venir dans une heure, monsieur.
- Très bien, va prévenir Jas'. Fais en sorte de lui dire … le plus doucement possible.  ”
Il savait donc … il avait espéré lui épargner la froideur de Rozen Condé mais bien sûr, Yvan devait déjà le savoir depuis longtemps. Le majordome s’éclipsa et Luscka se laissa tomber dans un fauteuil.
“ Ce syndrome du Dragon nous fait … des choses. Je ressens une attirance envers vous. Comme un père ou un grand frère envers sa famille. Et vous faites des choses qui n'ont aucun sens. Will, Alianora Fell est des nôtres, traite la bien. Mademoiselle Fell, je vous présente Willow Steel, la forgeronne qui vit chez moi et … mon amie. Elle est comme vous. Je suis sûre qu'elle n'a pas voulu vous faire de mal. ”
Willow pouvait être impulsive mais elle était en couple avec Jasper non ? Il les avait vu flirter et il ne pensait pas pouvoir être avec elle un jour. Elle était comme sa fille maintenant.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 76
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: I'm in trouble   Jeu 7 Avr - 14:25

A
lianora était perplexe. Elle n'avait jamais été une combattante et face à un humain aussi bien équipé, elle ignorait quoi faire. Allait-elle mourir bêtement ici ? Parce qu'elle ne voyait pas comment s'en sortir, à part à l'aide de la fuite. Atteindre la porte nécessitait toutefois de frôler l'humaine et la fenêtre était fermée, en plus d'être séparée d'elle par une table et un siège. Bon sang ! Que faire ?
La femme se prépara à tenter de nouveau de l'incendier, quand une main se posa sur son épaule. La suite alla très vite et Alianora eut du mal à tout voir malgré ses sens aiguisés de vampire. Le feu disparut et sa tête se précipita sans qu'elle le veuille contre celle de la folle qui l'avait agressée. Le choc fut bref et la seconde d'après, elle se tenait le front en serrant les dents. La douleur était violente ! Cette femme avait la tête dure !
Relevant les yeux, elle constata que l'humaine devait souffrir encore plus, ce qui était plutôt satisfaisant. Puis, elle porta son regard sur le seigneur Von Hochen. Elle perdit aussitôt son sourire et frémit. Il semblait tellement en colère. Et puis, ce grognement qu'il avait poussé au moment de les arrêter, elle en avait eu la chair de poule sur tous les corps. Luscka les réprimanda vertement, arguant qu'il tenait à son laboratoire. Alianora était tentée de répondre que dans ce cas, elles pouvaient toujours se combattre dehors, mais elle n'était pas folle. A l'instant, elle avait envisagé la possibilité de mourir sous les flammes. Et puis, ça ne plairait certainement pas au seigneur Luscka de toute façon. Elle se sentait même terriblement mal de s'être ainsi dressée contre elle, sans réellement en connaître la raison. A moins que ce soit parce qu'elle aussi avait des écailles, mais elle ne ressentait pour elle aucun respect. Pas le même que pour Von Hochen en tout cas, elle en était même très loin.

Alianora exécuta l'ordre de Von Hochen sans sourciller et croisa ses jambes une fois assise. Elle jeta un regard en coin à l'humaine, qui avait une posture beaucoup moins digne qu'elle. A certains endroits, ses vêtements étaient noircis et fumaient. Ha ! Elle n'était même pas capable de contrôler son pouvoir correctement.
Maintenant qu'elle y pensait, le feu qui l'enveloppait tout à l'heure avait disparu lorsque le Duc les avait touchées. Et puis, elle avait vu de la fumée sortir de sa bouche par moments. Ne lui avait-il pas dit qu'il était aussi capable de cracher le feu ? Oh… Elle était donc plus légitime qu'elle par rapport à lui ? Quelle tristesse ! Quelle injustice ! Elle devrait peut-être essayer, pour voir.
Pendant que Von Hochen s'occupait de régler ses affaires, Alianora se concentra sur le feu dans la cheminée, les yeux plissés. Peut-être que si elle forçait assez, elle parviendrait à quelque chose. Soudain, les flammes s'intensifièrent et elle eut un petit mouvement de recul, aussi surprise qu'heureuse du résultat. Elle entendit alors un léger ricanement à sa droite et tourna la tête. Oh, l'humaine. Elle bougea la main et de nouveau, les flammes ronflèrent. Oh… Elle avait dû comprendre ce qu'elle essayait de faire et se moquait d'elle à présent. Pff !
Alia tourna ostensiblement la tête, les bras étroitement croisés sur sa poitrine. Au moins, elle n'avait pas l'air de s'habiller avec les chiffons qui servaient à faire les poussières !

Luscka en avait terminé avec le majordome, aussi vint-il s'asseoir en face d'elles. Sans préambule, il commença à leur parler des dragons et de ce que cela impliquait pour eux. Au fur et à mesure qu'il déroulait ses paroles, Alianora  décroisa ses bras et oublia sa rancœur envers l'humaine. Willow alors ? Avec un grand sourire, la vampire se tourna vers la forgeronne et lui tendit sa main, selon la coutume Modernis.
L'humaine lui jeta un regard revêche qui faisait douter la vampire sur son intention de ne pas la blesser, puis considéra sa main délicate avec une hésitation très clairement induite par la méfiance. Puis, elle se résigna à la volonté de Luscka et la poigne de la réconciliation eut lieu. Alianora sourit un peu moins en récupérant sa paume grisée par la suie. Les forgerons !

« Bien ! lança Alia en faisant brusquement face à Luscka. Puisque c'est ainsi, il devrait y avoir un moyen de ressusciter le prince Taesch Condé, non ? S'il était infecté, il suffirait de lui injecter du Malbec ou je ne sais quel produit que vous avez vous-même utilisé pour qu'il revienne à la vie et soit à son tour un dragon ! J'ai raison, n'est-ce pas ? Et puis, je dois apprendre à cracher le feu aussi. »

Elle ne voulait pas être derrière Willow, aussi sympathique puisse-t-elle devenir par la suite envers elle. Il y aurait toujours une sorte de rivalité entre elles, elle le savait.
Un craquement survint alors de l'âtre. Alianora vit un morceau de bûche rouge se diriger droit sur son visage. Il était trop tard pour l'esquiver. Elle ferma les yeux en glapissant, attendant la brûlure. Mais cette dernière ne vint jamais. Elle ouvrit les yeux et découvrit que le tapis aurait désormais un trou. Portant la main à sa joue, elle sursauta. Le contact de sa peau était dur et froid, beaucoup plus froid que d'habitude. Toute la partie gauche de son visage était recouverte d'une étrange matière. Elle chercha un miroir et s'observa. On aurait dit qu'elle avait une armure partielle de diamants à présent.

De joie, elle sauta sur place en poussant un cri aigu. Ha ! Voilà qui était bien mieux que de cracher du feu !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: I'm in trouble   Dim 17 Avr - 16:08


❝ Scène 06 - We're family ! ❞




Il savait ne pouvoir faire confiance à personne quand il avait décidé de s'attaquer à la maladie, par la force des choses. Il savait que ce n'était pas une bonne idée d'en parler à sa famille, alors il s'était tût. Mais maintenant, beaucoup plus de personnes étaient impliquées et il ne pouvait pas supporter de leur cacher trop de choses. Alfred savait et bientôt, Jasper aussi saurait ce qui se passait. Très bientôt, la ville entière serait au courant de tout.
Il y avait beaucoup trop de choses qui s'étaient passées depuis que cette date funeste du dix-huit juin, quand on avait officiellement déclaré que la maladie était arrivée à Gothik City. Cela lui avait prit trois mois pour arriver de Modernis State à Gothik City et … oh bon sang, depuis tout avait été si dur. Lui même avait essayé de chercher un remède avant même d'être mordu mais il avait abandonné. Sans sujet, il ne pouvait rien faire.
Eh bien, il fallait croire que Satan avait le sens de l'à propos puisqu'il avait été mordu seulement un mois après avoir abandonné ses recherches. Et il avait dû s'y mettre relativement vite. Il ne pouvait pas boire de café et la fatigue accélérait l'avancée de la maladie mais il devait rester éveillé pour s'assurer de trouver quelque chose à temps. Il était sûr d'y arriver. Et en effet, il avait trouvé une solution temporaire. Et à présent … à présent il allait peut-être résoudre le plus gros problèmes des trois cités.
Mais pour le moment, il avait deux femmes apparemment jalouses sur les bras. Fronçant les sourcils, il se rendit compte que ça devait être uniquement à cause de ce lien étrange. Uniquement à cause de lui. Il se sentait mal de les chambouler sans vraiment le vouloir. Mais il n'avait pas le choix . Bientôt, tout serait réglé et il espérait que les effets de ce lien étrange serait un peu dissipé. Tout cela le rendait mal à l'aise.
Quoiqu'il en soit, il devait faire en sorte qu'elles s'en aillent avant qu'Yvan n'arrive . Il était évident qu'il voudrait casser des choses, de battre et boire beaucoup d'alcool. Et peut-être encore casser des choses. Il détestait Taesch … il le trouvait fallacieux et irresponsable. Mais il ne pouvait pas se permettre de ne pas être triste pour Yvan. Ils étaient comme frères et quand l'un souffrait, l'autre aussi.
Au jour préfix, il serait là pour Yvan, à pleurer Taesch. En fait, il n'était même pas sûr qu'Yvan pleurerait Taesch. Les larmes, ce n'était pas vraiment son fort. Son cœur battit plus vite quand il rendit compte qu'il allait revoir Elijah. Il devrait aussi repousser son discours et son départ … il devrait faire tout un tas de choses avant de partir. Que de responsabilités d'un coup. Et lui qui se pensait au bout du tunnel.
A six pieds de lui se tenaient les deux femmes et elles attendaient quelque chose de toute évidence. Elles se serrèrent la main après qu'il leur ait expliqué ce qu'il savait et il sourit doucement quand il remarqua que leur poignée de main ne semblait pas aussi fausse que ce qu'il aurait cru. En réalité, elles avaient tout pour s'entendre et quand elles s'en rendraient compte toutes les deux, il se sentirait moins mal.
Quand Alianora se mit à parler, il secoua doucement la tête. La science n'était pas aussi forte que cela. Il secoua la tête et au moment où il allait parler, il entendit un cri aigu. Sa nouvelle protégée avant une carapace solide en écailles sur le visage, une partie du visage du moins. Il écarquilla les yeux et se rapprocha d'elle. Déglutissant, il passa deux doigts sur sa joue. Il laissa échapper un hoquet de fascination et sourit en coin.
“ Il me semble que vous êtes plus portée sur la protection que sur l'attaque … ”
Willow n'avait pas encore réussit à développer un don mais elle était porteuse saine. Peut-être bien qu'elle n'en développerait jamais.
“ Pour ce qui est du Sire Condé … je ne peux rien pour les morts. Je peux à peine quelque chose pour les vivants. Je suis désolé si cela vous fait de la peine mais il est mort et ne reviendra pas. ”
Il sourit doucement aux deux femmes et prit leurs deux mains après s'être placé entre elles. Il se sentait comme un père et ne pensait pas ressentir cela un jour.
“ Mesdemoiselles, il va falloir tenir vos langues encore quelques temps. Mon discours officiel va être repoussé et je ne tiens pas à ce que des rumeurs fassent croire que mon manoir est un foyer de l'Infection. Je suis désolé mais je vais devoir prendre congé de vous, à moins que vous n'ayez encore quelque chose à me demander … ”
Yvan n'allait pas tarder à arriver et Luscka voulait tout préparer pour lui avant. Il ne voulait surtout pas qu'il prenne conscience qu'il le dérangeait. Ah Taesch Condé … il avait choisi son moment pour mourir ! Il était une plaie, même dans la mort !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 76
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: I'm in trouble   Ven 22 Avr - 21:30

C'
était à peine croyable. Elle avait réellement des diamants sur le visage ! La voleuse en elle brûlait de les arracher de son visage pour les contempler de plus près, mais quand elle essaya de les décoller de sa joue, elle ne parvint qu'à se faire un peu mal et grimaça. Elle essaya même de les absorber avec son pouvoir, mais il ne se passa rien du tout, comme avec ses ongles. Von Hochen devait avoir raison, il devait s'agir d'écailles.
Celui-ci la rejoignit d'ailleurs et toucha sa nouvelle armure toute rutilante. Il avait la manie de toujours tâter pour inspecter quelque chose. Personnellement, ça ne la dérangeait pas, d'autant plus qu'elle ressentait un profond respect et un amour filial pour lui, mais elle se demandait si tout le monde était d'accord pour se faire tripoter par le docteur. Alianora scanna rapidement le haut corps du vampire, de haut en bas. Qui pouvait bien vouloir se rebeller contre lui ? Même un hétéro pur et dur devait apprécier de sentir ses doigts chauds et doux sur lui.
Le duc rendit son verdict, qui la déçut tout d'abord, puis la ravit. Une armure, alors ? Elle pourrait briller de mille feux, devenir un diamant marchant et parlant à taille humaine ? Elle n'aurait jamais osé rêver d'une chose pareille.
Un sourire immense sur son visage radieux, Alianora se pencha de nouveau en direction du miroir pour s'admirer, mais les écailles brillantes avaient disparu. Dommage. Elle ne pourrait pas montrer cela à Grim lorsqu'elle le reverrait, à moins de subir une attaque. Et elle n'était pas exactement du genre à se mettre en danger simplement pour que son ami puisse l'admirer. Il devrait se contenter de ses ongles et de sa parole.

La vampire se redressa et se retourna en direction des deux autres. Ses estimations concernant sire Taesch s'avérèrent complètement fausses, d'après le médecin. Alianora ne pouvait être certaine de la véracité de ses paroles, mais il était sans doute le seul expert au monde au sujet de l'infection. Alors elle ne pouvait pas le contredire. S'il ne pouvait rien faire pour Taesch Condé, il n'y avait sans doute rien à espérer.
Triste, elle baissa la tête et essuya une larme qui perlait. Elle devrait se rendre à son enterrement, coûte que coûte. Rien ne pourrait l'en empêcher ! Elle allait rendre ce dernier hommage à l'idole de sa jeunesse, celui qui avait occupé ses premières conversations au sujet des garçons ainsi que son premier rêve érotique.
Ce fut sur cette pensée que Von Hochen saisit sa main, comme il prit celle de Willow. Une chaleur bienfaisante l'envahit et elle releva la tête pour sourire au vampire. Elle l'écouta alors avec attention, hochant la tête de temps en temps. Bien sûr, elle ne pouvait permettre que des rumeurs supplémentaires alimentent la réputation déjà moyenne du duc Von Hochen.

« Vous pouvez compter sur moi, monseigneur. Je garderai le secret. J'ai l'habitude de tenir ma langue. »

Elle avait après tout vécu à Modernis State pendant des années en se faisant passer pour une humaine. Pour ce qu'elle en savait, jamais elle ne s'était trahie. Les rares personnes au courant étaient dignes de confiance. Ou avaient plus à craindre des autorités qu'elle.
Alia tourna son regard sur Willow, attendant qu'elle fasse de même. L'humaine prit son temps, mais promit finalement elle aussi. Bien. Quant au reste de l'annonce du duc…
Alianora comprenait parfaitement. Elle ne pouvait pas empiéter plus avant sur sa vie, sans doute très chargée de choses importantes à accomplir. De plus, elle avait obtenu satisfaction. Car la réelle raison de sa venue avait été la présence de ces diamants sur ses ongles. Maintenant qu'elle savait globalement de quoi il retournait, elle pouvait s'en aller.

« Je vais prendre congé. Merci beaucoup, duc Von Hochen. Vous avez été d'une aide précieuse. Je reviendrai plus tard, si vous me le demandez. En attendant, si vous désirez me communiquer quoique ce soit, je serai au manoir Fell. Evitez si possible de faire passer un message par ma mère. Elle... »

Alianora déglutit en pensant à la duchesse. Sa mère avait toujours été spéciale, peu débrouillarde et extrêmement dépendante de son mari. Toutefois, à présent… Elle n'était plus que l'ombre d'elle-même, une femme capricieuse et réprobatrice sur tous les points.

« Elle est difficile et je crois qu'elle a quelque peu perdu la tête. Bref, mieux vaut qu'un messager s'adresse directement à moi. »

Elle fit une courbette et sortit des appartements privés du duc. Une fois dans le couloir, elle fit face à Willow en prenant une inspiration. Son animosité envers l'humaine n'était pas si importante. Cela ressemblait plus à de la rivalité fraternelle. Etrange comme elle se sentait capable d'identifier un tel sentiment alors qu'elle était fille unique.

« Au revoir Willow. Au revoir, Alfred. »

Elle offrit un sourire supplémentaire au majordome qui traînait dans le coin. Le vampire l'accompagna jusqu'à sa voiture et elle grimpa à l'intérieur. Alors que les chevaux l'éloignaient du manoir Von Hochen, elle se perdit dans ses réflexions. Quitter le duc lui avait occasionné un petit pincement au cœur, mais elle désirait autre chose bien plus encore. Elle devait absolument trouver un moyen de parler à Grim.


FIN.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I'm in trouble   

Revenir en haut Aller en bas
 
I'm in trouble
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hope is Dead : Kira Takumi & Trouble VS Mina Luvia
» L'Histoire de Trouble or Misery .
» Trouble mnémonique ou mnémotechnique,la methodologie du mensonge politique
» Quand la neige éclatante trouble les esprits... [PV Yuko]
» Libre ♣ Oh dear, we're in trouble. | abandonné

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-