Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 L'Heure du Loup

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Rainbow Prince
Messages : 66
Date d'inscription : 22/03/2016

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: En couple
MessageSujet: L'Heure du Loup   Mer 23 Mar - 11:06

L'Heure du Loup


Taesch Condé et Yvan von Dast - Nuit 1 de la Sixième
Le battement de coeur s'arrêta assez vite cette fois. Essouflé, Taesch ouvrit les yeux pour se rendre compte qu'il était aveugle. Plongé dans le noir du moins. Il entendait du bruit à l'extérieur, très étouffé. Son ouïe n'était pas complètement revenue alors que son corps se couvrait progressivement de chair. Il aurait hurlé de douleur s'il avait eu des cordes vocales. Il savait très bien ce qui était en train de se passer.
Comme d'habitude à sa mort, Rozen l'avait baigné, habillé strictement et mit dans un cercueil. Ensuite, dans les heures qui avaient suivi, son corps s'était réduit en cendres, juste le temps que son âme arrive en enfer. Ensuite, il était revenu dans son corps. Chaque cendre redevenait de la chair, des tendons, des ligaments ou plus. Du sang devait commencer à couler du cercueil maintenant et il ne tarderait pas à être complet.
Il grogna un peu, gargouillant quand sa gorge redevint elle même et quand il put bouger les doigts, il constata que son corps était de nouveau complet. Ses habits étaient rigides, sans doute la même chemise et le même pantalon d'un blanc immaculé que d'habitude. Il ne savait pas pourquoi Rozen s'obstinait à faire ça puisque ces fringues seraient inexorablement tâchées de sang, autant l'habiller en noir ! Ou en rouge putain !
Il ne savait pas combien de temps avait passé depuis qu'il était revenu mais il lui semblait que d'habitude c'était moins long. Il avait senti le cercueil bouger un peu, avait entendu des voix mais tout cela était tellement confus. Il avait même cru entendre des sabots de chevaux. Mais ça ne pouvait pas être possible, Rozen n'aurait jamais autorisé quelque chose à quatre pattes pénétrer dans la chambre funéraire du manoir Condé.
Quand il constata que le cercueil ne s'ouvrait pas de lui même, Taesch commença à paniquer. Et il comprit. Merde, merde ! Il avait dit à Rozen la première fois que s'il ne revenait pas en trois jours, il faudrait le considérer comme mort et brûler son cercueil selon les coutumes satanistes. Oui, Taesch avait dérogé à la grande règle familiale en devenant sataniste et non catholique. Oh Rozen avait failli mourir de colère ce jour là. Et avec l'Infection peut-être bien que son foutu corps avait mit plus de temps. Et là il était … est-ce qu'il l'avait fait enterré sous terre selon les coutumes catholiques ? OH l'enfoiré !
“ Putain de merde, tu vas craquer oui ? ”
Il poussa de toutes ses forces, espérant de pas se trouver dans le sépulcre des Condé quand il réussit à casser ce qui semblait être le verrou du cercueil.Il y avait de la lumière et il entendit une clameur pleine de surprise. Ses yeux s'habituèrent vite à la lumière et se réduisirent comme ceux d'un chat – une spécificité qu'il avait depuis qu'il était mort la troisième fois. Okay, il était dans la salle de cérémonie du temple sataniste.
Il se redressa et une autre clameur s'éleva. Passant une main dans ses cheveux pleins de sang, il sourit doucement. Il y avait là tout le monde, tous ses proches. Sauf Yvan, bien sûr. Il n'était pas comme ça. En se raclant la gorge, il s'assit plus confortablement.
“ Vous vous y attendiez pas hein ? Taesch Condé saura toujours vous surprendre. ”
Il vit quelques femmes faire un malaise et quelques hommes aussi. Le prêtre s'agenouillait, se prosterna même devant lui, entamant une incantation assez gênante. Quand il eut fini, il loua le Diable et le remercia d'avoir ramené Taesch à la maison. Les autres prêtres l'imitèrent et Taesch s'assit sur le bord de cercueil. Le verrou était à terre et il sourit doucement. Wow, est-ce qu'il était plus fort ?
Il regarda son reflet dans un des immenses candélabres disposés de part et d'autre du cercueil – ils faisaient plus de sa taille, même – et il constata qu'une sorte de tatouage parcourait une partie de sa mâchoire et un peu de son cou. Oh bordel non, il connaissait ça, c'était ses veines. Elles étaient noires et gonflées quand il était mort mais … elles semblaient être restées un peu grises. Ce n'était pas déplaisant. Il constata avec plaisir que sa respiration n'était plus utile. Il avait toujours un peu peur que ce genre de choses ne restent pour toujours.
Il tourna la tête vers l'assistance et fit une petite révérence, souriant comme jamais. Wow, sixième vie. S'il se fiait aux chats, il lui en restait trois, de quoi faire des jaloux. L'assistance était muette alors il sourit doucement et sauta à bas de son cercueil.
“ Bah alors, c'est quoi ce silence de mort ? Au fait, y'a un buffet ? Parce que je meurs de faim. ”
C'est seulement à ce moment là qu'il pensa à Yvan. Il perdit tout sourire et lui jeta un regard humide sur la foule paniquée et révérencieuse. Partir sans avoir pu lui dire au revoir lui aurait quand même fendu le coeur mais c'était encore pire de constater qu'il n'était même pas venu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 87
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   Mer 23 Mar - 20:26

L
a cloche sonna lugubrement dans tout Gothik City. Une foule compacte se pressait devant le temple, tous avaient revêtu leurs tenues les plus sobres et respectueuses, pour rendre hommage au mort. Tous, sauf Yvan von Dast.
Le prince avait clamé que ça ne l'intéressait pas et qu'il se fichait bien que Taesch soit mort, ça ne changerait rien à sa vie. A cette annonce, il avait bien vu son père se tendre et frémir, il se retenait de le gifler. Sa mère, par contre, ne s'était pas donnée cette peine et avait bien montré sa colère envers son fils aîné.

La claque datait de plusieurs heures et malgré ça, Yvan sentait encore des picotements dans sa joue. Il grimaça à ce souvenir et détourna son regard du temple. La cérémonie allait commencer. Il refusait d'assister à ça. A Luscka, il avait dit qu'il était même soulagé que Taesch soit décédé et que l'Infection avait finalement eu du bon. Son meilleur ami n'avait pas semblé aussi satisfait que ce à quoi il s'attendait, mais peu importait. De toute façon, il ne voulait pas que quelqu'un connaisse la vérité.
Il s'éloigna, remontant la pente glissante du toit sur lequel il était perché. Il pleuvait, évidemment. Bien sûr, il pleuvait souvent dans cette ville, mais on avait tendance à donner une raison aux événements climatiques lors des drames importants. Il était certain que le prêtre dirait que le ciel le pleurait aussi.
Une fois sur l'autre versant, Yvan s'allongea sur les tuiles mouillées et observa les étoiles comme s'il voulait les compter. La lune était nouvelle cette nuit. Elle se cachait, pour marquer sa tristesse. Taesch adorait les nuits de pleine lune. Il aimait son côté loup. Et c'était tellement surprenant qu'Yvan sache quelque chose comme ça à son sujet.
En fait, sans vraiment y faire attention, il avait choisi ses vêtements comme tous les autres nobles qui se rendaient à l'enterrement. Il avait enfilé un cuir serré qui moulait ses fesses, une tunique noire opaque très élégante, un collier en cuir noir ras-de-cou et un manteau au col officier, noir bien sûr. Au niveau des reins, la tissu était fendu au milieu et s'arrêtait au niveau de ses mollets. Il savait que Taesch aurait aimé. Du moins, c'était ce qu'il aimait se dire. Il avait même laissé ses cheveux flotter en boucles indisciplinées autour de son visage durci par le deuil. Comme c'était bête que Taesch soit trop mort pour voir ça.

Un concert de cris le fit se redresser aussi sûrement que si quelqu'un venait de le piquer dans le dos. En quelques enjambées, il avala la distance qui le séparait du bord du toit et sauta à terre. Il atterrit lourdement, laissant ses bottes amortir le choc comme elles le pouvaient. Bien qu'ayant encore des fourmillements dans les jambes, il se précipita dans le temple, alors qu'un autre chœur s'élevait. Cela ne sonnait pas comme de la peur, plutôt comme une grande surprise.
Comme il poussait les doubles portes du lieu de culte, il découvrit tout le monde debout. Les regards convergeaient dans une même direction, à l'exception de celui du prêtre, évanoui sur son autel au milieu de bougies renversées. Yvan imita l'assistance et écarquilla les yeux. Non. Pas possible.

Le prince fendit la foule, plus en colère que jamais. Il bousculait les nobles sans se soucier de leurs protestations et il avait une conscience parfaite de sa dague, glissée dans sa botte. Quand il l'eut atteint, il se posta un instant devant lui, comme pour s'assurer que ses yeux ne l'illusionnaient pas. Pourtant c'était bien lui, dans ses vêtements de cérémonie tâchés de sang. Les mêmes yeux blancs terrifiants, le même air arrogant et cette même posture insupportable. Yvan banda ses muscles et plongea son poing dans la figure du vampire ressuscité.
Autour de lui, on s'agita. Il sentit des mains tenter de le retenir alors qu'il empoignait Taesch par le col de sa veste. Le tissu était encore humide. Ce n'était pas normal. Il s'en foutait. Utilisant la puissance que lui conféraient ses tatouages, il le souleva et le fit passer à travers un vitrail représentant le serpent du jardin d'Eden, qui était en fait un homme gigantesque avec un avantage sexuel indéniable, debout nu devant une Eve agenouillée, nue elle aussi, les lèvres posées sur l'extrémité de son pénis exagérément gros. Ce n'était pas une grosse perte.

Il se glissa par la fenêtre à la suite de Taesch et se posta devant lui, les poings serrés, ses yeux irradiants de colère. Il y avait tellement de choses qu'il avait envie de lui dire, il ne savait pas par où commencer. Peut-être…

« Comment tu as pu faire une chose pareille ?! Simuler ta mort ?! Laisser tout le monde en plein désarroi ?! »

Evidemment, tout le monde les observait et il détestait cela. S'il le pouvait, il les téléporterait dans un endroit plus tranquille. Cette situation, contrairement à ce que ses mots pouvaient laisser entendre, était intime, du moins c'était ainsi qu'il la ressentait.
La vérité, c'était qu'Yvan ne s'en foutait pas du tout de la mort de Taesch. Il devait même en être le plus attristé de tous.
La raison pour laquelle il avait refusé d'assister à l'enterrement était qu'il n'était pas encore prêt à accepter la terrible vérité.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rainbow Prince
Messages : 66
Date d'inscription : 22/03/2016

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   Jeu 24 Mar - 12:59

L'Heure du Loup


Taesch Condé et Yvan von Dast - Nuit 1 de la Sixième
Un coup d’œil sur les vitraux qui couvraient le mur ouest du temple lui permettait de se rendre compte qu'il n'y avait pas de lune ce soir. Voilà donc au moins trois nuits qu'il était décédé de l'infection peut-être quatre. Il se sentait terriblement mal à l'idée de s'être enfermé et d'avoir demandé à Rozen de venir le récupérer quand il serait mort mais il n'y avait pas d'autre solution : personne n'avait trouvé un remède à l'infection.
La foule commençait à se calmer un peu et il constata avec une joie non dissimulée qu'Holly n'était pas tombée dans les pommes. Elle fronçait les sourcils avec un regard si sévère qu'il ne pouvait que comprendre qu'elle voulait savoir comment il avait pu revenir et si cela mettrait en danger sa famille. Elle ne s'était jamais opposé au semblant de relation qu'il avait eu avec Yvan mais lui avait fait jurer de ne jamais rien faire pour mettre en danger les Von Dast, que cela ruine leur histoire d'amour ou pas.
Au début, il n'avait pas comprit. Et puis, alors qu'Yvan proposait un plan de guerre et que la moitié du conseil le soutenait, Holly avait viré ses yeux vers lui et il avait eu une illumination. Bien forcé de s'opposer à Yvan, pour la sécurité de la Cité et parce qu'ils n'avaient pas les effectifs nécessaires à l'abattage des milliers de soldats Modernis, il s'était prononcé pour le non et Yvan avait refusé de lui parler pendant trois mois.
Oh Yvan … Où pouvait-il bien être maintenant que Taesch était revenu ? Il savait parfaitement qu'il ne se souciait pas vraiment de lui alors comment pouvait-il espérer qu'il vienne ? Il devait probablement être avec Von Hochen et Clair et trinquer à sa mort. Mais non, le Duc était là et soutenait Elijah qui s'était évanoui. Clair était dans le fond de la salle mais Taesch pouvait voir ses larmes et ses yeux pleins de soulagement de là où il était.
Le prêtre Parlick – Taesch le reconnaissait parce qu'il avait une mèche blonde assez laide qui retombait sur son front – se pressa pour lui apporter du sang dans un calice en or. Eh mais, c'était le calice des mariages ça ! Ohlala, il avait du prendre le premier contenant qui venait.
Emilien se dirigea vers lui pour l'étreindre mais Taesch le repoussa doucement. Il voulait finir de boire, à gorgée lentes. Tous ses conduits n'étaient pas complètement reformé et il lui faudrait au moins trois jours pour récupérer une voix normale. Celle-ci était moqueuse et sympathique mais rauque et éraillée, comme s'il était soudainement tombé malade. La réalité étant qu'il était soudainement tombé mort.
Il avait juste hâte de rentrer à la maison. Il voulait se coucher dans son lit, respirer le parfum de l'huile de jasmin et s'endormir. Certains diraient qu'il avait déjà bien dormi mais en réalité, voilà quatre jours qu'il n'avait pas fermé l'oeil.
Et puis, une nouvelle clameur s'arracha de la foule et Yvan en sortit. Il était si beau que le coeur de l'assassin fondit automatiquement. Ses cheveux étaient libres, sa tenue était on ne pouvait plus appropriée pour un rendez-vous avec Taesch et il sentit presque son cœur battre dans sa poitrine. Si ses canaux lacrymaux avaient été reconstitués, il en aurait pleuré. Yvan venait là, juste pour lui. Il était juste en retard.
Yvan s'avança vers lui jusqu'à lui donner un coup de poing. Ouhla, ça devait faire mal. Heureusement Taesch ne pouvait pas le savoir. Il laissa Yvan le faire passer à travers un vitrail – son préféré de ce temple – et il se retrouva sous la pluie battante. L'humidité lava un peu ses vêtements et il releva les yeux, ses cheveux plaqués contre son visage. Déglutissant, il laissa sa mâchoire se guérir et sourit doucement.
Yvan était en colère et visiblement ému. Taesch lui accorda un sourire. Le Prince Noir exerçait toujours un tel envoûtement sur lui qu'il ne pouvait jamais lui en vouloir. Malgré tout ce qu'on pouvait dire, Yvan était celui qui avait une emprise sur Taesch, pas le contraire.
“ Wow, ce genre de coup doit faire mal, heureusement que mes nerfs ne sont pas encore actifs ! Oh Yvan … Tu t'es fait beau pour me voir, je suis tellement honoré ! Tu es terriblement beau comme ça.”
Il devait parler un peu plus fort pour couvrir le bruit assourdissant de la pluie, pour qu'Yvan le comprenne bien. Cela rendait sa voix encore plus râpeuse et éraillée, donnant une image si faible de lui qu'un prêtre se précipita pour le couvrir d'un manteau de fourrure. Taesch le repoussa d'un geste et remarqua que tout le monde les regardait. Peu lui importait.
“ Oh mais Vanille, j'étais mort ! Tout le monde a pu voir mes cendres dans le cercueil il y a deux jours si Rozen a respecté les usages ! ”
Il se tourna vers son public, les prenant à parti. Emilien hocha lourdement la tête, suivi d'Holly qui avait toujours l'air de se noyer dans une incompréhension désagréable. Il se rapprocha de lui et ferma doucement les yeux. Déglutissant, il l'enlaça. Il s'en fichait de le tâcher. Il voulait juste une étreinte, se sentir un peu aimé pour une fois. Il s'éloigna bien rapidement et frissonna.
“ Je suis désolé d'être parti sans te dire au revoir mais ne sois pas jaloux, personne ne savait que j'allais mourir à part Rozen ! Et puis, le Diable nous a accordé une seconde chance ! ”
Il ne pouvait pas dire devant tout le monde qu'il avait l'habitude de mourir. En tout cas, il se sentait heureux. Et il avait faim. Dans le temple, son calice de sang était renversé par terre, répandant le liquide rouge et poisseux sur les marches. Quel gâchis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 87
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   Ven 25 Mar - 21:44

T
aesch se remit sur pieds, sans se départir de son sourire. Yvan ne savait pas s'il était heureux d'être vivant ou s'il se moquait de lui. A la réflexion, il devait être heureux de pouvoir se moquer de lui. Le prince était furieux et tout le monde pouvait le voir. Les gens agglutinés derrière la fenêtre brisée, comme ceux qui avaient fait le tour par la porte d'entrée du temple et qui se tenaient à présent à quelques mètres. Yvan était fier de ne pas reconnaître Luscka du coin de l’œil dans cette foule-là.
La colère le dominait, mais elle n'était pas seule. Au fond, il était aussi soulagé et ne cessait d'observer Taesch attentivement. Même avec ses cheveux ainsi collés par la pluie sur son visage, il était magnifique et il avait envie de l'embrasser, ce qui était tout bonnement inacceptable. Les tâches de sang se diluaient à cause de la pluie qui trempait son costume blanc, donnant l'impression qu'il saignait.
Quand le vampire parla, il rompit le charme qui avait osé s'emparer un instant d'Yvan. Voilà qu'il le complimentait, comme si c'était le moment.

« Evidemment que je me suis habillé, idiot ! tempêta le prince. Toute la ville est en deuil à cause de toi ! »

Il était absolument hors de question qu'il admette avoir apprécié un compliment de la part de Taesch, encore plus qu'il puisse penser qu'Yvan ait fait un effort pour lui. Ces vêtements, il n'avait même pas réfléchi pour les prendre. Ils étaient juste… Tombés sous sa main, voilà ! Il avait peut-être un peu hésité, mais ce n'était pas comme s'il les avait vraiment cherchés. A part son collier, il s'était même mis dans un état de panique impossible quand il pensait l'avoir perdu et avait éventré un tableau de sa chambre.

L'un des prêtres surgit soudain sur sa gauche, un pan de fourrure dans les mains. Il fixait Taesch comme s'il était un être merveilleux. Yvan fit la moue et eut soudain très envie d'arracher la tête de ce prêtre. Quand l'autre vampire repoussa le manteau, il s'en trouva assez satisfait et regarda l'intrus comme s'il les avait dérangés en pleine conversation privée. D'ailleurs, personne d'autre n'avait encore osé intervenir. Même ses parents. Même sa mère. Il n'avait aucune idée de l'endroit où elle pouvait être d'ailleurs, sans doute était-elle restée à l'abri de la pluie, à l'intérieur du temple.

« Vanille. » Yvan fronça fortement les sourcils. Il détestait que Taesch le surnomme ainsi, en particulier en public. Il espérait que personne n'avait fait le lien avec lui. Parce que c'était complètement ridicule, a fortiori le concernant.
En tout cas, il avait raison. Tout le monde avait pu voir ses cendres. Tout le monde convié, à l'exception d'Yvan.

Lorsqu'il avait appris la nouvelle de la mort de Taesch, Yvan était en train de nettoyer ses armes à la caserne. Rayonnant de propreté, Rozen était venu à lui, pour parler de choses et d'autres, ses ennuyeuses formalités habituelles. Et puis, à la fin, il lui avait annoncé tranquillement que Taesch était mort, avant de partir légèrement. Le monde autour d'Yvan avait alors disparu. Il s'était levé et était rentré au château, comme éteint. Une fois dans sa chambre, il s'était appliqué à tout détruire. Puis, il s'était rendu chez Luscka. Il n'avait pas pleuré, parce que Luscka n'avait jamais aimé Taesch. Il avait juste bu jusqu'à s'évanouir d'ivresse, ce qui avait pris un certain temps. Quand il s'était réveillé, la visite des cendres de Taesch était terminée. De toute façon, il n'avait jamais eu l'intention de s'y rendre.
En fait, se rendit compte Yvan, il n'avait pas encore pleuré Taesch. Et il ne le ferait sans doute jamais. A moins que le vampire ne décède à nouveau. Eventuellement.

Yvan ne répondit pas à la remarque de Taesch, tout le monde était trop pressé de lui donner raison de toute façon, alors à quoi bon. Le prince jeta un regard noir à la foule pressée à côté d'eux sous la pluie, pour faire bonne mesure. Il remarqua que sa mère était là, tout compte fait, mais elle semblait dans un état qui rendait impossible la moindre parole. Tant mieux, parce qu'elle aurait probablement donné son avis haut et fort, ce que ne souhaitait pas Yvan, pour rien au monde. Alors qu'il réfléchissait à un moyen de se retrouver seul avec Taesch un petit moment, celui-ci se jeta dans ses bras. Surpris, Yvan leva les bras, en espérant que la chose qui s'accrochait à lui retombe d'elle-même. Ce qui finit par arriver, sous les murmures d'incompréhension de la foule. Il commençait vraiment à en avoir assez de la présence de ces indésirables.

Surpris de ce qu'il venait d'entendre, le prince fixa son regard orageux sur Taesch. Puis il parcourut l'assemblée à la recherche de Rozen. Rozen savait ? Pourquoi ? Comment avait-il osé les tenir dans le secret ?! Quel sale… ! Il ne pensait pas être un jour aussi déçu du conseiller, qu'il avait toujours immensément respecté.

« Bien. Partons d'ici. »

Il pivota vers son père et sa compagnie endeuillée, puis proclama d'une voix forte :

« Taesch Condé a besoin de se nourrir. Je l'emmène chasser. Rentrez chez vous. »

Il y eut un petit mouvement, des murmures et des protestations. Yvan soutint le regard réprobateur d'Emilien, puis fit volte-face. Il empoigna Taesch par le bras et commença à l'entraîner dans les rues détrempées. Le nourrir, ce n'était qu'un prétexte, même s'il était évident à sa tête qu'il avait besoin d'une bonne dose de sang. Mais ce qui motivait Yvan, c'était surtout la perspective de pouvoir lui parler seul à seul. Aussi il espérait que Taesch n'allait pas se rebiffer.  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rainbow Prince
Messages : 66
Date d'inscription : 22/03/2016

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   Sam 26 Mar - 15:39

L'Heure du Loup


Taesch Condé et Yvan von Dast - Nuit 1 de la Sixième
A chaque séjour, le vieux vampire se souvenait un peu plus des enfers. Cette fois-ci, il avait bu le thé avec quelques démons assez gentils qui lui avaient dit que quand il viendrait pour de bon, au moins, il saurait où se trouvaient les cuisines. L'un d'entre eux lui avait raconté son séjour au Pérou – Taesch pensait que c'était une sorte d'établissement étrange avec des lamas et des pyramides – et l'autre lui avait fait du charme. Mais Taesch était trop préoccupé par Yvan pour céder à ses avances.
En revenant, il s'était demandé ce qu'il pouvait bien y avoir derrière les montagnes. Un peu curieux, il avait envie de savoir. Et puis, d'un coup, il n'y avait plus pensé. Que lui importait ce qu'il y avait la bas, la vie était suffisamment compliquée comme ça. Il était fatigué et il pouvait sûrement faire mieux pour son retour que se poser des questions stupides. Comme demander à Yvan s'il comptait encore jouer avec lui longtemps.
Il se dit un instant que le jeune Prince n'en avait peut-être rien à faire de lui, en fait. Peut-être qu'il avait tout simplement envie de laisser tomber. Dans le fond du public, il reconnut un visage familier. Ayden Wortham était un invocateur, sous ses ordres. Plus précisément, juste sous les ordres d'Elijah. Il avait été l'un des premiers à s'engager, plus par amour de la chose que par la vague de mode que le Prince avait engendré sans vraiment le savoir.
Il était toujours très disposé à le servir du mieux qu'il pouvait et il était adorable, toujours en train de venir le voir, lui demandant si tout allait bien et s'il y avait quelque chose qu'il pouvait faire pour lui. Une fois, une unique fois, ils avaient bu ensemble. Yvan et lui s'étaient encore disputé et Ayden était toujours là pour ramasser les morceaux quand Taesch ne se sentait pas bien. Il se souvenait de l'avoir embrassé et de s'être excusé. Il n'était pas comme ça d'habitude, et puis, il aimait Yvan.
Et même maintenant qu'Yvan l'avait envoyé sous la pluie, même maintenant qu'il l'avait insulté et s'était énervé contre lui, Taesch continuait de penser que ç'avait été une erreur d'embrasser Ayden. Il ne trouvait vraiment aucune raison qui aurait pu le faire lâcher.
Taesch, tout adorable qu'il était, n'en était pas moins un sérieux prédateur. Quand il avait une proie sous la main, il ne la lâchait jamais. Et il refusait de lâcher Yvan parce que … eh bien tout simplement parce qu'il l'aimait plus que de raison. Le laisser tomber aurait été tout simplement horrible pour lui. Parce qu'il voyait bien l'éclat dans les yeux d'Yvan quand il lui disait qu'il l'aimait, il remarquait la façon dont il se penchait quand il le voyait, mettant ses lèvres à sa hauteur et il ressentait bien comme Yvan tremblait parfois d'émotion quand ils se disputaient.
Il frémit quand il tourna la tête et remarqua la présence de son manoir familial. Il n'était qu'une ombre pourpre à l'horizon mais il surplombait généralement les autres manoirs. Taesch avait toujours l'impression d'être observé par son frère, même si c'était stupide.
En déglutissant, le jeune homme se dit qu'Yvan était vraiment beau, en colère. Oh, il était tout le temps beau mais quand il tremblait de fureur, il dégageait cette espèce de bestialité qui donnait à Taesch envie de lu sauter dessus et de l'embrasser. Il baissa un peu les yeux, masquant son sourire sous ses longs cheveux trempés. Il mettrait encore longtemps à sécher mais s'il couchait avec Yvan devant un feu bien fourni, ça devrait aller.
Il avait envie de s'accrocher à lui et de ne plus jamais le quitter. Bon sang, il s'en fichait qu'il soit en couple avec Ulrick ou qu'il le haïsse, il voulait juste … être avec lui ! Il voulait vraiment passer le reste de sa vie à venir de coucher à une heure décente pour pouvoir le tenir dans ses bras avant qu'il ne dorme, partager des repas avec lui et prendre des bains les jours de pluie. Il avait même considéré le présenter à son clan.
Quand Yvan le saisit en disant qu'ils s'en allaient, il sourit jusqu'aux oreilles. Mais quelqu'un s'interposa, forçant Yvan à lâcher Taesch. Avec stupeur, le loup remarqua que c'était Ayden. C'était un solide jeune vampire, dans les cinq cent ans. Il devait faire la taille d'Ulrick mais ses larges épaules compensaient les centimètre qui lui manquaient pour égaler Yvan. Il avait un visage profondément gentil mais déterminé et Taesch vit que ses sourcils étaient froncés, avec stupeur. Il avait l'air remonté pour quelqu'un qui venait de se jeter dans les griffes du Diable.
“ Il y a tout le sang dont il a besoin dans le Temple, je pense qu'il devrait rester avec ses proches, les gens qui l'aiment vraiment. ”
Sa voix était rauque de colère et il était celui qui tenait le poignet de Taesch désormais. Souhaitant éviter un massacre, Taesch se défit de sa prise et passa une main sur sa joue et secoua la tête.
“ Ne t'en fais pas, Yvan prendra soin de moi. ”
Ayden lui jeta un regard peiné et s'en alla sans leur jeter un regard de plus. Le vieux vampire en profita pour prendre la main d'Yvan et l'attirer plus loin. La pluie cessa bientôt d'être aussi violente et ne fut plus que de la bruine. Il ralentit le pas et serra plus fort la main d'Yvan.
“ Tu sais Yvan … je n'ai pas encore mes crocs. En réalité, je ne les aurais pas avant un ou deux jours. Mais je suis terriblement heureux que tu aies voulu être seul avec moi. ”
Il regarda ailleurs alors qu'il lui parla et se mordit la lèvre. Il avait envie de tout lui raconter mais … Yvan en avait-il quelque chose à faire ?
“ Hm, tu sais Yvan, ce n'est pas la première fois que je meurs. C'est même la cinquième fois. Je suis rattaché à une prophétie ou quelque chose dans ce genre et je ne ferais qu'être renvoyé à chaque fois donc … c'est pour ça que je ne t'ai rien dit. Je pensais pouvoir mourir sans que personne ne s'en rende compte, comme d'habitude. Sinon j'aurais absolument voulu passer mes dernières heures avec toi. ”
Il avait les larmes aux yeux, voilà, c'était malin. Il ne voulait pas du tout que ça tourne comme ça mais il ne pouvait pas s'empêcher d'être émotif en présence de son seul et unique amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 87
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   Sam 26 Mar - 18:35

Y
van ne pensait pas rencontrer de résistance, pourtant quelqu'un eut le courage, ou plutôt le culot, de s'interposer. Taesch lui fut arraché et ses doigts se refermèrent sur sa paume, tristement vide, mouillée et glacée. Qui osait… ?
L'homme était assez grand et large pour qu'il n'ait pas simplement envie de se moquer de lui et de l'écarter de son chemin avec négligence. Yvan étudia une seconde son visage et le reconnut. C'était l'un des invocateurs de l'armée, un des hommes les plus proches de Taesch à la caserne donc. Un feu ronflant monta dans sa poitrine et il serra les dents en se retenant de lui sauter à la gorge. Il n'avait aucune vraie raison de faire ça, en plus tout le monde les regardait et il ne voulait pas susciter de fausses idées. Comme celle, tout à fait ridicule, qu'il puisse avoir des sentiments pour le ressuscité. Il voulait juste s'éloigner assez pour pouvoir l'engueuler en privé. Yvan avait un goût pour les remontrances quand c'était lui qui les faisaient.

« Et moi je pense que tu devrais éviter de contredire le général sans une arrière-garde, répliqua Yvan, incisif. Tu ne vaux pas grand-chose sans un démon pour se battre à ta place, n'est-ce pas ? »

L'invocateur et lui échangèrent un regard électrique, qui traduisait toute la haine que chacun ressentait soudainement pour l'autre. Jamais le prince n'avait ressenti une animosité aussi forte et rapide pour quelqu'un.

Taesch se rangea du côté d'Yvan et ils s'éloignèrent. Le prince sourit avec cruauté à l'intention de l'invocateur et s'éloigna en compagnie du chef des éclaireurs. Lorsqu'ils se furent assez éloignés du temple pour ne plus en voir que le toit qui se détachait au-dessus des autres bâtiments alentours, la pluie s'était calmée et ne tombait plus qu'en fines gouttelettes malmenées par le vent glacial. Les cheveux d'Yvan étaient plaqués sur son front, ses joues et sa nuque pour certains, alors qu'une masse plus importante, faite de boucles emmêlées par l'humidité, réussissait malgré tout à rester souple et volumineuse. Il devait avoir l'air ridicule.

Yvan écouta Taesch sans rien dire. Il pensait à l'invocateur. Pour qui se prenait-il à la fin ? Est-ce qu'il connaissait bien l'éclaireur ? Mieux que lui ? Et il avait osé le contredire, se dresser face à lui, comme s'il pouvait vraiment rivaliser ! Le prince brûlait de poser tout un tas de questions à Taesch. Celui-ci l'avait rembarré mais il était tout de même inquiet. Et puis, Yvan se reprit. Inquiet de quoi, vraiment ? Est-ce que ce ne serait pas plutôt une bonne opportunité à saisir que de laisser Taesch aux mains de ce type suspicieux ? Après tout, il lui avait maintes fois signifié son désir de mettre fin à leur relation.
Sauf qu'après la mort de Taesch, Yvan n'avait plus été si sûr de le vouloir. Il s'en était tellement voulu de l'avoir tant et tant repoussé. Du coup, que devait-il en conclure ? Il n'arrivait pas non plus à se faire à l'idée qu'il voulait l'éclaireur pour lui. Ce n'était pas possible, ce type l'exaspérait beaucoup trop.

Il rencontra alors le regard de Taesch, qui ne cessait de lui répéter qu'il aimait être seul avec lui. C'en devenait pénible. Yvan détourna les yeux en remarquant que ceux de l'autre vampire étaient humides et se passa la langue sur la lèvre, cherchant un moyen d'échapper à cette situation beaucoup trop émotive pour qu'il la supporte.

« Je n'ai pas menti, tu sais. Je voulais que tu te nourrisses. Et que tu aies des crocs ou non, cela m'importe peu. »

Il y avait cette histoire de prophétie aussi. C'était étrange, Taesch aurait une raison de vivre ? Quelque part, cela rassurait Yvan. Il répliqua avec acidité :

« Enfin, je savais bien que tu ne pouvais pas être aussi vieux rien qu'en ayant eu de la chance. Tu es tellement pénible à côtoyer que quelqu'un a forcément dû vouloir te tuer ! Voilà donc pourquoi tu traînes toujours dans les parages avec ta personnalité atroce ! »

Oui, il était horrible et non, il n'était pas certain de penser tout ce qu'il racontait. Mais il avait besoin de le repousser, parce qu'il ne s'était pas encore décidé sur ce qu'il ressentait.

« Et puis je n'ai aucun plaisir particulier à me retrouver seul avec toi. J'ai quelqu'un, tu te souviens ? Et toi, si tu te sens seul, tu n'as qu'à aller voir ce mec de tout à l'heure, cet invocateur. Je suis sûr qu'il sera ravi de te servir de dévidoir. »

Il soupira avec agacement et tourna la tête, les bras étroitement croisés sur son torse. Un humain imprudent passait dans la rue adjacente. Il puait la peur et il avait bien raison. Il ne s'était que trop attardé.
En quelques secondes, Yvan l'avait attrapé et rapporté, inerte, à Taesch. Il avait déjà mordu sa gorge et de la plaie béante s'échappait un important flot de sang, au rythme des battements encore puissants du cœur humain. Il poussa le corps dans les bras de l'autre vampire.

« Bois-ça. »

Du revers de sa manche, il essuya sa bouche pleine de sang. Ce n'était pas terrible et il n'avait même pas faim. En plus, cela lui semblait ridicule de s'occuper de cette façon de Taesch. C'était un peu comme s'il était une mère qui nourrissait son petit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rainbow Prince
Messages : 66
Date d'inscription : 22/03/2016

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   Dim 27 Mar - 13:19

L'Heure du Loup


Taesch Condé et Yvan von Dast - Nuit 1 de la Sixième
Comme la truite qui se débat hors de l'eau, Taesch avait un peu de mal à savoir quoi faire. Il avait terriblement envie de rester avec Yvan mais il était encore plus odieux que d'habitude. Il était plus fragile, sans doute parce que ça faisait un moment qu'il n'était pas mort. Sans doute parce que ça faisait un moment qu'il n'avait pas ressenti un tel vide. Il était triste à en pleurer qu'Yvan ne l'ait même pas embrassé.
Ils croisèrent une statue de lion, assez grossièrement taillé dans la pierre. De tous les animaux du désert, le lion était celui qui était préféré des Modernis, sans doute parce que sa crinière ressemblait au soleil étincelant. Généralement, une telle statue représentait que les humains pouvaient trouver refuge dans ce bâtiment en cas de problèmes. C'était un signe assez discret que la plupart des vampires ignoraient. A part ceux qui avaient des connexions partout dans la ville comme lui.
Le loup déglutit en se souvenant qu'il avait déjà partagé cette anecdote avec son amant mais Yvan ne releva pas. Il semblait perdu dans ses pensées et dans sa colère. Tant mieux. Taesch ne voulait certainement pas que le Prince se rue dans cet établissement – un magasin de fleurs – pour se défouler des récents événements qui avaient eu lieu. Ayden avait, semblait-il, réveillé une terrible colère en lui.
Il l'avait même provoqué après tout, arguant qu'il ne valait rien sans un démon. Cependant, le général devrait se méfier. Taesch était celui qui l'avait formé aux armes et il connaissait la plupart de ses bottes. Quand le loup était revenu de Modernis, Ayden ne savait rien faire de ses dix doigts. Il l'avait prit sous son aile et l'avait grandement aidé. Il avait aussi essayé de s'occuper d'Elijah mais ce dernier était toujours introuvable aux heures décentes d'entraînement.
En souriant doucement, il regarda le ciel. Il était beau ce soir, les étoiles leur souriait. Taesch était un peu triste que la lune se cache mais il savait faire avec.
Il ferma les yeux en songeant à son bonheur de ne pas être mort. En y réfléchissant, il aurait détesté rater le bal d'Ulrick. Actuellement, il avait vraiment envie de valser. Il ne dansait jamais avec Yvan parce que ce dernier n'avait jamais eu le bon sens de suivre en cours de danse mais cette fois ferait exception. Il voulait au moins danser  une fois avec lui, au moins une, avant de mourir.
Il frissonna en constatant que le froid était plus mordant que jamais, maintenant que la pluie avait presque cessé. Il était trempé et il avait envie de prendre un bain. Mais Yvan n'aurait de cesse de le suivre s'ils ne discutaient pas vraiment. Pour quelqu'un qui le détestait de toute son âme, il avait tendance à beaucoup le suivre et s'attacher à lui. En soupirant doucement, il passa une main dans ses  longs cheveux humides.
Taesch rit un instant quand Yvan lui assura qu'il voulait qu'il se nourrisse. Quelle tête de mule ! S'il voulait vraiment qu'il se nourrisse, il aurait pu commencer par ne pas renverser son calice. Oh, les prêtres devaient être dans tous leurs états en ce moment.
Yvan ne semblait pas comprendre qu'il n'était pas aussi fragile que ça. Certes, il aurait bien eu besoin d'un bon bâton de sorbier pour soutenir ses pas parce que ses chevilles faisaient un peu ce qu'elles voulaient à l'heure actuelle. Mais à part ça, son manque de croc et son pouvoir qui ne pouvait pas encore se déclencher, Taesch était parfaitement bien. Il avait un peu froid aussi mais ça passerait, comme le reste. Néanmoins, il ne le contredirai pas. Pour une fois qu'Yvan prenait soin de lui !
Quand Yvan commença à être vraiment horrible avec lui, Taesch lui lâcha la main. Il ne pensait pas un mot de ce qu'il disait, néanmoins ça lui faisait vraiment mal. En déglutissant, il le regarda aller chercher un humain. Comme s'il pouvait avoir la tête à ça.
Il avait comprit qu'il était jaloux quand il avait mentionné Ayden mais ce n'était pas une raison pour être aussi odieux. Il s'assit sur les escaliers qui menaient à une venelle un peu plus haut. Les degrés de pierre étaient mouillés et froids mais c'était toujours mieux que de rester debout. Quand Yvan revint, Taesch avait le regard aussi froid que le blizzard qui se levait.
“ Je ne veux pas de ton humain. Tu crois que je vais supporter encore longtemps la façon dont tu me traites ? Tu te crois spécial ? Bien sûr que je couche avec tout ceux que je veux. Je m'attache spécialement à toi uniquement parce que ton père a pitié de toi et m'a demandé de prendre soin de toi mais la plupart des gens avec qui je couche, même les humains, sont plus attirants et plus doués que toi. Je ne t'aime pas, Yvanov. ”
Il resta en silence un moment, écoutant le clac-clac des gouttes de sang qui tombaient de l'humain sur la pierre. Et puis, son sourire lui revint et il attrapa l'humain.
“ Tu vois, moi aussi je peux mentir et dire des atrocités que je ne pense pas. Donc arrête de me servir ton numéro de prince de glace. ”
Il plongea sur l'humain et se sustenta assez avant de le rejeter sur le côté. Il se leva quand ses chevilles allaient mieux et il sourit doucement en enlaçant Yvan.
“ Je t'aime Yvan, de tout mon coeur. Mais si tu continues de le piétiner, je finirais peut-être par lâcher prise. J'ai trop souffert d'aimer sans retour, je ne peux plus me permettre de passer deux mille ans à attendre. ”
Ses lèvres trempées de pluie et de sang se pressèrent contre celles d'Yvan. Il tremblait un peu. Les mots qu'Yvan lui avait asséné un peu plus tôt tournaient encore dans sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 87
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   Lun 28 Mar - 12:36

L
orsqu'il revint avec une proie étourdie, Yvan découvrit Taesch assis sur une marche. Il s'autorisa quelques secondes d'observation, avant que l'autre vampire ne le remarque. La pluie avait plaqué ses cheveux rouges sur son visage et lui donnaient l'air vulnérable. D'ordinaire, il trouvait déjà Taesch d'apparence fragile, même s'il savait que ce n'était que ça, une apparence. Présentement, avec ses vêtements trempés, il avait l'air d'un chaton perdu et abandonné. Et puis, il avait bien remarqué ce tatouage, qui courait sur son cou et sa mâchoire. On aurait dit des doigts très fins qui voulaient l'étrangler. Yvan tressaillit et fit un pas, sciemment bruyant, en direction de Taesch.

L'éclaireur dédaigna l'humain, qui pissait le sang dans les escaliers. Yvan se concentrait là-dessus en écoutant Taesch, qui prononçait des mots qui le blessaient bien plus qu'il ne l'aurait cru. Ses yeux étaient humides de larmes et la cascade de sang diluée de pluie lui apparaissait trouble. Il regarda une petite flaque se former au pied des escaliers, puis s'agrandir jusqu'à former une rigole qui courait dans sa direction. Il déglutit, ne sachant pas quoi répondre. Il s'était toujours dit que Taesch n'était pas sincère, qu'il se moquait de lui et que leur semblant de relation n'était pas viable sur le long terme. Pourtant, à force de l'entendre lui chuchoter des mots d'amour, il devait avoir fini par y croire au moins un peu. Avoir la confirmation de ses doutes était atroce. Il avait envie de mourir. Il voulait saisir cette dague cachée dans sa botte et se la planter dans le cœur, extraire l'organe froid et inerte de sa poitrine et l'écraser sous sa semelle. Peut-être qu'après ça, il pourrait redevenir le Yvan qu'il avait toujours été, le prince noir de Gothik City.

Taesch reprit la parole après une longue pause et Yvan releva la tête pour le regarder avec surprise. Son ton était différent et ce qu'il disait… Il n'était pas dupe alors ? Non, bien sûr que non. Lui-même ne se croyait qu'à peine, alors un vampire vieux de huit mille ans. Oui, il avait tenté de suivre les conseils de son meilleur ami, il avait tout essayé pour fuir Taesch, le repousser et ne plus penser à lui. C'était peine perdue. Quand l'éclaireur venait à lui, il était incapable de l'ignorer sérieusement. Et quand ce n'était pas Taesch qui lui rendait visite, c'était lui-même, après un temps d'absence qu'il estimait trop insupportable, qui venait rôder autour du vieux vampire.

Yvan ne répondit rien, se contentant de le regarder se nourrir, raide comme un piquet, les yeux emplis de tristesse et les poings fermés contre ses flancs. Il souffrait tellement, trop de choses venaient de se passer. Mais ces sensations ne s'en iraient pas en frappant quelque chose, ou quelqu'un. Cette fois, il se sentait terriblement mou et impuissant. Il n'était plus maître de ses décisions.
Après s'être assez nourri, Taesch vint le rejoindre et l'élancer. Yvan ne chercha pas à le repousser et enroula faiblement ses bras autour de lui. Ce n'était pas à proprement parler une étreinte, mais au moins il le touchait.
Le discours du métamorphe l'atteignit en plein cœur. Il ne voulait pas que Taesch renonce à lui. Il pensait : « Tiens bon, je t'en prie. J'y suis presque. » Il n'avait simplement pas la force de le dire. Il ne trouvait pas le courage d'accepter ses propres sentiments. Admettre qu'il puisse en avoir réclamait déjà de nombreux efforts de sa part.
Il baissa la tête en sentant Taesch relever la sienne. Une goutte d'eau se décrocha de l'une de ses mèches noires et s'écrasa sur les lèvres de l'éclaireur, avant de mourir sous leur baiser. Yvan l'enlaça fort cette fois, c'était plus facile quand il était question d'agir et pas seulement parler. Il pouvait prétexter s'être laissé emporter par l'action et l'excitation. Dans ses bras, Taesch tremblait légèrement. Il le serra plus fort d'un bras, plaquant sa main au bas de son dos. De ses autres doigts, il agrippa la cuisse du vampire et le souleva contre lui. Ouvrant les yeux, il avisa deux caisses empilées contre les escaliers de la ruelle. Il y porta Taesch et l'y assit, sans rompre leur baiser qu'il approfondit. Il était collé à lui, entre ses jambes, mais ce n'était pas assez près. Saisissant l'arrière de son genou, il l'attira d'un coup sec tout contre lui. Cette fois, ils n'auraient pu être plus proches l'un de l'autre, à moins de retirer ces maudits vêtements qui formaient une seconde peau. Comme pour l'énerver, la pluie s'intensifia en de grosses gouttes qui s'écrasèrent dans son cou. Cela n'arrêta pas le prince, qui pressa les cheveux de Taesch entre ses doigts, de minces filets d'eau se mirent alors à dévaler le dos de sa main. Son entrejambe allait et venait doucement contre le renflement discret du pantalon de Taesch tandis que sa main se glissait dans son dos, sous ses vêtements qui lui collaient à la peau. Ses baisers étaient chaotiques, il ne cessait de quitter les lèvres du métamorphe pour y replonger immédiatement.
Une larme dévala sa joue, se mêlant à la pluie. Il s'était trouvé si désespéré en apprenant qu'il ne reverrait plus jamais cet homme et que la dernière fois qu'il lui avait vraiment parlé, ça avait été pour lui dire des horreurs mensongères. Il devait se rattraper maintenant, cesser de faire semblant. Même s'il n'arrivait pas à le dire vraiment, il pouvait au moins lui montrer qu'il l'aimait.  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rainbow Prince
Messages : 66
Date d'inscription : 22/03/2016

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   Jeu 31 Mar - 16:17

L'Heure du Loup


Taesch Condé et Yvan von Dast - Nuit 1 de la Sixième
Les gouttes d'eau tombaient avec une régularité effrayante sur la pierre du sol, faisant apparaître une symphonie lugubre et désordonnée. Presque mélodique. Il était un grand amateur de musique, jouant du piano lui même, et il n'était pas en reste quand il s'agissait de composer. Mais jamais aucune création humaine ou vampirique ne pourrait lui procurer le même sentiment de bien être que la pluie tombant sur sa ville.
Le temps de ces dernières semaines était de plus en plus chaud et fermait la porte sur l'hiver, peu à peu. Il y avait eu un regain de froid mais ce n'était pas grand-chose comparé aux habituelles bourrasques du plein milieu de la saison des glaces. Bientôt, les températures remonteraient au dessus de zéro et Taesch pourrait pleinement apprécier les pluies d'été qui pouvaient monter jusqu'à dix degrés. Une véritable canicule.
En y réfléchissant, il avait toujours plus ou moins habité le château du fait de sa parenté avec le Comte, le tout premier Von Dast. Les murs de moellon gris, de pierre froide avaient toujours eu ce contact dur qui le préservait de l'humidité tiède de la saison chaude. C'était toujours quelque chose de très désagréable pour lui, de sentir la pluie d'été se faufiler dans ses vêtements. Il avait toujours préféré la dureté et la stabilisé de la glace. Ou de la pierre.
Il ferma les yeux en se nourrissant. Oui, il préférait consommer son sang froid ou du moins, frais. C'était une des raisons qui faisait qu'il ne chassait pas beaucoup. Déglutissant, il se rendit compte que rien, rien au monde, ne lui aurait fait plus plaisir que cet humain soit refroidi depuis un moment. Mais finalement, du sang était du sang et puis, il en avait bien besoin. Il avait besoin, en réalité, d'un peu plus de vie. Le pauvre hère n'aurait pas dû passer par là.
La proie n'était cependant pas morte, ce qui expliquait pourquoi elle était aussi chaude. Taesch pouvait le sentir dans son sang, puissant et délicieux. Chacune de ses expirations produisait un petit sifflement, quelque chose d'à peine audible. Bientôt, le cœur ralentit et Taesch comprit qu'il s'était beaucoup trop nourri. Cependant, il n'arrivait pas à s'arrêter. Il avait si faim, une faim qui le dévorait de l’intérieur. S'il devait s'arrêter et lâcher cet humain, il en mourrait.
Une fois qu'il eut aspiré tout le sang qu'il pouvait, il laissa tomber l'humain à terre. Il détestait tuer inutilement mais il n'avait pas su s'arrêter. Le sang goûtait sur son menton et il fut soudainement ravi que la pluie puisse l'aider à se débarbouiller. Il releva les yeux vers le ciel qui semblait vouloir montrer combien il était mécontent et se lava le visage, sommairement. Il se sentait de nouveau vivant. Il était de nouveau Taesch. Ses crocs commençaient à pousser et il passa sa langue dessus, goûtant la pluie.
Le vol noir d'un corbeau traversa son champ de vue avant que l'oiseau n'aille se poser sur une branche du vieux peuplier derrière le Prince Noir. Il semblait les observer et Taesch fut soudain mal à l'aise, se sentant obligé de détourner le regard.
Il n'accorda plus d'importance à l'oiseau et, dans les bras d'Yvan, tout lui sembla meilleur. Il n'avait plus mal aux chevilles, ses dents poussaient peu à peu et il sentait poindre l'envie de matérialiser sa partie animale. Mais pas encore. Il ne pouvait pas gâcher de l'énergie. Il savait qu'il mettrait du temps à retrouver son entièreté et tout serait ensuite parfait. Il pouvait tout simplement attendre. Généralement, il mettait une petite semaine à se remontrer en public.
Il gémit quand Yvan vint l'embrasser, collé contre lui et se serra plus fort. Il essayait d'être le plus collé à lui. La pluie collait leurs vêtements sur leurs peaux et rendaient le contact rapproché plus aisé. Néanmoins, il se sentait toujours trop loin de lui. Déglutissant, il se rendit compte qu'ils étaient toujours dehors. Yvan n'osait jamais l'embrasser que dans l'intimité de sa chambre. Ils avaient fait un grand pas en avant aujourd'hui.
Soudain, Yvan décida que ce n'était pas assez. Déglutissant, Taesch sentit Yvan le porter comme s'il était aussi léger qu'une plume et le poser sur de grosses caisses empilées non loin de là. Yvan vint entre ses jambes et Taesch ressentit une vague de panique, coupant nette son envie de proximité. Si Yvan descendait de le prendre, il ne pourrait rien faire pour l'en empêcher, il était encore trop faible, bien trop faible.
Mais Yvan ne le força pas à quoi que ce soit. Il ne fit que se frotter à lui et l'embrasser, toujours très violemment. Ils étaient plus proche que jamais et Taesch reprit peu à peu envie d'être avec lui, contre lui. Les baisers avaient goût d'eau mais peu lui importait au final. Ils étaient les baisers d'Yvan et c'était tout ce qui comptait.
Il remarqua deux hommes encapuchonnés. Déglutissant, il se rendit compte qu'ils faisaient partie de sa meute. Il pouvait reconnaître son appartenance à leur cercle. Que faisaient-ils là ? Déglutissant, il eut, grâce à cela, le courage de repousser Yvan. Ils étaient toujours collés cependant.
“ Attends, attends… Est-ce que tu as mit à plat ton histoire avec Ulrick ? Je vous ai vu vous embrasser assez … chaleureusement la dernière fois que je suis venu te voir à la caserne. Et ne me dis pas que je me suis trompé, sa langue était dans ta bouche et vice-versa. ”
Il n'avait pas envie de baser sa relation sur un mensonge de plus. Il avait envie qu'ils soient honnêtes l'un envers l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 87
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   Jeu 31 Mar - 17:40

L
e monde autour d'Yvan et Taesch avait disparu. Il n'y avait plus pour le prince qu'eux deux, leurs torses pressés l'un contre l'autre, leurs baisers erratiques et leurs entrejambes s'excitant l'une l'autre. Le goût du sang diluée d'eau de pluie donnait à la bouche du métamorphe une saveur particulière, qui le rendait plus excitant encore. Yvan respirait à pleins poumons son odeur, qui n'était pas celle du chien mouillé comme il le lui avait déjà dit à seule fin de l'ennuyer. Non, Taesch sentait la pomme mêlée de cannelle, sans doute à cause des encens et des bougies qu'il persistait à allumer dans ses appartements. Yvan avait appris à aimer ce parfum, qui réveillait en lui un désir pressant. La peau du vampire était un peu rêche, couverte de traces de sang séchées, mais dessous, elle était douce. Fine. Ses doigts l'accrochaient à cause de la pluie cependant.
A cet instant, le prince aurait adoré lui arraché cette chemise qui se plaquait, possessive, sur son dos. Il aurait adoré tant d'autres choses encore.

Un coup de son propre bassin, un peu plus fort que les précédents, fit monter en lui une vague de désir brûlant et pressant, qui l'obligea à relâcher un gémissement rauque. L'instant d'après, il cueillait un regard de Taesch puis fondait de nouveau sur ses lèvres. Il le désirait autant qu'il avait été peiné par la nouvelle de sa mort.
Comme il envisageait de les dénuder, l'autre vampire interrompit leur baiser pour lui parler d'Ulrick. Les mots qu'il lui asséna le transpercèrent aussi facilement que l'auraient fait des épées affûtées et il recula de deux pas. Il jeta un regard noir de reproches et d'incompréhension à Taesch, qui était resté sur sa pile de caisse. Il voyait son érection à travers le tissu trempé de son pantalon blanc tâché de rouge, imaginant sans mal que pour lui, ce devait être encore plus visible. Il voulait tellement ignorer sa question et le serrer de nouveau contre lui. Seulement, c'était impossible, car le métamorphe avait l'air tout à fait sérieux.

« C'est une plaisanterie ? tenta néanmoins Yvan. Ulrick ? Mon frère Ulrick ? L'embrasser de cette façon ? MOI ? Est-ce que tu te rends seulement de l'absurdité de tes inepties ? »

Il n'avait jamais vu Ulrick de cette façon et cela ne se ferait jamais, pas plus que pour Lucie ou Elijah. C'était tout simplement dégoûtant, il les avait vus grandir. Il les avait vus naître. Taesch ne pouvait pas réellement croire à cela ?

« Tu as dû le rêver, même si je commence à avoir de sérieux doutes à ton sujet s'il s'agit là de tes fantasmes. Taesch, pourquoi est-ce que tu me fais ça maintenant ? Alors que pour une fois, je... »

Il n'alla pas plus loin, c'était trop dur d'admettre qu'il avait été un con pendant tout ce temps et qu'il avait eu une sorte d'illumination. Qu'il avait fallu la mort de l'être aimé pour qu'il commence réellement à accepter cette chose en lui. Ce sentiment.
Yvan passa sa paume sur son visage pour en balayer l'eau et croisa les bras. Il était furieux. Furieux d'avoir été interrompu, furieux d'être loin de Taesch, furieux que son pantalon moule si bien son désir sexuel alors qu'il avait Ulrick en tête.

Yvan réfléchit quelques instants. Il se souvenait parfaitement de la dernière fois où il avait embrassé quelqu'un. Il devait le lui dire, c'était une preuve, non ? Certes, Ulrick avait été là, mais ils n'avaient fait que parler. Et puis, il était tellement fatigué.

« La dernière langue que j'ai touché, Taesch, c'est la tienne. Cette fois où je t'ai dit… Où je t'ai menti. Tu le sais, n'est-ce pas ? Que je n'avais jamais eu personne. Sinon tu ne serais pas revenu après coup pour m'embrasser alors que je dormais à moitié. Ensuite, Ulrick est revenu et nous sommes rentrés au château. Voilà tout ce dont je me souviens de la dernière fois où j'ai embrassé quelqu'un. »

Il était sûr de lui. Après tout, comment aurait-il pu en être autrement ? Après coup, il s'était dit que Taesch avait cru à son mensonge finalement, puisqu'il n'était pas revenu le voir. Comme il avait regretté après cela. Comme il avait hésité à lui rendre visite ! Mais il avait tenu bon, parce qu'il avait enfin réussi à suivre un conseil de Luscka et à s'éloigner de cet homme avec lequel il avait une relation impossible.
Certes, maintenant, il pensait différemment. Maintenant, même se tenir à deux pas de lui était douloureux. C'était juste trop tôt. Il voulait s'assurer que Taesch était vraiment revenu.

Un bruit, très léger, l'alerta. Il se retourna vivement et vit deux ombres qui tentaient de se dissimuler. Lentement, Yvan se baissa et ramassa un morceau de brique qui s'était fracassée sur les pavés. Puis, rapide, il leur jeta à la figure.

« Dégagez d'ici ! »

Il savait que les gens pouvaient être pervers, mais de là à espionner des gens de cette façon… Les voyeurs !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rainbow Prince
Messages : 66
Date d'inscription : 22/03/2016

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   Mar 5 Avr - 22:00

L'Heure du Loup


Taesch Condé et Yvan von Dast - Nuit 1 de la Sixième
Même s'il aurait bien mérité une nuit entière de méditation dans le bois, il n'aurait rien donné au monde pour quelques heures de repos. Il voulait être avec Yvan même si cela faisait de cette fois sa réincarnation la plus mouvementée. Mais c'était aussi cela l'amour, une route tumultueuse, remplie d'embûches et toujours très agitée. Avec Yvan, l'amour était encore plus éprouvant. Mais Taesch n'était pas du genre à abandonner comme cela.
Demain, quand son corps serait en train de se reposer et formerait les derniers petits nerfs, les derniers petits tendons, il irait se réfugier dans l'atmosphère paisible et douillette de la bibliothèque. Il irait peut-être se balader dans les jardins et peut-être même irait-il voir quelques connaissances. Il éviterait Yvan comme la peste parce qu'il avait besoin de repos. Mais aujourd'hui, il était juste beaucoup trop heureux que le prince lui manifeste de l'intérêt.
Comme Rozen, son frère et co-conseiller comtal, il était terriblement seul. Il avait traversé les âges en n'essuyant que quelques morts, quelques dommages et n'avait pas ressenti grand-chose avant que … eh bien avant que Clair ne naisse. La naissance de ses deux enfants avait été la plus grande ses joies. Quand il comprit qu'ils ne l'aimaient pas non plus, il avait été désespéré. Est-ce qu'il était vraiment si horrible que cela ?
Il y avait bien eu Ryn, bien des années auparavant. Une belle jeune femme qui aurait pu ravir le cœur de n'importe qui. Elle avait ravi le sien et avait ri, terriblement ri en l'écrasant sous le talon de sa botte. Ils avaient été si proche qu'il avait pensé l'aimer. Mais elle n'était que mensonges, manipulations et elle avait fini par épouser un noble, de haut lignage. Il n'avait pas eu de nouvelle d'elle depuis si longtemps …
Mais Yvan, oh Yvan, il en était tombé si désespérément amoureux. Pas tout de suite, comme avec Ryn, non. Yvan avait un charme plus subtil, une tentation terrible qui lui donnait la nausée parfois, tellement il lui tournait la tête. Malgré ses craintes, malgré sa ressemblance avec le tyran qui l'vait martyrisé pendant deux mille ans, Yvan avait su le charmer, le convaincre, sans vraiment le vouloir, de vouloir valser avec lui.
Et Yvan se laissait aller contre lui, le regardait et l'embrassait de nouveau, léchait ses lèvres et se pressait contre lui, donnant du bassin et de la voix. Taesch ne savait pas depuis combien de temps ils étaient là. Il était même possible que cela fasse quatre cent ans. Il ne s'en serait pas rendu compte.
Finalement, la bulle fut rompue. Il n'était pas là depuis plus d'une demi-heure. Le pire avait été qu'il était celui qui avait été assez stupide pour le repousser. Maintenant, il désirait tellement ses lèvres, qui exécutaient une moue aussi parfaite qu'attirante. Cette bouche qui lui disait qu'il racontait n'importe quoi. Et Taesch avait envie de le croire, il avait envie de penser qu'il s'était trompé. Mais sa raison lui hurlait de tirer cette histoire au clair.
La pluie autour d'eux était assourdissante mais la voix peinée d'Yvan était assez claire et haute pour qu'il puisse parfaitement comprendre chacun des mots que son amant essayait de faire rentrer dans son crâne. Mais Taesch n'avait pas rêvé. Il se souvenait de chaque détail. Le verre dans la main d'Yvan, les mèches négligemment bouclées d'Ulrick qui cachaient une partie de leur bouche, les deux frères s'embrassant comme s'il n'y avait pas de lendemain.
Il avait envie de raconter à Yvan mille récits fantastiques, de lui conter un poème, même, lui qui détestait la poésie plutôt que de lui répondre sur ce sujet. Mais ce que venait de dire Yvan était faux. Il était parfaitement dans le tort. Est-ce qu'il essayait de lui faire gober ce genre de choses en ayant l'air affreusement séduisant et affreusement désirable ? En soupirant, il secoua la tête.
“ J'étais parti depuis bien longtemps, j'étais venu pour récupérer ma montre que j'avais oublié et je vous ai vu. J'en ai parlé à Ulrick et il s'est excusé de t'avoir embrassé. Tu ne t'en souviens vraiment pas ? ”
Un étourneau chassa le corbeau qui lança un regard accusateur à Taesch et celui-ci haussa les épaules. Il détestait les corbeaux. Yvan s'alarma d'un bruit et commença à s'énerver contre les deux silhouettes dans l'ombre. Il savait parfaitement qui ils étaient mais il ne comptait pas en parler à Yvan pour le moment. Il saisit son bras, l'immobilisant. L'un des hommes feula assez fort pour qu'on l'entende et ils déguerpirent plus loin.
“ Je sais, je sais que tu n'as personne d'autre. Tu ne pourrais jamais aimer quelqu'un qui est moins fort que toi. ”
Il n'aurait jamais dû s'inquiéter pour Ulrick ... Plongeant ses yeux dans ceux d'Yvan, il frissonna. Ils avaient exactement la couleur du violet profond du crépuscule. Il était beau comme jamais, cet éclair de rage dans le regard.
“ Vanille, ramène moi chez nous. Cette pluie commence à m'agacer. ”
Chez nous. Très clairement dans la chambre d'Yvan. Puisque Taesch était presque toujours celui qui allait voir Yvan, le Prince Noir n'avait jamais mit un pied dans sa chambre. L'atmosphère barbare et militaire de sa chambre était un peu désagréable mais il aimait à penser qu'il rétablissait l'équilibre en apportant un peu de paillettes et de délicatesse à cette … cellule. Ce fantasme de le faire devant la cheminée lui revenait. Il en avait terriblement envie.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 87
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   Ven 8 Avr - 12:14

L'
histoire de Taesch le troubla. Il semblait si sûr de lui. Yvan resta interdit quelques secondes, à court de mot. Puis, il lorgna sur les tâches de sang qui, à présent, s'étalaient en grandes lignes sur son costume blanc. C'était sans doute cela, il ne voyait pas d'autre explication. Parce que s'il avait embrassé Ulrick, il s'en souviendrait. Et il ne s'en souvenait. De plus, il n'avait absolument aucune raison de l'avoir fait.

« Tu es mort, ta mémoire doit être sans dessus dessous. Tu n'as pas toute ta tête et c'est tout. Quand tu te seras complètement remis, tu comprendras à quel point ce tu me dis est impossible. »

L'instant d'après, il jetait une pierre sur deux silhouettes indistinctes. Un feulement lui parvint et il se demanda s'il n'avait pas touché un pauvre chat. Alors qu'il se baissait pour recommencer, un étau emprisonna son bras. Taesch. En tout cas, son geste avait eu le mérite de faire fuir les deux voyeurs. Satisfait, il amorça un mouvement pour faire de nouveau face à l'autre vampire. Ce dernier avait son regard rivé sur son visage et Yvan sentit ses entrailles remuer. Il déglutit à cause de la proximité avec Taesch, qui semblait si vulnérable par rapport à d'habitude. Cela le rendait plus beau encore.
Il le rassura, lui disant qu'il savait bien qu'Yvan n'avait personne d'autre. Oh, bien. Pendant un moment, il avait cru qu'il lui en voudrait pour toujours d'avoir proférer ce mensonge. Si ça avait le cas, il aurait sans doute tout fait pour rétablir la vérité. Peu importait l'avis de Luscka, ou celui de Clair, à présent. Il ne voulait plus jamais revivre ces regrets.
Taesch demanda à ce qu'ils rentrent au château et Yvan hocha la tête. La pluie ne le dérangeait pas, mais il voulait prendre soin du ressuscité.

Il prit donc la direction du château, l'air sévère. Du coin de l’œil, il surveillait Taesch, comme si ce dernier risquait de s'effondrer d'une seconde à l'autre. C'était une sensation étrange que celle qui l'habitait actuellement vis à vis du métamorphe. Le sentiment le plus approchant qu'il connaissait était celui qu'il avait eu à chacune des naissances de ses frères et sœur. Sauf que pour eux, il n'avait jamais eu envie de les serrer si fort ou de les embrasser pour se rassurer. Cette fois, il voulait s'assurer que Taesch était bien en vie et qu'il le resterait. Cette marque sur son cou l'intriguait. Plus tard, il lui demanderait s'il s'était fait ça juste avant de mourir. Ou alors il demanderait à Elijah ce que ça signifiait. Pour l'instant, il préférait poser une question moins évidente.

« Est ce que tes tatouages renaissent aussi de tes cendres ? »


Lorsqu'ils passèrent les grilles du château sous le regard médusé des gardes, la pluie venait tout juste de se stopper. Ils n'avaient toutefois pas moins besoin d'un bon bain chaud et de vêtements secs. Yvan conduisit Taesch jusqu'à ses propres appartements, ouvrant la porte sans se souvenir de l'aspect de sa chambre. Sur le seuil, il se figea. Elle était exactement comme il l'avait laissée ces derniers jours. Il l'avait mise sans dessus dessous après avoir appris la mort de Taesch. Ses armes décoratives gisaient au sol, des livres déchirées gisaient pêle-mêle parmi des débris de verre, de bois et de porcelaine, les couvertures de son lit avaient été arrachées du matelas et ses oreilles éventrés. La cheminée n'était qu'un trou noir béant. Une tringle à rideau pendait, plus retenue que pas un crochet. La plupart des peintures étaient éventrées.

« Hum… Nous devrions sans doute aller ailleurs. »

Il referma la porte et se dirigea vers les appartements de Taesch en espérant ne pas se tromper. Il ne s'y était jamais rendu, pas à l'intérieur en tout cas, mais il se souvenait être passé devant plusieurs fois. Il constata avec surprise et satisfaction, en ouvrant la porte, qu'il avait eu raison. Un feu fort ronflait dans la cheminée, les draps venaient d'être changés, une douce odeur de pomme, sucrée et métallique, emplissait l'air. La porte donnant sur la salle d'eau était entrouverte, laissant apercevoir un morceau de baignoire remplie d'eau fumante. Voilà qui était mieux. A coup sûr, sa famille et Rozen étaient rentrés depuis un petit moment et l'un d'eux avait dû ordonner à des serviteurs de préparer la chambre.

« Tu n'as qu'à aller prendre un bain. J'attendrai jusqu'à ce que tu dormes. »

Il était atrocement mal à l'aise et avait essayé tant bien que mal de ne pas montrer ses sentiments. Ce n'était pas qu'il en avait honte, il se sentait juste misérable d'avoir un cœur. Faible. Et vulnérable. Toutefois, il refusait de partir en laissant Taesch livré à lui-même. Et s'il avait un problème ?
Yvan s'avança vers le grand piano qui habillait tout un espace de la chambre et promena ses doigts sur les touches les plus graves, au hasard. Comme il était assez expérimenté, malgré lui, cela composa une mélodie assez plaisante.
Il comptait attendre ici pendant que Taesch se laverait. Plus tard, lorsque le métamorphe dormirait, il s'occuperait de sa propre personne.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rainbow Prince
Messages : 66
Date d'inscription : 22/03/2016

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   Ven 8 Avr - 13:16

L'Heure du Loup


Taesch Condé et Yvan von Dast - Nuit 1 de la Sixième
Il avait sommeil, tellement sommeil. Il tenait la main d'Yvan mais il marchait comme un zombie, comme si, tout simplement, il rentrait chez lui mécaniquement. Il détestait être dans cet état mais peut-être que c'était uniquement parce qu'Yvan ne pouvait pas le sortir de sa torpeur. Si quelque chose le touchait, c'était bien la façon dont le prince noir prenait soin de lui. Mais actuellement, il ne pouvait même pas pleinement profiter de ses faveurs.
Dans ces moments là, il avait l'habitude d'aller dans une grotte de neuf pieds de profondeur avec sa meute pour récupérer. Mais cette fois, il n'avait aucune envie de quoique ce soit. Il était juste à moité vide. Et l'autre moitié était remplie de son amour pour le prince. Il n'avait pas envie qu'il le laisse tout seul et il n'avait certainement pas envie de se retrouver dans sa chambre. Elle avait beau être chaleureuse, s'il n'y avait pas Yvan ça ne valait pas le coup.
Il avait à peine comprit les dénégations d'Yvan. Il n'était pas fou, il savait parfaitement ce qu'il avait vu. Il avait vu leurs deux bouches collées. Mais si Ulrick avait eu la chance d'avoir un baiser, Taesch était persuadé qu'il le regrettait. Il lui avait affirmé qu'il ne se mettrait plus entre eux. Si Yvan l'avait vraiment oublié, c'était peut-être mieux pour tout le monde. Peut-être, tout simplement, qu'il devrait oublier…
Il aimait beaucoup la façon dont Yvan avait l'air de se soucier de lui. La pluie continuait à tomber autour d'eux mais il n'entendait plus rien. Plus rien d'autre que le son des pas d'Yvan, près de lui. Combien de fois avait-il plaisanté, flirté comme si rien ne comptait vraiment ? Oh bon sang, il y avait tellement de choses qu'il avait dites pour se donner un genre. Mais avec Yvan, il ne pouvait être que sincère.
Ils passèrent dans la grande avenue Nobille et il sourit doucement. Il avait toujours aimé cette rue qui était … eh bien, elle était la grande artère qui joignait les deux parties de la ville. On faisait quelques pas et on arrivait dans les bas quartiers ou dans les résidences coûteuse. A Modernis State, ce n'était pas pareil, la maison de pouvoir était au milieu de la ville. Mais à Gothik City, elle était tout au fond de la ville et on voyait très nettement le dégradé de la pauvreté à la richesse.
Il se souvenait parfaitement de la première fois qu'il était allé dans les quartiers pauvres. 'Tu veux donc te perdre ? ' lui avait demandé Rozen. Oh, Rozen se souciait encore de lui à l'époque. Et il avait de si jolies façons de parler de la mort.
Il releva la tête quand Yvan lui posa une question étrange. Il réfléchit un instant et secoua la tête sans rien dire de plus. Il devait toujours refaire faire ses piercings et ses tatouages quand il revenait de la mort. Il allait toujours chez différentes personnes, des humains. Il s'assurait que les gens qui savaient ce qu'il avait fait mourraient avant sa prochaine mort. Il se dit qu'il ne l'avait jamais dit à Rozen. Hmph, il devait toujours penser qu'il avait l'emblème des Condés tatoué sur la cuisse.
Il ne fit pas attention à qui que ce soit en rentrant au château. Une fois devant la grande porte noire gravée de l'emblème d'un chêne, il fut soulagé. Il était bien, il allait prendre un bain et … oh bon sang. Qu'est-ce qui s'était passé ? Est-ce qu'il avait fait tout ça à cause de … eh bien sa mort ? C'était vraiment possible ? Il baissa les yeux et laissa échapper un petit rire en serrant sa main plus fort.
“ Tu as fait beaucoup de dégâts. Tu chassais un moustique qui t'empêchait de dormir ? ”
Holly ferait sûrement appel à Highgarden qui s'occupait de la décoration du château quand elle serait sûre que son fils ne l'égorgerait pas de colère.
Il hocha la tête quand Yvan dit qu'ils feraient mieux de se rendre autre part. Peut-être iraient-ils dans sa chambre ? Oui, c'était logique, c'était là qu'il l'aurait emmené aussi. Il reconnut le chemin qu'il avait parcourut tant de fois, à l'envers. Quand il y pensait, Yvan n'avait jamais vu l'intérieur de sa chambre …
Sa chambre était comme il l'avait laissé quelques jours auparavant. Mieux même. Il respira à grands poumons les odeurs et les parfums alors que le prince promenait ses doigts sur le clavier du piano. Il fit une moue indignée et vint embrasser langoureusement son amant. Quand il se sentit que sa tête tournait un peu, il prit ses mains et attira Yvan à l'intérieur, plus près de la salle de bain.
“ Prendre un bain ? Sans toi ? Oh non, je ne pourrais pas. N'oublie pas que je suis encore faible, je pourrais me noyer. ”
Il déglutit doucement et se mit à nu. Un feu agréable ronronnait dans une petite cheminée de la pièce. Un petit chaudron rempli d'huiles essentielles mijotait et donnait une odeur agréable à la salle de bain. Un grand miroir en forme de paravent qui occupait une partie du mur lui permit de constater que les traînées rouges sur son corps étaient encore plus visible quand il avait enlevé ses vêtements. Le gémissement qu'il poussa en plongeant son corps dans l'eau brûlante aurait fait rougir quelques jeunes gens certainement mais Yvan était le seul ici. Il lui tendit la main et sourit, les yeux à demi-clos.
“ Viens, mon amour. ”
Il s'en fichait qu'il puisse le repousser une fois de plus. Il n'en avait rien à faire. Déglutissant, il pencha la tête sur le côté.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 87
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   Ven 8 Avr - 15:52

N
on. La réponse était non. Par conséquent, il ne s'agissait pas d'un simple tatouage. Oh, cela voulait dire que quand il verrait le corps nu de Taesch, ce serait différent. Il secoua doucement la tête, s'en voulant de penser à cela. Ce n'était pas le moment, le métamorphe avait besoin de repos.
Pendant le reste du trajet, Yvan scruta discrètement la gorge du vampire, en essayant de percer le mystère de cette marque. Il brûlait d'envie de lui demander d'où ça venait, il s'inquiétait pour lui. Il connaissait le corps de Taesch par cœur et il était certain qu'elle n'était pas là avant. De toute façon, n'importe qui l'aurait remarquée.

Une fois dans la chambre chaleureuse du vieux vampire, Yvan était décidé à patienter le temps qu'il faudrait. Il ne voulait pas brusquer Taesch, même s'il mourait d'envie de l'accompagner dans sa baignoire. Il fit un pas en avant, changeant un peu le thème musical de sa chanson improvisée. Il se laissait aller à ses envies, se demandant si le réel propriétaire de l'instrument l'utilisait souvent. Lui-même ne jouait que peu et toujours en solitaire, ou presque. Taesch avait bien dû l'entendre quelques fois et en général, il en venait à oublier le monde autour de lui. En général, il jouait violemment, décrivant à travers ses notes des mondes de violence, des batailles sanguinaires et épiques, les chutes de souverains de toutes sortes, imaginaires, dans des mondes qui l'étaient tout autant. Des mondes vastes et merveilleux. Dangereux.
Cette fois faisait exception sur tous ces points. Il avait même une conscience aiguë de la présence de Taesch, près de lui. Si aiguë, même, qu'il arrêta de jouer avant même que le vampire ne l'attire contre lui pour l'embrasser. Il ne se montra pas surpris et répondit à son étreinte par des gestes empressés. Ses doigts se pressèrent contre ses reins et il l'attira plus près de lui, comme s'il voulait l'absorber.

Lorsqu'ils se séparèrent, Taesch l'attira plus loin dans la chambre, en direction de la salle d'eau. Comme il y entrait, en premier, le vampire prétexta qu'il avait besoin d'Yvan pour ne pas se noyer. C'était parfaitement ridicule, pourtant le prince se dit que si ce n'était pas pour cela, il pouvait bien avoir besoin de lui, en effet. Avant de passer lui aussi le seuil de la pièce à l'atmosphère chaude et humide, il attrapa une pomme du saladier en verre dépoli qui trônait sur un guéridon près de la porte. Tandis que Taesch retirait ses vêtements, il huma le fruit. Son odeur lui confirma ses soupçons : sa chair était de sang humain.
Il regarda le métamorphe plonger dans l'eau avec un gémissement qui lui donna un frisson spectaculaire le long de l'échine, puis le bain se teinta de rouge. Taesch tendit sa main en lui murmurant des mots qui secouèrent son cœur inerte et Yvan attrapa le bout de ses doigts, juste quelques secondes. Il déposa la pomme dans l'arc de la baignoire, où un sillon permettait au fruit de rester en place. Ensuite, il retira ses vêtements avec soulagement. Il détestait quand la pluie collait du tissu sur lui de cette manière.
Une fois dans l'eau, il attrapa la pomme et la croqua. De la chair rouge sanguinolente se mit à goûter dans l'eau. Il faudrait certainement prendre un autre bain après celui-ci. Yvan vint alors se placer sur Taesch, ses genoux de chaque côté du vieux vampire. Du bout des lèvres, il embrassa son front, puis le bout de son nez, et frôla enfin sa bouche. Leurs entrejambes ne se frôlaient même pas, il avait pris soin d'éviter cela. Pour le moment. Il avait bien trop envie de passer aux choses sérieuses pour se tenter, alors qu'il désirait aussi prendre son temps.
Malgré toute l'affection et l'amour qu'il pouvait ressentir en cet instant pour Taesch, Yvan gardait son visage sérieux et tendu, avec ses sourcils fléchis au-dessus de ses yeux sévères. Une expression dont il se séparait rarement.

« Tu devrais manger. »

Il trempa son pouce dans la chair spongieuse de la pomme et colora la lèvre inférieure de Taesch du sang au goût d'humain. Il garda le fruit à portée de la bouche de son amant et vint embrasser sa gorge, tendrement et longuement à chaque pression de ses lèvres. Son torse vint se coller à l'autre et il glissa sa main libre dans les cheveux trempés de pluie du métamorphe.

« Je t'aime, » marmonna-t-il presque inintelligiblement.

Puis, il repartit à l'assaut de la peau de Taesch, embrassant à présent son épaule. Ce fut à ce moment qu'un serviteur trouva opportun de les interrompre. Yvan releva des yeux de mort sur le pauvre vampire en uniforme, qui déglutit très distinctement en le voyant, ses grands yeux verts écarquillés de stupeur – et il l'espérait, de peur.

« S… Sire Condé, je serai à côté si vous avez besoin de quelque chose. »

L'étiquette exigeait qu'il s'adresse en priorité au prince, mais l'expression de ce dernier avait dû l'en dissuader. Il battit précipitamment en retraite dans la chambre, sans fermer complètement la porte.  




Dernière édition par Yvan von Dast le Jeu 14 Avr - 15:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rainbow Prince
Messages : 66
Date d'inscription : 22/03/2016

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   Mer 13 Avr - 13:29

L'Heure du Loup


Taesch Condé et Yvan von Dast - Nuit 1 de la Sixième
Les odeurs lui revenaient par vagues bien distinctes. Il y avait la pomme, la cannelle, le musc qui se dégageait du corps d'Yvan, le sang et l'odeur bien caractéristiques des hormones qui s'échauffent. Ils avaient envie de coucher ensemble tous les deux mais ils ne le feraient pas, il le savait bien. Il avait du mal à récupérer et c'était quand même des retrouvailles pleines d'émotion qu'ils partageaient actuellement. Ils ne pouvaient pas gâcher ça.
Il savait qu'Yvan ne lui donnerait pas l’entièreté de son amour ce soir. Mais il espérait qu'un jour il aurait terriblement envie de se poser et que ce jour là, il penserait à lui. Que son affection mènerait à lui. Il savait qu'il n'était pas le seul à lui courir après mais il espérait qu'il avait une relation spéciale avec lui, pas comme tous ses prétendants.
Mais s'il y avait un endroit pour ne pas discuter de l'amour c'était bien sa chambre. Il savait qu'Yvan pourrait lui reprocher de ne pas être sérieux et s'en aller. Une fois que la chambre d'Yvan serait refaite à neuf, au moins, il y aurait moyen de discuter. Yvan ne pouvait pas s'enfuir de sa propre chambre, pas naturellement du moins. Il aurait forcément un moment d'hésitation que le vieux vampire utiliserait à son avantage.
Il savait parfaitement qu'il y avait des choses à faire pour que leur relation soit parfaite mais déjà, rien que le fait qu'il ait accepté de rentrer dans cette baignoire signifiait qu'il y avait quelque chose entre eux. Quelque chose d'assez fort pour qu'Yvan accepte de faire quelque chose pour lui, quelque chose qui était égoïste. Il avait terriblement envie de lui demander de passer sa vie avec lui mais Yvan pourrait paniquer.
Il avait envie de lui dire qu'il ne ferait plus jamais rien qui pourrait le mettre dans des états pareils, qu'il ne savait pas qu'il l'aimait autant mais finalement, le passé importait peu. Ce qui comptait vraiment c'était le présent, eux, seuls dans cette baignoire.
Il savait parfaitement ce qui se passerait quand ils sortiraient de cette baignoire. Yvan allait lui parler de cette étrange marque sur son cou, il allait dire qu'il avait l'air de devoir voir un médecin et que, justement, comme le hasard faisait bien les choses, son meilleur ami était médecin. Bon sang, Taesch aurait donné n'importe quoi pour ne pas voir Luscka von Hochen mais il devait se rendre à l'évidence : Yvan ne ferait confiance à aucun autre médecin.
Si Taesch refusait, Yvan croiserait les bras en disant ''Je ne peux pas te forcer à aller le voir de toute façon'' mais il aurait l'air tellement déçu et énervé. Alors Taesch allait abandonner, de toute façon. Il dirait oui et hocherait gentiment la tête. Il ne voulait pas se disputer avec Yvan quand il était si faible et n'avait aucune envie de blagues en rapport avec la maladie. Tout simplement parce que c'était trop dur de ne pas aimer Yvan en ce moment.
Il passa sa main dans ses cheveux qu'il savait emmêlés et un peu boueux à cause de leur petite excursion dehors sous la pluie. Et puis, il regarda son amant enlever ses vêtements après avoir posé sa pomme. Oh bon sang, il savait qu'il aimait bien cela. Yvan et Taesch étaient aussi sanguinaires l'un que l'autre  et c'était pour cela que leur amour était aussi passionné et prenant. Sans ça, probablement qu'il ne se seraient pas aussi bien entendu.
Il sourit doucement quand le général vint se placer contre lui et lui recommanda de manger avant de faire quelque chose de très érotique.
“ Oh mon amour … j'ai déjà mangé, tu te rappelles ? Tu m'as permit de vider un humain de son sang. ”
Au moment où Taesch croquait dans la pomme – la tentation avait été trop grande – Yvan se mit à l'embrasser dans le cou avant de lui dire qu'il l'aimait. Il gémit avant d'avaler difficilement le petit morceau de chair 'humaine' qu'il venait de prendre de la pomme. Oh bon sang, il avait envie de le serrer contre lui. Il posa une main faible sur la peau du dos d'Yvan et gémit de nouveau quand il se remit à l'embrasser.
“ Moi aussi, je t'aime, Vanille. ”
Et puis, Ernestin les interrompit par erreur. Il retourna dans la chambre mais Taesch le rappella. Les yeux fixés sur le sol, le serviteur lui demanda ce qu'il voulait et Taesch lui dit juste d'utiliser son pouvoir. Le jeune homme se concentra et l'eau du bain se changea en sang, visqueux et brûlant. Oh bon sang, qu'il aimait cela. Ernestin se dépêcha de sortir juste après et Taesch se rapprocha un peu plus d'Yvan, embrassant son torse. Il se demandait s'il aimerait se baigner dans le sang. C'était bien son genre.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 87
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   Sam 16 Avr - 13:27

M
ême affaibli, revenant tout juste de la mort et avec Yvan aussi aimant et attentionné qu'il pouvait l'être à ses côté, Taesch devait l'ennuyer avec des détails sans importance. Effectivement, il avait déjà vidé un humain de son sang, ça le prince s'en était assuré. Mais est-ce que cela l'empêchait réellement de prendre un peu de pomme sanguine ? Bien sûr que non ! La preuve en était qu'il croqua dans la chair écarlate juste après ses protestations. Yvan grogna contre sa gorge, se retenant de le houspiller à ce sujet. Mais qu'il pouvait être énervant.
En sentant la pression de la mâchoire du vampire sur la pomme, il raffermit sa prise sur le fruit et sentit du jus épais couler sur le dos de sa main. Du coin de l’œil, il regarda le métamorphe pendant qu'il mâchait le morceau, avec le sang qui maculait ses lèvres et un peu de son menton. Cette vision l'excita et il serra un peu plus fort les cheveux de Taesch entre ses doigts. Si ça n'avait tenu qu'à lui, leur bain se serait transformé en séance de sexe sauvage et sanglant.

Il se calma un peu quand Taesch lui rendit sa déclaration d'amour. A la fin de sa phrase, il déposa un dernier baiser tendre, juste sur sa veine la plus apparente. Ses doigts s'étaient relâchés, il était détendu. Il n'avait plus honte de dire les choses telles qu'elles étaient. Qu'il aimait ce vampire, aussi insupportable pouvait-il être. Il l'aimait malgré ses nombreux défauts. Il l'aimait en dépit des conseils de son meilleur ami et leurs habitudes de vie totalement différentes. Il l'aimait, même si Taesch était un éclaireur.

A la suite de cela, le serviteur vint signaler sa présence. Et bien qu'il ait eut l'intelligence de ne pas s'attarder, Taesch le rappela. Agacé, Yvan recula au milieu de la baignoire, ne touchant plus Taesch qu'avec ses genoux. Et il patienta, jusqu'à ce que quelque chose se passe. D'un coup, la texture du bain changea et le prince eut un mouvement de recul. Quand il voulut demander au serviteur ce qu'il venait de faire, le vampire avait déjà disparu. Taesch se rapprocha alors de lui et déposa ses lèvres rougies sur son torse, y laissant une marque. Yvan lui jeta un regard tendre qu'il ne vit pas, puis sortit la main du bain. Du sang recouvrait son avant-bras jusqu'au coude, du sang qui sentait le sang, qui en avait la couleur et la texture. Il lécha son doigt. Il en avait aussi le goût, bien qu'il soit comme purifié. Alors c'était cela le pouvoir de ce serviteur. Changer l'eau en sang ? C'était exceptionnel, il lui semblait étrange qu'il ne soit pas plus connu. Sans doute que Taesch voulait le garder rien que pour lui.

« Donc… Tu prends des bains de sang ? Comment va-t-on se laver à présent ? »

Effectivement, il leur était dès lors difficile de prendre soin de leurs tignasses emmêlées par la pluie. Mais, à la réflexion, l'idée plaisait assez à Yvan. C'était comme s'il avait tué des dizaines d'humains pour obtenir ça. Et même s'il savait que ce n'était pas le cas, c'était presque aussi jouissif. Il s'installa confortablement contre l'arc de la baignoire, s'éloignant de Taesch mais ne pouvant résister à l'envie de se détendre dans cette substance visqueuse et agréablement chaude. Il ferma même les yeux un moment. De toute façon, ce n'était pas comme s'il avait l'intention de coucher avec le métamorphe. De toute évidence, celui-ci était fatigué. Et même s'il l'avait dragué, Yvan aurait refusé. Il devait reprendre des forces. Et lui devait faire le tri dans sa tête.

Après un moment, il rouvrit les yeux. La pomme avait disparu, sans doute que Taesch avait terminé de la manger. Après un soupir, il lui assena :

« Jure-moi d'être prudent et je sortirai avec toi. Officiellement. Mais je ne veux pas m'inquiéter pour toi, avec ta tendance à mourir. Et cela inclus de voir Luscka dès demain, après une bonne journée de sommeil. Oui, tu m'as bien entendu. De sommeil. »

Après quoi, il se leva et laissa le temps à Taesch d'admirer son corps nu couvert de sang. Ce n'était pas vraiment dans cette optique cela dit, il voulait juste s'égoutter un peu avant de sortir de la baignoire. Puis, laissant des traces de son passage, il se dirigea vers un seau rempli d'eau encore un peu fumante et se le versa sur la tête. Tout le sang n'était pas parti mais ça suffirait pour le temps qu'il mettrait à rejoindre sa chambre. Tandis qu'il reposait le seau, dos à Taesch, et ébouriffait ses cheveux avec sa main, il lui demanda d'une voix sévère :

« Alors ? Quelle est ta réponse ? A moins que tu sois trop fatigué et que tu aies besoin de toute une journée pour y réfléchir. »  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rainbow Prince
Messages : 66
Date d'inscription : 22/03/2016

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   Jeu 21 Avr - 14:16

L'Heure du Loup


Taesch Condé et Yvan von Dast - Nuit 1 de la Sixième
Il était loin le temps où il observait Yvan, de loin, sans oser accepter les sentiments qui grandissaient en lui. Il savait combien il était dur de ne pas pouvoir s'accepter. Il savait bien combien il était facile de ne plus savoir comment se comporter face à quelqu'un. Combien il était aisé de se laisser tenter à l'observer, dissimulé derrière un buisson résineux. Et combien il était déprimant de ne pas comprendre pourquoi on perdait pied.
Une dizaine d'années avaient passés avaient qu'il ne se résigne à ne plus fuir délibérément Yvan. Il avait eu le plus vicieux des coups de foudre. Pourquoi avait-il fallu que ce soit lui, huh ?
Il y avait eu cette fois… Ils étaient dans la forêt pour une des chasses au cerf classique du printemps. Taesch maniait l'arc à la perfection et son instinct de chasseur le poussait à aller au bon endroit, à chaque fois. Et puis, Yvan était entré dans son champ de vision et c'était comme si le temps s'était arrêté, comme si la nature s'était arrêtée de respirer. La lune créait de magnifiques reflets argentés dans ses cheveux et caressait son visage, le baignant de lumière. Au final, il avait laissé partir la biche, distrait. Yvan affectait ses performances et il détestait cela.
Cette nuit là, il avait décidé de tuer son amour pour lui dans l'oeuf. Guidé par la lueur des lanternes des jardins, il avait rejoint le Prince dans l'arène de combat où il avait l'habitude de s'entraîner. Et il s'était confessé. Il s'attendait à un rejet et c'était ce qu'il avait obtenu mais Yvan avait semblé troublé et un peu flatté. Et le Prince avait su à ce moment là qu'il ne pourrait jamais renoncer à Yvan von Dast.
Alors il s'était fait le vœu de ne jamais forcer Yvan. Et il l'avait respecté. Il ne l'avait embrassé que quand le Prince Noir l'avait souhaité, sans pouvoir le formulé et quand ils avaient commencé à coucher ensemble, c'était parce que c'était Yvan qui était venu le voir après un moment de silence. Il savait bien combien il était difficile d'accepter des sentiments qui dépassent l'entendement. Il savait bien, puisqu'il l'avait vécu. Cette bataille intérieure où on ne cesse de se dire 'non, il suffit !'.
Dès le moment où Yvan avait accepté de coucher avec lui, il n'avait plus vu personne d'autre. Il ne pouvait plus coucher avec qui que ce soit d'autre. Pépi, une jeune demoiselle de la basse noblesse lui en avait beaucoup voulu quand ils avaient cessé de se voir dans le dos de son mari.
Et désormais, Yvan en était venu à lui dire qu'il était amoureux de lui. Il ne savait pas vraiment si c'était un rêve ou la réalité mais il aimait ce moment embué, leurs corps collés et leurs lèvres scellées. Il aimait le goût de la pomme dans sa bouche et le fait qu'Yvan soit aussi sanglant que lui. Ils allaient bien plus ensemble que ce que la Cour pouvait bien murmurer. En soupirant, il se fit la remarque que même s'il avait terriblement envie de sexe, il ne pourrait certainement pas bander.
Yvan se mit à grogner comme le vieil homme ronchon avant l'âge qu'il était et Taesch leva les yeux au ciel. Lui, il aimait bien prendre des bains de sang. Il aimait la texture gluante et pâteuse du sang. C'était un peu comme prendre un bain de gelée, en un peu plus liquide. Le sang était lourd et riche et il sentait si bon … Oui, Taesch était bel et bien excité. Bon sang, pourquoi avait-il fallu que son amant soit si sexy ?
Quand il releva les yeux, Yvan lui fit tout un discours qui lui donnait envie de l'embrasser. Sortir avec lui, pour de vrai ? Oh, Holly serait sûrement enragée de voir son fils héritier fricoter officiellement avec un vieux croûton. Rien que pour ça, il pourrait jurer.
Mais d'un autre côté, il avait tellement envie de le faire patienter. Et puis, il détestait tellement Von Hochen. Il était sûr que le Duc oeuvrait pour les séparer uniquement parce qu'il était amoureux d 'Yvan et qu'il n'avait pas les couilles de lui dire. Il était plus qu'évident qu'il y avait quelque chose derrière ces sourires calmes et ces provocations en duel amical. Il désirait sûrement quelque chose en plus de l'amitié du Prince Noir.
Mais Yvan s'en alla de la baignoire avant même que Taesch ait pu lui dire 'Ne pars pas.'. Il était si pressé et capricieux. Cependant, l'assassin décida de ne pas lui dire qu'Ernestin allait rechanger le sang en eau pour regarder un peu plus longtemps son corps nu recouvert de sang. On aurait dit qu'il ressortait d'une bataille et c'était terriblement excitant.
Il se rinça et Taesch s'appuya sur le rebord de la baignoire pour mieux le regarder. Finalement, Yvan lui reposa la question et l'assassin sourit doucement.
“ Je ferais tout ce que tu veux, tu sais que j'attends ça depuis bien trop longtemps, Vanille. ”
Il claqua des doigts et le serviteur apparut le temps de quelques secondes avant de repartir. Quand Taesch se leva du bain, il n'était recouvert que d'eau. Il attrapa une serviette et sécha ses longs cheveux rouges comme il pouvait , laissant son corps à découvert. Ce n'était pas comme s'il avait froid.
D'une voix pleine d'autorité, il ordonna à Yvan de le suivre. Il ne voulait donner aucune occasion à son amant de déserter. Formant une tresse avec ses cheveux en quelques secondes, il les attacha avec un grand ruban rose très résistant et se coucha, aussi nu que le jour de sa naissance. Sous les couvertures et les multiples peaux de bêtes, il faisait tellement bon vivre. Il n'avait qu'une hâte : qu'Yvan le rejoigne pour enfin pouvoir dormir. En y repensant, ils n'avaient jamais dormi ensemble dans ce lit.
Oui, il était loin le temps où Taesch avait peur d'accepter ses sentiments pour Yvan.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 87
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   Ven 22 Avr - 14:49

L
e sang partait difficilement, il s'incrustait partout, sous les ongles, entre les dents, il tachait la peau et colorait les cheveux, ainsi que tous ses poils. S'asperger d'un seul seau d'eau ne pouvait pas suffire… Yvan sourit, profitant de tourner le dos à Taesch pour qu'il ne puisse pas le voir. Oui, Taesch était comme ce sang et il l'avait tellement dans la peau qu'il ne pourrait pas s'en débarrasser facilement. En fait, il n'en avait plus envie. Le sang était bon et essentiel à la vie, après tout.
La voix du métamorphe le fit se retourner et il se sentit fondre à l'intérieur. Son sourire. Oui, cette grimace un peu moqueuse, comme si c'était drôle qu'il puisse ainsi aimer le regarder, lui. Voilà sans doute l'une des choses qui lui avaient le plus manquées quand il avait cru que plus jamais il ne reverrait. Quand il s'était senti si stupide de l'avoir repoussé toutes ces fois. Il avait goûté à la mortalité du vampire et ça l'avait affolé. Maintenant, il ne voulait plus perdre de temps. Même lui pourrait mourir, même demain. Il se mettait souvent en danger, il ne pouvait pas risquer de passer à côté de quelque chose.

A la réponse de Taesch, Yvan hocha la tête une fois, sans sourire, comme si ça n'avait pas vraiment d'importance. Mais à l'intérieur, il était transporté d'un sentiment qu'il connaissait bien peu souvent : la joie. En tout cas, il l'expérimentait rarement avec une telle intensité.

« Bien. »

La seconde suivante, sur un ordre du métamorphe, le serviteur entra, attendit une poignée de secondes, puis repartit. Yvan fronça les sourcils et lorsque Taesch se leva du bain, il n'avait aucune trace de sang sur le corps. Le prince se sentit alors bien stupide. Il aurait voulu détourner les yeux, exaspéré, sauf que la nudité de Taesch rattrapa son regard. Il le détailla lentement, sans s'en cacher, alors que le vampire se séchait. Une tension naquit alors entre ses cuisses, alors qu'il caressait mentalement le membre de l'éclaireur. Il avait terriblement envie de le sentir en lui. Ce serait comme une preuve supplémentaire de son retour, la dernière dont il avait besoin.
Et puis, Taesch lui demanda de le suivre.

« J'arrive. »

Il reprit le seau et profita de l'eau claire dans la baignoire pour terminer de se rincer de tout ce sang. Une fois propre, il essora d'un geste brusque sa tignasse fortement ondulée, qui s'égaillait de façon anarchique autour de sa tête. Il devait avoir l'air d'un gueux.
Une fois dans la chambre, il retrouva Taesch sous les couvertures en peau et poils d'animaux, ses longs cheveux noués dans une tresse retenue par un ruban. Yvan s'attarda un instant sur le seuil de la salle de bain puis, ayant constaté que le serviteur n'était plus là, il rejoignit l'autre vampire dans le lit. Avec beaucoup plus de tendresse qu'il n'en avait jamais eu l'habitude, le prince l'enlaça, face à lui. Il glissa une jambe entre celles de Taesch et attira son visage contre sa gorge.

« Alors… Nous sommes ensemble. A partir de maintenant, je prendrai soin de toi. »

Il embrassa sa tempe, puis sa joue, avant d'arriver à ses lèvres. Il n'en avait pas vraiment eu l'intention, mais sa bouche lui paraissait soudain irrésistible. La peau de Taesch venait caresser son entrejambe, la faisant se dresser. Ses mains glissèrent doucement sur son dos. Un peu plus tôt, dans la rue, ils avaient eu très envie de le faire. Les choses auraient pu se poursuivre, si Taesch n'avait pas ramené Ulrick sur le tapis.
Ulrick… Est-ce que c'était vrai ? Est-ce qu'il avait réellement embrassé son frère ? Dans ce cas, l'expérience s'était révélée si traumatisante qu'il l'avait oubliée. Il préférait se souvenir des baisers de Taesch, comme celui qu'ils partageaient en cet instant et qu'Yvan approfondissait à chaque seconde. Il colla un peu plus son corps à celui de Taesch et son bassin commença à se mouvoir, pour se frotter contre l'autre vampire. Ses doigts se crispèrent un peu sur la peau de son dos.
Il devait se retenir. Taesch avait vécu… En fait, il ne savait pas réellement ce que cela faisait de renaître. Ca ne lui était jamais arrivé à lui. Est-ce qu'on était gorgé d'une nouvelle vie ou incroyablement épuisé par le processus ? S'il devait émettre une hypothèse, ce serait plutôt la deuxième qui l'emporterait. Taesch ne semblait pas pétiller d'énergie. Alors, il devait le laisser se reposer. Il devait…
Yvan décolla finalement sa bouche de celle du métamorphe, juste d'un centimètre, avec l'intention de lui dire de dormir. Bien sûr, pour cela, il devait lui-même arrêter de le caresser. Mais il allait arrêter. Sitôt qu'il aurait dit ces mots…

« J'ai envie de toi. Je te veux en moi, Taesch. »

Oh merde. Ce n'était pas du tout ce qu'il avait en tête ! Ou plutôt, ce n'était pas la bonne partie de ce qu'il avait en tête. En plus, pourquoi est-ce que sa voix avait été si chaude et rauque et presque plaintive ? Un peu effrayé par lui-même, Yvan se recula et posa sa tête sur l'oreiller, se moquant bien de le tremper à cause de ses cheveux. Il garda ses mains dans le dos de Taesch et sa jambe entre les cuisses de ce dernier, mais sans plus bouger.

« Enfin, dors. Dors profondément. »

Lui-même ferma les yeux. Oh, bon sang, il n'avait vraiment aucune envie de dormir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rainbow Prince
Messages : 66
Date d'inscription : 22/03/2016

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   Jeu 28 Avr - 17:46

L'Heure du Loup


Taesch Condé et Yvan von Dast - Nuit 1 de la Sixième
Quand il était encore un jeune homme plein d'espoir, un esclave à la solde de Rozen, il avait reçu des cours de sortilèges. Il n'y avait prêté que peu d'attention puisque son grand frère pensait que c'était de l'énergie perdue en rien et il avait peut-être bien raison … sur le moment. Plus tard, il s'était avéré que Taesch avait tiré bénéfices de ces cours. Les tatouages d'Yvan lui permettaient une plus grande force et il les avait observé avant leur premier combat ensemble. Sans doute qu'Yvan l’aurait écrasé si l'assassin n'avait pas autant été sur ses gardes.
Bien sûr, il avait gagné le combat. Et tous ceux qui avaient suivi. Il en avait profité de nombreuses fois pour voler des baisers à Yvan, à califourchon sur lui pour le plaquer au sol et lui faire perdre son arme.
Au final, il était content d'avoir été aussi méfiant. Il était content de pouvoir être compté parmi les personnes qui avaient réussi à battre Yvan. Il n'y en avait pas beaucoup et il devait bien être le seul qu'il n'avait jamais battu. Yvan s'en trouvait extrêmement frustré mais il savait qu'il lui en voudrait s'il ne se battait pas avec tout ce qu'il avait. Il ne pouvait pas le laisser gagner. Et puis voir Yvan en colère était tellement drôle …
Il y avait tellement de beauté dans leurs combats que de nombreux nobles venaient y assister quand ils étaient de passage au château. Les rumeurs couraient vite et Taesch avait souvent des spectateurs. Bien entendu, il avait proposé à Yvan de lui apprendre des bottes secrètes, des techniques mais le Prince ne jurait que par la force brute et les coups puissants. Il espérait qu'il apprendrait.
Il aurait aimé le connaître quand il n'avait été qu'un jeune gens sans trop de spécificités. Certes, il était de la famille Von Dast mais Gothik City n'avait pas tellement de population à l'époque et le Comte était moins respecté que maintenant. Il était alors beaucoup plus droit et beaucoup plus maladroit. Il avait tellement changé, les choses l'avaient exigé. Il était évident qu'il n'aurait pas pu survivre aussi longtemps en restant naïf et gentil.
Il avait vu la chute de nombreuses familles très importantes à l'époque comme les Harker ou les LaPluie et il regrettait aussi de n'avoir pas pu aider à l'expansion de sa famille. Rozen n'avait jamais eu d'enfants et Clair était le seul réel bon parti de la famille. Vish … elle était tellement capricieuse ! Bien sûr, il aimait beaucoup trop son fils pour l'obliger à quoique ce soit mais il était intimement persuadé qu'il ne serait pas celui qui ferait perdurer leur nom.
Lors de sa troisième année, Clair avait clairement énoncé qu'il détestait les femmes et qu'elles étaient maléfiques. Il était parti de ce principe pour une bonne partie de sa vie et, de ce qu'il savait, il n'avait jamais eu de petite-amie. Rozen était probablement stérile – on ne pouvait pas avoir sept femmes et aucun enfant sans avoir de problème – et Taesch avait déjà fit sa part du boulot. A moins qu'Yvan ne veuille des enfants, un jour.
Yvan lui assura qu'il arrivait et Taesch s'engouffra sous les couvertures. Il se sentait terriblement bien dans la chaleur de ce lit. C'était tellement chaud et douillet. Il ne manquait plus que son amant, aussi parfait que d'habitude. Yvan était tellement musclé que son corps pouvait aisément faire le meilleur oreiller possible. Et bon sang, c'était si confortable.
Le Prince se glissa à son tour dans le lit et l'enlaça avec tellement de tendresse que Taesch sentit son cœur se serrer. Il déglutit et l'embrassa volontiers, un peu excité de sentir sa jambe entre ses cuisses. Est-ce qu'il devenait le pire pervers du monde ? Il se sentait horriblement excité alors même qu'il était plus fatigué que jamais. Il aimait sentir la peau d'Yvan sur lui et… il était si beau, si beau. Il avait de la peine à croire que c'était le petit prince joufflu qu'il avait connu avant de partir.
Il lui annonça qu'il prendrait soin de lui et Taesch ferma les yeux. Il voulait être avec lui, plus que tout et il ne savait pas pourquoi il avait autant de mal à lui répondre. Il ne le fit pas, au final parce que sa bouche refusait d'obéir. Il voulait lui dire que quand il était avec lui, il entendait cette chanson modernis ridiculement niaise et sexy à la fois passer en boucle dans sa tête, qu'il était plus heureux que tout.
Yvan commença à se frotter à lui et Taesch laissa échapper un grognement animal. Il sentait sa queue repousser et s'enrouler autour de la cuisse d'Yvan, caresser sa peau. Il sentait ses oreilles effilées s'effacer pour laisser place à ses oreilles animales un peu plus hautes. Et son instinct de prédateur lui revint brusquement.
Les mots suivant d'Yvan filèrent directement dans la partie éveillée de son cerveau, cherchant à la ranimer. Yvan avouait enfin qu'il avait envie de lui !
Il lâcha un ricanement quand son amant recula et lui dit de dormir. Il se rapprocha et vint coller sa bouche à son cou, enfonçant ses dents et suçotant juste assez pour faire une marque.
“ Demain, je te prendrai tellement que tu ne pourras même plus marcher droit pendant une semaine. Ou un mois. Sois patient … ”
Il posa sa tête sur le bras d'Yvan et se détendit. En trente secondes, il était déjà endormi. Ce que ça pouvait être épuisant de revenir à la vie.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'Heure du Loup   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Heure du Loup
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bannie et trahie. [PV Loki]
» [TERMINÉ ] Episode n°2 : Sur la promenade de Miami... [ A & P]
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]
» Le loup de la gloire[PV la reine^^]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-