Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 Welcome Back

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Wings of Freedom
Messages : 12
Date d'inscription : 26/03/2016

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Elite de la badasserie
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Welcome Back   Sam 26 Mar - 15:03


Welcome Back
Le prince était parti depuis plusieurs jours déjà, après lui avoir intimé de ne pas le suivre et de rester au château afin de protéger Elijah, s'assurer qu'il ne lui arriverait rien. Bien qu'il soit contre cet ordre et se doute de ce qu'il avait en tête, Illium avait obéit sans faire d'histoires et était allé rencontrer le deuxième prince pour lui annoncer qu'il était à ses ordres. Heureusement, ce dernier n'était pas très exigeant et lui avait même proposé de prendre un thé ensemble, ce qu'il avait accepté avec joie. Il avait choisi un thé noir aux extraits de framboises auquel il avait ajouté un peu de sang pour s'assurer que, même si Elijah passait les prochaines heures à travailler ou faire des recherches, il ne s'évanouirait pas ou ne se sentirait pas mal. Ils avaient parlé de choses et d'autres, Illium toujours aussi peu bavard, il préférait ne pas l'être, surtout avec un garçon aussi intelligent pour l'écouter.

Au bout de deux heures de conversation,  Elijah était reparti sur ses recherches et lui, se contenta de errer dans le château pendant un moment. Il savait qu'Yvan avait disparu, mais il ignorait exactement pourquoi. Son prince était sans aucun doute parti à sa recherche, il avait paru préoccupé. Mais dans quelle situation était-il encore allé se fourrer ? Même si il ne lui avait jamais dit, il savait qu'il était membre d'une guilde de voleurs depuis plusieurs décennies désormais. Il avait beau tout faire pour échapper à sa vigilance, Illium n'était pas né de la dernière pluie, et l'avait suivi quelques fois, comme son ombre. Il n'avait cependant jamais pénétré dans les lieux mêmes où Ulrick se rendait. Craignant qu'il ne se rende compte de sa présence et lui en veuille.

Il alla s'asseoir sur un banc en pierre dans les jardins et soupira doucement en croisant les bras. Il faisait toujours froid à Gothik City, mais il trouvait le vent particulièrement glacial ce soir. Ça avait été pourtant si simple de le garder, au début. On n'avait tenté de l'attaquer que cinq fois en cent ans, et Ulrick n'avait jamais eu le temps de s'en rendre compte. La lame de son ange gardien frappait toujours bien avant son assaillant. Mais maintenant qu'il était adulte, ce n'était plus la même histoire. Il disparaissait souvent, et il ne pouvait rien y faire. Si au début il avait pris son travail au sérieux, mais se disait que ce ne serait pas la fin du monde si il arrivait quelque chose à ce Von Dast, il ne pensait plus du tout pareil. Il était attaché à Ulrick, et ne pourrait souffrir sa mort.

Illium resta quelques minutes dans le jardin, levant le nez pour observer les étoiles qui brillaient dans un ciel dépourvu de nuages. Ce qui n'était pas fréquent, il pleuvait si souvent à Gothik. Soudain, il réalisa que quelque chose clochait. Il se leva et fit le tour d'une partie des jardins pour y repérer les gardes qui auraient dû être postés sous certaines fenêtres, mais il n'en vit aucun. Sceptique, il chercha la fenêtre de la chambre du Comte et de la Comtesse et une fois qu'il y fut, aucun garde. Pas même un pauvre soldat qui ferait une ronde. Un sentiment d'appréhension l'envahit et il grimpa à la fenêtre qu'il força, faisant irruption dans la chambre magnifiquement décorée et se retrouvant face au Comte, en train de prendre un bain dans une immense baignoire. Émilien se leva d'un bond en lui demandant ce qu'il fabriquait là, l'air très contrarié. Le vampire ne put s'empêcher de poser les yeux sur son intimité avant de se concentrer sur son visage, les mains levées en signe de paix.

« Je... Je suis navré. Pardonnez-moi, j'ai cru que quelque chose allait vous arriver. Les gardes, quelque chose ne va pas. »


Émilien – qui avait rapidement enfilé un peignoir très élégant – ouvrit la bouche, soit pour se mettre en colère, soit pour lui demander de quoi il parlait, mais n'eut pas le temps de se prononçait. La porte de la chambre se faisait enfoncer et s'ouvrait brusquement tandis que la deuxième fenêtre explosait dans un bruit de verre brisé. Illium sortit son sabre de son fourreau et trancha la tête de l'homme qui avait atterri à moins de deux mètres de lui, son corps s'affaissa mollement sur le sol, et il remarqua qu'il n'avait pas d'épée, mais une sorte de...

« Un fusil ? »

Le vampire entendit le bruit d'une arme qu'on chargeait, et eut juste le temps de plaquer le Comte au sol, la balle traversa son ventre.
Les gens qui criaient ou hurlaient après s'être faits tirés dessus ne le faisaient pas à cause de la douleur, mais plutôt la peur. La peur de mourir. La balle traversait la chair rapidement et quelque part, le cerveau n'enregistrait pas tout de suite. Ou alors le sien n'avait pas complètement fini de dégeler. Illium vit son sang s'écouler sur le sol et se redressa tandis que l'homme qui leur faisait face rechargeait. Une sensation de brûlure au niveau de ses plaies et entrailles se fit sentir, mais il l'ignora, et plongea sur son assaillant. Les mains gantées, ou plutôt les avant-bras, de ce dernier finirent au sol. Tranchées d'un coup sec. L'homme désormais manchot essaya de ramasser ses mains pour les coller à ses moignons sans réussir, et se mit à hurler de rage sur Illium qui lui assena un coup de pied s'y violent que sa mâchoire se décala d'au moins trois centimètres sur le côté.

Émilien se redressa, plus choqué qu'autre chose, et fixa l'homme évanouit avant de poser les yeux sur le garde du corps. Ne cachant pas sa surprise en voyant son sang continuer de s'écouler. Il se fit la réflexion que les balles devaient être empoisonnées et empêchaient une cicatrisation correct.

« Il faut panser ça. »

Illium le rassura, il se sentait bien. Il venait après tout de prendre une vie, il n'aurait qu'à boire un peu de sang une fois le Comte en sécurité. Emilien le rassura, et il l'accompagna dans une pièce cachée de la bibliothèque, le temps qu'il vérifie qu'il n'y avait pas d'autres agresseurs.



Le lendemain soir, après une courte journée de repos, Illium était en train de recoudre son kimono dans sa chambre, patient. Sa plaie avait cessé de saigner au bout d'une demi-heure, et il avait cicatrisé dans la journée, après qu'Elijah lui ait annoncé que ces balles contenaient un acide puissant qui s'était attaqué à ses chairs. Rien de bien grave, donc. Mais en grand nombre, ces balles auraient facilement pu tuer le Comte. Il avait retourné tout le château pour découvrir les cadavres de trois gardes, dépouillés de leurs vêtements. Il y avait donc eu un troisième homme, et il se trouvait peut-être encore parmi eux.

On lui annonça, dans les heures qui suivirent, que Taesch, mais surtout Yvan, Ulrick et Lucie étaient revenus. Il se dépêcha d'aller prévenir l'homme-loup pour qu'il l'aide à trouver une solution avant d'apprendre que son prince avait été gravement blessé et perdu beaucoup de sang, Taesch eut à peine le temps de le mettre au courant de la situation. Quand il entra dans la chambre, le vampire d'habitude si rayonnant était allongé sur son lit et semblait dormir. Son cœur se serra, et il ferma discrètement la porte avant de s'approcher et l'observer en silence. Il était encore plus pâle que d'habitude, et avait l'air tout simplement épuisé, il ne respirait même pas.

Illium réalisa qu'il avait bien failli perdre un autre être qui lui était cher, et sa gorge se noua. Il n'arrivait même pas à prononcer son nom. Le vampire osa s'asseoir à côté du corps inanimé de son prince et prit sa main froide dans la sienne, glacée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Welcome Back   Mar 29 Mar - 13:42



Welcome Back



La souffrance, infinie, inutile. On le transportait, on lui bandait l'épaule, encore et encore mais il n'arrêtait pas de saigner. La voix de Taesch qui affirmait que la lame était maudite tournait encore et encore dans sa tête. Déglutissant, il ne pouvait qu'essayer de dormir, en vain et prier pour que tout se passer bien. En réalité, dormir était la dernière chose dont il avait envie. Devant ses yeux dansait le serpent gravé dans le bois de son lit, son nouveau lit, rond et autrement plus grand.
Et puis, enfin, la conscience. Il avait dû finalement s'endormir parce que quand il rouvrit les yeux, il se sentait bien mieux. Sur sa table de nuit trônaient deux bols de soupe fumante et deux cuillers en pierre. Le Duc, le meilleur ami de son frère, était là, sévère. Il le regardait avec une certaine pitié dans le regard. Ulrick voulut se redresser pour lui donner tort mais il ressentit une douleur vive dans le cou et l'épaule, aussi abandonna-t-il avant de rouvrir sa plaie.
Il mangea avec Luscka, ce qui s'avéra infiniment plus fatiguant que ce qu'il pensait. Il était gaucher et c'était précisément de ce côté là qu'il était blessé. Obligé de manger de la main droite, il se maudit de ne pas avoir consacré un peu de ses six-cents années à devenir ambidextre. La cuiller ne cessait de tomber mais au moins, il ne se tâcha pas. La soupe était bonne, mêlée à un peu de sang. La viande était un peu grasse mais Luscka disait qu'il en avait besoin.
Une fois son souper fini, le médecin lui ordonna de rester tranquille et lui expliqua rapidement que son combat avait été éprouvant. Étant donnée la lame et la façon dont elle s'était enfoncée en lui comme du beurre, il mettrait quelques jours à guérir, peut-être une semaine. Déglutissant, il hocha la tête. La malédiction l'empêchait de guérir mais Elijah était passé s'occuper de ça apparemment. Ulrick ne craignait plus rien, il devait juste bien se nourrir et se reposer.
Luscka le prévint aussi que sa mère avait envoyé un corbeau aux chevaliers de la Porte pour dire qu'elle rentrerait dans moins d'une semaine. Il espérait qu'il serait d'aplomb quand elle serait rentrée, il ne voulait pas l'inquiéter de trop. Sa mère avait tendance à trop couver ses enfants même si elle ne pourrait sans doute jamais les protéger de tout. Ils étaient adultes à présent et elle ne semblait pas le comprendre.
Lorsque le médecin s'inclina, Ulrick remarqua combien il était fatigué. Il avait dû s'occuper de lui tout du long, sans compter qu'il avait à peine dormi ces derniers jours à cause de ses recherches pour trouver Yvan.
Déglutissant, se redressa un peu en grognant de douleur. Il se sentait un peu mieux et la soupe lui avait fait du bien. Il ne voulait pas juste rester allongé comme si de rien n'était. Il observa sa chambre, éclairée de quelques bougies, de ci de là. D'ordinaire, la chambre d'Ulrick était la plus lumineuse à cause de ces nombreux miroirs qui reflétaient les lueurs des bougies mais à présent sa chambre lui semblait inquiétante… on avait moucheté une vingtaine de bougies, n'en laissant que cinq ou six allumées et la porte entr'ouverte sur la salle de bain lui donnait des frissons.
Heureusement, sa chambre était, comme à son habitude, tapissée de fleurs colorées. Sa chambre était un calvaire à nettoyer à cause de toute cette végétation au sol et sur les murs, sur le bureau mais il adorait les plantes grimpantes et rampantes. Leur parfum, leurs fleurs, leurs couleurs.
Avec un sourire, il repensa à Lucie en se disant que ce soir, elle avait vraiment eu l'air d'une princesse guerrière. Prenant les décisions quand il le fallait, Lucie avait été des plus utiles. Il ne serait arrivé à rien sans elle.
Il essaya de regarder par la fenêtre mais les rideaux étaient fermés. Comme le voulait la coutume, la bougie brûlait encore devant la fenêtre, rassurant tout le monde sur l'état de santé d'Ulrick. Le Prince ne voyait pas bien sa lueur vacillante et en déduisit qu'elle devait se consumer depuis un moment déjà. Au moins tout le monde savait qu'il allait bien. Il aurait voulu s'étirer et s'occuper de faire sa vie mais il était encore en trop mauvais état.
Un serviteur entra à ce moment là pour lui demander – en l’appelant Jeune Maître ce qu'Ulrick aimait beaucoup - s'il voulait quelque chose pour se sentir mieux . Dix minutes plus tard, son lit était bardé de coussin qui lui permettaient d'être à moitié redressé et il lisait un des livres érotiques qu'il avait ramené de Modernis.
Un jeune homme à la barbe verte – qui avait autorisé une telle faute de goût à entrer dans le château ? - vint changer son bandage et Ulrick comprit qu'il était un des assistants de Luscka. Il sourit quand il sentit les nouveaux bandages neufs et doux contre sa peau et remercia l'homme qui semblait timide au possible. Il lui injecta aussi un tranquillisant qui chassa la douleur comme d'un geste de la main. Mais aussi sa capacité à rester éveillé.
Le rêve d'Ulrick fut érotique, bien entendu. Dans son rêve, rempli d'hommes massifs à la peau cuivrée, aux cheveux noirs huilés et tressés, il suivait le scénario du livre qu'il venait de commencer, resté dans sa main droite. Un contact froid lui fit néanmoins ouvrir les yeux, le sortant d'une étreinte chimérique entre lui, une jeune femme à la poitrine opulente et un homme aux muscles saillants. Quand il ouvrir les paupières, il fut un peu déçu au début. La chaleur était partie.
Mais son cœur se réchauffa tout de suite quand il remarqua que c'était Illium qui lui serrait la main. Déglutissant, il sourit et se rapprocha un peu de lui, gémissant de douleur. Son garde du corps valait tous les hommes à la peau hâlée du monde. Se mordant la lèvre, il lâcha son livre qu'il tenait encore de l'autre main et le referma, le laissant sur son lit.
Devant lui, il se sentait un peu dépouillé. Il ne portait qu'un pantalon un peu lâche, caché sous les couvertures et les peaux de bête, son torse devait rester nu pour être soigné plus facilement. Il aurait donné n'importe quoi pour pouvoir paraître plus beau et soigné, comme à son habitude. Même un collier en bronze vulgaire aurait suffi à le contenter. Heureusement, Illium ne semblait jamais se formaliser du manque de tenue du Prince.
“ Illium ! Tu es venu ! Est-ce que par hasard tu t'inquiéterais pour moi ? Ne t'en fais pas, je suis solide ! Je serais bientôt guéri ”
Comme son garde du corps avait tendance à s'inquiéter pour rien, il se redressa un peu pour l'embrasser sur la joue, tendrement.
“ C'est Luscka qui l'a dit, je ne risque rien ! ”
Luscka Von Hochen était peut-être moqué à la Cour mais tout le monde lui faisait confiance quand il s'agissait de médecine et ce depuis plus d'un demi-millénaire. Il avait même aidé Lucie à venir au monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Wings of Freedom
Messages : 12
Date d'inscription : 26/03/2016

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Elite de la badasserie
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Welcome Back   Mer 6 Avr - 14:30


Welcome Back


Illium resta un moment à observer le vampire allongé près de lui, essayant de capter le moindre signe de vie de sa part. Et si il ne se réveillait jamais, comment ferait-il, lui, et toute la famille Von Dast ? Il espérait que celui qui avait osé lui infliger ses blessures était mort ou au moins en train de se faire torturer. Il n'était pas tellement pour la torture, à moins que ce soit réellement nécessaire.

Les doigts d'Ulrick bougèrent entre les siens et, lorsqu'il releva les yeux pour le regard, le prince était réveillé et lui sourit de son sourire qui réchauffait le cœur de tous. Malgré la douleur, il était de nouveau rayonnant, le masque de mort qu'il portait quelques minutes plus tôt s'était comme envolé. Pourvu que son état reste stable, il s'inquiétait toujours trop pour lui ! Le Von Dast le rassura et, sans lui laisser le temps de répondre, vint déposer un baiser sur la joue du garde du corps qui resta sans voix, la bouche entrouverte. Nul doute que si il avait été une créature au sang chaud, ses joues auraient pris une teinte rouge et son cœur se serait mis à battre la chamade, heureusement pour lui ce n'était pas le cas. Il se reprit rapidement et secoua la tête.

« Bien sûr que je me suis inquiété mon prince, pourquoi ne pas m'avoir laissé vous accompagner ? J'aurais pu vous défendre, et cela ne vous serait jamais arrivé. »


Il ignorait exactement ce qu'il se tramait entre les Von Dast et les autres nobles, mais il était sûr que ce n'était pas bon. Il avait sauvé le Comte quelques jours plus tôt, ces hommes ne pouvaient pas être de simples habitants, quel intérêt auraient-ils eu à tuer Émilien ? Cette tentative d'assassinat était sans nul doute l'idée d'un noble persuadé qu''Yvan n'était pas prêt à les diriger, peut-être auraient-ils attendu de voir la situation de Gothik City se dégrader pour inciter le peuple à se soulever, ou instaurer la crainte d'une guerre sans fin provoquée par un vampire aussi belliqueux. Il aurait voulu en parler avec Ulrick, mais pour le moment, il devait absolument se reposer et guérir.

Illium observa le torse nu et en partie bandé du prince en silence, il était bien plus beau nu qu'habillé, sans aucun bijou ni vêtement. Combien de femmes et d'hommes l'avaient-ils observé comme il le faisait en ce moment ? Des centaines, sinon des milliers. Il se leva pour récupérer une cruche de sang encore tiède qu'on avait fait apporter un peu plus tôt et en rempli une coupe en argent qu'il lui tendit.

« Je suis votre garde du corps le plus proche, je vous connais depuis plus de cinq siècles, et je sais combien vous êtes imprudent... »


Il devrait adresser une prière à Tsukuyomi pour le remercier d'être un vampire et d'être – presque – sûr qu'il n'aurait jamais de cheveux blancs. Car avec tous les soucis que cet homme lui causait, il en serait aujourd'hui couvert. Puisque, officiellement, cet ange déchu n'existait dans aucun texte qu'il ait lu jusqu'à présent, il s'était fait lui même son propre petit autel dans le coin le plus sombre de sa chambre. Peut-être devrait-il faire des recherches un peu plus approfondies pour voir si son nom était mentionné quelque part.
Illium resta silencieux quelques minutes, de nouveau perdu dans ses pensées. En se disant qu'il n'avait pas assez profité des siècles de tranquillité et de calme qu'il avait vécu dans les montagnes. Il attendit que Ulrick ait terminé sa coupe pour reprendre.

« Ne me laissez plus de côté, quelle que soit votre mission, vous savez que je ne dirai jamais rien. »


Le prince passait suffisamment de temps à essayer de lui tirer les vers du nez quand il lui posait une question qui l’embarrassait ou à laquelle il ne voulait tout simplement pas répondre pour le savoir. Il avait mis trois jours pour lui faire avouer qu'il n'avait pas eu de relation charnelle avec qui que ce soit depuis plusieurs années, trente-sept ans exactement, avec un jeune soldat qui avait par la suite été tué lors d'un affrontement contre un assassin venu s'en prendre à un noble, envoyé par un cousin de ce dernier. C'était une triste histoire, il avait à peine soixante ans.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Welcome Back   Jeu 7 Avr - 14:27



Welcome Back



Un vent coulis sournois entra dans la pièce et le fit un peu frissonner. S'il avait été humain ou même hybride, il aurait facilement pu demander à son garde du corps de le réchauffer et s'envoyer en l'air avec lui. Illium était si serviable et il trouvait que c'était une chose indiquée que de fire monter la température de son corps en faisant un peu d'exercice. Mais il était un vampire et si le vent pouvait le faire frissonner, il ne pouvait pas vraiment lui donner froid.
Il avait sept ans  à peine révolus quand il avait décidé de prendre Illium à son service, l'arrachant à l'armée. Yvan lui avait permit parce qu'Illium n'était pas d'une grande importance et puis, son aîné était persuadé qu'il allait facilement entrer dans l'armée, exaucer un de ses caprices n'était pas si grave. Mais Ulrick n'était jamais rentré dans l'armée et Illium n'avait jamais quitté ses côtés. Yvan avait perdu un talentueux soldat pour rien.
Le prince échangea un sourire avec Illium. Eh bien, son garde du corps ne souriait jamais vraiment, il relevait les coins de sa bouche dans une moue maladroite. Mais c'était presque la même chose et les intentions y étaient. Ils n'avaient pas beaucoup de temps à passer ensemble. Il savait que dès l'aube, quelqu'un viendrait s'assurer qu'il dormait bien et lui injecterait un sédatif s'il refusait. Luscka von Hochen et ses assistants étaient des médecins terrifiants.
Ulrick était naturellement entravé par sa blessure et il était incroyablement frustré de ne pas pouvoir bouger comme il le voulait, sinon il serait déjà sur les genoux d'Illium. Et il serait déjà en train de lui faire du charme. Mais il y avait aussi de la possibilité de se faire plaindre en disant combien il avait mal. Sa blessure était presque guérie, déjà, mais son garde du corps ne pouvait pas le savoir alors autant en profiter !
Mais ce n'était pas vraiment une étreinte ardente qu'Illium avait en tête. Plutôt un sermon désagréable. En faisant une moue vexée, il se tassa dans ses coussins. Bon sang, ce n'était pas si grave, si ? Il était avec un médecin et une experte des poisons, comment aurait-il pu mourir ?
Il n'écouta Illium que d'une oreille et haussa les épaules deux ou trois fois. Il essayait de s'imaginer dans un endroit plus agréable. Comme dans la sacristie de l'église abandonnée, dans le sud de la ville. Toutes les issues avaient été condamnés mais il y était allé des centaines de fois par un trou dans le toit. L'endroit était rempli de fleurs, comme sa chambre et il s'y sentait terriblement bien. Un immense cerisier avait poussé au fur et à mesure des années, un arbre qu'il avait lui même planté.
Mais Illium ne semblait pas décidé à le laisser tranquille. Il déglutit quand il lui tendit une coupe de sang. Malgré son envie de repousser cette nourriture, il but docilement. L'autre vampire serait peut-être bien plus enclin à l'écouter et à accéder à ses demandes s'il se montrait docile et silencieux dans un premier temps. Il soupira d'aise une fois qu'il eut fini. Il adorait le sang juste tiédi par le manteau de la cheminée.
Quand Illium eut fini, il lui tendit sa coupe et se redressa un peu. Il pouvait lui répondre maintenant. D'une voix éraillée et non sans un brin de sarcasme, il se mit à parler.
“ On fait du zèle maintenant ? Illium … j'ai toute confiance en toi, bien sûr. Mais ton rôle est de protéger le prince Ulrick. Et j'ai besoin que tu protèges ma doublure quand je deviens un assassin. Tu ne crois pas que si on te voyait avec un membre de la Guilde, on risquerait de me démasquer ? ”
Il lui fit signe à Illium de s'approcher en souriant. Il avait envie de l'embrasser et d'autre chose mais surtout, surtout …
“ Je vais très bien, ne penses plus à ça. Et viens ici, tu sais très bien que ce n'est pas de ce genre de sang dont j'ai envie. S'il te plaît, tu ne peux rien refuser à un blessé, n'est-ce pas ? ”
Il prit sa main et la serra plus fort. Ses yeux étaient rivés dans ceux d'Illium et il ne comptait certainement pas les lâcher. Il avait envie, plus qu'autre chose, de le serrer contre lui. Mais il voulait que pour une fois cela vienne de son garde du corps.
“ Tu m'en veux encore d'avoir embrassé Yvan ou je suis tout pardonné parce que j'ai frôlé la mort ? ”
En réalité, il n'avait pas vraiment frôlé la mort. Loin de là. La malédiction était lente. Il se doutait bien qu'il y aurait du temps de guérison mais il n'était pas passé si près de la grande faucheuse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Wings of Freedom
Messages : 12
Date d'inscription : 26/03/2016

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Elite de la badasserie
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Welcome Back   Sam 9 Avr - 16:39


Welcome Back


Illium regarda son protégé vider la coupe de sang qu'il lui avait tendu, ses yeux se posèrent quelques instants sur sa gorge tandis qu'il avalait le liquide carmin et il serra doucement le tissu de ses vêtements entre ses doigts. Le petit prince qui avait exigé à Yvan qu'il devienne son garde du corps était devenu un vampire splendide, l'un des plus beaux qui soient. Il s'occupait de lui depuis plus de cinq siècles et il savait comment il fonctionnait, même si il continuait de le surprendre et lui causer des angoisses pour un tout ou un rien. Il savait aussi très bien qu'il aimait flirter, et qu'il était parfois très ambiguë dans ses propos ou ses gestes envers lui. Pourtant, le prince ne l'avait jamais mis dans son lit, et il s'était résolu à penser qu'il n'était pas à son goût. De toute façon, Ulrick était reconnu à la Cour pour être attiré par les fortes poitrines comme une mouche par le miel, toutes les femmes venaient avec des décolletés beaucoup trop plongeant lors des bals, beaucoup d'entre elles voulaient tenter leur chance. C'était compréhensible. Peut-être l'aurait-il trouvé plus attirant si il l'avait connu dix mille ans plus tôt, quand ses cheveux noirs étaient très longs et qu'il était un peu plus musclé. Les siècles qu'il avait passé à la montagne l'avaient aussi changé physiquement, il s'était amaigri et il trouvait ses traits beaucoup plus féminins qu'avant. Il ne s'était pas vraiment remplumé en retournant à Gothik City, il continuait à boire du sang en quantité minime. Le pouvoir de son épée le rendait beaucoup plus endurant, et il tenait à tout prix à conserver les habitudes qu'il avait pris dans la montagne. C'était sa façon à lui de chérir ces souvenirs. Peut-être qu'un jour il retournerait se perdre dans le froid et pourrait recréer ce clan, si l'ange déchu le permettait.

Le prince se trouva une excuse pour ne pas se laisser accompagner dans cette mission périlleuse et il ne répondit rien, se contentant de reposer la coupe vide là où il l'avait trouvée. Il savait qu'il avait raison, mais il ne supportait pas de le savoir prendre des risques et être incapable de pouvoir le protéger. C'était son travail, il l'avait engagé pour ça, pas pour protéger une doublure ! Il avait échappé à la mort, mais qu'en serait-il la prochaine fois ? Cet enfant devait arrêter de tenter le diable. À force de tendre la perche, il risquait de la saisir.

Ulrick se mit à parler, et le garde du corps ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel et soupirer doucement devant son numéro d'enfant blessé qui exigeait un peu de réconfort. Allons bon, avait-il oublié la fois où il avait fait paniquer son cheval ? L'animal s'était cabré, éjectant son cavalier, et lui était tombé dessus. Le prince s'était retrouvé avec la cheville cassée en deux et, bien qu'il ait été complètement remis au bout de vingt-quatre heures, avait fait semblant de boiter pendant quatre jours pour se faire chouchouter.

Illium se sentait gêné et mitigé à chaque fois que Ulrick buvait de son sang. C'était trop intime, trop... Interdit. Pourquoi fallait-il qu'il ait de pareils goûts ? En plus de ça, le sang des vampires n'était pas nourrissant, il n'y avait donc absolument intérêt. Mais il ne pouvait rien lui refuser – ou presque – puisqu'il était le prince Von Dast. Et puis, il aimait les frissons qui l'envahissaient pendant tout le processus.

Le vampire défit la ceinture de soie à sa taille qui empêchait solidement son kimono de s'ouvrir. Il avait opté pour quelque chose de léger, puisqu'il n'avait aucune intention de sortir ou de se montrer à quelqu'un d'important qui ne connaîtrait pas son « extravagance ». Après s'être rapproché d'Ulrick, il fit glisser le vêtement sur son épaule nue et tendit le cou, une main appuyée sur l'épaule du prince, celle qui n'était pas blessée bien évidemment.

Si Ulrick Von Dast était le prince de Gothik City, il était le roi dans l'art des choses que l'on dirait au mauvais moment. Il se sentit obligé de parler de son baiser avec Yvan, qu'il lui avait confié quelques jours plus tôt. Illium tressailli comme si on venait de le piquer avec une aiguille et planta son regard intense dans le sien, la proximité entre leurs visages proche du néant. Pourquoi se comportait-il comme si il était son amant, ou son fiancé ? Le prince le fixait intensément et serrait sa main dans la sienne, le sourire aux lèvres, provocateur.

« Vous pouvez bien faire ce que vous voulez de votre bouche, mon Prince. C'est la votre. »

En réalité, il avait été à la fois choqué et blessé. Ulrick lui avait de nombreuses fois ressassé combien il aimait son aîné, et qu'il voulait l'épouser un jour, mais il était certain que ce n'était qu'une forme de complexe œdipien qui disparaîtrait. Bien qu'Yvan ne soit pas bon à marier, il était indéniable qu'il était très attirant, et lui même n'aurait pas dit non. Mais il savait aussi quels étaient les goûts de son Général, et il était loin d'être son idéal. Et il avait été aussi blessé, tout simplement parce-que même si personne ne pourrait tolérer une telle relation, il s'était senti terriblement jaloux, et en danger. Pourtant, il était conscient de n'avoir aucune chance, il n'était même pas sûr et certain de ses propres sentiments. C'était bien plus facile avec Cadmon... Il espérait qu'il brûlait en Enfer à l'heure qu'il était.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Welcome Back   Mar 12 Avr - 16:11



Welcome Back



Ulrick avait lu une histoire quelques jours auparavant dans le journal. Un noble avait retrouvé son calice chez lui, sans plus aucun trace de sang en lui. Plus une goutte. Il avait un petit mot épinglé sur la poitrine qui disait 'Quand le comte tombera, vous aussi'. Le complot prenait de l'importance mais la plupart des gens l'ignoraient royalement, restant fidèle à son père. Combien de temps cette fidélité tiendrait-elle ?
Malgré ces menaces, la famille Von Dast étincelait plus que jamais. Ulrick irait bientôt mieux, Yvan était revenu, Emilien et Holly allaient bientôt avoir un enfant et Elijah et Lucie étaient toujours les enfants dignes du sang bleu qui coulait dans leurs veines. Tant qu'ils étaient réunis, il ne pourrait rien arriver. Il avait envie de sortir de son lit dès à présent et de prouver au monde qu'il allait bien mais Luscka le tuerait sur le champ s'il faisait ça.
En réalité, le médecin l'avait invité à en faire le moins possible mais il était fort possible qu'il ait plutôt caché un ordre sous des politesses inutiles parce que le Comte et la Comtesse avaient été dans la chambre. Holly était enceinte et désormais plus rien ne devait être dit à la légère devant elle. Il se souvenait à peine de sa dernière grossesse puisqu'il avait neuf ans mais il avait apprit deux choses durant cette année qui avait servi à la création de Lucie : Sa mère était une dragonne sans cœur durant les derniers mois de grossesse et son père connaissait assez bien sa femme pour lui apporter ce dont elle avait besoin, quelque soit l'heure ou le jour.
La dernière fois, son père lui avait dit de faire attention à ne pas trop énerver sa mère mais Holly lui pardonnait parce qu'il était un petit garçon de huit ans innocent. Mais désormais, il aurait à faire encore plus attention. Couvrir les bêtises de sa sœur, réparer les inattentions d'Elijah et être là quand Yvan lui parlerait pour calmer les tensions. Il était un peu la gardien de cette famille et il s'en voudrait si sa mère arrachait la tête d'Yvan sous un coup de colère.
Dans le pire des cas, il réunirait ses frères et sœur dans leur café habituel en temps de crise. La dernière fois qu'ils s'étaient rendus au Bistro Madison, c'était parce qu'Emilien avait prit la décision de leur retirer certains de leur privilège après qu'Yvan ait accidentellement révélé à son père qu'il avait l'habitude de sortir la nuit pour se battre dans un bar. Heureusement, ensemble ils pouvaient tout vaincre.
En souriant doucement, le jeune prince se dit qu'il ne pouvait qu'aimer son garde du corps. Il étincelait parmi les fleurs et les bougies. Il adorait tellement le voir dans sa chambre. Il aurait même pu ne plus quitter cette dite chambre juste pour le regarder et respirer le parfum des fleurs. Mais au bout d'une heure, il se serait quand même ennuyé. Il devait lui rester quatre cent ans de jeunesse, après, il deviendrait un homme sage et réfléchi comme son père, il en était sûr.
Il prévoyait d'aller vivre un petit moment à Modernis State quand il n'y aurait plus cette histoire d'infection. Il devait retrouver la trace de ses enfants et poser des questions à Kimchi Callahan. Il devait être sûr que son fils était mort avant de devenir un vieux sage. Il avait cinq cent dollars modernis cachés sous son matelas et il s'en servirait le temps venu.
Il s'attendait à ce qu'Illium le plaigne mais pas à ce qu'il lui offre un spectacle aussi appétissant. Il lui offrit son cou et une épaule. Bon sang, il avait tellement envie de l'embrasser au lieu de le mordre. Mais cette façon qu'il avait de s'offrir réveillait ses instincts de prédateur. Alors il posa sa main sur la taille d'Illium pour l'attirer plus près de lui et vint lécher son cou à l'endroit où il avait l'habitude de le mordre.
Il mordit dans la chair alors qu'Illium lui répondait et goûta avec délice son sang. Il savait qu'il ne devrait pas aimer cela et que ce serait un scandale si on le découvrait mais … bon sang, il en avait tellement envie. Il avait parcourut des tunnels humides, avait sauvé Yvan et prit un coup important. Sans compter qu'il avait été obligé de sauver une de ses amies proches. Fylde resterait à jamais dans son cœur, lourd de regrets.
“ Je peux vraiment en faire ce que je veux ? Vraiment ? ”
Il se pencha un peu, ce qui lui fit pousser un grognement de douleur et vint embrasser le pli des lèvres d'Illium, en faisant exprès de ne pas toucher ces dernières. Sa bouche, criminelle, descendit le long de son cou, léchant le peu de sang qui s'échappait encore de la plaie. Elle serait bientôt refermée.
“ Parce que j'ai envie de faire des choses … sales. Très sales. ”
Ses doigts agiles défirent des rubans et des nœuds. Il ne voulait pas que quoique ce soit l'empêche d'atteindre son objectif. Et bientôt, sa bouche descendrait plus bas, plus bas …

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Wings of Freedom
Messages : 12
Date d'inscription : 26/03/2016

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Elite de la badasserie
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Welcome Back   Dim 29 Mai - 18:53


Welcome Back


Comme à chaque fois qu'il le mordait, Illium ferma les yeux et se laissa envahir par ce qu'il n'accepterait jamais de décrire comme du plaisir. Une sensation de chaleur se diffusait de sa morsure à être tout entier et à chaque fois que les lèvres glacées du prince se posaient sur sa gorge. Un frisson inattendu fit se redresser le duvet léger derrière sa nuque et il dut se faire violence pour n'émettre absolument aucun son qui pourrait se révéler embarrassant. Tandis qu'on lui volait lentement de son sang, il se surpris à se demander si son protégé mordait souvent d'autres vampires, ou si il était une exception à la règle. Mais connaissant bien Ulrick, il n'aurait pas été surpris qu'il morde les vampires autant qu'il couchait avec eux, cet homme était impossible...

Quand Ulrick en eut enfin terminé – ou du moins c'était ce qu'il espérait – il se redressa, toujours avec ce même sourire malicieux, et répondit à la remarque que lui avait fait le garde du corps en guide de réponse. Illium n'eut pas le temps de répliquer et se figea en sentant la main sur sa taille raffermir sa prise, et il sentit son cœur se gonfler quand les lèvres du prince s'approchèrent dangereusement des siennes sans jamais les toucher. Il voulut reculer mais ne le fit pas, trop surpris par les doigts glacés d'Ulrick qui s'attaquaient à ses vêtements dans un but qu'il ne pouvait ignorer.

Le garde du corps ouvrit la bouche pour protester de nouveau mais les mots moururent dans sa gorge quand les lèvres du vampire vinrent caresser sa peau. Oh, bon sang, pourquoi devait-il lui faire ça ? Il sentait sa plaie cicatriser complètement alors que le prince s'affairait à le débarrasser de ses vêtements et se félicita silencieusement de faire des nœuds solides à chaque couche de vêtements.

Illium resta comme paralysé, laissant l'autre vampire faire ce qu'il voulait, jusqu'à ce que la dernière couche de tissus – ou plutôt de soie – ne se fasse attaquer par les doigts agiles. Il sentit le dernier nœud se défaire et, au moment où Ulrick allait le mettre littéralement à nu – agrippa son poignet avec fermeté et le força à se redresser pour le regarder dans les yeux, plantant son regard troublé en essayant d'avoir l'air aussi outré que possible. Il n'avait jamais réussi à savoir lequel d'entre eux avait le plus de force, mais il était sûr d'avoir la meilleure technique en combat, son arme et son ambidextrie aidant. Mais ils n'allaient pas se battre de toute façon, et même si c'était le cas, il serait bien obligé de laisser Ulrick gagner. Il chassa cette idée de son esprit et espéra que le prince ne remarquerait pas combien il se sentait excité. Il avait un certain contrôle pour ce qui était de ce qu'il avait entre les cuisses, mais contrairement à d'habitude, sa respiration était plus courte et saccadée. Il n'avait pas besoin de respirer, pourtant il ne pouvait s'en empêcher. Même après plusieurs milliers d'années.

« Ce n'était pas ce à quoi je pensais et, sauf votre respect mon Prince, les clés qui ouvrent toutes les serrures ne sont d'aucun intérêt. » 


À peine eut-il terminé sa phrase qu'il la regretta, il ne voulait pas blesser Ulrick. Ou peut-être que si ? Après tout, il lui avait bien fait du mal à lui aussi, à chaque fois qu'il se permettait de culbuter n'importe qui en sachant qu'il était de garde devant sa porte, ou en lui annonçant joyeusement qu'il avait embrassé son aîné.  Mais il était un Prince de Gothik City, il pouvait bien faire ce qui lui chantait et personne n'avait à le critiquer, ou en tout cas pas son garde du corps.

Illium lâcha le poignet qu'il retenait et détourna le regard avant de se lever, lui tournant le dos afin de se rhabiller correctement, ignorant ses mains qui tremblaient légèrement. Il resta silencieux et observa les plantes envahissant la chambre tandis qu'il faisait mécaniquement les nœuds complexes de sa tenue, attendant la réponse d'Ulrick. Peut-être allait-il être furieux, le chasser et lui ordonner de ne jamais remettre les pieds à Gothik City, il n'avait jamais vu le Prince être réellement en colère. Non, il ne pouvait se permettre de s'éloigner de son fils sans avoir parlé au moins une dernière fois avec lui. Et ça le déchirerait de devoir se séparer d'Ulrick. Il voulut se tourner de nouveau vers lui pour lui expliquer qu'il n'avait aucune envie de n'être qu'un énième nom sur son tableau de chasse mais préféra se taire, le prince ne comprendrait jamais de toute façon.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Welcome Back   Jeu 2 Juin - 13:49



Welcome Back



Illium était un bon garde du corps. Rares étaient les fois où il avait failli à sa tâche en presque six cent ans. Elles pouvaient se compter sur les doigts d’une main en réalité. Mais à chaque fois, personne n’avait pu lui en vouloir. Comment aurait-il pu empêcher Ulrick de jeter une pièce dans cette fontaine interdite qui l’avait maudite ? Comment aurait-il pu protéger le Prince de tomber d’un arbre qu’il s’était mit en tête d’escalader ? Et comment aurait-il pu prendre un coup de faux fantomatique à sa place alors qu’il ne savait même pas où il était ?
Les blessures, si elles n’étaient pas souvent graves chez lui, le mettaient toujours dans un état de faiblesse qui désolait Illium. Ulrick n’était pas un soldat ou même un homme de combats. Il empoisonnait, soignait ou prenait par derrière.
Il voyait encore du feu derrière ses rideaux. La bougie qui devait annoncer sa survie ou sa mort brûlait encore et il était tenté de la souffler et de faire coucou à la foule qui devait avoir allumé de gros cierges noirs dans la cour.  Mais il était trop fatigué et il avait interdiction de se lever. Heureusement que sa mère n’était pas là, elle lui aurait mit deux claques et l’aurait mit debout.
En regardant la pendule recouverte de fleurs sur le mur à droite de lui, il soupira. Læda ne tarderait pas à venir. Elle était une des apprenties de Luscka et elle était encore plus brute que lui.
Sur une échelle de un à dix, les médecins de Gothik City étaient assez brutaux pour atteindre un bon onze. Ils avaient l’habitude de traiter avec des vampires, des membres de l’armée ou de la noblesse pour la plupart, des gens solides. Bien entendu, Ulrick était bien trop délicat pour être laissé entre leurs mains. Il avait espéré que Luscka serait plus doux avec lui mais il n’en était rien. Le soigner au plus vite et avec le moins d’anesthésiants possible était sans doute une marque d’affection pour lui.
Ah, il aurait donné n’importe quoi pour avoir une cruche de bon alcool à proximité. Il avait terriblement envie de noyer cette douleur dans quelque chose de plus agréable. Il détestait vraiment avoir mal, ça n’avait jamais été son truc. En revanche, il adorait faire mal pendant l’acte, à petites doses. Il devait avoir ça en commun avec Yvan, probablement.
Illium ne le repoussa pas, il ne dit même rien. Ulrick était content, qu’il le laisse faire pour une fois. Mais il était blessé, c’était peut-être bien pour cela. Quoiqu’il en soit, il comptait mettre à profit cette petite faiblesse de sa part. Illium n’avait pas pour habitude de lui laisser faire quoique ce soit. Comme un bloc de pierre, il était souvent imperturbable.
Le garde du corps l’interrompit cependant et le força à le regarder. Il avait l’air … confus et outré à la fois. Il était presque à nu à présent et il était excitant, le souffle court et le regard embué. Il aimait beaucoup cette façon qu’il avait de respirer sans raison.
Ulrick perdit son sourire quand Illium reprit la parole, pour planter un pieu dans son cœur, si profondément qu’il se sentit trahi. Comment pouvait-il dire cela ? Est-ce qu’il aurait dû s’abstenir pendant six cent ans en espérant qu’il le remarque ? C’était absurde. Illium était cruel.
Il se releva et Ulrick le laissa faire, interdit. Il déglutit et se détourna de lui. Il était si cruel, sévère avec lui. Il aurait dû s’en douter. Il ne pouvait compter sur personne. Yvan n’avait même jamais connu ses sentiments, Lucie s’en fichait bien et préférait s’envoyer en l’air avec son hybride de calice et Illium … oh et bien, Illium était un cas perdu. Il le prenait pour un enfant, il n’avait jamais remarqué qu’il avait grandi.
Quand il rouvrit les yeux pour les diriger vers Illium, de nouveau face à lui, sa vue était trouble. Il avait l’impression qu’un peintre avait estompé toutes les couleurs.
“ Peut-être qu’il y a une porte que je veux ouvrir et qu’elle semble impénétrable. Peut-être que je prends ce que j’ai.”
Il déglutit difficilement en reniflant et se retourna, s’allongeant sur le côté en présentant son dos à Illium. Il avait été stupide. Il ne s’intéressait à lui que parce que ses parents le payaient pour le faire. Il n’était même pas vraiment jaloux.
“ Tu peux partir, il y a des gardes devant ma porte. Je n’ai pas besoin de toi.”
Sa voix tremblait un peu et il se maudissait de ne pas être un être de glace comme son grand frère. Ses passions finiraient pas le brûler de l’intérieur un jour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Wings of Freedom
Messages : 12
Date d'inscription : 26/03/2016

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Elite de la badasserie
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Welcome Back   Lun 6 Juin - 22:08


Welcome Back


Illium resta planté devant le lit du prince, évitant à tout prix son regard de peur d'y déceler de la tristesse ou pire encore : de la colère. Étrange, il ne s'était jamais rendu compte à quel point les plantes envahissant la chambre pouvaient être fascinantes. La première fois qu'il était entré dans cette pièce, il avait trouvé ce trop plein de nature dans un endroit clos très oppressant mais, avec le temps, il s'y était habitué. Il aimait presque cet endroit à présent, presque. Le parfum des fleurs embaumait les lieux et masquait l'odeur déjà très discrète d'Ulrick. Il avait gardé l'habitude de respirer aussi souvent que possible, sauf quand il combattait, et se trouvait toujours assailli par tous ces parfums délicats.

Ulrick parla, et il pu déceler une pointe de tristesse et de déception sans aucune difficulté. Bien sûr, le prince n'avait pas l'habitude qu'on lui refuse quoi que ce soit, encore moins quand cela concernait les relations charnelles. En fait, il se demandait si il avait un jour dû essuyer ne serait-ce qu'un refus jusqu'à présent. Le prince était incroyablement charismatique, ajouté à ça quelques paroles enjôleuses, en plus d'être un très beau vampire, un prince qui plus est, on ne lui disait sûrement jamais non.

Même si, il en était certain, Ulrick essayait tout simplement de l'amadouer pour qu'il se glisser sous ses couvertures, un frisson le parcourut de la tête aux pieds à ses mots. Suivit d'un sentiment de colère, une petite boule s'agitant au creux de son ventre et menaçant d'exploser. Mais il savait se contrôler, il avait l'habitude des petites crises du prince et ce ne serait sûrement pas la dernière.

Illium ferma les yeux et prit une profonde inspiration, se laissant envahir par le parfum fleuri de la chambre, avant d'expirer lentement. Quand enfin il se sentit de nouveau calme, il se tourna enfin pour regarder l'autre vampire qui lui tourna à présent le dos, allongé sous une couverture épaisse qui lui remontait jusqu'au torse. Le garde du corps termina de se rhabiller correctement, serrant les nœuds avec plus de force qu'il ne l'aurait voulu.

« J'aurais préféré avoir une conversation entre adultes avec vous, prince Ulrick. Une telle attitude ne fait que confirmer ce que je pensais, en ce qui concerne vos relations, vous n'êtes encore qu'un adolescent. »


Ulrick était immature, pour l'avoir suivi depuis plus de cinq siècles partout où il allait et l'avoir observé, il en était certain. Même si il était un assassin en secret, même si il savait manipulé la foule de son sourire ravageur et de ses belles paroles, même si il était loin d'être l'idiot qu'on le croyait être, il restait un enfant dans certains domaines. Et c'était à cause de cela qu'Illium n'osait essayer, qu'il n'osait faire un pas en avant. Ou peut-être n'étaient-ils tout simplement pas fait pour être ensemble, pas comme ce qu'il aurait voulu. À cette idée, son cœur se serra, et il n'ajouta rien d'autre. Et si il était le véritable le problème ? Depuis Cadmon, il n'avait aimé personne, peut-être le vampire avait-il gelé son cœur le jour où il l'avait enfermé dans des glaces éternelles. Il ne se sentait pas prêt, et Ulrick encore moins, il ne voulait pas gâcher sa chance si il pouvait un jour en avoir une.

Illium observa le prince un moment en restant silencieux, après quelques instants, il se demanda si il ne s'était pas endormi. Le garde du corps recula pour aller s'asseoir dans un fauteuil près de l'entrée sans faire un bruit, se tenant droit et fixant le vampire immobile dans son lit. De là où il se tenait, il ne pouvait voir le visage d'Ulrick, c'était peut-être mieux ainsi. Le silence se fit de plus en plus lourd, derrière un rideau, il voyait la flamme d'une bougie vaciller et pouvait entendre le bruit d'une foule au loin. Il se prit d'admiration pour cette flamme et laissa échapper un soupire discret.

« Mais ça ne veut pas dire que je ne tiens pas à vous. »


Il avait murmuré ces mots dans un souffle, le prince devait dormir, sa blessure avait été profonde. Bien qu'il soit un vampire et donc relativement résistant, il ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter pour lui. Et si la plaie s'infectait ? Si pour une raison ou une autre il se remettait à perdre du sang, ou avait attrapé une maladie quelconque ? Non impossible, il n'était pas qu'un fragile humain.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Welcome Back   Mer 17 Aoû - 11:30



Welcome Back



Ulrick tourna sa tête hautaine vers Illium. Il était un prince et ces derniers temps, son garde du corps semblait oublier le fait qu’Ulrick pouvait le faire virer, décapiter ou exiler selon son bon vouloir. Bien sûr, il ne l’aurait jamais fait, parce que c’était Ulrick. Il était le bon prince, celui qui souriait, donnait de bons conseils et n’était jamais triste. Il était le bouffon de la Cour.
Il avait écopé de ce rôle parce que, quand il était né, tous les rôles étaient déjà pris. Yvan était le ténébreux, le craint, Elijah était l’introverti et l’intelligent, sa mère était la forte et l’intriguante et son père était la puissance cachée, la colère insoupçonnée. Il ne lui restait plus qu’à devenir Ulrick le déviant, le festif, le stupide.
Certes, il aimait son rôle. Il aimait les fêtes, le luxe, les grandeurs. Il aimait que toute la Cour suive la moindre de ses envies et il aimait amuser la galerie. Mais il aurait aimé être plus que cela, parfois. Il aurait aimé être plus que le mauvais parti, seulement le troisième fils, celui qui n’était pas rentré dans l’armée malgré tout ses efforts, celui qui ne siégeait pas au Conseil, celui auquel on ne pouvait confier aucun secret, proche de tous et bien seul en vérité.
Malgré tous ses doutes, il aimait son rôle et il était fier de servir de diversions quand ses frères avaient besoin de lui, et il se fichait bien de savoir ce que les autres pensaient de lui, ils ne comptaient pas. Mais qu’Illium, son ami le plus proche, son confident, pense comme un noble de bas étage, qu’il le pense tout juste bon à écrire des poèmes et soulever les jupes des femmes ... cela lui donnait la nausée.
Il avait sans cesse eut peur de ne pas être assez bien, assez divertissant, assez ceci ou cela depuis le moment où il avait commencé à côtoyer Illium. Parce qu’il l’aimait, parce que tout était trop peu quand on parlait du garde du corps. Parce qu’il sentait son cœur se serrer dès qu’il le voyait. Merde. Merde. Putain !
Il était au bord de la crise de nerf mais il espérait ne pas avoir à faire face à cela. Il ne voulait pas exploser, parce qu’il ressemblait plus à Yvan qu’il ne voulait l’avouer. Ils avaient tous les quatre hérité de cette colère qui était celle de leurs parents. Si Emilien était toujours souriant, il pouvait commencer à tempêter avant même que quiconque ait senti le vent se lever. Il ne voulait pas se mettre en colère.
Et puis, Illium décida de s’exprimer. Ses mots se plantèrent en plein cœur d’Ulrick, le faisant saigner si fort qu’il crût mourir. Illium était bien plus vieux que lui et il avait dû en connaître des princes exigeants. Il le méprisait comme le plus stupide des étrangers, après ce qu’ils avaient vécu ensemble... Rien ne comptait, parce qu’Illium le méprisait. Il le prenait pour un enfant.
Et comme avec un enfant capricieux, il était cassant et presque méchant. Non, pas presque. Il était méchant, incroyablement cruel. Bien sûr qu’il n’ignorait rien des sentiments du Prince pour lui et pourtant, il continuait de le repousser. En sentant la colère monter encore plus, toujours plus, en lui, Ulrick agrippa les draps, à s’en faire blanchir les jointures, si cela était possible pour un vampire.
Les derniers mots du garde du corps le troublèrent et le firent exploser. Il était comme ça, il aimait jouer avec lui comme on s’amuse avec un pendule. Il soufflait le chaud et le froid mais cela ne pourrait pas continuer pour toujours. Ulrick allait finir par devenir fou et il finirait par mourir de tristesse et de colère. Il ne pouvait pas se permettre de laisser un garde du corps se jouer de lui.
Il se redressa et se saisit d’un soli flore, joliment agrémenté d’une rose cueillie le matin même par une servante, sur sa table de chevet et le lança juste à côté du visage d’Illium. Le vase s’écrasa sur le mur et Ulrick vit distinctement un morceau de verre écorcher la joue du garde du corps. Qu’importait ? Il était un vampire, il finirait de guérir dans quelques secondes.
Il devait faire un beau spectacle pour Illium. Les yeux emplis de peine, les joues inondées de larme, la bouche et les mains tremblantes. Personne ne l’avait jamais vu comme ça. Quand il était en colère ou triste, il se cachait de tous. Personne n’avait vu une de ses crises et parfois, il pensait qu’Illium pouvait le comprendre. Mais c’était faux, il ne pouvait tout simplement pas.
“Je crois t’avoir dit de partir...”
Sa voix se brisa en sanglots sur le dernier mot qu'il ne réussit jamais à finir et il se réfugia une nouvelle fois sous les couvertures. Il en savait assez pour ne plus jamais vouloir sortir de sa chambre. Il ne voulait plus jamais voir Illium de sa vie, c’était trop douloureux.
Peut-être que son rôle n’était pas celui du bouffon, mais celui dont on rit. Celui qui était censé ne jamais trouver personne. Yvan avait été jusqu’à ignorer ses sentiments évidents, Lucie avait préféré un hybride à lui et Illium ... il le prenait pour un enfant. Non, le problème venait de lui. Ulrick n’était tout simplement pas digne d’être aimé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Wings of Freedom
Messages : 12
Date d'inscription : 26/03/2016

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Elite de la badasserie
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Welcome Back   Mer 5 Oct - 17:18


Welcome Back

Même si il ne le lâchait pas d'une semelle depuis plusieurs siècles déjà, Illium avait toujours du mal à comprendre son prince. Il avait parfois la sensation qu'il se torturait bien plus que nécessaire, et était trop émotif par moment. Comme à cet instant.

Le geste d'Ulrick fut si vif et inattendu qu'il n'eut pas le temps d'esquiver ou bouger un cil. Il sentit le vase passer à quelques centimètres de son visage et, une seconde plus tard, quelque chose l'entailler à la joue. Le vampire écarquilla les yeux et fixa l'homme à qui il faisait face d'un air choqué. C'était la première fois qu'il levait la main sur lui, indirectement. La première fois qu'il avait un geste aussi violent et méprisable envers lui. Illium se sentit terriblement blessé, mais il ne pouvait rien dire, il n'était qu'un autre genre de serviteur du Von Dast. Alors il ne dit rien, mais son regard glacé, rempli de déception, parla pour lui. Ulrick avait une réaction exagérée, indigne d'un prince.

Quand il se réfugia sous ses couvertures, le vampire l'écouta sangloter un court instant sans réagir. Ses épaules s'affaissèrent légèrement et la tension qui montait en lui s'évanouit. Il s'était passé énormément de choses au cours des dernières heures, et le prince avait été grièvement blessé. Il était affaibli, fatigué, il fallait être compréhensif envers lui. Et, après tout, il aimait Ulrick. Et savait que celui-ci ne réagirait pas ainsi pour quelqu'un qui ne compterait pas pour lui.

Finalement, le garde du corps se leva, se rapprocha du lit dont il arracha les couvertures et saisit le visage du prince entre ses mains. Un sentiment d'appréhension l'envahit, ce simple geste pourrait lui valoir de se faire couper la tête, mais il savait que le Von Dast ne ferait jamais une chose pareil. Illium plongea son regard clair dans celui, humide de larmes, de l'autre vampires, et essuya ses joues du bout des doigts avec tendresse.

« Pardonnez-moi mon prince, je ne voulais pas vous rendre malheureux et encore moins vous voir pleurer. Vous êtes exténué et j'aurais dû vous ménager... »


Il avait peut-être fait une erreur en entrant dans sa chambre, aurait mieux fait de se poster devant sa porte et attendre patiemment qu'il le réclame. Et en même temps, il ne pouvait supporter l'idée que le prince aurait été capable de se mettre en tête, croyant qu'il ne s'inquiétait pas pour lui. Son cœur se serra un peu plus dans sa poitrine, et sa gorge se noua, le rendant incapable de respirer, tant mieux. L'odeur du prince finirait par le rendre fou, il adorait le parfum fleurit qu'il dégageait, si propre à Ulrick.

Illium se pencha sur l'autre vampire après l'avoir incité à se rallonger correctement, et vint déposer un baiser délicat sur ses lèvres, terrifié à l'idée d'être repoussé. Ce que Ulrick ne fit pas, sans doute trop choqué par son geste. Il garda ses lèvres collées contre celles du prince quelques secondes avant de rouvrir les yeux et se redresser. Il ramena les couvertures sur son corps fatigué et passa une main dans sa chevelure.

« Je vais vous laisser vous reposer, mais je ne serai pas loin. »
Sa main descendit sur son visage pour aller caresser sa joue et il continua, « Vous m'êtes si précieux, mon prince, ne croyez pas que vous ne comptez pas pour moi. »

Sans rien ajouter, Illium sortit de la chambre et referma la porte derrière lui, il n'osa pas lui accorder un dernier regard de crainte de voir le prince encore plus en colère. Dès qu'il eut fait quelques mètres, le vampire se colla dos à un mur et expira un long soupire. Bon sang, il était fou. Si quelqu'un les avait entendu, cela ferait scandale. Et si Ulrick changeait d'avis, il pourrait très bien le faire chasser du château, ou de Gothik City. Non... Le prince n'était pas comme ça. Mais pourquoi avait-il été aussi impulsif et si peu professionnel ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Welcome Back   

Revenir en haut Aller en bas
 
Welcome Back
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-