Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 Bloody Trouble

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
General Relentless
Messages : 87
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Bloody Trouble   Dim 1 Mai - 9:38

Bloody Trouble

L
e bal avait eu lieu deux jours plus tôt. Yvan s'en était remis facilement, contrairement à beaucoup d'autres nobles que l'on n'avait pas revu à la cour le lendemain. Sans doute parce que le prince noir ne s'amusait pas beaucoup pendant ces soirées. De plus, ce bal, bien qu'il s'agissait de l'anniversaire de son petit frère, lui avait surtout servi à surveiller la famille Feralis. Et Taesch, mais le métamorphe était une distraction et il était inutile d'y penser maintenant.

L'un des héritiers de la famille Feralis, le plus jeune en fait, avait décidé de colporter des ragots intolérables. Il affirmait être l'amant de la Comtesse et par conséquent le véritable père de l'enfant qu'elle portait. Cette idée était parfaitement ridicule et tout le monde le savait. Il existait en effet peu de couples aussi soudés que l'était celui que formaient Emilien et Holly. Et aussi passionnés. Yvan songea que ce devait être un trait de caractère familial, cette passion. Ulrick et Lucie usaient de leurs corps sans retenue, ce à quoi essayait de ne pas penser Yvan. Elijah, ces derniers temps, avait fait montre d'un engouement inhabituel pour le duc Von Hochen. Quant à lui, et bien… Il devait avouer que même lui se prêtait au jeu de la passion. Depuis qu'il avait pensé avoir perdu Taesch à jamais, il le côtoyait aussi souvent que possible. Il avait même accepté d'officialiser leur relation. S'il ne l'avait pas hurlé sur les toits du château, il en avait informé les membres de sa famille et ses amis. A l'exception de Luscka, parce que son meilleur ami était actuellement à Modernis State et qu'il n'avait aucune envie de lui annoncer une chose pareille dans une lettre. Il craignait un peu sa réaction également. Après tout, Lou avait toujours montré beaucoup de réticence en ce qui concernait ses liens charnels avec Taesch. Il pensait que l'officier se moquait de lui et qu'il le laisserait tomber dès qu'il se serait lassé du prince. Yvan n'y croyait pas et de toute façon, si Taesch lui faisait un coup aussi tordu, il ne se laisserait pas aller au désespoir. Il lui tordrait plus probablement le cou.

Bien que la rumeur colportée par Feralis était hautement improbable, cela plaisait à la plupart de la noblesse d'y croire. Car bien que Pygargue et son complot avaient été éliminés, la menace sur la famille du Comte menaçait toujours et Yvan n'avait pas oublié les menaces de cet étrange sorcier. D'ailleurs, s'il revoyait Taesch bientôt, il devrait penser à lui faire des reproches à ce sujet. Pour l'instant, il n'en avait pas encore eu l'occasion.
Yvan examina une dague à la lame particulièrement brillante et affûtée, admirant le reflet du feu de la cheminée de sa chambre. Il aimerait pouvoir le planter simplement dans la gorge de Feralis et le laisser se vider de son sang jusqu'à la mort. Si ça n'avait dépendu que de lui, il l'aurait simplement fait enfermer, torturer puis tuer. Mais son père était trop bon. Ou sa mère. En tout cas, la Comtesse avait exigé de son fils aîné qu'il le discrédite, tout simplement. Yvan n'était pas particulièrement doué en intrigues politiques, aussi n'avait-il pas essayé de discuter. Avec le climat actuel, il était peut-être préférable d'humilier au lieu de tuer. S'il avait été Comte, il aurait instauré un règne de la terreur, mais… Ce n'était pas le style d'Emilien Ier.
Yvan reposa à contre-coeur la dague et se posta face à la cheminée. Il voyait son reflet dans un bouclier d'argent disposé au-dessus du manteau de bois sculpté. Son visage lui semblait étranger maintenant qu'il s'était fait coupé les cheveux. Ils ne caressaient plus ses épaules mais se stoppaient sur sa nuque. Il les avait soigneusement lissés à son lever et les mèches raides encadraient son regard sombre. Il avait conservé une petite tresse au bout de laquelle se balançait une lune d'argent. C'était une idée de Taesch pour le bal et il avait assez aimé pour vouloir garder cette fantaisie quelques temps.

Il ne cessait de penser à Taesch, au point d'avoir le sentiment d'être véritablement obsédé par sa personne. Il s'était même désintéressé des fortifications de Gothik City depuis la résurrection du métamorphe.
Maintenant qu'il y songeait, le vieux vampire pourrait lui être utile. Afin de faire tomber Feralis, il allait devoir découvrir quelques secrets pour lui. Et il ne connaissait personne de mieux qualifié que Taesch pour une mission de ce genre. Après tout, il commandait aux éclaireurs, c'était une mission qui lui allait bien. Il fallait des aptitudes de lâche.

Quelques minutes plus tard, Yvan, vêtu d'un haut en cuir souple et noir, croisé sur le torse et sans manches, vint toquer aux appartements de Taesch. Il était prêt à partir en mission et s'était contenté de glisser un couteau à l'arrière de chacune de ses cuissardes. Bien caché contre son torse pendait le bijou en forme de tête de loup qu'il avait déniché au marché. Ce jour-là, il avait également trouvé un cadeau à faire à Taesch, qu'il lui avait offert dès son retour. Ou plutôt, il l'avait fait déposer dans sa chambre, enroulé dans de la peau tanné. Il n'avait pas laissé de mot, supposant que la forme de faux du couteau suffirait à lui mettre la puce à l'oreille.
Par une fenêtre en ogive du couloir, Yvan consulta le ciel. Il était clair et dégagé, le croissant de lune brillait intensément sur son lit d'encre noire. Ils allaient devoir être prudents s'ils voulaient s'infiltrer dans la maison Feralis cette nuit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rainbow Prince
Messages : 66
Date d'inscription : 22/03/2016

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Bloody Trouble   Mar 3 Mai - 11:39

Bloody Trouble


Taesch Condé et Yvan von Dast - Nuit 8 de la Sixième
La Saint-Valentin était bien loin maintenant mais il avait le sentiment qu'il pourrait prouver son amour à Yvan dans quelques temps. Ils étaient ensemble officiellement et ils avaient même dansé ensemble au bal. Yvan avait un peu bu et ils l'avaient fait dans les jardins mais c'était déjà cela. Il était tellement heureux d'être enfin accepté qu'il s'en fichait bien du reste. Oubliées les phrases assassines de Rozen, oubliée l'absence d'Elijah, il était sur un petit nuage.
L'énigmatique Yvan était désormais tout à lui et il allait faire en sorte de tout découvrir sur lui. Peut-être même qu'il lui révélerai ses plus sombres secrets, ceux que personne ne connaissait et qui n'étaient plus que de vieux souvenirs. Peut-être même qu'en construisant une relation stable, il finirait par s'offrir à lui. Oh  bon sang, il en frémissait d'impatience. De voir ce qui allait se passer. Merde, il attendait ça depuis un siècle !
Il voulait vraiment savoir ce qu'il se passerait, il était impatient comme tout. Mais il ne devait pas négliger le reste pour autant. Il devait faire en sorte qu'Yvan soit fier de lui et ne comprenne pas à quel point son cœur était plein de guimauve dégoulinante.
Il sortit du lit de bonne humeur, près à aller voir ses chiens adorés au chenil. La pleine lune se rapprochait et le lendemain il devrait aller voir son clan. Il avait l'intention de leur présenter Yvan et de l'introduire dans la confidence. Il savait que s'il devait mourir, pour de vrai, il prendrait soin d'eux, il avait toute confiance en lui maintenant. Son  bain fut rapide et assez froid – une astuce pour garder sa peau tendue et parfaite – et il se dirigea rapidement vers son armoire.
Il choisit une chemise près du corps, rose pâle, un pantalon de la même couleur, assorti de chaînettes dorées sur les côtés et de grandes bottes en cuir noir. Une fois ses cheveux brossés, il enfila un bandeau très mignon, doré et agrémenté de rouages et d'une grande plume. Après avoir enfilé un bracelet en forme de serpent qui remontait le long de son bras, recouvrant en partie la manche de sa chemise, qui s'arrêtait au coudes, il se regarda dans la glace et jugea qu'il était parfait. Un jet de paillettes plus tard, il était sorti de sa chambre.
Pour le bonheur des serviteurs, il était de bien bonne humeur aujourd'hui encore. Il aida un serviteur à apporter une cruche d'eau dans la chambre du prince Ulrick, il sauva une jeune demoiselle qui avait trébuché dans les escaliers parce que sa pile de linges était trop haute pour lui permettre de voir et il se chargea même de guider une noble extrêmement exigeante. Ensuite, il se rendit dans les cuisines pour un petit déjeuner bien mérité.
Un serviteur lui apporta une cruche de sang, du bacon et une tranche de pain bien cuit. Autrefois, les serviteurs lui disaient qu'il n'avait pas à descendre ici, qu'il pouvait manger dans sa chambre ou dans la salle à manger mais il aimait bien venir ici. Il était beaucoup trop impliqué dans les intrigues pour ne pas prendre en compte les serviteurs. Ils étaient ceux qui avaient les informations les plus croustillantes.
Ce soir là, il apprit qu'un noble d'un petite famille de Gothik City prétendait être l'amant de la Comtesse et le père de cet enfant. Pas très intéressant comme information. Il était au courant depuis plusieurs jours et il attendait juste l'ordre d’exécution du mari de la Comtesse et il serait ravi de voir la tête de ce stupide petit noble rouler. En attendant, il prenait son mal en patience. Les autres nouvelles n'étaient pas plus intéressante et il embrassa Allen sur le front avant de remonter dans ses appartements.  
Il constata en se regardant que le suçon qu'Yvan lui avait fait n'était pas parti. Depuis qu'il avait commencé sa transformation en dragon, il marquait beaucoup plus. Il soupira et ferma le col de sa chemise avant d'ajouter un foulard et une épingle pour cacher la marque. Ensuite, il s'assit à son bureau pour y consulter les dossiers des nouveaux postulants à sa division. Ils avaient tous l'air empotés et il avait du mal à les croire éclaireurs. Surtout celui qui faisait deux mètres et cent quatre vingt kilos. Il sursauta en entendant des coups à sa porte. En allant ouvrir, il constata avec joie qu'Yvan était devant sa porte. Il lui sauta au cou et passa une main dans ses cheveux avant de l'embrasser langoureusement, sur la pointe des pieds.
Il passa une main sur le bras musclé de son amant et lui sourit gentiment, en se reculant un peu.
“ Qu'est-ce qui me vaut l'honneur de ta visite, aussi tôt dans la nuit ? Je te manque déjà ? ”
En réalité, il avait un projet depuis quelques temps. Il avait envie de l'inviter à vivre avec lui, dans sa chambre. S'il était obligé de vivre au château à cause de sa fonction, il n'était pas obligé d'y vivre seul. Il avait envie de rejoindre Yvan dans cette chambre pour dormir. Il n'avait cure de ce qu'il ferait de sa chambre spartiate par la suite. Il pouvait bien en faire une armurerie si ça lui faisait plaisir.
Il attira son amant par la main dans sa chambre et lui fit signe de s'asseoir, où il le souhaitait. S'il était venu, c'était sans doute pour lui parler de quelque chose d'important. Il connaissait Yvan, il savait retenir ses pulsions.
“ Oh, tu t'es fait couper les cheveux … ça te va bien mais tu ressembles peut-être un peu trop à Von Hochen. ”
Il le préférait avant mais il aimait bien quand il était coupé court. Ses cheveux faisaient un peu hérisson et glisser ses mains dedans était quand même plaisant. Il était quand même heureux qu'il ait gardé sa petite tresse et son pendentif.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 87
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Bloody Trouble   Mar 3 Mai - 13:39

L
a porte s'ouvrit et Yvan eut à peine le temps de voir Taesch que ce dernier lui sauta au cou. Il sentit des doigts agiles glisser dans ses cheveux, puis une bouche avide vint se coller sur ses lèvres. Sans réfléchir, il passa son bras sur la taille du vampire, sa main se collant sur ses reins, et lui rendit son baiser, les yeux fermés. Malgré son air sévère et ses sourcils froncés, il ne pouvait pas prétendre ne pas aimer ces contacts avec le métamorphe. Il se laissait facilement emporter par l'engouement de Taesch pour leur relation. Depuis qu'il avait accepté de l'officialiser, l'éclaireur était encore plus investi. Et comme Yvan le cherchait souvent, ils étaient devenus un de ces couples fusionnels, dont les partenaires étaient constamment collés ensemble. Il espérait que ça passerait, parce qu'il n'avait aucune intention de poursuivre toute sa vie de cette manière. Il avait des responsabilités et… Il n'avait jamais remarqué comme le dos de Taesch était musclé, si agréable à caresser. Sa main remonta jusqu'aux omoplates du vampire juste avant qu'ils ne se séparent. Yvan abaissa son bras pour répondre.

« Non. »

Il avait dit ça beaucoup plus brutalement qu'il se l'était imaginé. En un sens, Taesch lui manquait toujours un peu, mais ce n'était pas la raison de sa venue. Aussi il s'empressa d'ajouter :

« Je suis venu te parler à propos d'une mission. »

Il attendit que Taesch l'invite à entrer pour en dévoiler plus. On ne savait jamais quelles oreilles traînaient dans les couloirs. En général, c'était toujours aux moments où les secrets se dévoilaient. Il laissa le métamorphe l'attirer dans sa chambre et referma la porte dans son dos. Contrairement à ce que lui demandait son hôte, il ne s'assit pas, mais resta debout au milieu de la pièce, les bras croisés. Il remarqua les papiers qui s'étalaient sur le bureau et fronça un peu le nez. L'idée que Taesch recrute d'autres éclaireurs lui déplaisait. Il aurait aimé avoir son mot à dire, juste pour éviter d'avoir de la concurrence. Il ne s'était pas lancé dans cette relation pour risquer de se faire voler son amant par un nouveau venu. Cette affaire au temple l'avait déjà assez énervé.

Il n'eut pas le temps de parler de la raison de sa venue avant que l'autre vampire ne parle de sa coupe de cheveux. Machinalement, Yvan passa sa main sur sa nuque et remonta un peu sur l'arrière de son crâne. Il était vrai qu'il n'avait pas eu l'occasion de croiser Taesch depuis.

« Je ne trouve pas, les cheveux de Lou sont différents. »

Et puis qu'est-ce que c'était que cette remarque ? « Un peu trop » ? Il savait que Luscka avait des a priori sur Taesch, mais pas le contraire. Yvan haussa un sourcil. Si son meilleur ami et son petit ami – oui, son petit ami – ne s'entendaient pas, il allait y avoir un problème.

« Tu sais, tu devrais essayer de te montrer sous un meilleur jour devant lui, d'ailleurs. Il ne t'aime pas beaucoup. Alors fais un effort. »

Si Luscka voyait à quel point Taesch était attaché et lui, sans doute que le duc accepterait mieux leur relation. Il avait aussi bon espoir que Clair ne lui tire pas la tronche en l'apprenant. Pour l'instant, aucun de ses amis n'était au courant, alors que le monde curial en était déjà presque lassé. Pour quelqu'un qui avait toujours préféré son cercle fermé d'intimes aux mondanités, quelle ironie !
Yvan se déplaça dans la chambre, cherchant à se rapprocher du bureau pour jeter un coup d’œil aux candidatures. S'il n'y avait pas de portrait, il pourrait toujours deviner à l'envergure physique et aux talents de ces gens si l'un d'entre eux pouvait éventuellement le détrôner.

« Je ne suis pas venu pour parler de cela. Taesch... »

Il examina le vampire des pieds à la tête et fit la grimace. Sa tenue était excentrique, comme toujours, et Yvan n'y faisait pas souvent attention. Il se contentait de se concentrer sur la personne derrière ces couches de tissus. Et l'imaginer nu n'était vraiment pas difficile. Mais cette nuit, il s'agissait de tout autre chose.

« Il va falloir te changer. Mère m'a confié une mission importante et j'ai besoin de toi. »

Yvan lui rapporta alors les ordres de la Comtesse, en n'omettant pas de lui parler de ses petites observations, lors du bal d'Ulrick. Quand il eut terminé, il se tenait presque collé au bureau et faisait semblant de regarder distraitement les parchemins noircis, alors qu'il les lisait en espérant y trouver rapidement quelque chose d'intéressant. Il y avait ce Jeremy, qui était bien musclé et bien grand. Il ne manquerait plus qu'il ait une aura sombre.

« Tu es d'accord pour m'aider ? Nous pourrions infiltrer la maison Feralis cette nuit, y dénicher des informations, juste de quoi les faire chanter et peut-être même faire peur au prétendu amant de Maman. »

En cas de problème, ils pourraient toujours se battre. Les Feralis n'étaient pas connus pour leur ardeur au combat et face au prince-général et au chef des éclaireurs, ils ne pouvaient pas faire le poids.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rainbow Prince
Messages : 66
Date d'inscription : 22/03/2016

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Bloody Trouble   Mar 3 Mai - 18:24

Bloody Trouble


Taesch Condé et Yvan von Dast - Nuit 8 de la Sixième
Lorsqu'il avait vu Yvan pour la première fois avec un autre homme, il avait pleuré à chaudes larmes. Il s'était enfermé dans sa chambre pendant deux jours. Pourquoi est-ce qu'il voulait d'un vulgaire caporal et pas de lui ? Il ne comprenait pas. Et encore aujourd'hui, il avait du mal à comprendre toutes les réactions de son amant. Mais désormais il avait le temps d'une immortalité devant lui. Ils étaient ensemble et Yvan n'irait plus voir ailleurs.
Il lui avait semblé avoir attendu tellement longtemps. Il avait eu tellement peur que ce soit une de ses fausses résolutions, comme avant. Comme la première fois qu'ils s'étaient embrassés, sous la pluie. Ou cette fois où ils avaient couché ensemble pour la toute première fois. Mais cette fois, Yvan n'avait pas fait un pas en avant pour en faire deux en arrière. Cette fois ci, il avait décidé de se lancer dans une véritable relation avec lui.
Il sourit doucement en le regardant plus en profondeur. Il ne ressemblait pas tellement à cet idiot de Luscka mais au final, il devait bien montrer son désaccord d'une façon où d'une autre. Ses propres cheveux n'avaient pas été coupés comme le désirait Rozen depuis longtemps et il savait parfaitement qu'ils ne seraient jamais coupés. Ils étaient légers et il aimait les porter comme cela. Les jours de vent, ils lui faisaient une crinière.
Il frissonna quand un courant d'air passa par la fenêtre entrouverte. Il rabattit le battant assez puissamment – cette fois il n'avait rien cassé ! - et alimenta le feu alors que son petit-ami – il n'y croyait pas encore parfaitement – lui expliquait qu'il était là pour une mission. Il était aussi sec que d'habitude mais il ne pouvait pas lui en vouloir, n'est-ce pas ? Il l'aimait comme il était et il ne se départirait pas de son amour pour quelque chose d'aussi futile que quelques mots durement dits.
Parfois, il se demandait bien s'il était digne du prince. Et puis, après, il se rendait compte qu'il s'en fichait. Le jugement d'Yvan était le seul qui comptait et s'il acceptait d'être avec lui, il n'allait ps le rejeter pour une question d'éthique.
Il attendait avec impatience la saison chaude. Enfin, moins froide. Un soir d'été, il l’emmènerait dans les profondeurs de la forêt pour lui montrer la fontaine gelée. Elle était bien plus impressionnante de près et quand l'eau normale ne gelait pas. Comme si quelqu'un l'avait gelée, pour toujours. Quelqu'un de très vieux puisque la fontaine était gelée depuis des milliers d'années. Étrangement, il avait toujours ressenti une espèce d'appartenance à cet endroit. Il aimait à penser que c'était son père, son véritable père, qui avait figé cet endroit. Mais c'était impossible puisqu'il avait hérité de son père son don de métamorphose et qu'il était forcément un vampire.
La prochaine phrase de son petit-ami le fit lever les yeux au ciel. Lou. Ce petit idiot avait droit à un surnom affectueux que lui était juste 'Taesch'. Jamais, Yvan n'avait daigné l’appeler autrement. Oui il était incroyablement jaloux mais Yvan ne semblait pas vraiment y accorder de l'importance. En ce moment, ils étaient collés ensemble mais est-ce que ça changerait quand ce clown reviendrait de la Cité du Milieu ?
Et puis, Yvan lui reprochait de ne pas faire des efforts. En fronçant les sourcils, il maugréa que si Luscka von Hochen voulait bien arrêter de l'assassiner du regard à chaque fois qu'ils se voyaient, il accepterait d'envisager la chose.
Yvan changea de sujet en lui parlant de leur mission. Il désapprouvait sa tenue, bien entendu. Il était loin d'imaginer ce que Taesch avait en tête sans doute. Il hocha la tête pour approuver la décision de la Comtesse. Donc, elle avait préféré confier cette mission à son bourrin de fils plutôt qu'à l'assassin du Comte. Il fronça les sourcils. Merde alors, est-ce qu'il avait baissé dans son estime parce qu'il bourrait son fils ?
“ J'ai une toute autre idée pour nous débarrasser de cette fâcheuse affaire dès ce soir. L'humilier devant tout le monde et lui faire avouer qu'il n'est pas l'amant de ta mère devant son public. Je sais de source sûre qu'il a quelque chose pour les rousses. ”

Une heure plus tard, ils étaient tous les deux devant les manoir des Feralis. Une réception se tenait ce soir pour les fiançailles d'une des filles de la famille, ils avaient de la chance. Taesch avait attaché ses cheveux en un chignon des plus magnifiques et il s'était maquillé avec grâce. Sa longue robe carmin laissait voir sa fausse poitrine parfaitement réaliste, rehaussée par un corset de la même couleur. Le drapé de sa jupe était agrémenté de petits nœuds dorés, assorti à ses boucles d'oreilles et sa bague. Il tenait une ombrelle à la main, qui dissimulait un poignard.
Il ne comptait plus les fois où il s'était fait passer pour sa sœur jumelle, Venus, dans le cadre de ses missions d'assassins. La faire vivre pour le bien de la Cité et de la famille était pour lui une façon de lui rendre hommage. Elle était morte si jeune…
Ils arrivèrent à l’accueil et le jeune homme qui prenait les invitations hoqueta en les voyant. Ils n'avaient pas d'invitation mais ils avaient la meilleur des excuses.
“ Les Condé et les Von Dast souhaitent montrer tout leur soutien au jeune couple qui va bientôt se marier. Comme nous étions libres et les autres non, nous avons été envoyés. ”
Le jeune homme hocha la tête, les yeux rivés sur la poitrine généreuse de Taesch et les laissa entrer. Voilà des années que Taesch avait apprit à manipuler parfaitement sa voix pour imiter celle d'une femme et cette fois encore il se félicitait de cet apprentissage.
“ Très bien, darling , tentons d'abord de trouver le fauteur de trouble. Si tu le trouves avant moi, fais moi signe. ”
Il se haussa sur la pointe des pieds pour venir déposer un baiser taquin sur ses lèvres et, en faisant tourner son ombrelle, se fondit dans la foule, saluant des nobles à tour de bras.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 87
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Bloody Trouble   Mar 3 Mai - 21:22

T
aesch n'avait pas l'air très convaincu au sujet de Luscka. Il maugréa quelque chose à l'encontre du duc, ce qui fâcha autant que cela peina Yvan. Il refusait qu'il existe une guerre idiote entre ces deux-là. Il n'était pas homme à laisser les choses se faire ainsi et pleurnicher sur son sort. Taesch et Luscka s'aimeraient, nom d'une pipe ! Qu'ils le veuillent ou non ! Il les forcerait si besoin était !

Après qu'Yvan ait exposé les objectifs de la mission et ce qu'il comptait faire dans sa globalité, Taesch décida de prendre tout cela et d'en faire tout à fait autre chose, complètement à sa provenance. Le visage horrifié d'Yvan ne laissait aucune place au doute quant à ce qu'il pensait de toute ça, mais il n'avait pas l'impression d'avoir le choix. Aussi, il se fit mettre à la porte de la chambre de Taesch, avec ordre de s'habiller pour l'occasion.


U
n peu moins d'une heure plus tard, Yvan et Taesch étaient tous deux en chemin pour le manoir des Feralis, bringuebalés dans une petite voiture tirée par deux chevaux. Yvan avait revêtu une redingote d'un noir charbonneux et des gants blancs, par-dessus une chemise ivoire et un pantalon noir. Des mocassins brillants enfermaient ses pieds et il se sentait parfaitement ridicule. Que n'aurait-il pas fait pour sa mère !
Mais ce n'était pas l'unique raison qui le poussait à tirer une tête de six pieds de long.

« Cette idée est aussi ridicule que ta tenue, »
maugréa-t-il.

A ses côtés, Taesch était d'une féminité absolument révulsante, dans une robe rouge qui mettait en valeur la flamboyance de ses cheveux. Sa poitrine largement découverte lui donnait envie de pousser son petit ami hors de cette voiture, pour ne plus avoir à poser les yeux sur son apparence dégoûtante. Il était beaucoup trop crédible en femme et ça ne lui plaisait absolument pas. Dire qu'il avait tacitement accepté que Taesch, sous cette forme hideuse, se fasse en plus draguer par leur cible !

« Je continue à penser que le faire de la manière forte aurait suffit. Je vais commencer à croire que tu aimes te faire tripoter par un tas d'inconnus aussi bêtes que leurs pieds. »

Il se présentèrent ensuite aux portes du manoir. Il leur fit facile d'y entrer avec leurs identités populaires. En entendant la consigne de Taesch, Yvan se contenta d'émettre un bruit de gorge, mais il commença déjà à balayer les invités du regard. Et puis, le métamorphe le prit au dépourvu en lui volant un baiser. Yvan resta coi un instant, puis le foudroya du regard.

« Je n'embrasse pas les femmes et tu le sais. En plus, tout le monde va penser que je te trompe. Ne m'approche plus maintenant. »

Là-dessus, il s'éloigna, sans se mêler véritablement à la foule. Yvan choisit son coin préféré, près du buffet, et saisit une coupe de sang. Ce dernier était assez mauvais, froid et avec un goût étrangement acide. Il le reposa sur la table, déplorant de ne même pas pouvoir se satisfaire avec quelque d'aussi élémentaire.
Les bras dans le dos, il décida d'examiner plus attentivement les invités rassemblés autour d'eux. Le plan de Taesch était simpliste, mais normalement efficace. Il devait séduire Feralis, ce qui d'après les rumeurs ne devrait pas s'avérer insurmontable. Yvan essayait de ne pas penser à la pose aguicheuse de Taesch, aux murmures à l'oreille de leur cible, au fait qu'il se ferait tripoter… Dire qu'il avait donné son aval.
Yvan le chercha d'ailleurs du regard et le retrouver fut rapide, avec tout ce rouge. Il devrait probablement le prendre par la main et le sortir de là. Oui, c'est sûrement ce qu'aurait fait n'importe qui d'autre dans sa situation. Sauf qu'ils étaient Yvan von Dast et Taesch Condé. Mener à bien des missions était beaucoup trop important et excitant pour eux. Au moins pour lui, mais il était certain que Taesch était tout aussi pris dans le jeu. Il n'y avait qu'à voir avec quel empressement il avait proposé ce plan et sortit sa « plus belle robe ».
Le prince renonça donc à interrompre la mission et poussa un soupir.

« Tout se passe pour le mieux, prince Yvan ?
-Je préfère « mon.. »

Il s'interrompit en voyant qui lui avait adressé la parole. Ce n'était pas Feralis, mais un autre noble. Quelqu'un de son unité, quelqu'un qui lui avait sauvé la vie une fois. Il avait failli se faire écraser par une catapulte qui s'était démantelée juste au-dessus de lui. Et il était si concentré à houspiller des recrues qu'il n'avait rien remarqué. Heureusement, le sergent Bent avait été assez réactif pour lui venir en aide et lui éviter d'immenses douleurs.
Ils en vinrent tous les deux à discuter avec engouement et, une fois n'était pas coutume, Yvan parvint même à sourire de nombreuses fois. Bent réussit aussi à le faire une fois.
C'était un agréable moment, toutefois, dès qu'il vit Feralis entrer dans la salle de réception, il perdit sa légèreté.

« Excuse-moi un instant. »

Yvan se faufila entre les invités, jusqu'à ce que Taesch puisse le voir. Puis, à l'aide d'un signe qu'ils avaient convenu à l'avance, il lui indiqua la présence de leur cible. Pourvu qu'il réussisse, il en avait assez de cette fête. Et des réceptions en général. Il n'y avait pas deux nuits, il avait participé à ce stupide bal d'anniversaire. Du début à la fin. Heureusement qu'il avait assez bu pour être légèrement soûl et que Taesch avait été là pour terminer en beauté les festivités.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rainbow Prince
Messages : 66
Date d'inscription : 22/03/2016

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Bloody Trouble   Lun 23 Mai - 14:44

Bloody Trouble


Taesch Condé et Yvan von Dast - Nuit 8 de la Sixième
Tæsch était un dieu dans l’art du déguisement. Il savait parfaitement comment se rendre utile, comment duper son monde et comment modifier sa voix. Ses seins étaient plus réels que des vrais et il avait même déjà couché avec un homme sans qu’il ne se rende compte de rien.
Les bruits de couloir qui disaient que Venus avait la cuisse légère n’étaient pas faux et il aimait vraiment le fait que tout le monde la prenne pour une obsédée. Il avait ainsi accès à plus de portes, plus de confessions et plus d’écarts. Rozen n’avait jamais aimé qu’il se serve du nom de leur sœur pour s’infiltrer dans les cérémonies les plus fermées mais Tæsch s’en beurrait les noix de son avis, actuellement.
De toute façon, il y avait des tas de choses que son aîné lui reprochait, ce n’était pas parce qu’il ne se déguiserait plus en femme qu’il cesserait de le détester. Tæsch l’avait comprit bien trop tard, d’ailleurs.
Bien décidé à se réconcilier avec Yvan pendant une bonne partie de la nuit – ils ne s’étaient pas vraiment disputé mais le prince noir n’aimait pas son plan – il décida de faire les choses rapidement. Il avait humilié des centaines d’hommes avant celui-ci et il ne serait pas le dernier non plus. Loin d’être aussi impartial qu’Yvan Ier, Emilien était un homme de loi et d’équité. Il cherchait à verser le moins de sang possible.
Le problème avec les nobles c’était qu’ils avaient l’art de cultiver les mystères et les secrets. Le plus jeune semblait être plus insouciant que le reste de sa famille et voulait sûrement s’apporter un peu de gloire en prétendant être le père de l’enfant à venir de la Comtesse. Il était stupide. S’il avait visé juste un peu plus bas, comme Lucie par exemple, personne ne lui aurait rien cherché.
A présent, le destin des Feralis était indiscutable. Ils seraient humiliés à cause du fils de la famille et ils devraient essayer de redorer le blason de leur clan, sans doute en coupant les vivres du jeune homme. Il avait mal joué le Jeu et ce seraient ses parents et ses sœurs qui en payeraient le prix fort. Heureusement, l’une d’entre elle était presque mariée.
Il y avait certainement plus de petits nobles que de grands pontes proches du Comte alors Yvan et lui auraient la tâche facile. Les intentions de la plupart des gens qui papillonnaient autour de ‘Venus’ étaient très claires : si un peu de sa gloire pouvait les éclabousser, ils seraient heureux. Venus était beaucoup plus discrète que ses frères, pour des raisons pratiques évidentes, mais chacune de ses apparitions publique était très attendue.
Un homme complètement saoul lui assura qu’il avait des preuves de ce que le jeune Feralis avançait. Tæsch essaya de s’y intéresser, vraiment, mais les paroles d’un ivrogne ne faisaient pas le poids face à ce qui se déroulait sous ses yeux. Yvan se faisait ouvertement draguer par un homme en uniforme et il souriait. Il n’avait jamais souri publiquement à Tæsch…
Quand il était marié à la mère de Clair et Vish, il pensait toujours que la diversité était la maîtresse de tous les plaisirs mais voir Yvan comme ça lui brisait plus le cœur qu’autre chose. Une bouffée de chaleur remonta dans ses entrailles et il se demanda si, plus tard, il serait aussi sujet aux variations de température. Luscka et Elijah étaient partis chercher les dernier ingrédients pour le rituel et il espérait qu’ils se dépêcheraient.
Il déglutit doucement quand Yvan lui fit signe que Feralis était là. En effet, il se tenait près d’une alcôve et discutait avec une Kalingrad. Sa tenue faillit lui provoquer une explosion de rétine et il eut un moment de choc. Il voulait sans doute se rapprocher du style extravagant d’Ulrick ou de Tæsch mais on aurait juste dit qu’une licorne malade lui avait vomi dessus. Il n’avait jamais vu quelqu’un porter aussi mal les couleurs vives et les paillettes.
Il hocha gracieusement la tête et se dirigea vers le couple. Passant habilement à côté de Feralis, il lui vola sa montre et fit mine de se baisser pour la ramasser.
“Oh, Sire Feralis, je crois que vous avez perdu votre montre…”
Il lui tendit l’objet de sa main gantée et son sourire charmant effaça rapidement la Kalingrad des vues du noble. Il ne cessait de reluquer ses seins, qui avait élevé ce gosse ?
Il ne devait pas avoir plus de vingt ans et il était un peu bouffi. Il venait sûrement de sortir des jupes de sa main. Leurs mains se frôlèrent et Tæsch simula un frisson d’excitation alors qu’il le dévorait du regard. Il n’eut à dire que quelques mots pour qu’il lui mange dans la main. Enlaçant ses doigts dans les siens et se collant à lui plus qu’il n’était nécessaire, il lui proposa d’aller quelque part pour une discussion plus intime. Comme prévu, il l’amena dans une petite alcôve reliée à la salle principale par un rideau. Personne l’allait là normalement, bien entendu. Yvan était censé rameuter les nobles dans un cinq minutes. Tæsch avait du travail pour le faire avouer ses mensonges au bon moment !
“Oh mais, on m’a dit que vous étiez l’amant de la Comtesse … je ne souhaite pas coucher avec quelqu’un qui appartient déjà à une autre femme …”
C’était déjà presque dans la poche vu le regard torturé du jeune vampire multicolore.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 87
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Bloody Trouble   Lun 23 Mai - 21:07

I
l réussit à attirer l'attention de Taesch, qui repéra immédiatement Feralis et passa à l'action. Yvan sortit sa montre à gousset de sa poche et observa son petit ami par-dessus le bord de son verre de sang. Il faisait seulement de boire, mais ça suffisait à convaincre les autres invités. Taesch ne mit pas plus d'une minute à entraîner leur cible à l'écart, ce qui agaça assez Yvan pour qu'il fasse craquer le cristal entre ses doigts. S'il avait serré juste un peu plus fort, la coupe aurait terminée en morceaux à ses pieds.
Dès que Taesch et Feralis eurent disparu de la salle de bal, Yvan consulta l'heure. Cinq minutes. Il avait cinq minutes pour convaincre le plus de gens possibles d'espionner Feralis pendant que Taesch lui tirerait les vers du nez. Comment faire ? Il fallait que ce soient des personnes assez influentes pour que leurs paroles valent réellement quelque chose.
Bent surgit alors à ses côtés, tout en sourires. Il tombait bien.

« Tu peux me rendre un service ? demanda soudain le prince. Trouve-moi les nobles les plus importants de la cour. »

Bent était un militaire, les rumeurs et les affaires de la cour n'auraient pas dû l'intéresser. Or, il se trouvait que ses parents étaient de fervents participants au Jeu et qu'il connaissait tout sur le bout des doigts. Ce trait de caractère l'avait longtemps agacé, mais ce soir, il allait s'avérer être un atout considérable.
Sans poser de question sur la raison de cette requête, le vampire lui désigna une petite dizaine de personnes que tout le monde écouterait à coup sûr. Maintenant, c'était à Yvan de jouer. Comme il ne faisait jamais dans la finesse, il se contenter d'user de l'autorité que lui conférait son statut de prince pour rameuter les nobles, perplexes, devant le rideau. Leurs ouïes de vampires ne manqueraient pas de capter la conversation que Taesch était censé guider. Yvan était certain qu'à cause de leur curiosité perverse, ils resteraient à espionner jusqu'au moment le plus croustillant.
Ainsi, au bout des cinq minutes convenues, un petit groupe intrigué se tenait devant l'endroit où se cachaient Feralis et « Venus ». Satisfait, Yvan se tint un peu à l'écart. La porte à côté de lui s'ouvrit alors en grinçant légèrement et une poigne ferme l'agrippa par le bras. S'il n'avait pas reconnu le visage de Bent juste à temps, il l'aurait sûrement mis à terre violemment. A l'abri des regards, l'homme plaqua le prince contre une tapisserie représentant un animal hybride de dragon et de licorne, et l'embrassa. Sa barbe douce caressait sa peau alors que Bent introduisait sa langue dans sa bouche. Trop choqué par cette réaction qu'Yvan n'avait pas vu venir, le prince ne repoussa pas l'autre vampire immédiatement. Se sentant sans doute encouragé, le militaire l'agrippa par le col et rapprocha son corps. Yvan ressentit un élancement légèrement douloureux à la lèvre quand Bent l'écorcha accidentellement de l'un de ses crocs.
Yvan finit par se remettre de cette douce agression et repoussa sans violence le vampire.

« Hum… Non.
-Quoi ? Pourtant, mon général, vous… Vous sembliez… »

Bent avait l'air affreusement gêné et il s'éloigna en baissant les yeux. Quand il tourna la tête pour s'éloigner, Yvan crut le voir sourire, mais ce devait être son imagination. Il secoua la tête et rajusta son col avant de se diriger vers la salle de bal. Il croisa un miroir, dans lequel il vérifia que la petite morsure laissée par Bent avait complètement disparu. Inutile d'alarmer Taesch pour une broutille pareille. Il n'avait pas envie de le rendre jaloux. Et puis, il était certain que ce genre de choses arrivait sans cesse à son petit ami. Il n'eut aucun mal à trouver un exemple d'ailleurs. Rien qu'à leur dernier bal, il ne s'était pas retenu de tripoter la duchesse Fell devant tout le monde, alors même que leur relation était officiellement confirmée. Même si Yvan se moquait bien de l'avis des nobles, il n'appréciait pas d'être humilié en public.
Quand il poussa la porte donnant sur la salle de bal, il avait hâte de voir les conséquences du petit tour que Taesch et lui avaient orchestrés. Maintenant qu'il était terminé, il ne trouvait pas ce plan si mauvais. En fait, c'était même brillant et l'exécuter l'avait amusé. Certes, ça n'avait pas été aussi excitant que s'il avait dû se battre, menacer des gens et trancher la chair, alors il n'aurait pas envie de forniquer bestialement en rentrant, ou même à mi-chemin, mais… Ce divertissement inédit (pour sa part) avait son charme. Et il coucherait tout de même avec Taesch une fois au château, juste pour rassurer son inconscient sur la présence de sa virilité. Il ne tenait pas à faire des cauchemars.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rainbow Prince
Messages : 66
Date d'inscription : 22/03/2016

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Bloody Trouble   Mar 24 Mai - 14:38

Bloody Trouble


Taesch Condé et Yvan von Dast - Nuit 8 de la Sixième
Tout en lui lui déplaisait. Qu’on parle de ses cheveux ridicules, de ses vêtements à faire mourir un épileptique, de son sourire pervers ou de sa tendance à regarder ses fausses excroissances mammaires. Il aurait voulu s’en aller, loin de lui ou l’abattre, sur le champ. Les embrassades d’Yvan lui manquaient, sa barbe fine et ses ricanements quand ils partageaient un moment intime.
Ca aurait été si simple de le tuer, d’utiliser la force brute, Yvan avait terriblement raison. Mais le verdict de la noblesse aurait été encore pire : peut-être que Feralis disait la vérité puisqu’on l’avait fait taire par la force, auraient pensé les nobles et les bourgeois. Et bien vite, comme un poison, la rumeur se serait répandue et Holly aurait été couverte de honte. Non, le faire avouer était bien plus sain pour la famille comtale.
Yvan et lui étaient des fous de l’épée, assez sanglants pour bien s’entendre entre eux. D’un autre côté, ils devaient être discrets. Et Tæsch était toujours vraiment très excité par le fait d’humilier quelqu’un. Le terrible tyran en lui se réveillait et, bien souvent, il avait envie de coucher après. Heureusement, son prince était en mission avec lui et ils pourraient peut-être le faire dans leur fiacre.
Si la luxure était un lien direct vers l’enfer, baiser un Von Dast s’il n’y avait pas de lendemain devait probablement lui assurer une place de choix dans la rôtisserie souterraine de Satan. Et bien sûr, il y avait cette histoire de prophétie… est-ce qu’il serait vraiment un archidémon une fois mort ? Parce que ça lui plairait bien … et il pourrait revenir ici occasionnellement pour voir Yvan.
S’il venait à mourir, même en tant que démon, il ne pourrait pas continuer à l’accaparer. Leur relation serait irrégulière et un peu dangereuse. Mais il pourrait toujours venir le voir, de loin, l’observer et sourire quand il se mettrait en colère. Ainsi, leurs vies ne seraient pas entravées et il était tout à fait sûr de ne pas rendre Yvan plus triste qu’il ne le serait déjà à cause de sa mort. Du moins, il espérait que sa mort le rendrait un minimum triste …
Il sourit doucement quand Feralis décida de glisser sa main sous sa jupe et lui claqua un peu les doigts, doucement, pour ne pas révéler toute sa force. Venus était censée avoir une santé un peu fragile.
“ Enfin, monseigneur Feralis, je ne suis pas une femme si facile … je vous l’ai dit, je ne supporterai pas que vous me touchiez si vous êtes déjà l’amant de la Comtesse ?
– Appellez moi Emandare … et n’est-ce pas une bonne preuve de mes compétences si même la Comtesse veut de moi et me permet de lui faire un enfant?”
En fronçant les sourcils, le vieux vampire se retint de jurer. Ce nobliau stupide croyait vraiment pouvoir convaincre une femme de coucher avec elle en se vantant simplement de combler la Comtesse ? Ridicule. Il devait jouer le tout pour le tout.
“ Je vois … dans ce cas, je ferais mieux de ne pas m’attarder ici. Je pensais que vous et moi avions une connexion.”
Il tourna les talons et commença à s’éloigner quand le noble le retint par le poignet. Un sourire illumina son visage. Un sourire vainqueur. Dans son dos, Feralis ne pouvait pas le voir, bien entendu.
“ Attendez … j’ai menti, je n’ai même jamais rencontré la Comtesse. Mais c’est difficile pour le plus jeune d’une famille de se faire remarquer.”
Tæsch ne dit rien de plus. Si ce gosse voulait faire amende honorable, ce serait certainement à sa sœur, folle de rage, qui venait d’écarter le rideau. Tout le monde avait entendu et Venus avait fait sa BA du jour, elle n’avait plus rien à faire ici. En rayonnant, il se dirigea vers la salle de bal. De loin, il vit un barbu mal dégrossi et son petit ami qui sortaient d’une autre alcôve. Le barbu souriait très légèrement et Yvan avait l’air troublé. Hm.
Il suivit le ‘couple’ qui se rendait à la grande salle. Il sourit doucement quand il vit le remue-ménage que c’était. La famille essayait de garder son calme et d’éloigner la sœur d’Emandare qui lui hurlait qu’il ne pouvait pas s’empêcher de gâcher ses fiançailles. Oui, ils avaient mit un joli désordre. Assez fier de lui, il prit la main d’Yvan et le regarda dans les yeux. L’ambiance était si électrique entre eux qu’elle attira quelques regards.
“ Nous devrions y aller.”
Emandare avait du plomb dans l’aile, les Feralis étaient sujet de moquerie, ils n’avaient plus rien à faire ici. En plus de cela, il avait envie de discuter avec Yvan.

Une fois dans le fiacre, Tæsch défit un peu le col de sa robe, révélant une partie de ses écailles et son suçon, en ayant complètement oublié son existence. Il sourit à Yvan et défit son chignon.
“Chéri, une fois rentré à la maison, je vais m’assurer que tu ne fasses plus jamais des cochonneries avec un vieux barbu dans une alcôve pendant que je sauve l’honneur de ta mère.”
Un sourire couvrait ses lèvres. Il était presque sûr qu’ils n’étaient pas allé loin. Puisque son petit-ami avait été troublé, il avait dû se faire sauter dessus ou quelque chose dans ce genre. Tæsch avait toute confiance en l’homme de sa vie.
Mais un petit challenge de temps en temps ne pouvait pas faire de mal à leur couple.


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 87
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Bloody Trouble   Mer 25 Mai - 23:48

C
omment en était-il arrivé là ? L'amour était une chose détestable, perverse, insidieuse… Un poison. Au début, il le détestait vraiment. Ou plutôt, il détestait tout ce qu'il représentait, parce qu'il ne connaissait pas l'homme qu'était Taesch Condé. Et puis, petit à petit, ce dernier avait commencé à se révéler à lui. Il le détestait toujours à ce moment-là, mais il avait été intrigué. Et étrangement attiré. Quelqu'un osait clamer qu'il savait mieux que personne ce dont Yvan avait besoin, ce qu'il voulait, ce qu'il aimait. Et cette personne n'avait même pas l'excuse d'être sa mère.
Il en avait parlé à son meilleur ami, qui l'avait conforté dans son idée : l'éclaireur était une mauvaise chose. Il devait s'en débarrasser au plus vite. Alors pourquoi avait-il continuer à le voir ? En secret, de plus, sans l'assumer. Yvan ne faisait jamais rien en secret. C'était donc forcément quelque chose de mal.
Voilà ce dont il avait été persuadé. Jusqu'à ce que Taesch meurt. Le vide avait sans doute été bien plus immense que s'il avait enfin accepté la terrible vérité. Il était tombé amoureux de ce vampire qui croyait tout savoir. Il était tombé pour son assurance insolente, pour sa beauté sauvage, ses manières sanguinaires. Finalement, son inconscient avait su voir ce qui les rapprochait quand tout le monde ne faisait que se focaliser sur leurs différences.

Et maintenant ? Maintenant ils roulaient tous deux en direction du château, complices d'un stratagème qui avait fonctionné au-delà de leurs espérances. Le regard que Taesch lui avait lancé juste avant qu'ils ne quittent la demeure des Feralis lui avait rappelé qui se cachait sous ce stupide déguisement. Et il avait eu alors grande hâte de se retrouver seul avec lui.
Une fois à l'abri des regards, le métamorphe dégagea son cou, dévoilant ses écailles roses et… Quelque chose de beaucoup plus choquant. Yvan ne dit rien sur le moment, pourtant la fureur était violemment montée en lui. Il serra les dents et patienta jusqu'au moment opportun. Evidemment, Taesch avait quelque chose à lui reprocher. Au moins il le fit calmement. Il avait certainement vu Bent apparaître après la tentative romantique de ce dernier et avait fait le lien avec lui. Pour toute réponse, Yvan se pencha vers lui.

« Ah oui ? Je serais curieux de voir ça. »

Il prit l'excuse d'un cahot pour se retrouver sur Taesch et l'embrassa, avec fièvre. Sa main chercha à se glisser sous ses jupes, ce qui demandait beaucoup d'efforts. Comment Ulrick s'y prenait-il, au juste ? Sa main libre en appui sur le toit du fiacre, Yvan entraîna Taesch à l'aide de son corps pour quasiment l'allonger sur la banquette de la voiture. Sa langue et sa bouche glissèrent sur sa gorge et il se stoppa à un millimètre de sa peau, juste à l'endroit de l'énorme suçon qu'avait osé laisser Feralis.

« Quant à moi je vais m'assurer que tu ne laisses plus jamais aucun autre te faire ce genre de marques. »

Sa main réussit finalement à atteindre son but et il serra fermement la verge de Taesch, avant de la caresser longuement et lentement, son pouce titillant l'orifice à son extrémité. Lui-même se sentait quelque peu tendu dans son pantalon.
Remontant ses lèvres contre l'oreille de son amant, Yvan murmura d'une voix rauque :

« Tu m'appartiens, Taesch. »

Ses doigts accélérèrent la cadence sur le membre du métamorphe. Puis, d'un coup, ils se stoppèrent. Yvan fronça les sourcils. Et recula, se redressant. Il extirpa sa main des jupons de Taesch pour la fixer avec incompréhension. Ses doigts étaient gourds, il ne sentait qu'à peine sa paume. Il avait des difficultés à bouger son poignet.
Lentement, la sensation d'engourdissement envahi tout son bras, avant de s'attaquer au reste de son corps. Sa lèvre le picotait. Il serra les dents, crispant sa mâchoire.

« J'ai été empoisonné. Je ne peux déjà plus bouger mon bras gauche. »

Ce n'était pas très grave. Juste un contretemps. Ce n'était pas comme s'il pouvait en mourir. Au niveau de son ventre, là où il ressentait encore pleinement son propre corps, Yvan ressentit une vive douleur, en lui. Comme des milliers de picotements, de très violents picotements.
Pris d'un haut-le-cœur, il se pencha en avant et recracha une grande quantité de sang. Okay… S'il se désagrégeait de l'intérieur, voilà qui était déjà beaucoup plus grave.
Un peu moins calme, Yvan jeta un coup d’œil en coin à Taesch. Il ne pouvait pas mourir maintenant. Il ne pouvait pas l'abandonner.

« Mes… Veines. Explosent. Je vais me vider de mon sang. »

Garder son calme. Expliquer tranquillement ce qui se passait. C'était le meilleur moyen qu'il avait de s'en sortir. Taesch devait s'y connaître en poisons. Il avait certainement un antidote.
Bent… Pourquoi ? Cette attaque n'avait aucun sens. … Quelqu'un lui en voulait personnellement. Comme cette fois, avec l'humain. On désirait sa mort. Et ça n'avait pas l'air d'être en lien avec les reproches faits à la famille Von Dast.

Un nouveau flot de sang jaillit de sa bouche, sans même le moindre sursaut. C'était juste sorti de sa gorge pour se répandre sur lui. Il devait rester calme. Calme. Très calme.
Yvan ayant encore un peu l'usage de sa jambe droite, il l'utilisa pour défonça la banquette qui lui faisait face. Elle s'effondra sur le plancher du fiacre. Non, vraiment, il ne pouvait pas juste garder son sang froid.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rainbow Prince
Messages : 66
Date d'inscription : 22/03/2016

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Bloody Trouble   Sam 4 Juin - 14:16

Bloody Trouble


Taesch Condé et Yvan von Dast - Nuit 8 de la Sixième
Si les pamphlets incendiaires décrivaient Yvan comme le genre d’hommes qui faisait du mal pour le plaisir, Tæsch savait très bien ce qu’il en était de la réalité. Il était sanguinaire mais surtout, surtout, il savait parfaitement combien il ne tuait pas sans raison. Jamais. Il tuait pour se nourrir, parce qu’on le menaçait ou parce qu’un de ses êtres chers était en danger. Jamais par jeu.
Et c’était ce qu’il aimait chez lui. Il n’avait jamais apprécié ceux qui se complaisaient dans la mort. Le sang, oui, à foison. Mais pas la mort inutile. Au final, ils se complétaient aussi bien qu’ils se ressemblaient. Il était la pièce manquante du puzzle qu’il essayait de terminer depuis huit mille ans. Et s’il prétendait que ce n’était pas grand chose, Tæsch savait qu’il partageait ses sentiments.
Etre avec Yvan c’était comme être serré dans un étau. Un terrible étau qui vous serrait de plus en plus. Mais c’était aussi plaisant et réconfortant. Il avait souvent l’impression que son cœur allait exploser – c’était pire depuis que son corps avait commencé à devenir chaud – mais c’était un sentiment extrêmement bon quand on n’avait jamais été aimé.
Il aurait pu sortir une lime et s’occuper de ses ongles – il s’en était cassé un au moment d’entraîner le fils Feralis derrière le rideau – mais la tension entre eux était trop grande. Si son cœur avait commencé à battre – Willow avait dit que ça ne tarderait pas mais il ne constatait toujours aucun battement à l’horizon – il serait certainement en train de tambouriner irrégulièrement dans sa poitrine.
Ils devaient encore faire quelques progrès. Ajuster certains détails, avoir quelques disputes sur le fonctionnement pratique de leur relation mais … tout était presque parfait.
Yvan était fort, Tæsch était agile et à eux deux ils faisaient un couple si létal que certains nobles avaient fortement déconseillé au loup de ne plus s’approcher du prince. Mais il s’en fichait de ce qu’ils voulaient : lui, il voulait juste Yvan et rien d’autre. Aucune femme, aucun autre homme. Il ne savait pas pourquoi il l’aimait autant mais il ne l’abandonnerait pour rien au monde.
Le plancher du fiacre tremblait légèrement sous les cahots de la route et Tæsch se demandait souvent comment cette vieille chose pouvait ne pas partir en morceau.
Ils prirent un léger tournant et Tæsch eut envie de se jeter sur Yvan. Mais il l’aurait probablement repoussé en disant qu’ils étaient dehors. Il n’y avait pas eu de meurtre, pas de sang, juste des intrigues, il ne serait pas sexuellement excité par les événements de la soirée. Tæsch lui, l’était. Il adorait quand les choses se déroulaient selon son plan. D’ailleurs, il ne se souvenait pas de la dernière fois qu’il n’avait pas été excité.
Le toit tremblait de plus en plus – ils ne devaient pas être loin du château où les pavés étaient plus vieux – et le loup pensait à une façon de commencer les préliminaires sans qu’Yvan ne le repousse comme une vieille chaussette. Une très belle et attirante vieille chaussette.
Maintenant qu’Yvan était à lui il pouvait tenter plus de choses, plus osées. Mais il ne devait pas aller trop loin, sinon ce serait retour à la case départ. Fort heureusement, ce petit duc Von Hochen n’était pas là pour lui casser son coup et resterait loin des oreilles influençables d’Yvan encore un moment. Il avait le temps de faire en sorte de ne plus le perdre.
Le bois autour d’eux trembla et le vieux vampire se cogna la tête au plafond. Mince, il commençait à croire qu’ils allaient bel et bien finir par mourir dans ce fiacre de l’enfer. Que disait-il ? Même ses séjours dans la grande fournaise étaient beaucoup moins désagréables que cela. C’était même assez sympathique. Il aimait particulièrement le thé.
L’armature d’acier semblait cependant assez solide pour ne pas craquer autour d’eux. Il devait cependant d’attendre au pire, on ne savait jamais.
Yvan le provoqua et lui dit qu’ail aurait aimé voir ça. Bien entendu, c’était uniquement pour le pousser un peu plus. Le prince savait parfaitement de quoi il était capable. Et il y avait de nombreuses façons dont il aurait pu lui prouver qu’il était parfaitement sérieux dans ses propos. Il ne dit rien et se contenta d’un petit rire méprisant.
Et puis, en une seconde, Yvan fut sur lui. Sa bouche, sa main, son sourire étaient sur lui. Il déglutit et passa une main sur sa nuque pour le pousser à approfondir ses baisers. Il sursauta quand il mentionna le suçon qu’il avait oublié. Tant mieux qu’il croyait que c’était Feralis. Il ne voulait toujours pas l’inquiéter.
Yvan glissa sa main sous sa jupe et lui murmura quelque chose de terriblement sexy et Tæsch lui répondit par un gémissement érotique. Comme il avait hâte de rentrer pour s’envoyer en l’air avec lui. Yvan était beaucoup plus excité que ce qu’il avait cru au premier abord. Il remarqua la tour du manoir Condé par la fenêtre et ferma les yeux. Encore dix minutes et ils seraient à la maison. Juste dix minutes.
Mais Yvan s’arrêta bien vite. Tout de suite, son amant comprit qu’il se passait quelque chose et rouvrit les yeux. Il avait été empoisonné.
Et puis le sang, beaucoup trop de sang. Tæsch ne l’aimait pas quand il s’agissait de celui d’Yvan. Il tira une épingle de son chignon et l’enfonça dans le bras d’Yvan. Il devait trouver la bonne qui ralentirait le poison. Mais aucune ne fonctionnait. Il en planta une autre, deux, trois, cinq, huit … Quand il ne lui en resta plus qu’une, il la planta dans le cœur. Yvan était au sol, il n’était plus que souffrance et saignement. Le poison était cependant ralentit par celle-là. Il ne mourrait pas de suite.
“ Tiens bon, mon amour, nous y sommes presque.”

Il essuya le sang de sa lame. Elle avait la forme d’une faucille, c’était Yvan qui la lui avait donné. Il ne lui avait pas exactement donné mais il l’avait déposé dans sa chambre. Et la forme de la lame était plutôt … évidente. Il la rangea dans son fourreau et ordonna que l’on détache le militaire qu’il avait torturé des heures durant. Il serait jugé et probablement exécuté. Pas que cela puisse changer quoique ce soit.
Yvan ne se réveillerait sans doute jamais. Luscka était injoignable – sans doute déjà à la Cyber Junkyard – et Ulrick avait fait ce qu’il avait pu sans être trop optimiste. Le poison avait déjà fait son effet et Yvan était en mauvaise posture. Voilà une semaine qu’il était endormi, comme une princesse de contes. L’assassin avait exigé de l’amener dans sa chambre, plus confortable et plus chaude. Et voilà une semaine qu’il ne dormait que par intermittence.
Quand il ne cherchait pas des réponses sur le responsable, il le veillait et lui lisait des livres de guerre. Holly avait provoqué un tremblement de terre quand elle avait apprit. Elle avait détruit une partie de la caserne sans faire exprès. Elle n’osait pas voir son fils, de peur de faire pire. Ulrick venait faire ce qu’il pouvait chaque jour.
Il reprit le chemin de sa chambre, en colère. Son ancien apprenti avait fait ça. Probablement par désespoir. Il devait le retrouver et le tuer. Il entra dans la chambre et jeta sa veste sur le fauteuil près de l’âtre. Quelle ne fut pas sa surprise en se retournant de voir Yvan, assis sur le lit. La carafe de sang sur la table de chevet était vide et il avait encore du sang aux commissures des lèvres.
“ Oh vertubleu !”
En un clignement de paupière, il se retrouva collé à lui, le serrant si fort qu’il avait peur de le tuer. Alors il desserra sa prise et laissa les larmes monter. Il ne cessait de lui dire de ne plus jamais lui faire ça, d’être plus prudent, qu’il ne croyait plus jamais le voir. Est-ce que c’était un rêve ?

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 87
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Bloody Trouble   Dim 5 Juin - 15:13

L
a réaction de Taesch fut si immédiate qu'il ne s'aperçut d'avoir été piqué qu'une fois l'aiguille sortie de sa peau. Son petit ami recommença avec d'autres épingles et Yvan comprenait bien ce qu'il essayait de faire. Il pouvait voir les substances colorées perler au bout du métal. Il en sentait les effets, rafraîchissant mais pas efficaces. Le sang continuait d'affluer dans sa gorge, son corps essayait de l'expulser comme il le pouvait, mais il arriva à un stade où ce fut impossible. Tous ses membres le faisaient souffrir dorénavant et il regrettait l'engourdissement précédent. Ses veines continuaient de se désagréger, sa peau était rougie de l'intérieur et ses pores suintaient de son propre sang. Finalement, son corps ne fut plus capable de le porter et il s'écroula sur le plancher du fiacre. Sa vision était recouverte d'un filtre rouge, ce qui donna à Taesch, penché sur lui, des airs maléfiques. Quelque chose céda dans sa tête et il s'évanouit.

Quand il s'éveilla, Yvan remercia le Diable de l'avoir laissé vivre. Il était épuisé et affamé, mais vivant. Il se redressa dans le lit et reconnut immédiatement la chambre de Taesch. Ce dernier n'était pas là, en fait il était seul. Une odeur d'herbes flottait dans l'air, l'éclaireur avait donc réussi à éliminer le poison. Se tâtant, il ne découvrit qu'une peau propre et lisse. Ses vêtements avaient été changés également, il était nu sous une simple tunique longue de lin noir. Son odorat perçut alors la senteur adorée du sang humain et il tourna la tête, écarquillant les yeux en voyant la carafe. Il repoussa les couvertures tout en s'asseyant au bord du lit et ignora le verre posé à côté pour boire directement au goulot. Il n'en perdit pas une goutte malgré tout.
Yvan ne s'arrêta de boire que lorsqu'il n'y eut plus de sang, lécha les rebords de la carafe et ses doigts, avant de pousser un soupir de contentement. A cet instant, quelqu'un entra. Taesch. Ce dernier ne lui prêta pas attention immédiatement et, lorsqu'il posa enfin les yeux sur lui, il se précipita sur le prince.
En un instant, Yvan se retrouva étroitement serré dans les bras de son amant. Il apprécia l'étreinte, mais n'eut pas le temps de la lui rendre que l'éclaireur s'écarta pour déverser un flot de paroles inquiètes. Quand il se tut enfin, Yvan ne put empêcher un petit rire nerveux de franchir ses lèvres. Il entrelaça ses doigts avec ceux de Taesch, paume contre paume, et haussa un sourcil en le regardant avec amusement.

« Tout va bien, je suis vivant. Ce n'était rien après tout, tu as réussi à me sauver. »

Oui, il se sentait plutôt bien. Simplement fatigué, maintenant qu'il s'était nourri. Il avait retrouvé toutes ses sensations dans ses membres, son corps n'était plus traversé par aucune douleur, c'était presque comme s'il ne s'était rien passé. Le remède que lui avait administré Taesch avait été rapide et efficace. Le jour n'était même pas levé.
Il l'attira doucement à lui pour l'embrasser, mais la légèreté de son esprit ne fut que de courte durée. Il se souvint de la raison pour laquelle il était dans ce lit. Bent.

« Je ne comprends pas... » dit-il finalement en fixant le sol.

Il n'avait pas lâché la main de Taesch, bien qu'il ait l'air de ne plus s'intéresser à lui.

« Nous étions amis, c'est un homme de grande valeur… Celui avec qui tu m'as vu à la réception. Il s'appelle Bent. Un militaire de mon unité. C'est lui qui m'a empoisonné, mais cela n'a aucun sens ! Dans tous les cas, il ne faut pas en parler à mère. Dans son état, elle culpabiliserait peut-être de m'avoir confié cette mission. Inutile de l'inquiéter pour rien. »

Il releva alors la tête, cherchant quelque chose sur le corps de Taesch.

« Tu as une odeur de sang. Pas le mien. Qu'est-ce que tu as fait, Taesch ? En si peu de temps, ne me dis pas que tu as déjà agi ?! »

Il ne voulait surtout pas apprendre que son amant avait supprimé Bent alors qu'il aurait aimé avoir des explications. Si quelqu'un était capable de retourner cet homme contre lui, il devait être extrêmement dangereux.
Et puis, à bien y réfléchir, cette situation était étrange. La nuit était déjà bien avancé quand ils avaient quitté le manoir Feralis. Taesch n'aurait jamais pu le guérir, le changer, le nettoyer, se changer lui-même et punir Bent en si peu de temps. Un doute le prit à la gorge.

« Taesch, lança-t-il d'une voix blanche, quel jour sommes-nous ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rainbow Prince
Messages : 66
Date d'inscription : 22/03/2016

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Bloody Trouble   Lun 4 Juil - 15:31

Bloody Trouble


Taesch Condé et Yvan von Dast - Nuit 8 de la Sixième
Holy Mother of Satan. Il était vivant et il bougeait et il parlait et il le serrait dans ses bras. C’était parfaitement inattendu. Même Ulrick, d’un naturel optimiste en toutes circonstances, avait dit qu’il y avait de fortes chances pour qu’il ne se réveille jamais. Mais il fallait croire qu’Yvan était de ceux qui résistent mieux au poison. Ou alors c’était juste parce que Taesch avait arrêté le poison. Il n’en savait rien, lui il n’était pas un fervent adepte des poisons. Il ne s’en servait qu’en dernier recours.
Ou alors ... se pourrait-il que le venin du basilic ait agi en renforçant ses défenses. Peut-être qu’en ayant été mordu autant de fois par des serpents la semaine précédentes, il avait développé une sorte d’immunité, une sorte de ... contre poison. Si tel était le cas, il ne doutait pas qu’Ulrick voudrait l’étudier en long et en large. Parce que c’était un phénomène assez inhabituel. Quoiqu’il en soit, il était reconnaissant à ce qui l’avait ramené à lui et il ne pouvait se résoudre à le lâcher.
Il avait songé quelques instants à le déménager au temple, enfermé dans un cercueil de verre comme le voulait la coutume pour les états instables. Mais il ne pouvait décemment pas se séparer de lui.
Il détourna la tête un instant. A travers ses larmes il voyait le store en tissu qui les cachait au monde. La grande fenêtre de sa chambre, en forme de rond parfait, était presque entièrement cachée par le rideau en velours blanc mais il percevait l’agitation derrière le panneau de verre. Il devrait certainement prévenir les autres. Holly et Emilien, leurs enfants, Rozen. Mais plus personne ne comptait. Ils étaient comme affadis, inexistants ou presque à côté d’Yvan, qui était bien vivant et vif.
Il aurait aimé avoir un volet pour s’isoler parfaitement du monde. Mais il n’en avait plus depuis deux ou trois mille ans. Lors de l’attaque d’un assassin, il était tombé de sa chambre, par la fenêtre, heureusement ouverte. Le volet en bois gravé, lui, était fermé, et il avait été transpercé de part en part. Incapable de retrouver un bois de la même matière exacte, il avait fini par abandonné et avait doublé ses rideaux en y accrochant des pampilles. Si quelqu’un rentrait par la fenêtre, il le savait de suite.
Il le regrettait à présent. Il avait envie de quelque chose qui puisse l’isoler, autre qu’un rebord de fenêtre et quelques rideaux. Alors il reporta son regard sur Yvan. Il avait les traits reposés, comme s’il avait juste dormi et que c’était une journée parfaitement normale. Ce n’était pas une journée normale. Quand Yvan le saurait, est-ce qu’il serait en colère ? Probablement. Est-ce qu’il serait en colère qu’on ait nommé Sadlair à sa place en tant que régent des armées ? Oh, il serait sans doute plus amusé.
Sadlair voulait cette place depuis bien trop longtemps et il avait été si heureux de l’avoir au final que tout le monde s’était demandé si ce n’était pas lui qui avait empoisonné Yvan. Mais si le couple des Sadlair pouvait être vicieux et retord, tout le monde savait qu’ils étaient fidèles à la famille comtale et qu’ils avaient quelques bribes d’honneur.
Au final, Yvan allait retrouver son poste de général suprême des armées et Sadlair retournerait à sa médiocrité. En vérité, il était bien plus vieux qu’Yvan - il devait avoir le double de son âge - mais au final c’était surtout son incompétence à prendre des décisions en temps de crise qui l’avait de base éliminé pour l’élection. Heureusement, Yvan était là et il s’était illustré peu auparavant. Taesch aurait voulu être là, comme les autres, pour le voir.
De toute façon, s’il avait voulu à un moment qu’il prévienne quelqu’un, il lui aurait donné congé, comme il le faisait quand la situation était urgente. Or, il semblait plus choqué et perdu qu’autre chose. Comme un petit chiot adorable, il avait retrouvé le froncement de sourcil perturbé qu’il avait perdu dans son sommeil. Il avait presque l’air reposé et gentil quand il dormait. Taesch en avait été effrayé et il avait essayé plusieurs fois de coincer ses sourcils pour qu’il ait l’air fâché.
Yvan lui répliqua que tout allait bien, que ça n’avait été rien. Merde. Alors il n’avait vraiment pas conscience du temps qui était passé. Il hésitait à lui dire aussi se tût-il. Il ne voulait pas le choquer dès le réveil ou quelque chose dans le genre. Il était assez terrifié qu’Yvan lui claque dans les doigts comme ça. Il était sans doute encore un peu fragile et avait besoin de repos.
Un bavard anonyme avait dit qu’on pourrait trouver des indices sur sa guérison dans les entrailles de celui qui avait commit le crime. Il avait mit du temps à retrouver le militaire et il avait eu beau fouiller ses entrailles ... mince, est-ce que c’était possible ? Est-ce que c’était parce qu’il l’avait torturé qu’Yvan s’était réveillé ? Non, c’était impossible. Impossible. C’était juste une coïncidence. Parce que c’était ce qui arrivait des fois : le hasard.
Et puis, la confusion sembla prendre possession d’Yvan. Il semblait confus. Peut-être à cause de Bent ou peut-être se rendait-il compte qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. Il faisait nuit, comme quand ils étaient rentrés. Peut-être réussirait-il à tout comprendre sans que Taesch n’ait à ouvrir la bouche. Ce qui serait bien mieux que s’il lui donnait un choc. Taesch détestait avoir à faire ça. Au moins, Yvan n’avait perdu qu’une semaine, pas deux cents ans.
Mais non, Yvan ne comprenait pas. Il lui dit de ne pas en parler à Holly. Oh, il serait furieux quand il saurait combien il faudrait rénover la caserne ! Il secoua la tête et s’apprêta à lui parler mais Yvan enchaîna aussitôt sur autre chose.
D’une voix éteinte, Taesch répondit à sa dernière question en décidant de ne pas user de délicatesse, ce serait certainement mieux comme ça.
“Voilà une semaine que tu es tombé dans ce que les humains appellent le coma. Ton état était instable et Ulrick a fait ce qu’il a pu mais tout le monde pensait que tu ne te réveillerais jamais. J’avais presque perdu espoir.”
Triple nom de fourneaux cassés, il ne pouvait pas commencer à pleurer de nouveau. Aussi baissa-t-il les yeux pour qu’Yvan ne voit rien de ses larmes.
“J’ai traqué Bent et je l’ai ramené à Gothik City. Je sais qui a fait ça. Et c’est quelqu’un de dangereux. Je ne sais pas si nous pourrons surmonter cette épreuve Yvan.”
Il se blottit entre les bras puissant d’Yvan. Bon sang, comme il aimait les sentir autour de lui. Il frissonna un instant et reprit la parole celui d’après.
“ J’ai eu un élève. Avant Ulrick, avant Gleizia. Il n’avait pas de nom alors je lui en ai donné un : Slythe. C’est un excellent assassin mais il ne suit aucun code d’honneur. Quand il a commencé à tuer par plaisir et à avoir des vues sur Clair, je l’ai banni de Gothik City. C’est pour cela qu’il s’est servi de Bent - en menaçant ses parents - pour t’empoisonner. Parce qu’il veut détruire tout ce que j’aime et tout ce que j’ai un jour aimé.”
Il se sentait honteux. Il ne pensait pas que ses démons reviendraient hanter si vite son couple. En fait, il espérait même que Slythe ne reviendrait plus jamais dans sa vie. Et il revenait au moment où Taesch et Yvan étaient vraiment ensemble ... Au pire moment.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 87
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Bloody Trouble   Mar 5 Juil - 16:09

S
on amant avait toujours été à ses yeux l'homme le plus arrogant qui soit. Le plus sûr de lui. Celui qui ne pourrait jamais mourir. Ses convictions avaient été ébranlées une première fois lors de la mort de Taesch. Il avait découvert quelque chose en lui qu'il pensait inexistant. Un véritable amour pour quelqu'un d'autre que les membres de sa famille, quelqu'un dont la mort l'avait anéanti. Et puis il était revenu et Yvan s'était juré de veiller sur lui. Pour ne plus jamais avoir à assister à cet horrible enterrement. Ne plus jamais entendre le funeste son des cloches du temple. Ne plus jamais voir cette procession morbide.
Mais Taesch n'était pas seulement vulnérable. Cette nuit, il se montrait sous un jour nouveau devant Yvan. Il était sensible et il avait réellement eut peur pour le prince. Lorsque ce dernier apprit pourquoi, il se dit que Taesch n'avait pas exagéré.

« Une… Semaine ?! »

Yvan s'étrangla presque avec ses mots. La nouvelle lui semblait être une blague. Oui, c'était sans doute cela. Une blague. Il secoua vivement la tête avant d'ajouter sur un ton des plus catégoriques :

« Non. Non. Ulrick, sors de ta cachette. Cette situation n'est pas sujette à la moindre plaisanterie. »

Mais son frère ne surgit d'aucune cachette. Il n'y avait que Taesch et lui. Et le métamorphe ne semblait avoir aucune envie de rire. Yvan baissa la tête, le regard furieux mais résigné. Il s'agissait bien de la vérité dans ce cas. Il était donc resté une semaine tout entière dans un sommeil anormal à cause de ce poison. Si Taesch n'avait pas œuvré pour le sauver, il serait probablement mort.
Sa tête se tourna doucement en direction de la carafe où restaient accrochées quelques traces de sang. Il lui en fallait plus. Il devrait chasser. Mais son amant ne le laisserait probablement pas simplement sortir pour aller s'attaquer à un humain. Il allait sans doute envoyer un serviteur. Il détestait utiliser le personnel du château à cette fin.

La tête baissée, Taesch lui raconta alors ce qu'il avait découvert. Apparemment, Bent avait été interrogé. La gorge d'Yvan se serra à l'idée que celui qui avait presque été un ami l'avait trahi. Il ne pouvait même pas accuser Taesch d'avoir fait cela sous l'impulsion de la jalousie. Il se souvenait parfaitement du baiser du vampire, un baiser mortel. Si Taesch le lui demandait, Yvan lui raconterait ce qui s'était passé. Mais il se doutait que Bent avait déjà expliqué son mode opératoire. Du moment que son petit ami ne lui piquait pas de crise à cause de cela…
Un élément le consola légèrement dans toute cette histoire. Quelqu'un avait commandité l'acte de Bent. Mais comment cette personne avait-elle su qu'Yvan se trouverait à cette réception ? Quelqu'un les avait probablement entendus, avec sa mère, pendant qu'ils étaient au marché. Ce prostitué ! … Non, Holly ne lui avait parlé de Feralis qu'une fois dans le fiacre. Le cocher alors ? A moins qu'un espion ait réussi à se cacher dans le coffre. Et pour ce qu'il en savait, il pouvait toujours s'agir du prostitué préféré de Luscka.
Taesch interrompit ses réflexions en se blottissant contre lui. Sans réfléchir, Yvan l'enveloppa de ses bras et posa son menton sur le crâne du métamorphe. Il ne s'était pas aperçu de sa détresse jusque là. Mais il semblait réellement inquiet. Très inquiet.
Il lui raconta alors l'histoire d'un ancien élève, un certain Slythe qui en voulait au bonheur de Taesch. Si cela s'annonçait plutôt mal, Yvan n'avait pas perdu la conviction qu'ensemble, ils pouvaient tout affronter.
Le prince caressa les cheveux de son amant et colla sa joue sur le haut de son front. Taesch avait fait ce qu'il fallait pour protéger sa famille, Yvan ne pouvait lui en vouloir.

« Ne t'en fais pas. Qui peut nous résister quand nous unissons nos forces et nos talents ? Ce Slythe sera mis à la porte de notre ville, ou il périra de nos mains. Je te le promets. »

Il avait presque réussi à l'empoisonner, c'était vrai. Presque. Voilà le plus important. Il n'avait pas réussi. Et rien de ce qu'il entreprendrait par la suite ne réussirait plus. De cela, Yvan s'en assurerait. Et il était heureux d'être la première cible de Slythe. De cette façon, le reste de sa famille serait en sécurité.

Après un petit moment à caresser machinalement Taesch et à fusiller la cheminée de ses yeux sombres, Yvan s'écarta. Il se leva et chercha des yeux des vêtements qu'il pourrait enfiler.

« J'ai faim. Il faut que je sorte chasser. »

Il savait que Taesch protesterait. Mais il ne pouvait pas laisser un fou lui dicter ce qu'il avait le droit ou pas de faire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rainbow Prince
Messages : 66
Date d'inscription : 22/03/2016

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Bloody Trouble   Lun 11 Juil - 16:19

Bloody Trouble


Taesch Condé et Yvan von Dast - Nuit 8 de la Sixième
Généralement, la vie de Taesch faisait preuve de beaucoup de constance : elle était toujours aussi mauvaise. Elle était toujours aussi brisée, mauvaise, imparfaite, honteuse. Mais ces derniers temps, elle avait tendance à s’améliorer. Yvan l’aimait, Ulrick avait cessé de lui attirer trop de problèmes et même Holly semblait l’apprécier un peu plus. Il n’avait jamais comprit pourquoi elle avait tiré rancune du fait qu’il avait essayé de coucher avec elle quand elle était à peine fiancée à Emilien. Elle se vexait vraiment pour rien.
Mais par dessous tout : Yvan. Yvan était parfait, un parfait petit-ami. Il était attentionné et plus patient que ce à quoi il s’était attendu. Merde, ils étaient si différents qu’il avait cru que jamais ils ne pourraient marcher aussi bien mais il attendait avec impatience le moment où ils formeraient une machine bien huilée. Ce serait sans doute une bonne expérience à vivre.
La seule chose qui aurait pu compléter son bonheur était que Rozen et Clair cessent de lui en vouloir. Qu’ils se réconcilient. Mais tout cela semblait un peu trop beau. Il n’allait certainement pas tomber dans le piège d’en vouloir trop, il était déjà comblé. Se réveiller contre Yvan était déjà une grande récompense en soi. Après huit mille ans de rejets, il avait enfin quelqu’un qui prenait soin de lui. Après tant de temps, il pouvait enfin se reposer et baisser sa garde.
Et c’était ce moment là que Slythe avait choisi pour revenir, pour lui pourrir la vie une fois de plus. Il avait autrefois été un garçon si gentil et si tendre ... Il avait fini par figurer lui aussi sur la liste des personnes qui ne l’aimaient pas, finalement. Et il était encore plus blessé par celui-là, qu’il avait formé comme s’il avait été la chair de sa chair et le sang de son sang. Bien sûr, il avait fait quelque chose de mauvais, puisque Slythe avait dérapé. Il ne savait juste pas quoi.
Aujourd’hui, Slythe s’imaginait être sa nemesis ou quelque chose dans le genre et il souhaitait le détruire, depuis ses racines. Il souhaitait lui arracher chaque chose qu’il aimait et il ne s’arrêterait que quand ils seraient tous morts ou quand il aurait eu la tête coupée. Taesch ne voulait pas le tuer. D’abord, à cause de son code d’honneur - il était un assassin professionnel, pas un meurtrier fou - mais aussi parce qu’il y aurait toujours une place pour lui quelque part dans son coeur.
Pas comme Yvan ou Rozen ou Clair, c’était bien différent. Il était son élève le plus doué et il lui avait apprit des tas de choses qu’il n’avait jamais osé apprendre à Ulrick, de peur qu’il ne tourne mal lui aussi.
Quoiqu’il en soit, aujourd’hui il voulait faire du mal à ceux qu’il aimait et peut-être, peut-être que pour eux, il pourrait devenir un monstre. Tuer pour les protéger, sans contrat. Il avait toujours été partiellement à la limite du code qu’il avait lui même instauré mais bon sang, ce serait la première fois qu’il tuerait quelqu’un qu’il aimait autant. Il espérait ne jamais avoir à tuer Rozen. Il avait toujours été effrayé par la légende qui disait que les plus vieux vampires devenaient fous à partir d’un certain  âge. On disait que c’était pour cela qu’Honorus avait été renvoyé dans son monde d’origine.
Heureusement, Rozen avait toujours son esprit logique et sans problèmes. Il ne put s’empêcher de sourire faiblement en se l’imaginant, un entonnoir sur la tête à chanter des chants paillards. Ouais, ce ne serait certainement pas comme ça mais c’était au moins drôle comme ça. En y repensant, il n’avait jamais vu son frère saoul. Peut-être qu’il supportait mal l’alcool et peut-être même qu’il ne buvait jamais trop, justement pour cette raison. Il fallait qu’il aille le voir avec une bouteille de whiskey bien forte.
Quand Yvan commença à suspecter que ce que lui avait dit Taesch était une blague, le vieux vampire se vexa un peu. Comment osait-il remettre en cause sa parole ?! Et l’accuser de collaborer avec Ulrick pour une blague en plus ? Enfin, il aurait dû le connaître mieux que cela ! Il était incapable de simuler l’inquiétude, même s’il avait essayé de nombreuses fois. Peut-être parce que c’était quelque chose qu’il n’avait pas assez expérimenté.
Assez rapidement cependant, Yvan comprit que ce n’était pas quelque chose avec laquelle Taesch aurait pu plaisanter. Et il comprit qu’ils n’étaient que tous les deux. Taesch eut un frisson quand la voix grave d’Yvan lui affirma que tout irait bien. Yvan avait raison, sans doute, quand il disait qu’ils formaient un couple imbattable mais Taesch avait quand même des doutes. Slythe était bien trop intelligent et trop pernicieux pour qu’ils puissent s’en sortir facilement.
L’étreinte d’Yvan était agréable et réconfortante après la semaine qu’il venait de vivre. Il avait terriblement envie de dormir mais sans doute qu’Yvan ne voudrait pas qu’ils se recouchent. Il avait été endormi toute une semaine après tout, il ne pouvait pas tout simplement se rendormir sans craindre de rater encore une semaine.
Quelques temps après, Yvan se leva et décréta qu’il allait chasser. Taesch s’y attendait, bien sûr, et il aurait dû dire que c’était de la folie. Mais il ne voulait pas se disputer avec son petit-ami ce soir ou le contredire. Il serait un assez bon garde du corps et ils se débrouilleraient pour chasser uniquement dans le centre ville, éviter les ruelles trop sombres et les quartiers trop mal fréquentés. Slythe n’était même pas à Gothik City pour ce qu’il en savait.
Il se leva et fouilla dans son armoire pour trouver une chemise couleur crème et un pantalon assorti. C’étaient de vieilles affaires de Rozen qui étaient là depuis longtemps. Yvan n’aimerait certainement pas la couleur mais tant pis pour lui, au moins, il était sûr de ne pas le perdre.
“Très bien, mais je viens avec toi.”
Il attacha ses cheveux en queue de cheval avec un bandeau brillant pour avoir une vue complète et se dirigea vers la fenêtre, qu’il ouvrit. Elle donnait sur les écuries et un appentis recouvert d’ardoise lui servait de point d’atterrissage depuis des milliers d’années. Il sauta en premier et regarda sa fenêtre. Il se fichait bien d’être couvert du sang de Bent, Yvan avait faim et il n’avait pas le temps de se changer.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Bloody Trouble   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bloody Trouble
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bloody London
» Hope is Dead : Kira Takumi & Trouble VS Mina Luvia
» L'Histoire de Trouble or Misery .
» Trouble mnémonique ou mnémotechnique,la methodologie du mensonge politique
» Quand la neige éclatante trouble les esprits... [PV Yuko]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-