Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 Captive Hearts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Captive Hearts   Ven 13 Mai - 17:43


Captive Hearts  
❝Before I fall to pieces ... ❞

❝ Scène 01 - Mute❞


Le bureau du docteur Gloria Skyzynski était embarrassé de tas de junk food non finie et d’un bon tas de papiers à trier. Elle était la nouvelle responsable de l’Infection après que le dernier en charge avait été surpris en train de détourner des dons pour les victimes et leurs familles. Il avait été transféré dans une clinique qui luttait contre l’Infection, les mains en plein dedans.
Elle était face à lui et arborait une tenue estivale particulièrement joyeuse sous sa belle blouse blanche. Ironique, pensa le docteur. Au moins, les gothiks avaient la présence d’esprit de se parer de noir pour cacher les traces de sang. Mais les blouses des docteurs modernis étaient toujours si propres … ils devaient souvent se changer. Il avait été médecin scolaire avait de partir à Gothik City et n’avait jamais exercé dans un hôpital alors il ne savait pas comment cela se passait.
Ils n’étaient cependant pas seuls dans ce bureau. Une jeune journaliste sexy reportait sur papier les recommandations qu’ils lui donnaient pour rédiger le communiqué de presse officiel de l’hôpital. L’état de nombreuses personnes avaient été stabilisé mais ce n’était que la face apparente du sucre dans la tasse de café … le reste était sûrement beaucoup plus important.
Bien décidé à prendre le large à la fin de la semaine, le vieux vampire avait donné toutes les clefs aux médecins pour qu’ils traitent la Grande Mort en attendant le rituel. Ils n’y croyaient pas trop – ces modernis ! – mais ils l’avaient néanmoins grandement remercié. Bientôt, tout rentrerait dans l’ordre, il en était persuadé.
Il avait passé du temps avec Irvin la veille et pour retenir le plus de souvenirs positifs avec lui – il était désormais infecté, il pouvait encore mourir – et ils étaient allés dans une arène très intéressante avant d’aller au bar puis au karaoké avec deux étranges humains. Irvin était rentré très tard mais Luscka avait passé la nuit à l’hôpital après un appel alarmant qui n’était rien de plus qu’une fausse alerte.
Il avait un peu dormi ce matin et il était de nouveau en forme, même si le soleil de l’après-midi l’endormait un peu. La journaliste les quitta et le vampire s’étira un peu avant de présenter ses respects à sa collègue, rayonnante. Il y avait de quoi l’être avec les récents progrès qu’il leur avait apporté !
Il croisa Irvin dans les couloirs, qui lui présenta un de ses amis, qui avait tout à fait l’air d’être un junkyen mais bien sympathique. Ils déjeunèrent ensemble – heureusement, Luscka avait faim de nourriture d’humain depuis sa transformation, il n’avait pas à manger juste pour être poli – et Luke, puisque tel était son nom, lui donna énormément de conseils à suivre une fois à la Junkyard.
Le ventre plein, il se dirigea vers une salle de toilettes pour se changer. Irvin lui avait rapporté quelques vêtements de sa valise et il était bien content de pouvoir prendre une douche – la sueur, quelle plaie – et de se changer. Une fois lavé, il enfila son jean gris foncé, son t-shirt de la même couleur et son gilet noir dans une espèce d’apathie. Il avait un peu envie de dormir. Remettant ses bottines et son trench coat noir, il sortit de la salle pour retrouver Gloria. Cette femme avait beau avoir un bureau horrible, elle n’était pas désagréable et il devait encore discuter de certaines petites choses avec elle.
En descendant au rez de chaussée pour changer de bâtiment, il se figea, au milieu des escaliers. Une femme avait apporté un énorme bouquet dont les pétales avaient été soufflés par un coup de vent importuns, auréolant un homme qui venait d’entrer de pétales roses et rouges, comme dans une vision. Et cet homme, c’était Elijah.
Ecarquillant les yeux, le médecin déglutit et resta en suspens jusqu’à ce que les pétales tombent à terre, soudainement, alors que le temps reprenait son cours.
Tremblant, il descendit les marches. Il ne pouvait pas y échapper. Il n’aurait pas du faire ça. Il aurait dû prétendre ne pas savoir. Comme s’il ne l’avait pas vu, comme s’il ne pouvait pas le voir. D’ailleurs, il n’aurait même pas dû le regarder dès le début. Il aurait dû s’enfuir. Mais il ne le fit pas. Il arriva devant Elijah, attiré comme un aimant, tremblant un peu. Il serra les poings pour éviter que le Prince ne s’en rende compte.
Il ne savait pas quoi dire. Il savait bien qu’il n’aurait pas dû descendre. Il savait bien qu’il aurait dû fuir. Et puis, Elijah releva les yeux vers lui et il sentit une décharge électrique parcourir son corps. Comme s’il avait été frappé par la foudre.
Alors il saisit la nuque d’Elijah et se pencha pour l’embrasser, la main dans ses cheveux, terriblement doux et emmêlés, ceux d’Elijah, ceux qu’il voulait toucher plus que tout. Une larme silencieuse coulait sur sa joue alors qu’il se disait qu’il devait toujours le détester. Il n’était pas là pour lui, oh non certainement pas. Il était peut-être blessé. Mais plus rien n’existait à part son amour pour Elijah et son envie terrible que cet amour soit réciproque. Le baiser finit par se finir, il ne savait pas lequel des deux l’avait interrompu. Il ne voulait pas savoir. Les larmes aux yeux, il regardait Elijah. Quand allait-il lui dire qu’il ne voulait pas de lui ? Quand allait-il le repousser, avec cette maladresse qu’avait Elijah pour dire les choses importantes ? Ils ne s’étaient même pas dit bonjour …
 C’était venu sans un mot …



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 103
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 751
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: Captive Hearts   Dim 15 Mai - 21:51

C'
est perplexe et l'esprit étrangement distrait qu'Elijah quitta la voiture de Kim Callahan. Il la remercia d'un sourire chaleureux en se penchant par la fenêtre ouverte, alors que Fureku remontait déjà l'allée menant à la porte de l'immeuble. L'immeuble où vivait Irvin, le lien de Luscka avec le monde humain de Modernis State. Elijah appréhendait assez cette rencontre, il aurait préféré que le duc loge dans un hôtel, que ce soit plus intime. Enfin, plus privé ! Pas plus intime ! … De qui se moquait-il, il n'était pas venu pour prendre le thé, ni même réellement parler du problème qui préoccupait le monde entier. Il était venu pour le voir, lui dire qu'il était résolu à le côtoyer coûte que coûte et qu'il se moquait du danger que le vampire pouvait bien représenter pour lui. Une scène qu'il lui serait difficile de réaliser chez quelqu'un d'autre. Peut-être que s'il parvenait à demander assez poliment à parler au duc en personne… Et ensuite ? Est-ce qu'il dormirait ici ? Son plus cher désir était de partager le lit de Luscka et de… Non, il ne pouvait pas penser à cela dès maintenant.

Il rejoignit Fureku devant la porte. Ni l'un ni l'autre ne semblait savoir comment s'y prendre. Jusqu'à ce qu'Elijah remarque une série de noms alignés les uns au-dessus des autres sur une plaque de cuivre. Et il y avait des boutons à côté de chacun d'eux. Hésitant, il appuya sur celui désignant I. Wilheart, il croyait se souvenir que c'était le nom mentionné par madame Callahan.
Un grésillement jaillit quelques instants plus tard de la plaque et la voix d'une femme se laissa entendre.

# Irvin ? C'est toi ? #


Elijah était à présent dans le salon des Wilheart, qui était petit et assez chaleureux, malgré son manque alarmant d'intimité. Il donnait sur la porte d'entrée, la salle à manger et même la cuisine, qui était ouverte. Dans le fauteuil en face de celui qu'il occupait, une jeune femme, Anabelle, servait du thé dans des mugs aux motifs fantaisistes. Fureku, quant à lui, examinait chaque bibelot de cette pièce en affichant un air neutre.

« Donc, vous êtes venus voir monsieur Luscka, le cousin de mon mari, c'est bien cela ? »

Elijah hocha la tête avec un aimable sourire. La jeune femme était nerveuse, ses mains tremblaient légèrement. Il avait mis longtemps avant de la convaincre de les laisser monter. Quand il approcha sa main pour saisir son thé, elle eut un brusque mouvement de recul. Elijah vit une goutte minuscule de thé éclabousser sa robe rose vif. Elle ne le remarquerait probablement jamais.

« Ne vous inquiétez pas, nous ne sommes pas venus pour vous faire du mal. »


La discussion entre eux deux s'avéra très absente et gênante. Puis, bien des heures plus tard, une clef tourna dans la serrure. Elijah comme Anabelle se levèrent dans un mouvement pressant, visiblement soulagés de cette interruption. Le prince sentit son cœur se gonfler d'espoir. Luscka !
Un humain à la barbe fournie entra dans l'appartement. Il se montra surprit par la présence d'Elijah, alors que ce dernier scrutait nerveusement l'espace visible par-dessus l'épaule du nouveau venu.

« Luscka n'est pas… ?
-Lou ? Oh il est à l'hôpital. On l'a appelé pour une urgence sur l'Infection. Vous êtes ? »

Elijah répondit à peine. Il laissait à Anabelle le soin de tout lui raconter. Fureku à sa suite, Elijah se rua hors de l'appartement, jusque dans la rue. Sans savoir où il allait, il se précipita vers le nord – à moins que ce fut l'ouest – et ne s'arrêta que bien longtemps après, quand il se rendit enfin compte qu'il agissait d'une manière tout à fait ridicule.
Ils ne purent se rendre à l'hôpital finalement, parce que des voitures de police patrouillaient et qu'Elijah n'avait aucune envie de se frotter à eux. Cédant aux conseils de Fureku, ils se rendirent dans un petit hôtel miteux qui n'avait absolument rien d'engageant et louèrent une chambre pour la nuit.
Il n'y avait qu'un seul lit, à peine pour deux, mais Fureku se plaça de toute façon contre le mur, assis au sol, les jambes relevées. Il lui dit que c'était le meilleur moyen de se reposer tout en montant la garde. Elijah essaya donc de dormir sur un matelas inconfortable, dans des draps rêches qui le grattaient, la tête posée sur un oreiller unique et tellement mou qu'il avait l'impression d'en avoir que la taie, le tout en plein milieu de la nuit et en ne cessant de penser à Luscka et à la frustration de ne pas pouvoir le rejoindre. Durant tout son voyage, il s'était imaginé qu'il serait déjà avec lui et que lorsqu'il devrait se coucher, ce serait dans ses bras. Dommage.


Des coups frappés à la porte le tirèrent du sommeil. Elijah se redressa dans son lit, les yeux collés par le sommeil. Fureku était déjà sur le qui-vive, son poignard en forme de pic à glace dans la main. Prudemment, il ouvrit la porte, masquant son arme derrière le battant. Bien qu'il ne puisse le voir, Elijah reconnut la voix du gérant qui leur avait loué la chambre la veille.

« Faut partir, l'est plus de midi maintenant. Ou alors vous payez une nuit de plus. »

Fureku lui demanda de leur laisser quelques minutes et qu'ils partiraient. Elijah jaillit hors de son lit et tira les rideaux. Le soleil lui brûla les yeux et il dût placer sa main devant. Oh non, il était si tard ! Luscka !

Bien que cela soit particulièrement inconfortable pour lui, sortir en plein jour dans les rues de Modernis State avait au moins un avantage : ils pouvaient demander leur chemin. Elijah restait en retrait dans l'ombre, bien que cela ne l'empêche pas de verser des larmes discrètes et d'être pratiquement aveugle. Fureku, armé de ses lunettes de soleil et d'une impassibilité à toute épreuve, se chargea de les guider, petit à petit, à travers les rues, et ce jusqu'à l'hôpital. En fait, il aurait probablement été plus intelligent de retourner chez Irvin, mais Elijah n'avait aucune envie d'affronter de nouveau ces gens si jamais Luscka était encore à l'hôpital. Au pire, il – enfin Fureku – pourrait toujours demander s'ils savaient où le duc se trouvait une fois là-bas.
Enfin, après une bonne heure et demie de torture et d'hésitations, ils arrivèrent devant l'énorme édifice (blanc, bien sûr) de l'hôpital. Elijah faillit rentrer dans plusieurs personnes avant d'arriver, heureusement les gens semblaient considérer qu'il n'allait pas bien et que c'était normal. Dès qu'il passa les portes, Fureku disparut en marmonnant qu'il allait chercher le duc. La seconde d'après, un coup de vent souffla des pétales de roses qui voletèrent autour de sa tête. Amusé et charmé, Elijah regarda par-dessus son épaule, puis suivit les pétales jusqu'à ce qu'ils touchent le sol. Il était aussi un peu désolé pour la dame qui avait le bouquet.

En se retournant, son regard se vissa sur un visage qu'il avait appris à reconnaître en peu de temps. Son sourire se fana aussitôt, remplacé par une moue crispée et nerveuse. Pas possible, pas si vite, mais il n'avait pas eu le temps de se préparer mentalement… La main qui glissa sur sa nuque le fit violemment tressaillir et une force excitante l'attira en avant, vers une bouche avide qu'il fixa avec envie jusqu'à ne plus le pouvoir. Il ouvrit ses lèvres aussitôt et répondit à ce baiser, les yeux fermés, la poitrine en feu. Il avait la sensation que son cœur venait d'exploser de joie et il pensait : « Enfin ! »

Ils se séparèrent et Elijah avait la tête qui lui tournait, un sourire idiot sur le visage. Il admirait Luscka comme s'il était un trésor qu'il avait longtemps cherché et c'était un peu le cas. Puis, il se rendit compte de la tenue qu'il portait. Cette veste, ce pantalon, ces bijoux… Il devait avoir l'air d'un aguicheur ! Elijah baissa les yeux et se mit à balbutier.

« Lu-Luscka. Je suis v-v-venu pour te dire… Je suis venu pour être a-avec toi. »

Il baissa encore plus la tête, se mordant la lèvre de honte. Ca avait beau lui avoir semblé une bonne idée tout du long, maintenant qu'il venait de lui dire les choses en face, il se sentait vraiment idiot. Si Luscka l'avait repoussé, c'était bien pour une raison, non ? Ses récentes découvertes ne changeaient sans doute rien à sa résolution. Pour qui se prenait-il de vouloir ainsi lui forcer la main ?!

« Mon prince ! Oh, monsieur le duc, vous êtes là. »

Elijah se retourna légèrement pour voir son garde du corps trottiner dans leur direction. Il s'inclina rapidement devant Luscka, puis se rapprocha d'Elijah.

« Le prince Elijah vous cherchait. Il semble que cette mission est accomplie. Bien, nous devons trouver un endroit sécurisé pour parler. Le prince a d'importantes informations à vous délivrer au sujet de la Grande Mort. Connaissez-vous un tel lieu ? »

Oui, il était vrai qu'il y avait ces pages du journal qu'il avait recopiées dans son carnet. Pourquoi n'avait-il donc pas parlé de cela en premier lieu ? Il avait vraiment le don de mettre les pieds dans le plat !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Captive Hearts   Mar 17 Mai - 14:21

❝ Scène 02 - Nuances❞


Malgré son refus catégorique de se mêler aux autres docteurs pour les consultations de patients infectés – il avait terriblement peur de réveiller en eux le dragon qui sommeillait et avait fait son possible pour aider tous ceux qui avaient été susceptiblement réveillés par sa présence – il se tenait au courant de l’avancée des choses. La solution était temporaire mais c’était toujours mieux que ce qu’ils avaient avant.
Les Modernis avaient eu du mal à acheter l’histoire du dragon et de la transformation mais quand il leur avait montré ses écailles et qu’il avait allumé une bougie avec son souffle, ils avaient bien été obligés de se rendre compte qu’il disait la vérité. La suite n’avait pas été compliquée. Après tout, même s’il était de Gothik City, il avait fait ses études à modernis et ils aimaient s’enorgueillir du fait de bien former leurs médecins.
Les médecins les plus prisés de la ville avaient beau s’acharner sur la maladie, ils n’obtenaient aucun avancement. Luscka était arrivé à la comprendre uniquement parce qu’elle l’avait possédé. Et il avait dû payer le prix de cette découverte. Aveuglé par l’opportunité que pouvaient représenter mesdemoiselles Steel et Fell, il avait oublié qu’elles pouvaient être contagieuse. Désormais, Jasper était entre la vie et la mort et Alfred ne pouvait plus sortir, de peur de contaminer d’autres gens.
Tant de gens qu’il connaissait étaient infectés désormais, il devait s’en aller au plus vite pour trouver ce fichu artefact et cette fichue princesse perdue. Pour sa famille à Gothik City, pour Irvin et Anabelle et pour vivre de nouveau.
Cette transformation était plus dure pour lui que pour les autres. Tant qu’elle ne serait pas finalisée par la rituel, il aurait des désagréments. Comme le fait de faire peau neuve, littéralement, de temps en temps. La veille, il était allé prendre une douche chez Irvin et avait effrayé Anabelle en en sortant. Il avait un morceau de peau morte au niveau de la gorge qui s’était décollé. Cela ne lui avait même pas fait mal de l’arracher et la peau était devenue solide et friable, comme celle d’un serpent.
Il avait aussi de grands problèmes avec les ongles de sa main droite, celle dont le bras était recouvert d’écailles. Ils poussaient plus vite, beaucoup plus vite, et formaient des serres qui ressemblaient à des écailles. Pour son plus grand désarroi, ils étaient dur à couper et il devait le faire à l’aide de son épée, après avoir cassé trois coupe ongles.
Il espérait aussi que le rituel l’aiderait à gérer sa force. Il avait cassé la poigné en cobalt de son épée la veille, avait réussi à faire un bleu à un docteur en lui serrant la main et avait malheureusement cassé la poignée de portière de la voiture d’Irvin. Aussi, puisqu’il était moins résistant, il avait tendance à se blesser n’importe comment. Sur le poignet gauche se voyaient encore les tâches d’huile qu’il avait récolté en aidant Irvin à cuisiner deux jours auparavant.
Il recula un instant, les yeux confus. Ils avaient fait une avancée, Elijah et lui, peu avant son départ mais il avait aussi failli lui faire vraiment mal. Il jeta un coup d’œil à son bras pour vérifier qu’il allait bien et se dit que oui, bien sûr. Il était certainement guéri depuis bien longtemps, Elijah était un vampire après tout, il n’était pas une sorte d’humain faible. Il n’était pas non plus comme Luscka.
Elijah avait fait preuve d’indulgence en ne disant rien à personne mais il n’était plus aussi certain que quelques moments auparavant du fait que ce baiser le ravirait. Après tout, le frère de son meilleur ami restait un Von Dast. Ils avaient tendance à être rancunier, à attendre patiemment l’heure de leur vengeance. Ils n’étaient pas vraiment du genre à pardonner, pour rien au monde.
Ce court instant s’étira en un long moment et Luscka en profita pour regarder Elijah. Il était beau. Toujours aussi beau et toujours aussi timide. Ses yeux étaient magnifiques, si différent du reste de sa personne. Ils étaient d’une couleur aussi froide que la glace elle-même mais il réussissait à faire passer des émotions à travers cette teinte … Des émotions contradictoires apparemment.
Il avait de la poudre blanche dans les cheveux. La même que Luscka essayait de s’enlever depuis qu’il était arrivé ici. Le plafond du salon d’Irvin avait tendance à s’effriter et les résidus accrochaient tout ce qu’ils pouvaient. Est-ce qu’Elijah était allé chez Irvin ? Oh ce serait … peut-être dramatique.
Il avait une tenue inhabituelle aussi. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi Elijah était habillé comme ça mais son cœur s’emballa et ses joues s’empourprèrent. Quand le prince se mit à parler, ce fut encore pire. Il avait envie d’être avec lui. Il avait envie de l’embrasser de nouveau. Il avait envie de rentrer avec lui. Bon sang, il se sentait terriblement mal de vouloir ça alors que des tas de gens avaient besoin de lui.
Il esquissa un mouvement vers l’avant mais le garde du corps se glissa dans sa vision périphérique et Luscka écarquilla les yeux. Est-ce qu’il les avait vu ? Est-ce que tout le monde les avait vu ? Il hocha la tête aux paroles de Fureku et attrapa une servante – les modernis les appelaient des ‘infirmières’ mais elles ressemblaient plus à des esclaves – et lui demanda gentiment de dire au docteur Wilheart qu’il se servait de son bureau si elle pouvait le trouver.
Il les emmena en silence jusqu’au deuxième étage où ils croisèrent Kim. Elle avait une grande robe à fleurs qui lui cachait les jambes – une première – et un gilet marron. Le battement du cœur de Luscka accéléra en la voyant et il s’arrêta un instant. Elle ne le fit pas et replaça son masque anti-infection avant de prendre l’ascenseur. Elle sortait du bureau de Luke, apparemment. Se pouvait-il que … ?
Perturbé, Luscka continua sa route avec ses deux invités et une fois dans le bureau, il ferma la porte, s’asseyant dans le fauteuil du nutritionniste. Faisant mine de maîtriser parfaitement la situation, il sourit doucement et tendit la main vers Elijah.
“ Avant que tu ne me dises ce que tu as trouvé … est-ce que tu es allé chez Irvin ? Est-ce que tu as vu Anabelle ? Est-ce qu’elle t’a touché ?”
Il préparait déjà une seringue pour lui prélever du sang. Il ne pouvait pas se permettre la moindre erreur. Il ne pouvait pas se permettre de le perdre, pas maintenant. Même s’il devait se retenir de lui sauter dessus et de le couvrir de baiser, il avait besoin de savoir.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 103
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 751
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: Captive Hearts   Mar 17 Mai - 15:04

E
lijah avait terriblement envie de se jeter de nouveau dans les bras de Luscka et de ne plus jamais quitter son étreinte. Malheureusement, la réalité bruyante lui rappelait qu'il était entouré de gens qui le jugeaient probablement en ce moment même. Il ignorait si c'était la vérité, il n'osait pas vérifier. En plus, il préférait regarder Luscka. Lui, son avis l'intéressait vraiment. Il voulait savoir si le duc désapprouvait sa présence ici, s'il le jugeait. Mais à part un rougissement sur les joues, il ne décela rien d'extraordinaire. En fait, Luscka avait même l'air content de le voir ! Les veines visibles de son cou battaient plus violemment que d'habitude. Même s'ils ne s'étaient pas beaucoup côtoyé, Elijah avait mémorisé les fréquences de battement de son cœur. Et il déglutit en se souvenant de la dernière fois où il avait vu un tel rythme. C'était encourageant, très encourageant. Restait à savoir si Luscka allait l'accepter auprès de lui ou s'il allait encore une fois lui tenir son discours sur-protecteur. Mais cette fois, Elijah ne se laisserait pas démonter. Pour une fois dans sa vie, quelque chose valait la peine qu'il s'impose, alors il allait se forcer, même si cela signifiait qu'il allait balbutier et construire des phrases sans queue ni tête qui allaient le ridiculiser !

C'était uniquement cela qui l'intéressait présentement, pourtant il allait devoir passer par d'autres formalités. Comme Fureku l'avait mentionné, il allait devoir informer Luscka de ses découvertes dans le journal d'Honorus. A première vue, ça ne semblait pas important, en fait ça n'aiderait en rien à guérir l'Infection pensait-il. Pourtant, il sentait qu'un détail pouvait s'avérer essentiel pour la suite. Il y avait cette histoire de rituel après tout. Il pensait avoir décrypté quelque chose dans le journal, Honorus parlait à demi-mot mais une fois que tout était replacé dans le contexte, c'était assez limpide.

Luscka les guida à travers l'hôpital, jusqu'à un bureau qui portait le même nom que celui du cousin du duc. Elijah, pendant tout le trajet, était resté derrière le médecin, Fureku à sa suite. Et il n'avait pu s'empêcher de déplorer la présence de ce trench-coat qui lui masquait la partie du vampire qu'il trouvait la plus appétissante.
Une fois à l'intérieur, Elijah n'osa s'asseoir. Il resta debout en plein milieu de la pièce, alors que Luscka s'affairait de l'autre côté d'un bureau tout en lui posant des questions. Son garde du corps ne dérogeait pas à ses habitudes en fouinant.

« Hum… Oui, oui, je suis allé chez Irvin pour te… Anabelle ? Heu, oui, elle était là, elle a préparé du thé. Et heu... »

Il prit quelques secondes de réflexion, se repassant son entrevue avec la jeune femme soigneusement. Quand il fut certain de sa réponse, il prit une petite et rapide inspiration.

« Non ! Non, elle ne m'a pas touché. Mais pourquoi est-ce que tu me demandes tout cela ? »

Quand il vit l'éclat d'une seringue, les yeux d'Elijah s'écarquillèrent. Il ignorait ce que Luscka avait en tête exactement, mais il n'était pas assez stupide pour ne pas comprendre de quoi il retournait. Anabelle était infectée.

« Tu penses vraiment que je pourrais être malade ? Je me sens très bien ! »

Ce disant, il agita ses mains devant lui, comme si ça allait pouvoir changer quelque chose. Un détail inhabituel attira alors son attention. Dans la paume de sa main gauche, sous la forme d'une cicatrice légèrement boursouflée, se trouvait la rune de la mémoire. Seule, elle ne servait à rien du tout. En revanche, il n'avait aucun souvenir de la façon dont elle était arrivée là. Il ne ressentait aucune douleur non plus, juste un profond malaise.
Mettant cela de côté pour l'instant, il s'avança en direction de Luscka.

« De toute façon, je veux te parler d'autre chose avant que tu ne commences tous tes trucs de médecin. »

Sa voix était aussi douce que d'habitude, mais il utilisait un ton qui ne lui était pas coutumier. Il était implacable et ressemblait fortement à ce lui qu'utilisait Yvan face à ses recrues, ou Ulrick quand il organisait ses bals.

« Je ne vais pas mourir dans l'instant, tu peux ranger tes aiguilles pendant cinq minutes, non ? »

Il jeta un coup d’œil à Fureku, qui comprit le message et se retira dans le couloir. Elijah savait que cette porte n'empêcherait pas son garde du corps de les entendre, mais au moins ils n'étaient plus dans la même pièce.
Elijah prit une longue inspiration et se mit à faire les cent pas en se triturant les doigts. Maintenant qu'il était au pied du mur, il se sentait mal. Comme s'il n'avait pas le droit de dire tout ça. Qu'il était une sorte de petite prince capricieux.

« Luscka, j'en ai marre que tu me fuis. Je me fiche que tu puisses être violent avec moi, je suis un vampire ! Je sais que si ça t'arrive, ce n'est pas intentionnel. Ce que je voulais te dire, en fait, c'est que je ne suis pas en sucre et que je ne fonds pas sous la pluie de Gothik City. Et que tu le veuilles ou non, je t'accompagnerai jusqu'à ce que tu rentres. »

Comme il avait terminé, il se planta droit comme un « i » au milieu de la pièce, les lèvres pincées par la résolution et une expression qui se voulait sévère sur le visage. Ses poings fermés étaient immobiles contre ses cuisses. Luscka n'avait pas intérêt à refuser ! Enfin… Elijah espérait qu'il ne le ferait pas, parce qu'il n'avait pas envie d'être l'un de ses fous qui suivent ceux qui leur disent « non ». Il n'avait aucune envie de harceler le duc. Après tout, il ne voulait peut-être pas de lui… Et s'il avait trouvé l'amour à Modernis State ?!
Le prince sentit les traits de son visage se détendre un peu alors que son inquiétude grandissait. Tout ça ne se passait pas vraiment comme il l'avait prévu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Captive Hearts   Mar 17 Mai - 20:38

❝ Scène 03 - Mio volio mi amor❞


Il avait beau être heureux qu’Elijah soit là, il ne pouvait s’empêcher de penser que, quelque part, c’était une erreur. Peut-être y avait-il un véritable problème entre eux et peut-être n’arriveraient-ils juste jamais à s’entendre ? Les choses avaient l’air de ne jamais s’arranger et s’ils arrivaient à serpenter entre les ennuis pour ne pas être trop blessés, ce n’était peut-être pas la meilleure chose pour une relation stable.
La pièce était encombrée mais il s’en fichait bien. Pour le moment, il ne voyait qu’Elijah et uniquement lui. Il était toujours aussi beau et toujours aussi peu éloquent. Il ne semblait pas comprendre pourquoi Luscka lui posait toutes ces questions et pourtant il était un jeune homme brillant. Il ne pouvait pas rester sur quelque chose d’aussi simple. Avec Elijah, Luscka avait perdu l’habitude qu’il avait de tout expliquer, comme il le faisait avec les autres.
De façon pratique, Elijah était incroyablement peu doué. Mais avec les théories, les déductions et l’observation, il avait ses points forts. Aussi incroyable que cela puisse paraître, il était beaucoup plus sûr de lui quand il devait résoudre une énigme que quand il devait dire bonjour à un inconnu.
Une fois, il avait fui devant une mamie qui vendait des sucettes dans la rue à Gothik City. Luscka n’avait pas assisté à l’événement mais Yvan se délectait de la mine abattue et gênée d’Elijah à chaque fois qu’il la mentionnait. Il avait tout simplement fui devant une vieille dame qui ne demandait qu’à lui donner une sucrerie. La légende disait qu’Yvan en avait ri à s’en plier en deux.
Et encore aujourd’hui, Elijah était maladivement timide. Il n’osait jamais déranger les gens, il avait peur de faire du mal en disant quelque chose de maladroit et il fuyait les conflits, se couchant devant le moins impressionnant des adversaires. C’était pourquoi il avait décidé de faire le grand saut pour lui. Il avait comprit qu’Elijah ne se rendrait jamais compte de ses sentiments s’il ne lui disait pas.
Et pourtant, Luscka était doué pour s’exprimer sans un mot. Il avait commencé à l’être au moment où il devait coopérer avec ses camarades pendant ses séjours à l’armée. Yvan et Luscka n’avaient même pas besoin d’un souffle pour se comprendre.
Et pourtant, avec Elijah, il devait tout dire. Il devait s’exprimer comme jamais il ne l’avait fait auparavant et il ne pensait le faire avec personne d’autre. Ce n’était pas qu’ils n’étaient pas capable d’être complices, c’était juste qu’Elijah avait besoin que les gens parlent pour lui, lui disent les choses complètement pour éviter qu’il ne se fasse des idées tout seul.
Luscka sourit doucement au garde du corps quand leurs regards se croisèrent. A vrai dire, il n’était pas fâché qu’il soit dans la pièce. Ainsi, il pourrait tout simplement ignorer ses besoins primaires de fuir sur les lèvres du Prince.
Avec les hésitations qui lui étaient coutumières, ce dernier lui raconta comment cela s’était passé. Anabelle lui avait donc servi le thé. Et elle ne portait pas de masque vue la réaction d’Elijah. Cette petite inconsciente était donc folle ? Si Elijah était infecté à cause d’elle, il lui ferait subir mille tourments. En réalité, tout ce qu’il aurait à faire serait d’arrêter son traitement.
Le Prince comprit assez rapidement de quoi il s’agissait et Luscka secoua la tête quand il dit qu’il se sentait bien. Comme si ça avait quelque chose à voir avec cela. La plupart des gens se sentaient relativement bien avant de vomir du sang.
Les mesures seraient imprécises avec une prise de sang mais au moins on saurait lui dire si quelque chose n’allait pas. Il ne sentait aucun feu du dragon en lui mais cela pouvait juste être trop récent en réalité. Il espérait quand même que son instinct de grand dragon serait juste là-dessus. Si Elijah était infecté … il s’en voudrait énormément.
Néanmoins, le jeune prince en avait l’air de ne rien avoir à en faire. Il ramena le côté personnel de l’affaire sur le tapis avec une voix douce qui fit trembler Luscka. Il posa lentement la seringue sur le bureau, prudemment pour être sûr de ne pas la casser, et se tourna vers lui. Elijah avait ce regard … les Von Dast étaient donc tous les même. Tous intéressés par l’amour, avec un grand A.
Il savait bien qu’il devait faire tester son sang à l’erbium le plus vite possible mais il devait bien se plier à sa volonté, aussi.
“ Très bien, je suppose, pour cinq minutes …”
Cette histoire de mariage lui tournait un peu la tête – quelle idée Irvin avait-il eu de dire à Kim qu’il allait se marier avec Elijah ? – et il y pensait depuis trois jours. Et quand Fureku quitta la pièce sans un mot, sur un ordre silencieux de son jeune maître, l’étau autour du cœur de Luscka se resserra. Le prince lui asséna des vérités avec cette voix extrêmement séduisante et il eut envie de l’embrasser tout de suite mais il devait le laisser finir.
Quand il eut fini, il se rapprocha, jusqu’à être collé à lui. Il avait enlevé son trench coat au passage, le laissant sur la chaise des patients, dévoilant son avant bras recouvert d’écailles et son t-shirt un peu trop tendu par ses muscles. Sa main droite vint caresser la joue d’Elijah et il sourit doucement en se penchant jusqu’à effleurer ses lèvres.
“ Très bien mon Prince, j’essayerai de ne plus trop vous protéger. Et je ne vous fuirais plus.”
Ses lèvres effleurèrent celles d’Elijah mais il ne l’embrassa pas. Il resta en suspens un instant avant de se redresser et de reprendre sa seringue.
“ Mais avant que vous ne m’accompagniez à la Cyber Junkyard, il va falloir que je vous teste.”
Il lui fit signe de lui donner son bras et inséra lentement l’aiguille dedans. Normalement, il ne devrait pas ressentir grand chose. En souriant doucement, il embrassa la petite marque rouge après avoir retiré l’aiguille. Un peu perdu, il chercha un instant puis finit par se pencher et récupérer un sachet hermétique dans un tiroir derrière lui avant de placer la fiole de sang dedans. Après avoir ouvert la porte et avoir demandé à une autre esclave d’amener ceci à Luke, il se tourna vers Elijah, un sourire prédateur collé aux lèvres. Il était prêt à déguster.
Il attira Elijah à lui de sa poigne forte et passa une main sur ses fesses avant de remonter dans son dos. Ses yeux se fixèrent sur ses lèvres mais encore une fois, il ne l’embrassa pas.
“ Donc … tu ne me hais pas ? Je croyais que c’était le cas, je n’ai plus osé venir … je me serais détesté à ta place.”
En fait, il s’était détesté de toute façon. Il pensait avoir ruiné toutes ses chances avec Elijah mais il avait incroyablement tort. Il était venu jusqu’à Modernis. Pour lui.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 103
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 751
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: Captive Hearts   Mar 17 Mai - 21:53

J
amais Elijah ne s'était montré si audacieux, avec personne. Luscka avait réveillé en lui des ardeurs inédites, des sentiments tels que le prince était prêt à tout pour les garder. Alors, il se dépassait. Luscka le forçait à utiliser ses faiblesses. C'était sans doute une bonne chose, pour c'était si effrayant que ça en devenait vertigineux. Il se sentait fébrile et ses jambes n'attendaient que son ordre pour fuir.

Lorsqu'il en eut terminé, Luscka le rejoignit. Elijah eut l'impression que la scène dura très longtemps, sans doute à cause de sa vision acérée. Il ne loupa pas le tomber gracieux de son manteau, ni ce qu'il dévoila. Il lui était impossible d'ignorer le jeu visible des muscles sous son vêtement ou l'aspect chatoyant des écailles qui recouvraient une partie de son bras. Il brûlait d'envie de les toucher, de les embrasser… Il voulait tellement goûter à l'entièreté de l'autre vampire.

Tous les deux se retrouvèrent collés l'un à l'autre. Elijah entrouvrit ses lèvres et ses poings se détendirent, libérant des doigts tremblants. Il fixait le visage du duc avec un air inquiet et interrogatif. Il avait capitulé pour la seringue, allait-il aussi l'emporter pour le reste ? Il n'en était pas certain, loin de là.
Et puis Luscka le caressa et le Prince laissa échapper un court gémissement. Il le vit se pencher sur lui et se stopper à quelques menus millimètres de ses lèvres. Elijah voulait avancer son visage pour l'embrasser, mais il était tétanisé par cette main sur sa joue.
Finalement, Luscka lui répondit. Avant de comprendre ce qu'il disait, il se focalisa sur son souffle tiède qui lui brûlait la bouche. Puis, il réalisa que le duc venait de se soumettre à sa volonté. Elijah pensa qu'il se moquait un peu de lui, puis que ça n'avait pas vraiment d'importance. Plus que jamais, il se sentait prince et puissant. L'idée qu'il puisse dominer quelqu'un de la carrure de Luscka avec la sienne était risible, pourtant il était prêt à endosser ce rôle, pour un moment.

Son regard changea, bien qu'il tremblait légèrement de tout son corps. Autant assumer jusqu'au bout ce qu'il avait commencé. Et ne plus être ce faible Elijah pour qui tout le monde s'inquiétait et qui faisait sans cesse des bourdes que les autres devaient rattraper.
Et puis Luscka se redressa et remit sa seringue sur le tapis. Docilement, Elijah lui présenta son bras et le regarda faire. Il était fasciné par ses doigts, qui avaient de toute évidence l'habitude d'exécuter de tels mouvements. La prise de sang dura seulement parce que son sang était difficilement amené dans la fiole, ce qui laissa tout loisir à Elijah d'observer en détail les écailles recouvrant hermétiquement l'avant-bras du duc. Il se demandait l'effet que cela faisait d'en avoir.
Le médecin conclut l'opération d'un baiser et Elijah, libre, replia son coude comme pour protéger cette marque d'affection. Et lorsque Luscka le croisa pour se rendre dans le couloir, il ferma les yeux et exhala doucement un soupir. Sa simple présence à ses côtés lui faisait un effet terrible. Est-ce que c'était normal ? Etait-ce ce que ressentaient les autres membres de sa famille en présence de leurs partenaires romantiques ? Est-ce que ça finirait par passer un jour ? Ou bien était-ce à cause de la chaleur et du cœur battant de Luscka ?

Il entendit une voix étrangère dans son dos et jeta un coup d'oeil par-dessus son épaule. Luscka était dans l'encadrement de la porte, en train de parler à une femme en uniforme. Elijah rabattit la manche de sa veste sur son bras, où ne subsistait plus aucune trace de la pénétration médicale. Il fit quelques pas sur le côté, en ayant simplement l'air de vouloir regarder par la fenêtre, juste pour que l'infirmière ne le voit pas. Son désir devait être parfaitement visible, non ? Il ne voulait pas passer pour un homme lubrique. Surtout sur un lieu de travail.
En entendant la porte se refermer, il fit volte-face, les mains jointes sur son estomac. Luscka avait ce sourire très particulier. Il aurait aimé qu'il ne soit que pour lui, mais le souvenir de ce prostitué était encore cuisant. Elijah ne dit rien, attendant simplement que quelque chose se passe. Et quelque chose se passa, effectivement.

Collé de nouveau contre Luscka, la main de ce dernier remontant son dos en lui arrachant de terribles frissons d'excitation, Elijah sentit sa verge se durcir sans aucune discrétion. Luscka allait le sentir. Non, Luscka devait le sentir. C'était sans aucun doute la meilleure façon de lui faire comprendre ce qu'il ressentait en sa présence.
Ah oui, il y avait aussi le fait de parler. Une pratique à laquelle Luscka semblait tenir. Un peu déstabilisé, Elijah mit du temps avant de sortir un son, les lèvres et la voix tremblantes.

« Hum… Non. Non ! Mes afflictions ne sont nées que de ton absence à mes côtés. »

Puis, ses yeux s'humidifièrent légèrement. Il détourna le regard une seconde, puis revint le planter dans celui de l'autre vampire. Il devait se forcer à le regarder en face. Il ne voulait pas que Luscka le prenne pour une petite chose, un jouet. Il voulait être pris au sérieux.

« J'aurais préféré que tu n'ailles pas là-bas. Enfin, j'y étais aussi, alors je suppose qu'on est quittes à ce sujet. »

Le fait qu'il fasse référence à la maison close où ils s'étaient malheureusement croisés lui semblait assez évident pour ne pas subir la douleur cuisante de la mentionner clairement. Même s'il n'y était présent que pour essayer d'oublier Luscka. Maintenant qu'il y repensait avec le recul, il trouvait cette idée complètement idiote. Il avait suffit qu'il s'impose devant le duc pour en terminer avec cette histoire d'éloignement ridicule ! Il n'aurait jamais dû croire que Luscka ne voulait pas de lui. De toute évidence, ce n'était pas le cas.

« Luscka, pour une fois, je vais être honnête. Avec toi et avec moi. »

Il déglutit en essayant de ne pas se focaliser sur ses tremblements et se hissa sur la pointe des pieds pour frôler les lèvres de Luscka des siennes, comme le médecin l'avait fait plus tôt. Discrètement, il déboutonna sa veste, tandis qu'il lui soufflait quelques mots.

« Je t'aime. »

Sa veste était ouverte sur son torse et il l'enlaça, enroulant ses bras autour de son cou. Puis, il l'embrassa et en ressentit un immense soulagement. Plusieurs idées lui traversèrent l'esprit, toutes plutôt salaces. Il y avait le bureau et ce fauteuil… Ou l'autre.
Elijah mit fin au baiser et se glissa hors de l'étreinte de Luscka. Il recula ensuite jusque derrière le bureau, se voulant plus sûr de lui qu'il ne l'était, un sourire qu'il espérait séducteur sur les lèvres. Le duc y arrivait bien, pourquoi pas lui ?
Plus qu'un pas avant de pouvoir se poser gracieusement dans ce grand fauteuil. Evidemment, il le rata. Son talon heurta le pied du bureau et il était tellement fébrile et tremblant qu'il perdit l'équilibre et bascula en arrière. S'il atterrit bien dans le fauteuil, ce ne fut certainement pas de la manière la plus élégante possible.
Finalement, quelques petits efforts ne suffisaient pas à le changer du tout au tout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Captive Hearts   Mar 31 Mai - 15:26

❝ Scène 04 - I'm burning down❞


Au cœur de la nuit, Elijah était le plus bel homme qui puisse être. Il avait cette façon de regarder Luscka quand il ne comprenait pas quelque chose, cette façon qui le faisait chavirer. En fait, il était même presque certain qu’il le faisait exprès avant de comprendre qu’Elijah était tout simplement Elijah. Il ne tentait personne, il agissait sans se rendre compte de la tentation qu’il représentait, en réalité.
Cette fois, Elijah était en plein jour. Et une fois de plus, il était magnifique. Il était vraiment, vraiment sans nul autre pareil. Ses cheveux, ses yeux … et sa tenue, une nouveauté un peu surprenante mais il soupçonnait quelqu’un d’autre d’être derrière ça. Sauf si … eh bien, cette fois là, chez Elijah, il avait mit une tenue des plus provocatrices. Est-ce qu’Elijah aimait être dénudé pour lui ?
Il reporta son regard sur ses écailles, noires et dorées, pour éviter d’entendre son cœur qui battait trop vite. Il était excité et tellement plein d’amour qu’il aurait pu mourir d’une crise cardiaque sur le champ.
La façon dont il se souvenait de lui était un peu plus prude, un peu plus timide. Mais de toute évidence, Elijah en avait assez d’être prude et timide. Et Luscka aimait ça. Connaître un Elijah que personne d’autre ne connaîtrait, un Elijah que seul lui aurait le droit de voir, de toucher, de caresser et d’embrasser. En réalité, il était heureux qu’il se comporte comme cela avec lui.
Il avait eu peur. Il aurait voulu lui dire des choses comme ‘Déteste moi ! Pourquoi ne me déteste tu pas ?’ ou ‘Eloigne toi de moi, pour ton bien’ mais Elijah était de toute évidence beaucoup plus solide que ce que Luscka pensait. Il était fort, volontaire et prêt à tout pour rester avec lui. Mais aller à la Cyber Junkyard ? Mince, il espérait vraiment qu’il savait ce qui l’attendait.
Avec cette épée de Damoclès au-dessus de sa tête – la maladie, bien sûr – il en avait oublié qu’Elijah était presque aussi vieux que lui et Yvan, à cent ans près. Et qu’étaient cent ans pour un vampire ? Luscka l’avait aimé pendant presque mille ans, il était évident que leur différence d’âge ne représentait rien. Il devait apprendre à le traiter comme un adulte, comme un ami.
Sur le chemin menant jusqu’au bonheur, il était parfaitement conscient qu’il y aurait des obstacle. Le premier étant un mur, inévitable : l’infection. Mais s’ils réussissaient … quand ils réussiraient, ils pourraient enfin s’imaginer parfaitement leur avenir. Luscka voulait partager sa vie avec Elijah, aussi chaotique et hasardeuse soit-elle. Parce qu’elle ne valait pas la peine d’être vécue sans lui.
Le raison le menait à penser qu’il fallait se montrer prudent et faire attention à ce que la suite pourrait leur réserver. Mais il était fatigué. Fatigué de préserver les autres en dépit de son propre bonheur. Il était fatigué de conseiller à Yvan de cesser de voir Sire Tæsch, fatigué de préserver Willow des retombées de sa répartie sans concession et fatigué de se priver des baisers de son bien-aimé.
Avec une lippe moqueuse, il regarda Elijah. Il était très clair qu’il n’était pas complètement à l’aise.
Mais cornes du Diable il avait de quoi attiser le feu en lui. Il avait réveillé le dragon qui se débattait pour sortir, un peu trop violemment quand Elijah était dans les parages. Son ventre ronronnait d’un feu inextinguible qui ne saurait souffrir d’être réprimé une nouvelle fois. Et Elijah semblait parfaitement d’accord avec le fait de s’envoyer en l’air ici. Même si, techniquement, ce n’était même pas le bureau de Luscka.  
Une jalousie soudaine s’empara de lui quand il se dit qu’il avait voyagé avec Fureku jusqu’ici. Est-ce qu’ils avaient fait … autre chose que voyager ? Il ne supporterait certainement pas de se contenter des miettes.
Bientôt, cependant, il se dit que c’était ridicule. Fureku était un soldat qui pensait à sa mission en premier. Yvan et Luscka avaient bénéficié de son aide de temps à autre avant que tout le monde ne trouve cela ridicule que les deux personnes les plus redoutables de Gothik City n’aient un garde du corps aussi impressionnant que lui. Finalement, quand ils faisaient appel à un garde du corps, il s’agissait plus d’un possible renfort pour garder leurs arrières.
Elijah lui affirma qu’il ne le haïssait pas et Luscka fut rassuré. Il voulait passer sa langue sur sa peau, goûter le sel de son corps et caresser ses cuisses. Il se sentait tellement bête de s’être mit lui même des barrières mais il était content d’avoir été prudent. Elijah ne le détestait pas et il lui semblait que la vie, maintenant, ne serait plus qu’un chemin de roses pavé de séances de sexe intense, de mots d’amour et de découvertes scientifiques très joyeuses.
Le prince bandait contre sa jambes et Luscka  se sentit frémir. Aussitôt, son excitation redescendit d’un cran quand Elijah mentionna la maison close. Well il ne la mentionna pas vraiment mais il était bien trop clair que c’était de ça dont il parlait. Et puis, il lui avoua qu’il allait être honnête avant de lui dire qu’il l’aimait. Les larmes aux yeux, Luscka le regarda, coi.
Sans avoir le temps d’articuler un mot, Luscka le regarda se détacher de lui, difficilement, et reculer. Au moment de s’asseoir, il fit un faux mouvement ou se prit les pieds dans quelque chose – il ne savait pas, il avait les yeux fixés sur ses lèvres rougies – et il s’écroula sur le fauteuil d’Irvin. Un sourire aux lèvres, le Duc se fit violence pour ne pas rire, il ne voulait pas vexer son … petit-ami ? Il ne savait pas trop. Quoiqu’il en soit, il se rapprocha lentement.
Il s’agenouilla en face de lui et entreprit de défaire son pantalon avant d’embrasser lentement son ventre. Ses doigts agiles caressaient ses cuisses et il ne pouvait pas s’empêcher de trembler.
“ Il faut que tu saches … je suis allé là-bas parce que l’un des leurs avait la même voix que toi. Je me bandais les yeux et je ne pouvais que t’imaginer. Tu dois penser que je suis stupide ou fou d’en arriver à de telles extrémités mais … eh bien tu aurais raison. Tu me rends fou et stupide.”
Il fit glisser son pantalon sur ses cuisses, doucement et commença à les embrasser. Sa peau était douce et il sentait terriblement bon. Il ne voulait pas regarder Elijah parce qu’il était persuadé qu’il allait le fusiller du regard. Il était vraiment stupide.
“ Je n’y retournerai plus jamais Elijah. Je n’aime que toi et si tu es avec moi … je n’ai plus aucune raison de compenser ton absence.”
Sa voix n’était plus qu’un murmure, étouffé contre la peau d’Elijah. Il avait envie de le mordre mais n’oserait pas. Il vint embrasser son sexe, léchant de temps en temps. Et au moment de le prendre en bouche, il le regarda finalement. Est-ce qu’il lui en voudrait ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 103
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 751
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: Captive Hearts   Ven 3 Juin - 21:23

I
l était ridicule. Pire que tout, il était ridicule devant Luscka. La seule personne qu'il ne voulait décevoir à aucun prix. Sa famille, il s'en remettait. Mais l'homme de qui il était tombé amoureux ? Combien de fois avait-il déçu le médecin d'ailleurs ? Probablement trop souvent, mais Luscka revenait toujours. Il avait beau le repousser avec ses mots, ses gestes lui disaient tout le contraire. Cette fois ne dérogea pas à la règle. Quand, sous les yeux extrêmement surpris d'Elijah, le vampire vint s'agenouiller devant lui, il se dit qu'il avait peut-être bien pleinement réussi à le soumettre à sa volonté. Il lui avait donc enfin fait entendre raison sur l'inutilité de le protéger de lui ? Quelle victoire ! Il ne s'y attendait pas ! Et ce devait bien être la première fois qu'il réussissait à convaincre quelqu'un.
Tout excité, Elijah se contenta de regarder Luscka ouvrir son pantalon et embrasser son ventre. Rien que le contact de sa bouche tiède le fit doucement gémir, d'une voix trop aiguë, comme une plainte. Il était surtout extrêmement impatient. Même Luscka avait l'air d'avoir du mal à se retenir. Elijah le sentait trembler alors que ses doigts passaient sur ses cuisses, durcissant encore la preuve de son désir. Il le voulait tellement, lui, peu importait comment. Alors il n'allait pas tout gâcher en précipitant les choses. Avec Luscka, il ne voulait rater aucune étape. De plus, la dernière fois, se hâter ne leur avait pas vraiment réussi. Il ne se souvenait que trop bien de la cassure émotionnelle qu'il avait subie. Le plaisir intense, suivit d'une douleur innommable. Son bras s'en était remis rapidement, beaucoup plus vite que sa frustration et le désarroi qui avait fait suite au départ du médecin. Le prince ne voulait en aucun cas réitérer cette scène. Alors il allait laisser Luscka procéder à son rythme, pour qu'il puisse se contrôler. Elijah n'arrivait pas à croire qu'il puisse réellement lui faire du mal, il pensait plutôt que le vampire en était persuadé et que c'était précisément la raison qui le poussait à agir violemment. Et puis, vraiment, le prince était plus excité qu'autre chose à l'idée que Luscka puisse se montrer légèrement brutal avec lui.
Alors qu'Elijah pensait qu'ils en avaient terminé avec les discussions, Luscka se mit en tête de lui expliquer ce qu'il faisait dans cette maison close. Enfin, ce qu'il y faisait était plutôt évident. Il voulait plutôt justifier la raison qui l'avait poussé à y aller. Plusieurs fois apparemment. Et quand il la comprit, Elijah regarda Luscka avec sans doute beaucoup plus d'amour qu'il ne l'aurait du. C'était… Emouvant, oui. Il l'avait fait parce qu'il souffrait de ne pas être avec lui. Alors au lieu de chercher une autre relation, il avait préféré faire semblant. Oui, comme il le disait, c'était stupide, mais Elijah était mal placé pour juger. N'avait-il pas fait la même chose ? L'expérience, avec le recul, ne lui avait pas tant plût que cela, aussi ne la réitérerait-il jamais s'il en l'occasion. A la place, il se morfondrait, plongé dans l'étude de milliers de livres.
Il allait répondre mais Luscka fit alors glisser son pantalon et il en perdit la parole. Sa bouche, sa bouche magnifique embrassait sa peau mise à nue et dès qu'il le put, il écarta doucement les cuisses. A nouveau, une révélation. Puis un baiser, sur son entrejambe beaucoup trop rigide. Elijah se tendit, les yeux fermés, étouffant un autre gémissement. Pour compenser, ses mains serrèrent les extrémités des accoudoirs, laissant entendre le craquement du plastique.
Quand il baissa les yeux pour contempler les traits de Luscka, il rencontra son regard. Oooh, ses yeux !

« Je comprends, soupira-t-il. Ca va. Je ne t'en veux pas. »

C'était peut-être ce que Luscka avait besoin d'entendre. Pourvu qu'il continue. Dans l'immédiat, Elijah n'avait aucune envie de régler ce « problème ». Il ne lui en voulait pas, après les trop longs jours qui les avaient vus séparés, il ne pouvait pas se permettre de s'arrêter sur de telles broutilles. Le sexe n'était que ça, du sexe. Bien qu'ils ne l'aient jamais expérimenté jusqu'au bout, Elijah savait déjà qu'entre eux deux, ce serait bien différent et bien meilleur que tout ce qu'ils pourraient un jour trouver dans une maison close. Enfin, il l'espérait. Ses partenaires lui avaient toujours trouvé trop d'endurance, le décrivant comme « impossible à satisfaire ». Comme ils se trompaient ! Le prince avait pris l'habitude de l'absence d'orgasme, ce n'était pas si grave. Il était tout de même capable de prendre énormément de plaisir. Mais ça ne les satisfaisait jamais, eux. Ils se sentaient blessés. Comme si Elijah leur faisait l'affront de leur signifier qu'il n'était pas assez désirable. Cette fois, sa relation comptait réellement, alors il prendrait soin d'avertir Luscka sur ce point et surtout de lui préciser qu'il n'avait pas besoin de jouir pour être satisfait.

« Oooh, Lou… »

Cela lui avait échappé alors que l'autre vampire le prenait en bouche. Sa main se glissa dans les cheveux de Luscka, juste avant de les serrer dans un gémissement. Oh oui, il allait…
Un couinement, très léger, juste assez présent pour que l'oreille d'un vampire l'entende, détourna son attention de la langue de Luscka. Vivement, il tourna la tête et découvrit une infirmière dans l'encadrement de la porte. Elle avait le regard rivé sur un document et Elijah en profita. Dans la même seconde, il repoussa violemment Luscka, se redressa et remonta son pantalon. Quand la femme releva la tête, il avait tout juste terminé de fermer son vêtement et maintenait discrètement les pans de sa veste sur son ventre. Les objets encombrant le bureau suffisaient à masquer son désir. Bon timing, sauf pour son expression alarmée et hautement coupable. Il n'avait jamais été doué pour jouer la comédie. La présence de Luscka au sol ne devait pas aider non plus à le rendre crédible.

Un instant plus tard, ils avaient rejoint Fureku dans le couloir. Le garde du corps ne fit aucun commentaire et rien dans son expression ne trahissait un quelconque jugement. Elijah, quant à lui, affichait clairement sa culpabilité et sa gêne. Quel idiot il avait été ! Il aurait pourtant dû se douter que tenter un exploit tel que celui de faire l'amour avec Luscka dans un lieu public était forcément voué à l'échec. La prochaine fois, il s'assurerait que la porte était fermée à clef.
Ils devaient se rendre à l'endroit où logeait Luscka, chez son neveu. C'était là-bas qu'il y avait sa valise et les notes prises du journal d'Honorus. Aussi prirent-ils la direction de la sortie de l'hôpital, indiquée en toutes lettres un peu partout. Au moins, dans cet endroit, on était certain de ne pas se perdre ! Enfin, lui-même ne devrait sans doute pas en être aussi sûr, il avait un don pour braver les évidences.

« Prince Elijah, annonça Fureku dès qu'il se retrouva près d'eux, j'ai vu la femme chez qui nous nous sommes rendus en premier lieu, madame Callahan. Ici, à l'hôpital. J'ignorais si cet élément était important pour vous, j'ai préféré vous avertir. »

Elijah hocha vaguement la tête. Ca l'était peut-être mais pour le moment, il avait autre chose à l'esprit. Il ressentait beaucoup trop bien la présence de Luscka à côté de lui. Et il avait une terrible envie de l'enlacer et de l'embrasser, de sentir ses bras forts et rassurants autour de lui. Pour compenser, au moment où ils passaient les portes de l'hôpital, il entrelaça ses doigts avec les siens.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Captive Hearts   

Revenir en haut Aller en bas
 
Captive Hearts
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Forum RP] Kingdom Hearts Heaven !
» Où lire Pandora hearts?
» Où regarder l'anime de Pandora hearts?
» Fiche de Pandora Hearts Abyss
» News de Pandora Hearts Abyss

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-