Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 Comme en plein jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 77
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Comme en plein jour   Mar 21 Juil - 23:26


O

P

E

N














Comme en plein jour

featuring
&

Soundtrack :
AOA ♪ MOYA


Il était vingt-deux heures et la nuit venait de tomber sur Modernis State, sans se presser. Ce n'était pas la ville du soleil pour rien, songea Alia et traversant la rue. Une voiture la klaxonna et elle tourna la tête, dans l'incompréhension. Ses sens de vampire l'empêchaient toujours de se faire renverser ou de donner des frayeurs aux conducteurs. Mais ce n'était pas ce qu'elle croyait. Dans une décapotable rouge, quatre jeunes hommes, sans doute au début de leurs études supérieures, la reluquaient sans se cacher. Alianora termina de traverser la route et les regarda, soutenant leur regard avec un petit sourire. Elle portait une robe noire très collée au corps et une paire de baskets montantes. Un blouson en cuir achevait sa tenue et ses longs cheveux pendaient sur son épaule droite. Apparemment, c'était un style qui attirait cette tranche d'âge chez les mâles humains.

« Le feu est vert, vous savez.
-T'inquiète poupée, on gère la route.
-Ouais, on est les rois de la route.
-Une balade, ça te dit ? »

Alia était naïve, pas stupide. Elle pinça les lèvres, pas très enjouée à l'idée de se faire tripoter par des mecs qui devaient avoir une solide relation avec leur main droite. Alors qu'elle allait refuser, un type grand et baraqué avec une chemise à carreaux rouge et blanche se pencha au-dessus de la portière du conducteur. Alia s'attendait à ce que le métal cède sous le poids de ses énormes mains. Il fit la morale aux quatre types qui devaient avoir mouillé leur froc et repartit dans une voiture minuscule, derrière la décapotable. Les étudiants démarrèrent en trombe, avant qu'Alia puisse les prévenir que le feu était de nouveau rouge. Peu après, une voiture de police les poursuivit. Avec l'épidémie, les flics étaient vraiment partout. Pas très rassurée de s'aventurer dehors avec les agents qui traînaient partout, Alia se hâta de rejoindre la galerie commerciale.

A l'intérieur, tout était éclairé comme en plein jour. Heureusement que la lumière artificielle n'aveuglait pas les vampires comme le faisaient le soleil et le feu. Etant donné que la plupart des magasins n'allaient pas tarder à fermer, elle se dépêcha de traverser toute la galerie. Bien sûr, la boutique qu'elle recherchait était de l'autre côté, elle se trompait tout le temps d'entrée. Sans que les humains trop pressés autour d'elle ne le remarquent, elle accéléra un peu trop le pas pour une simple humaine.

Heureusement, il restait un quart d'heure avant que le chapelier ne ferme quand elle arriva devant la porte. Elle pénétra presque avec frénésie à l'intérieur. Alia adorait essayer des chapeaux. Près de l'entrée, il y avait plusieurs modèles de hauts de forme tous très élégants, mais elle s'intéressait à un autre genre de couvre chef. La vampire rejoignit le fond de la boutique pour dénicher les chapeaux ronds à large bord, utile quand on voulait sortir avant la nuit et très chic, pour peu qu'on mettait la bonne tenue.
Une fois qu'elle eut choisi son modèle, noir, elle remonta les rayons, pour découvrir le grand monsieur qui avait fait la leçon aux étudiants de la décapotable. Elle se demandait toujours comme il arrivait à conduire dans une voiture aussi petite que l'était la sienne.
Avec un grand sourire, elle l'accosta, pour le remercier, puisqu'il devait s'imaginer qu'elle avait couru un quelconque danger. Et puis, il lui semblait sympathique. Comme elle avait désespérément besoin d'interactions sociales et qu'il était peu probable qu'elle le revoit un jour, elle décida de se lâcher un peu pour une fois. Bien vite, ils entamèrent une conversation animée et agréable sur les chapeaux. La propriétaire du magasin ne mit pas de temps à se lancer avec eux et ils en vinrent à dépasser l'heure de fermeture. Bien qu'elle l'eut remarqué, Alia décida de ne rien dire. Elle voulait profiter de cet instant, heureuse que personne ne lui ait fait remarqué le très léger accent qu'elle gardait encore de Gothik City.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Comme en plein jour   Mer 22 Juil - 21:12


Il était plutôt tard quand il se réveilla de son long sommeil réparateur. Allongé sur le lit d'une maison des quartiers défavorisés, il resta un bon moment sur le dos. Cette maison était abandonnée depuis une bonne cinquantaine d'année. Il savait qu'elle l'était déjà quand il vivait à Modernis. Il y avait toujours un petit con pour faire croire qu'elle était hantée, même si ce n'était pas vraiment le cas. C'était juste un endroit que des squatteurs et des vampires habitaient de temps à autre.
Il était arrivé en ville quelques jours à peine avant ce soir et il lui semblait qu'il était toujours resté ici. Les odeurs de pain, les bruits de circulation, les grandes affiches de mode projetées sur les écrans géants du quartier commercial… Modernis était vraiment sa ville préférée. Il se tourna et se heurta à un corps froid. Oh, est-ce qu'il aurait tué son partenaire et aurait oublié de le pousser par terre pour dormir ? Ce ne serait pas la première fois.
Mais le corps remua un peu et les yeux s'ouvrirent sur deux océans violets. Profonds. Oh oui, c'était vrai, il avait ramené un vampire dont il adorait le regard. Et le corps aussi, mais c'était évident. Ils s'étaient rencontrés dans un ''bar à vampires'' remplis de gamins gothiques qui se prenaient pour des suceurs de sang parce qu'ils étaient pâles et portaient des fausses dents. Ils étaient tous les deux venus là pour se moquer mais ils avaient fini pas s'apprécier.
Enfin, comme pour toujours pour Grim, c'était temporaire. Même ce regard profond, ce sourire craquant et ce prénom adorable – Diorr – n'arrivaient pas à le charmer vraiment. Il imaginait toujours son futur comme douloureux, mauvais et malsain. Sa seule véritable relation à long terme s'était terminée par … eh bien, un abandon et une vampirisation. Il n'était pas vraiment partant pour retenter l'aventure.
Diorr le regarda en souriant et balada une de ses mains sur son corps, faisant frémir Grim plus que de raison. Il lui expliqua très gentiment qu'il n'avait pas le temps et qu'il devait aller à un rendez-vous mais qu'ils se reverraient. Après avoir récupérer le numéro de l'homme, il échangea un dernier baiser passionné avec lui et le regarda partir. En prenant le mot pour le froisser et le jeter à la poubelle, il relut. Diorr avait ajouté un petit cœur et un sourire. Oh. Bon. Il planta une punaise dans le mot, l'attachant au panneau de liège au dessus de son bureau et se rendit dans sa douche. Il avait en effet un rendez-vous, en quelque sorte. Il choisit une chemise en jean gris à manches courtes et un pantalon blanc qu'il enfila avant de constater que le charmant jeune homme qui venait de partir avait oublié une montre très élégante, rouge. Avec un sourire, il l'enfila et chaussa des bottines à talons carrées, assez haut. En sortant il attrapa son sac à bandoulière, étrangement assorti à la montre de Diorr.
Une fois sorti, il se rendit au centre commercial. Il faisait beau encore mais ses lunettes de soleil lui permettaient de ne rien ressentir du soleil. Elles avaient été spécialement conçues pour des yeux de vampire. A ses côtés, Chapelier marchait à un pas lent. Grim avait tellement l'habitude de le voir à côté de lui qu'il ne lui disait plus bonjour.
Il arriva au point de rendez-vous mais son contact n'était pas là. Il soupira et s'adossa au gros chêne qui protégeait ses cheveux blonds des derniers rayons de soleil. Il n'aimait pas vraiment quand ils étaient trop secs. C'est à ce moment que Chapelier pointa quelque chose du menton .
– Oh regarde un magasin de chapeaux.
En relevant la tête, Grim soupira. Chapelier lui faisait toujours remarquer à chaque fois qu'ils passaient devant un magasin d'accessoires. Ça devait être une sorte de blague pour lui même si Grim commençait sérieusement à s'en lasser. Cependant, derrière ses énormes lunettes de soleil, le jeune homme discerna la silhouette et le visage de Mouloud, gros bras des Beackerman. Chez le chapelier. Sérieusement. En roulant des yeux, il se détacha de l'arbre et avant d'un pas certain vers le magasin.
– Merci Chappy.
– Oh euh … de rien.

Il vint donner un coup de poing très léger sur l'épaule de Mouloud qui se retourna et lâcha un hoquet de surprise.
– Oh Grim. Tu étais en retard au rendez-vous et du coup je me suis dit que… Peu importe. Allons y.
Il salua les femmes et Grim leur accorda un sourire poli. Mais au moment où ils allaient sortir, Grim reconnut quelqu'un qui sortait de la voiture. Dahlia Maida, la plus redoutable des femmes de mains du clan Bollente. Il eut la présence d'esprit de reculer mais elle et ses hommes furent très rapides et entrèrent dans la magasin, armes à la main. Déglutissant, il vit Dahlia attraper les cheveux d'une des femmes, celle qui portait une veste en cuir et une robe noire et la menacer avec son arme.
– Tu vas être un gentil petit garçon Grim et tu vas me donner la clef usb, okay ? Sinon je bute la fille.
La … quoi ? Il haussa un sourcil et leva les paumes en l'air pour signifier qu'il ne ferait rien de stupide. Bon okay il n'en avait rien à foutre de cette fille mais Chapelier venait de lui faire remarquer que ses vêtements seraient tâchés si son crâne explosait à quarante centimètres de lui.
– Je ne sais absolument pas de quoi tu parles, Dalhia. Pour une fois, je plaide innocent.
La femme resserra sa prise sur les cheveux et l'insulta avant de pointer l'arme sur lui. Mouloud avait les armes à feux des deux autres pointées sur lui.
– Fais pas l'innocent ! Je sais très bien que c'est toi qui a tué Khanh pour récupérer la liste des fournisseurs.
Okay, il était de plus en plus perdu et Mouloud n'était pas en position de bouger. Il lui jetait des regards interrogateurs mais Grim ne put que hausser les épaules. Il ne l'avait vraiment pas fait !

Grim parle en chocolate, Mouloud en #cc0000 et Dahlia en noir si tu veux reprendre mes couleurs :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 77
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Comme en plein jour   Jeu 23 Juil - 11:05


La conversation avait perdu Alia dans un monde où n'existait plus qu'eux trois. Elle se fichait bien de l'heure tardive, bien qu'il aurait été judicieux qu'elle se mette en chasse. Ca faisait presque une semaine qu'elle n'avait pas mangé, à force de toujours trouver un contre-temps intéressant toutes les nuits. Ce n'était jamais que le sixième d'affilé.
Le grand homme s'appelait Mouloud et il acheta un minuscule chapeau carré, vert clair, très vif. Une jolie plume rouge très voyante était piquée dedans. Cet homme semblait aimer les petites choses, comme c'était drôle. Avisant une bague à son annulaire gauche, elle imagina que sa femme devait également être minuscule.
Ils en étaient à parler de brochettes de crabe à la sauce Modernis, sans qu'elle se souvienne du cheminement qui les avait conduits, quand un homme minuscule entra dans le magasin. Il portait des lunettes de soleil alors qu'il faisait nuit. Etait-elle la seule à trouver ça suspect ? Sûre de son maquillage qui atténuait la brillance de ses yeux, elle baissa pourtant légèrement la tête, de façon à ce que ses cheveux ajoutent un peu d'ombre sur le haut de son visage. Elle ne voulait pas être démasquée par un autre vampire, parce qu'il pourrait l'entraîner dans une espèce de club pour vampires et la contraindre à se détacher du monde humain.
Il s'avéra que Mouloud connaissait le petit homme. Alia sourit en coin. Il avait vraiment un truc avec tout ce qui était petit. En tout cas, l'inconnu était très beau, malgré son allure un peu enfantine. Il s'appelait Grim. Il était vraiment étrange.
Mouloud et Grim saluèrent Alianora et la vendeuse de chapeaux, ils semblaient avoir un rendez vous. Un peu déçu, la jeune femme paya son chapeau – sur les conseils de l'humaine, elle avait finalement opté pour un modèle rouge vif – et s'apprêta à sortir du magasin. Mais d'autres personnes en avaient décidé autrement.

Le changement de situation s'opéra si rapidement qu'Alianora ne comprit pas immédiatement ce qui était en train de se passer. Lorsqu'un calme relatif revint, une femme armée d'un pistolet la retenait par les cheveux. La vampire cria un peu pour faire semblant d'avoir mal, alors qu'elle ne ressentait qu'un faible tiraillement sur les racines. Grim et Mouloud étaient menacés et il était question de clef, de fournisseurs et de meurtre. Par Satan ! Ce Grim était un tueur ! Quel monstre ! … Se souvenant soudain de la vieille dame qu'elle avait abandonné morte dans une ruelle la semaine dernière, Alianora se dit que ce n'était pas si grave.

« Qu'est-ce qui se passe ? geignit-elle. S'il-vous-plaît, laissez-moi partir. »

Les larmes qu'elle avait aux yeux n'étaient pas feintes. Ses chances de mourir étaient plutôt infimes mais elle avait horreur de la violence. Ce n'était pas pour rien qu'elle pleurait toujours les victimes qu'elle faisait et qu'elle préférait toujours la fuite au combat pendant ses activités nocturnes illégales. Tout ce qu'elle voulait en cet instant, c'était rentrer chez elle avec son chapeau.
Soudain, elle regretta d'avoir souhaité avec tant de force des interactions sociales. Elle en avait à présent largement son compte.

« Tais-toi ! » ordonna celle qui s'appelait Dahlia en la tirant par les cheveux jusqu'à ce qu'elle se mette à genoux. Le canon de son arme était pressé contre sa tempe. Si elle tirait, ça allait être très douloureux et dégoûtant. En plus, elle mettrait un temps fou à s'en remettre.

« Donnez-lui cette clef, bon sang ! »

Elle voulait juste rentrer chez elle. Quoiqu'il puisse y avoir sur cette fameuse clef, ça ne pouvait pas valoir la soirée tranquille qu'elle désirait. A moins que... Et si cette clef usb contenait de solides informations sur un trésor de Modernis State ? Une petite fortune peut-être. Si les circonstances s'y prêtaient, elle chercherait peut-être à s'associer avec le blondinet. Elle n'allait certainement pas cracher sur de nouvelles jolies choses à voler.

Les choses s'envenimèrent en quelques secondes. L'alerte avait été donné dans la galerie commerçante et les rares clients ou membres du personnel restant avaient été évacués. A présent, une unité du MSWAT encerclait la boutique. Les portes donnant sur l'extérieur étaient fermées.

« Le bâtiment est cerné. Rendez-vous ! » hurla un porte-voix électronique.

Oh merde. Alia espérait qu'elle n'allait pas subir un de ces contrôles anti-pandémiques.


Dernière édition par Alianora Fell le Ven 24 Juil - 20:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Comme en plein jour   Ven 24 Juil - 11:13


Toutes les fois où il s'était tenu face à Dahlia, elle avait gagné. Oh ce n'était pas vraiment une question de puissance sinon il l'aurait écrasé depuis longtemps, c'était juste qu'elle arrivait toujours à le prendre à revers. Elle avait dix hommes derrière elle et lui était tout seul. Généralement il fuyait plus loin jusqu'à pouvoir les semer. Oh mais cette fois n'était pas comme les autres, Dahlia avait des otages. Il n'en avait rien à foutre que la fille se fasse exploser le crâne s'il était loin mais il ne pouvait décemment pas lâcher son pote Mouloud comme ça.
Il était venu ici parce qu'il devait l'aider à choisir un cadeau pour sa femme, Freyja. C'était bientôt leur vingtième anniversaire de mariage et il ne pouvait se résoudre à le laisser seul alors que Mouloud avait l'air si dépité. C'était un cap important après tout. Et puis, même si Mouloud avait bientôt trente-huit ans, il restait toujours aussi soumis face à sa face.
Au début, il se demandait comme un petit bout de femme d'un mètre cinquante à peine réussissait à impressionner un homme aussi solide que Mouloud mais avant qu'il ne comprenne comment, il en était réduit à éplucher des patates alors que Freyja s'occupait du rôti. C'était quelqu'un de très exigeant mais aussi de très doux. Et si on ressentait la dureté de ses ordres quand elle parlait à son mari, on pouvait aussi dire qu'elle savait envelopper ses mots dans une douceur incroyable. Une main de fer dans un gant de velours.
Avec un semi-sourire il réussit à penser un instant que si Freyja avait été là, Dahlia aurait moins fait sa maligne, hommes de mains en surnombre ou pas.
En levant les yeux au ciel, le vieux vampire avisa les deux hommes derrière la preneuse d'otage qui menaçaient Mouloud. Ce dernier avait les yeux fermés et Grim savait très bien ce que ça voulait dire. Il attendait une espèce de signal pour mettre ces deux mecs à terre et fuir, mais il ne voulait pas le faire si Grim était en danger. Sans doute qu'il voudrait protéger la fille aussi, même si elle les ralentirait probablement avec ses fringues près du corps.
Quoiqu'il en soit, Grim devait s'assurer que Dahlia serait K.O. quand il quitterait ce magasin. La propriétaire de la boutique avait l'air horrifiée et Grim lui jeta un regard d'excuse. Oh mais bordel, pourquoi il fallait que ça arrive maintenant ?
En tout cas, la fille avait l'air assez fragile. Jusqu'à présent, il ne savait pas vraiment si elle était une humaine ou une vampire mais maintenant c'était évident. Une vampire aurait retourné la situation à son avantage et n'aurait pas geint comme ça, se plaignant et voulant sortir. Oh, pourquoi n'était-ce pas sur lui que ce flingue était pointé ? Il aurait pu la neutraliser d'un coup de dent bien placé et Mouloud aurait dézingué les autres. Et ils auraient enfin pu aller au marché pour Freyja.
Avec une sorte de prudence vexée, il s'avança, les paumes en l'air. Il voulait le faire sans qu'elle ne s'en rende compte. Oh mais si Dahlia témoignait de sa force et de sa vitesse de vampire il devrait la tuer et cela provoquerait sans doute tout un esclandre. C'était bien entendu quelque chose qu'il voulait à tout prix éviter. Il avait travaillé pour elle dans le temps mais à présent il préférait bossé pour les Bongiasca ou les Beackerman. Ils avaient des bras droit moins violents.
Mouloud travaillait pour le clan actuel de Grim, les Beackerman. Il était le garde du corps officiel de cette tête de cul qui dirigeait le clan actuellement. Allic Beackerman était un homme toujours très sûr de lui, prêt à payer un tas de fric pour faire éliminer quelqu'un et c'était pour ça que Grim travaillait pour lui. Mais il ne supportait pas sa nature même. Il n'aimait pas franchement les tête de cons.
La fille fut mise à genoux et Grim leva les yeux au ciel quand elle lui ordonna de remettre la clef à Dahlia. Il l'aurait fait avec joie mais il n'avait tué personne depuis un moment. Ce n'était pas sa faute.
– Écoute, je ne connais pas ce …
– Diorr Khanh . Ne vas pas me faire croire que tu ne le connais pas, tu porte sa montre au poignet espèce d'enfoiré !
Il écarquilla les yeux et regarda la montre. Diorr était mort ? Mais … il lui avait donné son numéro et ensuite il était juste parti et …
– Okay, okay. Je ne savais pas qu'il bossait pour vous. On a couché ensemble cette nuit, il est parti et il a oublié sa montre. Je l'aimais bien, c'est tout.
Il parlait de la montre hein. Bon, okay, il aimait bien Diorr mais là n'était pas la question, même si son coeur venait de se serrer douloureusement. Ça lui faisait même un mal de chien. Dahlia lâcha la fille qu'elle projeta face contre le sol et elle vint poser son canon sur le front de Grim. Oh, ça y était. Elle ouvrit la bouche mais avant qu'elle n'ait pu parler, on entendit une voix métallisée hurler près de la boutique.
– Le bâtiment est cerné, rendez-vous !
Crispé, Grim osa un regard vers la porte. Une unité des forces spéciales les entouraient de toute évidence ils prenaient ça pour une prise d'otage. Dahlia, bien loin d'être stupide, n'en restait pas moins obstinée. Elle garda son canon sur le font de Grim qui détailla sa main, par automatisme. Elle avait les ongles longs et manucurés et une bague au doigt. Ca devait être une bague de fiançailles. Un D minuscule était gravé en plein milieu. Soudain, le cerveau de Grim fit toutes les connexions. Oh, il n'aurait peut-être pas du dire qu'il avait couché avec Diorr.
– Ouais, très mauvais calcul, Grim. Je suis triste quand même pour Diorr, je pensais qu'on aurait pu le revoir.
En déglutissant, le vampire tenta un recul alors que ce qui devait être un négociateur prit le porte-voix.
– Madame, ne faites pas de bêtises. Dîtes nous ce que vous voulez et vous l'aurez si vous laissez partir les otages.
Elle sembla réfléchir et choisit la facilité. Il ne voyaient pas bien son visage et elle avait une porte de sortie possible. Cependant, elle devrait probablement attendre encore un peu qu'ils croient vraiment en une prise d'otage.
– Je veux un hélicoptère et cent mille dollars, c'est comprit ?
Oh putain, vraiment il aurait dû refuser quand Mouloud lui avait demandé de l'aider pour ce foutu cadeau, voilà qu'il était prit dans une fausse prise d'otages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 77
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Comme en plein jour   Ven 24 Juil - 20:48


Les choses devenaient étranges. Cette femme les avait attaqués parce qu'elle voulait des informations volées et maintenant c'était un drame romantique. Dans quoi Alia s'était elle involontairement embarquée ? Jusqu'ici, elle avait pu mener sa vie à peu près tranquillement, malgré l'illégalité de ses actes et sa nature cachée. Et voilà que l'intervention d'un blondinet croisé au hasard d'un carrefour de sa vie allait peut être tout chambouler. Elle voyait déjà comment les choses allaient se succéder, inexorablement, l'enfonçant de plus en plus dans la misère et la tristesse. D'abord, elle avait une chance sur deux d'être blessée. Immanquablement, on allait la tester médicalement. Si elle n'avait pas une guigne d'enfer, elle serait déclarée saine, en revanche, on saurait à coup sûr qu'elle était un vampire. On l'enfermerait en attendant de l'expatrier, dans le meilleur des cas. Dans le pire, on l'exécuterait pour trahison envers l'état Modernis et comportement à risques. Si elle retournait à Gothik City, à quoi ressemblerait sa vie ? Elle serait prise en main par sa famille pour devenir une duchesse exemplaire, serait mariée à un homme qui ne connaîtrait certainement rien à l'humour ou à la joie de vivre et finirait comme lui avec le temps. Elle détesterait ses enfants, sa vie et serait tuée par un Modernis pris de folie destructrice.
Revenue dans le présent, Alia observa la scène qui se jouait devant ses yeux. Non, elle ne pouvait pas laisser quelques personnes sans scrupule gâcher sa vie de cette manière !

Dahlia la projeta violemment contre le sol et Alia fut à quelques centimètres de se casser le nez, détruisant ainsi une bonne partie du maquillage avec le sang qui aurait coulé. Cette femme était une vraie plaie, elle ne faisait donc jamais attention à rien ? Au moins, elle semblait l'avoir un peu oubliée, pour se concentrer sur le blond. Apparemment, il avait fait à Dahlia quelque chose d'horrible, parce qu'elle était vraiment en pétard contre lui.
La situation dégénéra complètement quand le MSWAT s'en mêla. Ils n'avaient vraiment rien compris à la situation ! La femme en profita pour réclamer un hélicoptère et de l'argent. Ooouuuh... Voilà une jolie porte de sortie.
Affalée à plat ventre, Alia remarqua un agent spécial à demi masqué près de la porte. Il lui faisait signe d'approcher. La vampire le fixa, puis regarda discrètement au dessus d'elle. Personne ne faisait attention à elle, elle aurait aisément pu sortir. Mais après ? Examen, etc... Elle avisa également une arme miniature, toute mignonne et brillante, glissée sous un élastique noir autour de la cheville de la forcenée. En temps normal, ça ne devait pas se voir, mais le positionnement actuel de sa cheville et l'angle vision de la vampire correspondaient bien. Et puis, elle ratait rarement un truc brillant.
Alia commença à ramper en direction de la sortie, puis son pied rencontra « malencontreusement » la jambe de Dahlia, qui braqua immédiatement son flingue sur elle. Pourvu qu'elle ne tire pas... Non. Elle remit simplement Grim en joue et fit signe à Alia de se relever. La jeune femme obéit aussitôt, mettant à profit ses talents de voleuse pour dérober le mini-flingue, qu'elle eut vite fait de glisser dans la poche de son blouson.

« Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour obtenir ce que vous désirez madame. Mais cela va prendre un peu de temps. En échange, faites preuve de bonne volonté. Relâchez un des otages. »

Il y eut un long moment de silence tendu. Alia fixait le visage de Dahlia comme si elle avait pu lire sa réponse à l'avance. Finalement, sans quitter le blond des yeux, elle donna sa décision.

« Très bien. Un seul. »

Pourvu qu'elle choisisse la propriétaire de la boutique. Dahlia désigna alors la vampire d'un signe de tête, qui sentit son sang se glacer. Ca ne se passait absolument pas comme elle l'avait prévu, là.

« Non, pas moi. La vendeuse plutôt. Elle est plus âgée et fragile. »

Dahlia s'en foutait, alors elle accepta. La propriétaire du magasin s'enfuit à petits pas pressés. Une fois la porte passée, elle courut dans les bras du premier agent à sa disposition, tout en poussant un hurlement phénoménale. Alianora faillit en oublier de mimer la peur. Et puis, toujours en gardant littéralement Grim à l'oeil, elle lui lança :

« Tu t'appelles comment ?
-Heu... Alia Fell.
-Okay, miss Alia. Tu viens de gagner le statut d'otage coopérant. Tu viendras avec moi dans l'hélicoptère. »


Chic alors ! Elle n'aurait même pas besoin de demander. Bien entendu, la vampire teinta ses traits d'horreur. Et Grim, alors ? Est ce qu'elle allait le tuer. Alia avait l'impression que plus le temps passait, moins Dahlia avait la patience de ne pas appuyer sur la gâchette.
Quelques minutes après la promotion inattendue d'Alianora, il y eut une nouvelle annonce du MSWAT.

« Nous avons l'argent. S'il-vous-plaît, relâchez un autre otage pour nous montrer votre bonne foi. »

Alia décida qu'ils exagéraient. L'un des hommes fit glisser une valise noire sur le sol et l'ouvrit avec des petits claquements secs. Les yeux de la vampire s'illuminèrent en voyant la quantité de billets liserés d'or. C'était magnifique !


Dernière édition par Alianora Fell le Mar 28 Juil - 14:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Comme en plein jour   Mar 28 Juil - 14:28

Avec un certain recul, la situation saurait peut-être fait rire Grim. Mais pour le moment, il craignait surtout pour sa vie et cette de Mouloud. Surtout celle de Mouloud. Lui il était solide, il avait un certain passif dans le domaine des balles dans le crâne et il s'en était toujours sorti. Mais Mouloud était un humain et même s'il avait plus de cent kilos de muscles, une balle pourrait lui faire faire un somme définitif.
Bon, il n'avait pas non plus une affection infinie pour Mouloud et s'il avait du se casser en le laissant seul il l'aurait probablement fit mais s'il pouvait éviter de le faire ça serait quand même bien arrangeant. Déjà parce que Beackerman ne serait plus tellement d'accord pour l'engager et ensuite parce qu'il était attaché à ce mec. Voilà plus de vingt ans qu'ils se connaissaient et Grim avait même assisté à son mariage.
Mouloud attendait toujours un signe de la part de Grim mais celui-ci ne pensait pas qu'il était encore temps. S'il sortait maintenant, il serait bon pour les contrôles médicaux et l'expédition à Gothik City, très probablement. Les vampires n'étaient pas vraiment les bienvenus en ce moment à Modernis State.
Il allait devoir les sortir de là pour éviter de se faire ficher comme indésirable et vite. Il savait où il pourrait se réfugier le temps que tout ça se calme. Dans la galerie il y avait un petit café à la décoration très mignonnes qui faisait des gaufres dorées et croustillantes à tomber. Si en plus on commandait des framboises à la crème par dessus, on pouvait être sûr de fermer les yeux de plaisir. Quoiqu'il en soit, le gérant du café avait une faveur à rendre aux Beackerman à cause d'un retard de payement, il était temps de régler les comptes.
Un instant, le jeune homme se demanda si Diorr était du genre à faire des gaufres le matin après une bonne séance de sexe, quand on ne le foutait pas dehors de peur de s'attacher. Oh, ses mains étaient un peu rugueuse et il devait être assez manuel. Il ne pouvait décemment pas ne pas savoir cuisiner et faire du bon café. Un pincement au cœur plus tard, il se fit la réflexion que Diorr était un vampire. Peut-être que sa fiancée n'était pas au courant. Peut-être que … Il y avait une chance pour qu'il soit en vie.
Dahlia semblait sur le point de lui faire sauter la tête et les deux gardes de Mouloud étaient un peu déconcentrés. Ils semblaient complètement captivés par la petite scène qui se déroulait sous leurs yeux. Il avaient rarement dû voir leur boss dans un état d'énervement pareil. Dahlia était sanguine et gueulait beaucoup mais elle frappait rarement. Et là elle était sur le point de céder à la violence. Oh mais oui …
Une idée lui vint assez rapidement et il sourit. Chapelier comprit dans l'immédiat ce qu'il voulait faire et se racla la gorge – si on pouvait dire – assez bruyamment pour se faire remarquer.
– Ne fais pas ça, c'est du suicide. Même en imaginant que tu puisse les focaliser assez sur toi pour que Mouloud les mette à terre, Dahlia est tendue comme le string d'un sumo, elle te tirera une balle dans la tête avant que tu n'aies le temps de dire 'ouf'. Et elle risque de me tuer aussi, on sait jamais !
Il avisa Chapelier qui était à l'envers, pendu à un lustre par le pied. Et il se dit que son cerveau faisait vraiment des choses bizarres. Dahlia venait de demander à la fille de se redresser, est-ce qu'elle avait tenté de fuir ?
La vendeuse fut libérée à la place de la fille – Alia – et le silence retomba sur eux comme une chape de plomb très inconfortable. Chapelier se balançait toujours au lustre et Dahlia sembla se prendre d'affection pour Alia qui devint son otage VIP. Oh ouais, elle ferait probablement sauter le crâne de Grim juste avant de monter dans l'hélicoptère.
Il se demanda un moment si Fell était son vrai nom et si elle avait un lien avec les Fell de Gothik City, des tarés complètement dépendants des traditions. Tellement même que le conseiller du Comte lui même les trouvait hardcore. C'était ce qui se disait dans les bas quartiers en tout cas, peut-être que les Fell étaient dans gens civilisés. Quoiqu'il en soit, si elle avait été noble, elle aurait sûrement changé son nom.
Un agent du MSWAT fit glisser une mallette pleine de billets sur le sol et Grim se dit que c'était le bon moment pour mettre son idée en pratique.
– Est-ce que Diorr te trompait souvent ? Parce qu'il m'avait l'air d'être un homme assez libre. Il a pas hésité une seconde à me demander de venir chez moi et -
– LA FERME ! FERME TA GUEULE !
Elle avait les deux mains sur son flingue et semblait sur le point de tirer. Le négociateur attendait toujours sa réponse mais il était hors de question qu'un otage soit relâché. Il fit un petit signe de tête discret à l'homme de main qui lui sourit.
– Et quel homme au lit ! J'ai rarement été aussi mis à l'épreuve au niveau physique tu sais.
Il entendit un bruit sourd sur la droite, Mouloud venait d'allonger les deux personnes qui le gardaient. Dahlia regarda aussi ses hommes à terre et Grim mit sa vitesse de vampire à profit. Il ramassa la valise qu'il referma et abattit avec une force considérable sur le profil de la mafieuse qui eut tout juste le temps de lui tirer dans l'estomac. Après un juron, il agrippa la main de Mouloud qui l'aidait déjà à sortir par la fenêtre qui n'était pas gardée. Il fit signe à la fille de le suivre. Si elle voulait subir un interrogatoire c'était son problème mais elle n'avait pas l'air de la parfaite petite citoyenne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 77
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Comme en plein jour   Mar 28 Juil - 20:48


Les choses se déroulaient très bien étant données les circonstances. Alia était presque devenir amie avec la preneuse d'otage et elle avait une arme que personne de la soupçonnait de posséder. Si les choses menaçaient de tourner au vinaigre pour sa pomme, elle aurait un as dans sa manche. La vampire décida donc ne pas faire de vagues ou de jouer à l'héroïne pour mettre fin à cette prise d'otage prématurément. Cela dit, elle ne savait pas comment tout cela allait se finir. Le scénario le plus probable était que Dahlia prenne une balle dans la tête. Le cauchemar commencerait alors. Alia espérait vraiment qu'il y aurait un hélicoptère et qu'elle pourrait se barrer avec elle. Il lui suffirait de se faire discret quelques temps avant de revenir dans sa belle maison. Ouais, c'était un bon plan ça.
Ce fut à cet instant que le blond, Grim, décida de tout gâcher. D'abord, il provoqua Dahlia. Si Dahlia s'énervait trop, elle risquait de tirer. Et si elle tirait, les flics aussi. Ce qui n'était pas bon du tout. D'ailleurs, comme elle menaçait de perdre son sang froid et de plomber le petit corps de Grim, une centaine de flingues se pointa dans sa direction, ce qui ne la fit même pas sourciller. Soit elle s'en foutait, soit elle était bien trop accaparée par les paroles blessantes du blond. De toute évidence, il essayait de lui faire croire que son copain était du genre à s'éparpiller dans ses relations intimes. Et ça fonctionnait superbement bien.

Tout ça dégénéra de manière totalement inattendue. Le grand baraqué mit deux secondes à se débarrasser des deux types qui le surveillaient et même le MSWAT ne savait pas quoi faire. Ils étaient là, à hésiter. Devaient ils stopper les otages qui étaient en train de mettre une dérouillée aux terroristes ? Certes, Alia ne pouvait voir les yeux des humains à cause de leurs casques, mais elle était certaine que le plus grand d'y trouble s'y trouvait.
Quand la valise pleine de billets percuta le visage de Dahlia, la vampire poussa un petit cri de surprise mêlée d'indignation, les mains sur le bas de son visage. Mais quelle violence ! Son premier réflexe fut de demander à la femme si tout allait bien, avant de se souvenir qu'elle avait menacé de la tuer. D'ailleurs, elle était tout à fait capable de se défendre seule, puisqu'elle eut le cran de tirer une balle sur le petit blond. Il réagit à peine, ce qui tendit à confirmer les premiers soupçons d'Alianora sur sa nature.
Après le coup de feu, la forêt de canons se dirigea de nouveau sur Dahlia, mais personne ne tira ou n'en donna l'ordre. Tout le monde était trop abasourdi et hésitait. Après tout, le blond s'était barré avec la valise de billets… Oui, barré ! réalisa soudain Alia. Lui et le grand baraqué – Mouloud, se souvint-elle – étaient passés par une fenêtre. Visiblement, le MSWAT n'avait pas jugé de la surveiller celle-là.
A la surprise de la vampire, Grim lui fit signe de les suivre. Elle hésita, mais pas longtemps. Et fonça à toute vitesse. Après tout, il avait cent mille MSD entre les mains. Au moment où elle enjambait le rebord de la fenêtre, les balles se mirent à fuser. Autant de Dahlia que du MSWAT. Ils avaient finalement décidé de tirer dans le tas. L'argent était un argument décisif.

Une fois dehors, ils se mirent à courir. Très vite, Alia se rendit compte de l'inconfort de sa tenue et déchira le côté de sa robe, pour en faire une jupe fendue qui lui permettait de faire de plus amples et agréables mouvements. Grim courait vite pour un type avec d'aussi petites jambes et même Mouloud traçait malgré sa carrure massive. Tandis qu'elle les talonnait, préférant ne pas les doubler au risque de les perdre, Alia sourit largement. C'était tellement grisant de sentir le vent sur son visage et dans ses cheveux, de se savoir collée au train avec quatre vingt pour cent de chances de réussite. Il restait toujours vingt pour cent de chances qu'elle se fasse chopper et ça, c'était excitant. Voilà comment Nate lui avait appris à vivre. Dans le feu de l'action. C'était une sensation qu'elle n'avait pas réellement vécue depuis la mort de son petit ami. Tous ses cambriolages s'étaient révélés faciles, presque ennuyeux.
Elle glissa la main dans sa poche, pour caresser le métal froid et rassurant de l'arme qu'elle avait volée. Oui, c'était tellement grisant. Et ce Grim, qui était-il ? Et ce Mouloud ? Que faisaient ces types dans la vie pour réussir à se sortir d'une telle situation aussi bien ?

Le blond les conduisit très vite dans un café, où ils s'engouffrèrent par la porte de service. Alia referma la porte sur le chant des sirènes policières. Ils avaient eu chaud. Mais maintenant ? Etaient ils vraiment en sécurité au Sweet Honey Café ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Comme en plein jour   Jeu 30 Juil - 11:07

L'endroit où la balle avait pénétré sa chair le lançait encore, très désagréablement. Il n'aimait pas cette sensation de brûlure qui parcourait son corps à partir de cette zone précise. C'était horriblement inconfortable et ça n'était pas la chose la plus arrangeante pour courir. Et pour le moment c'était bel et bien la chose sur laquelle il devait se concentrer. Il ne fallait surtout pas tomber ou se faire attraper.
Il ne savait pas trop s'il y avait quelqu'un à ses trousses, tout le monde devait être trop occupé à désarmer cette folle furieuse de Dahlia. Il eut un sourire narquois en repensant à sa tête estomaquée quand il lui avait abattu la valise en métal sur la tronche. Bon, okay, elle avait tiré et ça le mettait un peu dans la merde mais au moins il avait bien rigolé. Et puis, elle irait sûrement en prison alors il avait le temps de faire sa vie à Modernis State avant qu'elle ne lui fasse la chasse. Si elle n'était pas assassinée en prison.
Chapelier dans sa tête le traitait de tous les noms. Il avait eu peur de mourir – d'être effacé de la tête de Grim serait une expression plus précise – jusqu'au bout et avait failli faire un arrêt cardiaque. Il aurait pu s'il avait eu un corps solide et qu'il n'avait pas été qu'une représentation de la solitude du petit vampire. Ce qui était relativement triste quand on y pensait. Enfin, Grim y était habitué au bout d'un moment, à être un personnage dramatique.
Lorsqu'ils sautèrent par dessus une barrière, il gémit de douleur. La balle venait de s'enfoncer plus loin en lui et son haut était très probablement foutu, de même que son pantalon. En sa qualité de vampire, il ne saignait pas beaucoup. Et heureusement parce que sinon, les flics n'auraient eu qu'à suivre la jolie trace ensanglantée qu'il aurait laissé pour le retrouver.
Il entendait des pas derrière lui, très rapides, et il pensa tout de suite que c'était la fille. Alia Fell. Il essayait depuis tout à l'heure de savoir s'il avait déjà entendu quelqu'un parler d'une certaine Alia, fille de la famille Fell quand il était à Gothik City mais le fait d'avoir une balle et de courir jusqu'à en perdre haleine n'aidant pas, il décida tout simplement de laisser tomber pour le moment. Il ne voulait certainement pas se faire mettre à terre et expédier loin de Modernis State pour un doute à la con sur une fille qu'il connaissait tout juste.
Ils dévalèrent un escalier et Grim tomba misérablement, glissant sur une marche un peu trop mouillée par l'humidité ambiante. Eh merde ! La valise vola et Mouloud la ramassa avant de le ramasser lui. C'était comme ça qu'on reconnaissait bien Mouloud. Il aurait pu juste prendre la valise et se casser plus loin mais il ne pouvait pas laisser Grim comme ça. Sans doute qu'il se disait que c'était de sa faute tout ça.
Et il n'aurait pas tellement tort finalement. Il lui avait donné un rendez-vous pour décider de ce qui allait être fait, vis-à-vis du cadeau de Freyja, mais il aurait pu demander à n'importe qui au final. Genre son boss, apparemment ils étaient assez proches. Pourtant il avait fallu que ce soit lui. Il avait peut-être envie de parler à quelqu'un qui ne pensait pas qu'un fer à repasser ferait plaisir à une femme pour ses vingt ans de mariage.
Avec un soupir, il demanda à Mouloud de le reposer quand ils eurent filé assez loin. Aucun bruit ne perçait dans le soir et il n'y avait même aucun mouvement visible dans le champ de vision de Grim. En prenant son courage à deux mains, il plongea deux doigts dans sa chair et retira la balle qu'il enveloppa dans un mouchoir et qu'il rangea dans sa poche. Il ne fallait jamais laisser de preuves derrière soi, c'était une des premières règles de la mafia qu'il avait apprise.
Avec un soupir, il s'adossa au mur en laissant sa blessure se refermer. En soupirant, le vampire rejeta la tête en arrière. Il regarda rapidement son pantalon blanc tâché de rouge et sa chemise trouée et se mordit la lèvre. Il aurait des vêtements de rechange au café. Il leur demanda de le suivre et reprenant la valise et prit la direction du café.
Sur le chemin, ils se remirent à courir en entendant le bruit des sirènes des voitures de police. Ce n'était peut-être pas pour eux mais tant pis, au moins ils seraient sûrs. Ils entrèrent par derrière et, Giancarlo, le gérant du café, les accueillit avec une grande accolade. Grim les laissa aller tous les trois en salle alors que Giancarlo commentait à grands coups de métaphores fleuries la beauté de la fille et se dirigea vers la chaufferie où il cachait toujours des fringues à lui, au cas où.

Une fois vêtu d'un pantalon en cuir rouge et d'un débardeur noir, il les rejoignit. Des gaufres aux framboise à crème bien chaudes l'attendaient déjà et il s'assit avec joie. Avant de commencer à manger, il avisa la fille avec un sourire.
– On est en sécurité ici, agis juste normalement.
La valise était sous ses fesses pour plus de discrétion et lui permettait, en plus, d'être à la bonne hauteur pour déguster ses gaufres. Ravi de leur goût, il regarda une voiture de police passer à côté du café sans s'arrêter. Personne ne penserait à venir vérifier ici. Giancarlo se rapprocha avec un sourire presque carnassier et vint s'asseoir à leur table. Le café était moyennement plein, essentiellement rempli par des mafieux et deux ou trois vampires, probablement.
– Alors, qu'est-ce qui s'est passé ?
Mouloud s'appliqua à raconter à voix basse les événements de la soirée au gérant alors que Grim lorgnait sur le journal que ce dernier venait de poser sur la table. En première page, il était indiqué qu'il y avait le plus gros rubis des trois cités en exposition au musée d'Amaterasu cette semaine. Comme c'était intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 77
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Comme en plein jour   Jeu 30 Juil - 12:46


Giancarlo était vraiment un homme charmant. Même si elle n'aurait pas dû se laisser approcher de la sorte par un inconnu, Alia ne pouvait résister à un tel langage. Il était agréable d'entendre parler de sa beauté avec poésie, sans se faire traiter de salope ou avoir l'impression qu'elle devait écarter les cuisses. Avec un petit rire délicat, elle se laissa conduire dans la salle du café, beaucoup plus détendue quant aux récents événements. Giancarlo lui accorda un clin d’œil sensuel et repartit en cuisine pour leur préparer des commandes spéciales.
Grim les avait abandonnés, Mouloud et elle, sans explication. Elle aurait craint qu'il ne se soit enfui avec l'argent si ce dernier n'était pas sur les genoux du grand baraqué. Celui-ci avait vraiment l'air d'être quelqu'un sur qui on pouvait compter.
En attendant qu'il se passe autre chose, Alia retira son chapeau et l'examina. Elle l'avait déjà payé alors elle n'allait tout de même pas le laisser dans la boutique. Malheureusement, trois balles étaient passées à travers le tissu. Avec un soupir ennuyé et une moue boudeuse, la vampire jeta son couvre-chef inutilisable sur un siège vide.
Ce fut à cet instant que Giancarlo revint, avec trois assiettes dans les mains. Les deux qu'il déposa devant Mouloud et l'autre siège vide contenaient quelques gaufres généreusement nappées de crème. L'assiette d'Alia en présentait le double et du caramel colorait la crème. Il y avait même une petite ombrelle en papier rose bonbon.

« Merci monsieur Giancarlo ! C'est très gentil à vous !
-Oh appelle-moi Giancarlo ! Et ne pense pas à ton régime, tu es parfaite ! »

Alia secoua la tête avec un grand sourire et planta sa fourchette dans la pâtisserie. S'il savait à quel point ces histoires de bourrelets ne la concernaient pas. … Par Satan, que c'était bon ! Elle écarquilla les yeux et gémit de plaisir tellement le goût sur sa langue était inédit et orgasmique. Même faire l'amour avec Nate paraissait fade à côté ! Elle devait à tout prix noter l'adresse de cet établissement pour le retrouver plus tard.
Quand Grim reparut, il avait changé de vêtements. Personne n'aurait pu deviner qu'il avait pris une balle quelques minutes plus tôt. Au moins, la jeune femme n'avait plus de doute sur sa nature. Peu d'humains étaient capables d'extraire une balle de leur abdomen aussi facilement et sprinter tout de suite après. Soit c'était un grand malade, soit, oui, il était juste un vampire.
Alia avait déjà fini sa première gaufre et elle songea un instant que Grim allait peut-être jaloux de sa ration. Puis, avec un haussement d'épaules, elle entama la seconde. Quand le blond lui donna des instructions, elle releva la tête vers lui, la bouche pleine de crème. Elle se força à avaler la grande partie de sa bouchée et s'essuya rapidement les lèvres à l'aide d'une serviette en papier.

« Oh, ouais. T'en fais pas. »

Elle avait appris à utiliser le langage Modernis pour se fondre plus facilement dans la population. Mais il y avait toujours cette petite pointe d'accent dont elle n'arriverait probablement jamais à se défaire. C'était ennuyeux et elle craignait toujours qu'on la découvre à cause de ça. Heureusement, les plus mauvaises réactions obtenues avaient été de la traiter de « snobinarde ». Rien de méchant.
Une voiture de police passa pendant qu'ils mangeaient et Alia calqua son comportement sur celui de ses compagnons : indifférent. Elle se demanda tout de même à quelle heure fermait le café. Il était déjà tard et bien que la clientèle ne semble pas pressée de bouger ses fesses d'ici, il fallait respecter les décrets de la Maison Blanche sur les dispositifs anti-épidémiques. Beaucoup d'entre eux consistaient à ne surtout pas faciliter la vie aux vampires et tous les établissements devaient être fermés entre trois et cinq heures du matin.Grand minimum. Autant dire qu'aller en boîte de nuit n'était plus aussi fun. Parfois, Alianora s'imaginait que cette histoire de marché noir pour vampires existait vraiment et qu'il y avait des endroits où on pouvait faire la fête jusqu'au petit matin.
Giancarlo s'installa avec eux, du côté où la robe de la vampire était fendue et laissait voir un bout de sa petite culotte. Mouloud lui expliquait ce qui les avait mis dans la panade. Et Grim lorgnait le journal. Par automatisme, la vampire l'imita et ses yeux s'agrandirent sous l'effet d'une irrépressible envie. Elle voulait ce rubis. Absolument.
Elle s'empara du journal pour en lire plus sur cette histoire d'exposition, histoire de mémoriser l'emplacement et la date. Et se souvint que Grim était en pleine lecture.

« Oh, je suis désolée. Je prends juste cette page. »

Elle détacha la page trois (et ce qui allait avec) pour lire les détails sur ce rubis et redonna le reste du papier au vampire. Musée d'Amaterasu… Du 6 au 25… Etroite surveillance… Oh, ça allait être très amusant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Comme en plein jour   Ven 31 Juil - 12:18

Un peu préoccupé, il ne fit pas vraiment attention à la façon dont Giancarlo réagissait. Cet homme devait avoir l'habitude d'être ainsi sollicité. En tout cas c'était l'impression qu'il donnait. Toujours gentil et prévenant, il accueillait Grim avec le même sourire bienveillant à chaque fois. C'était Antonio, le second de Beackerman, qui lui en avait parlé la première fois, en lui disant de venir là s'il avait un problème.
Il avait débarqué au milieu de la nuit, troué de balles. Il ne savait pas vraiment comment ça avait fini comme ça mais une chose était sûre : les Bongiasca n'avaient pas d'humour. Quoiqu'il en soit, Giancarlo lui avait fait prendre une douche et lui avait donné des vêtements avant de lui servir ses meilleurs gaufres. Et ça n'avait semblé étonné personne dans la salle.
Peut-être la famille de Giancarlo – quel était son nom de famille d'ailleurs – avait un lien spécial avec les Beackerman ou peut-être bien qu'il était un ancien mafieux. Quoiqu'il en soit, il avait toujours l'air de n'abriter que des mafieux un peu dangereux et des vampires. Cela avait rendu Grim méfiant au début mais au final tout le monde avait l'air plutôt détendu alors il avait laissé coulé. Finalement, il se sentait un peu comme chez lui ici.
Giancarlo avait cette manie de toujours leur offrir à manger et cette fois ne faisait pas exception. Ses gaufres étaient absolument délicieuses et même les plus vampirique des vampires n'aurait pas pu résister à la tentation de la framboise et … eh ! Giancarlo lui avait mit du sang dans son assiette ! Il ne savait pas si c'était du sang de porc ou d'humain mais en tout cas ça faisait toujours plaisir de découvrir ça.
Il ne s'étonnait pas que Giancarlo sache qu'il était un de ces suceurs de sang probablement capables de devenir fou à n'importe quel moment selon les reportages à la télévision. Plusieurs fois, il avait retiré une balle de sa tête ou de son cœur juste devant lui et il était tout naturel que le gérant du café connaisse son secret. Néanmoins, il n'avait jamais dénoncé personne et ne semblait pas près de le faire. Serait-il un vampire lui même ?
Non, c'était très peu probable. Entre son teint de peau foncé, ses yeux un peu affadis par l'âge et cette énorme bedaine qui pendait devant lui, il aurait fait un vampire bien singulier.
Grim jeta un regard à la fille qui mangeait comme … eh bien quelqu'un de normal. Il avait tellement l'habitude des filles qui surveillaient leur ligne – la plupart était complexée à cause des vampires de plus en plus belles qui parcouraient les rues – et il était extrêmement rare de voir une fille ne pas se soucier de son poids. Il s'interrogeait encore sur sa nature et ses origines quand elle repéra la même page du journal que lui.
Bien sûr, il avait fallu qu'elle prenne la page du journal qu'il voulait lire. En soupirant, il finit sa ration et se demanda avec quoi il pourrait bien s'occuper. Bien sûr, il volerait ce joyau mais il pouvait trouver toutes les infos dont il aurait besoin sur internet.
Après avoir finit sa gaufre, il vit Giancarlo repartir en cuisine avec son assiette. Ah, il allait avoir droit à la pêche melba traditionnelle. Il avait un peu de temps avant qu le gérant ne revienne et son sourire s'élargit. Chapelier choisit ce moment pour intervenir.
– Bon, on a bien mangé, on s'est changé. On va rentrer maintenant ? J'aimerais bien savoir si Diorr est encore en vie et je connais quelqu'un qui peut nous aider.
– Attends, je voudrais en savoir plus sur cette fille. Et puis je suis pas pressé de sortir d'ici.
En effet, les voitures de police continuaient de rôder dans le coin, comme des charognards en quête d'une proie facile.
Il s'avança un peu alors que la fille lisait et, d'une voix tout à fait décontractée, s'adressa à elle.
– Au fait, ton nom de famille c'est Fell c'est ça ? Comme les Fell de Gothik City ?
Certaines têtes se levèrent mais personne ne semblait plus intéressé que ça. A vrai dire, la plupart des gens ici ne devaient même pas savoir qui étaient les Fell de Gothik City. Ceux qui l'avaient entendu devaient penser à une famille bourgeoise, tout au plus. La plupart des vampires de Modernis y avaient vécu toute leur vie.
Mouloud mangeait toujours, visiblement très content d'avoir encore réchappé de quelque chose. Cet homme savait prendre la vie du bon côté avec une certaine énergie qui ne déplaisait pas à Grim. Il détestait les gens qui se plaignaient de tout.
– Oh, mais je ne me suis pas présenté. Je suis Griméus LaPluie mais tout le monde m'appelle Grim. Je travaille avec Mouloud.
Ce dernier ne se cachait jamais du fait d'appartenir à la mafia. Il disait que c'était parce que seul les lâches se cachaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 77
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Comme en plein jour   Ven 31 Juil - 13:03


Alianora était plongée dans sa lecture, et surtout dans ses pensées. Elle était déjà en train d'imaginer un plan pour cueillir cette pierre dans les prochains jours. Elle pourrait faire un coup d'éclat sensationnel et le dérober la veille du premier jour d'exposition. Ou, au contraire, laisser à tout Modernis State le loisir de l'admirer et le faire disparaître au dernier moment. Sa renommé n'en serait que plus grande et elle pourrait lire une nouvelle fois dans le journal à quel point Diamond Thief était fabuleuse. Elle pourrait refaire ce truc qui l'avait fait connaître en tant que voleuse et laisser une photo de son décolleté. Elle en avait eu un peu marre que l'on parle tout le temps d'elle au masculin. Les médias semblaient toujours s'étonner qu'une femme puisse aussi commettre des crimes. C'était une véritable honte et elle aimait contribuer au mouvement féministe de la ville à sa manière.

Grim l'interrompit dans ses réflexions, alors qu'elle prévoyait une excursion au musée dans quelques temps pour un repérage en règle des lieux. En entendant parler des Fell de Gothik City, la vampire se raidit, puis posa lentement le journal. Elle ne savait pas quoi répondre. D'un coup d’œil, elle balaya le reste de la salle. Personne ne semblait impatient de connaître sa réponse ou même s'intéresser vraiment à eux. Les dents de sa fourchette tracèrent des cercles dans ce qui restait de son caramel tandis qu'elle se mordillait la lèvre, toujours hésitante. Grim n'attendit pas et se présenta comme étant le collègue de Mouloud.

« Hum… Oui, je viens de là-bas. Mais je n'ai plus rien à voir avec la famille Fell ou même Gothik City. »

Son ton était un peu farouche, à cause de l'anxiété qui était réapparue en se souvenant de la façon dont elle avait abandonné sa maison. En réalité, pour autant qu'elle en savait, elle était toujours l'héritière des Fell. Mais à moins que tous les membres de sa famille ne décèdent, elle ne prendrait pas le titre.

« Alors vous travaillez avec Mouloud ? Et qu'est-ce que vous faites comme boulot ? »

Elle supposait qu'ils étaient voleurs, s'emparer de cette valise pleine de fric n'avait semblé être un problème ni pour l'un, ni pour l'autre. Ce qui allait du coup lui poser quelques problèmes pour récupérer une part du butin. S'ils avaient été des gens normaux – bon déjà ils ne se seraient pas enfui du lieu de la prise d'otage – il aurait été facile de leur faire croire qu'elle se dévouait pour rendre l'argent à la police. Mais face à des professionnels, elle allait probablement devoir négocier sévèrement pour obtenir ne serait-ce qu'un dixième de l'argent ! De plus, elle n'avait pas pratiqué cet exercice depuis bien longtemps ! Les seules fois, c'était avec Nate, car elle n'avait jamais rencontré d'autres voleurs. C'était son petit ami qui lui avait appris toutes les règles du milieu, elle le soupçonnait aussi d'avoir été gentil avec elle parce qu'elle l'intéressait.
Elle retira son blouson en cuir pour se donner une chance supplémentaire et se pencha en peu en avant après avoir bien dégagé sa gorge de la présence encombrante de ses cheveux. Elle ignorait si ça fonctionnerait – Grim ne semblait pas si facile à berner – mais elle pouvait toujours tenter le coup.

« Au fait… Concernant l'argent... »

Elle pointa l'index sur la mallette qu'elle rêvait d'ouvrir, rien que pour admirer toute cette masse d'argent. Elle pourrait même s'offrir cet appareil sportif hors de prix qu'elle avait vu au télé-achat l'autre jour. Bien sûr, elle ne s'en servirait pas, mais ça ferait sacrément bien dans sa cour extérieur ! Il y avait un moment que ce grand vide du coin droit la dérangeait.

« On pourrait dire cinquante-cinquante. La moitié pour moi et l'autre pour ton copain Mouloud et toi. J'en ai vraiment besoin... »

Elle avança sa main sur la table jusqu'à frôler les doigts de Grim. Si vraiment ça ne fonctionnait pas et qu'elle n'arrivait pas à s'en tirer avec une somme honorable, elle pourrait toujours jouer la carte du rubis. Si ces deux là étaient effectivement des voleurs, ils accepteraient sûrement un partenariat. Après tout, le musée d'Amaterasu avait une sécurité difficile à percer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Comme en plein jour   Dim 2 Aoû - 11:05


En fixant le fond de la salle, il se demanda dans combien de temps il aurait droit à sa pêche melba. D'habitude, Giancarlo n'était pas si long. Est-ce que ça pourrait avoir un rapport avec la femme très svelte et grande qui avait rejoint les cuisines un peu après lui. Oh merde, est-ce que Giancarlo était en train de s'envoyer en l'air avec une cliente ? Il écarquilla les yeux et détourna le regard par pudeur. Tch, il était ridicule, ce n'était pas comme si Giancarlo allait surgir de l'arrière salle, le service trois pièces à l'air.
Non, son esprit malade le trompait sûrement. Chapelier ne faisait que rire encore et encore en se moquant de lui et Grim finit par se dire que ça devait être une cliente un peu spéciale. Parfois, il y avait des paquets ou des petits cadeaux un peu suspects qui passaient par ce coin là. En soupirant, il reporta son attention sur la fille qui venait de poser le journal comme s'il allait lui exploser dans les mains, avec lenteur et précision.
Donc elle se méfiait bel et bien de lui. Elle semblait vraiment hésitante à lui répondre et la voir tremper sa fourchette dans la petite mare de caramel au fond de l'assiette ne faisait que confirmer ses soupçons. Cette fille était plus que louche et même si elle ne venait pas de Gothik City, elle avait forcément quelque chose à cacher. Ce n'était pas logique d'autant se méfier d'un mec qui vous emmenait manger des crêpes.
Et elle venait de Gothik City. Oh et même de la famille Fell. Les quelques regards un peu blasés qui s'étaient levés ne firent pas d'étincelles. En fait, tout le monde s'en foutait plus ou moins. Sauf Grim, non, lui il était même très intéressé.
Il lui offrit un sourire délicat. Il était évident qu'il avait apprécié l'information et maintenant elle était en cours de digestion. Une digestion executée avec brio par Chapelier qui venait de mettre en marche son cerveau imaginaire. Ce n'était pas vraiment comme si quoique ce soit pouvait lui échapper.
– Attends si la fille vient de Gothik City, elle doit pas être très intelligente pour avoir gardé le même nom de famille. Elle doit même être un peu coconne. En tout cas, il y a peut-être un moyen de contacter sa famille pour savoir si elle s'est échappée comme une voleuse. Et le cas échéant se faire payer les infos qu'on a d'elle. Ouais c'est un bon plan ça, ses parents sont sûrement enflés de fric jusqu'aux yeux. On doit rester en contact avec elle, okay?
Grim aussi trouvait le plan très bon même s'il ne l'aurait jamais admis réellement. Il hocha la tête devant elle et, alors qu'il s'apprêtait à lui demander son numéro de téléphone ou quelque chose dans le genre, elle lui posa une question. Ou plus exactement, elle posa une question au couple professionel qu'il formait avec Mouloud. Il n'avait jamais vu quelqu'un d'aussi direct. Non mais étant donné la violence des évênements de ce soir c'était évident non?
Il lui fit son sourire le plus mielleux et jeta un coup d'oeil à Giancarlo qui revenait enfin. Il avait de la crème chantilly sur son tablier et venait de poser son dessert devant Grim. Ouais okay, il avait juste eu un problème de siphon en fait, rien de bien extravagant. Après avoir mangé une petite cuillérée de la pêche – diablement bonne – il sourit de nouveau.
– On fait partie de la mafia. Enfin, Mouloud fait partie de la mafia, moi j'aide de temps à autres et j'ai plein d'autres boulots à côté.
Il s'attendait bien sûr à un hochement de tête entendu ou quelque chose du genre mais certainement pas un cri d'effroi et une fuite aussi rapide que possible. Elle n'avait pas vraiment les reflexes d'une fille qui allait à la messe et qui était honnête. En fait, elle avait même plutôt la tête d'une fille qui passe ses nuits à détrousser des mecs dans une boîte de nuit ou à dévaliser des grandes villa de politiciens.
Et d'un coup, la fille se fit aguicheuse. Dans le genre, vraiment aguicheuse. Elle se dénuda les bras et donna une visibilité ridicule à sa poitrine. Mouloud, en homme marié respectable, ne lui jeta même pas un coup d'oeil et continua à manger sa gaufre avec une propreté remarquable. Giancarlo lui fit un grand sourire plein de sous-entendu et Grim se retint de justesse de rouler des yeux. Elle avait les hormones en ébullition d'un coup?
Oh, l'argent. Ca conçernait toujours l'argent, d'une façon ou d'une autre. Elle ne pensait pas ne serait-ce qu'un instant le séduire, si ? Parce qu'elle n'était pas tellement le genre de Grim. Il n'était pas gay contrairement aux rumeurs que les mafieux lançaient sur lui mais il aimait les femmes fortes, pleines d'ambitions et de volonté. Cette fille semblait juste attendre que tout se passe bien si elle jouait assez sur la carte de "regardez j'ai des atouts mammaires impressionants".
Et puis la demande vint et Grim esquissa un sourire. En se lèchant les lèvres, il reposa sa cuillère et prit la main de la fille.
– Oh je comprends, tu as besoin d'argent. Eh bien, je suppose que si tu as besoin d'argent tu peux aller en demander à tes parents riches. A moins que tu ne te sois enfuie comme une lâche.
Il laissa un temps de silence et lâcha sa main, en reprenant sa cuillère.
– Si tu veux ta part du butin, il va falloir travailler pour l'avoir. Parce que jusqu'à présent je ne t'ai pas vraiment vu à l'oeuvre.
Et puis, si elle voulait vraiment l'argent, elle n'avait qu'à le prendre. Ouais, ça plairait bien à Grim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 77
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Comme en plein jour   Mar 4 Aoû - 10:15


Giancarlo vint déposer une assiette devant Grim – Alia se sentit un peu jalouse de ne pas avoir eut le droit à un autre plat – et la réponse du blondinet vint après une bouchée, laissant la jeune femme tétanisée. Bordel. La mafia. Sérieusement ? La mafia ! Son cerveau semblait en proie à la plus grande confusion. La mafia… Dans quoi s'était-elle fourrée ? Si elle la jouait assez fine, elle pourrait tout de même se barrer sans conséquence, et avec un peu de blé en prime. Les mafieux étaient accros à l'argent mais sensibles au charme féminin, non ?

Au début, la vampire pensa que son stratagème fonctionnait. Grim avait cet air compatissant et cette voix douce. Comme elle se trompait ! Contrairement à ce qu'il avait dit, ce vampire ne comprenait pas du tout ! Ou plutôt, il comprenait un peu trop bien. Alia ne fut pas mécontente qu'il lâche sa main et porta sur lui un regard de colère. Il n'avait vraiment pas été dupe et en plus il se foutait d'elle. En tout cas, il était hors de question qu'elle retourne chez ses parents, d'autant qu'elle n'avait pas réellement besoin d'argent, loin s'en fallait ! Son petit job aurait pu suffire à subvenir à ses besoins, si elle ne possédait pas ce goût pour le luxe et la démesure.

Après un moment, Grim reprit la parole. Alia était toujours vexée et en colère, elle étudia toutefois la proposition. Travailler pour mériter son fric ? De son point de vue, elle n'était pas exactement restée inactive pendant la prise d'otage, mais elle ne pouvait tout de même pas exhiber le flingue qu'elle avait fauché à Dahlia. Une seconde, la vampire se demanda si la femme s'était retrouvée handicapée par ce vol. A coup sûr, elle ne pourrait pas s'en servir pour s'enfuir. A moins qu'elle ne soit morte. Alia supposa qu'elle aurait de ses nouvelles le lendemain, aux infos télévisuelles.
Elle pousse un soupir et se tourna soudainement vers le propriétaire du café, qui avait les yeux baissés sur le haut de ses cuisses. Oh… Oui, sa robe avait vraiment beaucoup glissé sur le côté. Elle ne prit pas la peine de rabattre tout de suite le tissu et demanda à l'homme d'une voix douce, mais impérieuse :

« Est-ce que je pourrais avoir autre chose, s'il-vous-plaît ? Je meurs de faim. »

Encore un mensonge. Même si elle aurait dû s'alimenter la veille, elle ne ressentait pas le besoin de boire du sang. En revanche, elle voulait vraiment être privilégiée par rapport au blondinet, c'était une question de fierté. Ce type accrochait déjà pas mal de regards masculins, presque autant qu'elle et ça, c'était un scandale. L'ancienne Alianora Fell se serait d'ailleurs probablement déjà levée pour exiger les trois-quarts de la somme en piquant une crise, outrée qu'un homme puisse être un concurrent sérieux dans une affaire de beauté. Elle détenait après tout le titre de miss cour Gothik junior sur cinq années de suite.
Mais elle avait changé. Maintenant, son maître mot était la discrétion. Elle était une voleuse, plus une apprentie courtisane qui volait les cœurs de tous les hommes à onze ans, rien qu'avec son sourire.

Faisant de nouveau face à Grim, elle fit glisser la page trois du journal dans sa direction.

« Je suppose qu'il vous intéresse. Moi aussi. Faisons équipe. Je suis une professionnelle, j'ai plusieurs dizaines d'années d'expérience derrière moi. En fait – elle esquissa un petit sourire fier – je suis même plutôt connue. Les journalistes m'ont d'ailleurs attribué un joli surnom. »

Qu'elle ne comptait pas lui révéler, elle n'était pas si idiote tout de même. Cette fois, elle ramena sa robe proprement par-dessus sa culotte et accueillit avec joie la dame blanche que déposa Giancarlo devant elle. Elle entama son dessert avec beaucoup d'entrain et, alors qu'elle n'avait pas avalé la première bouchée, tous les clients se levèrent presque comme un seul homme de leurs chaises. Tous déposèrent leurs pourboires au centre des tables, saluèrent le gérant du café d'un signe de tête ou de la main, puis sortirent à la queue-leu-leu de l'établissement. Ca ne dura que quelques secondes, ils se retrouvèrent seuls, tous les trois, avec Giancarlo. Alia cessa même de manger, pour tourner la tête à droite et à gauche, dans l'espoir d'apercevoir un autre client. Ces types avaient un rendez-vous ou quoi ?

« Je ferme bientôt. Dépêchez-vous. »

Une voiture de police passa dans la rue, lentement. Apparemment, ils étaient déjà en train de vérifier le respect de la loi par les différents établissements. Alia engloutit alors sa glace, qu'elle ne voulait surtout pas laisser à cause d'une histoire d'horaires. Elle était juste trop bonne !

« Vous voulez venir chez moi ? proposa-t-elle quand il ne resta plus qu'un peu de crème glacée et de sauce chocolat dans le fond de sa coupe. J'habite à Dajbog. »

Officiellement. En fait, sa grande maison ne se situait pas vraiment dans la petite masse de villas, mais juste dans une rue perpendiculaire, qui faisait la transition avec le centre-ville. C'était une sorte de coin pour les gens plus riches qu'à Amaterasu, mais sans l'héritage qui allait avec. Les nouveaux riches, comme elle, en somme. Les autres étaient tous dans ce quartier de Modernis State depuis au moins quatre générations. En plus, elle aurait été forcée de faire connaissance avec ses voisins, qui se seraient bien vite aperçus que quelque chose n'allait pas avec son développement physique.
Elle étudia rapidement les deux hommes qu'elle venait d'inviter. Ces deux-là devaient vivre à Nahunte, Dajbog devrait donc leur plaire et les attirer. Une fois chez elle, elle aurait un peu plus de temps pour les convaincre de partager l'argent équitablement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Comme en plein jour   Lun 10 Aoû - 16:18


La jeune femme ne semblait pas vraiment heureuse d'apprendre qu'ils faisaient partie de la mafia. Elle ne devait sans doute jamais avoir connu quelqu'un comme eux. Tout le monde était différent dans cette situation mais la majorité des personnes avaient tendance à fuir, à être mal à l'aise ou même à carrément décider qu'il fallait les enfermer. Il en avait eu des problèmes à cause de ça alors maintenant il disait qu'il était pâtissier.
Bon, avec elle il avait décidé de jouer carte sur table parce que c'était stupide de lui cacher ce qu'il faisait. Si elle marchait dans son coup, il le saurait très rapidement. D'ailleurs, la nuit commençait à peine mais il ne leur restait que peu de temps avant le couvre feu. Personne ne semblait stressé mais l'ambiance était de plus en plus tendue. Personne n'aimait cette mesure du président mais bon, il fallait bien s'y plier.
Mouloud regardait dehors avec une certaine tristesse. Il était sans doute torturé par le fait de ne pas encore avoir trouvé de cadeau pour sa femme. Et c'était vrai que c'était triste quand on connaissait la femme. Il lui fallait au moins quelque chose de démesuré, dans le meilleur des cas quelque chose de démesuré ET d'unique.
Et puis, il eut une idée. Il y avait cette pierre étrange qui semblait avoir toutes les couleurs de l'arc en ciel et aucune à la fois. Elle était assez grossière mais une fois taillée et polie elle irait parfaitement en petits éclats sur un collier ou un bracelet. Ou même un bague. Il pourrait parfaitement la vendre à Mouloud, même s'il comptait le faire à Gothik City la prochaine fois qu'il irait. Il l'avait volé dans un des entrepôts des scientifiques fous à la Cyber Junkyard même si ce n'était pas vraiment ce qu'il recherchait.
Une petite voix énervante l'interrompit dans ses pensées et lui fit se mordre la lèvre. Bon Dieu, il oubliait presque son existence quand il était avec des vrais gens.
– Je m'oppose à cette idée ! Tu vas lui vendre pour des clopinettes alors qu'on pourrait la vendre au Comte – après tout il adore les curiosités – ou à un gros riche qui nous couvrirait de pièces d'or ! Bon Dieu on a failli se faire tuer en volant ce caillou.
Chapelier n'avait pas vraiment tort mais il devait bien ça à Mouloud. Il aurait pu mourir sans lui là bas. Dahlia était sans doute un humain et ne savait pas qu'il était un vampire mais cette folle aurait trouvé un moyen de le tuer, il le savait. Même s'il n'avait rien volé. Il regarda sa montre avec un air triste et haussa les épaules.
– Tu es un égoïste, Chappy. Et puis tu n'es qu'un produit de mon imagination alors ton avis ne compte pas vraiment, tu feras tout pour me donner tort.
Et puis la fille, Alia, décida de se la jouer séductrice. Est-ce qu'elle était vraiment si pauvre que ça pour avoir à montrer ses fesses à Giancarlo pour manger ? Non mais sérieusement, Giancarlo quoi. Le mec le moins attirant du monde quand même.
Il faillit d'ailleurs lui faire une remarque mais ça ne le regardait pas. Après tout, si elle avait envie d'alimenter les clichés sur les filles qui s'habillaient peu, tant mieux pour elle. Ça ne le concernait aucunement. Néanmoins, il l'aimait de moins en moins. Une femme devait prendre au lieu de demander sinon elle n'était même pas digne d'un regard de Grim. Il aurait bien aimé voir si elle avait plus de ressources que ça.
Alors que Giancarlo venait de repartir, le vampire blond repoussa son assiette et jeta un œil à la grosse horloge de la pièce, dont les aiguilles étaient terminées par des petits cupcakes. La fille aurait certainement besoin se presser.
Mouloud commença à reprendre ses affaires, mettant son tout petit chapeau ridicule sur sa tête. Il était temps de partir et tout le monde commençait à rassembler ses affaires. Ce mec là bas rangeait peu à peu les papiers qu'il avait éparpillé sur la table dans une espèce de tentative de travailler et ce vampire au fond finissait rapidement son bol de sang. Avec un bâillement, Grim commença à remettre sa veste.
La fille fit glisser la page du journal parlant du diamant vers lui et lui demanda de faire équipe. Oh, hors de question, il pourrait se l'accaparer seul. Il sourit doucement et secoua la tête quand elle se vanta que la presse lui ait donné un petit nom charmant. Ses yeux cherchèrent et ils se posèrent sur son décolleté. Il lui semblait qu'il avait déjà vu ces … oh mais oui !
– Oh. Je vois.
Et puis tous les clients, comme un seul homme, virent que l'horloge avait atteint l'heure limite. Avec un sourire, Grim sourit en voyant la fille engloutir sa glace comme un monstre et sursauta quand Mouloud se leva, bousculant les bancs et la table par la même. Il se leva à son tour et laissa passer Mouloud qui allait sortir. Ce dernier s'arrêta en entendant la demande de la jeune femme. Il sembla comme choqué et secoua la tête vivement.
– Non merci, je vis à Amaterasu, de l'autre côté de la ville. Je devrais y aller d'ailleurs avant que ma femme commence à ne s'inquiéter.
Oh, Grim aurait remplacé le verbe par ''s'énerver'' mais après tout on ne devait jamais dire de mal d'une grande dame. Le jeune homme eut un sourire et regarda le grand homme partir dans la nuit. En sortant, il se tourna vers la fille.
– Ca tombe bien, je voulais t'emmener à Dajbog. Toujours partante pour travailler, Diamond Thief ?
Il fit un signe à un taxi et une grande voiture orange criard s'arrêta devant eux. Le chauffeur avait l'air fatigué et Grim se dit que ce serait sûrement sa dernière course de la journée.

Vingt-cinq minutes plus tard, la voiture s'arrêtait devant chez les Beackerman. La façade de la villa semblait grise dans la pénombre malgré sa blancheur immaculée en plein jour. Plusieurs fois, Grim s'était demandé si Allic faisait ça pour faire chier les vampires. Il indiqua à la fille de le suivre et passa par un portail sur le côté qui donnait sur l'entrée de la cuisine. Deux gardes surveillaient les alentours et les repérèrent tout de suite. Quand ils reconnurent Grim, leurs visages s'éclaircirent.
– Je dois voir le boss tout de suite. Elle est avec moi.
Il était toujours temps pour la fille de fuir. Grim tenait cependant fermement la poignée de la mallette pleine de billets, elle ne l'aurait pas sur ce coup là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 77
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Comme en plein jour   Mar 11 Aoû - 15:18


La mafia. Alia ruminait cette information en avalant sa glace. Ce n'était certainement pas prudent de s'affilier, même de loin, à des gens de cette trempe. Elle en savait peu sur cette fameuse « famille », mais il y avait quelque chose de certain : une fois qu'on y était, il était quasiment impossible d'en sortir. Toutefois, l'opportunité qui lui était offerte était extrêmement tentante. Outre les trésors qu'elle pourrait certainement amasser sans cesser son occupation personnelle, elle pourrait de nouveau appartenir à quelque chose. Son expérience de la famille s'était révélée désastreuse, certes, mais il était maintenant temps d'avancer. Elle avait fait assez de chemin toute seule. Et peut-être que ce petit vampire blond allait radicalement changer son mode de vie. Ca faisait rêver !

Mouloud déclina poliment son offre, arguant qu'Amaterasu était à l'autre bout de la ville et qu'il devait se dépêcher de retrouver sa femme. Amaterasu, sérieusement ? Alia avait du mal à le croire, mais le grand homme semblait très sérieux. Il devait avoir beaucoup d'argent… L'idée d'appartenir à la mafia en devenait d'autant plus séduisante. Abandonnerait-elle vraiment son indépendance si une telle opportunité lui était donnée ? Elle devait encore y réfléchir.

Grim et elle sortirent du café juste derrière Mouloud et, alors que Giancarlo éteignait les lumières, le vampire lui fit une proposition alléchante. Il n'avait pas répondu à sa proposition de coopération à l'intérieur et lui donna une réponse qui donna la chair de poule à Alia… Juste pour une poignée de secondes. Entendant son nom, elle sourit en coin et posa ses poings sur les hanches. Il l'avait reconnue, c'était assez flatteur. Il la croyait donc capable d'accomplir tous ces larcins impressionnants commis par Diamond Thief.

« Bien sûr. Toujours ! »

Une fois dans le taxi, Alia devint un peu plus nerveuse. Elle n'aimait pas être enfermée quelque part. Au moins, dans la poche de son blouson, il y avait toujours cette petite arme. Elle espérait ne pas avoir à s'en servir, parce que ça voudrait dire que les choses s'étaient très mal déroulées. Son regard vira sur la mallette d'argent, prudemment coincée entre les jambes de Grim. Il n'allait pas la laisser lui dérober le trésor comme ça ! Si elle voulait le doubler, elle devrait la jouer fine et user de toutes ses qualités de voleuse professionnelle. Ce qui incluait un peu plus que des décolletés. En un sens, elle disposait d'un avantage de surprise sur le blond. Il pensait sans doute qu'elle basait toute ses techniques sur la séduction. Elle l'étonnerait probablement si elle réussissait à lui dérober cette valise. Rien que pour le challenge que cela représentait, elle voulait réussir !

Le taxi les déposa devant une grande villa toute blanche qu'elle n'avait jamais vue que de loin. De près, elle était encore plus impressionnante ! En remarquant tous les hommes vêtus de chemises légères à motifs grossiers qui déambulaient sur le terrain, elle se sentit misérable. Jamais elle n'avait eu à cambrioler un endroit aussi bien gardé… En vérité, elle avait évité cet endroit parce qu'il aurait été particulièrement imprudent de s'aventurer si commettre un crime si près de chez elle. Et maintenant, tout ce luxe lui donnait envie de rentrer pour se changer.
A sa grande surprise, Grim la fit entrer dans la villa. La vampire ne savait plus trop quoi penser de lui. Il semblait avoir de solides relations. Elle ne pouvait tout de même pas être tombée sur l'un des types les plus influents de la mafia, si ? Elle repensa à Dahlia. Si, c'était très possible. Qui d'autre qu'un type important aurait pu s'opposer comme ça à une femme qui semblait elle-même faire partir des têtes du milieu ?

Ils entrèrent dans la cuisine après un instant tendu avec des mecs qui connaissaient Grim – de plus en plus rassurant. Alia était à la fois très excitée et avait une grande envie de rentrer chez elle. La prudence lui commandait de ne pas rester à la merci de tant d'ennemis potentiels. Mais hé ! Elle n'était pas vraiment prudente. Sinon elle ne ferait pas la première du journal tous les mois.
Elle décida de faire semblant d'être tendue et s'installa derrière le bar qui trônait au milieu de la cuisine, sur l'un des tabourets recouverts de cuir marron. Ses doigts agiles attrapèrent un biscuit d'apéritif qui traînait sur le comptoir et elle laissa promener son regard sur la pièce en le croquant. Ouah, le boss aimait vraiment le chocolat et le café. Même les murs avaient une couleur appétissante. Sur une petite étagère au-dessus de l'évier, là où l'on rangeait habituellement des herbes, plus sachets de pâtes s'entassaient, serrés comme des sardines.

« Grim… Qu'est-ce que tu fous là ? »

Alia pivota sur son siège et en descendit dès qu'elle vit le nouvel arrivant. Il n'était pas très grand, ni très musclé ou même large d'épaules, mais il avait un charisme effrayant. Sa chemise – chocolat glacé, c'en était presque barbant – était ouverte sur un torse couleur caramel couvert de sueur, par-dessus un jean gris clair qui laissait voir des pieds nus. Les traits de son visage étaient fatigués, ses yeux noisette étaient injectés de sang et soulignés d'épais cernes violet, sa tignasse châtain caramel était très humide et ébouriffée. Soit il avait fait une série de terribles cauchemars, soit il… En fait, Alia ne voyait pas bien ce qui pouvait entraîner une telle apparence chez un être humain.
La vampire ne laissa pas le temps à Grim de répondre et s'avança vers l'homme, qui lui serra la main en ne lui témoignant qu'un vague intérêt poli.

« Je m'appelle Alia Fell, monsieur le boss. Grim m'a amenée ici pour un travail. Une collaboration avec votre clan me rendrait plus que fière. »

L'humain hocha brièvement la tête et reporta finalement son regard fatigué sur l'autre vampire.

« Explique-toi, Grim. Je n'ai pas de temps à perdre. Est-ce que tu sais à quel point j'ai eu une journée de merde ? »

Ca ne s'annonçait pas particulièrement bien. En attendant la réponse de Grim, l'humain mis en route sa machine à expresso, qui devait être le modèle le plus avancé en matière de technologie sur le marché des machines à café.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Comme en plein jour   Mer 19 Aoû - 14:18


Le parfum de la nuit était quelque chose qui avait toujours fait rêvé le jeune homme. Déjà petit, il était passionné par ces fleurs, ces types de végétations dont on ne pouvait apprécier la présence et la senteur que quand le soleil était couché. Et il n'y avait pas que ça. Il y avait aussi ces murmures, cette odeur de sang distillé et parfois même la pluie. Comme certains lui avaient fait remarqué, avec son nom, il était normal qu'il adore la pluie.
Pourtant, Grim aimait seulement la pluie en pleine nuit. Le jour, elle n'était que de l'eau qui tombait, grise et froide. Elle déprimait et rendait le paysage morne et désolé. Sans compter le fait qu'elle n'arrangeait pas vraiment les transports et autres activités d'extérieur. Mais la nuit elle était belle, poétique. Une lame d'eau coupant la lune en une myriade de morceau plus étincelants les uns que les autres.
La jeune femme, elle, semblait être habituée à la nuit. Sans doute qu'elle n'avait jamais vécu le jour puisqu'elle venait de Gothik City mais pour un ancien humain comme lui toutes les douceurs, la lenteur de la nuit n'en devenaient que plus parfaites. C'était un repos éternel.
Avec un sourire, le jeune vampire – il était à peine majeur à Gothik City – s'avança dans la villa Beackerman. Elle était vraiment très belle et depuis qu'Allic avait refait la décoration, beaucoup moins stricte. En lâchant un soupir, il se souvint de l'enterrement d'Alaric. Oh, ils n'étaient pas les meilleurs amis du monde mais ils s'entendaient bien et il avait sympathisé avec sa femme qui semblait dévastée au moment où son cher et tendre avait été mis en terre.
Il avait été prévenu par pigeon de la date et de l'heure de l'enterrement. Oh ouais, il donnait toujours son adresse à Gothik City au cas où on aurait besoin de le joindre. Quoiqu'il en soit, il était arrivé en ville le jour de l'enterrement. Il n'était pas vraiment habillé pour l'occasion mais il avait trouvé un moyen de se changer pour des fringues plus sobres pour la réception. Allic semblait ne rien à avoir à foutre.
Quoiqu'il en soit, la malette pesait lourd dans sa main. Il avait bien vérifié qu'il n'y avait aucun mouchard ou aucune bombe une fois chez Giancarlo et en conclut juste qu'il devait être fatigué. Il n'avait pas bu de sang depuis un moment et il avait vraiment un creux. Le coulis au sang n'avait réussi qu'à lui donner encore un peu plus faim puisqu'il s'était ouvert l'appétit. Il chasserai peut-être avant de rentrer.
Depuis le couvre-feu, pas mal de gens restaient chez eux dès que le soleil tombait mais oh … il trouverait bien une jolie lycéenne qui avait fugué pour aller en boîte.
Avec un certain dégoût, il se rendit compte que n'importe qui ferait l'affaire. Lui d'ordinaire si tatillon en ce qui concernait le goût – il ne buvait que du AB et du B, les autres groupes sanguins étant beaucoup moins bons – il était près à sauter sur le premier venu uniquement parce qu'il avait les crocs – aha ! - de sa vie. Déglutissant en voyant un mafieux avec la gorge bien découverte, il accéléra le pas.
– Non mais ça va oui ? T'as vu ce mec ? Il doit avoir autant de graisse dans le sang qu'un cycliste a de produit dopant ! On va devenir gros avec ces conneries !
Oui, Chapelier avait raison, il fallait bien qu'il se concentre même si son instinct de vampire lui disait de sucer délicieusement la gorge de n'importe qui. D'ailleurs, hier, il était sorti pour faire ça. Il comptait bien se remplir l'estomac mais il avait rencontré Diorr, ce qui l'avait considérablement distrait. En y repensant, son cœur se serra aussitôt. Ce mec ne pouvait pas être mort, c'était certain ! C'était un dur !
Les teintes gourmandes de la cuisine lui donnèrent encore plus faim et il soupira. De toute évidence, il préférait la cuisine rouge et blanche à l'ancienne d'avant mais le nouveau chef mafieux avait veillé à tout. Même s'il ne devait pas passer beaucoup de temps ici, il tenait à ce que tout soit parfait. Grim se demandait parfois si ce mec n'était pas un chouilla névrosé. Peut-être pas qu'un chouilla en fait vu la façon dont il rangeait ses pâtes.
Quand les yeux de Grim se posèrent sur Allic, ses pupilles se dilatèrent et il ne put s'empêcher de se lécher les lèvres. Allic était … maladif mais bandant. Mais surtout, Grim pouvait voir énormément de peau et cela ne faisait que raviver sa faim. De plus, voilà presque vingt quatre heures qu'il n'avait pas baisé et il était un tout petit peu obsédé par ça. Il aurait pu le faire avec Alia dans le taxi mais elle aurait pu dire non et puis cela lui aurait donné une occasion de lui voler la malette.
La vampire se présenta brièvement de façon très fayotte et laissa à Grim le temps de sourire, moqueur. Puis il s'avança de plus près et l'odeur d'Allic lui vint au nez. Oh mais il allait finir par bander. Reculant d'un demi-pas, il s'expliqua.
– Une journée de merde ? J'ai failli me faire tuer par Dahlia chez un chapelier figure toi… Tu m'as dit de me trouver un partenaire pour le bal non ? Un café noir pour moi s'il te plaît. Voilà, je te présente ma partenaire. Elle sera très efficace.
Grim ne comprenait pas tout parce qu'on lui cachait pas mal de trucs mais en gros ils devaient récupérer des infos sur le président dans son ordinateur tandis qu'Allic distrairait la famille du Président. Ils seraient des invités du bal et agiraient normalement avant et après le casse d'informations. Bien sûr, la récompense serait de taille. Après avoir expliqué ça et quelques autres détails à Alia, il se tourna vers Allic et n'eut qu'à lui dire que la fille était Diamond Thief pour qu'Allic puisse comprendre l'atout de taille qu'elle serait. De toute façon, Grim ne le ferait pas sans Alia. Il jeta un coup d'oeil au torse attirant du chef mafieux et se demanda le goût qu'aurait sa peau s'il venait à passer sa langue dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 77
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Comme en plein jour   Jeu 20 Aoû - 11:08


Elle était visible ou pas ? Alia en était venue à se le demander alors que Grim et le boss se dévoraient discrètement des yeux. Sérieusement, l'un semblait vouloir bouffer l'autre, ou alors elle se faisait de sérieuses illusions. Elle était à deux doigts de soupirer mais se retint, la blessure causée par la mort de son petit ami se ravivait parfois, dans des moments comme ça.
A coup sûr, elle ne pourrait pas user de son pouvoir de séduction avec ces deux-là. Sans doute qu'ils étaient intéressés par les formes phalliques. Mais oui, c'était évident maintenant ! Grim était gay, voilà pourquoi il avait su lui résister. De toute façon, hormis cette histoire de valise pleine d'argent, Alia n'avait aucune raison de leur jouer un tour. Elle était là pour un travail.

Quand Grim la présenta comme son partenaire, Alia se sentit très excitée. C'était vrai, cette fois. Elle allait vraiment bosser pour la mafia. Bien sûr, c'était très dangereux, inconsidéré, imprudent au possible… Comment résister ?
En apprenant qu'elle n'était nulle autre que la fameuse Diamond Thief qui faisait la une des journaux assez régulièrement, le mafieux leva sur elle un regard enfin plus intéressé. La vampire se retrouva devant une tasse qui débordait de mousse et se lécha le coin de la lèvre. Elle avait beau se nourrir de sang, elle ne disait pas « non » aux sucreries, comme en témoignait son engouement pour les gaufres de Giancarlo. Le boss ajouta une pluie de copeaux de chocolat noir sur sa mousse et déposa une minuscule cuillère sur le bar à son intention. Ouah, on savait recevoir dans la Famille !

« Merci ! » s'exclama-t-elle, certaine d'avoir des étoiles dans les yeux.

Alia s'assit sur le tabouret qu'elle occupait un peu plus tôt et attendit que le café noir de Grim soit près, alors que le boss s'occupait de la mousse de son propre cappuccino. Une odeur à la fois amer et sucrée montait aux narines de la vampire, qui n'avait plus qu'une hâte. Quand elle rentrerait chez elle, elle se rendrait sur Internet pour consulter les possibilités d'achats de ce genre de machine. Il lui en fallait absolument une !

« Au fait, je suis un vampire, moi aussi, comme Grim. Alors vous n'avez pas à vous inquiéter. Le travail sera fait mieux qu'aucun de vos hommes ne pourrait l'accomplir ! »

Le mafieux hocha la tête avec un air un peu distrait. Il ne semblait pas plus impressionné que ça, c'en était décevant. Ce type avait pris de la drogue ou quoi ? Non, il devait simplement être excessivement fatigué. Il avait bien dit avoir eu « une journée de merde ». Bien que Grim défendait sa propre expérience au titre de « pire journée », Alia avait des doutes. Cet humain semblait vraiment mal en point. Au moins, eux avaient gagné de l'argent et elle un job intéressant.

Devant leurs cafés, ils discutèrent ensuite de ce qui devait être accompli. La vampire songea à se retirer, il fallait tout de même infiltrer les appartements privés du Président de Modernis State ! Bien sûr qu'elle était capable de le faire, la question n'était pas là ! Malgré son talent, il y avait un faible pourcentage qu'elle se fasse choper, surtout en collaborant avec un inconnu. Grim était sûrement doué, mais elle n'avait pas eu la preuve de ses capacités en matière de discrétion. Après tout, il avait débloqué la situation chez le chapelier en prenant Dahlia de vitesse. En somme, il avait eu de la chance. Et on ne comptait pas uniquement sur la chance pour voler le Président.
Pourtant, à la fin du briefing, elle répondit :

« C'est compris. Vous ne serez pas déçu. Peut-on parler du paiement maintenant ? »

La somme s'avéra rondelette, bien que ça ne devait pas représenter plus qu'un grain de poussière dans les comptes du mafieux. Alia aurait presque été prête à laisser cette mallette pleine d'argent au blondinet. Presque.

« Bien, il se fait tard, je n'aimerai pas me faire arrêter pour vagabondage nocturne. Vous avez mon numéro en cas de problème. Bonne nuit ! »

Le boss semblait en avoir bien besoin. Elle termina le fond de sa tasse et se leva prestement, avant d'empoigner la valise en se baissant le moins possible, de la façon la plus fluide et naturelle possible. Avec un petit signe de la main, elle salua les deux hommes et prit la direction de la sortie de la villa. Pourvu que Grim ne remarque rien…

En chemin, elle se dit que dans quelques années, elle se paierait une maison comme celle-ci. Mais avec une décoration beaucoup plus fun !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Comme en plein jour   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme en plein jour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand nuit noire se fait en plein jour.
» Comme au premier jour [Pépite]
» Comme au premier jour. (Julia)
» Une attaque en plein jour [PV Solaris et Hibiki Komei]
» Pleine lune en plein jour!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-