Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 Any volunteer ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
God's Scientist
Messages : 15
Date d'inscription : 02/11/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Any volunteer ?   Sam 4 Juin - 10:44

ANY VOLUNTEER ?

L
e Toxic Bar était sans aucun doute le lieu le plus prisé de la Place pour ce qui était de se noyer dans l'alcool et de lier de nouvelles relations. Le patron était un cyborg humain dans la cinquantaine qui pouvait botter le cul aux vampires trop heureux de foutre la merde dans son précieux établissement. Les boissons étaient le plus souvent recouvertes d'un nuage de fumée, bouillonnantes et servies dans des verres sales. La propreté des lieux, en général, laissait à désirer. L'odeur de vieux fromage Junkyen – un met que seuls les plus courageux osaient tenter – vous assaillait les narines avant même que vous n'ayez fini de passer la porte. Les clients créaient un constant brouhaha, puisque le TB ne fermait jamais, il était toujours plein à craquer. Parfois, le patron était là pour gérer le bar et d'autres fois il laissait son robot bartender faire ses cocktails à l'huile de moteur.
Viktorr sourit largement en contemplant la salle pleine à la décoration hasardeuse. Les tables étaient faites de bois ou de métal, de récupération bien sûr, les sièges n'étaient pas plus accordés entre eux. Les murs de béton étaient couverts d'affiches, de dessins ou de morceaux de machine. L'hybride repéra d'ailleurs une capsule extrêmement rare qui pendait au lustre en fer forgé. Elle n'allait que dans les corps de certaines machines et devait être remplie d'un liquide à base de nitroglycérine, qui était encore plus rare. Evidemment, cela ne se trouvait que dans des robots destinés à effectuer des tâches très difficiles, il leur fallait une puissance phénoménale. S'il pouvait la voler sans que personne ne le remarque, il n'allait pas se gêner.

Viktorr traversa la salle, Adam sur ses talons, sans que personne ne prête attention à lui, et ce même lorsqu'il eut réussi à se jucher sur l'estrade. Un pied de micro rouillé l'attendait et Adam vint l'aider à décrocher l'appareil qui y était enchâssé, beaucoup trop haut pour lui. Il poussa le petit bouton et un bruit assourdissant rempli le bar. Tout le monde avait à présent les yeux rivés sur lui. Parfait.
Evidemment, il avait soigné son apparence. Son costume de velours et de soie était impeccablement propre, il voyait son reflet dans ses chaussures cirées et il avait plaqué ses cheveux gras en arrière. Cela faisait ressortir ses oreilles, ce qui le mettait en valeur.
Comme sa mère lui avait toujours dit que pour parler en public facilement, il pouvait imaginer les gens tout nus, Viktorr n'avait pas oublié ses lunettes noires qui lui permettaient de voir sous les vêtements. De son point de vue, il avait devant lui une horde de personnes à poil. Certains faisaient peur, tandis que d'autre, comme ce mec si bien bâti dans le fond, semblaient parfait pour de petites expériences.

« Bonjour à tous ! » lança-t-il sur un ton joyeux.

Le micro lui donnait une voix beaucoup plus grave et sexy qu'elle ne l'était normalement. Au moins, il avait obtenu l'attention et le silence.

« Je suis ici pour vous rendre un fier service. Dieu m'a guidé jusqu'à vous, pauvres hères. Vous en avez sûrement assez de vos faiblesses, n'est-ce pas ? Toi, là, l'humain ? Marre de risquer ta peau à chaque minute de ta vie ! Et toi, le vampire ? Tu es très fort, tu es au sommet de la chaîne alimentaire, mais tout le monde te craint et veut ta peau ! Vous savez ce qui serait cool ? Que vous tous deveniez parfaits ! Aimés de tous, sans plus de combats pour vous nourrir et dominer sur des critères raciaux. Parce qu'aux yeux de Dieu, nous sommes tous égaux. Nous sommes tous ses enfants ! »

La plupart des gens ne semblait pas comprendre de quoi il parlait, ce qui n'avait pas d'importance. Tout le monde semblait très emballé par ce qu'il racontait. Alors il poursuivit. Adam brandit une très longue feuille de papier un peu moisi par endroits, qui s'enroulait à ses pieds.

« Pour que ce futur soit possible, vous n'avez qu'une chose à faire ! Signer là ! Et alors, vous servirez la Science ET Dieu ! Bien sûr, il y aura des ratés et des morts, hein, on ne peut pas obtenir un miracle du premier coup. Ahahaaa ! Vous avez compris ? Dieu, miracle ? … Bref. Venez. »

Ces gens étaient stupides. Viktorr sauta à bas de l'estrade et se dirigea avec Adam jusqu'à une table inexplicablement vide. Il s'y assit et Adam resta debout à côté de lui après avoir déposé la liste encore vierge sur le plateau tâché, collant et poisseux. De la rouille mangeait le meuble. Viktorr glissa la main sous sa veste et en sortit un stylo tout mâchouillé. Il ne restait plus qu'à attendre les volontaires.

Etrangement, personne ne voulait venir signer. En fait, tout le monde le regardait avec méfiance. Mais merde ! Quand Viktorr insista, les clients s'énervèrent et le bartender roula à droite et à gauche sans sembler savoir quoi faire. Il ne devait pas avoir de protocole pour ce genre de situation.
Au terme de la dispute, le scientifique fut mis à la porte du Toxic Bar et Adam l'aida à se relever avant d'épousseter ses vêtements. Viktorr était extrêmement vexé et surtout très déçu.

« Ces gens se complaisent dans leur médiocrité. Ils méritent de mourir pour avoir un esprit pareil ! Adam, tu as le kit de secours ? »

Son serviteur sortit de son grand manteau un petit bidon d'essence et un gros briquet. Sur un signe de tête de Viktorr, il commença à asperger les murs du TB.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Any volunteer ?   Lun 13 Juin - 18:11


Any volunteer ?
❝Petit, qu'est-ce que tu fais ? ❞

❝ Scène 01 - Criminel❞


Toute sa vie, il avait protégé les gens. Durant la bataille contre Modernis State durant laquelle Yvan avait gagné son rôle de général, il avait gardé le trou dans les enceintes de la ville et avait sauvé des milliers d’humains et de vampires, pauvres et affolés. Durant sa vie à Modernis State, il avait protégé Ymilian de ses envies de sang. Et une fois revenu à Modernis State, il avait sauvé tous ceux qu’il pouvait. Elijah avait exigé de lui qu’il ne le suprotège pas mais cela ne signifiait pas qu’il ne pouvait pas le protéger. Il n’était pas taillé pour la Junkyard. Luscka lui même avait des doutes sur ses propres capacités de survie.
Alors oui, Luscka avait mit trois somnifères dans le sang qu’il lui avait tendu deux heures avant de passer. Il l’avait embrassé et lui avait laissé un mot pour lui ordonner de rester en sécurité chez Irvin. S’il était un prince, il n’en était pas moins un vampire et les modernis étaient imprévisibles.
En chemin, il s’était rendu compte de deux choses. Le soleil l’affaiblissait moins qu’avant et lui donnait même une puissance de feu assez spectaculaire. Il était toujours somnolent et ébloui mais il pouvait cracher du feu à un kilomètre auparavant. Ensuite, il y avait sa grotte dans laquelle il avait découvert des traces de griffures et ce qui ressemblait à un nid plein de cendres. Il avait automatiquement pensé avoir réveillé un dragon, un vieux dragon, comme il avait réveillé Irvin et Anabelle. Mais il ne pouvait rien faire, malheureusement.
Une fois arrivé, il avait rencontré une très épaisse cloison de béton. Bien sûr, Irvin l’avait prévenu à propos de l’enceinte mais il n’avait pas réussi à se procurer de PASS spécial donc il était bloqué à l’extérieur. En théorie. Le sommet se perdait dans le nuage et il se demandait si c’était en réalité un dôme. Il ne tarderait pas à le découvrir.
Avec sa force phénoménale, il planta son épée d’une main dans le béton et se rehaussa dessus. Empoignant sa seconde épée, il lui réserva le même sort. Il mettrait le temps mais il allait monter ce mur, pénétrer dans la Cyber Junkyard et trouver ce truc prophétique. Il savait bien qu’Elijah aurait probablement trouvé une autre solution mais il n’était pas là.
Au final, il mit toute la nuit à escalader le mur et il faisait bien jour quand il laissa son épée fendre le béton pour descendre en rappel. Il rangea ensuite ses armes et regarda ce qui l’entourait. C’était encore pire que ce qu’il pensait. Il n’était pas ici depuis cinq minutes qu’il avait déjà envie de partir.
Une autre chose le surprit violemment. Il faisait jour, il en était sûr. Mais les nuages recouvraient terriblement le soleil et il ne voyait pas une grande différence avec la nuit à Gothik City. Et l’air était horriblement pestilentiel. Il fronça le nez et décida d’arrêter de respirer. C’était vraiment insupportable.
En se promenant dans les rues, il se demanda si la ville avait eu un architecte en particulier ou si tout le monde avait bâti son petit truc comme ça. Yvan serait absolument catastrophé tandis que Lucie clamerait sans doute le manque de goût des gens de cette ville. Ils lui manquaient cruellement.
Sur le chemin, il repéra une maison à vendre et décida de s’y installer. L’écriteau était à moitié mangé par les mites de toute façon.

Au bout de deux jours, il avait acheté des nouveaux vêtements : un débardeur jaune doré, un pantalon gris très serré et une veste en flanelle très pratique. Il portait aussi en permanence un cache nez, et un manteau long et beige en cuir de druffle – il n’avait aucune idée de ce que qu’était cet animal – qui coupait remarquablement bien le vent. Il avait aussi apprit de nombreuses choses mais la principale était la plus désespérante : ce qu’il cherchait se situait dans les caves de la Tour Noire.
Il avait besoin d’un guide et on lui recommanda le Toxic Bar pour ce qui était d’en trouver un. Il avait besoin d’un Daven, c’était ce qu’on lui avait dit. Quand on en trouvait un, il pouvait nous mener aux autres et il avait besoin de rencontrer leur chef, d’après ce qu’il avait comprit. Il imaginait des petites créatures vieilles comme le monde et très sages mais il avait peut-être tort. Donc, après avoir enfilé ses habits pleins de poussière et les avoir agrémenté d’une boucle d’oreille en forme de plume jaune vif et de sa montre à gousset porte bonheur, il prit la route de ce bar au nom charmant.
Il arriva près d’un bar parfaitement immonde en termes de décoration extérieur – les poutres dépassaient de la structure bon sang ! – et se dirigea vers l’entrée. Un détail à sa gauche l’intrigua et quand il recommença à respirer, une odeur d’essence le saisit aux narines.
Il marcha d’un pas décidé vers ce qui semblait être deux adolescents mais au final s’avérèrent être de vrais adultes – dont un nain probablement. Il arrêta la main de celui au regard vide qui aspergeait le mur et le poussa en arrière.
“Je sais que cette ville est un dépotoir mais vous devriez éviter de mettre le feu à quoique ce soit ici. J’ai entendu dire que ce bar était construit sur une bombe à hydrogène qui pouvait rayer deux cités de la surface de la terre si elle était activée.”
Le grand à l’air de mercenaire avait juste l’air stupide mais le petit en costume avait quelque chose de pernicieux et d’intelligent. Il espérait que son accent gothik et sa parfait prononciation des syllabes ne dissuaderait pas les deux pyromanes de l’écouter.
“Bon, j’ai besoin d’un Daven, vous savez ce que c’est, little man?”
Non, vraiment, il ne pouvait pas se résoudre à imaginer autre chose que des petites boules de poil de moins d’un mètre avec un nez de cochon et des oreilles de lapin. Il avait vraiment des idées à la con à fréquenter cette ville … il avait hâte de rentrer.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
God's Scientist
Messages : 15
Date d'inscription : 02/11/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Any volunteer ?   Ven 17 Juin - 16:12

A
dam n'avait pas un cerveau très actif. Il fallait l'excuser, il était mort puis ressuscité. C'était déjà une grande victoire qu'il réussisse à tenir. Viktorr n'en n'était pas peu fier à vrai dire. Il le regarda faire en souriant légèrement, satisfait de sa créature. Qu'il était beau à faire ces grands mouvements tandis qu'il aspergeait le mur d'essence. Viktorr pouvait voir les muscles de son cou se tendre sous l'effort. Ses sourcils étaient froncés par la concentration et son nez plissé à cause de l'odeur forte du combustible. Quelle belle pièce morte-vivante ! S'il existait un prix du plus beau spécimen, il remporterait le trophée haut la main grâce à Adam. En plus, il avait un physique attrayant.

Son serviteur en était à trois murs sur quatre lorsqu'il se fit sauvagement repousser par un être au physique approchant la perfection. Bien sûr, il y aurait quelques améliorations pratiques à faire, mais globalement, il y avait de quoi exploiter. Il était même mieux que celui qu'il avait repéré dans le Toxic Bar. Viktorr l'écouta parler tout en se massant le menton, songeur. Il pourrait bien sûr l'inviter à participer à ses expériences, mais avec un seul cobaye à disposition, ce serait une pure perte de temps. Doux Jusus, que faire, que faire ? Il ne pouvait tout de même pas l'abandonner là ? A son accent, il n'était pas Junkyen, même s'il en avait le look. De toute façon, il n'avait aucune cicatrice, aucun membre ou organe en moins, alors il était peu probable qu'il soit d'ici. Viktorr avait déjà rencontré plusieurs personnes originaires de Modernis State, il devait donc être de Gothik City, cette si lointaine cité dont on entendait presque pas parler à Cyber. Parfois, les gens pensaient que ce n'était qu'une légende. Ou qu'elle avait disparu longtemps auparavant. Quand il était enfant, Viktorr était convaincu de ça en tout cas. Mais cet homme était bien la preuve que Gothik City était toujours debout.

Avant qu'Adam ne devienne agressif, Viktorr l'arrêta d'un geste. Une bombe à hydrogène ? Il ne savait pas si l'étranger disait la vérité, mais ça valait le coup de creuser. En tout cas, il n'allait pas prendre le risque de réduire toutes ses recherches à néant.

« Stop Adam, changement de plan. On crâme plus rien. »

Son serviteur entreprit alors de ranger le kit de secours. Viktorr songeait toujours à ce qu'il pourrait faire du Gothik. Il serait du plus bel effet aux côtés d'Adam. Il pourrait l'améliorer, un peu comme le scientifique l'avait fait pour sa propre personne. Un nez un peu plus gros et crochu ne pourrait lui être que bénéfique.

« Daven ? »

L'étranger l'avait affublé d'un surnom assez juste, alors Viktorr ne le prit pas mal. Ca expliquait pourquoi il aimait s'entourer de gens plus grands que lui. Adam était très grand. L'étranger encore plus. Oui, il serait parfait en nouvel assistant. Pourvu qu'Adam ne ressente aucune jalousie. Ou plutôt, pourvu que ce soit le cas. Ca voudrait dire que son premier serviteur était extrêmement bien réussi. Jusqu'à présent, il n'avait pas vraiment montré d'émotion.
Le scientifique réfléchit ensuite au problème de l'étranger. Il connaissait les Daven, de réputation au moins. Et il avait les moyens de contacter un ou deux d'entre eux. Tout dépendait de l'endroit où ils étaient installés. Ils avaient peut-être bougé depuis le temps. Viktorr ne les comptait pas vraiment parmi ses amis, en fait c'était même plutôt le contraire. Toutefois, il pourrait sans doute obtenir quelque chose de l'étranger en échange d'une bonne information. Ou bien, il pourrait faire mieux.

« Oui. Je peux même vous amener en voir un. Mais ce sera pas gratuit, vous vous en doutez. »

Il sourit de toutes ses dents, espérant ainsi faire passer plus doucement l'idée de devoir lui rendre service. Viktorr commença à marcher en direction d'une bicoque ou il avait déjà vu l'un des Daven absorber quelque chose de louche et fluo. Dans la Junkyard, c'était assez commun comme qualificatifs. Mais là, ça avait vraiment l'air très louche. Ces gens avaient des hobbies étranges.

« C'est pas grand-chose. Vraiment. Un petit service. »

Il continua à marcher un moment dans le silence. Il était plutôt d'accord sur le fait qu'il ne mentait pas. C'était un « petit » service. Sauf que la plupart des gens ne le voyaient pas comme ça.
Il fouilla à l'intérieur de sa veste en velours et en ressortit le contrat qu'il déroula en partie, avant de le tendre accompagné d'un stylo à l'étranger.

« Signez sur les pointillés. »

Il ne savait plus si les Gothiks savaient ou non lire, en tout cas l'abrégé Junkyen devrait lui poser assez de problèmes pour qu'il s'exécute sans poser de question. Il n'avait pas envie de refaire son discours, aussi convainquant soit-il. En plus, les non-Junkyens ne pouvaient pas aussi bien comprendre. Ils étaient égoïstes. Autre chose qui changerait lorsqu'il aurait atteint son objectif d'hybridation mondiale.
Il en vint du coup à se demander à quelle race appartenait l'homme.

« Vous êtes un vampire, non ? »

Ses yeux avaient cette lueur… Au mieux, il était un hybride. Dans ce cas, Viktorr lui trouverait autre chose à faire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Any volunteer ?   Ven 8 Juil - 12:59


❝ Scène 02 - Merry Mayhem ❞


L’homme était vraiment étrange. On aurait dit qu’il avait été rétréci au rabot, ce qui était extrêmement dérangeant mais même en passant outre sa petite taille et sa forme étrange, il avait quelque chose de malsain et d’inconnu dans le regard. Luscka n’aimait pas ça mais il avait peut-être besoin de lui. Et puis, il ne voulait pas juger quelqu’un qui pourrait être tout à fait sympathique sur son physique. Bon, okay, il avait essayé de brûler un bar mais quand même.
A Gothik City, cet homme aurait sans doute fait l’objet d’une peinture et d’un encadrement doré. Les gothiks aimaient les physiques hors du commun, ils les trouvaient amusant. Il n’y avait qu’à voir la popularité de la Comtesse, exagérément grande, du Sir Rozen Condé, si mince qu’on pouvait presque le cacher derrière un peuplier et de Sadlair, qui avait le visage d’un humain de quarante-cinq ans, légèrement ridé et très moustachu. Décidément, la cour était peuplé de bêtes de foire. L’arrivée des dragons serait une nouvelle distraction, sans doute.
Il savait déjà qu’il serait beaucoup plus populaire une fois qu’on saurait qu’il était le père des dragons. C’était une bonne chose, en quelque sorte mais il avait peur que sa popularité ne mette son nouvel amant mal à l’aise. Si Elijah voulait toujours de lui quand ils reviendraient à Gothik City. Il l’avait laissé là bas, tout seul. Il devait probablement être fou de rage mais Luscka ne pouvait pas souffrir le fait de le mettre en danger de façon aussi évidente.
Et puis, Elijah n’était pas un guerrier. Il était un invocateur de génie, un grand cerveau mais en terme de survie, ce serait probablement la dernière personne qu’il aurait voulu emmener avec lui. Il était probablement persuadé qu’il n’y avait pas de raison de paniquer, que la Cyber Junkyard n’était pas si terrible. Eh bien si tant de gens voulaient la quitter précipitamment, il devait probablement y avoir une bonne raison. En fait, Luscka avait déjà envie de partir.
Il avait eu envie de partir dès qu’il avait posé les yeux sur la station de bus la plus proche de l’entrée. Le bus, d’ailleurs, n’en était pas vraiment un. C’était un escargot géant qui allait environ à vingt kilomètres à l’heure et qui était équipé d’une selle de vingt à trente places. Il desservait le centre et donc, aussi, le Toxic Bar. Franchement, il ne savait pas pourquoi il s’était attendu à quelque chose de normal dans cette ville.
Il y avait aussi cette chose qu’il avait traversé la veille en cherchant à atteindre la Tour par lui même et qu’on appelait les Champs du Mal. Il comprenait pourquoi, après y être passé. Les morts vivants y poussaient comme des légumes, très rapidement. Ouais, il avait vraiment envie de quitter cet endroit et de retrouver son lit douillet, son feu réconfortant, sa famille, Willow, Elijah. Rien que penser à ses lèvres, douces comme des pétales de rose, lui donnait la force de ne pas juste abandonner.
Et maintenant, entouré de bâtiments de métal et de béton, il était perdu. Voilà pourquoi il avait besoin d’un guide et voilà pourquoi il avait besoin de ce petit homme biscornu qui aurait probablement fait un excellent bouffon à la cour d’Yvan Ier, en son temps. Il ne lui faisait cependant pas aveuglément confiance bien entendu. Cela aurait été stupide de sa place. Il savait très bien qu’il n’y avait que des gens intéressés dans cette ville, il l’avait bien comprit.
Quand le petit homme demanda - ou plutôt ordonna- à son grand dadais d’arrêter d’asperger les murs d’essence, le grand homme au regard vide sembla se mettre en pause. Il ignorait quel était le lien qui unissait ce mec et son copain et il n’était pas sûr de vouloir le savoir. Aussi ne dit-il rien, pour ne pas les provoquer inutilement. Il aurait voulu étudier un peu celui qui n’était clairement pas le cerveau du duo mais il n’avait pas de temps à perdre.
Celui qui semblait s’appeler Adam commença à ranger son bidon d’essence et ses allumettes, soigneusement. C’était presque ridicule. On se serait cru dans un de ces dessins animés qui passaient le matin à la télévision de Modernis State. Un petit intelligent, un grand stupide et un plan de conquête du monde. Enfin, en l’occurrence, plutôt de destruction du monde. A croire que l’infection ne suffisait pas.
Le plus petit répéta le nom qu’on lui avait donné et sembla intrigué. Il semblait réfléchir. Tout le monde savait parfaitement qui étaient les Daven apparemment alors soit ce charmant pyromane était du genre à s’isoler, soit il se foutait copieusement de sa gueule. S’il faisait mine de ne rien savoir, Luscka n’aurait qu’à entrer dans ce bar et demander des informations, comme il l’avait prévu initialement. C’était toujours bien d’avoir un plan B, surtout quand on traitait avec ce genre d’énergumènes.
Le petit homme lui affirma pouvoir le mener à un Daven, mais bien entendu, il demandait un prix pour ce service. Luscka avait comprit comment ils marchaient ici : par service et par troc. Il avait toujours la vieille montre de son père, dans son manteau, quelque part. Cela lui ferait mal de s’en séparer mais il ne voyait pas grand chose d’autre à donner. Et elle était en or pur, c’était apparemment un métal très recherché ici.
Il fit un grimace devant le sourire de l’autre et commença à le suivre, méfiant. Il ne voulait pas le contrarier, aussi hocha-t-il la tête quand l’autre essaya de minimiser le service qui devrait lui être rendu. Donc un service. Il était mi-inquiet, mi -soulagé de pouvoir garder la montre de son père. Elle était vraiment, vraiment très importante à ses yeux et s’il avait juste besoin de tuer des lapins carnivores pour avoir accès à un Daven, il le ferait avec joie. Bon, pas vraiment avec joie mais c’était déjà mieux que de donner son héritage à cet homme difforme.
Il jeta un regard sauvage à l’homme quand il lui sortit un contrat à signer et lui demanda s’il était un vampire. Fronçant les sourcils, il commença à lire mais ne comprenait pas grand chose. Aussi décida-t-il de ne pas risquer quoique ce soit et souffla une flamme, juste assez forte pour que le contrat ne prenne feu, sans incendier l’homme derrière.
“Je suis un dragon.”
Il fouilla dans ses poches et en sortit la montre de son père. Elle était d’un or brillant et le boîtier était gravé au nom des Von Hochen. En soupirant doucement, il la fit se balancer au bout de sa chaîne.
“Menez moi à un Daven et vous aurez ça. L’or a énormément de valeur chez vous non?”
A Gothik City, ce matériau coulait comme le sang. Tout était en or, là bas. Bon, pas vraiment tout mais beaucoup trop de choses au goût de Luscka. Des boucles de chaussures en or, des chaises en or, des couvertures de livre en or ... c’était beaucoup trop clinquant pour lui.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
God's Scientist
Messages : 15
Date d'inscription : 02/11/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Any volunteer ?   Ven 8 Juil - 18:37

Q
uelque chose approchait d'eux, Viktorr pouvait le voir par-dessus l'épaule de celui qu'il soupçonnait être un vampire. Plus exactement, il voyait quelque chose derrière le vampire, parce qu'il n'était pas assez grand pour voir vraiment par-dessus son épaule. Il réfléchit à ce qu'il avait emporté avant de partir du complexe. Ses lunettes qui lui permettaient de voir à travers les vêtements et quelques métal pas trop épais, mais elles ne lui seraient pas d'une grande utilité dans ce cas. Il lui semblait aussi avoir pris son vaporisateur de nuage rose, une petite fantaisie distrayante, mais dans ce cas précis, encore une fois, il doutait que ça serve. Il lui restait toujours la solution la plus évidente, mais il rechignait à l'utiliser. Après tout, elle était évidente. Mais bon, au moins elle serait impressionnante.

En attendant que le « danger » approche, il était là, avec son contrat à bout de bras et son stylo, à attendre que le vampire veuille bien le lire. Et surtout le signer. Viktorr jubilait sans le montrer. Le regard de l'étranger ne trompait pas. Il ne comprenait rien à ce qui était écrit. Parfait ! L'hybride allait lui apprendre à être utile à la société et à agir pour le bien commun !
Il lui tendit un peu plus le stylo en lui demandant s'il était bel et bien un vampire, et l'instant d'après, perdit le peu de sourire crispé qu'il affichait. Son contrat s'enflamma avant de partir lentement en cendres. Il s'effrita sous ses doigts et Viktorr laissa tomber les petits bouts gris qui restaient. Oh… Merde…
Il tiqua au mot « dragon ». Un dragon ? Mais les dragons étaient des créatures chimériques, elles n'avaient jamais existé… Oui, mais ce type venait de cracher du feu. Oh, mais c'était sûrement son don voilà tout. Ses pupilles fendues et développer ce pouvoir avaient dû suffire à lui tourner la tête. Tout de même… Il avait des doutes. Il voulait l'étudier.
Viktorr haussa le menton, en essayant de déceler un indice sur la véracité des propos de l'étranger.

« Un dragon, hein ? C'est bizarre, j'en n'ai jamais vu de dragon, moi. Vous devez vraiment être très unique. Admettons que je vous croie, j'aimerais vérifier quelques trucs. Vous savez, votre existence pourrait changer le monde de la science religieuse ! »

Ses yeux brillaient d'une excitation impossible à contenir. Si ce type était réellement ce qu'il disait être, alors les possibilités qui s'ouvriraient à lui seraient d'un domaine proche de l'infini. Même si l'infini n'existait pas à proprement parler dans la science physique.
Il frappa dans ses mains avec un petit air satisfait, sans parvenir à dissimuler son sourire impatient. Puis, il fit volte-face pour regarder Adam, qui n'avait pas bougé d'un pouce depuis la dernière fois qu'il avait posé les yeux sur lui.

« Donne-moi le désintégrateur. »

Adam fit surgir de son grand manteau un pistolet dont le canon était ceinturé d'anneaux transparents. Une sangle de cuir usé permit à Viktorr d'assurer sa position autour de son corps. Il abaissa ses lunettes et enclencha la fonction « amélioration » puis « zoom ». Après avoir chargé le désintégrateur, les anneaux se mirent à grésiller d'électricité. Il enclencha la gâchette et un rayon verdâtre qui lui aurait brûlé la rétine sans ses lunettes multifonctions sortit du canon à toute vitesse. Le recul le fit tomber sur les fesses. Quelques mètres plus loin, le zombie qu'il avait visé n'existait plus. Il ne restait qu'un petit cratère fumant dans le sol.
L'hybride se releva et fourra tout son matériel dans les bras d'Adam avant de se tourner vers le soit-disant dragon.

« Il a dû vous suivre. Vous venez des Champs du Mal, n'est-ce pas ? »

Ce n'était pas une vraie question. Evidemment qu'il venait des Champs du Mal. D'ailleurs, il se retourna une nouvelle fois avant d'entendre un semblant de réponse de la part du vampire/dragon/fou. Peut-être que ça aiderait de connaître son nom… Non, il s'en foutait. Un nom de code serait plus approprié. Il y penserait pendant le trajet jusqu'à son labo. Oui, son labo. Et non, il n'avait pas renoncé. Ce n'était pas un contrat parti en fumée qui allait le déstabiliser.

« Suivez-moi. »

Il partit, Adam à ses côtés. Si l'étranger ne posait pas trop de questions, il le mènerait au complexe facilement. Dans le cas contraire, il demanderait à Adam de le maîtriser.

« Heeeeyyyy ! Z'avez pas des petites boules roses ? »

Viktorr se stoppa, interloqué. A quelques pas de leur groupe gisait une femme dans la poussière. Et il n'avait pas besoin de l'avoir déjà croisée pour savoir qui elle était. Sur son t-shirt à peine tendu d'une poitrine quasi-inexistante, les lettres dorées « I'M A DAVEN » s'étalaient trop visiblement. Pourquoi les choses ne pouvaient-elles pas se passer simplement ?
L'hybride jeta un regard en coin à l'étranger. Est-ce qu'il savait lire ? Est-ce qu'il allait parler à cette pauvre créature complètement abrutie par les drogues ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Any volunteer ?   Lun 11 Juil - 23:42


❝ Scène 03 - Father ❞


En tant que scientifique, il pouvait comprendre que les gens puissent être assez fous pour se sacrifier pour la science ou sacrifier les autres pour la science. Certains pensaient même qu’il avait fait exprès de se faire infecter pour pouvoir trouver un remède à l’infection. C’était tout à fait faux bien entendu mais il en avait eu l’idée peu auparavant. Le destin lui avait envoyé un moyen d’aider le monde et ... eh bien il y était presque. Trouver cette relique était la dernière chose à faire pour compléter le rituel. Ensuite, il irait voir Kim.
Il savait qu’elle ne voudrait pas se sacrifier et il avait promit à Irvin de trouver une solution mais il avait du mal à imaginer comment. Il avait consulté plusieurs scientifiques ici et ils avaient tous des travaux troubles et incomplets sur la chose, que ce soit par absence de travail ou mort cérébrale.
Il ne s’attendait clairement pas à rencontrer un autre scientifique dans le coin, certainement pas au Toxic Bar. En fait, il était même assez surpris de l’apparence assez commune de cet homme. Certes, pour Luscka il était hors norme et très spécial mais il avait croisé des gens tellement bizarres depuis qu’il était arrivé ici. Or, il n’avait pas de tentacules, pas de couleur de cheveux extravagante, pas de pupille en forme de lune et pas de mitraillette à la place du bras, ce qui était une bonne chose. Même s’il avait un acolyte qui sentait la mort - de façon littérale - il n’était pas si extraordinaire. Pour un scientifique de la Junkyard.
En se demandant bien quelle serait les conséquences de cette brûlure du contrat, il commença à s’en vouloir un peu. Mais il n’allait quand même pas faire quelque chose de dangereux. Il ne pourrait plus rien rapporter à Gothik City après. Et l’idée de ne plus jamais revoir Elijah et Yvan lui était insupportable, aussi égoïste que puisse être cette raison. Oui, parfois, il était égoïste. Mais après avoir quasiment sauvé le monde, il pouvait bien se le permettre.
De toutes les choses possibles, il aurait voulu qu’Elijah soit là. Il aurait juste voulu le voir, pour regagner un peu d’espoir, ne plus se sentir si seul. Seul contre la Cyber Junkyard, ce territoire si hostile que même les scientifiques fous avaient peur les uns des autres et que les escargots géants se faisaient régulièrement tuer. Il savait parfaitement que cet endroit était sans doute le pire endroit sur terre - même si personne n’avait jamais regardé au delà des montagnes - mais il avait besoin d’y être.
Il sentit une présence dans son dos mais ce devait être quelqu’un qui allait au Toxic Bar. La démarche était titubante mais tout le monde avait ce genre de démarche ici. Ils essayaient peut-être d’être cools en se montrant détendus dans une ville apocalyptique. Oui, Luscka était persuadé que cet endroit était une ville que les Enfers avaient vomi.
Ni le scientifique ni son homme de main ne bougèrent alors ce ne devait pas être grand chose. Bien sûr, le petit génie - aha - s’anima après quelques instants de réflexion. Il affirma n’avoir jamais vu de dragon et dit qu’il pourrait changer le monde de la science religieuse. Pardon ? Depuis quand la science avait-elle quelque chose à voir avec Satan ? Il était un fervent croyant - comme chaque Von Hochen - qui se confessait chaque semaine pour confesser tout acte trop bon et être puni en conséquence mais il n’avait jamais penser à mélanger ça avec la science, qui était un tout autre domaine. C’était comme parler de couture religieuse ou prédire l’avenir dans les étoiles selon le signe sous lequel on était né.
Et puis, le petit homme demanda à son larbin de lui donner un désintégrateur. Luscka ne savait pas ce que c’était mais il n’aimait pas le son de ce nom. Il attendit de voir - il pouvait toujours se tromper - et quand le petit elfe mal-formé tira, il la rata. Quand il regarda derrière lui, la présence avait disparu. Oh, il n’avait peut-être pas raté en fait.
Le scientifique s’exprima de nouveau et Luscka hocha la tête. Un zombie l’avait suivi donc. Dooonc, ils étaient vraiment lents, parce qu’il s’était arrêté plusieurs fois et ne marchait pas très vite. C’était assez comique de l’imaginer enrager à ne pas pouvoir l’attraper.
Luscka ne cilla pas quand l’autre lui demanda de le suivre. Il était habitué à ce que des gens désagréables lui donnent des ordres, à commencer par Yvan. Il avait perdu l’habitude de leur dire de ravaler leurs ordres avec leurs dents. Dans un passé très lointain, il s’énervait pour un rien. Désormais qu’il y pensait, il trouvait son lui de l’époque réellement ridicule. Il n’aimait pas repenser à sa vie avant son retour, à chaque fois il se rappelait trop de mauvaise souvenirs.
Quand on les interpella, il tourna la tête. Il y avait une femme qui lui faisait regretter l’air du matin, frais et propre, de Gothik City. Il haussa les épaules calmement elle leur demandé s’ils avaient ce qui devait être de la drogue. Comme personne ne lui répondait dans l’immédiat, elle sembla se vexer et se redressa mieux. Sur son t-shirt, il reconnaissait le mot Daven. Est-ce que les Daven étaient des ... gens ? Invraisemblable. Mais à Modernis, la mode était bien de porter des messages étranges sur des hauts, ici ce devait être le cas aussi.
Il allait lui demander qui elle était quand il vit un éclat vitreux dans ses yeux. Il le reconnut tout de suite pour l’avoir vu dans le miroir de nombreuses fois. L’infection. Il sortit son épée géante de son dos quand elle se jeta sur lui mais cela ne la dévia pas de sa trajectoire : elle se dirigeait vers le petit homme en réalité. Elle eut le temps de le mordre à pleine dents avant que son homme de main de lui assène un coup sur la nuque, qui ne la vit pas lâcher prise. Le garde du corps perdit un bras dans le processus, ce qui ne semblait pas l’affoler.
Il allait frapper un grand coup pour trancher sa tête quand celle-ci vola et l’éclaboussa. Un homme descendit de l’immeuble qui leur faisait face et atterrit avec la légèreté d’une plume. Il portait des vêtements en cuir, noirs, striés de bandes et de boucles dorées, un long manteau noir et un long chapeau de la même couleur. Ses cheveux semblaient à la fois très propres et très sales, ce qui semblait être commun à la Cyber Junkyard. Il rangea son fusil d’assaut dans son dos et sourit au petit groupe.
“Il ne me semble pas vous connaître. Or, je connais tout le monde.
- Luscka von Hochen, je viens de Gothik City chercher un artefact dans la Tour Noire.”
L’autre ne sembla même pas s’en étonner et lui tendit sa main gantée de cuir. Il portait un poing modernis au dessus de chacun de ces mêmes gants.
“Zashch Daven. Protecteur de la Junkyard.”
Oh donc les Daven étaient des gens.  Luscka était vraiment déçu pour le coup, mais tant mieux, ce serait plus facile de le suivre du coup.
“Je suis désolé pour votre ... parente.”
L’autre vampire - un humain ou un hybride n’auraient pu pu tomber de douze étages et atterrir si facilement - regarda le cadavre sans tête et haussa un sourcil avant de comprendre.
“Oh non, elle n’est pas de ma famille. Enfin, je ne crois pas. Ça va être dur de l’identifier maintenant.”
Le Daven émit un petit rire moqueur avant de hausser les épaules. Okay, les Junkiens. Zashch se tourna ensuite vers le scientifique, qui avait été salement amoché.
“Désolé Viktorr, mais tu comprends, je ne peux pas laisser la Maladie de la Tour s’étendre de trop.”
Il tira une machette d’un fourreau attaché à sa ceinture et prit de l’élan pour frapper. Luscka retint sa main et l’autre lui lança un regard de reproche. Il ne savait pas pourquoi il faisait ça et aider ce pyromane en puissance mais il ne voulait pas voir un mort de plus alors qu’il pouvait l’empêcher.
“Je peux le soigner, le sauver. Il me faut juste un laboratoire. Viktorr, vous avez un laboratoire, non ? Vous pouvez nous y emmener ?”
Il avait ce qu’il fallait sur lui mais il lui fallait un peu de vent et rien de plus impossible que de faire tenir un feu en extérieur à la Junkyard. S’il s’y prenait bien, le scientifique n’aurait presque aucun effet secondaire. Mais ça dépendrait de son taux de coopération aussi.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
God's Scientist
Messages : 15
Date d'inscription : 02/11/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Any volunteer ?   Mar 12 Juil - 9:28

L'
attitude de Viktorr au sujet des drogués différait presque autant que son attitude envers les gens en général. Après tout, à la Junkyard, quasiment tout le monde était drogué. Il y avait différents degrés cependant, allant de la détente extrême à la violence exagérée. Cette fille, cette Daven à en croire son t-shirt (à moins qu'elle l'ait volé à un véritable Daven gisant mort quelque part à cette heure), pouvait être rangée dans la première catégorie. Elle avait du coffre, mais ses muscles étaient si mous qu'ils en semblaient atrophiés. Pourtant, elle était étrangement fascinante. Les trois compères – Adam ne comptait pas vraiment cela dit – la fixèrent sans lui répondre. Viktorr était en train de se demander s'il pouvait tirer parti de son état et faire quelque chose d'utile d'elle quand elle se leva comme si elle avait été sur un ressort, se précipitant sur eux. Le bruit du métal fendant l'air fit tourner la tête de Viktorr, mais ce geste était inutile. C'était après l'hybride qu'elle en avait et le désintégrateur était complètement déchargé ! Il eut beau malmener la gâchette, rien ne sortit du canon, à part une pathétique étincelle.
Adam se précipita, trop tard. La fille attrapa Viktorr en serrant ses épaules avec force, puis enfonça ses dents dans son cou.

« AAARGH ! CATEGORIE VIOLENTE ! CATEGORIE VIOLENTE ! »

Viktorr agita les bras, attendant qu'Adam le délivre. Mais son serviteur n'avait apparemment pas la force nécessaire pour le débarrasser d'elle. Quel incapable ! Quel nul ! Il allait le recycler en chair à pâté et en nourrir son prochain serviteur !
La seconde d'après, la tête de la fille explosa, l'éclaboussant de sang et de matière cérébrale. Finalement, Adam pouvait être utile. Mais comment… ?
Un bruit de vent s'engouffrant sous des vêtements l'alerta et il vit un homme au visage souriant atterrir près d'eux. L'enthousiasme de Viktorr disparut quand il le reconnut.

« Oh, super,
marmonna-t-il. Zashch Daven. »

Ce type affirmait être le protecteur de la Junkyard. Pourtant il entravait tout le temps ses travaux en empêchant Adam de ramener des cobayes. Il était plutôt un agent du chaos et de la régression, oui !
Viktorr croisa les bras, mécontents, alors que les deux autres hommes se tapaient la discut'. Lui-même se moquait bien d'avoir été mordu par cette vampire ou même éclaboussée de son sang. Alors quand Daven se tourna vers lui en arborant un regard hostile, il se sentit un peu perdu. C'était toujours comme ça avec Zashch ! Il lui balançait des trucs moraux à la mords-moi-le-noeud qui avaient le don de le troubler. IL DESTESTAIT ETRE TROUBLE ! Ou même PERDU !

« Calme ta joie Daven, je ne suis pas malade. »

Il eut un mouvement de recul et Adam vint se placer devant lui. Son épaule saignait. Oh, il avait encore perdu un bras, cet incapable !
Zashch avait les yeux brillants, sans doute à cause de la joie anticipée de le tuer, après tout ils ne s'étaient jamais entendus, mais le dragon lui cassa son ambiance solennelle en affirmant qu'il pouvait le guérir. Daven abaissa sa machette – il comptait vraiment le finir comme ça, c'était brutal ! et sourit aussitôt. Mais quel enflure, il savait bien que c'était se donner de la peine pour rien. L'étranger allait essayer, échouer, et Viktorr allait finir sans tête. Sauf s'il trouvait un moyen de s'enfuir. Ou de se guérir lui-même. Il lui semblait tout de même qu'il était plus doué qu'un étranger pour soigner !

« Hum… Okay. Allons à ton labo, Torr.
-C'est VIKtorr, Daven. Et toi, ramasse tes affaires, quelqu'un pourrait marcher dessus ! »

Adam récupéra son bras et ensemble, ils se dirigèrent vers le complexe scientifique. Il leur fallut une petite demi-heure pour y parvenir. La Tour Noire était plus clairement visible à présent. Viktorr crut voir un éclat lumineux transperçant l'épaisse de couche de nuages qui cachait le sommet de la tour, mais il avait dû rêver. Il saisit le bras arraché d'Adam et plaça son poignet devant le scanner. La puce activa l'ouverture de l'immeuble légèrement penché et enfoncé dans le sol, la porte coulissa en s'ébranlant et grinçant, puis les néons verdâtres du rez-de-chaussée s'illuminèrent les uns après les autres. Viktorr s'avança dans le hall et se déplaça entre les sièges aux coussins de velours rouge éventrés et sales. Un type à la peau grumeleuse patientait derrière le comptoir de la réception, dans un costume bizarre qui partait en lambeaux. L'hybride ne lui prêta pas d'attention même si le type semblait impatient à l'idée qu'on lui adresse la parole. Viktorr ne lui avait parlé qu'une seule fois : le jour où son maître était décédé et qu'il avait pris possession de son appartement.
Dans l'ascenseur, Viktorr trouva que la cage était un peu étroite pour eux quatre. A part lui, tous étaient très… Larges d'épaules. Massifs. Grands. De vraies bêtes. Il aurait aimé qu'ils soient tous à ses ordres. Mais le seul qui l'était contemplait un duel de mouches radioactives d'un air hagard, en tenant son bras qui dégoûtait lentement de sang sur le sol. L'hybride ne retint pas son soupir de soulagement quand les portes de l'ascenseur s'ouvrirent et il fut le premier à sortir.
Il ne ralentit pas et se dirigea vers son fouillis de bouteilles et de fioles, remplies de liquides aux couleurs variées. Il en choisit un après quelques secondes, qui contenait une pâte vert foncé.

« Il me reste un peu de panacée. Adam, prépare les nouilles. »

Il hésita en fixant les deux autres, puis ajouta sur le ton du regret :

« Pour trois. »

Pendant qu'Adam cuisinait avec son unique bras, Viktorr examina sous la grosse loupe celui qui avait été arraché. Il allait avoir du travail pour le remettre en place, cette fille avait vraiment saccagé l'articulation. Les Daven … !

« C'est bon, asseyez-vous tous les deux. J'ai pas besoin de quelqu'un pour me soigner. Par contre... »

Il repoussa le bras d'Adam et enfila ses lunettes-loupes avant d'attraper une seringue et de se diriger vers l'étranger.

« Je dois vous prélever du sang. Laissez-vous faire. »

Il chercha à attraper son bras. A côté, Zashch avait la main sur le manche de sa machette. Viktorr allait profiter de son hésitation pour prendre ce qu'il voulait.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Any volunteer ?   Mer 10 Aoû - 14:48


❝ Scène 04 - Healing ❞


Quand il était petit, il aimait courir partout, s’amuser avec ses amis et jouer avec les petits soldats d’Yvan parce qu’ils étaient encore mieux que les siens. Il se souvenait encore de son père, rompu aux mondanités, avec sa petite moustache parfaitement recourbée sur les côtés, de sa mère dans sa magnifique robe bouffante bleue, de la douceur de ses gants en dentelle sur sa peau d’enfant et de ses cheveux noirs toujours lâchés dont il avait hérité. Ils lui manquaient, tout Gothik City lui manquait et il commençait à avoir le mal du pays.
Les notes de ses parents, passionnés par la médecine et l’art de forger, le suivaient partout et il ne pouvait s’empêcher de les relire de temps en temps. C’était d’ailleurs comme cela qu’il avait vaincu l’Infection. Grâce à une toute petite note en marge de sa mère. Son écriture parfait s’étendait dans un petit coin de page précisant agréablement que tout le monde pouvait mettre la main sur des racines de pommier, un stérilisant parfait pour les virus mutagènes.
Il avait été fou de douleur quand ils étaient morts. On ne cessait de lui répéter qu’ils avaient bien vécu - sa mère avait plus de quatre mille ans et son père deux mille de moins - mais il s’en fichait. Il n’avait même pas passé un millénaire avec eux quand Yvan avait toujours ses parents. Il avait essayé de les ramener d’entre les morts, de faire revenir leurs âmes dans des corps humains fraîchement décédés. Il avait commit des atrocités que le Code des Médecins réprouvait de toute sa constitution. En vain.
Alors oui, il comprenait ce fou qui voulait recruter des cobayes, quelles que puissent être ses motivations étranges. Il savait parfaitement que tous les Junkyens avaient des problèmes mentaux mais il se doutait aussi que son diplôme de psychologie n’aiderait en rien. Il savait tout aussi bien qu’il aurait dû laisser ce monsieur Daven tuer le pyromane mais il ne pouvait pas faire ça. Après toutes les choses horribles qu’il avait fait dans sa vie, il essayait de répandre le bien le plus possible, histoire de balancer un peu son karma.
Il y avait toujours un risque que quelque chose tourne mal, bien entendu, mais au pire, Daven avait toujours sa machette sous la main et il semblait prêt à la dégainer à tout moment. Pratique.
Il examina la corps désormais sans tête de la personne infectée. Elle avait un pistolet à la taille, bien  caché, mais elle n’avait rien fait pour s’en servir. La maladie avait un effet bien spécial sur les junkyens. Ils semblaient aller bien jusqu’au moment de perdre complètement les pédales. Et c’était vraiment terrifiant. Cette fille avait dû être quelqu’un de bien dans son passé, malgré la crosse de son arme, gravée d’un majestueux ‘SALOPE’ et une probable addiction à la drogue. Il devait arrêter ça.
Il déclipsa doucement le holster du fusil à pompe qu’il avait acheté la veille, juste au cas où Daven ne serait pas assez rapide et il laissa le professeur Hell ouvrir la marche. Il se demandait bien sur quoi exactement portaient ses recherches. Il ne pouvait pas avoir un spectre de recherches bien étendu, généralement on ne s’éparpillait pas trop, de peur de ne jamais trouver de réponses à ses questions mais les Junkyens étaient tous si spéciaux, il avait du mal à déterminer leur caractère général avec un minimum de précision.
Apparemment, Viktorr n’avait pas l’air ravi de voir celui qui lui avait sauvé la vie. Il ne le remercia pas, sans doute par peur de s’étouffer avec sa reconnaissance - les junkyens étaient si peu polis - et la tension semblait très élevée entre eux.
Il regarda avec curiosité le jeune homme, Adam, qui avait énormément de mal à se rassemble - de façon littérale. Un zombie, une créature de la nuit ? Il n’arrivait pas à savoir quelle était sa nature mais il sentait légèrement la putréfaction. Le professeur Hell travaillait donc sur les résurrections ? Une pointe de jalousie lui perça le cœur, pour se fondre dans le dégoût la seconde d’après. Il ne voulait pas revoir ses parents dans le même état que ce mort vivant.
Sa mère était une dévote, pire que lui, elle était persuadée que tout arrivait par la volonté du Tout-Puissant, du Malin. Elle pensait que chaque petite chose du quotidien était le résultat de la réflexion de Satan et arrivait pour une bonne raison, pour que de choses meilleurs arrivent par la suite. Grâce à cela, elle arrivait à ne jamais être vraiment énervée par des choses cassées, des amis morts ou un poulet brûlé. Luscka avait essayé d’embrasser sa façon de vivre après sa mort mais il n’y arrivait pas. Peut-être plus tard. Quoiqu’il en soit, elle n’aurait pas voulu être ramenée sous cette forme.
Ils cheminèrent ensemble dans un silence relatif et Luscka essaya de remettre ses idées en place. Viktorr Hell semblait être un scientifique travaillant sur des résurrections, Adam devait être le fruit de son travail et lui servait de garde du corps et Daven ... eh bien il devait aimer chasser les infectés. Il disait être le protecteur de la Junkyard et sentait comme un vieux sac de charbon, il n’avait pas l’air de vouloir faire du mal à Luscka.
Une fois arrivés au laboratoire - assez mal entretenu - le scientifique affirma qu’il avait de la panacée. Sans doute un remède de grand mère absolument inefficace. Il sortit son kit spécial d’intervention et commença à préparer sa seringue, très calmement. Après l’avoir soigné, il devrait s’en aller au plus vite, le sort du monde ne pouvait pas attendre qu’il mange des nouilles.
Il sortit son briquet et commença à chauffer sa seringue. Quand le liquide à l’intérieur serait en train de bouillir, il faudrait encore attendre que cela repose un peu. Mais le scientifique ne lui laissa pas le choix. Il essaya de lui prélever du sang et Luscka le laissa faire. Il savait que sa peau était plus dure que l’acier. Et quand l’aiguille de sa seringue se cassa sur son épiderme, il en profita pour sortir sa propre seringue et injecter copieusement la solution herbacée dans les veines du petit homme.
Il retira son aiguille assez rapidement et porta un coup rapide et puissant à Adam qui venait aider son maître. Assommé, le zombie tomba à terre et Luscka saisit le scientifique par le col.
“Vous devriez vous allonger, buvez beaucoup et ne sortez pas trop. Avec de la chance, vous ne deviendrez même pas un dragon.”
Il le relâcha et lui sourit doucement, faisant une courbette par habitude. Il avait hâte de se tirer de cette décharge. Mais quand il jeta un coup d’œil dehors, il constata que la tempête habituelle dehors avait doublé, voir quadruplé d’intensité.
“Putain mais c’est pas vrai ... les nouilles ont intérêt à être bonnes.”
Il regarda Adam qui venait de reprendre connaissance avec une flamme dans le regard, de façon à bien lui faire comprendre qu’il ne devait pas essayer de faire quelque chose, à moins de vouloir être séparé d’une autre partie de son corps que son bras.  



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
God's Scientist
Messages : 15
Date d'inscription : 02/11/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Any volunteer ?   Dim 14 Aoû - 12:24

L
a Panacée était une poudre multicolore qu’il avait mis au point avec son mentor. Elle réagissait à l’humidité et son goût atroce était atténué par les épices fortes. Viktorr, quand il lui arrivait d’être malade à cause des émanations de ses expériences, en saupoudrait un peu ses nouilles, qui étaient fortement pimentées. L’éminent sous-cerveau qu’était son voisin McDough avait soulevé l’hypothèse ridicule que c’était le piment lui-même qui guérissait ces infections légères. Complètement stupide. La Panacée fonctionnait ! Il l’avait vue à l’œuvre, et puis elle devait bien servir à quelque chose, non ? Si ce n’était pas à soigner tout et n’importe quoi, alors qu’est-ce que ça pourrait être ?
Mettant son remède miracle de côté pendant que les nouilles bouillottaient dans leur eau jaunâtre, Viktorr choisit de s’occuper du beau vampire. S’il parvenait à réaliser un croisement avec cette force de la nature au physique très basique, il pourrait bien arriver au bout de ses expériences. Bien sûr, l’apparence ne disait pas tout et il lui faudrait engager de longs processus d’analyse ADN, quelques essais et pour ça, il allait devoir synthétiser en masse son matériel génétique. La masse de travail qui l’attendait l’excitait au plus haut point ! Il avait des possibilités sérieuses de réussite maintenant ! En plus, depuis peu, il savait que la création d’êtres complets était possible grâce au croisement de matériel génétique. Des instituts bien cachés – mais pas tant que ça – en avaient fait leur principale activité. Quel était leur but ? L’hybride n’en savait rien du tout. Et il s’en foutait pas mal. Seule l’intéressait la preuve que c’était possible.
Il approcha la seringue du bras de Specimen 0 et ne trouvant aucune résistance, planta son aiguille dans la peau. C’était au moins son intention, mais l’acier se brisa avant de trouver une veine, éclatant au visage de Viktorr qui, heureusement, portait toujours ses lunettes. L’un des débris rebondit sur son verre fumé, il se laissa assez surprendre par l’impact pour ne pas remarquer tout de suite la douleur dans sa chair. Il lâcha un petit gémissement aigu qui alerta Adam mais décidément, avec un bras en moins, sa créature ne valait plus grand-chose. Il se laissa mettre au tapis par le vampire, qui avait atteint son but. Que le Tout-Puissant Créateur le foudroie ! Viktorr se massa le bras à l’endroit où perlait une goutte claire de son sang, il n’oublia pas de porter un regard noir sur Daven, qui n’avait pas esquissé un geste pour le sauver. Défenseur de la Junkyard, mon cul ! Il ne bougea pas non plus quand Specimen 0 saisit son col, le soulevant du sol sans aucune difficulté. Le regard de Viktorr était bien caché derrière ses lunettes mais si ça n’avait pas été le cas, le vampire aurait eu une idée de tout le mépris qu’il lui inspirait à ce moment-là.
Revenu au sol, Viktorr avait déjà oublié les recommandations de Specimen 0. Ce qu’il avait dit à la fin l’intriguait et le gourmandait. Il quitta sa veste en velours et enfila sa blouse blanche, jaunie et trouée par les expériences. Grommelant, il alla se servir un bol de nouilles qu’il saupoudra généreusement de Panacée. Il n’avait pas confiance en ce vampire. Ignorant l’utilité d’Adam, qui l’avait bien déçu, l’hybride prépara aussi deux autres bols. Apparemment, Specimen 0 avait décidé de rester. La tempête n’était pas particulièrement dangereuse pour qui savait se protéger un minimum, mais l’hybride n’allait certainement pas le mettre au courant. Zashch tint sa langue aussi, par oubli, stupidité ou une autre conclusion de son esprit sous-doué. Quand les plats furent tous disposés sur la table, avec des baguettes en plastique, il s’installa et commença à rageusement avaler ses nouilles (après sa prière rituelle bien sûr). Après deux bouchées, la colère avait disparu. Il réfléchissait à un moyen de prélever du sang à S0. Il avait la peau dure, mais il pouvait saigner, il en était sûr. Ce qu’il lui fallait, c’était juste…
Son visage pivota en direction de Daven, qui aspirait ses nouilles avec bonhomie et projections. Il refuserait sûrement. Ou alors l’autre… Il devrait se montrer malin. Heureusement, il connaissait ce labo comme sa poche, alors que c’était impossible de ne pas être surpris par quelque chose sortant de tout ce fouillis quand on y venait la première fois.
Sans l’avoir terminé, Viktorr repoussa son bol, en direction d’Adam. Le mort-vivant n’avait pas besoin de se nourrir, il évitait même d’avaler quoi que ce soit. Mais des nouilles… Ce n’était pas grand-chose et puis le scientifique savait qu’il adorait les choses très fortes, ses papilles défraîchies ne lui permettaient plus de ressentir beaucoup de goût.
Sans laisser le temps aux deux autres de lui poser des questions, Viktorr se faufila entre deux tables perdues sous des pièces de machine qui semblaient ne rien pouvoir faire ensemble et actionna un levier grinçant, qui se trouvait entre deux autres. Des tubes d’acier trempé jaillirent alors du sol, là où S0 était assis. La chaise fut renversée et le vampire solidement ligoté. Il mettrait du temps pour en venir à bout, juste assez pour que l’hybride obtienne ce qu’il veule.
La surprise lui laissa aussi la possibilité de s’emparer d’un autre désintégrateur, un prototype particulièrement instable – il espérait ne pas avoir à s’en servir. Une lumière clignotante et des éclairs sur le canon indiquaient que l’arme était chargée. Pointée sur Daven, elle était assez menaçante pour l’empêcher de se saisir de sa machette. Viktorr lui lança une fiole que l’autre attrapa prestement.

« Mords-le et remplis ça. »

Si une seringue ne pouvait percer la peau de ce vampire, la mâchoire puissante d'un autre de son espèce le pourrait certainement.
Evidemment, Daven ne pouvait pas s’empêcher de faire un trait d’esprit.

« Le monsieur a dit que tu devais te reposer, Torr. Je suis presque sûr que menacer quelqu’un de mort est mauvais pour ta santé.
-Fais-le, c’est tout ! Sinon je te désintègre !
-Tu me ferais pas ça quand même ? »

Si le désintégrateur n’avait pas besoin d’un temps infiniment long pour se recharger, Viktorr aurait bien réduit sa jambe en poussière pour l’exemple. Il ne répondit rien, gardant son bras droit et son visage impassible. Daven finit par se rapprocher de Specimen 0, un air désolé sur le visage. Tant pis pour eux si l’expérience était un calvaire. Ils n’avaient qu’à être plus coopératifs !
Ô Dieu ! pensa Viktorr. Aide-moi à réussir ça ! Pour le bien de tous tes enfants.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Any volunteer ?   Sam 3 Sep - 13:19


❝ Scène 05 - Breakdown ❞


Adam était assez fascinant et Luscka était vraiment désolé d’avoir dû le frapper pour assurer sa propre défense. Il était peut-être muet, d’après ce qu’en savait le scientifique du moins,  mais il était un mort vivant presque parfait. Il aurait pu se pointer au concours de Mister Living Dead et le remporter haut la main. Bien entendu, il avait des imperfections - ce bras qui tombait par exemple - mais Luscka aurait aimé l’étudier.
Il regarda sa montre qui indiquait environ neuf heures du matin. Avec cette tempête éternelle, rien n’était moins sûr. Le jour et la nuit n’avaient que peu de différence et, même pour un œil de vampire, le seul moment où on était bien sûr que c’était le jour était quand un rayon de soleil réussissait à percer la couverture nuageuse, vers midi.
Quoiqu’il en soit, avec la tempête dehors, il ne pouvait pas partir. Il était presque sûr que tout ce qui était dehors tenait parce que les constructions junkyennes étaient prévues pour résister aux ravages du vent destructeur qui sévissait dans la ville. Si on pouvait appeler ça une ville. Plus Luscka restait à la Cyber Junkyard et plus il trouvait qu’elle portait bien son nom.
Il se rassit, si rageusement qu’il entendit le pauvre tabouret craquer sous ses fesses.  Bien entendu, de nombreuses choses se succédaient dans sa tête et il était convaincu que Hell tenterait quelque chose mais, puisqu’il était intelligent, peut-être ne tenterait-il rien. Peut-être même que quelque chose ferait qu’il soit obéissant et sage.
Quoique ce soit, il aimerait vraiment que cela agisse maintenant, parce qu’il détestait rester avec quelqu’un qui voulait faire de lui un sujet d’expérience. Comme tout le monde d’ailleurs, sans doute était-ce pour cela que le laboratoire de Viktorr n’était pas rempli de joyeux infectés prêts à servir la science. Tout simplement parce que personne ne voulait mourir pour la science.
Consultant de nouveau sa montre, Luscka constata qu’elle indiquait cinq minutes avant neuf heures. Merde, cela ne faisait qu’une minute qu’il avait regardé l’heure ? Il détestait ça, attendre. Les nouilles qui chauffaient toujours avaient tout intérêt à être délicieuses parce que sinon, il n’en aurait rien à faire de la tempête et s’en irait vers la Tour Noire.
Il n’en avait pas goûté beaucoup mais la dernière fois, il avait tout simplement tout revomit. Il était un vampire, même à moitié dragon, et n’avait pas un sens avancé du goût comme les humains mais, bon sang, les nouilles de Canoga Park ne laissaient aucune place à une émotion gustative positive. Il avait été malade une bonne journée après cela.
Quand les nouilles furent servies, il commença à les manger. Elles n’avaient pas vraiment beaucoup de goût mais elles n’étaient pas horribles au moins.  Il ne comprenait pas l’engouement des junkyens pour les nouilles mais cela leur faisait un point commun avec les modernis, qui semblaient avoir une certains fascination pour les pâtes.
Il avait mangé dans un restaurant avec Irvin et on ne lui avait proposé que cela. En accompagnement ou en plat principal, les pâtes étaient partout. Il s’était senti désolé pour tous les gens allergiques au gluten - Irvin lui en avait parlé pendant un moment de discussions médicales - et avait juste prit un steak saignant et des pâtes de pomme de terre - comme quoi, ils faisaient vraiment des pâtes avec tout.
Il se débrouillait assez mal avec des baguettes, surtout en plastique, mais il s’était adapté au fil des jours. Et il était toujours plus propre que Daven, qui semblait essayer de manger le plus vite possible. Luscka ne comprenait pas pourquoi, après tout, la tempête faisait toujours rage dehors.
Il avait récemment eu le privilège de s’entretenir avec quelques junkyens et avait découvert qu’ils étaient encore plus pressés que les modernis, qui avaient pourtant un niveau de stupidité assez élevé quand il s’agissait de se rendre d’un point A à un point B. Les junkyens étaient comme des petites créatures hyperactives qui se démenaient pour survivre, mais survivre vite.
Alors qu’il était en train d’avaler ses nouilles, Viktorr initia un mouvement et, sans pouvoir rien y faire, Luscka se retrouva ligoté par de puissants tuyaux électroniques. Il essaya de se débattre mais ils étaient bien puissants. Ce mec allait avoir son sang et ensuite ... qui savait ce qu’il en ferait ? Franchement, Luscka n’en savait rien et c’était ça qui était terrifiant.
Le petit homme vicieux demanda ensuite à Daven de lui prendre du sang, sous menace de se faire désintégrer. Les sourcils aussi froncés que ceux d’Yvan quand on venait de déranger les armes sur ses murs, il essaya une nouvelle fois de se défaire de l’emprise des câbles, qui relâchèrent un peu leur emprise.
L’autre vampire se rapprocha et commença à extraire son sang. Le tube était rempli aux trois quarts, quand Luscka, plus énervé que jamais, s’enflamma. Il ne se savait pas capable de cela et remarqua à peine Daven qui sautait sur le côté, lâchant le tube de sang. Se dirigeant droit vers Hell, il le vit tirer mais ne ressentit rien. Il se rapprocha de lui et le fit reculer jusqu’au mur.
“Vous deux allez me mener à la Tour Noire, maintenant. C’est non négociable et la seule raison pour que je ne te tue pas. Est-ce que c’est clair ?”
Quand le feu qui entourait son corps s’éteignit, les sourcils de Viktorr étaient en feu et Adam lui versa un verre d’eau sur le visage pour limiter les dégâts. Ce qui était relativement inutile puisque seuls quelques poils racornis subsistaient sur la peau rougie.
Il recula et regarda Daven qui avait l’air aussi surprit qu’émerveillé. Si Willow avait été avec lui, elle l’aurait sûrement encouragé et applaudit. Elle était tellement proche de tout ce qui concernait le feu.
Il attrapa Viktorr par le bras, assez violemment pour lui faire face et le poussa jusque vers le petit ascenseur qu’ils avaient emprunté pour monter jusqu’ici. Ils avaient été à l’étroit mais il ne pouvait décemment pas repartir par la grande fenêtre qui donnait sur le dehors. En temps normal, il aurait pu, mais avec les vents, il pourrait facilement se faire écraser contre les remparts de la ville.
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
God's Scientist
Messages : 15
Date d'inscription : 02/11/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Any volunteer ?   Jeu 8 Sep - 11:04

A
près quelques gestes de protestation supplémentaires, Daven finit par lui obéir en lui jetant un regard désolé. Et oui, oui ! Tant pis pour ce visiteur. Il aurait dû le savoir avant de mettre un pied dans la Junkyard qu’il n’aurait que peu de chances d’en ressortir. Et franchement, Viktorr ne ressentait aucun état d’âme. Il était en croisade pour une volonté supérieure et divine, il ne pouvait pas s’embarrasser de sentiments humanistes.
Les yeux écarquillés par la joie et l’avidité, le scientifique regarda la fiole se remplir. Elle en était aux trois-quarts, il y était presque. Juste un peu, encore un peu… Tout explosa. Il le savait pourtant, que la gourmandise et l’envie étaient de très vilains défauts. Viktorr poussa un cri et tira, sans trop savoir où il avait visé. Mais le rayon ne fit aucun dégât, il se laissa simplement absorber par la masse enflammée qu’était devenue Specimen 0. Il enclencha plusieurs fois la gâchette, mais évidemment, il ne se passa rien, à part quelques étincelles et un peu de fumée.

« Ne t’appro- Grrrlllggg ! »

Il n’arrivait plus à respirer convenablement, l’air était obstrué par la chaleur et l’oxygène se consumait. Il toussa plusieurs fois, collé au mur avec un vampire flambant de colère juste devant lui. Les yeux plissés pour leur éviter la cécité, il se mit à prier silencieusement et très rapidement pour sa survie. La minute suivante, la chaleur s’évanouit aussi soudainement qu’elle était apparue et il poussa un bref soupir de soulagement, avant d’avaler une grande goulée d’air au parfum fumé pour remplir ses poumons douloureux. Dieu merci, Il avait entendu sa prière. Si ça ne constituait pas une preuve qu’il était dirigé par Sa volonté, alors Il n’était plus catholique !
Adam se retrouva soudain à son côté et fit couler un verre d’eau sur son visage. Viktorr fronça les sourcils, songeant sérieusement à lui fouiller le cerveau à celui-là. Il pourrait lui mettre un processeur, une I.A. qui améliorerait ses capacités de déduction. Parce que vraiment, il en avait marre d’avoir un larbin aussi con.

Quand il leva les yeux sur le visage de S0, Viktorr eut comme une illumination. A l’intérieur, il se sentait si froid et chaud, tétanisé par la Toute-Puissance. Alors c’était vrai cette histoire de dragon. Mais ça ne pouvait vouloir dire qu’une seule chose. La personne qu’il avait en face de lui…
Comment s’appelait-il déjà ? Luscka ? Oui, ce devait être ça. Luscka le prit par le bras, lui comprimant les muscles et les os, pour l’entraîner en direction de l’ascenseur. Viktorr ne pensa même pas à protester, il était trop sous le choc de la révélation. Une fois dans la cage, il appuya machinalement sur le bouton. Adam et Daven étaient là, mais il s’en fichait. Comment est-ce que ça pouvait avoir la moindre importance, quand un tel personnage vous accompagnait ?
Pendant la descente, Viktorr se remémora les exigences de Luscka. Il voulait aller à la Tour Noire. Le scientifique se demanda bien ce qu’il voulait y faire, d’un autre côté il ne voulait pas lui demander, ça ne le regardait pas et s’il se montrait curieux, ce serait une insulte à Ses plans. Il tint donc sa langue, se souvenant que s’il n’obéissait pas à Luscka, ce dernier pourrait bien le tuer. Oh franchement, ce n’était pas cette menace qui motivait Viktorr. Sa mort serait bien sûr ennuyeuse pour pleins de raisons, mais il n’en avait pas vraiment peur. Il côtoyait la mort si souvent qu’elle était comme une vieille amie pour lui. Et puis, s’il mourrait, ce serait pas le feu, la Purification ! Ce serait Sa volonté et il n’avait aucune raison de s’y opposer.

L’ascenseur se stoppa dans un petit tremblement et ils sortirent tous à l’air libre. Un vent puissant soulevait les vêtements amples et les cheveux, la poussière qu’il trimballait érodait la peau de Viktorr comme s’il avait fait la bise à du papier de verre. Mais il s’en foutait.
Il prit la direction de la Tour Noire, d’abord silencieusement. Son désintégrateur (probablement foutu) était toujours dans sa main et il avait toujours ses lunettes sur les yeux. Etait-il digne de Lui ? Voulait-Il qu’il ait une meilleure apparence pour Luscka ? Non, bien sûr que non, Il ne se souciait pas de détails aussi triviaux.
A un moment, Daven prit la tête et Adam le suivit, naturellement, parce qu’il avait des grandes jambes. Avant que Luscka ne lui échappe, Viktorr se rapprocha un peu de loin et murmura :

« Je sais qui vous êtes. Vous êtes ici pour exercer Sa volonté. Vous êtes Son Messager, vous punissez et purifiez par le Feu divin. »

Il hocha la tête, d’accord avec lui-même sur la question. Dire qu’il s’était attaqué à lui ! Quelle erreur ! Mais au moins, il était en vie, même si c’était juste pour quelques minutes. Dieu l’estimait donc encore assez utile pour ne pas le faire tuer.

Daven se retourna, il était perché sur une barre d’acier profondément enfoncée dans le sol.

« On y est presque ! Dans cinq minutes on sera au pied de la tour. Faites gaffe, le vent souffle vraiment fort aujourd’hui. »

Il sauta au sol avec légèreté (frimeur) et poursuivit ses longues enjambées athlétiques. Viktorr roula des yeux, ce que personne ne pouvait voir. Pourquoi est-ce que Luscka ne l’enflammait pas celui-là ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Any volunteer ?   Jeu 22 Sep - 22:36


❝ Scène 06 - This is Gospel for the Fallen Ones ❞


Viktorr était un exemple de mauvaise humeur et de vilenie. Il avait le mal en lui, ce qui était bien dommage puisqu’il avait l’air d’être un scientifique parfaitement brillant. Son point de vue des choses était original - ce qui était parfaitement normal puisqu’il était un junkyen - et Luscka trouvait cela dommage de gâcher un tel potentiel dans la mauvaiseté. Mais actuellement il était tellement énervé que s’il venait à le croiser à nouveau son chemin, il s’assurerait que sa chair sente le coupant de sa lame.
Cela risquait d’être un peu dur de se contenter de le traîner jusqu’à la Tour Noire, mais les choses étaient telles qu’il ne pouvait pas se permettre de lâcher un seul de ses compagnons. Daven connaissait la Junkyard mais Hell était absolument génial et pensait vite. Adam servirait à ralentir leurs opposants en cas de fuite obligatoire. Il était déjà mort, de toute façon, alors une morsure de zombie ne devrait pas le meurtrir outre mesure.
Bien entendu, ces deux derniers n’avaient aucune envie de participer au projet. Pas qu’Adam ait fait preuve de beaucoup de volonté jusque là mais Luscka supposait qu’il était du même avis que son fou furieux de maître. Il était parfaitement fascinant mais ne deviendrait jamais aussi fabuleux qu’un véritable humain, hybride ou vampire. En repensant à Elijah, le vampire sentit son cœur se serrer.
Oui, Elijah était parfait, peut-être même un peu trop parfait pour lui. Combien de fois avait-il lu des romans d’amour dans sa jeunesse, où les héros étaient séparés par de terribles événements qui leur imposait de nombreuses épreuves. Et à présent, il découvrait que la réalité pouvait être aussi compliquée que la fiction. Il y avait de nombreuses raisons à leur séparation mais, au dessus de tout, Luscka ne pourrait jamais se pardonner de l’avoir blessé.
Il avait songé à confesser son crime à Yvan et à lui demander de le tuer. Mais il n’avait pas eu le temps, les choses s’étaient précipitées. Ce temps viendrait où son meilleur ami devrait mettre fin à sa tourmente, probablement, mais en attendant il n’avait d’autre choix que de se taire et de regarder sombrement l’avenir qui se déroulait devant ses yeux, de moins en moins prévisible. Des dragons, c’était fou ...
Ce qui deviendrait de son titre et de son manoir était parfaitement imaginable. Jasper reprendrait le tout, y compris la Cave aux Miroirs qui s’était transmise de Duc en Duc depuis la nuit des temps.
Cette pièce, qui se situait en sous-sol comme l’indiquait son nom, était composée de miroirs doublés d’argentite et datait de la veille de la vie, selon certains. Ici, le Duc venait demander conseil, parler à ses ancêtres et s’accorder la paix. Luscka n’avait jamais osé y descendre et avait même briqué la porte. Effrayé et ravagé par la mort de ses parents, il n’avait jamais eu envie de revoir leurs esprits via des miroirs.
C’était dans sa nature de réfléchir. D’observer. D’analyser. Être au cœur d’une magie ancestrale l’aurait sûrement poussé aux limites de sa raison, l’aurait fait basculer. Il pouvait concevoir la religion et sa magie sataniste - comme les Arts Noirs - mais cette cave faisait appel à une magie plus brute, plus naturelle. Et Luscka était effrayé par le fait d’imaginer que ces miroirs lui montreraient autre chose que l’enfer où ses parents étaient censés avoir une bonne place.
Quoiqu’il en soit, ils arrivèrent rapidement aux Champs du Mal. Cet endroit lui collait toujours autant les chocottes que la première fois qu’il était venu mais au moins, cette fois, il n’était pas seul. Il avait avec lui le Gardien de la Junkyard et un homme armé d’un fusil étrange. Et un zombie, qui réussirait peut-être à convaincre ses copains de les laisser passer en toute quiétude. Sur leur droite, un panneau grinçant dans le vent indiquait ‘Laissez ici l’espérance, vous qui entrez’.
Les enfers où bout du chemin avaient l’air vraiment différents de ceux qu’il avait apprit en cours de religion. Ils se matérialisaient en la forme d’une grande tour sombre et imposante. Elle semblait aspirer la lumière autour d’elle et son sommet se perdait dans les nuages balayés par le vent de la tempête perpétuelle de la Junkyard. En fait, elle était même au cœur de la tempête et semblait en être la cause.
Un coup de vent plus violent que les autre le fit frissonner et il resserra le col de son manteau sur sa nuque. Sa situation s’empirait. Les écailles apparaissaient et disparaissaient maintenant un peu partout sur sa peau et laissaient de grandes marques noires autour. Il avait d’abord cru à un genre de gangrène mais cela ressemblait plus à une brûlure après coup. Il espérait que cela cesserait avec le rituel.
Cependant, l’Univers ne tournait pas autour de lui et il serait ravi d’aider les autres. Les écrits parlaient de dragon et il savait parfaitement que les choses étaient compliquées. Il deviendrait peut-être lui même une de ces créatures mythologiques. Il ne savait pas exactement ce que cela ferait mais il était prêt à assumer ses responsabilités.
Une fois dans la Tour ... il ne savait pas trop s’il y survivrait mais il le devait. Pour son peuple, pour le trimonde tout entier. Pour tout le monde, en réalité. Elijah ... son visage ne pouvait que se matérialiser dans ses pensées à ce moment. Son sourire timide, ses chutes maladroites, ses yeux brillants quand il voyait un livre. Il était un ange dans le corps d’un démon et ne semblait absolument pas s’en rendre compte.
Ces derniers temps, quand il pensait à son bien-aimé, il ne pouvait pas s’empêcher de s’imaginer des choses tentantes. Il était certain que ses gémissements au lit étaient très excitants par exemple. Ce devait être une mélodie plus charmante même que les chants d’oiseaux le matin ou la symphonie du feu crépitant dans l’âtre.
Un nouveau coup de vent le sortit de ses pensées et il releva doucement la tête vers l’endroit qu’ils étaient en train de traverser. Il ne voyait personne devant lui et les zombies étaient assez bruyants pour qu’on les entende de loin. D’ailleurs, il espérait vraiment que Daven avait une bonne ouïe, sinon il ne leur serait d’aucune utilité. Eh bien, il guidait le pas mais prenait plus ou moins le même chemin que Luscka plus tôt.
Un grognement à sa droite le fit presque sursauter. Merde. Il tourna la tête pour voir une masse désarticulée s’avancer vers eux.
Cette vision le fit frissonner comme si un froid de canard avait régné dehors. La tempête était plus tiède que froide mais ce genre de trucs le faisait vraiment flipper. La mort et la vie devaient être séparées, c’était le premier mantra de docteur qu’il avait apprit.
Il se souvint des mots de Viktorr Hell, plus tôt. Il était, selon lui, dirigé par Dieu. Ou Satan, peu importe. Luscka aurait voulu que ce soit vrai, sauf que si c’était le cas, ce n’était pas cool d’être un élu, pas du tout. Parce qu’il avait vraiment une vie de merde.
Il fouilla très profondément en lui pour trouver la force de souffler et émit une flamme. Elle traversa rapidement la distance qui les séparait du zombie, portée par le vent. Ils étaient à une minute, à tout casser, du pied de la Tour. Un grand bruit de chute le détourna de son souffle et il s’arrêta tout juste avant de cramer le pauvre Viktorr.
Ce qu’il vit le fit s’arrêter de marcher. Elijah était là, juste devant lui, et sa bouche était collée à celle d’un inconnu. Son monde semblait s’effondrer sur lui même, comme si sa quête était désormais vaine.
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
God's Scientist
Messages : 15
Date d'inscription : 02/11/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Any volunteer ?   Sam 1 Oct - 16:44

S
on messager ne répondit rien. Il était tout entier dans la contemplation du chemin qui les devançait. Viktorr n’insista pas, il ne voulait pas Le vexer par l’intermédiaire de Specimen 0. Enfin, Luscka. Mais ça n’avait pas vraiment d’importance, qu’il lui parle ou non. Après tout, il était persuadé d’avoir raison et si Luscka n’avait pas incarné réellement cette toute puissance, alors jamais Viktorr ne se serait trouvé à deux cheveux de cramer sur place. Non, ça non. Parce qu’il était lui même un serviteur de la volonté divine. Moindre, c’était sûr. Mais quand même.

Evidemment, un zombie fit son apparition avant qu’ils n’atteignent leur objectif. Ce dernier se dressait haut dans le ciel, un pic ténébreux qui dominait tout, menaçant. Un frisson d’excitation secoua la colonne vertébrale de Viktorr. Un jour, il irait dedans. Mais pas aujourd’hui. Son heure n’était pas venue. Ou si elle l’était, alors Sa volonté conduirait les pas de l’hybride à la suite de ceux de Luscka.
Satisfait d’être ainsi convaincu, il s’avança sans crainte, jusqu’à pouvoir s’arrêter aux côtés du messager. Un feu éblouissant jaillit alors d’entre ses lèvres pour ensuite se propager sur le mort-vivant, qui se débattit, mais pas longtemps. Un coup d’œil à Adam lui fit secouer doucement la tête. Son esclave faisait la grimace, il était sûr qu’il venait de s’imaginer à la place du double-mort. Malgré sa stupidité atterrante, Adam faisait de plus en plus preuve d’imagination ces derniers temps. C’était inquiétant. Et fabuleux aussi. S’il avait un peu de temps libre, Viktorr l’emploierait peut-être à étudier son serviteur.

Un peu plus tard, ils rejoignirent deux personnes qui attendaient déjà là, au pied de la Tour. Viktorr reconnut sans peine Grim, celui qu’il avait tant voulu ouvrir pour ces expériences. Le vampire voleur ne craignait plus rien, il était passé à autre chose depuis, mais il ne lui précisa pas. Il n’avait pas oublié la trahison et l’alliance avec son rival. Alors il se contenta de le suivre du regard, ses pupilles élargies à l’extrême, tandis que l’autre s’éloignait. Bien vite, il disparut derrière les vents chargés de poussière, de gravats et d’autres déchets de petite taille.
Luscka, quant à lui, devait se frotter à l’énigme de la porte de la Tour Noire. Il avait cet inconnu pour l’épaule, que l’hybride soupçonnait d’être un autre messager de Dieu. Un compagnon divin pour le dragon punisseur. Il pleuvait des anges sur la Junkyard, ça changeait de l’acide. En tout cas, celui-là, avec ses yeux débordant de culpabilité, semblait tout à fait indiqué pour accompagner Luscka. Ils étaient comme les deux pièces d’un puzzle s’emboîtant à la perfection.
Viktorr se fit cette réflexion, puis regretta de ne pouvoir prélever le sang du nouveau venu pour quelques expériences inédites. Ensuite, même si le messager ne lui accordait aucune attention, il le salua et tourna les talons. Daven avait disparu, sans doute pour commettre quelques méfaits.

Adam et lui rejoignirent leur maison sans que rien ne se dresse en travers de leur chemin. Une fois à l’intérieur, Viktorr se déshabilla pour pouvoir enfiler sa blouse blanche et ordonna sur un ton sec à son esclave de récolter le sang de Luscka qui noircissait le sol. Il n’y en aurait pas beaucoup, mais il pourrait toujours en faire quelque chose si une idée lui venait.
Occupé à étalonner ses instruments, l’hybride ne le vit pas tout de suite. Et puis, comme l’échantillon ne venait pas et qu’Adam ne faisait plus aucun bruit, il se retourna. Et le trouva allongé sur le sol. L’un de ses doigts était coupé, à cause du verre. Il ne pouvait pas être mort pour une si petite blessure ! Et pourtant, malgré les seaux d’eau, malgré les gifles et les secousses, Adam ne se réveilla pas. En fait, il ne montrait aucun signe de vie.


Les jours passèrent, nombreux et plus angoissants que tout ce que Viktorr aurait pu prédire. Adam était allongé dans son lit, propre et mort. Le scientifique avait nettoyé toutes les traces qu’avaient laissé ses tentatives désespérées de le ramener à la vie. Son pouvoir n’avait rien fait, l’électricité et les potions non plus. Et pourtant, Adam restait figé dans le temps. Sans formol, il était à l’abri de la putréfaction. Un événement bien étrange, qui laissait à Viktorr l’espoir d’une seconde résurrection pour ce compagnon auquel il s’était habitué, tellement qu’il n’avait jamais envisagé sérieusement de devoir un jour s’en séparer.
Après un mois, il se résout à le mettre ailleurs et à attendre. Alors il le plongea dans une cuve de solution saline, un électroencéphalogramme branché à ses tempes. S’il y avait le moindre signe, il saurait. Même un zombie était animé de soubresauts électriques.


De nouveau, un mois passa. Puis un autre. Une nuit – ou un jour, quelle différence ? - qu Viktorr mangeait sans joie un bol de nouilles trop épicées, l’alarme sonna. Il bondit aussitôt sur ses pieds et se précipita au petit escalier en colimaçon qui descendait dans une partie plus rangée de son laboratoire. Adam était réveillé, et il se débattait. Contre sa prison, crut d’abord Viktorr, puis il comprit qu’il étouffait. Qu’il se noyait ! Il se jeta sur le bouton qui commandait l’ouverture de la cuve. La porte de verre remonta, libérant les litres de liquide, puis les poumons d’Adam. L’homme s’écrasa au sol, crachant pour avoir la place d’aspirer de l’air, de l’oxygène. Ca n’aurait pas dû être comme ça. Tout en amenant un masque à Adam, Viktorr résolu l’énigme. La Panacée. Le sang du messager. Adam avait véritablement ressuscité. Il était humain, bien vivant.
La joie qui l’avait saisie disparu. Malgré tout, il avait bien perdu son serviteur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Any volunteer ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Any volunteer ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ♣ volunteer (5/6 libres)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-