Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 Shadow vs Light

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Lucifer's Kin
Messages : 16
Date d'inscription : 04/06/2016
Ville de résidence : Aucune
Emploi : Assassin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Du genre à faire des missions suicides
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Shadow vs Light   Sam 11 Juin - 10:52


Shadow vs Light

Slythe Velvet & Caleb Mah
Episode 01 de la saison 1


En émergeant de sa caverne ce soir-là, Slythe goûta au délice d'un frisson glacé remontant sa colonne vertébrale. Quelque chose de très excitant se préparait, quelque part. Et ce quelque chose avait peut-être un lien avec son ancien maître. En réalité, il l'espérait plus qu'il ne le pressentait. Ce serait tout de même là merveilleux que cette électricité dans l'air le conduise à son cher mentor. Ce formateur, celui qui avait forgé sa vie, qui avait fait de lui ce « monstre » qui l'effrayait. A moins qu'il ne le révulse juste. Oh, Slythe préférait croire qu'il le craignait, c'était autrement plus valorisant pour sa propre personne.
Le soleil couchant nimbait la terre craquelée d'une aura flamboyante et loin au devant, il pouvait encore discerner les reliefs de Gothik City et Modernis State. La première était déjà plongée dans la pleine nuit, alors que la deuxième bénéficiait encore de la lumière naturelle du soleil. Ici, dans le désert, il se trouvait à un entre-deux de ces extrêmes. S'il gérait bien son temps, il pourrait avancer tout le long de son voyage a l'abri du soleil et lorsqu'il passerait les portes de Modernis State, la nuit serait tombée. Bien que « nuit » soit sans doute un terme un peu exagéré pour la ville du milieu, qui n'était jamais complètement plongée dans le noir. Les lumières artificielles de la cité  permettait à un humain de toujours y voir clair.
Slythe saisit sa besace qu'il passa en bandoulière en travers de son corps et glissa ses deux épées courtes dans son dos avant de les recouvrir de son grand manteau vert foncé. Si son cœur le poussait en direction de Gothik City, son instinct lui dictait de se rendre chez sa voisine. Il avait été isolé pendant de nombreuses années, mais pas au point d'ignorer ce qui se passait depuis un an. L'Infection, la Grande Mort, ou quel que soit le nom qu'on lui donnait, ravageait les deux zones civilisées du monde. Lui avait réussi à se tenir à l'écart du danger, pas par couardise, mais par patience. Qu'aurait-il pu faire hormis servir d'exemple ? Son temps n'était pas encore venu. Jusqu'à aujourd'hui. C'était dans ses os, dans sa chair, ça le tiraillait. Quelqu'un agissait pour changer les choses et ça fonctionnait. Et il ne comptait pas rester à l'écart. D'abord, Modernis. Il allait s'informer, réfléchir et lorsqu'il serait prêt, il rejoindrait ce cher Taesch Condé. Avec, il l'espérait, une petite surprise.

Il atterrit de l'autre côté de l'enceinte d'acier avec un bruit mou que même un vampire averti aurait eu du mal à percevoir. Aussi silencieux qu'une ombre, Slythe s'éloigna du corps de garde (il lui semblait qu'ici, cela avait un nom différent) et pénétra dans les rues larges et perpendiculaires de Modernis State. Ainsi qu'il l'avait prévu, il faisait bel et bien nuit, depuis quelques minutes. Durant son voyage, il avait eu l'impression grisante d'éteindre le soleil. Un sourire soulevant le coin de ses lèvres, le vampire se balada un certain temps en essayant de mémoriser une partie des lieux. Il devait trouver une planque, proche d'un bon centre de ravitaillement et assez discret pour ne pas être dérangé.
Il opta finalement pour la chambre d'ami d'une maison de famille, qui habitait proche du centre ville. Ils n'avaient pas de jardin, pas d'animaux et leurs enfant avaient dépassé la dizaine d'années. L'un des pères était très malléable et l'autre plutôt absent. L'odeur dans la chambre trahissait l'absence de visite depuis un long moment. Il était triste que ces gens aient perdu leurs amis, mais ça l'arrangeait lui. A l'aide de son pouvoir, ce serait un jeu d'enfant de s'installer ici quelques temps. Toutefois, avant de se nourrir sur le père souvent absent, qui avait des yeux à se damner, il devait les habituer inconsciemment à sa présence. Sans s'en rendre compte, ils finiraient par accepter qu'un vampire loge, se lave et se nourrisse chez eux. En attendant, il allait combler son petit creux avec un produit de sa chasse. Ce n'était pas réellement qu'il avait faim, il en avait juste la sensation, née de l'envie de goûter aux mets locaux. Il y avait un moment qu'il n'avait pas mis les pieds à Modernis State.

Slythe laissa sa cape et son sac sous son lit, avec ses épées. Il ne pouvait vraiment pas se balader comme ça dans cette ville, il ne pouvait pas rendre confus tous les habitants ! Il conserva donc simplement sa chemise sable aux manches retroussées aux coudes, son pantalon vert foncé en matière élastique et ses bottines de cuir marron. Une chaîne dorée pendait à son oreille droite, du noir assombrissait ses paupières et une spirale égayait le coin de son œil gauche. Il n'allait pas non plus être trop discret.
Le vampire n'eut besoin que de quelques minutes pour trouver une proie intéressante. C'était un homme à la musculature faite et au menton couvert d'une barbe dans laquelle il aurait probablement eu plaisir à glisser les doigts. Sans doute le ferait-il d'ailleurs, au risque d'être déçu. Les humains n'étaient pas toujours très doux. Et il aimait les trucs doux.
Avec toute la lumière artificielle qui donnait presque l'impression d'être en plein jour, il renonça à l'approche classique. Mieux valait faire les choses tranquillement, endormir la méfiance de sa cible, jouer avec elle, utiliser un peu son pouvoir pour faire aller les choses dans la direction souhaitée et… Le moment venu, frapper.

« Hey, salut ! T'as pas du feu ? »

Nonchalant, Slythe s'était approché de l'homme. Il n'avait pas de cigarette sur lui, mais ce n'était pas important. Il savait que les Modernis entendaient souvent cette phrase, donc ça le rassurerait, le rendrait moins méfiant. Il lui fit son sourire mi-timide, mi-charmant, histoire de rajouter un peu de paillettes sur son entrée déjà admirable.
Planté devant l'homme, Slythe passa en revue l'allure de l'homme. Il ne s'était pas trompé en le choisissant de loin : ce blouson était juste magnifique.

"Hey, salut ! T'as pas du feu ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire Hunter
Messages : 40
Date d'inscription : 25/10/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Shadow vs Light   Dim 12 Juin - 14:09


Shadow
vs
Light





Gothik City était définitivement très différente de Modernis State. Il ne portait qu’un t-shirt blanc et un jean troué aux genoux et il n’avait absolument pas froid. D’ailleurs, personne n’avait froid ici, sauf certains frileux qui avaient besoin de chaussette de lit en hiver quand les température avoisinaient les dix degrés. Une très jolie femme passa devant lui avec un t-shirt à manches longues et une jupe en velours. Elle avait aussi un collant et des bottes de fourrures. Oh, parfois les vampires étaient si … obvious.
La veille, il avait vu un homme qui portait un t-shirt ‘Vampires suck!’ avec une paire de crocs barrés. Bon sang, les gens ne réalisaient pas à quelle point Modernis était pleine de vampires. Qautre-vingt dix pour cent d’entre eux étaient pacifiques. Il se chargeait des autres.
Il se cala un peu plus sous le lampadaire et tourna la page de son livre pour commencer le chapitre dix-neuf de son livre. Il en était au moment où les gens qui voulaient retapisser une partie de la chambre de la maison maudite se retrouvaient coincés dans une dimension parallèle. Il était en train de reconsidérer les possibilités de ne pas arracher le papier peint de sa salle de bain.
Il devait attendre qu’un vampire qui avait apparemment la fâcheuse habitude d’enlever des jeunes hommes pour les forcer à être ses calices sorte de chez lui. Sa licence de chasseur ne lui permettait pas de pénétrer dans une propriété privée mais il savait parfaitement qu’il aurait bientôt faim. Sa dernière victime datait de deux semaines et apparemment il se lassait vite. Alors il attendait ici depuis deux jours que le chieur de boudin veuille bien pointer le bout de son nez.
Il était très attentif au moindre mouvement et à plusieurs reprises, il releva les yeux pour regarder la petite porte de la maison un peu plus haut dans la rue. Mais jamais le vampire ne se pointait. Si demain il n’avait rien, il enverrait les flics sur le coup.
Si les sources étaient correctes, il ne tuait pas ses victimes. Il devait donc y avoir huit jeunes gens presque inconscients dans cette maison. Le vampire ne pensait pas au futur : ils devaient déjà être à l’étroit. A moins qu’il ne les laisse mourir mais encore une fois, comment se débarrassait-il des corps ? Il n’avait pas de jardin.
En tournant la page, il se réinstalla plus confortablement. Il était adossé à un mur recouvert de lierre qui lui offrait un certain confort pour cette planque mais teintait généralement ses habits de verts. Alors aujourd’hui il avait mit un vieux t-shirt un peu déchiré en bas dont il ne se servait plus et qu’il n’aurait aucun remord à jeter. Sa veste en cuir était calée sur son épaule droite, prête à être enfilée quand il le faudrait.
Il avait garé sa moto un peu plus bas et il était persuadé que c’était une bonne chose. Elle était aussi noire que ses cheveux et elle ne se voyait pas. En revanche, si elle avait été proche de lui, il n’aurait pu cesser de vérifier qu’on ne la volait pas et il n’aurait pas pu se concentrer sur sa mission.
Un moustique minuscule se posa sur sa page et il le chassa doucement avant de regarder autour de lui. Personne ne semblait vouloir mettre le nez dehors et lui même devrait bientôt rentrer, il n’avait pas mangé et le couvre feu tomberait bientôt.
Quelqu’un s’approcha de lui et Caleb le scanna aussitôt. Aucune odeur corporelle, des ongles brillants et une peau parfaite, encore un vampire. Il savait les reconnaître presque instantanément maintenant.
Il lui demanda s’il n’avait pas du feu et Caleb sortit son briquet. Il ne fumait plus mais il aimait avoir de quoi se défendre immédiatement contre un vampire. Il fit glisser son doigt sur la molette dure du briquet qui émit une petite flamme. Elle augmenta brusquement grâce à son pouvoir et forma le mot ‘BURN’ avant de s’éteindre. Il rabattit le couvercle du briquet et sourit doucement.
“Je croyais que les suceurs de sang n’aimaient pas le feu. Vous êtes tellement prompts à partir en cendres.”
Il avait toujours son flingue et une épée à la taille. Le vampire partirait sûrement vite et ensuite il pourrait se rencontrer sur le kidnappeur. Qui ne daignait toujours pas sortir de chez lui.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lucifer's Kin
Messages : 16
Date d'inscription : 04/06/2016
Ville de résidence : Aucune
Emploi : Assassin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Du genre à faire des missions suicides
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Shadow vs Light   Mar 14 Juin - 14:11


Shadow vs Light

Slythe Velvet & Caleb Mah
Episode 01 de la saison 1
♫ Snake Code


De près, ce type n'était pas aussi beau, finalement. Il était mignon dans son genre, mais un peu trop brute. Ses yeux n'avaient pas ce velours profond qu'il aimait tant, une preuve de vulnérabilité au-dessus d'une barbe fournie. Et puis, quel style de merde. Son t-shirt était troué, son pantalon était troué. Ca ne pouvait pas sérieusement être une mode, si ? Au moins, son blouson semblait valoir le coup. Il dégageait une odeur de cuir mêlée à celle du lierre auquel l'homme était adossé. Il y avait aussi ce parfum peu agréable, de l'essence et du gaz, cette chose plus ou moins grise qui émanait des véhicules de cette ville. Une voiture. Ou alors il avait dormi dans une station essence.
Ses épaules s'affaissèrent un peu de déception après qu'il ait posé sa question. L'humain ne lui répondit rien, mais il exhiba un briquet dont il fit habilement jaillir la flamme. Slythe commença à tâter les poches de son pantalon et de sa chemise, à la recherche de cigarettes qui n'existaient pas, mais il n'eut pas besoin de feindre plus avant. La flamme grossit soudainement jusqu'à former quatre lettres dans les airs. Menaçant. Slythe sourit.

« Je pensais être plus discret. Tu es malin, toi. Mais ça ne changera rien. Si tu te laisses faire, je te promets que ce ne sera pas douloureux. Tu pourrais même te jouir dessus. »

Ce ne serait pas la première fois qu'il ferait cet effet à l'une de ses victimes. Il savait s'y prendre pour qu'elles meurent juste après leur orgasme. Ca ne lui rapportait rien d'autre qu'une intense satisfaction, mais franchement, c'était beaucoup. Oh oui, il aimait tellement être satisfait. Il lui arrivait d'ailleurs d'être très satisfait de l'avoir été. Double dose. Il vivait pleinement sa vie, avec autant de bonheur que possible. Et sans s'encombrer de choses ennuyeuses comme « une relation ». Oui, quand Taesch Condé lui avait interdit de s'approcher de son fils, il l'avait quelque peu mal pris. Mais avec le recul, il s'était aperçu qu'il n'avait besoin de quelqu'un. En fait, c'était même le contraire. Il avait besoin de ne pas être avec quelqu'un. Les gens, il les utilisait comme des mouchoirs. Des mouchoirs Modernis bien sûr, en papier. Jetables. Une seule utilisation. Peut-être qu'un jour il rencontrerait un mouchir Gothik, avec ses initiales brodées délicatement dessus, un bord en dentelle, à laver soigneusement. Bien sûr, il finirait par devoir s'en séparer, quand il aurait été trop souillé. Ce serait un bon souvenir, Slythe était déjà content à l'idée de pouvoir expérimenter cela un jour.

En attendant, il avait un mouchoir en papier à utiliser. Il ne pouvait pas le laisser partir sans rien en faire, ce serait vraiment du gâchis. Les Modernis aimait bien faire croire qu'ils détestaient le gaspillage, non ? A côté de ça, ils consommaient à outrance, ce qui l'avait toujours laissé perplexe, mais… L'idée, c'était qu'il ne devait pas laisser partir cet homme sans lui prendre au moins un demi-litre de sang.
Il baissa les yeux sur le livre que tenait l'homme et qu'il avait remarqué de loin. D'un geste vif, il le saisit et le retourna pour lire le résumé de la quatrième de couverture. Une histoire d'horreur. Il feuilleta rapidement quelque pages avant de lancer le bouquin au visage du type. L'ouvrage décrivit un mouvement ample qui le préserverait sûrement du moindre mal, s'il n'était pas trop malhabile. En tout cas, Slythe n'avait pas voulu être agressif. Il n'en avait juste rien à faire. Ces livres de poche ne valaient rien, que ce soit pour leur couverture ou leur contenu.

« Tu aimes avoir le frisson, » se moqua l'assassin avec un sourire frémissant. « Je dirais que tu es plutôt bien tombé. »

Un bruit attira son attention un peu plus loin dans la rue. Quelqu'un sortait d'une maison, le visage masqué sous la capuche d'un sweat noir. Qui que ce soit, il semblait nerveux. Slythe ne put que remarquer l'intérêt de l'humain pour lui. Il plissa doucement les yeux.

« Tu harcèles ton ex petit ami ? Est-ce qu'il t'a largué parce que tu as une petite queue ? »

Il amorça un mouvement vers sa ceinture, comme s'il comptait écarter le bord de son jean troué pour vérifier son hypothèse. Mais il se ravisa.

« Le harcèlement, c'est l'une de mes spécialités. Je peux t'aider si tu veux. »

En général, il harcelait seulement quelques heures, quelques jours au maximum. Il était un assassin très efficace. Quand il devait obtenir des informations de quelqu'un, cela ne lui prenait pas beaucoup de temps.
Dans ce cas, il pourrait au moins s'amuser un peu. Il ne pensait pas que l'humain avait un but précis en tête. Il voulait probablement juste le suivre et il arrêterait le jour où il aurait enfin compris qu'il devait passer à autre chose.
Slythe, lui, avait décidé qu'il ne passerait jamais à autre chose.

"Le harcèlement, c'est l'une de mes spécialités."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire Hunter
Messages : 40
Date d'inscription : 25/10/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Shadow vs Light   Ven 17 Juin - 10:48


Shadow
vs
Light





Les vampires se tapissaient dans l’ombre, ils s’abreuvaient de la vie des autres et ils étaient sans pitié. Ils faisaient ça depuis des milliers d’années et à chaque minute, un humain perdait un de ses êtres chers, un voisin ou une connaissance du passé. Les vampires étaient parfaits, impitoyables et précis.
Caleb pouvait en tuer plusieurs d’un coup. Six, en cas de danger imminent. Il était parfaitement entraîné, il pouvait déceler un vampire dans une foule en trente secondes et l’éliminer aussi rapidement. Mais discuter avec l’un d’entre eux, surtout un qui avait l’air aussi humain, c’était plus que bizarre.
Il n’avait pas besoin de consulter sa conscience pour se dire que quelque chose clochait. Soit ce mec était un juste un vampire classique, soit … eh bien soit il était de mèche avait le mec qu’il attendait et cherchait à le distraire, si ce n’était à le tuer. En plissant les yeux, Caleb se demanda encore dans quelle merde il s’était fourré.
Ils étaient à deux pas du cul de sac le plus sinistre des beaux quartiers et il ne pouvait pas s’imaginer autre chose qu’un combat à l’issue de cette petite discussion. Il essaya donc de déterminer s’il était droitier ou gaucher, quelles étaient ses armes, quelles pourraient être ses points faibles.
Mais bien évidemment, Caleb était déstabilisé par son court séjour à Gothik City – il avait sauvé à trois reprises la vie d’Yvan von Dast et il avait été embrassé par un hybride ; et bien évidemment, il savait que cela pèserait sur son jugement. Ce mec était un vampire mais il n’était peut-être pas forcément mauvais.
Il aurait donné n’importe quoi pour être chez lui devant Netflux à manger le cuissot de chevreuil que sa mère lui avait cuisiné avant qu’il ne parte. Il revenait toujours à Modernis State avec une montagne de restes mis en boîtes et salés par sa chère maman. Au moins ça lui faisait faire des économies.
Le vampire lui dit qu’il était malin et lui dit que s’il se laissait faire, il pourrait se jouir dessus. Caleb en doutait fortement. Aussitôt, ses pensées se dirigèrent vers Wish. Merde. Merde, il ne devait pas penser à lui. Même s’il était déstabilisé. Il était sur un contrat et devait rester pro.
Il se fit voler honteusement son livre par le vampire qui parcourut le résumé des yeux avant de lui relancer. Rapide, le chasseur l’attrapa d’un geste avant de le fourrer dans le sac à ses pieds. En gardant un œil sur la porte qui ne s’ouvrait toujours pas, il soupira.
En levant les yeux au ciel, il écouta le vampire plus ou moins affirmer qu’il allait le faire frissonner. Ces deux dernières semaines, il avait combattu une sorte de super vampire mutant, il avait été fougueusement embrassé pour la première fois de sa vie, il avait arpenté des couloirs avec son pire cauchemar et combattu une marée de serpents. Rencontrer un banal vampire le ferait à peine frémir. Et encore.
Un bruit attira son attention et il leva les yeux au ciel. Bien entendu, il fallait que ce soit maintenant. Il resta très calme et écouta l’autre vampire raconter un monceau de connerie puis se baissa pour fouiller dans son sac pour en tirer une arbalète. Ses munitions étaient déjà chargées et elles étaient remplies de limaille de fer.
Il visa et tira dans la cuisse du vampire qui poussa un cri de douleur et s’écroula au sol dans un bruit mou. Il se viderait rapidement de son sang et ne pourrait pas guérir tout de suite.
En regardant l’autre ramper pour essayer de rentrer chez lui, il se saisit de son sac et plaça le bout de sa fléchette suivante sur le front du vampire qui commençait à le gonfler.
“J’avais cru remarquer que tu étais doué dans le harcèlement, merci. Je suis un chasseur et mon job c’est de tuer tes semblables. Donc sois gentil et déserte la rue, j’aimerais éviter de te tuer.”
Il se dirigea ensuite vers le vampire kidnappeur et lui donna un grand coup de botte dans la mâchoire. Il grimaça légèrement en la sentant de disloquer.
“ Jaack Atwood, tu es finalement sorti de ta petite cachette. Alors dis moi, sac à merde, si je rentre chez toi, est-ce que je vais trouver des corps vivants et blessés ou juste un tas de cadavres ? Bien entendu, la première option serait beaucoup moins douloureuse pour toi.”
Il allait le tuer puis rentrer. Techniquement, il n’avait pas le droit de pénétrer une propriété privée mais si le vampire mourrait, la propriété ne lui appartiendrait plus. Donc, il aurait toute liberté de libérer les pauvres gosses qu’il avait kidnappé.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lucifer's Kin
Messages : 16
Date d'inscription : 04/06/2016
Ville de résidence : Aucune
Emploi : Assassin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Du genre à faire des missions suicides
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Shadow vs Light   Mar 5 Juil - 22:47


Shadow vs Light

Slythe Velvet & Caleb Mah
Episode 01 de la saison 1
♫ Derangement


Ce type n'avait pas d'humour. Ou alors, il avait un humour mystérieux. D'après Taesch, Slythe avait un humour dérangeant. Enfin, c'était mieux que pas d'humour du tout. Quoiqu'il en soit, l'humain ne rit pas, il ne fit pas grand-chose d'ailleurs. On aurait dit que Slythe était quelqu'un de tout à fait banal. Hors, c'était quelque chose d'absolument faux. Donc… Il avait dû voir beaucoup de choses extrêmement dérangeantes. Ou alors, il était habitué à côtoyer des gens extrêmement sexy qui aimaient jouer avec les autres.

L'insulte lui vint droit au cœur alors que le carreau de l'humain se fichait droit dans la cuisse de l'homme qu'il épiait jusque là. Il avait subi de ce type absolument commun pour le faire réagir. L'homme, un vampire très probablement au vu de la vitesse de ses mouvements, n'arrivait plus à se relever. Commun et pathétique.
Un mouvement vif détourna son attention du rampant et Slythe décida de ne pas bouger tandis que la pointe métallique d'un autre projectile transperçait gentiment la peau de son front. Tout au bout, l'humain le fixait avec un air dur. L'assassin ne broncha pas, il attendit patiemment que cette gêne s'en aille d'elle-même. Bien sûr, il aurait pût, dans une même seconde, se débarrasser de ce carreau et tordre le cou de l'autre. Sauf que sa sortie se serait terminée trop vite et qu'il n'aurait pas sût quoi faire du reste de sa nuit. A quelques mètres d'eux, le vampire blessé respirait trop fort et gémissait en essayant de se hisser sur les marches de son perron. Indigne d'intérêt, mais s'il continuait à produire cette nuisance sonore, Slythe allait se faire un plaisir d'abréger ses souffrances.

L'humain avait décidé qu'il était temps de faire les présentations, remplaçant la traditionnelle poignée de main par la menace d'une flèche de métal. Pourquoi pas ? Ce devait être ainsi que procédaient les chasseurs de vampire. Slythe marqua sa surprise d'un haussement de sourcils en entendant l'évocation de ce curieux métier. Qui voudrait prendre le risque de mourir en éliminant des vampires sans provocation ? Est-ce qu'il se faisait au moins payer pour cela ? En tout cas, il ne devait pas y en avoir tant que ça puisque Slythe n'en avait jamais… Oh… Oh ! Ce type qui l'avait agressé sans raison, quoi, vingt, vingt-cinq ans plus tôt, ça aurait été pour ça ? Il avait trouvé étrange son équipement et son entêtement. Et il n'avait rien hurlé pour expliquer sa présence, pas de « tu as tué ma sœur ! » ou « à mon tour de t'enculer profond ! »

Un nouveau cri étouffé interrompit sa douce nostalgie. Le chasseur avait puni l'autre vampire d'un bon coup de pied dans la mâchoire. S'il n'avait pas perdu au moins une dent…
Slythe se rapprocha alors que l'humain déballait ni plus ni moins la raison de sa présence dans cette rue. Alors ce type gardait des réserves vivantes ? Presque malin. De toute évidence, c'était en fait un plan complètement foireux. Slythe ne pouvait résister à la tentation et s'introduisit dans la maison par une fenêtre entrouverte, se glissant dans le maigre interstice comme le serpent qu'il aurait aimé être.
Ce ne fut pas bien difficile pour lui de trouver les « corps vivants et blessés » qu'espérait le chasseur. Ils étaient enchaînés au milieu d'une cave, retenus par des crochets de boucher fixés sur des rails. Intéressant, ils étaient classés par date de péremption. Même si le jeune homme du fond était plus pâle que les autres. Il devait avoir une préférence. Les vampires avaient toujours des préférences. Des fétichismes, même.
Slythe ne manqua évidemment pas de remarquer la troublante ressemblance entre les victimes. Il en trouva deux qui n'avaient pas encore passé l'arme à gauche et les décrocha en brisant les maillons d'acier à mains nues. Puis, il les traîna au rez-de-chaussée en essayant de ne pas trop les amocher. Dans le couloir, il croisa son reflet et essuya la petite tache de sang qui rougeoyait entre ses mèches brunes. Parfait.

« Hey, le chasseur, c'est ça que tu cherches ? »

Il tenait dans ses bras l'un des jeunes hommes, inconscient. L'autre gisait derrière lui sur un splendide parquet ciré qui ne devait pas être évident à entretenir. Slythe aurait aimé avoir le même, mais il avait vécu trop longtemps dans les montagnes, il ne se sentait pas prêt à affronter de nouveau les tâches ménagères.
Quand il eut obtenu l'attention du chasseur, il ouvrit la bouche et fit mine de vouloir mordre la gorge déjà bien trouée de son otage numéro un. Il l'appellerait…

« Je crois que Boucles d'Or ici présent aimerait beaucoup retourner chez sa maman. Mais j'hésite… A toi de le sauver, chasseur. Donne-moi ce que je veux en échange de sa vie et je te promets de ne pas le toucher. »

Il n'était pas un vampire difficile à contenter, alors vraiment, ce n'était pas le désert à avaler pour le chasseur. Bien sûr, il l'ignorait probablement. Peut-être bien qu'aux yeux des autres, il semblait du genre sophistiqué et exigeant.
Au moins, il verrait dans quel bois avait été sculpté cet homme. Slythe devait bien admettre que s'il se barrait, il serait un peu déçu.

"A toi de le sauver, chasseur."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire Hunter
Messages : 40
Date d'inscription : 25/10/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Shadow vs Light   Jeu 4 Aoû - 14:35


Shadow
vs
Light





Ce vampire avait l’air de profiter de la vie. Caleb connaissait bien ce type de personne, qu’ils soient vampires ou humains. Ils multipliaient les soirées, les virées, les drogues et avaient de nombreux amants. Ils vivaient pour le jour présent et ne pensaient jamais aux conséquences. Il ne pouvait pas se les sentir; ils étaient tellement imbus d’eux même et ils ne réfléchissaient jamais aux autres. De tels égoïstes ne méritaient pas l’attention des autres, aussi les évitait-t-il du plus qu’il pouvait.
Mais ce mec était différent. Il avait l’air plus dangereux que les autres, plus égocentrique. Pour être honnête, Caleb lui aurait bien réglé son compte une bonne fois pour toute mais il n’aimait pas vraiment agir comme ça, comme s’il pouvait décider de qui pouvait vivre ou mourir. Alors il se contentait de faire la gueule et d’essayer d’oublier sa présence. Et franchement, c’était assez difficile. Il avait comme une aura, une aura faite d’ombres et de sang.
Il lui donnait environ trente cinq ans mais il était évident qu’il devait avoir beaucoup plus. Le moindre de ses mouvements était empreint d’une sorte de grâce éthérée que le mettait vraiment mal à l’aise. Et s’il refusait de le lâcher ? Okay, il s’était fait un vampire mutant récemment mais il n’était pas seul et ... ce mec semblait être encore un niveau au dessus.
Cette aura malfaisante lui disait quelque chose mais il se dit bêtement que ce devait être une impression. Il se serait souvenu quand même s’il avait rencontré un tel mec... il avait l’air proprement fou à lier et il était vraiment très beau. Ce n’était pas vraiment un visage qu’on pouvait oublier. Il était en quelque sorte hypnotisant et Caleb avait un peu trop tendance à sympathiser avec les vampires ces temps-ci. Il devait se tenir éloigné de ce mec le plus possible.
Une pensée le frappa soudain et il déglutit. Et s’il venait de rencontrer son éternelle nemesis ? Tous les chasseurs en avaient une et jusqu’à présent  il avait cru que ce serait Yvan von Dast mais le prince n’était pas aussi cruel que ce qu’il pensait. Il lui avait sauvé la vie, deux fois, et il était plus franc qu’autre chose. Il avait un honneur assez poussé pour ne jamais attaquer chez les gens et il avait même semblé plutôt amical à Caleb sur la fin, quand ils étaient tous les deux sacrément amochés.
Donc peut-être que ce vampire était celui qui le hanterait toute sa vie. Mais en attendant, il devait s’occuper d’Atwood. Il ne savait pas si celui qui l’avait harcelé était coupable d’un quelconque crime alors que celui qui était à sa merci ne pouvait rien faire pour prouver sa défense, c’était un monstre.
En essayant d’oublier le vampire troublant, il interrogea le vampire qu’il avait hérissé de fléchettes. Ce mec le méritait. Il avait enlevé et torturé de pauvres gosses qui n’avaient rien demandé à personne.
Finalement, ils étaient en vie. Il cloua le vampire au gazon avec son épée, l’enfonçant profondément dans sa cage thoracique puis dans le sol et l’assomma d’un nouveau coup de pied. Il s’occuperait de lui plus tard, quand les otages seraient en sécurité. Sa priorité était de vérifier qu’ils n’allaient pas se changer en vampires - il devait probablement les choisir pour ça - et de les amener au poste de police.
Il avait peut-être juste enlevé les gosses ou alors il les avait charmé, en leur faisant des promesses de bonheur, il avait dû leur promettre un amour éternel et inconditionnel. Caleb savait bien que c’était le genre des vampires, ils aimaient lier l’utile - avoir un calice - à l’agréable - en faire un esclave sexuel. Lui-même avait failli tomber dans le panneau quand il était plus jeune. Il avait vécu une courte romance avec un vampire, qu’il n’avait pu se résoudre à tuer par la suite.
Parfois, ce vampire hantait encore ses rêves et son cou le démangeait. Il avait toujours eu un don pour se foutre dans la merde, comme lui disait souvent son cousin. Parfois, il pensait à se ranger, à rejoindre les forces armées comme lui suggérait le président mais il fallait bien que quelqu’un fasse le sale boulot, il ne pouvait pas juste ... laisser tomber les gens comme ça.
En pénétrant dans la maison, il dût remonter son foulard sur son nez pour éviter de rendre son dernier repas. La maison sentait le sang et la viande humaine en décomposition. Il s’arma, au cas où Atwood aurait un complice mais ne trouva personne. Jusqu’à se retrouver face à l’horrible trogne du vampire de tout à l’heure. Donc c’était bien son complice. Il raffermit sa prise sur son arbalète et la leva, prêt à tirer. Mais bien sûr, ce n’était jamais si facile.
Quand le vampire fit mine de mordre l’otage qu’il avait dans les bras, Caleb manqua de tirer. Mais le vampire aurait eu le temps de tuer l’humain avant que la flèche ne se plante entre ses deux yeux. Il grogna, le traitant de ‘serpent’ une insulte commune à Gothik City sans que personne ne sache trop pourquoi et baissa son arme, résigné. Il ne pouvait pas se permettre de laisser mourir un otage, même déjà bien entamé. Son rôle c’était de le protéger, de lui donner toutes ses chances.
“Très bien, laisse moi les sortir de là avant.”
Pourquoi fallait-il que ce soit toujours le méchant sans âme ni conscience qui gagne? Il fronça les sourcils et emmena les survivants jusque chez le voisin, qui s’occupa tout de suite de les amener au poste de police le plus proche. L’un des otages les plus frais, bien endommagé mais encore conscient, le remercia, le regard timide, les joues légèrement empourprées. Et son cœur se gonfla de fierté. Mais quand il rejoint le vampire décadent, toute trace de cette fierté avait disparu.
“Qu’est-ce que tu veux ?”
Son regard était hypnotisant, plus profond que ce que Caleb avait jamais vu. Il semblait très vieux, très ... puissant. Caleb frissonna avant de détourner le regard. Il ne devait pas se montrer faible, surtout pas après avoir été aussi fier.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lucifer's Kin
Messages : 16
Date d'inscription : 04/06/2016
Ville de résidence : Aucune
Emploi : Assassin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Du genre à faire des missions suicides
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Shadow vs Light   Jeu 4 Aoû - 17:44


Shadow vs Light

Slythe Velvet & Caleb Mah
Episode 01 de la saison 1
♫ Grief


Il hésita à peine. Slythe n’était pas déçu, il était même presque impressionné. C’était fou ce que certains humains étaient capables d’accomplir pour leurs stupides petites convictions. Ce type, ce chasseur, il aurait dû se contenter de vouloir le tuer. C’était en tout cas ce que laissait sous-entendre son titre. Mais il n’était en réalité qu’un faiblard qui tirait sa satisfaction de l’avis des autres. Il était prêt à se sacrifier, sa propre vie, pour en sauver plusieurs autres. C’était honorable, mais complètement idiot. On avait qu’une vie et dans la mort, on pouvait rarement récolter les lauriers de son sacrifice. Alors oui, Slythe était impressionné. La logique du chasseur lui échappait totalement.
Relâchant la pression sur ses muscles, qui avaient eu le réflexe de se préparer à lui tirer dessus, l’homme abaissa son arme dans une résignation agacée, à la seule condition qu’il puisse emmener les victimes du vampire kidnappeur en lieu sûr. Si Slythe fut tenté de lui refuser cette faveur, il n’en fit rien. Il amena même le jeune homme inconscient qu’il avait menacé de mordre à la porte de la maison voisine, portant son fardeau sans aucune difficulté sur ses bras. Avec un sourire charmeur – puisqu’il ne savait pas comment avoir l’air gentil et aimable – il refourgua le paquet entre les bras de l’homme désigné volontaire pour s’en occuper et s’éloigna du perron d’un pas léger, en faisant claquer exprès les talons de ses bottines sur le bitume. Les mains jointes dans le bas de son dos, il patienta jusqu’à ce que le chasseur en ait terminé. Sa mine plus agacée que craintive ne surprit même pas le vampire, qui commençait à cerner la personnalité impétueuse de l’humain. En réponse à sa question brutale, il lui sourit largement avec l’air de vouloir le dévergonder de toutes les façons possibles sur l’instant – ou de le dévorer tout cru.

« Rien de bien compliqué, avoua-t-il sur le ton du jeu enfantin. Je veux juste passer la soirée avec toi. Je viens d’arriver en ville, j’ai besoin que quelqu’un m’accompagne pour ma première nuit. Et tout d’abord, je veux aller dans un bon bar. »

Non pas qu’il ait l’air d’avoir besoin d’un garde du corps cela dit. Slythe était svelte, mais il était très clairement assez musclé pour pouvoir se défendre, même s’il n’avait été qu’un faible humain.
En marchant dans les rues au hasard, le vampire repensa à l’insulte qu’il avait reçue de la part de l’homme. « Serpent. » Voilà quelque chose qu’il n’avait pas entendu depuis bien longtemps. Depuis Gothik City en fait. Que l’appellation se soit retrouvée dans la bouche de ce chasseur, était-ce seulement le fait du hasard ? Slythe n’était peut-être pas intrigué, car il avait connu beaucoup trop de gens pour se laisser surprendre, mais il avait envie d’en savoir un peu plus sur le chasseur. Juste pour une nuit, cela pouvait être amusant de le percer à jour. Et peut-être bien qu’il le laisserait voir un autre matin.

En passant à côté d’un magasin qui vendait des téléviseurs LCD/HD/3D, ce qui ne signifiait pas grand-chose pour lui, Slythe repéra du coin de l’œil quelque chose de bien plus parlant. Sans se soucier des véhicules qui passaient à toute allure, il traversa la route, ignorant les klaxons et slalomant entre les voitures. Une fois devant le présentoir de cartes postales qu’il avait repéré, il hésita. Que pourrait-il envoyer à son mentor qui fasse son petit effet ? Les photographies de chatons lui semblaient peu appropriées, tout comme celles d’enfants manipulant des fleurs en plastique.

« J’aimerais dire à quelqu’un que je suis de passage à Modernis State. Quelqu’un qui est à Gothik City. A ton avis, une vue de la ville serait appropriée ? Je pourrais coller ma propre image dessus, ça lui ferait sûrement plaisir… Quoique, c’est inutile, il reconnaîtra mon écriture. C’est lui qui m’a appris à écrire, alors tu penses qu’il… Oh, je suis désolé, mes histoires nostalgiques d’enfant pauvre sauvé par un riche ne t’intéressent sûrement pas. Alors, laquelle ? »


Les bras croisés, il attendit patiemment le verdict de l’homme, en fixant son visage aux traits attrayants, bien que grossiers. Bien sûr, ce serait au chasseur de payer les deux dollars cinquante que coûtait ce morceau de carton, lui n’avait pas de billet pour ça. Evidemment, il pourrait la voler, mais il préférait de loin pousser le bouchon avec l’humain qu’il avait forcé à l’accompagner. Il se demandait à quel moment il se mettrait en colère contre lui. A moins qu’il ne soit un exemple de calme et de sérénité en toute circonstance.
Surtout, il espérait que quelle que soit sa personnalité profonde, le chasseur connaissait bien les bons coins pour boire un coup. Slythe avait très envie d’un de ces cocktails fruités à l’aspect innocent qui vous soûlaient rapidement et par surprise.

"Je pourrais coller ma propre image dessus, ça lui ferait sûrement plaisir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire Hunter
Messages : 40
Date d'inscription : 25/10/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Shadow vs Light   Sam 6 Aoû - 12:18


Shadow
vs
Light





Ce vampire avait vraiment l’air d’être Monsieur Populaire. S’il avait été au lycée un jour, il devait être celui qui est aimé de tous sans lever le petit doigt. Il était beau, mais pas trop beau non plus pour ne pas faire que des jaloux. Il avait l’air sportif et à part son évidente cruauté et ce truc de psychopathe, il était largement cordial. Peut-être même un peu trop. Les vampires enveloppaient toujours leur voix de miel et leur comportement de gentillesse quand ils allaient frapper, Caleb le savait très bien.
Actuellement, il n’avait aucune envie de traîner, de se faire mordre ou de sympathiser avec lui, bien entendu. Il ne connaissait même pas son nom. Sans doute quelque chose d’impressionnant et de terrifiant comme Destructor ou Etripator. Okay, peut-être pas juste comme ça mais il l’appellerait Etripeur désormais, parce que c’était quelque chose qui semblait bien lui aller, même s’il ne l’avait pas vraiment vu étriper qui que ce soit, c’était dans son style, il le sentait.
En tout cas, il avait une démarche si altière et si légère qu’il était évident qu’il n’avait pas été élevé dans les bas quartiers comme lui. Ou alors peut-être qu’il avait été pauvre mais il devait avoir foutrement changé de style de vie depuis, parce qu’il ressemblait à un prince. Un prince particulièrement tordu et plus près de la vision qu’il se faisait d’Yvan von Dast avant de le connaître. Et sérieusement, ce mec lui hérissait le duvet sur la nuque tellement il semblait prêt à exploser d’un instant à l’autre.
Mille millions de tuyaux de poêle, dans quoi est-ce qu’il s’était embarqué ? Parce que putain, ce mec avait l’air de vouloir le bouffer à tout moment et Caleb n’apprécierait certainement pas ça, de se faire bouffer comme un gâteau apéro. Ou une saucisse cocktail.
Mais Etripeur avait sans doute d’autres idées derrière la tête. Lui arracher les ongles, le noyer, l’écarteler, l’enfermer dans une vierge de fer ou lui faire manger de la pâtée pour chat. Dès qu’il en aurait l’occasion, il essayerait de le tuer. Maintenant que la pression des otages n’était plus sur ses épaules et qu’il savait qu’ils étaient en sécurité, il pouvait se livrer à un affrontement avec lui. Il n’était pas certain de gagner mais s’il devait s’enfuir, il était presque sûr de pouvoir lui échapper.
Il se souvenait très bien de la dernière fois qu’il avait dû fuir devant une vampire. Elle était bien spécifique et aimait se nourrir entièrement des humains. Quand il l’avait retrouvé, elle avait tenté de le séduire. Et elle était impressionnante avec sa robe longue et presque transparente dont le décolleté montrait jusqu’au nombril, sa cape en voile fin, son regard bleu azur souligné de noir, sa mise en pli impeccable et sa peau ... indéfinissable. Elle était crayeuse comme celle d’un vampire et cireuse comme celle d’une poupée. Il avait failli perdre la vie lors de leur rencontre et il y était retourné avec du renfort, sans jamais pouvoir la retrouver.
Cette femme faisait partie de ces missions ratées. Il n’y en avait pas eu beaucoup mais elles le hantait de temps en temps. Et s’ils avaient recommencé à tuer sans qu’il ne le sache ? Il avait été attentif aux faits divers, avait cherché mais ne les avait jamais retrouvé. Il commençait à douter de son efficacité en tant que chasseur, ces derniers temps.
Caleb soupira de soulagement quand le vampire reprit la parole et lui demanda de l’accompagner. Il avait probablement d’autres idées derrière la tête mais, bien entendu, Caleb serait sur ses gardes. En attendant, il allait gentiment lui tenir compagnie, espérer qu’il ne soit pas résistant à l’alcool et aller boire un verre lui même. Il tenait relativement bien l’alcool - pas au point de faire des concours de shots sans s’évanouir mais quand même - et il était sûr de pouvoir gagner sur la longévité de son sens commun.
Ce type était juste une sangsue - sans vouloir faire de mauvais jeu de mots en rapport avec sa nature de vampire - et il lui semblait bien qu’il avait tout simplement envie de jouer un peu avec quelqu’un, de s’amuser et, avec de la chance, il rentrerait chez lui sans faire de mal à personne. Caleb n’avait vraiment pas envie de voir plus de sang que ça cette nuit.
En haussant les épaules, il entama la marche. Il connaissait un bon bar dans le coin : Le Sac à Vin. Généralement fréquenté par des vieux qui venaient tranquillement siroter leur bière du soir entre potes, le bar était assez sympathique et avait une bonne ambiance. Et leurs bières étaient à tomber par terre.
Ils traversèrent une rue et le vampire sauta sur un stand de cartes postales. Il lui expliqua brièvement son histoire à dormir debout et Caleb haussa les épaules à trois reprises. Il pointa une carte postale qui représentait des chatons entrelacés, sous le texte ‘Bons baisers de Miaoudernis State’ et qui semblait assez ridicule pour que personne ne l’achète. Si ce débile voulait qu’il choisisse, autant éviter qu’il ait l’air un minimum classe. Il se mordit l’intérieur de la joue pour ne pas sourire.
Il se rendit cependant bien compte que le vampire n’avait pas d’argent et leva les yeux au ciel. Il fourra le bout de carton dans les mains du vampire et le poussa à marcher plus vite. Il n’y croyait pas ! Il avait volé une carte postale avec un putain de vampire. Bien entendu, il n’avait aucun argent sur lui, il ne prenait jamais son porte feuille en mission, il n’avait pas envie que sa carte d’identité se retrouve sur une scène de crime. Ce qu’il faisait était toléré, tant qu’il ne laissait pas de traces de ses actions.
Une fois arrivé au Sac à Vin, il se fit saluer par le barman, un vieux gars bourru qui devait faire dans le mètre soixante. Génial, maintenant Etripeur connaissait son nom. Il s’assit au bar et regarda la carte, affichée en grand au dessus du bar.
“Une blonde pour moi, aromatisée au kiwi, merci.”
Il se tourna ensuite vers le vampire. Il se demandait bien ce qu’il prendrait. Il avait dit connaître quelqu’un à Gothik City, il venait peut-être de là bas... En tout cas, s’il voulait une boisson de là bas, il serait déçu. Contrairement à ce que son nom laissait penser, le Sac à Vin ne servait pas de vin.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lucifer's Kin
Messages : 16
Date d'inscription : 04/06/2016
Ville de résidence : Aucune
Emploi : Assassin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Du genre à faire des missions suicides
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Shadow vs Light   Sam 6 Aoû - 14:57


Shadow vs Light

Slythe Velvet & Caleb Mah
Episode 01 de la saison 1
♫ Sound of the Revolution


Miaoudernis State.
Slythe se demanda quel génie avait pu avoir une idée aussi extraordinaire tout en étant absolument nulle. Il laissa Caleb le pousser en avant, manifestement il n’avait aucune intention de payer cette carte postale. Le vampire jeta un coup d’œil dans la boutique, le vendeur derrière son comptoir semblait sur le point de s’endormir. Il n’avait rien remarqué.

« Le sauveur des humains a donc un mauvais côté, »
lança-t-il d’une voix un brin lugubre.

Sans vraiment le regarder, Slythe suivit le chasseur en inspectant la carte qu’il avait choisie pour lui. Des chatons ce seraient donc… Taesch allait probablement adorer détester cette chose. Et à la réflexion, cette illustration convenaient bien mieux que la vue de la Maison Blanche au crépuscule sur laquelle il avait hésité. Le message n’en serait que plus sinistre. Il aurait tant aimé être présent pour voir sa tête, son visage se décomposer sous l’horreur, le frisson qui allait secouer ses muscles magnifiquement déliés…
D’un geste rapide et sûr, le vampire fit disparaître la carte dans sa botte. Il espérait qu’elle ne serait pas trop abîmée quand il rentrerait dans sa nouvelle maison. Il avait le pas léger quand il voulait, mais les fabrications Modernis n’étaient pas connues pour leur solidité.
Les humains aimaient le changement, « l’évolution » qu’ils appelaient cela. Hors, Slythe n’avait pas assisté qu’à des changements bénéfiques au cours de sa longue vie. Car ce n’était pas la première fois qu’il venait à Modernis State, bien sûr. Il ne saurait dire au juste combien de séjours il y avait passé. Probablement plus de vingt. En tout cas, la ville changeait très souvent. Ici, ils ajoutaient des voies, là ils en enlevaient. Les propriétaires des boutiques se succédaient, comme les noms de ces mêmes boutiques, voir l’entièreté de leurs contenus. Tout bougeait, trop vite. Un vampire multi-millénaire comme Slythe était complètement dépassé. Ce manque de constance ne l’impressionnait pourtant pas. Il lui apparaissait même plutôt comme un défaut. Les humains étaient des êtres sans cesse à l’aube de leur vie, la modelant de mille et unes façons en espérant qu’un miracle se produise et qu’ils trouvent la bonne manière de faire les choses. C’était complètement ridicule. Presque autant que les trous dans les vêtements de son guide.

Après un court moment, l’homme barbu se stoppa devant Le Sac à Vin. Une charmante gargote, à n’en pas douter, qui devait accueillir son lot d’ivrognes. En pénétrant dans le lieu, Slythe fronça le nez, assailli par une forte odeur de transpiration mêlée de tabac et d’alcool. Au moins, le tavernier avait l’air aimable. Il lui fit même la fleur d’appeler le chasseur de vampire par son charmant prénom : Caleb. Un sourire vorace étira les lèvres gourmandes du vampire, qui prit place au bar sans faire de commentaire.
Quand vint son tour de commander une boisson, il scruta avec circonspection la carte affichée clairement entre deux rangées de bouteilles décoratives. Désorienté par les noms fantasques de la moitié des boissons et n’ayant guère envie des autres, Slythe décida de s’en remettre au bonhomme court sur pattes qui frottait machinalement le bout d’un torchon propre sur son bar.

« Mettez-moi ce que vous avez de plus…
-Fort ?
-Rouge. »

La surprise marqua les traits du tavernier et sans avoir à dévier son regard émeraude, Slythe sentit l’attention des plus proches clients se fixer sur lui. Comme c’était charmant d’intriguer autant de monde. Evidemment, personne n’oserait l’accuser d’être un vampire, par peur d’avoir raison sans doute.
Tandis que leur obligé s’affairait à ses bières pression, Slythe étudia plus avant les divers alcools que proposait la maison. Il s’avéra qu’il n’y avait point le moindre vin, ce qui était bien décevant pour une enseigne qui se ventait d’en avoir tout un sac. Bien sûr, il n’était pas ignorant au point de ne pas reconnaître l’expression populaire, aussi bien à Modernis qu’à Gothik City. L’insulte franche faite ainsi aux consommateurs du Sac à Vin aurait sans doute dû repousser la clientèle, pourtant, clairement, il n’en était rien. Soit ils avaient beaucoup d’humour, soient ils étaient assez naïfs pour croire que le qualificatif ne pouvait s’apparenter à eux.

« Alors… Caleb… Quel joli nom, vraiment. Atypique je dirais. Il convient autant ici qu’il le ferait à Gothik City. Peut-être aussi à la Cyber Junkyard, je n’en sais rien, je ne suis pas vraiment un amoureux de cet endroit. Tu es un mystère, l’humain. D’où viens-tu, quelle est ton histoire ? J’aimerais vraiment le savoir. J’espère que tu boiras assez pour me raconter comment tu en es arrivé à chasser les miens. »

Il était si sûr de lui que Slythe ne voyait pas en quoi découvrir ses plans pouvait leur nuire. Alors qu’une haute bière d’un rouge si sombre qu’il en rappelait le sang coulant sous le ciel d’une nuit sans lune était glissée devant lui, il se leva du tabouret inconfortable sur lequel il s’était installé plus tôt et déclara sans se soucier de parler à voix basse :

« Je reviens, il faut que je soulage quelques pulsions primaires. »

D’un pas élégant, Slythe traversa ensuite la salle en attirant de nombreux regards. Il en reconnut des envieux, d’autres étaient gourmands et emplis d’un désir lubrique, certains étaient hésitants. Pourtant personne ici n’avait les couilles nécessaires pour oser lui proposer de le troncher dans les commodités de cette taverne.
Un lieu bien pratique que ces petites pièces où les consommateurs pouvaient soulager leur vessie. Amusant aussi de voir que les hommes et les femmes étaient séparés comme du bétail. La première fois qu’il avait vu ces fameux toilettes, Slythe s’était tout de suite demandé si l’un des sexes bénéficiaient d’avantages sur l’autre. Est-ce que quelqu’un s’était déjà rendu dans la mauvaise pièce sciemment ? Evidemment, il avait essayé. C’était dans un night club au nom prometteur, le Purple Velvet, et les femmes s’étaient contenté de lui jeter des coups d’œil méfiants jusqu’à ce qu’il disparaisse dans une cabine pour faire semblant d’utiliser ce qui était mis à sa disposition. Mais quand il s’était lavé les mains, Slythe n’avait rencontré qu’une curiosité engageante et l’un des spécimens éméchés, qui tentait vainement de réparer les dégâts causés par un eyeliner coulant, lui avait même glissé une plaisanterie.

Le vampire ne resta pas longtemps dans les toilettes du Sac à Vin. A force de se contenter régulièrement, il avait appris à se soulager rapidement et sans bavure, littéralement. Il prit juste le temps d’ajuster convenablement son pantalon, parce qu’avoir deux paires de testicules, ce n’était pas toujours très confortable. Il regrettait un peu de ne pas s’être changé avant d’entamer sa promenade touristique.
De retour sur son tabouret et devant sa bière aux reflets changeants, Slythe s’était assuré que la plupart des clients – celle qui était encore capable de faire la différence entre un être humain et une chaise – ait bien remarqué que la bosse qui tendait l’entrejambe de son pantalon avait bien dégonflée. Plusieurs affichèrent un air entendu, comme s’il fallait être fier d’avoir eut un instant l’esprit assez éclairé pour le soupçonner d’avoir la trique.

« Je suis désolé, fit-il sans aucune sincérité. Toute cette soirée a eu tendance à m’exciter. En tant que chasseur de vampire, je suis certain que tu sais de quoi je parle. »

Il noya sa ponctuation dans l’alcool. Ce dernier était excellent, bien qu’il y aurait bien ajouté une veine ou deux.  

"Mettez-moi ce que vous avez de plus…
-Fort ?
-Rouge."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire Hunter
Messages : 40
Date d'inscription : 25/10/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Shadow vs Light   Ven 2 Sep - 11:52


Shadow
vs
Light





Le sous-sol du bar était un endroit réellement terrifiant. Autrefois, on y torturait des vampires pour avoir osé poser le pied à Modernis State mais, à présent, la Confrérie estimait que ce n’était pas une bonne idée de faire du mal aux vampires comme ça. A vrai dire, la moitié d’entre eux étaient hybrides ou en couple avec un vampire. Ils se battaient plus contre des criminels que contre des vampires.
La cave, en revanche, juste au dessus du sous-sol, était réellement festive. Une vraie cave de bar, éclairée de LED aux murs qui formaient des mots grossiers, remplie d’alcool à ras la gueule et équipée d’un flipper pour les serveurs qui s’ennuyaient pendant leurs pauses. Elle servait aussi de réunion de crise pour la Confrérie des Chasseurs ou de lieu de poker avec sa petite table dans le coin le plus sombre.
Longtemps, Caleb avait espéré reprendre ce bar quand sa carrière serait devenue trop épuisante. Le barman et troisième gérant du bar, par exemple, était un chasseur d’environ trois soixante dix ans, qui en faisait à peu près cinquante. Les chasseurs, s’ils ne pouvaient pas être transformés en vampire, vivaient incroyablement longtemps. Généralement, ils dépassaient tout juste les cinq cent ans mais certains d’entre eux pouvaient aller jusqu’à mille ans.
Pour lui, cet endroit était comme un fort. Aucun vampire ne pourrait jamais le mettre à sac et tout le monde savait parfaitement qui était qui. Et puis, les années avaient passé et il s’était rendu compte que tout n’était pas noir et blanc comme son cousin semblait le croire. Un chasseur de vampire n’était pas un tueur, il était juste un policier sur-entraîné qui agissait dans l’ombre. D’ailleurs, il y avait une loi qui exigeait qu’un chasseur arrêté montre son contrat en bonne et dûe forme s’il était prit en flag par la police. Mais ça c’était avant que son cousin ne supprime toutes les lois de protection des vampires.
La clôture du Code de Protection des Êtres Vampiriques avait provoqué un tollé mais, après ça, McKenzie était aussi devenu beaucoup plus populaire chez la classe des patrons.
Plus tôt, Slythe l’avait appelé ‘le sauveur des humains’ mais il rendait surtout service aux vampires et aux hybrides en final. En leur épargnant plus de mauvaise presse, il pouvait affirmer qu’il les sortait de mauvais pas. Comme toujours, les humains aimaient accuser une communauté pour les actes d’un seul homme. Accuser son voisin hybride était beaucoup plus facile que d’ouvrir les yeux et de se rendre compte que sa propre communauté contenait aussi son lot de monstres.
Le vampire se mit à parler, beaucoup, comme s’il ne pouvait juste pas s’arrêter. Le chasseur le regarda débiter longuement ses phrases et leva les yeux au ciel. Oh, comme il avait envie de tapisser les murs de sa cervelle en ce moment mais il n’était même pas vraiment sûr qu’il en avait une. Il haussa les épaules, n’ayant pas de secrets pour quiconque. Mais le vampire était déjà parti sans lui laisser le temps de parler.
Alors qu’ils venaient tout juste de s’installer, Slythe déclara qu’il devait aller aux toilettes. En haussant un sourcil, le jeune homme haussa les épaules. Jusqu’à se rendre compte que l’homme ne pouvait pas avoir de besoins naturels. Est-ce qu’il avait voulu s’échapper ? C’était ridicule, c’était lui qui tenait Caleb en laisse. ... Non. Cette image ne lui plaisait pas.
Il se redressa sur son tabouret portant la marque du fameux marchand de meubles Ikréa et essaya de regarder autour de lui. Les autres avaient bien comprit qu’il avait ramené un vampire ici mais ils n’étaient pas plus méfiants que cela. Tout le monde savait bien que les suceurs de sang étaient autorisés ici, quand ils étaient accompagnés d’un habitué.
Quand le vampire revint s’asseoir sur le tabouret fraîchement repeint, il était évident qu’il n’était pas allé faire ce que l’on fait habituellement aux toilettes. Caleb le regarda avec un sourcils haussé largement et il haussa les épaules. Ce mec était débile et il n’allait certainement pas se laisser surprendre par ses habitudes bizarres. Ce devait être le type de mec excité par une prise femelle.
Il sirota sa boisson en regardant le vampire. Il était vraiment hors du commun. Caleb pouvait sentir la puissance qui jaillissait de lui par flots. La vue d’un chasseur était vraiment très difficilement explicable. Il voyait les auras des gens, parfois, quand il ne les regardait pas directement. Plus elles étaient dorées et plus la personne était puissante, déterminée ou tordue. Certaines bouillonnaient comme celle de ce vampire, d’autres frémissaient juste. Celle d’Yvan von Dast, par exemple, était noire et lisse comme la surface d’un lac, ce qui indiquait qu’il était cruel mais que sa colère n’était que temporaire. Il aimait la guerre, pas le meurtre.
C’était pour cela que Caleb ne lui avait pas planté un carreau dans le crâne. Ce vampire là était imprévisible et apparemment très puissant et tordu.
Tout le monde dans le bar regardait le vampire, plus ou moins attentifs. C’était courant lors de la première visite d’un vampire dans ce bar. Certains, comme la femme du barman, avaient leurs entrées n’importe quand et étaient très liés aux habitués. La première fois qu’elle était venue, habillée comme une gothike avec sa longue jupe blanche et son gilet en lin très fin, elle avait attiré toutes les méfiances. Depuis, elle avait adopté le style de la maison - jean et chemise en flanelle -  mais elle avait à peine eu besoin de cela pour se faire apprécier.
Il remarqua qu’un des chasseurs qu’il connaissait bien pour avoir un peu travaillé avec lui, était particulièrement intéressé par Slythe. Est-ce qu’il le connaissait ?
Caleb essaya d’interroger Chinatsu du regard mais celui-ci se contenta de hausser les épaules et de retourner à sa boisson, un whiskey pur-feu dont seul le barman du Sac à Vin avait le secret. D’ailleurs, le nom du bar avait été choisi spécialement pour repousser la quelconque clientèle qui ne faisait pas partie de la Confrérie. En plus d’être dans une allée isolée, le bar était rarement dérangé par des civils.
En faisant comme si personne n’avait comprit le vampire se fit un plaisir d’appuyer sur le fait qu’il était allé se satisfaire sexuellement. Hm. Super. Maintenant il avait la super-honte. Cette tête à claques allait le ridiculiser.
En haussant les épaules, Caleb roula des yeux une nouvelle fois et se contenta de lui glisser une phrase, faisant comme si ce qu’il disait n’avait aucune importance.
“En  fait, en tant que chasseurs de vampires, tout le monde ici sait de quoi tu parles. Mais ne t’en fais pas, tu ne sors pas du lot. Des tordus comme toi, on en croise tous les jours.”
Les autres clients du bar rirent un peu en hochant la tête. Chinatsu n’avait apparemment pas le cœur à rire et jouait avec les fils de métal avec lesquels il avait l’habitude de tuer ses contrats. Entrelacés dans ses mitaines, ils étaient de terribles armes.
“Nous avons devant nous le roi des tordus, Caleb. Slythe Velvet est un assassin de la Cour.”
La déclaration jeta un froid dans le bar et tous les regards se tournèrent vers Chinatsu. Il se leva, lentement, ménageant son effet et fit claquer ses fils qui rentrèrent dans ses mitaines. Caleb soupira. Super, ce Slythe allait déclencher une bagarre de bar.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lucifer's Kin
Messages : 16
Date d'inscription : 04/06/2016
Ville de résidence : Aucune
Emploi : Assassin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Du genre à faire des missions suicides
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Shadow vs Light   Mer 7 Sep - 18:21


Shadow vs Light

Slythe Velvet & Caleb Mah
Episode 01 de la saison 1
♫ If You Feel Better


En reposant sa bière, Slythe poussa un distinct soupir de satisfaction. A défaut d’être réellement délicieuse, la boisson était bien fraîche. C’était peut-être parce qu’il était de nationalité gothike, ou  bien parce qu’il avait vécu plusieurs années dans le désert, en tout cas il appréciait tout particulièrement la sensation de froid sur sa langue et qui descendait à l’intérieur de son corps. Alors que Caleb lui balançait une réplique sans beaucoup plus d’intérêt que les précédentes, il se lécha les lèvres pour en recueillir les quelques gouttes maltées qui s’y étaient déposées. Et puis, il tiqua et tourna vivement la tête en direction du chasseur. Avant de recommencer, mais pour le reste des personnes présentes. Lentement, un large sourire étira ses lèvres, découvrant ses dents blanches et les deux canines pointues.

« Oh, sérieusement ? Mais c’est génial ! »

Il fit coucou à toute l’assistance, avant de se replonger dans sa bière, pensif. Des chasseurs de vampires… Tout un bar de chasseurs. Il en existait sans doute d’autres évidemment. Est-ce que c’était une toute nouvelle caste ? Parce qu’il fallait être sérieusement timbré pour inventer un truc pareil. Ou incroyablement désespéré.
Il jeta un coup d’œil en biais à l’humain. Avait-il un passé douloureux ? Il n’en avait pas le regard pourtant. Enfin, même lui n’était pas infaillible et quelqu’un pouvait parfaitement jouer la comédie et être capable de lui cacher ça. De son point de vue, Caleb lui semblait être un enfant qui se la jouait.

Après une nouvelle gorgée de bière qui lui arracha un autre soupir de contentement, Slythe se baissa lestement pour exhiber la carte postale qu’il avait fauchée avec son nouveau meilleur ami. Pour un soir en tout cas.

« Tavernier ! De quoi écrire, je vous prie ! Il est grand temps que je donne de mes nouvelles à mon père. »

Il attrapa le stylo que lui tendait l’homme avec une moue que Slythe n’arrivait pas à déchiffrer (et honnêtement il n’en avait pas grand-chose à faire) pour pointer la plume sur le papier cartonné. Quand il essaya d’inscrire des mots, cela ne fonctionna pas. Ses sourcils se froncèrent d’indignation. Lui fallait-il de l’encre ?

La voix acerbe d’un jeune homme qui devait avoir une profonde blessure à l’âme s’éleva dans le bar, soudain très silencieux. Slythe sourit légèrement en coin, il était flatté d’être connu par quelqu’un d’aussi jeune. Pourtant, il ne lui montra pas d’autre signe d’intérêt, se contentant de faire tourner le crayon entre ses doigts en essayant de percer son secret.
Un claquement métallique lui fit dresser l’oreille. Un son qui ne lui était pas complètement étranger. Avec un sourire goguenard, il se laissa glisser de son tabouret et se rapprocha d’un pas qui n’était pas sans rappeler celui d’un prédateur, ou d’un strip-teaser qui voulait faire patienter son public. Slythe aimait l’idée d’incarner les deux.
Quand il se retrouva devant le jeune homme, juste à cinq centimètres, il prit une inspiration pour goûter son parfum. Tabac, sueur, peur et adrénaline. Il avait très envie de mordre dans sa chair tendre, mais il allait s’abstenir. Ce n’était pas qu’il avait peur pour sa vie, il ne voulait juste pas terminer sa nuit en se battant. Il était à Modernis State pour prendre du bon temps avant d’assouvir sa vengeance sur Taesch. Et puis les bagarres, ce n’était pas vraiment son truc.

« Excuse-moi,
lança-t-il finalement après un petit moment à le narguer ouvertement, jouissant de sa tension. Est-ce que tu sais comment on fait fonctionner ce machin ? »

Il brandit le stylo et le chasseur s’en trouva tout dépourvu. Une vague de colère passa sur son visage, avant de s’installer dans ses yeux gris. Les dents serrées et les lèvres retroussées dans une affreuse grimace, l’humain le plaqua au mur, un fil métallique contre sa gorge. Slythe se laissa faire, se contentant de le regarder avec une condescendance clairement affichée.

« TU TE MOQUES DE MOI ! APRES CE QUE TU M’AS FAIT !
-J’ai tué ce type, hein ? Tu l’aimais ? Tant pis pour lui, il n’avait qu’à pas me provoquer. »

L’autre fulminait de rage, à tel point qu’il accentua la pression sur la gorge du vampire, toujours aussi calme. Un peu de sang coula sur sa peau, il s’en moquait. Slythe coula un regard impatient sur Caleb. Quand allait-il se décider à intervenir ? De toute évidence, ce gosse allait essayer de lui trancher la tête.

« Mon chéri, si tu n’interviens pas je serais obligé de lui dévisser le cou. Je doute qu’il s’interrompe tout seul. »

Alors qu’il parlait, le sang coula de plus belle hors de sa gorge et la douleur s’accentua. Il avait l’impression qu’on lui sciait le cou de l’intérieur. Ce qui était plus ou moins le cas en fait.  

"Tavernier ! De quoi écrire, je vous prie !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire Hunter
Messages : 40
Date d'inscription : 25/10/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Shadow vs Light   Dim 18 Sep - 15:55


Shadow
vs
Light





Au début, Caleb n’aimait pas du tout Slythe. Il pensait qu’il n’était qu’un fils de pute sans sentiments, comme la moitié de vampires du trimonde. Maintenant, non seulement il avait confirmé ses soupçons mais en plus il le détestait encore plus. Il avait cru qu’en l’emmenant au Sac à Vin son problème serait réglé mais en fait la situation était encore pire maintenant qu’elle ne l’avait été quand ils avaient volé une carte postale.
Un courant d’air froid passa dans le bar. Du moins c’est ce que crût Caleb mais les faits étaient tout autres. La moitié des chasseurs du bar avaient préparé leurs armes cryogénisantes - un grand classique qui empêchait aux vampires de s’échapper - sous la table. Slythe ne devait pas l’avoir remarqué mais Caleb si, puisqu’il était habitué à cette technologie. Oh putain de merde, une bagarre allait bien éclater.
Il jeta un regard au petit vestibule qui donnait sur le sous-sol et les toilettes, rapidement. Il pourrait peut-être les laisser s’en prendre au vampire et s’échapper par là, pour ne rien avoir à faire là dedans. Après tout, ce mec était parfaitement chiant et s’il pouvait crever comme un chien, personne ne le pleurerait. Enfin, personne dans ce bar. Et puis, personne à part les chasseurs ne les avaient vu ensemble ...
Une chasseuse qui portait une jupe en tulle leur jeta un coup d’oeil. Elle ne leur avait pas prêté attention jusqu’à présent mais elle semblait désormais intéressée. Ils avaient bossé ensemble - comme il avait bossé avec la plupart des chasseurs qui fréquentaient ce bar - et elle sembla le reconnaître, puis le juger sévèrement du regard. Oh oui, Grenat était encore plus à cheval que lui sur le code des chasseurs et toutes ces conneries d’honneur.
Mal à l’aise, il reporta son regard sur la boisson pourpre du vampire. Il ne se cachait aucunement du fait d’être un vampire et peut-être était-il suicidaire. Ou n’avait-il absolument pas conscience de l’endroit où il était. Depuis les dernières lois de Mai que McKenzie avait fait passer en force, la plupart des vampires pouvaient être abattus à vue par la nouvelle milice de la ville. Les plus peureux avaient fui ou se terraient, ce qui rendait son travail moins risqué mais plus difficile.
Quelques gouttes écarlates étaient tombées du verre du vampire et étincelaient doucement sous la lumière des néons du bar. On aurait dit du sang, de son point de vue. Et s’il n’arrêtait pas Chinatsu maintenant, ce bar en serait recouvert. Merde !
Sa propre boisson alcoolisée, vert pomme ou presque, était à moitié finie mais il n’avait pas envie de continuer à siroter son cocktail avec une telle tension. Il savait que la solution reposait sur ses épaules et que tout le monde le regardait en attente impatiente de savoir ce qu’il en serait de sa décision. En soupirant doucement, il se leva de son tabouret. Sa taille impressionnante lui suffisait généralement à calmer ses opposants mais il aurait besoin de plus que ça pour calmer son ami.
Il fronça doucement les sourcils et le regarda dans les yeux. Chinatsu tenait ses fils si forts contre la gorge de Slythe que le sang commençait à perler sur sa peau. D’ailleurs, Caleb se fit la remarque qu’il n’avait pas la peau classique des vampires, ce qui devait l’aider à se fondre dans la masse à Modernis State. Sans ses continuelles clins d’oeils et références au fait qu’il était un vampire, il aurait été indétectable.
“Écoute, ton maître n’a pas respecté les règles du Code et il l’a payé. Tout le monde sait très bien qu’on a ni le droit d’attaquer un des membres de la Guilde, ni d’attaquer un vampire à Gothik City. Il a été aveuglé par sa haine des vampires, voilà tout. Il se pensait meilleur que tout le monde et tu le sais bien ... “
Chinatsu ne cilla pas, au début. Caleb plongea son regard brun d’une tendresse infinie dans celui de son ami qui, peu à peu, lâcha prise. Il émit un claquement de langue et remballa ses fils en éclaboussant un peu Slythe de son propre sang.
“ Tu as raison pour mon maître. Il n’en reste pas moins un connard pour avoir abandonné ma mère.”
Caleb et Chin se connaissaient depuis longtemps. Quand Caleb avait débarqué dans cette ville, à treize ans, il avait été persécuté par des gens qui avaient bien remarqué qu’il était entretenu par une famille riche. Chinatsu les avait dissuadé en plantant une fourchette dans la main de leur chef et ils ne s’étaient pas beaucoup quitté depuis. Et Caleb avait toujours su que Chinatsu était le fils d’un vampire qui avait abandonné sa mère quand elle était encore enceinte. Mais il ne pensait pas qu’il rencontrerait le géniteur de son ami comme ça !
Certes, Slythe n’avait pas reçu les faire part de naissance mais il savait bien que la mère de son fils était enceinte quand il était parti d’après elle. Caleb roula des yeux et soupira avant de se rasseoir. Est-ce qu’il pourrait boire tranquillement maintenant ? Il en avait tellement marre de cette soirée ...
“Allez, papa vas y, dis à ton nouvel ami comment tu as abandonné ma mère alors qu’elle en était à son sixième mois de grossesse pour une fille plus jeune !
-Non merci, je veux pas entendre ça, je rentre chez moi. ”
Cette mise en scène l’avait fatigué. Chinatsu, Slythe, ce contrat et même toute cette histoire de carte postale l’avait foutu dans un état de fatigue monstre. Il se leva, demanda au barman de mettre leurs consommations sur son ardoise et enfila sa veste en cuir. Le temps se faisait frais par ces heures là. D’ailleurs, le couvre-feu ne devrait pas tarder à tomber. Il avait un laissez-passer pour les cas où il serait sur une mission mais il ne voulait pas trop en abuser.
“Callie ...”
La voix peinée de Chinatsu le fit se sentir un peu coupable et il déposa un baiser affectueux sur le front du jeune homme avant de se passer une main dans ses cheveux. Il lui assura qu’ils se reparleraient plus tard et franchit rapidement la porte du bar. Surpris par l’air froid de la nuit, il se sentit frissonner. En marquant une pause, il se demanda si le vampire-serpent allait le rejoindre.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lucifer's Kin
Messages : 16
Date d'inscription : 04/06/2016
Ville de résidence : Aucune
Emploi : Assassin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Du genre à faire des missions suicides
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Shadow vs Light   Dim 18 Sep - 17:55


Shadow vs Light

Slythe Velvet & Caleb Mah
Episode 01 de la saison 1
♫ When you're evil


Ce bar était vraiment tout moisi. Slythe aimait les jolies choses, les beaux endroits entretenus. C’était l’avantage de bosser pour le compte de la Guilde, la plupart de ses contrats se faisaient dans de ravissants manoirs. Bien sûr, il avait vécu dans une grotte pendant plusieurs années, ce qui tendait à démentir son goût pour le luxe, mais… En fait, ce n’était pas le cas. Il n’aimait pas le luxe. A vrai dire, il aimait beaucoup plus la simplicité. Mais là, c’était vraiment rustique et dégoûtant. Les tables vous collaient aux doigts rien qu’à les regarder, des bestioles couraient sur les poutres apparentes et la poussière avait fait son nid dans plusieurs coins. Il était un assassin propre, rapide et efficace. Il frissonnait face au travail mal fait.

Le fil métallique s’enfonça dans sa gorge, cisaillant un peu plus de chair. Il avait fini par l’oublier, ce type ne se décidait pas à l’achever et l’humain barbu à l’arrêter. La voix lasse de ce dernier finit pourtant par résonner dans le bar. Apparemment, tout le monde attendait de savoir ce qui allait se passer. Ce n’était pourtant pas un grand mystère. Il allait y avoir du sang, beaucoup de sang, et une mort, au moins. Pas la sienne, parce qu’il n’allait pas se laisser décapiter par un vulgaire petit… Peut-être n’était-il pas finalement si humain. Il avait un parfum très doux et sucré. Vanille, cannelle ? Il n’arrivait pas à se décider. A moins qu’il s’agisse de son eau de toilette.
Après un moment de tension qui ne lui donna pas vraiment la chair de poule, Slythe fut libéré. Le métal rongea la blessure en s’en extrayant sans aucune délicatesse. Le vampire grimaça et porta doucement sa main à son cou. Il saignait encore, mais ça ne durerait pas. Normalement.

Les mots du jeune chasseur aux yeux gris pénétrants heurtèrent son oreille avec une dureté qui le sidéra. Il ne pensait pas pouvoir être pris au dépourvu, et pourtant… Lentement, il releva son regard sur lui, qui était tourné vers Caleb. Avait-il vraiment conscience qu’un vampire multimillénaire se tenait à un pas de lui ? Ou alors, il s’en fichait. Il était si sûr de lui, beau et attirant… Etait-ce seulement possible ? Oui, sans doute… Slythe avait fait des conneries, comme tout le monde. C’était l’une des choses les plus amusantes de la vie après tout.
Caleb reprit sa place sur le tabouret et le vampire le suivit tranquillement. Avec toute cette agitation, le hasard avait activé son stylo et il put inscrire quelques mots au dos de la carte postale.

« I’m coming. »

Sciemment, il avait mal refermé le « o ». Taesch comprendrait. C’était de lui qu’il tenait son humour douteux. Etrangement, il n’avait jamais entendu quiconque le critiquer quand il sortait de la bouche de son maître. On riait, on l’applaudissait même. Alors que lui… Oh, lui aussi, sûrement, mais ça faisait tellement longtemps qu’il n’avait pas arpenté la Cour de Gothik City !

Pauvre Caleb, songea Slythe alors que la voix pleine de haine s’élevait de nouveau. Il n’allait jamais pouvoir terminer sa bière en toute sincérité. Et pauvre de lui, si injustement accusé d’abandon. Il aurait donc réitéré l’acte de son propre géniteur. C’était un cercle vicieux, le destin s’acharnait sur son sang.
Alors que le chasseur barbu déclarait qu’il rentrait chez lui, Slythe rejoignit d’un pas léger celui qui clamait être son fils. Il glissa le stylo dans la poche de poitrine de sa chemise, profitant de cette proximité pour examiner ses traits plus attentivement. Il se souvenait vaguement d’yeux couleur de pluie, d’une peau chaude et presque douce, de longs cheveux noirs crépus… Son fils avait la lumière de son propre regard, son assurance et sa passion. Il en aurait été fier s’il l’avait élevé. En lieu et place, un chasseur vaniteux s’était occupé de lui. Et il avait tué ce type qui l’avait agressé sans raison apparente.

« C’est donc ce qu’elle t’a raconté ? Et bien, on peut dire que c’est ironique. Je vais maintenant t’abandonner pour un homme plus vieux. »

Avant qu’il puisse réagir, Slythe plongea sur sa joue avec la vivacité d’un serpent et y colla un baiser très léger. Il esquiva le coup de poing et s’en alla, suivant Caleb, déjà dehors. Slythe aurait aimé qu’il pleuve, ou qu’il fasse froid, mais seul la chaleur sèche de Modernis State le cueillit sur le trottoir. Il poussa un long soupir. Il aurait bien vu Caleb fumer également pour se réchauffer, ça aurait été un spectacle magnifique et parfaitement approprié à ce qu’il venait de vivre. Cette petite révélation filiale.
Il suivit Caleb, sa carte postale dans une main et les yeux levés vers le ciel. On ne voyait pas les étoiles, quel dommage. Réfléchissant, il essaya de se remémorer exactement d’où pouvait provenir cet enfant, dont il ne connaissait même pas le nom. Si ses souvenirs étaient corrects, ça s’était passé trente-deux ans plus tôt. Il était à Modernis State alors, entre deux de ses voyages. Une nouvelle drogue faisait fureur sur le marché clandestin, elle était produite par un certain Alaric. Il avait trouvé amusant de la tester avec cette femme. Et elle avait réussi à l’intéresser juste assez pour qu’il couche avec elle sans la tuer (il n’avait cependant pas refusé un petit en-cas sensuel), ou alors il était juste complètement high. Après ça, Slythe ne l’avait jamais revue. Il était parti, parce qu’il avait d’autres chats à fouetter.

« C’est faux, lança-t-il sans préambule après plusieurs minutes de silence. Je sais que tu penses que je suis un vampire sans cœur et cruel, ce qui est totalement vrai, excepté pour mon propre compte, mais… Je ne l’ai pas abandonnée. Je ne savais même pas qu’elle était tombée enceinte. C’était un coup d’un soir. »

Qu’aurait-il fait s’il l’avait su ? Un enfant hybride, c’était quelque chose de rare et précieux. Mais qu’une humaine ait pu bénéficier de sa splendide semence ? Un point pour l’hybride, un point pour la blessure toujours ouverte de son propre abandon. Il serait probablement resté jusqu’à l’accouchement, ensuite il aurait enlevé l’enfant à sa mère, qu’il la tue ou la tienne à l’écart.

« Quant à son maître, il est venu me cueillir dans le désert, pas à Gothik City. Du coup je ne sais pas si ça rentre dans le code des chasseurs. C’est amusant quand même, ce code. Vous avez beaucoup de lois sympathiques, comme ça ? Si je peux passer au travers des mailles du filet, juste pour vous emmerder, tu penses bien que ça m’intéresse. Hum… Je me demande quand même comment il a su où j’étais… Oh, peu importe, il est mort après tout. Comment s’appelle mon fils, au fait ? Si ça avait été mon choix, je l’aurais probablement appelé Ketzal, ou Sugar. Mais je doute que sa mère ait fait un aussi bon choix, c’était une camée. Oh, une boîte aux lettres ! »

Il se rua sur la boîte, de couleur pourpre pour signifier qu’ils récupéraient du courrier à destination de Gothik City, et y glissa la carte postale. Il avait eu le temps de noter l’adresse du manoir Condé. Peu importait que Rozen tombe dessus en premier, il savait que Taesch finirait par savoir.
Quand il revint auprès de Caleb, il avait la satisfaction d’avoir engendré un événement qui ferait trembler son ancien maître dans ses mini-shorts roses à paillettes.

"Et bien, on peut dire que c’est ironique. Je vais maintenant t’abandonner pour un homme plus vieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire Hunter
Messages : 40
Date d'inscription : 25/10/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Shadow vs Light   Mar 20 Sep - 17:55


Shadow
vs
Light





Chez lui, Caleb avait un charmant kit anti-vampire composé de poignards, de pieux, d’acide et d’une bible. Oh, les chasseurs n’étaient pas catholiques, malgré de nombreuses rumeurs. Caleb, lui, était satanistes. Pas très pratiquant, il participait quand même aux fêtes principales de son culte. Et la bible sataniste qui se trouvait dans son kit-anti vampire n’était pas légère. Et elle lui avait déjà sauvé la vie plus d’une fois.
Mais le chasseur savait très bien que ce kit lui serait d’une aide minime si Slythe décidait de l’attaquer. Dans le scénario le plus optimiste, Caleb mourrait et ne serait pas transformé en vampire. Oh, c’était une friandise des grands méchants vampires de faire ça, essayer de transformer les humains qui le chassaient. Normalement, leur formation les empêchait toute transformation mais certains cas avaient déjà été recensés ... il ne voulait pas en faire partie.
Ladon, un vieux chasseur qui avait décidé de prendre sa retraite, avait fait une dernière chasse. Deux jours plus tard, il était un vampire étrange, rendu fou par le mélange entre sa nouvelle nature vampirique et son entraînement. Caleb avait dû le tuer de ses propres mains. Ce qu’il avait vu dans ses yeux juste avant de l’égorger lui avait causé une telle frayeur qu’il n’avait pas pu faire autrement que de prendre des vacances prolongées à Gothik City.
La morphologie des chasseurs étaient changée, peu à peu au cours de la formation. Par exemple, ils avaient des parois membraneuses dans le cœur qui lui permettait de faire circuler le sang plus ou moins vite, évitant ainsi toute crise cardiaque. Sans compter leurs pouvoir, modifiés, et d’autres choses très arrangeantes qui leur permettaient d’être plus forts, plus agiles, plus rapides.
Pour certains les changements étaient plus flagrants et inattendus. Il y avait un chasseur dans ce bar qui cachait, sous ses vêtements, une crête acérée de longs piquants qui courait le long de son échine. Caleb n’avait jamais eu quelque chose d’aussi extraordinaire mais bon, il était possible que cela vienne plus loin dans son expérience. Certains avaient développé des cornes des décennies après avoir fini leur formation.
Ils croisèrent une jeune femme qui ne portait qu’une mini jupe en jean sombre dans la rue qui menait à chaque Caleb - il était décidé à rentrer et reprendrait sa moto le lendemain - et le chasseur se demanda si Slythe avait l’intention de la mordre elle aussi. Il avait l’air joyeux mais Caleb était préparé à ce qu’il devienne violent.
Finalement, la fille passa sans embûches et Caleb relâcha un peu sa vigilance. Il pouvait avoir les yeux d’un chat quand il le voulait - en matière de vue acérée, pas en forme - mais les luminaires qui éclairaient les rues toute la nuit à cause du couvre-feu lui faisaient si mal aux yeux qu’il les gardait plissés. Il était d’accord sur le fait de limiter la criminalité mais brancher les lampadaires de la rue sur des générateurs nucléaires n’était peut-être pas la meilleure solution.
Ils dépassèrent la statue de cheval héroïque, dressé sur deux pattes, qui dévoilait sa cuirasse ventrale de pierres précieuses et arrivèrent dans des quartiers plus riches, qu’ils avaient quitté un peu plus tôt. Néanmoins, ils se situaient à l’autre bout de la ville.
Il avait toujours trouvé ce découpage ridicule. Il était beaucoup plus subtil qu’à Gothik City et Caleb n’aimait pas ça. On ne pouvait pas savoir dans quelle partie de la ville on était, à moins d’être aux extrêmes de la pauvreté et de la richesse. Son quartier, par exemple, aurait très bien pu être très riche ou très modeste. En réalité, il était situé entre les deux. Amaterasu était une jolie banlieue pour comptables et il avait trouvé une charmante maison en plein milieu.
Il aimait beaucoup la façon dont était agencé son immeuble en revanche. Une fontaine charmante était disposée dans le hall, remplie d’eau bénite - par des prêtres chasseurs, elle aurait brûlé n’importe quelle personne ayant une trace de confession sataniste en lui, aussi Caleb évitait-il d’y toucher - et son ascenseur était équipé d’un détecteur d’empreintes digitales et d’une analyseur de voix.
Ici, il était en sécurité et pouvait parfaitement être à l’aise. Il était sûr que n’importe quelle menace serait stoppée. Et puis qui s’en prendrait à un tatoueur indépendant ?
Sa porte d’entrée était aussi bardée de nombreux sorts très pratiques. S’il y avait une chose qu’il avait appris sur la magie pendant toutes ces années à pratiquer des sorts mineurs, c’était bien que la magie opérait toujours dans son intérêt. Elle avait une volonté propre et s’insinuait en vous jusqu’à vous contrôler si vous n’y preniez pas garde. Aussi avait-il toujours jeté des sorts de protection mineurs ou s’était-il donné des capacités runiques avec la plus grande des prudence.
Slythe reprit la parole et Caleb haussa les épaules. La demoiselle qu’avait été la mère de Chin aimait les bad boys au grand cœur et, manque de bol, elle avait mal misé. Et alors ? Caleb adorait Chinatsu, assez pour être sorti avec lui pendant presque un an, mais honnêtement sa famille était assez compliquée pour qu’il n’aille pas fourrer son nez dans celle des autres. Il avait déjà assez de cette torture qui était la sienne : devait-il rester fidèle, oui ou non, à son cousin ?
Ils se dirigèrent vers son immeuble et Caleb n’avait plus assez d’énergie pour demander à Slythe d’arrêter de le suivre. De toute façon, est-ce que ça aurait servi à quelque chose ? Ce mec s’amuserait à l’emmerder et prendrait ensuite un hôtel. S’il était un assassin de la Cour, il était sans doute habitué au luxe et on ne pouvait pas dire que l’appartement de Caleb en regorgeait, au contraire même.
Et puis, le vampire continua à déblatérer des choses complètement triviales dont Caleb se désintéressait comme de sa première chaussette. Ils passèrent devant un magasin qui arborait un panneau ‘Cassez-vous, nous sommes fermés’, qui fit sourire le chasseur. Il tiqua légèrement quand Slythe évoqua le prénom de son ... fils. Oh merde, il avait encore du mal à croire qu’il avait vraiment un père comme ça !
Quand il revint de la boîte aux lettres, ils étaient presque arrivés. Caleb croisa sa voisine du dessus, habillée d’une robe jaune criard, très classe, probablement en soie, un bouquet de rose à la main. Il s’arrêta devant son immeuble en soupirant.
“J’habite là, bonne nuit.”
Il sortit ses clefs de son jean et activa le pass de la porte. Il n’avait pas envie de se disputer. Si seulement, on pouvait dire aux connards ‘Désolé mais là je vais me coucher, on verra ça demain’. Et puis, il se demandait s’il allait prendre sa voisine du dessus en otage pour le forcer à le faire monter. Si c’était le cas, Caleb aurait beaucoup de mal à l’en dissuader...Il détestait cette peau de vache.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lucifer's Kin
Messages : 16
Date d'inscription : 04/06/2016
Ville de résidence : Aucune
Emploi : Assassin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Du genre à faire des missions suicides
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Shadow vs Light   Mar 20 Sep - 21:46


Shadow vs Light

Slythe Velvet & Caleb Mah
Episode 01 de la saison 1
♫ You kill me with silence


La nuit était agréable, même si elle n’était ni pluvieuse et venteuse. Les Modernis critiquaient les vampires, mais leur météo était si régulière, ne finissaient-ils pas par s’ennuyer de tout ce soleil. C’était sans doute pour ça qu’ils avaient des habitations aussi variées. La ville des humains était tellement drôle. Les gens étaient parqués selon leur classe sociale, un peu comme à Gothik City, mais avec une rigueur bien plus intense. Et les gens essayaient malgré tout d’avoir l’air plus riches qu’ils ne l’étaient, en décorant leur façade et leur jardinet. Ridicule, il était évident qu’ils perdraient toujours face aux allées immenses et à ces grandes voitures lustrées.
Slythe ne détestait pas les humains, mais il aimait les critiquer. Il était un vampire et tout en lui valait mieux que les autres, il était normal qu’il trouve ces mortels inférieurs. Mais maintenant qu’il avait un fils, ça changeait un peu la donne. Devait-il réviser son jugement parce qu’une humaine avait réussi à donner naissance à un héritier qui semblait en valoir un minimum la peine ?

Ils croisèrent une jeune femme et Slythe y jeta un petit coup d’œil gourmand. Quand il était sorti, c’était avec l’intention de chasser, mais sans faim. Devait-il craquer ? Non, la présence de Caleb lui était désormais trop précieuse. Ou pour être plus exact, son existence. Il devrait bien le traiter, se conduire en vampire exemplaire, s’il voulait avoir une chance de revoir son fils sans que ce dernier n’essaie de le tuer.
Le chasseur ne répondit à aucune de ses remarques, à aucune de ses questions, alors Slythe soupira bruyamment. Il parlait souvent tout seul, il l’avait fait pendant plusieurs centaines d’années, alors il aurait aimé que pour une fois, quelqu’un lui parle. Il voulait avoir une conversation, ce n’était tout de même pas si difficile à comprendre !

L’air un peu renfrogné, le vampire suivit Caleb le long des rues sans plus broncher. Il se demandait si l’humain allait oublier sa présence dans son dos. Il était très discret après tout.
Ce n’était cependant pas le cas, puisque lorsqu’ils se stoppèrent devant l’un de ces immenses hôtels particuliers avec des fenêtres partout et sans aucun style, le chasseur lui adressa la parole.
Les mains dans le dos, Slythe releva distraitement la tête, comme s’il pensait à tout autre chose.

« Hum ? Oh, bien. Bonne nuit, très cher. »

Il jeta un long coup d’œil par-dessus son épaule. Cette femme était attirante, uniquement parce qu’elle portait une robe jaune. Elle attirait le regard. Slythe mourait d’envie de savoir quel effet aurait une grosse tache brune de sang sur cette couleur criarde.
Mais il reporta son attention sur Caleb, comme s’il remettait son déjeuner à plus tard. Et se rendit alors compte de quelque chose d’extraordinaire. Il écarquilla les yeux, le sourire jusqu’aux oreilles.

« Attends une seconde ! Je n’avais pas remarqué à cause de la lumière mais, ils sont roses ! C’est… Oooh, c’est tellement mignon, j’ai tellement envie de te pincer les joues et de les tordre ! »

Il amorça un geste comme pour le joindre à ses paroles, mais arrêta ses mains à quelques centimètres du visage de Caleb. Chassant son expression niaise, il balança sur un ton cinglant :

« Ne t’en fais pas, je ne touche jamais personne si ce n’est pas avec l’intention de le menacer. Bien ! Je vais m’en retourner chez moi, aussi. Enfin, chez moi… Façon de parler. Je vis chez des humains que j’ai commencé à hypnotiser pour qu’ils ignorent inconsciemment ma présence. C’est fabuleux, je sais déjà qui va me servir de calice involontaire. Même si… Aahh… Je me sens un peu coupable d’en arriver là avec ces pauvres gens qui n’ont rien demandé à personne. »

Il marqua une petite pause, comme s’il avait soudain une idée. Bien sûr, elle lui trottait dans la tête depuis leur sortie du Sac à Vin.

« Ce n’est pas comme si un vampire clandestin avait vraiment un autre choix que celui d’utiliser ses pouvoirs. Je ne vais tout de même pas vivre dans un de vos squats, ce sont de vraies poubelles et des gens viennent sans arrêt vous déranger. Haaa, si seulement je connaissais quelqu’un qui pouvait m’héberger... »

En affichant un air totalement innocent et embêté, Slythe se mordit légèrement la lèvre, les yeux levés vers le ciel flamboyant de lumières artificielles. Il comptait les secondes, se demandant s’il pouvait calculer le taux de naïveté de Caleb en fonction du nombre.
Vivre aux côtés d’un chasseur de vampires, c’était une chose à laquelle quelqu’un comme lui penserait sérieusement avant de s’engager. Par quelqu’un comme lui, pensez « de sa race ». Mais Slythe n’était pas exactement un vampire commun et il n’avait jamais peur de braver le danger pour arriver à son but. Il voulait avoir un pied dans le monde des chasseurs, afin de pouvoir observer et surveiller son fils de loin. Il était curieux de ce qu’était la paternité, de ce qu’elle pouvait devenir pour quelqu’un comme lui.


"Oooh, c’est tellement mignon, j’ai tellement envie de te pincer les joues et de les tordre !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire Hunter
Messages : 40
Date d'inscription : 25/10/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Shadow vs Light   Mar 20 Sep - 22:45


Shadow
vs
Light





Étrange. Slythe n’avait encore tué personne devant ses yeux pour le persuader que les ténèbres résidaient partout ou un connerie du genre. En fait, il avait même l’air vachement inoffensif pour un aussi vieux vampire. Mais Caleb savait très bien que les plus innocents en apparence étaient les plus vicieux. Yvan von Dast lui avait prouvé peu de temps auparavant, par exemple, qu’il n’était pas si effrayant que ça quand on n’était pas son ennemi.
C’était typiquement les hommes comme lui qui étaient aussi pervers que l’on pouvait se l’imaginer d’un Yvan von Dast ou d’un Rozen Condé. Les gens comme Slythe étaient pernicieux, mauvais et ils n’hésitaient pas un instant à se gaver de sang de vierge ou de choses comme ça. Ils étaient malades, psychologiquement parlant, et ils auraient fait n’importe quoi pour se faire remarquer.
En tout cas, Caleb était content. Il adorait son appartement et bientôt, enfin, il pourrait se caler devant sa dernière série favorite, enroulé dans sa couette et dans le noir. Il verrait bientôt Slythe se faire chasser comme un lapin et s’enfuir de la ville. Chinatsu ne semblait pas en avoir fini avec lui après sa petite démonstration de force, un peu plus tôt.
Mais en attendant, ce mec était du genre terrifiant et Caleb serait très bien loin de lui. Non mais, qui savait ce que ce mec avait fait de terrifiant ? Manger quelqu’un ? Ne pas déclarer ses impôts ? Ce gens là n’avaient pas de limite et le pauvre chasseur de vampire avait un peu trop prit l’habitude de côtoyer des dégâts. Kalem Callahan, Allic Beackerman, Wish ... finalement, la personne qu’il lui avait semblé la plus normale dans tout ça avait été le Prince Noir.
Pour le moment, il allait bien. Mais qui savait ce que lui réservait l’avenir ? Il devrait vraiment voir au plus vite le Conseil de la Confrérie pour parler du sujet de son cousin et, à ce moment là, il se mettrait le cul entre deux chaises. La Confrérie, dans le but de préserver la paix, avait toujours été discrète et n’avait pas attisé la haine contre les vampires mais son cousin ... eh bien, il était obsédé par eux, et surtout leur extermination.
Et peut-être qu’à ce moment là il devrait devenir un criminel pour préserver Modernis State et la Confrérie. Lui qui n’avait même jamais téléchargé illégalement - on ne rigole pas avec les droits d’auteur - avait désormais un avenir bien plus chargé devant lui.
Il essaya de se rassurer en entrant le code de son immeuble demandé par l’appareil en se disant que Slythe n’était finalement qu’un mec comme les autres. Il devait sans doute aimer se gratter les valseuses en mangeant une pizza. Est-ce que les vampires remplaçaient la sauce tomate avec du sang ? En tout cas, dans son quartier d’enfance, on remplaçait le jambon par de la viande de rat errant.
Au grand étonnement du chasseur, le vampire ne fit pas de remous. Pas de cris enragés, par d’attaque, pas de prise d’otage. En fait, il l’appela même très cher. Caleb haussa les épaules et amorça un pas dans son entrée. Il entendait le bruit délicat de la fontaine d’ici.
Mais bien sûr, ça ne pouvait pas être aussi simple. Slythe lui aurait dit ‘Tu veux boire une bière et mater un porno avec moi?’ que ça n’aurait pas été plus chiant. Il était chiant, oui voilà, vraiment chiant. Il disait toujours des trucs énervants et il avait le don d’emmerder Caleb, tellement fort que le Chasseur en était physiquement éreinté. Ce mec était une boule de chiantise, poussée à son maximum.
Il lui fit remarquer que ses yeux étaient roses et Caleb lâcha un long soupir. On l’avait souvent qualifié de tapette ou de choses comme ça à cause de la couleur de ses yeux. Quand il avait commencé à rendre leurs coups à ses détracteurs, ces insultes là avaient soudainement disparu. Comme si l’orientation sexuelle dictait la force et la volonté.
“Si tu t’avises de faire ça, je te plante un pieu dans le cœur.”
Et il ne rigolait pour rien au monde. Il savait que cela ne tuait pas les vampires, il n’était pas stupide. mais cela leur faisait vraiment mal et il aurait vraiment aimer faire mal à Slythe, voir son sang s’écouler de sa cage thoracique en de grandes traînées pourpres... Ohla, il commençait vraiment à être fatigué.
Il avait beau avoir un résistance hors du commun, des fesses en acier et une endurance assez poussée, il ne pouvait pas s’empêcher d’être en permanence fatigué par ce mec. Comme si Slythe s’enroulait autour de son âme pour en retirer toute l’énergie vitale. Comme s’il avait bel et bien planté ses dents pointues dans sa gorge et s’il avait sucé son sang avec toute sa force vampirique.
Et puis, Slythe aborda un sujet qui fâche. Il invoqua la magie du chiffre treize, tatoué sur sa nuque, pour se forcer à la patience. Il sentit une petite brûlure sur sa peau et, l’instant d’après, il allait mieux. Bien entendu, cela n’empêcha pas Slythe de continuer à être ridiculement théâtral, faisant ce qu’il pouvait pour attirer toute l’attention possible sur sa petite personne égocentrique. Quel charlot ...
Caleb leva les yeux au ciel et ouvrit la porte en plus grand pour lui permettre d’entrer. Il avait les sourcils froncés mais il n’était plus sur le point d’exploser. En fait, il était juste froid et méthodique, impatient de retrouver sa couette et Netflux. Et peut-être même des pop-corn, pour la forme.
“Tu me payeras mille deux cents dollars tous les mois - c’est la moitié du loyer, tu logeras dans mon bureau et tu n’as pas intérêt à toucher à quoique ce soit d’important sans me demander l’autorisation au préalable. Et si tu fais du mal à mes chats, je te dépèce avec un économe.”
Il monta dans l’ascenseur qui s’ouvrit grâce à une pression de son empreinte digitale sur un petit boîtier électronique et commanda à l’intelligence virtuelle de l’immeuble de l’emmener au deuxième étage. La voix masculine mielleuse confirma son identité avant de mettre en marche l’appareil.
“Chinatsu. Il s’appelle Chinatsu ... ton fils.”




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lucifer's Kin
Messages : 16
Date d'inscription : 04/06/2016
Ville de résidence : Aucune
Emploi : Assassin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Du genre à faire des missions suicides
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Shadow vs Light   Mer 21 Sep - 15:02


Shadow vs Light

Slythe Velvet & Caleb Mah
Episode 01 de la saison 1
♫ Goodnight demon slayer


Il ne connaissait pas Caleb depuis longtemps, mais il devait lui reconnaître une certaine qualité, plaisante. Il savait décoder son jeu – Slythe ne faisait rien de très complexe, mais tout de même – et il réagissait remarquablement bien. Il avait des principes, grâce à ça, il était facilement manipulable. Le vampire se demanda tout ce qu’il pourrait obtenir de lui avec la menace de tuer des humains. Bien sûr, il ne devait pas pousser le bouchon trop long, au risque de faire sauter ces beaux principes et de se retrouver sans lien solide avec les chasseurs de vampires. Le plus simple aurait sans doute été de jouer le pauvre vampire innocent, mais à la longue, ça aurait été très chiant. Il aurait craqué et les choses auraient dérapé. Du coup, il estimait avoir superbement joué son coup. Il était pénible, dangereux et Caleb le savait. Mais pas assez violent et menaçant pour qu’il essaie de le tuer dans l’immédiat. Etrange, tout de même, qu’il attende d’avoir la preuve sous le nez. Croyait-il en une quelconque rédemption ou bien s’agissait-il d’autre chose ? Marrant comme ils étaient l’opposé l’un de l’autre. L’ombre et la lumière. L’assassin et celui qui refusait de tuer si ce n’était pas absolument nécessaire. Il avait un accent Gothik, mais il n’était pas difficile pour Slythe de comprendre pourquoi Caleb avait quitté la vieille ville. Là-bas, on tuait pour un rien ou presque. Ici, la vie était plus importante. La mort effrayait, alors que pour les vampires, elle était parfois juste un instrument politique.

A la menace de se recevoir un pieu en plein cœur, Slythe afficha une mine horrifiée et outrée. Bien entendu, si Caleb réussissait son coup, il serait mort la seconde suivante. Il n’avait pas l’air d’être un chasseur très dégourdi, contrairement à son fils qui n’avait pas beaucoup hésité avant de lui sauter à la gorge.
Les allusions du vampire portèrent leurs fruits et le chasseur capitula rapidement. Il était visiblement lassé et Slythe n’allait certainement pas le pousser plus à bout. Avant l’aurore, il irait récupérer ses affaires, une fois certain que l’humain dormait à poings fermés. Il passerait par une fenêtre, ce serait un jeu d’enfant.
Les termes de la colocation étaient sévères, mais Slythe les accepta avec un large sourire et un léger haussement d’épaules. Pour l’argent, il trouverait un moyen. Ce n’était pas difficile de voler les gens – même si c’était incroyablement ingrat.

« Ne t’en fais pas,
répondit-il d’une voix excessivement douce. J’aime les chats. »

Il aimait assez tous les animaux, du moment que ces derniers ne lui cherchaient pas de noises. De toute façon, il n’aimait vraiment pas leur sang. Rien ne valait le fluide d’un être humain ou hybride.
Ils pénétrèrent donc dans l’immeuble, qui était assez éclairé pour que Slythe plisse les yeux. Au centre du hall, une grande fontaine envoyait des ondes repoussantes, le vampire fit un petit écart pour passer plus loin que nécessaire de cet étrange objet décoratif. Plus étrange encore, il remarqua que Caleb avait eu le même comportement que lui. Que se passait-il avec cette eau ? Il se promit d’enquêter dès le lendemain sur la question.
Caleb ouvrit les portes coulissantes d’un ascenseur d’une simple pression du pouce et commanda à la boîte de monter au second. La seule fois où il avait eu la joie d’emprunter l’une de ces machines, Slythe avait appuyé sur tous les boutons. Sauf qu’ici, il n’y en avait qu’un, celui avec une cloche dessinée dessus. Et cette voix qui lui répondait, est-ce qu’il y avait quelqu’un ou était-ce inclus dans l’appareil ? Slythe jeta des coups d’œil dans tous les coins, repérant une caméra et la richesse de la décoration. Cet endroit devait valoir cher. Mille deux cents dollars, qu’est-ce que ça pouvait représenter ?

Il resta silencieux pendant le trajet, mais pas Caleb. Avec un immense retardement, le chasseur répondit à l’une de ses précédentes interrogations. Et à sa grande surprise, Slythe sentit son coeur se réchauffer. Bien sûr, c’était une expression, une impression. Son cœur ne se réchauffait pas du tout, son sang était toujours aussi froid. Mais il ressentait une espèce de reconnaissance. Il devrait faire attention, sinon il allait devenir trop gentil avec ce chasseur de vampires. Il allait recommencer à avoir des sentiments, ce qu’il voulait éviter par-dessus tout.

« Chinatsu… marmonna-t-il. Plutôt plaisant à entendre. Elle ne s’en est pas trop mal sorti, la droguée. »

Une fois dans l’appartement de Caleb, Slythe en fit méticuleusement le tour, visitant chaque pièce. Il découvrit le fameux bureau, là où il était censé dormir. L’endroit méritait quelques aménagements, mais ça suffirait. Une fois qu’il eut terminé, il se posa en travers du canapé – incroyablement confortable après plusieurs décennies dans une caverne – et lança :

« Je suppose que tu te doutes que je ne vais pas me laisser crever de faim. Alors, tu veux me servir de calice ? Je suis sûr que c’est l’un de tes désirs profonds. »

Et puis, comme Caleb disparaissait derrière une autre porte, il ajouta précipitamment :

« Très bien, bonne nuit alors ! »

Ouais, il allait s’amuser un peu ici.


"Je suis sûr que c’est l’un de tes désirs profonds."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Shadow vs Light   

Revenir en haut Aller en bas
 
Shadow vs Light
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ❝ shadow and light ❞ aurore boréale.
» Editeur light libre
» Recherche open : Fire & Shadow
» the light of aerendil
» Shaiya Shadow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-