Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 Nothing burns like the cold

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Nothing burns like the cold   Mar 30 Aoû - 21:42

Finalement, ils avaient dû passer chez un tailleur de premier ordre, spécialisé dans le vêtement gothik, pour trouver des vêtements assez chauds pour Allic. Ils avaient empaqueté tout cela dans sa valise et Grim avait prit quelques tenues dans un sac. Ils se changeraient tous les deux dans le train pour ne pas faire tâche et avoir assez chaud là bas. Bien entendu, Grim gardait des vêtements dans sa planque mais il voulait être sûr, au cas où elle ait été dévalisée.
Grim avait aussi choisi de répartir entre eux deux quelques pièces d’or qu’il avait versé dans deux bourses. S’ils étaient séparés, ils devaient se rendre à l’auberge de la Charnière, chambre 219. Le premier arrivé réserverait la chambre et l’autre le rejoindrait. Grim avait fait répéter trois fois l’itinéraire à Allic pour être sûr qu’il avait bien retenu et lui avait dessiné, un plan au cas où. On n’était jamais trop prudent.
Grim avait enfilé un mini short en cuir, des bottes à talons bleues, un t-shirt à col plat sur un débardeur qui laissaient tous deux sont ventre plat visible et portait une veste en cuir noir à la main, de peur de littéralement cuire s’il l’enfilait. Équipé d’une unique mitaine et de quelques bracelets pour tout accessoires, il arrangeait ses cheveux pour qu’ils soient sur le côté et que sa mèche de devant boucle, c’était la coupe à la mode à Gothik City. Ses mèches bleues toutes fraîches se voyaient très bien dans le miroir.
Il repoussa ses tennis rouges sous le lit et haussa les épaules en remarquant qu’Allic n’était toujours pas sorti de la salle de bain. Il en avait très certainement pour des heures ! Il soupira et lui laissa un petit mot indiquant qu’il était à la cuisine, sur les valises disposées au dessus de la couette marron à rayures chocolat. Bien entendu, il ne s’attendait pas à ce qu’Allic y fasse attention mais au moins le vampire pourrait lui reprocher de ne pas avoir vu le mot plus tard.
Il descendit les marches rapidement et croisa Giacomo qui l’informa sur la position de Tony. Il le rejoignit rapidement, sous la véranda. Il faisait vraiment beau, aujourd’hui. Le soleil brillait encore haut dans le ciel et, s’ils partaient à temps pour avoir le train de quatorze heures quinze, ils pourraient arriver dans la nuit. Les portes leur seraient grandes ouvertes, avec de la chance, et au pire Grim était connu des gardes.
Attiré par un parfum qui flottait dans l’air, Grim reconnut une part de la tarte au citron qu’il avait cuisiné le matin même. Tony avait toujours aimé les pâtisseries au citron, si bien qu’il avait essayé de mordre dans un de ces agrumes un jour. Il l’avait amèrement regretté.
Son fils portait un t-shirt rouge rayé de noir assez fin pour qu’on voit encore le bandage qui transparaissait, immaculé. Il était encore en rémission et ne faisait pas grand chose pour Allic ces derniers temps, Grim était rassuré comme ça. Il ne voulait pas que son fils meure, pour de vrai cette fois. Il se remettait à peine de ce que cette pétasse d’Hedwige lui avait fait. Il trouvait cela dommage qu’elle ne soit pas morte.
Leur conversation mena sur Allic, comme d’habitude et Tony lui demanda gentiment si, finalement, il avait décidé de s’installer ici. Grim lui adressa un regard plus qu’étonné et pencha doucement la tête sur le côté.
“Eh bien, non. Tu n’es pas au courant ? J’emmène Allic à Gothik City pour un temps.”

Dix minutes, une chaise cassée, une chute théâtrale et quelques éclats de voix plus tard, Tony rendit les armes. Il était fatigué d’essayer de faire comprendre à son père combien Allic était important, surtout en ce moment. Il fallait dire, pour sa défense, que Grim jouait exceptionnellement bien l’idiot.
Finalement, après avoir juré à son fils qu’il n’emmènerait pas Allic dans ce fameux bowling où les vampires jouaient avec des têtes humaines, Grim entendit la porte de la salle de bain claquer. Il remonta prestement les marches et vint enlacer son petit ami, lui sautant presque dessus. Collant son corps à celui, encore humide d’Allic, il introduisit sa langue dans sa bouche, sans trop forcer. Il goûtait encore à la nouveauté.
La lumière du soleil qui filtrait par la fenêtre, très vive sur cette face là de la maison, l’aveuglait un peu, aussi ferma-t-il les yeux pour profiter plus amplement du baiser. Il aimait être comme ça, tout contre Allic. La joie de leur proximité avait été une découverte étrange, presque inopinée. Pourtant, d’habitude, Grim n’aimait pas tant être tout contre ses petits amis. Il était même du genre distant quand il ne s’agissait pas de sexe.
“Ca y est, tu es prêt ? Le train part dans une heure, ce serait bête de le rater.”
Il passa une main fraîche sur ses fesses bien fermes. Allic était toujours bandant, même quand il sortait juste de la douche.
“Oh mais, suis-je bête, je n’avais pas remarqué que tu n’étais pas habillé.”
Son regard se perdit dans celui de son amant et il se lécha les lèvres. Il adorait la façon qu’Allic avait de le regarder. Il recula pour s’asseoir sur le lit, à côté des valises et ramena ses jambes près de son torse, regardant le mafieux avec une candeur toute artificielle.

*frouch frouch*FLASHBACK TROP STYLEY AVEC DES EFFETS SPECIAUX  *frooouuuch*

Traumatisé, il était traumatisé de la maison blanche. Ses mains étaient tellement serrées sur les accoudoirs du fauteuil qu’il était sûr qu’au prochain geste d’Allic, il allait les arracher dans une crise de panique. Le mafieux devait sentir le regard de Grim, vrillé sur lui, lui brûler la nuque, mais il continuait d’agir comme s’il était chez mamie, les doigts de pieds en éventail ou presque. Merde, putain !
Finalement, son attention se relâcha un peu quand l’enregistrement fut passé. Grim reconnaissait la voix de Leo Bongiasca mais il doutait très fortement que ce soit du Président qu’il fut question dans cette conversation. Bongiasca avait pas mal d’ennemis, à commencer par Grim. Et ce mec dont il avait tué la sœur.
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold   Mer 31 Aoû - 13:51



Nothing burns like the cold


L
e jet d’eau très chaude commençait à lui brûler la nuque, pourtant Allic attendit encore une bonne minute avant de tourner la soupape et de laisser une eau glacée se déverser sur son dos. Il ne tint pas plus de dix secondes et commença à grelotter tandis qu’il passait les paumes de ses mains sur son visage, en repoussant l’eau. Merde. Il n’était pas prêt pour Gothik City.
Quand il ressortit de la salle de bain un peu plus tard, Allic s’était forcé à repousser ses angoisses dans un coin de sa tête. Le train n’allait pas tarder à partir et son temps infiniment long sous la douche allait peut-être les mettre en retard, mais il avait vraiment eu besoin de ce temps supplémentaire, pour essayer de se raisonner. Et aussi pour profiter une dernière fois de son jet d’eau chaude. Ils partaient deux semaines à Gothik City, pourtant Allic avait le sentiment qu’il n’en reviendrait pas. Il ne savait même pas pourquoi ils devaient s’y rendre, il n’en avait rien eu à faire quand il avait été question d’accepter la proposition de son petit ami. Il l’aimait, c’était tout ce qui comptait à ce moment-là, alors il avait juste voulu lui prouver qu’il était prêt à tout pour lui. Sur le coup, une virée dans la cité froide ne lui avait pas semblé être un challenge. Mais maintenant que les valises l’attendaient sur son lit, il avait peur. Peur de quoi exactement ? Il n’en savait rien, et c’était encore plus terrifiant. Il n’avait aucune idée de ce qui l’attendait, à part une vague de froid.
Au moins, il était parvenu à chasser un peu ces idées noires, alors quand Grim lui sauta dessus pour l’embrasser, il n’avait pas l’air d’un condamné. Surpris tout d’abord, il saisit par réflexe les épaules du vampire, puis après avoir compris de qui il s’agissait, il laissa couler ses doigts sur ses bras nus. Il serait avec lui, tout allait très bien se passer.
Ses lèvres s’étirèrent en sentant une main aventureuse sur sa fesse, il ne fit rien pour la repousser, au contraire. Son membre gorgé de sang se tendait contre le mini-short du vampire, ce mec l’excitait avec un rien. Finalement ils se séparèrent et Allic hocha la tête en entendant parler du train. Il récupéra les vêtements qu’il avait mis de côté sur son oreiller. Un boxer en fin coton blanc qui ne cachait absolument rien, un jean, un t-shirt à manches courtes et une chemise à manches trois-quarts, le tout dans les tons vert et gris. Il compléta sa tenue par une paire de tennis montantes, un nouveau modèle AB pas encore commercialisé, dans la toute nouvelle teinte « vert dragon ». D’après ses stylistes, ce serait la nouvelle mode très bientôt. Il ébouriffa ses cheveux, souligna ses yeux d’un fin trait noir, se jeta presque de la poudre sur le visage pour aller plus vite et se tourna vers son vampire. Il n’avait pas encore remarqué son style, qui était pourtant remarquable. Allic n’était pas fan de la mode junkyenne, mais Grim s’arrangeait toujours pour être sexy, alors il était content.

C’était Tony qui était chargé de conduire la voiture jusqu’à la gare. Tous les trois signèrent les papiers de sortie de la ville, il lui semblait que Grim avait une fausse identité mais il n’en était pas sûr. Quand ils arrivèrent sur le quai, le train était déjà là, rouge et noir, un peu vieux. De la fumée blanche s’échappait de la cheminée de la locomotive. Merde, on ne pourrait pas fabriquer un truc moins décrépi que ce truc-là ? Encore une idée des Gothiks de faire durer le vieux aussi longtemps possible.
Le train n’avait que deux voitures pour les passagers, parce qu’ils n’étaient normalement pas nombreux. Allic avait même entendu dire que la plupart du temps, on voyageait seul à bord. Pourtant, il y avait foule et le mafieux cligna plusieurs fois des yeux pour être certain de ne pas avoir d’hallucination. Il releva même ses lunettes de soleil sur son front.
La trentaine de passagers qui attendait l’ouverture des portes lui apparut bien vite moins hétéroclite qu’à son premier coup d’œil. Une personne sur trois avait des écailles sur une partie du corps, la moitié d’un autre tiers avait un œuf énorme dans les bras et le tout était incroyablement enjoué.

« Il y a une nouvelle attraction à Gothik City ? »

Evidemment, tout le monde voulait voir les héros du rituel. Les dragons passionnaient les foules, ce qu’Allic comprenait sans y adhérer. Il venait tout juste de découvrir en profondeur le monde des vampires.
Après des adieux déchirants à Tony, qui avait fait la gueule jusqu’à cet instant, ils trouvèrent tant bien que mal une place dans la deuxième voiture. Comme il y avait des enfants, ils furent forcés de commencer à regarder un film nommé Harry Covert à l’école des Sorbiers. Allic essaya bien de tripoter Grim, mais une mère de famille vint lui faire la morale. Renfrogné, il finit par s’endormir, la tête sur l’épaule de Grim, au moment où Harry Covert prenait un train pour Sorbetière, l’école de sorbetterie pour sorbiers. Cette histoire n’avait aucun sens. En tout cas, le train était quasiment le même que celui dans lequel ils roulaient.
Dire qu’ils en avaient pour quatre heures comme ça…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold   Jeu 15 Sep - 17:42

Nothing Burns Like The Cold
Travelling is so exciting !!!  
La perfection était une chose inatteignable, que ce soit dans une relation ou dans une personne. Grim avait espéré que Tony soit parfait, plus tard, et il n’était pas loin du compte. Mais il avait des défauts, comme tout le monde. Il était impatient avait tendance à sur-réagir. Pour la relation d’Allic et Grim c’était différent. Il aimait que leur relation soit imparfaite, qu’elle puisse évoluer. Ils ne s’ennuieraient jamais.
La chose amusante dans le fait de sortir avec un humain c’était qu’on pouvait lui faire tout un tas de choses qui seraient ennuyeuses avec un vampire. On pouvait voyager sans prendre le risque de chambouler son partenaire, compter sur son sens des opportunités ou sa spontanéité. Les vampires étaient tous si rigides, si parfaits. Ils en devenaient bien vite ennuyeux quand il s’agissait de passer plus d’une nuit avec eux.
Et puis, les humains se lassaient plus vite. Ils étaient un challenge ! Un vampire pouvait vivre exactement la même journée six jours par semaine pendant cent ans que cela ne le dérangerait pas. Il trouverait même un certain confort. En imaginant Allic dans cette situation, il pouvait aisément voir comment il réagirait. Au bout de trois jours, il commencerait à faire des choses stupides comme se baigner nu dans une fontaine ou adopter une multitude de chats.
Il regarda Allic et ressentit un frisson agréable. Il pouvait désormais parler de ‘nous’ quand il pensait à son couple et ça lui faisait parfaitement bizarre. Il aimait les choses comme elles étaient avant, aussi douloureuses soient elles mais cela ne pouvait pas durer. Et bien entendu, l’humain du couple avait été le premier à s’en lasser.
Grâce à Allic, il avait connu les quatre plus belles semaines de sa vie et maintenant, ils partaient pour de nouvelles aventures. Comme c’était excitant ! Il avait envie de tout vivre avec lui. La découverte de Gothik City, du froid, de la neige qui allait bientôt commencer à s’installer dans la cité éternelle. Et puis, il avait envie de lui présenter Alianora dans les règles. Ils s’étaient déjà vu une fois mais c’était pour un job.
Et puis, versatile comme il était, il pourrait montrer un de ces deux-cent masques à Allic, un de plus. Voleur, assassin, père, cuisinier, nyphomane et bientôt, receleur de succès. A Gothik City, il était Morrigan DieRain, le vendeur d’informations et de pièces volées le plus convoité de la ville. Bien entendu, il ne venait pas souvent là bas, aussi sa réputation était discrète mais il était débordé à chaque passage là bas.
La dernière fois, il avait rencontré un des Cavaliers de Ririm, la vieille confréries militaires qui veillait sur les abords de la ville. Chaque garde était testé sur de nombreuses caractéristiques et ils devaient être les meilleurs des meilleurs des meilleurs. Pourtant, von Selly, le Cavalier qui était venu le voir, n’avait pas hésité à vendre ses secrets sur les failles des murailles. Grim avait été intelligent et, au lieu de vendre ces secrets à l’ennemi, les avait vendu à Rozen Condé via un intermédiaire. Depuis, il lui semblait que von Selly avait été executé.
Quoiqu’il en soit, il était impatient d’arriver à Gothik City pour délivrer Alianora. Elle était en danger, c’était tout ce qu’il savait. Et ça lui suffisait pour courir à son secours.
Tony les amena gentiment à la gare. Grim était content qu’Allic ne conduise pas, pour une fois. Il n’aurait pas voulu perdre le contenu de ses valises. Il se souvenait parfaitement d’une fois où ils étaient allés au MFC et qu’il avait fini arrosé de soda et de sundae à cause de la conduite beaucoup trop violente de son petit ami. Wow, petit ami, ça lui semblait vraiment, vraiment bizarre pour le coup.
Arrivés à la gare, ils virent un attroupement de gens absolument étranges. Il avait entendu dire que le cirque arrivait bientôt en ville mais ... ces gens n’avaient pas l’air d’en faire partie.
Il haussa les épaules - il venait de la Junkyard après tout, le mot ‘bizarre’ avait une toute autre saveur quand on y avait été - et prépara leurs tickets, achetés la veille. Il les avait prit avant même de savoir si le mafieux allait venir avec lui. Il n’était pas convaincu de grand chose mais il avait eu confiance en Allic. Et en son pouvoir de persuasion. Après tout, attirer les gens était son seul pouvoir, il fallait bien qu’il serve à quelque chose.
Quand Allic lui parla d’une nouvelle attraction, le vampire haussa les épaules. Il suivit la troupe jusqu’à la seconde voiture et s’assit, légèrement.
“Je ne sais pas, je n’y suis pas allé depuis au moins un an. Pas vraiment eu le temps.”
Certes, de temps en temps, il lisait la gazette de Gothik City mais rien de plus. Il était trader mais il n’avait pas le temps de s’informer sur toutes les villes en même temps. Trop de choses s’y passaient.
Le temps passa lentement devant un film de magie. Grim n’avait jamais trop aimé le magie aussi se fichait-il bien de ce qui se passait devant ses yeux. Quand Allic tenta une approche sexy, il se fit rabrouer par une mère aux goûts vestimentaires moyens, alors Grim se concentra sur l’écran. Tous les enfants étaient captivés et Grim se demanda si Tony aurait aimé ce film petit.
Au bout de deux heures, le vampire se leva et embrassa Allic. Il se saisit d’un sac qu’il avait prit avec lui et chuchota à l’oreille de son petit-ami, pour ne pas déranger les enfants.
“Je vais me changer, lime, tu devrais venir avec moi.”
Il se dirigea vers les toilettes du train et commença à se changer. Il avait enfilé la moitié de sa tenue - un pantalon serré rose pâle, une chemise accordée et un gilet qui semblait fait de diamants - quand Allic le rejoint. Ils avaient prévu une tenue chaude et plus sobre pour lui. la bonne stratégie à Gothik City c’était d’attirer l’attention sur le vampire, et non l’humain. Plus que jamais, Grim serait vigilant.

*frouch frouch*FLASHBACK TROP STYLEY AVEC DES EFFETS SPECIAUX  *frooouuuch*

Le président sembla croire allègrement ce que Beackerman lui proposait. Non mais il était con ? Un enregistrement avec même pas son nom ou sa fonction ça lui suffisait ? Il était du genre à acheter une piscine à ‘moins de cinq mille dollars’ à 4999, 99 $ lui. Quel con, quand on pensait que c’était lui qui prenait les décisions importantes pour la ville ...
Grim se détendit un petit peu et le battement de son talon sur le bois de la chaise design dans laquelle il était assis cessa. Il respira un peu, discrètement, pour ne pas se griller comme un moustique sur une ampoule et sourit au président qui avait reporté son attention sur lui. Ils n’avaient plus qu’à sortir d’ici sans mourir, maintenant.
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold   Dim 18 Sep - 13:03



Nothing burns like the cold


U
n mouvement brusque du train le fit sursauter et émerger du sommeil. Il ne dormait pas si profondément, avec tous ces gamins braillards et ce siège moyennement confortable. Allic aurait aimé pouvoir s’installer dans l’un des carrés et allonger ses jambes sur la petite table au milieu, mais une troupe de terreurs y avait déjà pris place et il n’avait aucune envie de se prendre la tête avec eux.
Allic garda néanmoins les yeux fermés et la tête sur l’épaule de Grim, se souciant peu du tiraillement dans sa nuque, de la ceinture de son pantalon qui lui mordait la fesse et de la bave qui collait le coin de sa bouche. Leurs bras étaient collés et il enlaça ses doigts avec ceux de son petit ami. Le voyage en lui-même était quelque chose d’appréciable, juste pour ça. Ca lui faisait une excuse pour être collé au vampire pendant plusieurs heures, se montrer tendre avec lui, sans risquer de ruiner sa réputation de sex addict. Ou celle de Grim, bien plus importante encore !

Finalement, le vampire bougea et Allic se redressa, faisant craquer son dos, puis son cou. Il essuya sa joue d’un revers de main et se frotta les yeux. Pourquoi est-ce qu’il bougeait ? Ils n’étaient pas bientôt arrivés, si ? Derrière la fenêtre, le désert défilait rapidement, les pics montagneux se succédant au loin. Il n’avait aucune idée de la distance qui les séparait encore de Gothik City, à vrai dire.
Il laissa Grim l’embrasser, légèrement, c’était presque trop mignon. Et puis, le vampire disparut. Aux toilettes, avait-il dit. Allic prit le temps de s’étirer encore longuement et de boire quelques gorgées d’eau avant de se lever et de remettre en place son jean. La mère de famille qui l’avait interrompu tout à l’heure lui jeta un coup d’oeil mécontent. Quoi ? Elle s’imaginait qu’ils allaient baiser à l’abri des regards ? Franchement, il était excité en permanence, autant qu’un adolescent, mais pas au point de le faire dans les toilettes du train ! Ca devait être étroit, branlant et puant ! … Un sourire souleva les joues d’Allic, qui eut soudain très envie que c’était ce qu’avait prévu Grim. Il agrandit encore son sourire pour la femme et disparut à son tour de la voiture. C’était plutôt difficile de marcher droit, heureusement il avait de l’entraînement. Combien de fois avait-il fini bourré dans une boîte de nuit bondée ? Il devait être assez habile pour ne pas se croûter lamentablement à chaque pas. Et il avait l’impression que le monde tanguait, exactement comme c’était le cas dans ce train.

Allic poussa la porte des toilettes doucement, ne sachant à quoi s’attendre. Il s’avéra que Grim était à moitié nu à l’intérieur et que l’endroit était encore plus petit que ce qu’il avait imaginé. Une fois qu’il eut poussé le loquet, il se laissa tomber sur le vampire, ce qui impliquait surtout que Grim se retrouvait coincé entre lui et le mur.

« Oups, » lança Allic avec un demi-sourire taquin.

Loin de se relever de sa « chute », l’humain plongea dans le cou de Grim et commença à l’embrasser avec beaucoup d’attention. Il laissa ses doigts courir sur la peau fraîche et douce du vampire, frôlant l’un de ses tétons avec amusement. Il remonta à son oreille pour murmurer d’une voix rauque :

« On a le temps, non ? Je suis pas sûr d’avoir envie de la sortir une fois arrivés. »

Il mordilla un petit bout de peau et se pressa un peu plus contre lui. Que dirait cette femme là-bas, cette garante de la pudeur, si elle les voyait maintenant ? Probablement qu’elle les jetterait par la fenêtre.
Trois coups furent donnés sur la porte et une petite voix geignarde leur parvint à travers le métal cabossé.

« S’il vous plaît, j’ai très envie de faire pipi ! »

Allic soupira et jeta par-dessus son épaule :

« Tu n’es pas le seul à vouloir faire sortir quelque chose de ton pénis. Maintenant dégage. »

Le gamin (il ne savait pas vraiment, en fait, si c’était un garçon ou une fille), se mit à pleurer très distinctement. Allic adorait les adolescents, il en était resté un après tout, mais qu’il détestait les enfants !
L’air sombre, il se changea, enfilant des vêtements qui le mirent immédiatement en sueur. Au moins, il garda son gros manteau de laine doublé de fourrure et ses divers accessoires pour leur arrivée à Gothik City. Quand il jaillit, colérique, des toilettes, un gosse (il n’arrivait toujours pas à déterminer son sexe) piétinait le sol en se tenant la vessie. Son visage était rouge et ses joues humides de larmes. Est-ce qu’il avait arrêté de respirer ? Ce n’était pas forcément une mauvaise tactique.

« Content ? Tu m’as fait complètement dégonfler avec ton caprice ! »

Le gamin faillit percuter Grim, mais ils se retrouvèrent bientôt chacun de l’autre côté de la porte. Allic fit la moue et décida de ne pas rejoindre sa place tout de suite. Peut-être que l’autre voiture était plus amicale. Il s’y engagea et trouva une paire de sièges vides. Ici, les enfants étaient moins bruyants et il n’y avait rien sur l’écran de télévision.

« Alors, tu sais quand on va arriver ? »

Son reflet dans la vitre le surprit. Sa tignasse était toute décoiffée, ça lui donnait un air étrange. Et adorable. Il se demanda s’il serait à la mode de Gothik City. Et puis, si ça avait vraiment de l’importance.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold   Sam 1 Oct - 16:01

Allic était un homme très occupé. Il était de ces personnes qu’on appelle Monsieur et qu’on ne regarde jamais dans les yeux. Pourtant, malgré sa réputation d’homme implacable et de mauvais petit-ami, il était un homme très doux, presque trop affectueux. Toujours attentionné, toujours prêt à tout pour Grim, il lui faisait presque peur. Il avait l’habitude d’être maltraité, méprisé, piétiné et Allic lui donnait quelque chose que personne ne lui avait jamais donné avant : il lui donnait un amour plein de bonnes vibrations.
Si leur histoire venait à sa fin, ce serait sans doute quelque chose de déchirant et de passionné. Il ne ne se voyait clairement pas lui dire tout simplement qu’il ne l’aimait plus et il ne voyait pas non plus Allic lui répondre la même chose. Ils avaient commencé de telle façon que chaque petite chose pouvait être la source d’un bonheur immense ou d’une tragédie horrible en ce qui concernait leur couple.
De plus en plus de personnes étaient en courant de leur relation. Dans Modernis State et dans le trimonde bientôt. Où qu’ils soient, au moins l’un d’entre eux était connu des foules.
A Modernis State, Allic était le trentenaire le plus populaire de la ville. Aucune de  ses relations ne passaient inaperçues et Dieu savait qu’il en connaissait des gens. A Gothik City, Grim devrait bientôt reprendre son trône de Duc. Il avait toujours su qu’un jour, ce serait son devoir. D’ailleurs, sa mère lui avait souvent répété qu’il avait un caractère à vivre à Gothik City. Il avait un plan et il attendrait le plus longtemps possible pour en parler à Allic, il ne voulait pas ruiner sa toute jeune relation.
Dès demain, il serait moins attentif à son petit ami et ferait son possible pour tout de suite sortir Alianora de sa prison dorée. Mais pour le moment il était encore tout à Allic et il avait envie que jamais ce voyage en train ne s’arrête.
Le petit compteur digital devant lequel il était passé indiquait qu’ils arriveraient juste avant le coucher du soleil. Généralement, les vampires affamés attendaient minuit pour partir en chasse, histoire d’être sûr que les humains soient bien endormis par le froid qui pénétrait dans leurs vêtements et sous leur peau. Une fois, neuf ans auparavant, il avait vu un enfant se faire attaquer par un vampire à moitié fou. Il n’avait rien pu faire pour l’humain et avait juste eu le temps de se rapprocher assez pour être éclaboussé de son sang carmin. Il ne laisserait pas ça arriver à Allic. Jamais.
Deux ou trois fois, il avait bu de son sang. Assez pour être sûr qu’il était d’un délice absolu. Certains vampires comme lui pouvait sentir un tel fumet à un kilomètre à la ronde, ce qui ferait de leur arrivée à la City un programme de protection plutôt qu’une balade.
Les gardes le connaissaient, s’il ne s’était pas trompé. Le mardi, Sakamoto était de garde avec un nouveau. Il avait graissé la patte à ces deux là pour qu’ils le laissent passer en toute circonstances. Bien sûr, si Sakamoto avait prit un jour de congé, il aurait toujours la jolie babiole qu’il avait volé au prince Elijah lors de leur baiser langoureux à la Cyber Junkyard. Il devait bien s’assurer une entrée pour sauver sa meilleure amie.
Avec de la chance, ils seraient rentrés dans trois jours. Sinon, il avait prévu de quoi escorter Allic dans quinze jours au plus tard. Cela lui fendait le cœur de se séparer de lui mais il n’aurait pas le choix.
Il regarda le holster de son petit ami pendre, à moitié détaché. Il n’aurait aucun problème à les avoir sur lui à Gothik City. Là bas, soixante pour cent des armes étaient détenues par des particuliers, on devait bien se défendre contre la Guilde des Voleurs et les vampires qui rôdaient la nuit.
Il avait bien prit soin d’emporter lui même de quoi se défendre une fois là bas. Ses compétences de vampire, hors du commun à Modernis State, seraient communes à Gothik City et s’il devait se battre contre un nosferatu dans les taudis pour sauver la vie de son bien-aimé, il serait plus qu’heureux d’avoir un fusil à pompes pour lui exploser la tronche ou de quoi lui trancher la tête, net.
Un soubresaut du train fit tomber Allic sur lui et Grim sourit doucement. Tiens, ils ne l’avaient jamais fait dans des transports en commun, c’était sans doute quelque chose de beaucoup trop pauvre pour Allic, de prendre le bus ou le métro. Mais dans les toilettes d’un train, ça avait une toute autre classe. Et Allic, qui ne s’était pas relevé et n’avait pas décidé de cesser de l’embrasser, lui faisait bien comprendre que cette idée lui plaisait.
Grim éclata de rire quand Allic lui dit qu’il n’aurait pas envie de sortir sa queue une fois à Gothik City. Il lui souffla quelques mots, juste de quoi le provoquer.
“Pourtant, ce serait une bonne excuse pour justifier sa taille, non ?”
Ils n’allèrent pas bien loin avant de se faire interrompre par un enfant qui piniait devant la porte, comme s’il allait mourir. Ou se faire dessus, on ne savait jamais trop avec les enfants.
Après un caprice, ils finirent par lui laisser la place, une fois complètement habillés. Grim aurait voulu faire remarquer à la mère de famille dans leur voiture que ce n’était pas très malin de ramener autant de petits-fours à Gothik City, mais Allic prit une autre direction. En haussant les épaules, le vampire le suivit. Ses vêtements étaient si serrés au niveau du torse qu’il crût entendre une couture sauter.
Il prit la main de son petit-ami et répondit rapidement à sa question, un peu distrait par l’odeur qui flottait dans le wagon. Du sang, du sang d’hybride plus précisément. Du groupe VAB, le plus délicieux. Un enfant, complètement adorable à côté de celui qui avait joué au marteau pilon avec la porte des toilettes, venait de se couper au doigt avec son livre. Ses petites lunettes lui glissaient sur le nez et il semblait gêné par les grandes ailes que celui qui semblait être son père avait dans le dos. Apparemment, Grim n’était pas le seul à avoir remarqué cette odeur, parce que de nombreux vampires le regardaient fixement.
Il tira un mouchoir en tissu de sa poche et se dirigea vers l’enfant. En appuyant doucement sur la plaie, il lui fit une jolie poupée avec deux oreilles de lapin, dressées.
“Tu devrais faire plus attention, jeune homme.”
L’hybride releva une tête surprise vers lui et le père remercia gentiment Grim qui revint vers son petit-ami. Il adorait les enfants - enfin la plupart - mais il ne savait pas s’il pourrait en avoir avec Allic, un jour. Les Beackerman avaient besoin d’un héritier digne de ce nom et Godric semblait pouvoir faire l’affaire mais ce serait mieux si le parrain pouvait avoir un fils ou une fille. Et si Allic se lassait de lui ?
“J’ai volé ce mouchoir à Yvan von Dast, j’espère qu’il en prendra soin !”
En effet, le tissu était en soie sauvage, d’un noir brillant magnifique et les initiales du Prince étaient brodées sur la droite du tissu. Ce n’était pas comme si un prince vampire avait besoin de se dégager les narines régulièrement ! Grim non plus d’ailleurs mais il pouvait voler des choses sans laisser ses empreintes comme ça.
Il prit sa main et retourna dans l’autre wagon, plus bruyant, où se trouvaient leurs places. Le gamin des toilettes était assis à côté de sa mère et le vampire ne put s’empêcher de faire claquer ses crocs apparents pour le faire frémir. L’enfant sursauta sur son siège et Grim lâcha un ricanement avant de s’écrouler dans son siège. Il leur restait encore un moment à attendre avant de fouler la terre grise de Gothik City.

*frouch frouch*FLASHBACK TROP STYLEY AVEC DES EFFETS SPECIAUX  *frooouuuch*

Il se releva, les jambes flageolantes et déglutissant. Allic porta sa main à sa veste une nouvelle fois et Grim se sentit défaillir mais ce n’était que pour redonner son numéro à Van Syckle.
Ils marchèrent doucement, main dans la main, jusqu’à une porte un peu plus loin et le vampire prit une grande inspiration en arrivant dehors. Les gardes le regardèrent étrangement mais il se contenta de leur faire un doigt d’honneur avant de marcher sèchement vers la voiture de son petit-ami. Merde, ils ne sortaient pas ensemble depuis vingt-quatre heures et il avait failli faire une crise cardiaque à cause de lui !
Il soupira doucement en entrant dans la voiture et, dès qu’Allic l’eut rejoint, il commença à le marteler de coups de poings, légers mais pleins de sens, en se plaignant qu’il allait le faire tuer. Ce mec était pas croyable !

  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold   Sam 1 Oct - 18:02



Nothing burns like the cold


P
lus ils avançaient, plus l’air était froid, humide et plus il faisait sombre. Allic pouvait le sentir, malgré les chauffages. Bientôt, ce serait pour bientôt. Son ventre se tordit d’angoisse, quelque chose qu’il avait rarement connu. Lui qui affrontait d’ordinaire l’inconnu avec excitation et bonne volonté, il ne se reconnaissait plus. Il espérait que Grim savait ce qu’il faisait et où il allait. Parce que lui allait probablement rester confiné dans la chambre de leur hôtel, à se réchauffer comme il pouvait à l’aide de la cheminée et de soupes bien chaudes. Il ne savait pas vraiment pourquoi le vampire avait tenu à ce qu’il vienne. Ce n’était pas vraiment comme s’il pouvait l’aider en quoi que ce soit. Sans doute qu’il avait juste besoin de quelqu’un pour lui tenir compagnie. Ca ne gênait pas Allic d’être la putain écervelée de Grim pour un court séjour. En fait, ça lui ferait même des vacances. Des vacances pas très confortables, mais au moins il était certain de ne pas être dérangé.
Après que son petit ami ait répondu distraitement à sa question, il consulta son téléphone portable, encore dans sa poche. Evidemment, il n’avait plus de réseau, d’aucune sorte. Tony lui avait envoyé un court message qu’il n’avait pas encore lu et qui disait seulement « reste en vie ». Il sourit. Puis s’inquiéta. Est-ce que ce serait vraiment difficile ? … Non, bien sûr que non. Il devait faire confiance à Grim. Malgré les apparences, c’était un vampire prudent. Il prendrait soin de lui. Jamais il ne lui aurait demandé de venir s’il ne se pensait pas capable de le protéger. Et puis, Allic n’était pas complètement démuni non plus. Il était persuadé que ses doigts se dégourdiraient suffisamment pour presser une gâchette en cas de besoin.

Quand il se détourna de la fenêtre, ne trouvant pas la douceur de Grim à côté de lui, Allic le trouva en train de panser le doigt d’un gosse dont le père avait hérité d’un pouvoir bien encombrant. Ce gosse avait saigné, mais sûrement pas grand-chose. Pourquoi est-ce qu’il se donnait cette peine ? Le mafieux savait très bien que le vampire était loin d’être affamé, en plus il savait contrôler ses pulsions. La preuve, il était toujours en vie alors qu’il lui avait déjà servi d’en-cas. Des moments délicieux à se souvenir.

« Yvan von Dast ? » répéta Allic avec incrédulité.

Il n’ajouta rien, trop estomaqué par les aptitudes de Grim. Ce petit vampire au style remarquable ne cesserait sans doute jamais de l’étonner. Il avait été capable de dérober le mouchoir du grand général qui terrifiait tout le monde. Allic avait encore plus envie de l’embrasser.
A sa surprise, Grim l’entraîna ensuite dans la voiture qu’ils occupaient plus tôt. Est-ce que quelque chose le repoussait ici ? Il jeta un coup d’œil par-dessus son épaule et repéra quelques vampires. Ils semblaient être moins prudents à l’approche de Gothik City. Sans doute que l’un d’eux avait un historique peu reluisant avec son petit ami.
Docilement, il rejoignit sa place, ne souhaitant pas faire d’esclandre dans un endroit aussi peuplé. Mais une fois assis, Allic se rendit compte de l’inconfort qui était le sien. Il avait trop chaud et la présence de Grim à côté de lui le rendait encore plus mal à l’aise. Il ne cessait de se tortiller sur son siège et d’essayer de loger son entrejambe correctement dans son pantalon. Mais voilà, il était excité et durcissait de plus en plus. Malgré ce que Grim lui avait dit dans les toilettes, elle n’était pas si petite. Avec un soupir d’exaspération, il laissa retomber l’arrière de son crâne sur le haut de son siège.

« Arrête ça, j’en peux plus... »

Il chuchotait, mais sans beaucoup d’effort. La mère à côté d’eux, en train d’habiller chaudement son fils, leur jeta l’un de ses regards noirs. Allic passa sa main sur sa cuisse, comme si lisser le velours de son pantalon allait faire passer son excitation. La paume sur son front recueillit un peu de sueur, qu’il essuya sur son accoudoir.
Grim était charmant et avait plein d’autres qualités, mais son pouvoir était encore pire que celui du mec aux ailes. … A bien y réfléchir, ce père de famille devait juste être un draggelin maintenant. Mais ce n’était pas le sujet ! Grim. Il lui avait expliqué qu’il ne contrôlait pas son don et qu’il lui arrivait d’exciter les gens sans le vouloir. Jusque là, Allic pensait avoir été épargné, ou bien qu’il ne s’en était pas aperçu. Comme il se trompait ! Maintenant il comprenait la torture que son petit ami était capable d’infliger involontairement aux autres. Est-ce que cette pensée le calmait un peu ? Non. Il était dans un endroit où il ne pouvait pas se satisfaire, c’était assez frustrant pour qu’il se moque bien de tous les pauvres gens que Grim avait tourmenté par le passé et qu’il tourmenterait dans le futur. Lui était dans la souffrance !

# Gothik City, cinq minutes.#

Comme si cette phrase avait lancé un ordre, tout le monde dans le train se leva, les parents poussant les enfants à faire comme eux. Allic, lui, resta assis pour éviter d’exposer à tout le monde son léger soucis. Dire qu’il ne pouvait même pas le faire vite fait dans un coin, c’était foutu maintenant. Au dernier moment, se répétait-il. Au dernier moment, il enfilerait son manteau de fourrure et se ruerait dans la fraîcheur bienvenue de Gothik City.

Le train se stabilisait dans un long crissement. Allic fit ce qu’il avait prévu et en effet, dès qu’il se présenta devant la porte, il débanda. Modernis State lui manquait déjà.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Nothing burns like the cold   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nothing burns like the cold
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Pat Burns : des chandails retrouvés
» Cody Rhodes Vs Mark Henry Vs Stone Cold Steve Austin
» Apsoline | It's too cold tonight, for angels to fly. (TERMINÉE)
» It's too cold outside for angels to fly [PV Gryfi] || Fini ♪

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-