Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 Nobuyuki, traditional asshole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hairspray Boy
Messages : 9
Date d'inscription : 03/02/2017
Age : 25
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Coiffeur visagiste
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Nobuyuki, traditional asshole   Ven 3 Fév - 18:52

550 de large
NOBUYUKI KAIJIN

Identité
Prénoms et Nom : Nobuyuki Kaijin
Ville de résidence : Modernis State
Âge : 25 ans
Titre/Surnom : Wizard 404
Race : Vampire
Profession : Coiffeur visagiste
Don particulier : Absorption : pour téléporter les fluides d’un emplacement visible à un autre. Il n’est pas nécessaire de « voir » le fluide en question, juste son contenant. Il est donc possible de transférer un liquide contenu dans une bouteille noire par exemple, ou du sang hors d’un corps humain.
Et vous ? 

Pseudo :lililililililililili
Âge : assez pour faire un bon vin (peut-être, j’y connais rien)
Avez-vous lu le règlement? : uiuiuiuiuiuiuiui
Et le contexte? : uiuiuiuiuiuiuiuiuiuiuiuiuiuiui
Des questions ? Des remarques ? nonononononon

L'avatar de votre personnage : Saotome Taichi
Voix : Patrick Poivey dans Die Hard (voix française de Bruce Willis)


The Road so Far ...
J’en n’ai rien à carrer de la merde que tu trimballes, dude.
Nobuyuki est né et a été élevé par trois vampires de la Cyber Junkyard : ses parents et sa grand-mère, une vieille folle qui affirmait venir d’une ville complètement rayée de la carte par un démon qui avait perdu la tête. Il mena une vie plutôt paisible (pour la Junkyard en tout cas) jusqu’à ses vingt ans. Sa mère gagnait de quoi les faire vivre en prodiguant ses soins autour de leur quartier, son père vendait ses services de chasseur, Nobuyuki lui-même appris à se rendre utile en relookant les gens de la place. Il s’était découvert un véritable talent pour les coupes de cheveux, le résultat final différant bien souvent de la demande de son client, qui repartait encore plus content ! Il décida de devenir un vrai relookeur de métier et appris auprès de Hair DJ, un maniaque des petits ciseaux et des bombes de coloration éphémères. Un vrai taré, mais inoffensif. Nobuyuki gagna assez de renommée après son apprentissage pour ouvrir son propre local de ravalement de cheveux. Dans son quartier (sud-est de la Place), il était le boss des teintures, des crêtes et des demi-rasages. Même son look personnel faisait sensation, pas un autre Junkyen n’arborait une telle chevelure naturellement châtain foncé et ondulée aussi belle.
Et puis un jour, il eut vingt ans et sa mère décréta qu’il était un adulte assez responsable pour pouvoir lui bousiller la vie. Nobuyuki apprit donc qu’il n’était pas le premier enfant que sa mère avait porté. Il avait un frère, quelque part à Modernis State, aux dernières nouvelles. Un frère qu’elle avait abandonné à un orphelinat après la mort de son premier mari, un humain trop fragile face à la maladie. En dépression, elle avait préférée s’en séparer plutôt que de risquer de le tuer. Quelques années plus tard, elle avait rencontré un autre homme, le père de Nobuyuki, et avait voulu le reprendre. Mais c’était trop tard, l’enfant avait déjà été adopté. Elle avait donc quitté la ville pour retourner à ses racines junkyennes, renouer avec sa propre mère (une hybride bien âgée) et avait élevé son deuxième enfant selon les volontés de « la vieille peau ». Ainsi, le prénom de Nobuyuki était censé être typique de la fameuse ville engloutie par un démon il y a une cinquantaine d’années.
A ce moment, Nobuyuki se sentit trahis et entouré par des cinglés. Comment sa mère avait pu choisir de retourner auprès d’une vieille folle, ce n’était pas comme si elle-même se souvenait de ce fameux endroit ! Sous le coup de l’émotion, il fugua. Il ne savait pas comment, mais il allait mettre la main sur son frère.

En s’associant à un crew d’artificiers tous plus fous à lier les uns que les autres, Nobuyuki réussit à passer au travers du mur qui cernait la Cyber Junkyard. Littéralement. Peut-être que depuis, le trou qu’ils ont percé a été rebouché, en tout cas il a eu plus que le temps de se tirer, sans un regard en arrière.
La traversée du désert fut solitaire et difficile, Nobuyuki n’avait aucune intention de ramener ces fous d’artificier avec lui. Pour ce qu’il en sait, ils ont très bien pu se faire sauter eux-même de leur côté.
Entrer à Modernis State s’avéra être une épreuve et Nobuyuki fut forcé de se montrer patient malgré la soif et son caractère empressé. Il joua de chance quand un convoi militaire de retour du désert fit son apparition. Il se présenta debout devant le char de tête, dans ses fringues colorées et déchiquetées par le vent. Il inventa un mensonge à propos de la suprématie humaine et de sa volonté de remettre sa vie entre les mains de Modernis State la flamboyante. Sa grand-mère avait au moins raison sur un point : les Modernis étaient arrogants. Le colonel présent le musela, le menotta et lui mit un collier d’acier autour du cou. Il fut traîné en laisse derrière les véhicules et s’il passa les portes de Modernis dans l’humiliation la plus totale, il le fit en vie, ce qui était le plus important.

Jusqu’à ses vingt-trois ans, Nobuyuki vécut comme le petit chien du colonel Brassica. Petit à petit, l’homme relâcha son attention et lui laissa de plus en plus de liberté. A l’intérieur, le vampire bouillonnait de colère, mais peu importait. Bientôt, il partirait, vivant et sans personne à ses trousses. Alors il fit tout ce qu’on lui demanda, même si au début il dut boire du sang dilué à l’eau dans une gamelle à même le sol. Brassica l’exposait à ses invités. Après un an, il le crut apprivoisé. Après trois ans, il lui faisait confiance.
Ayant la permission de sortir, Nobuyuki aurait pu se barrer, mais il ne voulait rien laisser au hasard. Pas comme sa mère pleine de regrets. Le jeune vampire s’était assez documenté pour savoir que les mafieux régnaient dans l’ombre de cette ville. Embaucher les services d’un assassin en échange d’un service fut un jeu d’enfant, la mort d’un colonel pouvait bénéficier à pas mal de monde. Ce fut l’homme d’un certain Leo Bongiasca qui se chargea du sale boulot, une nuit où Brassica avait « prêté » son petit chien vampire à un riche PDG qui aimait organiser des fêtes hors du commun. Il fut donc mis hors de cause et prit la tangente après la soirée, il ne remit même pas les pieds dans l’appartement de son maître imposé. Personne ne lui courut après, tout le monde se fichait bien d’un innocent petit vampire apprivoisé.

Ne sachant pas quoi faire d’autre pour se poser à Modernis State, Nobuyuki se fit passer pour un hybride et ouvrit ce que les humains d’ici appelaient un « salon de coiffure », à Nahunte. Il apprit à adapter son style, même si beaucoup de ses clients viennent justement pour ses compétences junkyennes. Une origine qu’il ne pouvait même pas espérer cacher, à cause de son accent beaucoup trop présent.
Il vit dans un petit appartement qui reflète tout aussi bien ses origines et se nourrit grâce à ses pouvoirs. Les gens ne remarquent jamais la disparition d’un ou deux litres de sang, même s’ils se sentent très fatigués pour le reste de la journée.
Reste encore à Nobuyuki à retrouver son grand frère, sur lequel il n’a absolument aucun indice.  




Picture
Et ben, heureusement que c’est pas un concours de beauté ici.
Nobuyuki est plutôt grand puisqu’il atteint le mètre quatre-vingt-neuf. Mince, pas musclé, il a un physique nerveux.  Il bouge beaucoup, parfois d’une manière qu’il n’a pas vraiment contrôlée. En général il reste dans les ombres, en tout cas il se met le plus possible à l’abri du soleil.
Son teint est d’un pâle marron-gris typique de la Cyber Junkyard, ses yeux rubis sombre brillent d’un éclat inquiétant, enchâssés dans des orbites aux paupières très bridées. Son visage est assez similaire à celui d’une femme, c’est du moins ce qu’on lui dit souvent. Il ne sourit jamais ou presque, et heureusement. Ses canines sont assez longues pour qu’il se coupe régulièrement la langue et la lèvre, voir les gencives.
Ses cheveux coupés au-dessus des épaules sont fins, ondulent facilement et d’une jolie couleur, un châtain foncé aux forts reflets pralinés. Ils sont toujours impeccablement coiffés, même lorsqu’ils ont l’air négligés. L’effet « saut du lit », ça se travaille !

Son style vestimentaire est finalement peu remarquable dans une ville comme Modernis State. Il aime les teintes fades et les vêtements lâches, avec un retombé marqué. Sa passion pour les foulards l’amène à porter quelque chose autour du cou en toute circonstance. Finalement, pour quelqu’un d’aussi doué quand il s’agit de coiffer les autres, il a un style plutôt pouilleux.

Les tatouages, ce n’est pas trop le truc de Nobuyuki, qui n’en porte que quatre. Un lapin carnivore sur l’épaule droite, une étoile stylisée au-dessus du genou gauche, une paire de ciseaux à l’aine et une forme tarabiscotée sur l’intérieur du poignet droit. Il a en revanche beaucoup de piercings, mais tous sont cachés. A vous de les découvrir !
Il porte aussi quelques bijoux, surtout au niveau des mains : bracelets, bagues, toujours en métal. Et jamais rien de précieux.
Quant au maquillage, n’y pensez même pas. Il se trouve très bien comme ça !

Brain
Si t’es con, t’es con, qu’est-ce que tu veux que j’te dise ?
Nobuyuki est un être plutôt désagréable, qui n’apprécie pas grand-chose dans la vie. Il y a tout de même certaines choses qu’il déteste plus que d’autres, comme par exemple la musique la plus populaire de Modernis State, ou le soleil. D’une manière générale, il passe son temps à critiquer tout et tout le monde. Ce qu’il pense, il le dit sans fard. Cette personnalité décapante lui a valu une réputation d’indomptable, ce qui lui a assuré de nouveaux clients. Il est connu pour être ce coiffeur aux doigts d’or, honnête à l’extrême. Un jeu consiste à lui arracher un compliment, ce qui semble pourtant perdu d’avance quand on connaît un peu le bonhomme. Nobuyuki ne peut tout simplement pas voir le positif, chez qui que ce soit. Il a même tendance à exagérer les défauts, voir à les inventer, juste pour lancer une insulte qui lui chatouille la langue.
Il semble animé d’une rage permanente, comme s’il n’avait jamais terminé sa crise d’adolescence. Ses mésaventures ont fait de lui quelqu’un de trop jeune et trop vieux à la fois, un jeune homme aigri qui ne recherche pas le bonheur.
Nobuyuki est quelqu’un de passionné et d’obstiné. Il a décidé de retrouver son grand frère et il aura cet objectif en tête tant qu’il ne l’aura pas accompli, même s’il doit en venir à déterrer son cadavre dans le désert. S’il n’était pas aussi têtu, jamais il n’aurait pu attendre trois ans entre les griffes du colonel. Car en effet, Nobuyuki est quelqu’un de très impatient. Il aime que les choses se fassent dans l’immédiat. Autant dire qu’il a vraiment horreur de ceux qui parlent à demi-mot et se reprennent sans cesse. Il a viré plus d’un client qui hésitait entre deux nuances de coloration.

On peut au moins reconnaître à Nobuyuki sa capacité à s’adapter en situation d’urgence, malgré son manque évident d’intelligence. Peu cultivé, il saura néanmoins se sortir de chaque situation difficile dans laquelle il mettra les pieds. Ce qui n’est pas rare, quand on n’a pas sa langue dans sa poche !

© Narja - Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Nobuyuki, traditional asshole   Sam 4 Fév - 12:15


Bienvenue à toi, coupain !



x Bienvenue parmi nous, Nono!!!!

x Tu as passé le test d'admission avec brio ! Le staff est ravi de t'apprendre que tu fais désormais partie des nôtres, tu es le bienvenu ici à toute heure du jour ou de la nuit ~

x Bonne chance pour foutre un peu plus le bordel dans la vie de ton bro !!

x Tu devrais trouver ton avatar dans le bottin des avatars juste ici et si ce n'est pas le cas tu as le droit de nous taper sur les doigts – mais pas trop fort – pour nous rappeler de le faire !

x Tu peux aussi créer ta fiche de liens juste ici qui te servira aussi de journal de bord pour tenir tes rps au clair. Le modèle n'est pas obligatoire bien entendu mais il faut que ça reste lisible !

x Si le rang que les admins t'auront attribué avec beaucoup d'imagination ne te plaît pas, avertis nous par mp, on te le changera aussi sec ~

x N'oublie pas de remplir ton profil et ta fiche de patient pour venir vite t'amuser avec nous ♥

x Toutes les demandes de maison ou de lieu de travail s'effectueront par mp mais n'hésite pas, le staff ne mord pas et adore créer de sous-forums !

x Surtout, surtout, nous espérons que tu t'amuseras bien sur 3V !

 


© Narja - Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nobuyuki, traditional asshole
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Samurai Warriors 4 et Samurai Warriors 4-II
» Why do people say “nice to meet you” before I've ever said anything ? How do you know it's nice to meet me ? I'm an asshole.
» Preben Nielsen ; I may be an asshole, but it's a lot more fun than being normal
» asshole in girl.
» I'm an asshole, and then!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Gare de Modernis State : développement :: * Fiches validées-