Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 Too Much [PV Allic]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Vampire Hunter
Messages : 40
Date d'inscription : 25/10/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Too Much [PV Allic]   Mar 27 Oct - 16:34

Too much
L'ambiance était assez tamisée, comme dans un sex-shop. Du moins le supposait-il, il n'était pas vraiment du genre à fréquenter ce genre d'établissement. La sécrétaire avait déjà mit son  joli chapeau rouge, ses horaires de travail devaient bientôt se finir. Ou alors elle avait drôlement froid. La saison fraîche était arrivée tôt mais quand même, de là porter un chapeau à l'intérieur pour se réchauffer …
Caleb soupira et lâcha le magazine Marie-Claude qu'il lisait depuis une bonne vingtaine de minutes et lâcha un soupir qui fit lever un sourcil à la secrétaire. Elle ne lui avait pas donné son nom mais à en voir ses ongles parfaitement manucurés et le manteau de fourrure qui reposait sur la chaise derrière elle, elle devait s'appeller Jeanne-Huguette ou un autre prénom de riche du côté de Dajbog. Il se leva et constata qu'il avait les jambes gourdes d'avoir attendu aussi longtemps. Il avait des fourmis partout putain !
Depuis le moment où il avait passé la porte cochère de l'immeuble, une bonne heure s'était écoulée. Il avait épuisé toutes ses vies à Cake Crush et il en avait assez de lire des articles stupides sur la fish-pédicure et autres choses du genre. Il était persuadé que cette cruche de secrétaire avait oublié qu'il existait jusqu'à ce qu'il ne soupire. En poussant un râle mécontent, il essaya de se souvenir pourquoi il n'était pas devant un bon épisode de séries dans son lit.

La veille, il avait rencontré monsieur Bliss, un homme très propre sur lui qui avait demandé à l'engager. C'était juste un contrat de plus, répérer un vampire et le liquider. Bien sûr, ça aurait été trop facile. Après avoir quitté Bliss, il avait appellé quelques contacts qui lui avaient apprit que le vampire en question était un des hommes d'Allic Beackerman. Forcément, en tant que chasseur de vampires, il connaissait certains trucs du monde de la nuit. Et Beackerman n'était pas exactement le genre d'hommes à qui il voulait s'attaquer.
Du coup, en prenant ses couilles à son deux mains, il avait décidé de venir directement parler au big boss pour lui demander si ça le dérangeait qu'il liquide son pote vampire. Apparemment ce n'était pas le grand amour entre ces deux là et peut-être bien qu'il serait gentil et lui dirait que ça l'arrangeait. Sinon, il irait voir Bliss et lui mettrait son contrat dans le fondement. En poussant bien, ça devrait rentrer.
Il jeta le papier d'emballage de son sandwich au corned-beef qu'il avait acheté avant de venir. Il était l'heure du dîner, monsieur Beackerman n'étant pas disponible avant, et il avait pensé qu'il ne pourrait pas rentrer avant un moment. Il était tellement loin de la réalité. En s'étirant, il regarda dehors. Ils était dans la salle d'attente du soixante-et-unième étage et la vue était magnifique. Le soleil venait de se coucher et illuminait la ville de ses derniers rayons.
L'horloge de la Maison Blanche sonna vingt heures et Caleb perdit le peu de self control qui le retenait encore d'écraser la tête bien coiffée de la secrétaire sur le pc portable sur lequel elle pianotait depuis ce qui lui semblait être l'éternité. Il se leva et fronça les sourcils avant de venir vers elle. Plaquant ses deux mains sur le comptoir devant, elle il prit son expression la plus méchante et commença.

“ Ecoute moi, bien, grognasse ! Je - ”

Il fut coupé par la sonnerie du téléphone de la secrétaire et par son doigt parfaitement manucuré levé pour lui faire signe de se taire. Estomaqué, Caleb la laissa répondre et cligna des yeux.

“ Monsieur Beackerman va vous recevoir monsieur Mare. 
- Mah ! C'est pas compliqué Mah comme nom ! ”

Elle haussa les épaules et appuya sur un petit bouton qui ouvrit la porte de l'ascenseur à sa gauche. Avec un soupir, il rentra dans la cabine et la laissa l'élever de deux étages avant de sortir. Il restait quelques employés à l'étage cinquante trois, tous en costard cravate de mafieux. Avec son jean usé aux fesses, sa chemise froissée et sa veste en cuir, il faisait bien tâche.
Il frappa au bureau tout au fond. La porte était marquée d'une plaque qui indiquait “ ALLIC S. BEACKERMAN ”. Le S était sûrement pour Sale Con.
Quand on lui indiqua d'entrer, il le fit et referma la porte derrière lui. Une fois face à Beackerman, il haussa un sourcil. Oh la vache, il était petit en fait. Il s'assit sur le fauteuil et soupira.

“ Bonsoir ! Vous êtes un homme très prit monsieur Beackerman. Si je pouvais faire une remarque, je dirais que les sièges dans votre salle d'attente sont des armes mortelles et que j'ai échappé à la scoliose de peu . ”

Il sourit et fit rouler ses cervicales. Le bureau du boss de mafia était absolument impersonnel. A part un tableau qui devait couter six fois la vie de Caleb, il n'y avait pas grand-chose. Il y avait la photo d'une très belle femme encadrée et posée sur le bureau. Sûrement madame Beackerman.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia


Dernière édition par Caleb K. Mah le Dim 8 Nov - 18:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Too Much [PV Allic]   Jeu 29 Oct - 17:50

L
a vie d'Allic était très mouvementée ces derniers temps. Bien sûr, étant l'un des parrains les plus puissants du monde mafieux de Modernis State, sa vie était tout le temps mouvementée. Le mois dernier, il avait participé à deux fusillades et était passé quatre fois à l'hôpital pour des blessures graves. Mais dernièrement, c'était différent. Il y avait toujours les rixes armées, mais il y avait autre chose en plus. Cette chose avait un nom parfaitement ridicule : Griméus LaPluie. Pour tout le monde, juste « Grim ». Il le troublait, le séduisait même. Ce n'était pas qu'il avait envie de se le faire. Enfin, il en avait envie, mais pas seulement. Il voulait le… L'emmerder, oui, voilà le terme exact. Le provoquer, le tester, le foutre hors de lui et se moquer de lui. Il avait une espèce d'affection sordide pour ce vampire minuscule qui l'avait mordu et ne pensait qu'à l'argent. En plus, il était certain qu'il avait des vues sur cette voleuse, Alianora Fell. Une vampire qui provenait de la noblesse Gothik et qui avait échoué dans les beaux quartiers de Modernis il ne savait trop comment. Ses relations étant très limitées, recueillir des informations à son sujet s'était avéré difficile. Bref… Ce n'était sûrement pas demain la veille que Grim accepterait une invitation dans un restaurant chic de la ville en sa compagnie. En plus, il avait déjà un petit ami, même si actuellement, il était porté disparut. Un certain Diorr, un vampire de la pègre organisée. Ouais, Allic n'avait aucune chance. Il n'était pas un vampire, ne portait pas des décolletés profonds et faisait rarement le sale boulot. Tout ce qui pouvait intéresser Grim chez lui, c'était son fric. Il en avait à revendre et ça ne le dérangerait pas outre mesure de l'entretenir pour pouvoir le garder auprès de lui, mais il savait aussi que Grim était du genre à prendre et se barrer.
Du coup, plus le temps passait, plus il détestait cette attirance qu'il éprouvait pour le vampire. Elle était malsaine et stupide. Alors, quand un type bizarre vint toquer à la porte de son bureau du Q.G. de la Famille pour parler d'éliminer la source du problème, il pensa avoir trouvé une solution.


S
a journée n'avait pas été des plus éprouvantes. Depuis qu'il avait vu le médecin, qui lui avait diagnostiqué une méningite, Tony – et par extension, Mouloud – était aux petits soins pour lui. La veille, déjà, il avait passé sa journée au lit, avec des pornos sur son écran plat et des soupes chaudes. L'inconvénient, quand on était aussi malade, c'était que les films ne produisaient aucun impact. Même pas un léger durcissement. Il s'était contenté de regarder les choses se passer, sans qu'aucune pensée tangible ne lui traverse l'esprit.
Allic se remettait vite des maladies, peut-être à cause de sa température corporelle naturellement et constamment trop élevée par rapport au commun des mortels. Aujourd'hui, il allait bien mieux. Ce qui n'empêcha pas Tony de le harceler. Alors, à dix heures le matin, il avait décidé de passer son temps au Q.G. Il avait pas mal de paperasse à trier et il y avait toujours quelqu'un pour s'assurer qu'il ne manquait de rien. Tony était rassuré et lui beaucoup plus tranquille, tout le monde était gagnant !
Philis lui apportait son cappuccino toutes les trois heures et à midi, il était allé manger dans ce petit restau qui servait principalement de délicieuses pâtes et des pizzas de qualité quasi-divine.

Le soir était venu sans qu'Allic ne s'en rende vraiment compte. Il avait eu quelques rendez-vous, en particulier l'après-midi, mais rien de bien méchant. Il n'avait fait que gagner un demi-milliard, une petite journée. Une fois seul, il consulta son agenda sur son ordinateur. Philis avait rajouté un rendez-vous de dernière minute avec un certain « monsieur Mahr », dont les motivations restaient un mystère. Il appela la secrétaire et attendit en rassemblant des papiers.
Quand on frappa, il se rehaussa un peu dans son fauteuil au dossier extra large en cuir vert foncé et resserra un peu sa cravate mauve. Monsieur Mahr était peut-être quelqu'un de très important.
En voyant le rendez-vous, Allic interrompit son geste destiné à le mettre debout et s'affala dans le siège, assez surpris. Est-ce qu'on lui avait envoyé un nouvel homme de main pour une entrevue ?
Sans attendre d'invitation, monsieur Mahr prit place dans le fauteuil en face de lui, bien moins impressionnant que celui dans lequel il était installé. Il avait l'air… Pauvre.
Allic n'avait rien contre les pauvres, mais il n'avait pas l'habitude de s'entretenir en privé avec eux de cette façon. Il se dit qu'il n'aimait pas monsieur Mahr. Puis, monsieur Mahr se plaignit de la qualité des sièges avec un humour déconcertant. Et Allic éclata de rire.

« Merci pour votre remarque, monsieur Mahr. J'en ferai part à Miss Sea. Ma secrétaire. »

Il s'avança un peu au-dessus de son bureau et croisa les doigts devant lui, un demi-sourire sur les lèvres. Sa bouche faisait souvent ça, naturellement, sans qu'il ait à se forcer. A chaque fois qu'il rencontrait quelqu'un de nouveau, il se demandait si la personne le prendrait en mal ou en bien.

« Qu'est-ce qui vous amène ici, monsieur Mahr ? J'ai plusieurs idées qui me viennent à l'esprit, surprenez-moi. »

Un investissement ? Une demande d'emploi ? De protection ? Une faveur pour retrouver un être cher ? Punir un assassin ? Il y avait toutes sortes de raisons qui pouvait amener quelqu'un jusque dans ce bureau. Et il s'agissait très rarement d'une affaire légale.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire Hunter
Messages : 40
Date d'inscription : 25/10/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Too Much [PV Allic]   Dim 8 Nov - 18:48

Too much
Savoir qu'il aurait pu être en train de regarder l'épisode de la semaine des Miracles de Mariana en ce moment même au lieu de faire face à ce mec qui avait l'air de ce foutre de cette entrevue comme de sa première chaussette sale n'aidait pas Caleb a rester calme. En fait, il était toujours en colère de la longue attente qu'il avait subie même si en réalité, il savait bien que Beackerman devait avoir du pain sur la planche, même en fin de journée.
Il était passé par l'Echelle, un bar très populaire auprès de la masse ouvrière, en venant pour demander à un de ses potes d'enregistrer l'épisode de ce soir. Oui, Caleb avait une ModernisBox et oui il savait qu'il pouvait regarder les replays quand il voulait. Mais les vieilles cassettes avaient un charme particulier.
Avec un soupir, il jeta un regard à Allic Beackerman. Le même qu'il aurait jeté négligemment à un crapaud couvert de verrues purulentes. Un mélange de dégoût et d'admiration pour réussir à être aussi extrême dans l'horreur. Il avait un peu de mal à être conscient qu'il était face au grand parrain qui faisait trembler plein de gens dans leurs slips. Il avait l'air tellement … banal. Beaucoup de bruits pour rien en somme.
Si Allic avait été un vampire et que Caleb avait eu un contrat sur sa tête, il n'aurait eu que deux mouvements et ta dah ! Les Beackerman n'auraient plus eu de tête pensante. Littéralement. En plus, il avait mauvaise mine. Il s'attendait au genre de mec qui mangeait de la choucroute à la bière tous les jours, bedonnant au point de faire péter les boutons de sa chemise en soie sur mesure. En y pensant, Allic était assez jeune, cela viendrait sans doute plus tard.
Le bureau était vraiment dans le genre impersonnel donc soit il venait d'hériter du poste, soit il ne bossait pas ici d'habitude. Peut-être bien qu'il n'aimait juste pas décorer mais vu ses petites bouclettes qui semblaient complètement artificielles, il devait aimer faire dans le décorum. En plus, son immense fauteuil semblait être tout neuf ou très bien entretenu. Peut-être bien que ce mec avait juste une fausse réputation.
Il y avait bien un bouquet de roses un peu défraichies dans un vase mais elles ne semblaient pas être là de la volonté du boss. Un cadeau de la secrétaire ou de sa petite copine peut-être. Il leva les yeux au ciel et s'installa plus confortablement. Il s'était vraiment fait mal aux fesses sur les sièges bleus inconfortables de la salle d'attente. Il irait sûrement chez la masseuse à côté de chez lui comme à chaque chasse difficile.
Malgré le regard regard méprisant qu'il lui avait jeté, Allic sortit du mode pause dans lequel il avait été quelques secondes et éclata de rire. Oui, ce mec avait un rire de petit pète-cul qui ne sortait jamais de chez lui. Il ne semblait pas vraiment riche mais il respirait la confiance en lui. Sa petite cravate bien serrée lui donnait l'air d'un croque-mort. Un croque-mort qui aimerait le mauve et les roses.
Un air moqueur sur le visage, le boss lui indiquait qu'il ferait part de sa remarque à sa secrétaire qui semblait s'appeller Missy. C'était un nom vraiment con qui semblait être celui d'un gros chat blanc paresseux. Ca allait bien à cette fille. Il haussa les épaules et regarda l'autre qui semblait vouloir le dévorer sur le champ. Pas rassurant.
Et puis, ce fut le tour de Caleb de parler. Ce mec semblait avoir un parfum arome pâtes à la bolognaise. Ou alors c'était juste son repas du midi.

“ Voilà. Je suis un chasseur de vampires. Je suis très bon pour retrouver les vampires vous voyez, ce n'est pas pour vous demander une faveur que je suis là. En faire, j'aimerais plutôt parler de ce que je pourrais faire pour vous. ”

Il posa un silence théatral et sortit de son sac une photo, celle de Griméus LaPluie, de loin en train de fumer une cigarette devant la demeure des Beackerman.

“ Il y a un contrat sur sa tête. Seulement j'ai entendu dire que c'était … votre ami ou votre petit copain, les sources sont confuses. Quoiqu'il en soit vous comprenez que je n'aimerais pas me mettre quelqu'un comme vous à dos. Alors je suis venu vous demander si ce n'étaient que des rumeurs ou si vous allez m'empêcher de faire mon travail. ”


Bien sûr, il savait que c'était assez risqué de dévoiler toutes ses cartes comme ça mais il ne pouvait pas vraiment le dire autrement. Et tourner autour du pot ce n'était pas vraiment son genre en fait. Il n'aimait pas les gens qui hésitaient à chaque mot. Maintenant, il n'avait plus qu'à attendre, laissant la photographie entre les mains de Monsieur J'ai-mangé-des-pâtes-à-midi.

“ Oh et c'est Caleb Mah. M – A – H . ”

Si quelqu'un l'appellait encore Mare, il pourrait commencer à être violent.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Too Much [PV Allic]   Dim 8 Nov - 22:19

P
our être surpris, ça, Allic le fut. L'homme se présenta comme un chasseur de vampires, ce qui en soit était déjà bien étonnant. Mais que faisait-il ici, dans son bureau ? Il ne le confondait tout de même pas avec un vampire ? Peut-être, il avait l'air de se vanter de bien faire son travail. Ou alors il voulait se faire payer pour ça et n'avait trouvé personne pour le faire, alors il venait réclamer auprès de l'une des grosses fortunes de la ville. Sauf qu'Allic n'avait aucune vampire, en tout cas à sa connaissance, à exterminer. En fait, il aimait les vampires. Ou plutôt, il espérait devenir proche de l'un d'eux. C'est alors que la photo de Grim atterrit devant lui.

Allic s'empara du cliché, l'examinant avec soin, une boule dans la gorge. Encore lui ! On venait pour lui parler de ce blondinet sans scrupules ! Le décor montrait la villa Beackerman, Grim fumant paresseusement devant la façade. Il y passait tant de temps que ça qu'un chasseur de primes comme ce Mahr était arrivé chez lui ! Il allait devoir mettre les points sur les « i » avec le vampire, il squattait beaucoup trop dans son habitat privé. A partir de maintenant, que cela lui plaise ou non, Grim viendrait lui parler boulot ici-même !

En entendant ce que lui disait le chasseur, Allic se dit que finalement, Grim ne mettrait peut-être jamais les pieds ici. Après tout, ce type voulait le descendre pour de l'argent. Quelle ironie du sort !
L'homme était déjà en colère de voir ce Grim encore et toujours ramené sur le tapis comme s'il faisait partie intégrante de sa vie, mais il devint complètement furieux en entendant dire que certains le considéraient comme son petit ami. Rageur, il retourna la photo en la plaquant violemment sur son bureau.

« Ce n'est PAS mon petit ami. En fait, nous nous connaissons à peine. C'est simplement une sorte de collègue. Il bosse pour moi. Parfois. Mais je peux tout à fait me passer de lui, n'allez pas croire qu'il m'est indispensable ! »

Voilà qu'il répétait plusieurs fois la même chose dans la même phrase, il devait vraiment être troublé par cette histoire.
Allic se força au calme en prenant une grande inspiration. Son visiteur était là pour savoir s'il allait avoir des problèmes à exécuter son travail. Le mafieux hésitait, à vrai dire. Après tout, il y avait quelques minutes à peine, il se disait qu'il n'en pouvait plus de voir Grim dans le paysage. Plus particulièrement, SON paysage. Privé. Mais maintenant qu'il était mis devant la possibilité réelle de se débarrasser de lui, il hésitait. Après tout, Grim était un type efficace. De plus, il était actuellement sur un contrat. Ca ne l'arrangerait pas qu'il meurt avant. Cela dit, il pouvait toujours trouvé un moyen de le remplacer car, comme il l'avait dit à son interlocuteur, il n'était pas indispensable.

Là-dessus et avant même qu'Allic puisse ouvrir la bouche, l'homme crut bon de préciser qu'il ne s'appelait pas « Mahr », mais bien « Mah ». Oh, quelle importance, vraiment ?

« Toutes mes excuses, monsieur MAH. Je peux vous appeler Caleb ? Vous n'avez qu'à m'appeler Allic. »

Histoire de faciliter les choses. Avant de se décider sur la réponse à donner, Allic opta pour une solution de facilité. Il allait se donner un peu de temps. Il s'empara du téléphone et appela sa secrétaire. Il devrait installer un interphone, ce serait beaucoup plus pratique.

« Philis, amenez-nous des cafés, s'il-vous-plaît. »

Il se moquait bien de demander son avis à Caleb Mah. L'homme allait devoir s'adapter aux façons de faire des Beackerman. Et ici, quand on disait « café », on pensait « cappuccino ».
Allic se refusa à donner un indice sur sa décision tant que Philis n'était pas arrivée avec les tasses.

« Donc… Quelqu'un veut tuer monsieur LaPluie ? Je peux savoir pourquoi ? Il est sur une mission en ce moment, alors si je dois tout arrêter... »

L'avantage dans cette histoire, c'est que si Grim avait bien fait quelque chose qui méritait la mort (concernant son propre business), il n'aurait pas à s'embêter à trouver un moyen de le tuer. Les chasseurs de vampires étaient rares et souvent un peu fous, pour des raisons évidentes. Celui-là ne semblait pas échapper à la règle d'ailleurs. Mais au moins, il était en vie, ce qui prouvait qu'il était capable de mener à bien son travail.

La secrétaire, juchée sur des talons immenses, arriva à petits pas dans le bureau, en portant d'une main un petit plateau rond qui supportait deux tasses fumantes et odorantes. La noire alla se poser devant Caleb avec un « Pour vous, monsieur Mahr » et la marron chocolat devant Allic. Ce dernier enroula ses doigts autour de la faïence brûlante, juste quelques secondes pour éviter de se brûler. Ce n'était pas qu'il avait froid, mais il aimait ce contact.

« Vous voyez, Caleb, à première vue, je serais plutôt ravi que vous tuiez Grim LaPluie. En fait, je pourrais presque vous payer un supplément de ma poche pour être sûr que vous n'allez pas reculer. Cela dit, je ne suis pas tout à fait décidé. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire Hunter
Messages : 40
Date d'inscription : 25/10/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Too Much [PV Allic]   Lun 9 Nov - 14:10

Too much
Plus Allic parlait et bougeait de façon délicate et plus Caleb s'imaginait qu'il était le genre de mec à manger tous les midis dans un restaurant de riche ou sur le belvédère de sa supposément grande villa. Celle-là même qui figurait sur la photo, derrière le vampire. Griméus LaPluie semblait habitué à fumer là, ils devaient être en effet assez proches. Caleb ne pensait pas vraiment que tout le monde rentrait chez Allic Beackerman comme ça.
Allic s'empara de la photo et la regarda comme un personnage de Amour, Gloire et Beauté regardait la photo de son ex-femme décédée et que c'était encore trop douloureux d'en parler. Est-ce qu'ils avaient rompu ? En fait, Caleb s'en foutait pas mal de la petite vie de ce mec mais il avait besoin de savoir si oui ou non, il devait décapiter ce mec. Apparemment, il était assez tentaculaire et le renvoyer à Gothik City ne suffirait pas.
Ce mec devait faire un mètre vingt et même s'il était un vampire, il ne serait pas bien difficile à dégommer. Ensuite, Caleb devrait enfermer sa tête dans une boîte assez longtemps pour que son corps parte en cendre. Parfois, c'était assez long, quelques heures. Parfois, c'était instantané. Il ne savait pas trop quel âge il avait mais bon, il le saurait bien assez vite. Si Beackerman le laissait dégommer ce mec.
Et puis Allic plaqua la photo sur son bureau dans un geste rageur. Ouais, ils avaient définitivement rompu. Peut-être que le vampire avait largué son humain parce qu'il n'était pas assez éternel à ses yeux. Il n'était pas un expert des relations inter-raciales mais ça ne finissait jamais bien. Vampires dénoncés, humains charcutés et enfants hybrides. Rien de bien folichon. Il ne connaissait pas son grand-père vampire et c'était tant mieux.
Allic lui affirma avec véhémence qu'il n'y avait rien entre eux alors que Caleb était en train de se demander si les roses n'étaient pas en fait des pivoines. Il n'y connaissait pas grand-chose en fleurs même si sa mère était fleuriste.
En haussant les épaules, Caleb le remercia et décida que c'était juste des fleurs, un point c'était tout. Et c'était très bien comme ça. Avec un soupir, il allait pour se lever quand le boss décida d'appeller pour des cafés. En reposant ses fesses sur sa chaise, il leva les yeux au ciel. Ils avaient fini la discusion non ? Ils n'étaient pas proche, Caleb allait tuer ce mec. Il n'avait pas envie de s'éterniser encore un peu ici.
En réfléchissant à son plan d'action, Caleb hocha la tête à la question de Beackerman. Ils s'appelleraient par leurs noms, très bien. Revenons au plan. Caleb s'était mit d'accord avec l'aide cuisinière d'une boutique de cupcakes et autres friandises très roses dans laquelle Grim passait du temps chaque soir pour qu'elle le prévienne quand il rentrerait. Il ne devrait plus tarder, Caleb devait se dépêcher.
Les tasses arrivèrent un peu après et Caleb sentit la sienne, noire comme l'ébène. D'ailleurs, elles devaient être en bois sculpté très finement. Oh, c'était du café au lait, plus ou moins. Tant mieux, Caleb n'aimait pas le café noir. Il choisissait toujours un macchiato au caramel ou un chocolat chaud au Stourbouks du coin. Le café le rendait nerveux et en plus il n'était pas tellement un fan de choses amères.
Et voilà que le mec lui demandait des précisions sur le contrat. En soupirant, il fit la moue. Il n'aimait pas trop divulguer ce genre d'informations mais Allic avait le droit de savoir pourquoi on en voulait à son ex.

“ Au mois de mai de l'année dernière, LaPluie a quitté la famille Bongiasca parce qu'il les trouvait un peu trop … extrêmes, d'après ce que j'ai comprit. Etant donné qu'il était en freelance, ils l'ont laissé partir et quand ils vous a rejoint, ils n'ont pas trop cillé. Cependant, le fils du patriarche, Anton Bongiasca, ne semble pas avoir aimé le fait de s'être fait jeter comme ça, apparemment ils avaient couché quelques fois ensemble et Anton s'attendait à plus. Il s'est suicidé il y a un mois et il paraît que je suis le meilleur dans ce que je fais. Donc ils ont fait appel à moi pour l'éliminer. ”

Une fois son histoire terminée, il remua sa cuillère dans sa tasse et goûta le café. Il avait connu mieux mais il aimait bien.
Allic se disait ravi que le vampire meurt. Mais il n'était pas décidé. Non mais les riches … toujours en train de tourner autour du pot hein. Le chasseur de vampires jeta un petit coup d'oeil à sa montre et sourit.

“ Il vaudrait mieux vous décider maintenant. Mon contrat expire dans quatre heures. Et je ne suis jamais en retard dans mes contrats. Alors dites moi, Allic, est-ce que je dois appeler mon employeur pour lui dire de confier ça à quelqu'un d'autre ? ”

Oh, il se voyait déjà dans un bon bain avec des bulles tout partout et des boules effervescentes de bain. Et son canard en plastique bien sûr.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Too Much [PV Allic]   Jeu 12 Nov - 20:40

L
e café était le meilleur réseau social que connaissait Allic Beackerman. Sans un bon café, il était impossible d'avoir une conversation posée et sérieuse. Grâce à ce petit élixir bien chaud, on était assuré que les deux interlocuteurs allaient rester en place assez longtemps pour ne pas bâcler un sujet.
Donc, quand Philis apporta les deux tasses et que l'arôme du cappuccino commença à envahir l'atmosphère, un large sourire se dessina sur le visage de l'homme, à l'idée qu'il serait à l'aise pour bavarder. A l'aise dans son fauteuil, Allic écouta Caleb Mah lui relater les aventures de Grim chez les Bongiasca. Tout ça pour une coucherie… Voilà qui lui ressemblait bien, enfin, il supposait. Il ne connaissait pas vraiment bien le vampire après tout, puisqu'ils n'étaient pas proches, ainsi qu'il l'avait fortement appuyé devant le chasseur. Cela dit, il fallait s'en douter, que le blond laissait des victimes dans son sillage. Il était plutôt mignon. Mais de là à provoquer un suicide… Bongiasca, de son vivant, ne devait pas être très intelligent. A la fin de l'histoire, Allic hocha la tête en pinçant les lèvres, puis prit une gorgée de cappuccino. Il laissa l'arôme envahir ses papilles, la chaleur du liquide couler dans sa gorge, les yeux mi-clos.
En abaissant sa tasse, il vit Caleb boire un peu également. Il imaginait parfaitement la surprise de l'homme, suivie très rapidement de l'émerveillement. Il ne pouvait qu'être impressionné par la qualité des boissons servies chez les Beackerman, que ce soit ici, au quartier général de la Famille, à la villa ou même au building de la ligne de mode.

Restait encore à Allic à répondre à Caleb. Il était venu pour ça en tout premier lieu : savoir s'il allait lui mettre des bâtons dans les roues. Mais comme le mafieux l'avait signifié, il hésitait. Grim était utile. D'un autre côté, il n'était pas loyal et il le mettait dans tous ses états. Non, c'était sans doute exagéré de dire ça. Disons qu'il était une distraction de l'esprit dont il se passerait volontiers.
Malheureusement pour Allic, il n'avait pas vraiment le temps de la réflexion. En effet, le chasseur lui annonça sans sourciller que son contrat expirait dans quatre heures. Quatre heures ! Et il avait attendu tout ce temps pour venir le voir ! Quelle mauvaise organisation de sa part. Une chose était sûre : Allic n'allait pas garder ses coordonnées. Du moins, pas dans le carnet des relations utiles à joindre.
Il était contrarié, et cela devait parfaitement se voir sur son visage.

« Ah oui ? Vous auriez sans doute mieux fait de venir avant. »

En plus, il lui aurait probablement proposé une meilleure alternative. … Mais bien sûr ! Voilà qui résolvait tout le problème. Allic, triomphant, heureux de son intelligence, avala une grande gorgée de café avant de proposer à Caleb, sur un ton enjoué :

« Et si vous abandonniez ce contrat ? Après tout, ce n'est qu'une question d'argent, vous vous donnez au plus offrant. Voilà ce que je vous propose : vous laissez tomber pour ce soir et je offre le même job, pour trois fois ce qu'on vous a promis. Une seule condition : vous attendez mon feu vert. Je vous donnerai même une date, une heure et un lieu où vous pourrez trouver Grim. »

Il était sûr de l'emporter. D'abord, parce qu'il n'avait pas eu son diplôme de commerce en suçant. Okay, si. Mais ce n'était pas pour ça qu'il l'avait eu. Ensuite, il avait toujours été bon en affaires. Enfin, qui refuserait une telle offre ? De toute évidence, Caleb ne roulait pas sur l'or et tripler son chiffre ne pouvait que lui faire du bien. Il espérait juste que son salaire de départ n'était pas si élevé que ça, parce qu'il préférait éviter de jeter de l'argent par les fenêtres. Il avait d'ailleurs récemment renoncé à s'acheter une vingt-huitième voiture de sport, même si elle avait des petits diamants sur les rétroviseurs. Sa mère lui avait rappelé une chose essentielle : un jour, il aurait des enfants pour lui succéder. Et les gosses coûtaient chers, très chers. Il n'y avait qu'à voir la consommation de couches.

Même s'il n'en était pas là, Allic devait penser à économiser un petit peu. Et ça commençait par faire attention un peu partout, y compris dans les affaires. Alors Caleb avait intérêt à ne pas être trop cher s'il ne voulait pas finir en paquet de nouilles instantanées.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire Hunter
Messages : 40
Date d'inscription : 25/10/2015

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Too Much [PV Allic]   Mer 18 Nov - 11:58

Too much
Le café était vachement moins bon que dans le bar-restaurant en bas de chez lui. Le Roxy avait une allure très banale mais le mec qui faisait le café était un putain de dieu sur terre. Et ses œufs pochés étaient les meilleurs que le chasseur de vampire avait jamais mangé. Bon, okay, la tarte aux noix était dégueulasse mais le café était bon, c'était déjà ça. Avec un soupir, il commença à regretter son sandwich. Il avait la dalle !
De son côté, Allic semblait prendre son pied – avec du café le mec, normal – et Caleb songea un moment qu'il avait dû prendre une sacré dose de Tylenol pour être dans cet état d'esprit. Ou alors, il n'en avait en effet rien à foutre de ce Griméus LaPluie et Caleb ne savait pas pourquoi il était toujours dans son bureau au lieu de manger un deuxième sandwich sur le chemin de sa chasse. Franchement, les richous.
Un peu mal à l'aise dans son fauteuil, il changea de position et remarqua que la nuit était bel et bien tombée dehors. Il n'aimait pas les saisons les plus fraîches parce que la nuit tombait plus tôt. Au moins en été, on repérait un vampire beaucoup plus facilement. Ils sortaient alors que le jour était en train de décliner et ils étaient si époustouflants qu'on les voyait directement. Ils étaient dans le genre parfaits.
D'ici, il avait une vue parfaite sur Echo Park. Les lampadaires réglés au maximum éclairaient la scène où le Président ferait son discours sur l'Infection le lendemain. Merde alors, si le Président en parlait, ça devenait vraiment trop réel. D'où l'utilité, pour lui, de chasser plus de vampires. Il savait bien qu'il perdait son temps ici et franchement il était fatigué de se retenir pour rester ici avec monsieur Cheveux-parfaits.
Avec un certain agacement, il reposa sa tasse sur le bureau et passa une main dans ses cheveux, déjà bien désordonnés.
Avec une moue fâchée – oui oui, une moue – Allic lui reprocha de ne pas être venu avant. En levant les yeux au ciel, Caleb se crispa sur son siège.

“ Parce que vous croyez que vous êtes du genre facile à joindre ? J'ai déjà dû attendre une semaine pour avoir un rendez-vous dans un petit trou de l'emploi du temps de môssieur le boss. Et franchement, je m'en serais bien passé. Donc je peux y aller oui ou non ? ”

Franchement, ouais, il était pas mal fâché. Parce que Allic Beackerman était un con qui prenait son pied avec du café. Et puis il aimait aps tourner autour du pot. En plus, si ça se pouvait, il avait mit du poison dans son café, ce qui expliquerait qu'il ne soit pas bon.
Et puis sa proposition arriva sur le tapis et Caleb se retint de rire. Il ne fit que souffler du nez et haussa les épaules.

“ Vous avez mal comprit, Allic, je suis un chasseur de vampire. Je ne suis pas en manque d'argent. Okay, je me fais payer pour tuer des vampires, mais je suis aussi fidèle à mon employeur. Vous croyez vraiment pouvoir acheter n'importe qui ? Vous me faites bien rire. Je n'aurais même pas dû venir ici."

Il se leva en reversant la chaise et ignora la tasse de café avant de renfiler sa veste en cuir. Il en avait marre de tourner autour du pot.

“ Puisque vous n'y êtes pas attaché, le vampire mourra ce soir. De toute façon, vous avez plein de larbins pour faire ce dont vous aurez besoin. ”

Il tourna les talons et se dirigea vers la porte d'entrée quand, soudainement, la secrétaire ouvrit la dite porte. Caleb se prit l'arète en plein milieu du nez qui émit un craquement sonore. Elle s'excusa en semblant ne rien en avoir à foutre et elle s'avança de deux pas avant de dire que monsieur LaPluie avait appeler pour dire qu'il serait hors de la ville pour une semaine ou deux. Apparemment, il était déjà parti.

“ Mais putain ! Eh Truc, apporte moi de quoi m'occuper de mon nez !”

Elle s'en alla après avoir hoché la tête et Caleb soupira. Il parlait du nez, merci la crédibilité. Il espérait que la fille reviendrait bientôt avec des cotons, son nez saignait.  

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Too Much [PV Allic]   Mer 18 Nov - 14:48

S
i Allic était contrarié et que ça se voyait, Caleb n'était pas le moins du monde impressionné. Ou alors, il en avait trop soupé des sièges de la salle d'attente et réagissait avec exagération. En tout cas, il lui répliqua tout net qu'il était aussi impossible d'avoir rendez-vous avec Allic qu'avec un ophtalmologiste. C'était faux, une semaine, ce n'était pas long. Mais Caleb n'avait pas totalement tord, il était difficile de le voir. Et pourtant, le mafieux n'avait pas beaucoup de temps pour lui, il se voyait mal en dépenser encore plus dans ce building.

« Ca se voit que vous ne savez pas ce que « être occupé » veut dire ! »

Il réussit néanmoins à garder son calme pour lui faire une proposition, alors qu'il aurait juste aimé lui dire de foutre le camp de son bureau et que s'il décidait finalement de l'empêcher de tuer Grim LaPluie, tant pis pour sa pomme !
Le café aidant, il lui déballa sa brillante idée. Malheureusement, Caleb ne fournit pas du tout la réponse espérée. Allic fronça les sourcils alors que le chasseur, scandalisé, expliquait qu'il était un employé loyal. Dommage qu'il soit aussi énervant, songea Allic, cette qualité aurait servi son organisation. Mais pire que Grim, il n'aurait pas supporté de l'avoir dans les pattes. Il se serait attendu qu'il lui balance une morale à la con sans arrêt. Et de toute façon, il était un chasseur de vampires et Allic aimait bien les vampires, point.
Sa main droite quitta le bureau pour se glisser sous la table, où ses doigts caressèrent la crosse de son arme fixée sur le bois. Est-ce qu'il le tuait pour sauver Grim ?
Caleb se leva et, théâtral, déclara que LaPluie allait vivre sa dernière nuit. Allic referma ses doigts sur Gomorrhe et détacha discrètement l'arme de son support. Il suffirait d'une poignée de secondes pour lui tirer une balle dans l'arrière du crâne, qui exploserait. Caleb avait presque atteint la porte et Allic décida de ne pas prendre de risque. Les dents serrées, il amorça un geste pour se lever de son siège et arrêter le chasseur, avec une pensée triste pour la propreté de son bureau.
Soudain, la porte de son bureau s'ouvrit avant même que son visiteur n'ait touché la poignée. Un bruit sourd lui indiqua que le chasseur ne s'était pas sorti indemne de cette situation et il entendit la voix de sa secrétaire.

Allic ramassa son arme et se rassit, comme si de rien n'était. Il vit un peu de rouge au niveau du visage de Caleb. Intérieurement, il sourit grandement. Philis ne l'avait pas raté et ça lui faisait bien plaisir. La secrétaire ne faisait pas grand cas de son agression involontaire et elle enchaîna sur la raison de son irruption. Apparemment, LaPluie lui faisait faux bond. Quel petit faux jeton ! A tous les coups, il avait reculé devant la mission et s'était barré pour lui échapper. Allic était en colère. On ne rompait pas comme ça un contrat ! Ce qui l'étonnait était que LaPluie n'avait même pas cherché à récupérer son paiement. Finalement, la mission n'avait peut-être rien à voir. Peu importait ! Il s'était barré, même s'il avait prévenu ! S'il espérait bien s'en sortir comme ça, il se trompait lourdement.
Allic se leva, pour de bon cette fois, alors que Philis revenait avec de quoi soigner Caleb.

« Cette petite merde va me le payer… Oh oui, vous pouvez aller le buter, tant que vous le voulez. Je  m'en contrefous de son sort ! Philis, appelez Tony et dîtes-lui de donner l'ordre de tirer à vue sur Grim LaPluie si jamais il ose s'approcher de la villa ! Et cette instruction n'a pas de limite de temps ! »

La secrétaire, sans sourciller, abandonna Caleb à son sort et partit donner son coup de fil. Allic détestait par dessus tout qu'on lui désobéisse. C'était déjà assez difficile de faire régner un semblant d'ordre dans son petit monde, il n'avait pas besoin qu'en plus un assassin en freelance lui fasse un coup de pute. Qu'est ce qu'on dirait de lui, après ? Qu'il ne savait pas choisir ses mercenaires ? Et ensuite ? Ensuite, que Grim était loyal aux Bongiasca, même si c'étaient eux qui avaient mis ce contrat sur sa tête. … Avec un sourire cruel, Allic contempla le paysage citadin par sa baie vitrée. Grim avait deux des clans les plus puissants et vindicatifs sur le dos. S'il remettait un pied dans cette ville, il était mort.

Se souvenant soudain de la présence de Caleb, il se retourna. L'homme avait de quoi se soigner mais Philis le laissait totalement se démerder. Allic ne comptait pas lui prêter main forte non plus.

« Si vous n'avez plus rien à me dire, ne vous sentez pas obligé de rester surtout. J'ai à faire. Au revoir. »

Il savait parfaitement qu'il se comportait très mal envers ce Caleb, qui ne lui avait pourtant rien fait. Mais il était en colère et souhaitait être seul pour ruminer toute sa haine envers ce LaPluie. Il était aussi heureux de savoir quelque chose que le vampire ignorait, pour une fois : il était pratiquement déjà mort.

FIN


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Too Much [PV Allic]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Too Much [PV Allic]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-