Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 Secret Rendez-Vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Secret Rendez-Vous   Dim 15 Nov - 21:32


Secret Rendez-Vous
❝I need therapy ~ ❞

Luscka von Hochen - Médecin comtal et militaire au sex-appeal indéniable - Déteste les humains - Infecté  

Résumé des épisodes précédents • Médecin le plus reconnu de Gothik City, Lu' a été infecté et a réussi à retenir la maladie à son premier stade. Il est sain, pour le moment, et a besoin d'Elijah pour continuer à l'être, d'où cette entrevue.






Elijah von Dast - Prince le plus timide de l'histoire de Gothik City - Si adorable qu'il ferait fondre un iceberg à distance


❝ Scène 01 - Well that's complicated ...❞

Il était près de midi quand je me réveillai ce jour là. C'était comme si dix millions d'aiguilles transperçaient ma peau. Avec un certain recul, je me rendis compte que ce n'était pas si terrible. Cela n'avait duré que quelques secondes. J'avais les larmes aux yeux alors que cela n'avait que très peu duré. Etait-je devenu si faible que ça ? En déglutissant, je roulai dans mon lit, déséspérément vide.
Je compris au bout de quelques minutes seulement que j'étais foutuement incapable de m'endormir de nouveau. Morphée m'avait abandonné pour cette nuit et il ne me restait plus qu'à attendre que le soleil ne se couche. Je me relevai et ouvrait un de mes rideaux. Il donnait une vue imprenable sur l'immense jardin de ma propriété mais je m'en fichai bien. Je fixais l'immense palissade de bois qui séparait mes jardins de ceux du manoir des Condé.
Yvan était là bas, je le savais. Je mourrai d'envie d'y aller et de me confier à lui sur mes doutes, mes incertitudes, mes problèmes. Avec l'arrivée imminente d'Elijah, mon infection semblait de plus en plus prendre le pas sur ma conscience d'habitude si réfléchie. En lâchant le pan du rideau qui retomba mollement, je soupirai. Inutile d'importuner mon ami avec mes problèmes futiles, je m'en sortirai très bien tout seul.
Je m'installai alors dans un fauteuil confortable, près de l'âtre crépitant et m'emparai de on livre de chevet. Un récit épique rempli de duels à morts et de batailles stratégiques. Je m'endormis presque après deux chapitre mais il était trop tard à présent. Le soleil se couchait et je ne pouvais plus me permettre de retourner au lit. Ce soir, j'attendais une visite très importante, bien plus que mes recherches.
Sur les coups de dix-sept heures, une servante avec un charmant ensemble blanc et noir entra pour déposer mon petit déjeuner sur la table basse près du feu. Elle se montra étonnée de me voir levé mais ne fit aucun commentaire, me salua et s'éclipsa dans la salle de bain. Son col claudine semblait la gratter puisqu'elle n'arrêtait pas de le remettre en place. A moins qu'elle ait trop chaud, ce qui était hautement improbable pour une vampire.
J'attirai paresseusement le plateau à moi et étalait un peu de marmelade de sang sur une tranche de pain chaud. Après deux tartines et un grand verre de sang, je me sentais prêt pour commencer cette journée avec un bon état d'esprit. Tout allait bien se passer avec Elijah.
En sortant de mon bain, j'enfilai un ensemble entièrement noir, du bout de mes bottes jusqu'au col de ma chemise. Je coiffai mes cheveux de la même façon que d'habitude et je me maquillai  légèrement. Ce n'était pas par souci artistique mais sans kôhl autour des yeux, mes yeux très clairs étaient douloureux à la vue de la lune, toujours si brillante et si pernicieuse. Elle se montrait à des coins de rues et dans des miroirs quand on ne s'y attendait pas.
Il était encore tôt quand je descendit au rez de chaussée. Je demandai à mon majordome de me prévenir quand le prince Elijah serait arrivé et je m'engouffrai dans mon laboratoire. Anxieux, je ne pus me résoudre à me mettre au travail. La veille, j'avais donné rendez-vous en secret à Elijah pour lui parler de la Grande Mort. A part mon majordome et Yvan, pour des raisons pratiques, il serait le premier à savoir que j'étais atteint de ce terrible mal.
Le Diable savait que quand Elijah serait là, je serais aussi froid et distant que d'habitude mais pour le moment je me faisait l'impression d'être un adolescent traversant ses premiers émois. Fronçant les sourcils, j'époussetai mes cheveux quand on vint me prévenir que le Prince était arrivé. Déjà … je n'avais pas vu le temps passer alors que je me morfondais sur mon sort. En prenant une grande inspiration, je hochai la tête à mon reflet dans un générateur d'électricité et je passai la porte.
Quelle ne fut pas ma surprise quand je vis, dans mon salon d'attente, une belle femme assise à côté d'Elijah.
Je restai cinq secondes pétrifié avant de m'avancer et de me racler la gorge. Les saluant tous les deux plus sèchement que je ne l'aurai voulu, je m'assit et demandai à ce que l'on nous apporte trois verres de sang. La femme secoua délicatement la tête avant de demander un thé. Comment … ? Sa peau était hâlée, ses yeux ternes et ses ongles encore plus. Elle était humaine. Aucun doute. Avec dégoût, je jetai un regard révolté à Elijah.

“ Très cher Prince, vous ne nous présentez pas ? Il ne me semble pas connaître mon … invité surprise. ”


Mon ton était assez cassant et il me semblait être au bord de la crise de nerf. Pourquoi amenait-il une humaine dans MON manoir alors que je l'avais appelé pour discuter d'un sujet on-ne-pouvait plus sérieux. L'horloge indiquait vingt heures cinq et le ciel était noir et constellé d'étoiles au dehors. Il serait bientôt l'heure de mon traitement quotidien.


© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 99
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 750
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Lun 16 Nov - 10:23

L
orsqu'Elijah avait reçut la missive lui demandant très poliment un rendez-vous au manoir Von Hochen, pour parler sérieusement de la Grande Mort, il n'avait pu répondre autrement que par l'affirmative. Il le fit même avec un certain enthousiasme. Ses recherches en compagnie de la jeune humaine qui était désormais son associée dans l'entreprise risquée consistant à matérialiser un feu grégeois pour se débarrasser de la ville avançaient bien. Ils avaient obtenu une flamme, très éphémère, mais elle était bien là. Enfin, une flamme. Une goutte plutôt. Elle s'était éteinte aussitôt, mais ils étaient sur la bonne voie, tout cela était encourageant.
La demande du docteur Von Hochen tombait donc à merveille. Il eu dès lors hâte de le voir pour lui parler de leurs avancée et, bien entendu, lui demander son avis à ce sujet. Il était médecin après tout. Comme lui, Von Hochen était un officier de l'armée ne faisant pas partie du système militaire classique. Bien que son passé confirme à merveille qu'il était capable de se battre, désormais, il s'occupait des à-côtés. Elijah l'aurait connu du temps où il faisait bêtement la guerre, il aurait été très probablement plus réticent à l'idée de le voir, peut-être même apeuré. Mais il se sentait proche de lui, d'une certaine manière.

Juste quelques minutes avant de partir pour son rendez-vous, Elijah salua Miette dans leur petit laboratoire, dans lequel régnait un incroyable fouillis. Les serviteurs avaient la ferme interdiction d'y poser un orteil, pour des mesures de sécurité. D'ailleurs, seuls Miette et lui avaient le droit de passer la porte de la salle surchauffée par leurs expériences.
Il avertit son associée aux cheveux sauvages qu'il ne serait probablement pas là de la nuit, puisqu'il allait discuter de la maladie avec le médecin militaire. Là-dessus, la jeune femme exprima son désir de le voir un jour prochain, pour discuter de ce même sujet. Elijah trouvait stupide de retarder ce moment, aussi il l'invita à l'accompagner. Von Hochen serait certainement ravi !


I
ls arrivèrent quelques minutes en retard, conformément aux habitudes d'Elijah, puisque Miette avait pris le temps de se changer. Une robe trouée et tâchée, ainsi que des pantalons, ne convenaient pas pour rendre visite à un noble de Gothik City. Ni à qui que ce soit, songea le prince tandis que le cocher qui les avait emmenés jouait du heurtoir sur la grande porte sinistre. Encore un détail qui le dépassait, parfois. Pourquoi se faire emmener en voiture alors qu'un vampire pouvait se déplacer cinq fois plus vite ? L'apparat, lui avait un jour répondu sa mère. Cela restait mystérieux pour Elijah. Il avait tout de même, lui aussi, respecté le protocole en revêtant une tenue des plus strictes, dans les tons bleu foncé, un bleu presque noir. Sa veste était en velours brillant et sa chemise en soie, son pantalon en un tissu léger et flottant dont il ne connaissait pas le nom et ses bottines d'un classique cuir noir. Un petit nœud papillon au bleu légèrement plus prononcé ornait sa gorge et il avait fait des efforts sur sa coiffure.
On les fit entrer et le cocher se rendit dans le quartier des serviteurs, tandis que le majordome du manoir les installait, Miette et lui, dans un petit salon. Un feu ronflait dans l'impressionnante cheminée et les fauteuils n'étaient pas des plus chaleureux, mais confortables. Au moins, la jeune femme ne mourrait pas de froid. D'ailleurs, elle prit la place la plus proche de l'âtre, fidèle à son intelligence.
Elijah, contrairement à elle, ôta sa fine cape de laine gris-bleu et la confia au majordome qui la fit aussitôt disparaître. Le vampire n'avait aucun doute sur le fait qu'il la retrouverait au moment de partir comme si elle avait toujours été à côté de lui. L'éducation des majordomes de la ville était impressionnante et il aurait aimé pouvoir visiter leur académie, malheureusement elle gardait jalousement ses secrets.

Quand son hôte entra, Elijah et Miette étaient déjà en pleine conversation passionnante. En effet, la grande cheminée des Von Hochen avait donné une idée à la jeune femme à propos de l'air qui pourrait nourrir la flamme liquide afin de la faire tenir durablement. Elijah avait hâte de rentrer pour mettre au point des techniques.
Il s'interrompit néanmoins en voyant le maître des lieux et se leva, inclinant légèrement la tête pour le saluer. Cet homme effrayait beaucoup de personnes de la cour de par son apparence sombre, presque aussi sinistre que la porte de son manoir. Entièrement vêtu de noir, on le qualifiait souvent de « corbeau annonciateur de malheur » et certains récits croisaient sans vergogne son retour à la City avec l'apparition de la maladie. Ce qui était impossible bien entendu et Elijah était toujours peiné d'entendre de telles choses au sujet du médecin. Il exerçait une profession difficile à Gothik City et devait être respecté pour cela. De plus, Elijah ne le trouvait pas effrayant, lui. Mais il retirait rarement quelque chose de l'aspect physique des gens.

« Bonsoir, docteur Von Hochen, et merci pour votre invitation. »

Il se rassit au moment où le faisait son hôte, impatient d'en venir au fait. Ce n'était en revanche pas le cas de l'autre vampire, qui demanda à ce qu'on leur apporte des boissons et se mit à étudier Miette. Oui, sa présence était inattendue et certainement un peu déplacée, mais Elijah ne s'attendait pas à ce qu'il se montre aussi sec. … Ce devait simplement être le fait de la surprise ! Dès qu'il saurait la raison de la présence de la jeune femme, nul doute qu'il serait tout aussi enthousiaste qu'Elijah. Aussi, quand il demanda brutalement au prince qui elle était, Elijah se leva aussitôt, parlant rapidement. Il n'était pas stressé ou pressé d'en finir pour une fois, il avait simplement hâte que Von Hochen connaisse tout le merveilleux que représentait cette rencontre à trois.

« Je vous présente mademoiselle Miette Steamclad, sorcière de son état. Elle a été introduit par ma mère au château et sur décision du Conseil, nous menons ensemble des recherches contre la Grande Mort. Oh, docteur Von Hochen, vous ne pouvez pas savoir à quel point votre invitation m'enchante. Tous les deux, nous avançons à grands pas dans notre projet et je voudrais tellement avoir votre avis. »

Il se mit alors à raconter au vampire ce que Miette et lui étaient en train de faire, débordant de joie et ne se retenant pas d'aborder des concepts un peu compliqués. Quand il eut terminé, il se rassit, un sourire large sur le visage, et repoussa une mèche de cheveux qui s'était placée entre ses deux yeux.

« Alors ? Qu'en dites-vous ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Lun 16 Nov - 12:22


❝ Scène 02 - Who's that girl ? ❞




J'avais toujours été un attaquant, dans ma personnalité, un leader, un dominant. Pourtant, dès que je me retrouvais avec Elijah, j'étais dans tous mes états et je ne savais plus vraiment quoi dire et faire. J'étais pourtant un militaire, quelqu'un de réfléchi et posé, quelqu'un qui savait toujours comment réagir. Mais oh, dès que je voyais ces grands yeux clairs et cette chevelure si désordonnée qu'elle m'aurait fait pâlir sur quelqu'un d'autre, je perdais pied.
Et bien sûr, il avait fallu qu'il amène son animal de compagnie. Passablement énervé, j'essayai d'en montrer le moins possible mais mes sourcils se froncèrent sans que je ne m'en rende compte. Elle était humaine, il ne pouvait pas imaginer ce qu'elle avait bien pu faire pour se retrouver ici. Est-ce qu'elle était son calice ? Non, Elijah n'avait définitivement pas le profil de celui qui se prend une réserve de sang à domicile. Alors quoi ?
La pluie commençait à tomber dehors alors que je m'installai. La fille frissonna et je souris doucement. Bien sûr, ce manoir n'était pas fait pour les humains. Avec un certain dégoût, je la détaillai et décidait irrémédiablement qu'elle n'était vraiment pas faite pour Elijah. Elle était rustre et, même si elle se cachait derrière des beaux atours, je voyais son véritable visage d'humaine entretenue.
Depuis la mort de mes parents dans un assassinat assez vicieux, dix ans plus tôt, j'avais fait redécorer presque tout le château dans un style beaucoup plus chaleureux que celui de mes parents. Néanmoins, je n'avais pas eu le temps de s'occuper de l'aile des invités où nous nous trouvions présentement. Même moi je me sentais mal quand la pluie commençait à battre le carreau avec la force qu'elle avait ce soir.
Pour me réchauffer, je fixai mon regard sur l'âtre brûlant avant de regarder Elijah. Un soupir de contentement m'échappa alors que je détaillai sa tenue. Il n'était pas aussi souvent bien coiffé et habillé. Il avait prit le soin de paraître comme un vrai prince, juste pour moi. Pour venir me voir! Si je réussissais à ignorer la fille, ce serait certainement un très bon jour. Le rouge me serait monté aux joues si j'étais un (sale) humain.
Je pris une pomme du grand saladier au centre de la table près du feu. Alfred, mon majordome, en avait commandé sept kilos de trop par rapport à notre consommation trimestrielle mais je ne m'en laissai pas. Elles étaient rouges comme le sang coulant directement d'une veine pulsante mais elles étaient parfaitement normales. Je constatai aussi que, mis à part les tenues de mes invités, elles étaient la seule tâche de couleur dans mon salon.
Elijah me remercia pour mon invitation et je sentis presque mon coeur s'emballa. Comment pourrais-je lui dire la vérité alors qu'il était si adorable et prévenant envers moi ? Ce serait comme le trahir de lui dire qu'il était en présence de l'horrible infecté que j'étais. Même si j'avais réussi à contenir la maladie, elle avait eu le temps d'altérer ma perception et de me donner des pulsions inappropriées.
La tasse de thé noir très chaud et nos verres de sang tiède arrivèrent et je poussai un soupir presque inaudible. Il était sûr que la fille ne l'avait pas entendu, c'était déjà cela, je ne pouvais pas me permettre de me ridiculiser devant elle, même si je lui aurais fait comprendre avec beaucoup de violence qu'elle n'était pas la bienvenue ici, si je ne m'étais pas retenu.
Elijah, mon tendre Elijah, entreprit de me raconter l'avancée des recherches qu'il avait entreprit avec mademoiselle Steamclad – l'humaine ! - pour créer un feu grégeois qui détruirait la maladie et non le tissu. Oh, ce n'était pas stupide et c'était même très intelligent. Elijah pourrait sûrement y arriver, il était si intelligent. C'était d'ailleurs sûrement son idée et cette fille n'était que son … assistante, son jouer.
Une mèche de cheveux absolument adorable barrait son front quand il eut finit de tout expliquer et j'eus une brutale envie de la balayer de son visage d'une main avant de l'embrasser et de le faire basculer sur le – non ! La maladie me faisait vraiment avoir des idées qui n'étaient pas dignes de moi.

“ Voilà qui est … vraiment intéressant mon Prince. Vous et votre … assistante m'avez l'air tout à fait sur la voie du succès. Néanmoins, je vous ai fait venir pour autre chose. ”


Je pris une gorgée de sang et me mordit la lèvre, anxieux.

“ Vous ignorez sans doute la raison de mon absence à la réunion de crise sur la Grande Mort. Il y a deux semaines, j'ai été agressé par un infecté et je suis devenu … infecté moi-même. J'ai réussi à sceller la maladie au premier stade de l'infection grâce à un procédé chimique que je dois répéter tous les jours à heure fixe. Et je requiers, avec la plus grande des humilité, votre aide pour la suite du processus. Je ne sais pas combien de temps je pourrais tenir et je sais que vous avez des compétences en magie noire, je serais tout disposé à vous laisse me proposer une solution plus durable. ”


La fille ne resta pas sans voix longtemps et me posa tout un tas de questions. Bon, elle était sans doute moins stupide qu'une poule mais elle restait une humaine et je ne voulais pas entendre son point de vue. Je restai évasif et attendis la réaction de mon bien-aîmé pour savoir si mes espoirs avaient été vains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 99
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 750
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Lun 16 Nov - 20:50

L
e docteur semblait véritablement fasciné par ce qu'Elijah racontait, il le fixait et cela encourageait le Prince dans son discours. Quand il eut terminé et se fut rassit, il s'attendit à ce que Von Hochen explose de joie – pas littéralement bien sûr. Mais il avait tort. Sa pomme entamée dans la main, son hôte ne semblait pas véritablement emballé par cette idée, qui était pourtant leur meilleure chance de vaincre la maladie. Il évinça même le sujet d'une petite phrase, puisque contrairement à ce qu'avait pensé Elijah, ce n'était pas le sujet de leur réunion. Il était blessé et se renferma un peu sur lui-même, ce qui se manifesta par un recroquevillement infime de son corps, ses genoux se resserrèrent et il ramena ses mains l'une dans l'autre sur ses cuisses. Sa tête un peu basse fixait le saladier de pommes et son expression faciale était un brin malheureuse.
Il écouta néanmoins très attentivement son hôte et la honte s'effaça pour laisser la place à une entière stupéfaction. Ses yeux s'agrandirent sous l'effroi. Cet homme était infecté et personne ne le savait ? Ou presque… Mais est-ce que ce n'était pas dangereux ? Apparemment, il avait réussi à contenir la maladie, ce qu'en temps normal, Elijah aurait considéré comme absolument génial. Comme Miette, il aurait réagit en lui posant des tas de questions pour avoir le plus d'informations possibles. Mais cette fois, c'était différent. Parce qu'il s'était toujours considéré sur un pied d'égalité avec lui. Même cercle de travail, même importance dans l'armée, plus ou moins. Ils n'étaient pas aussi exposés que les autres et leur noblesse les mettait à l'abri de la plupart des risques d'être atteint de la maladie. Elijah, comme la plupart des vampires assez importants, se faisaient livrer leur sang garanti sans danger, issu d'une sélection très minutieuse des humains. Pourtant, le médecin était infecté. La réalité se faisait soudain beaucoup plus proche. Beaucoup plus terrifiante.
Ses oreilles tintaient un peu et le prince mit du temps à comprendre que l'on attendait sa réponse. Sa réponse pour quoi ? Il ne s'en souvenait plus, il était trop choqué par la nouvelle. Aussi, il hocha la tête et commença par :

« Bien sûr. »

Quelques secondes supplémentaires passèrent. Le silence fut déchiré par l'entrée dans le salon du majordome de la maison. Elijah n'avait même pas remarqué qu'il était parti.

« Veuillez m'excuser, une voiture attend cette jeune demoiselle. Un certain monsieur Steamclad l'attend pour une réunion familiale apparemment importante. »

Miette pesta en lançant un regard plein de regrets sur le docteur, mais suivit le serviteur guindé. Elijah n'aurait pu espérer une meilleure tournure des choses. Cela le dérangeait assez de parler de choses aussi intimes en présence d'une troisième personne et il regrettait un peu d'avoir invité la jeune femme. S'il avait su…
Se souvenant soudain de ce que lui avait demandé Von Hochen, Elijah releva la tête pour croiser son regard.

« Que dois-je faire pour vous aider ? »

Il songea, en se levant, pensant qu'ils allaient se rendre dans une autre pièce de la maison, qu'il ne devait pas oublier de toucher un mot à Miette la prochaine fois qu'il la verrait. Elle ne devait pas ébruiter cette nouvelle, sous aucun prétexte, à quiconque. Le médecin serait probablement moqué, craint, haït par la noblesse. Le Comte n'aurait d'autre choix, s'il ne voulait pas avoir affaire à une révolte nobiliaire, que celui de le virer. Sous la pression, il pourrait même être obligé de quitter Gothik City. Ce serait terrible ! Pour lui, bien sûr, mais aussi pour Elijah. Il ne voulait pas se retrouver seul. Le seul à être un militaire qui ne combattait pas à l'épée et ne trempait pas dans le sang qu'il versait.
Pourvu que Miette ne pipe un mot à sa famille ! Il allait craindre cela jusqu'à ce qu'il puisse lui parler à présent ! Pourvu qu'aider le médecin militaire puisse lui faire oublier quelques instants cette nouvelle source de stress !

En se rapprochant de Von Hochen, Elijah se souvint aussi de ses paroles précédentes et il jugea bon d'apporter quelques précisions.

« Au fait, Miette n'est pas mon assistante. Cette jeune femme est extrêmement intelligente et l'idée du feu grégeois est d'elle. Je suis très fier de travailler à ses côtés pour sauver Gothik City. »

Il accorda à Von Hochen un léger sourire, comme pour l'encourager, même s'il ignorait pourquoi le vampire en aurait besoin.
Il n'en revenait toujours pas de ce qui venait de se passer. Il s'était confié, à lui. Il l'avait invité pour cette raison. Extraordinaire ! Il lui faisait donc autant confiance ? … Non, bien sûr que non. C'était simplement commode. Après tout, il avait fait une découverte capitale sur la maladie, il devait la partager avec les personnes qui travaillaient étroitement à résoudre ce problème. Ca aurait été la première fois que quelqu'un lui fasse vraiment confiance !
Rassuré par la perspective de ne pas avoir de responsabilité supplémentaire, Elijah se sentit plus léger. Il pensa aussi qu'il avait besoin de se confier à quelqu'un au sujet de la succession de son père. Lui. C'était lui le prochain Comte. Comme Yvan était déjà au courant, il ne pouvait pas le lui dire. Ulrick et Lucie iraient probablement tout dévoiler dans l'heure. … Mais Luscka von Hochen ? Il pouvait bien lui confier un secret puisqu'il gardait dorénavant l'un des siens.
Oui, c'était décidé. Il allait trouver un petit moment au cours de cette nuit pour lui raconter cette histoire. Qu'il soit au courant, ça ne pouvait pas faire de mal, n'est-ce pas ? Ce n'était pas comme si le vampire était réputé pour colporter des ragots. De plus, il avait vraiment besoin d'un autre avis concernant cette affaire de mariage.


[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Mer 18 Nov - 15:31


❝ Scène 03 - I'm on fire ! ❞




Ce que Luscka aimait dans Gothik City c'était cette sorte de … d'excitation commune pour les petites choses de la vie. Il aimait par dessus tout les scientifiques qui travaillaient sur des projets audacieux et ne se donnaient aucune limite. A Modernis State, toutes les recherches étaient encadrées par l’État et il fallait remplir toutes les conditions d'éthique. Ridicule. Est-ce qu'on aurait découvert les générateur à fusion, la lobotomie ou le beurre de karité si on n'avait pas prit de risque ?
Bien sûr, il n'aimait pas vraiment les déviances de la science avec de la nécromancie ou de la torture mais l'esprit scientifique gothik était exceptionnel et Elijah le lui prouvait encore aujourd'hui. Il avait mené des recherches dangereuses et en semblait exceptionnellement emballé.
Bien sûr, la jeune femme qui l'accompagnait avec dû jouer un rôle mais il devait être mineur. Extrêmement mineur. Elijah était sûrement celui qui avait eu toutes les idées et elle ne pouvait sans doute que suivre en acquiescant. Il était sûr que les humains avec beaucoup plus de limites, que ce soit dans l'imagination ou dans l'audace. Et puis, était trop curieuse pour son bien. Elle avait de la chance qu'Elijah ne soit là.
Il but une gorgée de sang et, sous l'arôme ferreux, il détecta un peu d'alcool. Son majordome lui avait fait un de ces Bloody Mary à la sauce gothike, un délice. Sans doute qu'Elijah y avait eu droit aussi, son majordome était très fier de cette petite découverte. Seulement, l'alcool et l'Infection lui montaient un peu à la tête et il avait de plus en plus envie de céder à ses pulsions. Tuer la fille et voler le corps d'Elijah. Heureusement qu'il n'était qu'au premier stade et qu'il était assez fort pour maîtriser ses pulsions en temps habituel.
Avec un frisson léger, il vit les yeux d'Elijah se poser sur lui. Il avait plus que jamais l'impression de ne pas le mériter alors qu'il imaginait le prince dans des situations beaucoup plus intimes, dans la lumière tamisée de sa chambre. Déglutissant, le vampire hocha la tête et soupira de soulagement en entendant la réponse du prince. Il avait vraiment besoin de son aide.
Et puis, la fille s'eclipsa à cause d'une prétendue réunion de famille et Elijah et Luscka se retrouvèrent seuls. Entièrement seul une fois que le maordome eut fermé la porte derrière lui.
Elijah lui posa une question et Luscka eut envie de pleurer. Il voulait vraiment l'aider et il semblait peiné pour lui. Avec un sourire, il effaca cette envie stupide et prit la main d'Elijah, en le remerciant. Une décharge passa entre leurs peaux et le plus vieux vampire profita de ce contact. Pour un vampire, Elijah n'avait pas vraiment la peau des mains douces. Surtout pour un Prince, c'était étonnant. Luscka non plus n'avait pas les mains douces, elles étaient un peu rêches à cause de ces centaines d'années à manier des armes tous les jours.
Et puis, Elijah se leva et Luscka fit de même. Leurs mains ne se touchaient plus. Et puis, Luscka eut comme un éclair de génie. Il ne lui restait peut-être que trois mois à vivre. A être lucide du moins, il savait qu'il y avait un stade de la folie juste avant la mort. Et il voulait passer ces trois mois hypothétiques avec Elijah, au plus près de lui, même s'il n'aurait jamais la possibilité de lui confesser ses véritables sentiments.
Quand Elijah se rapprocha de lui, Luscka sentit son coeurs bondir dans sa poitrine. Son parfum était juste là, effleurant le nez du Duc qui avait juste envie d'en sentir plus. De le serrer contre lui et de plonger son nez dans son cou ou dans ses cheveux qui avaient l'air tellement plus doux que ceux de toutes les conquêtes de Luscka.
Mais ce n'était que pour lui parler de la fille. La jalousie étreignit son coeur et il ne put s'empêcher de tendre la main pour attraper Elijah par la taille et lui voler un baiser. Heureusement, la raison l'emporta sur la passion et son bras retourna contre son corps avant même qu'il n'ait effleuré le tissu de la chemise du Prince. En se raclant la gorge, il haussa les épaules pour bien montrer son désintérêt. Ou plutôt, pour ne pas montrer combien il était triste.
Il remarqua à peine le sourire du Prince et le guida vers la porte avant de le mener à ses appartements. Ils passèrent par sa chambre et Luscka lutta pour refouler ses idées qui incluaient Elijah et un lit.
C'était un laboratoire de médecin très propre. Il était très clair, bien aéré et tout était parfaitement rangé. Deux faux s'entrecroisaient sur le mur du fond et le mur de gauche était entièrement occupé par une bibliothèque médicale.

“ Je n'ai aucune idée sur la façon dont vous pourriez m'aider, Elijah. A vrai dire, je comptais vous montrer mes recherches et j'espérais que vous auriez une illumination, mais je suppose que ça ne marche que dans les romans. ”


Il fouilla un peu dans sa bibliothèque et retira un dossier à son nom de la partie droite de la bibliothèque, où il gardait les dossiers de tous ses patients. Il lui tendit et lui désigna la grande table en bois où il travaillait.

 ”Mettez vous à l'aise. Oh et Elijah … j'aimerais être intégré à votre groupe de recherche. Je pourrais être très utile. ”


Il s'en fichait pas mal du feu grégeois et de l'Infection, il voulait juste profiter de la présence du Prince le plus possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 99
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 750
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Mer 18 Nov - 20:49

C
onfiné dans son trouble et ses craintes, Elijah ne remarqua pas immédiatement la main posée sur la sienne. Quand ses yeux le notèrent, il se fit la remarque que cela égalait la caresse d'une aile de papillon et que Luscka von Hochen avait fait cela par inadvertance. Quand il se leva, peu après, le médecin ne chercha pas à renouveler le contact. Ce n'était donc qu'un pur accident.

Elijah lui parla de Miette et l'autre vampire se contenta de hausser les épaules, comme si cela ne lui importait pas. Une réaction qu'il ne comprenait absolument pas. Avant de se souvenir que Von Hochen était ouvertement peu favorable à la présence d'humains dans son entourage, encore moins que le voulait la tradition gothik. Le prince soupira légèrement, désolé d'infliger une telle présence à un homme aussi illustre que Luscka. Malgré tout, il restait convaincu que les humains avaient peut-être bien leur place au milieu des vampires de Gothik City. Il ne voulait juste pas blesser quelqu'un en le lui imposant.

Tandis qu'il suivait Luscka à travers les couloirs de son manoir, le vampire lui expliqua ce qu'il en était de l'aide attendue. Elijah s'était imaginé qu'il avait besoin de lui pour une manipulation précise que son majordome ou lui-même était incapable d'accomplir, mais ce n'était pas le cas. Il voulait que le prince réfléchisse à une solution, ce qui était beaucoup plus acceptable pour Elijah, dont le stress retomba d'un coup.

« Ah ! Tant mieux, dans ce cas ! »

Il s'aperçut immédiatement, mais tout de même trop tard, que sa remarque était on ne pouvait plus déplacer. Elle l'aurait entendue que sa mère se serait probablement évanouie de honte. Contrit, Elijah tenta de se rattraper du mieux qu'il le pouvait, en marmonnant. Voilà qui loin d'être glorieux.

« Je voulais dire que… C'est beaucoup plus simple que ce que je m'imaginais. Enfin, abordable. Pour moi, j'entends ! Et, heu… Pas toujours. Je veux dire qu'il arrive des illuminations et pas seulement dans les romans. »

Il se souvenait encore de celle qu'il avait failli avoir au cours de la réunion du Conseil. Il avait beau avoir essayé de la retrouver à plusieurs reprises, elle se dérobait toujours à lui.
Pour le moment, Elijah avait vraiment honte de lui. Il appréciait le fait d'être derrière Luscka et de ne pas croiser son regard. Il craignait aussi que le vampire ne se retourne et lui jette un coup d’œil méprisant. En fait, il aurait aimé partir d'ici au plus vite alors que moins de quinze minutes plus tôt, il était très excité et heureux de se trouver là.

Elijah oublia un peu sa honte quand il s'aperçut qu'ils étaient arrivés à destination, depuis un petit moment déjà. Luscka fouillait dans sa bibliothèque, qui était extrêmement bien fournie au demeurant. D'ailleurs, toute cette pièce était impressionnante. Très propre et bien rangée, il n'y avait que ces deux faux croisées qui faisaient un peu peur. Elijah n'avait pas vraiment peur, mais cela lui rappelait son frère Yvan. Les rumeurs étaient peut-être fondées : Luscka et Yvan entretiendraient une relation secrète et sulfureuse. Rien qu'à y penser, Elijah s'en voulut d'avoir osé garder en mémoire cette absurdité. Jamais le médecin ne mettrait son frère en danger de la sorte !

Il lui fut demandé de se mettre à l'aise. Elijah tourna sur lui-même et se dirigea vers un fauteuil qui avait l'air confortable, mais pas le plus confortable de la pièce. Il ne voulait surtout pas priver le maître des lieux de son confort habituel. Aussi, pour ne pas avoir l'air de profiter de la situation alors qu'il n'était pas chez lui, il resta au bord du siège, droit comme un piquet, les mains jointes entre ses cuisses.
Quand il entendit la proposition de Luscka, son excitation revint au galop et il fixa le profil anguleux du médecin, dont il percevait la lueur solaire de l'un de ses yeux. Faire partie de leur groupe de recherches ? C'était inespéré !

« Bien entendu ! s'exclama-t-il immédiatement. Nous irons certainement beaucoup plus vite ! Merci beaucoup, duc Von Hochen. Vous n'imaginez pas la valeur de votre proposition ! Ou peut-être que si, je ne voudrais pas diminuer l'étendue de vos connaissances de la situation actuelle… Merci, merci beaucoup ! »

Aussi excité qu'une puce qui avait trouvé un bon chien à parasiter, mais sans le côté parasitaire, Elijah se leva de son fauteuil. Il ne pouvait décemment pas rester assis. Et puis, comme il était tout à côté de Luscka, qui était vraiment grand par rapport à lui, il se remémora le sujet dont il voulait lui parler et son visage s'assombrit un peu.

« Duc… Vous vous êtes confié à moi au sujet de votre maladie, aussi… J'aimerais me permettre… Enfin j'espère que vous me permettrez de me confier à vous aussi. Me le permettez-vous ? »

Il leva la tête pour glisser ses yeux de glace dans les disques ambrés de Luscka, plein d'espoir. Il avait réellement besoin de parler à quelqu'un et ce vampire lui semblait plus qu'indiqué. Pourvu qu'il ne refuse pas !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Ven 20 Nov - 16:31


❝ Scène 04 - November Rain ❞




La peur était toujours là. Toujours présente. Elle le paralysait parfois quand il sentait monter en lui une rage qui n'était pas sienne ou un désespoir si prenant qu'il en oubliait tout le reste. Le premier stade de la maladie n'était que le début des ennuis mais il était déjà très dur à vivre. Le vampire se disait parfois qu'il auraitr préféré mourir. Mais très vite, il se ressaisissait. Il devait trouver un remède pour les autres, que son agonie dure trois, six ou dix mois.
Voilà bientôt sept heures qu'il n'avait pas prit son traitement et il arrivait au bout de sa raison. Les images de violence et de coït mettant en scène Elijah défilaient derrière ses yeux et il avait grande hâte de prendre de nouveau ce traitement afin de se calmer. Il sermonnerait Alfred. De toute évidence, l'alcool accélérait le processus.
Il laissa échapper un soupir presque par désespoir et ferma doucement les yeux, ses longs cils chatouillant ses cernes. Il avait très peu dormi et ne se nourrissait pas bien ces temps-ci. Il se mettait souvent en colère et ses besoins basiques n'étaient pas ses priorités. Il ne l'avait dit à personne mais s'il était si ardent dans le fait de trouver un remède à la maladie, c'était parce qu'il ne voulait pas qu'Yvan ou Elijah ne la contractent.
Elijah semblait soulagé de devoir réfléchir à une situation. Luscka avait eu peur de l'ennuyer mais de toute évidence, le prince adorait chercher des choses. Attendri, il avança sa main vers lui, avant de la reprendre dans un mouvement de panique. Il soupira doucement et décida de prendre son traitement en avance. Il ne voulait pas dégoûter Elijah mais s'il ne voulait pas voir, il n'avait pas besoin de regarder.
En posant son regard sur la fenêtre, il constata que la pluie battait toujours le carreau. Elle ne cesserait probablement pas de la nuit. Il sourit doucement en se disant qu'Elijah devrait peut-être passer la nuit ici.
Alors qu'une troisième vague d'images inappropriées pénétrait sa tête, il poussa un soupir, se concentrait sur son invité. Il était tout crispé et le vampire s'en voulait un peu. N'avait-il pas été trop strict avec lui ? Il voulait avant tout qu'Elijah se sente bien dans ce qu'il considérait être son refuge, son havre de paix, loin de la guerre, des complots de la cour et de ses tourments amoureux. Mais il se dit qu'Elijah était peut-être toujours comme ça.
Elijah accepta joyeusement sa proposition et Luscka lui fit un long sourire. Il était toujours si poli et bien intentionné. Le militaire avait toujours peur qu'il ne finisse par se faire assassiner par un complot d'une famille ou d'une autre. Comment Sire Rozen pouvait-il vouloir qu'il ne se marie pour perpétrer la longue lignée des von Hochen ? Cela le détournerait bien évidemment de la garde qu'il portait sur Elijah, de loin. Oh oui, sire Rozen ne savait pas.
Elijah se releva et se rapprocha. Déglutissant, il garda les yeux sur lui, sur sa bouche et sur son cou. Il avait tellement envie de le mordre, maintenant. Quand Elijah lui demanda quelque chose, Luscka hocha gravement la tête. Ce devait être important mais le médecin n'avait en tête que les courbes qu'il imaginait sous les vêtements du prince. Il ne pensait qu'à ses lèvres qui quémanderait des baisers, ses yeux suppliants, ses mains tremblantes qui serraient les draps de soie et ses hanches dans lesquelles il ne cesserait de mordre.
Et puis, il sursauta grandement. Une vision de terreur venait de frapper au carreau, derrière Elijah. C'était un chat qui passait souvent ici. Il ignorait à qui il appartenait mais une chose était sûre, il aimait venir dans les appartements de Luscka. Seulement, là, il était trempé et avait les poils plaqués contre son corps, les yeux exorbités et sa bouche s'ouvrait régulièrement à cause de ses miaulements. Sa patte ne cessait de marteler le carreau. Le vampire se précipita pour lui ouvrir et le chat entra, s'ébrouant. Luscka appela un serviteur pour que le Captain Boots – comme Luscka aimait bien l’appeler, en référence à ses pattes blanches -  soit séché et nourri. Cette interruption avait au moins eu le mérite de le sortir de sa transe et de lui rappeler qu'il devait prendre son traitement.
Il sortit le nécessaire du meuble après cette interruption et regarda l'horloge. Hm, vingt deux minutes d'avance, ce n'était pas si grave. Il ouvrit la mallette. Il y avait une grande seringue de douze centimètres, un cathéter et une solution blanc nacré, enfermée dans une petite fiole.
“  Je vous en prie, dites moi ce que vous vouliez, je vous écoute Elijah. Et vous pouvez m’appeler Luscka vous savez. ”

Il remonta la manche de sa chemise en flanelle blanche et attacha le cathéter sur son bras, bien serré. Et puis il plongea la longue aiguille de la seringue dans  la fiole avant de la planter dans l'intérieur de son coude, directement dans une veine. Quand il commença à faire rentrer le liquide, un soupir de soulagement lui échappa. Le liquide était chaud et il se savait sauvé pour quelques heures de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 99
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 750
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Ven 20 Nov - 17:56

L
a pluie battait fortement contre les carreaux des fenêtres et Elijah ne voyait même plus les gouttes sur le vitrage, juste de grandes traînées d'eau. Ce n'était pas une météo rare à Gothik City, mais c'était toujours impressionnant. Le prince songea d'abord que, finalement, il était content d'être venu en voiture. Puis, il pensa au pauvre cocher. Avant de se souvenir que ce dernier était confortablement installé dans les quartiers des serviteurs et que les chevaux attendaient tranquillement dans l'écurie du manoir, avec du fourrage frais. Il n'y avait vraiment pas de quoi s'en faire, tout le monde était bien installé et il pouvait rester aussi longtemps qu'il le voudrait, sans se soucier de perdre pied avec la réalité, comme d'habitude, tant il serait absorbé par ses recherches.

Au lieu de lui répondre, Luscka sursauta violemment. Elijah eut un mouvement de recul, se demandant s'il avait dit quelque chose de mal. Mais il s'avéra que cela n'était dû qu'à un chat. Bien qu'il ne soit pas facilement identifiable, il s'agissait bien d'un chat, oui. Une pauvre créature coincée dehors sous cette pluie battante, qui réclamait un peu de chaleur. Luscka se précipita aussitôt pour lui permettre l'entrée dans sa demeure et Elijah sourit avec bienveillance. C'était si généreux de sa part, ne se souciant même pas des traces de boue que l'animal laissait sur son tapis et son parquet.
Luscka, sans commentaire, ouvrit alors un meuble pour en sortir une longue boîte. Elijah, intrigué, s'approcha. Il s'attendait à ce que cela ait un rapport avec le travail, mais ce n'était pas tout à fait le cas. Fasciné autant qu'horrifié, il regarda Luscka tandis que le vampire entrait une seringue dans le creux de son bras. Le prince n'était pas le moins du monde dégoûté, pourtant jamais il n'avait assisté à un tel spectacle. L'aiguille était très impressionnante et le liquide éclaircit la veine dans laquelle elle fut injectée. Elijah se sentit frémir, comme si son corps voulait lui signaler qu'il devrait être dégoûté. Mais non. Il fixa chaque étape du processus et il fallut que Luscka soupire pour le sortir de son observation.

Le prince secoua un peu la tête et releva les yeux pour regarder le visage de Luscka, extatique. Elijah se mordit brièvement la lèvre, mal à l'aise. Tout cela était extrêmement intime, il ne devrait pas assister à cela. Il était très pudique face au plaisir charnel et ce qui était sorti de la bouche du vampire lui faisait immanquablement penser à… Ces choses qui le mettaient mal à l'aise, malgré son grand âge. Alors il détourna le regard, se gratta délicatement la tempe et repoussa une mèche de cheveux derrière son oreille. Trop courte, la mèche lui revint en pleine figure.
Puis, il se souvint que Luscka lui avait demandé de se confier à lui. Elijah s'éloigna pour être plus confortable, socialement, et choisit de prendre place dans le fauteuil qui l'avait déjà accueilli un peu plus tôt. Cette fois, il plaqua son dos contre le dossier, mais garda ses cuisses et ses mains serrées, timide.

« Hum… Duc von… Luscka. Je tenais à vous parler d'un secret, en vérité. Plus exactement, je voulais vous parler d'une conséquence de ce secret, mais il m'est impossible d'en piper mot sans vous révéler ce même secret. Il se trouve que vous avez maintes fois fait vos preuves en tant qu'homme de confiance, en plus d'être très proche de mon frère, aussi je pense que je peux vous faire une telle révélation sans que vous l'employiez à mauvais escient. »

Il prit une profonde inspiration dont il ne recracha pas l'air et fixa un point qui n'était certainement pas Luscka.

« Je suis désigné comme successeur de mon père. Seuls le Comte et Yvan, ainsi que ma mère, sont au courant. Et d'ailleurs, ma mère tient à ce que je me marie, elle avance que c'est essentiel pour un Comte d'avoir un soutien. Il se trouve qu'elle veut me voir marié à Miette, la jeune fille qui m'a accompagné. Elle pense qu'elle serait parfaite pour moi, que nous nous entendrions bien et que nous ferions un beau mariage. Il est vrai que Miette est une jeune très intelligente et que nous partageons beaucoup de points communs, mais… J'ai des doutes. »

Silence. Elijah était gêné, il n'avait pas l'habitude de parler autant. Sauf quand il était nerveux. Et présentement, il était extrêmement nerveux. Si nerveux, même, qu'il jouait avec ses doigts et ses ongles. Il n'osait même pas regarder Luscka. Pas qu'il craigne réellement ce qu'il pourrait lui dire à ce sujet, il n'était pas totalement fermé à la proposition de sa mère après tout. Il avait surtout peur de ce que pouvait dire quelqu'un comme Luscka en apprenant qu'Elijah était le prochain Comte. Lui-même était déjà persuadé que ce serait une belle catastrophe.


[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Mar 24 Nov - 16:25


❝ Scène 04 - Tears❞




Certaines fois, Luscka se mettait à imaginer des folies. A s'imaginer que Elijah pourrait avoir une attitude si audacieuse qu'il ne pourrait que lui demander d'être avec lui. Mais bien sûr, si Elijah nourrissait des sentiments tendres et cachés envers quelqu'un, ce n'était certainement pas lui. Ce n'était sans doute qu'un rêve stupide, quelque chose qui ne se produirait jamais, mais le vampire ne pouvait pas s'empêcher de rêver de temps à autres.
Seulement, Luscka aimait aussi Elijah parce que son attitude timide et hésitante était si adorable qu'il ne voulait qu'une chose : le protéger du reste du monde. Oh bien sûr, Elijah avait déjà toute la protection du monde et il ne manquait de rien mais Luscka se disait qu'un jour, peut-être, Elijah aurait une peine de coeur ou un manque de confiance en lui et viendrait trouver refuge dans ses mots réconfortants.
C'est pourquoi, il était si content qu'Elijah ne daigne lui parler. C'était si innatendu mais tellement bien venu. Il sentit un frisson le parcourir alors qu'il enlevait l'aiguille de son bras après l'injection. Si l'air était chaud et sec à l'intérieur, il ressentait toujours une certaine humidité après une injection.
Il était bien content que cette petite garce égoïste ne soit pas là pour assister à ça. La priver de l'expérience de cette découverte scientifique était en quelque sorte un plaisir malsain. Mais cette fille était si proche d'Elijah, elle devait bien finir par le payer d'une façon où d'une autre. Avec un sourire chaleureux, il encouragea son interlocuteur à mettre fin à cette attente qui était déjà si pesante. Que voulait-il partager avec lui ?
Dans la pénombre de la pièce, les lèvres d'Elijah avaient presque l'air purpurines et elles étaient d'autant plus délicieuses à regarder. Cependant, après son traitement, Luscka n'avait plus envie de se jeter sur lui pour embrasser ces lèvres tentatrices. Il avait au contraire bien plus envie de le choyer, d'être bienséant et poli avec lui. Droit. Il retrouvait sa nature familière après chaque injection mais combien de temps cela durerait-il ?
Le prince se rassit, très timidement et Luscka eut un sourire tendre. Comment pouvait-on ne pas le trouver adorable ? Une fois, le duc avait eu une discussion avec Lady Derbyshire qui lui avait dit qu'elle estimait le prince bien trop empoté. Il s'était alors empressé de lui exprimer ses sentiments les plus méprisant, lui disant qu'elle ferait mieux d'apprendre la différence entre empoté et reservé et que peut-être ne l'était-elle pas assez de son côté.
Quand Elijah prononça son nom, Luscka en eut des frissons. C'était la première fois qu'il l'appellait par son prénom en plus de sept cent ans et c'est presque tremblant d'émotion qu'il rangea son necessaire après avoir changé l'aiguille de la seringue pour une neuve. Ils étaient tous seuls dans cette pièce et son coeur s'envola presque de bonheur. Il s'installa dans le divan couleur ivoire, en face du prince, un peu troublé par son traitement.
La suite était meilleure encore et Luscka hocha la tête gravement quand Elijah lui dit ne pas penser que le duc ne puisse ébruiter l'affaire. Certes, il garderait le secret jusque dans sa tombe, quelqu'il soit. Il voulut toucher une nouvelle fois son ami mais le toucher à travers ces gants en soie était plus frustrant qu'autre chose. Or, il ne pouvait pas les enlever, il avait peur de l'infecter. Et il ne se le pardonnerait jamais.
En évitant de le regarder, le prince débita un discours qui laissa Luscka meurtri et désespéré. Une larme fit surface dans son œil mais il eut tôt fait de se retenir.
Il allait se marier à cette fille, celle qui l'avait accompagné. Une humaine. C'était …. c'était tout bonnement scandaleux et il se sentait suffoquer. Avec un peu de mal, il baissa les yeux, évitant de regarder le prince.

“ Il est bien normal que vous ayez des doutes. Vos parents ont toujours proné l'amour et je trouve cela étrange de la part de votre mère de vous imposer un mariage. Qui plus est avec une fille comme celle là, il est clair qu'elle ne saurait pas prendre soin de vous, vous vous ressemblez beaucoup trop. ”

Le coeur brisé, il prit une longue inspiration avant de continuer.

“ Mais je pense que vous mettre sur le trône est une très bonne idée. Yvan pourra rester général et vous êtes bien plus diplomate que lui. Et votre mère a raison quand elle dit qu'il vous faut le soutien d'une personne qui vous complète. Mais je pense que vous avez besoin de prendre votre temps, de trouver la personne que vous aimerez réellement. Et il m'étonnerait fortement qu'une mortelle que vous venez à peine de rencontrer fasse l'affaire. ”

Tremblant légèrement, il ne put retenir quelques larmes de passer le barrage de ses yeux malgré ses efforts pour rester calme. Cependant, il aimait tellement Elijah que son ton restait chaleureux et réconfortant. Et qu'il avait réussi à lui dire de trouver l'amour, même si cet amour ne serait jamais pour lui. A présent, il le savait, il ne pourrait jamais être aux côtés d'Elijah, qui deviendrait Comte et aurait besoin d'une Comtesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 99
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 750
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Mer 25 Nov - 12:03

E
lijah craignait plus que tout, en cet instant, que Luscka s'énerve contre lui et le mette à la porte de son manoir. Il aurait certainement une raison tout à fait légitime de le faire, même si le prince ne voyait pas laquelle pour l'instant. Ce serait terrible, il perdrait le contact avec quelqu'un qu'il admirait et qui partageait des points communs peu négligeables avec lui, sans parler du projet de remède qui se verrait tout à fait compromis ! Maintenant qu'il comptait sur la présence du docteur pour les aider, Miette et lui, il lui semblait que l'absence de Luscka dans leur entreprise serait le pire scénario pour Gothik City !

En entendant la voix du Duc, Elijah redressa la tête. Le vampire ne le regardait pas, alors il choisit aussi de baisser de nouveau la tête. Mais Luscka ne lui donna que des encouragements. Il semblait confirmer l'avis d'Elijah, que c'était extrêmement étonnant de la part de sa mère de proposer un mariage arrangé. Luscka était certainement trop catégorique en ce qui concernait Miette, mais son opinion tranchée allait dans son sens, aussi il ne chercha pas à défendre la pauvre jeune femme. De toute façon, qui était il pour juger l'attitude de Luscka ?
La suite s'avéra encore meilleure. Elijah redressa doucement la tête, un faible sourire se dessinant sur ses lèvres entrouvertes. Il le croyait capable de devenir le Comte ! Cette perspective était toujours effrayante, mais beaucoup moins repoussante que le jour où sa mère le lui avait annoncé. Et puis, Luscka avait soulevé un point important : il ne serait pas seul ! Il pourrait compter sur son frère aîné, pour commencer. Et puis, le médecin avait raison, il devait trouver quelqu'un qu'il pensait apte à l'aider et ça ne pouvait pas être Miette. Il l'aimait bien, là n'était pas la question. Mais il doutait de pouvoir lui faire réellement confiance un jour pour ce qui tenait de la politique, même lorsqu'il l'aurait transformée en vampire.
Ses yeux errèrent dans la pièce tandis qu'il prenait la mesure de tout ce que venait de dire le Duc. Quelqu'un en qui il avait confiance et qui pourrait le soutenir à ses côtés en tant que Comte… Et bien, cela rejoignait peut-être ses sentiments, finalement. Il tourna de nouveau son regard vers Luscka pour lui demander une nouvelle fois son avis, mais il se retrouva face à un spectacle alarmant.

« Duc Von Hochen ! Luscka ! Que se passe-t-il ? »

Il hésitait sur la marche suivre. S'agissait-il d'un effet secondaire du traitement ? Devait-il appeler Alfred, son majordome ? Ou lui… Faire un câlin ? Comment arrêter cette crise de larmes ?!
Elijah leva les mains à hauteur de son visage, en panique totale. Puis, sous le coup d'une impulsion, il se précipita à côté de Luscka, à une vitesse dont seul pouvait profiter un vampire, sur le bord du divan. Tout son corps était tourné vers lui et l'un de ses genoux touchait l'un de ceux du Duc. En se mordant la lèvre, il posa sa main sur la cuisse du vampire, un peu au-dessus de son genou.

« Que puis-je faire pour vous aider, je vous en prie, dîtes-le moi ! Est-ce à cause du produit ? »

S'il provoquait de telles réactions, c'était vraiment terrible ! Maintenant, Elijah se sentait vraiment coupable. Il avait le sentiment très net et étrange que c'était de sa faute. Alors, malgré l'incongruité du geste et le malaise qu'il en ressentit, il enroula ses bras autour des épaules de Luscka, son menton à peine posé sur son épaule. Leurs corps ne se touchait même pas, il préférait garder une certaine distance avec le vampire, par respect et aussi par manque d'habitude. Il se dit qu'Ulrick n'aurait certainement pas fait preuve d'une telle réserve.
Il tapota le dos de Luscka et prit pleinement conscience du tableau qu'ils représentaient en entendant le bruit délicat de la poignée de la porte qui s'abaissait. Vivement, il se recula, se retrouvant soudain aussi éloigné qu'il était possible de l'être de Luscka tout en restant assis sur le sofa. L'accoudoir lui rentrait dans le bas du dos et son regard affolé était celui d'une pauvre humaine prise au piège par un chasseur émérite. Alfred se tenait sur le pas de la porte.

« Veuillez m'excuser messieurs, je repasserai plus tard. »

Elijah était contrit. Il aurait aimé hurler au majordome qu'il pouvait rester et dire ce qu'il avait à dire, mais son corps était si crispé qu'il était bien incapable de dire un seul mot. Quand la porte se referma et qu'ils se retrouvèrent de nouveau seuls, ce fut pire encore. Elijah déglutit avec une grande difficulté, puis réussi à balbutier :

« Je suis profondément confus, monsieur le Duc. Je ne sais pas ce qui m'a pris. Je voulais simplement… Je vous en prie, pardonnez ce geste tout à fait innocent et amical. »

Pourvu qu'il n'ait pas mis Luscka en colère pour de bon, cette fois. Il ne se le pardonnerais jamais et passerait tout son temps enfermé à la bibliothèque, simplement pour ne pas avoir à croiser âme qui vive et se retrouver face à sa honte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Dim 3 Jan - 16:06


❝ Scène 05 - So close❞




Il ne se sentait pas bien, il avait l'impression qu'il pourrait faire du mal à Elijah même si c'était la dernière chose qu'il avait envie de faire. Bien sûr, il ne voulait qu'une chose : être à ses côtés. Mais son coeur battait presque tant son amour pour lui envahissait tout son corps et tout son esprit. Quand il était à côté du Prince, quand il respirait son odeur, il avait les jambes en coton et il ne se sentait plus vraiment de lui dire non.
Et puis, Elijah était si beau. A côté de lui, toutes les femmes semblaient laides et tous les hommes étaient d'une banalité à pleurer. Tout le monde lui semblait avoir les cheveux filasses, les dents en avant et les yeux beaucoup trop sombres ou beaucoup trop clairs. Quand il y pensait, il ne se souvenait même plus du visage de l'amant avec qui il avait vécu le plus longtemps. Il avait été totalement remplacé par l'adorable maladresse et les traits si fins du Prince.
Dans son dos, il entendit les pas d'Henrietta, l'ancienne suivante de sa mère qui était devenue une sorte de majordome en second depuis la mort de cette dernière. Elle se désespérait de l'absence de femmes dans cette maison et de nombreuses fois elle lui avait demandé d'au moins réfléchir à des fiancailles. Bien sûr, il ne pouvait pas lui dire qu'il était fou amoureux d'un homme, elle en tomberait évanouie sur le coup.
Les pas de la gentille mademoiselle McGovern furent bientôt remplacés par ceux d'Alfred, qui semblait écouter discretement leur conversation. Sans doute avait-il peur pour son maître. Si Lucska  ne lui avait jamais avoué ses sentiments pour Elijah, il devait bien s'en douter.
Trois jours plus tôt,  Alfred l'avait révéillé d'un mauvais rêve assez terrifiant et le Duc était presque sûr d'avoir dit au moins une fois le nom d'Elijah. Depuis, le majordome semblait soucieux quand Luscka s'enfermait dans ses appartements ou restait pensif au lieu de manger. Et la nouvelle de l'arrivée d'Elijah n'avait fait que le renforcer dans ses craintes. Luscka devrait lui parler avant d'avoir à le rassurer dans un moment critique.
Le vampire ne releva pas tout de suite la tête quand Elijah lui parla, lui demandant ce qui n'allait pas. Non, il devait contrôler ses émotions. Il regarda ses mains meurtries et pleines de crevasses – il guérissait beaucoup moins vite depuis qu'il était infecté et il avait passé beaucoup de temps à faire des expériences éprouvantes récemment – et tenta de se calmer. Il devait faire preuve de maturité.
Et puis, d'un coup, Elijah fut près de lui. Si proche, si proche. Luscka pourrait le toucher, le faire basculer et l'embrasser. Mais il ne le ferait pas. Il voulait goûter au fruit de ses lèvres, profiter de l'ivresse envoutante de son amour, respirer son odeur à pleins poumons. Mais il ne le ferait pas. Il était un adulte qui ne pouvait pas céder à des pulsions aussi primaires que celles de vouloir posséder un autre adulte.
Mais Elijah voulait aider et Luscka voulait céder à ses pulsions. Il savait que c'était mal, qu'il n'aurait pas dû le vouloir mais il en avait besoin.
Quand le prince l'enlaça avant que le Duc n'ait pu faire quoique ce soit, Luscka sentit son coeur fondre sous la chaleur de ce contact. Ils ne se touchaient presque pas mais ils n'avaient jamais été aussi proche. Et l'effluve du parfum des cheveux d'Elijah allait finir par le rendre fou. Alors il s'arrêta de respirer.
Et puis, alors que Luscka posait son regard si profond sur celui d'Elijah, reculant un peu et s'apprêtant à faire une bétise, Alfred les interrompit. Elijah s'enfuit rapidement et s'excusa, poignardant juste un peu plus le coeur gelé de Luscka.

“ Tout va bien, ne vous en faites pas mon Prince. Je vais m'enquérir de ce dont mon majordome souhaitait me faire part, je vous prie d'attendre un peu. ”

Avec un grand regret, il quitta la salle et passa dans une salle de bain se rincer le visage avant de rejoindre Alfred qui l'informa de l'arrivée de son colis. C'était parfait. Il était emballé dans un papier marron assez fin et soyeux.
Il passa la porte pour retrouver Elijah et lui tendit le colis, un cadeau d'anniversaire un peu en retard. Il avait chargé Yvan de récupérer le manuscrit du livre qu'Elijah écrivait en secret, un traité de démonologie pour ce cadeau et il espérait que cela vaudrait le coup.
Le livre avait une couverture rigide recouverte de cuir et dorée à la main. Le nom d'Elijah s'inscrivait en grandes lettres dorées, suivi du titre du livre. Dès demain, tout le monde pourrait le trouver dans les librairies de la ville.

“ J'espère que cela vous plait et je suis désolé d'avoir dû vous cacher mon projet tout ce temps mais cela n'aurait pas été une surprise si je vous avais tout dit. ”

Plein d'espoir, il profita du contact furtif de leurs mains avant de relâcher le contact et de baisser les yeux sur le plancher usé par les talons de bottes et de bottines pour ne pas croiser le regard d'Elijah. Pourvu que cela lui plaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 99
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 750
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Dim 3 Jan - 21:18

E
lijah se sentait particulièrement stupide face au calme dont faisait preuve le Duc. Son majordome ne semblait pas non plus embarrassé et le prince se demanda si sa nervosité était évidente. Il était celui qui était censé montrer l'exemple, à cause de son rang très élevé dans la société, mais un domestique valait mieux que lui en la matière. C'était honteux.
Il se mordit la lèvre, la tête baissée, alors que Luscka le rassurait et l'informait de ce qu'il comptait faire au sujet de l'interruption. Il vit passer les jambes athlétiques du Duc près de son visage et ce que cela lui inspira le fit baisser un peu plus les yeux. Que lui arrivait il ? Depuis que sa mère lui avait parlé de mariage, il lui semblait que toutes ses pensées étaient dirigées sur les relations amoureuses. Son plus jeune frère lui ressemblait il plus qu'il ne le croyait ? Ou bien était ce simplement la perspective de s'unir à quelqu'un qui le faisait envisager un lien plus qu'amical avec tout le monde ? En dehors de Miette et du bibliothécaire, personne n'avait encore réellement retenu son attention et son hypothèse restait donc infondée, mais il avait passé du temps avec le Duc, avec qui il avait de nombreux points communs. Ce devait donc être logique qu'il regarde la forme de ses cuisses avec intérêt. Enfin, il l'espérait ! Si jamais Luscka s'apercevait qu'il nourrissait ce genre de pensées à son égard, que dirait il ? Que ce n'était pas sérieux, certainement. Et qu'il lui était impossible de développer le moindre sentiment amoureux pour le prince, qui était son cadet. En âge, mais aussi en intelligence et en culture. Le Duc avait aussi vécu de nombreuses expériences et il était un militaire accompli. Elijah, à côté… N'était rien du tout. Et dire qu'il devait devenir le Comte ! Il ne lui restait plus qu'à espérer que cela n'arrive pas avant de très nombreuses années !

Luscka partit, Elijah se rendit compte qu'il était seul dans la pièce. Son regard caressa le mobilier et il s'attarda avec envie sur certains livres, ou du matériel. Après une petite hésitation, due à la peur de se faire prendre en train de fouiner là où il ne fallait pas, Elijah laissa la curiosité l'emporter et il avança nonchalamment jusqu'au bureau. Il était rangé, mais sa vue acérée ne manqua pas de remarquer qu'une feuille de notes fort intéressantes avait été oubliée là. Et s'il s'agissait de ses recherches sur l'infection ? Elijah se pencha pour mieux voir, mais il finit très vite par s'installer dans le fauteuil pour étudier plus attentivement l'écriture rigide de Luscka.

En entendant la porte s'ouvrir, il se précipita au milieu la pièce, se cognant méchamment le genou dans le coin du bureau au passage. La feuille qu'il était en train de lire voleta sur le sol, mais il n'avait plus le temps de la ramasser. Et à partir du moment où Luscka lui mit un présent entre les mains, il oublia la preuve de son incivilité.
Curieux, il ne perdit pas de temps à retirer le papier, en prenant soin de ne pas le déchirer. Il semblait précieux. Au début, il sourit en reconnaissant la couverture familière d'un livre de qualité. Le titre le fit froncer un peu les sourcils, puis il poussa une exclamation en reconnaissant son nom tracé par des lettres d'or. Ses mains tremblantes lâchèrent l'ouvrage, qu'il récupéra in extremis à quelques centimètres du sol. Les larmes lui montèrent aux yeux alors qu'il prenait l'ampleur du présent.

« C'est… Je n'en crois pas mes yeux, comment… ? Mais je ne l'avais dit à personne et je ne l'ai fini qu'il y a quelques semaines ! Je pensais l'avoir perdu… Alors pendant tout ce temps, c'était vous qui l'aviez ! »

Il leva son regard humide sur le Duc et lui sauta au cou, ses joues couvertes de larmes de joie. Voilà sans aucun doute le plus beau présent qu'on lui ait fait.
Se rendant compte que son corps hissé sur la pointe de ses pieds était collé aux cuisses si fermes de Luscka, Elijah recula et essuya ses yeux. C'était ridicule de pleurer pour ça.

« Merci beaucoup, Luscka. Je n'aurais jamais osé le faire. Et il est si beau ! Merci ! »


Il feuilleta rapidement les premières pages, comme pour vérifier qu'il ne s'agissait pas d'un rêve. Non, la réalité était telle que le décrivait la couverture qu'il caressait de ses doigts. Ses propres écrits venaient d'être rendus publiques. Un nœud enserra soudain ses entrailles : toute la ville allait pouvoir le juger ! Allaient ils rire de lui ?

« Et… L'avez vous lu ? L'avez vous trouvé… Correct ? »

Maintenant, il craignait de n'avoir pas travaillé un peu plus sur le chapitre huit, qui méritait certainement quelques éclaircissements.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Jeu 14 Jan - 22:17


❝ Scène 06 - Vampire Heart❞




Cinq ou dix minutes auparavant, le vampire aurait juré qu'il n'avait aucune chance, absolument aucune de plaire en tant qu'homme à Elijah. Et pourtant … Et pourtant, maintenant qu'il tenait ce volume en main, il lui semblait qu'il avait sa chance. Qu'il pourrait, à tout moment, lui déclarer sa flamme et peut-être même qu'Elijah ne lui rirait pas au nez. Mais aussi, à présent, il ne pensait plus vraiment à lui, juste au bonheur de celui qu'il aimait.
Avec un certain contentement, il ne put s'empêcher de penser à Riku, ce prostitué chez qui il allait soulager ses envies pressantes quand le besoin s'en faisait sentir. C'était toujours terriblement violent et affreusement tendre à la fois. Luscka avait toujours les yeux baillonés et Riku ne parlait jamais. Ainsi il pouvait espérer, il pouvait penser à Elijah sans que rien ne l'en empêche. Souvent, le prostitué avec un air blessé quand ils se quittaient mais Luscka s'en fichait bien. Il ne comptait pas pour lui.
Est-ce qu'il était quelqu'un d'horrible ? Est-ce que c'était si grave ? Il n'y avait qu'Elijah et lui qui importaient, plus quelques autres personnes comme Yvan ou le Comte. Mais il avait apprit à ne plus trop s'attacher, c'était dangereux.
Il savait bien qu'Elijah était du genre à se soucier du bien être de tous ceux qui pouvaient l'entourer mais il ne pouvait pas penser comme ça. Plus maintenant, après cette terrible trahison et la mort de ses parents. Pourtant, il était si mignon quand il avait un peu bu et disait avec un sérieux absolument adorable qu'il fallait aider les autres, les respecter, même les humains. Qu'ils devraient s'occuper d'eux parce que sans eux, ils n'auraient plus de nourriture.
S'il s'était déclaré comme il voulait le faire, est-ce qu'ils seraient tendrement enlacés à l'heure qu'il était ou bien Elijah aurait-il fui sous la pluie, disparaissant sous le manteau sombre de la nuit ? Luscka voulait y croire si fort, à cet espoir, mais il savait bien qu'il allait trop vite. Avec une certaine  hésitation, il regarda dehors. Il pleuvait encore alors peut-être Elijah devrait-il dormir ici ? Sans doute ne dormiraient-ils pas ensemble mais s'ils se couchaient assez tard …
En déglutissant, il remarqua combien la gorge d'Elijah était appétissante. Il ne pensait pas le voir comme ça un jour où l'autre et il savait qu'une de ses morsures ne transmettrait pas le virus de la Grande Mort mais il ne pouvait pas le mordre, ils n'étaient définitivement pas assez proches.
Quand les larmes montèrent aux yeux d'Elijah, le médecin eut un doute mais ses paroles le rassurèrent avec rapidité. Il en était ému aux larmes. Et Luscka avait envie de l'assomer de baisers, de lui dire qu'il avait fait ça parce qu'il l'aimait. Il se retint de justesse et sourit doucement.

“ Je suis désolé de vous avoir tourmenté mais je pensais que ce cadeau vous ferait bien plus plaisir qu'un présent commun. Yvan vous a distrait en vous amenant à la caserne et je me suis servi dans votre chambre, comme prévu. Bien sûr, je vous rendrais le manuscrit d'origine ! ”


Il en avait aussi profité pour lui voler un mouchoir, qui portait son odeur et qu'il transportait toujours avec lui à présent.
Quand le prince le serra dans ses bras, le vampire resta figé. Cela ne pouvait pas se passer. Ils n'avaient jamais été si proches. Déglutissant, il laissa l'autre vampire se retirer de leur étreinte, un peu trop vite à son goût et il l'observa. Il avait toujours les joues noyées de larmes. Il s'essuya mais ne réussit qu'à en enlever une partie. Posant sa main un peu sèche sur sa joue, il lui essuya une joue, pour l'autre, à l'aide de son pouce, toujours hypnotisé par ses lèvres mouillées de larmes de joie.
Elijah reprit la parole et Luscka reprit ses esprits, retirant sa main, toujours dans une sorte de transe admirative. C'était comme si mille petits anges chantaient à ses oreilles et lui disaient de l'embrasser, de lui dire la vérité. Déglutissant, il ancra ses yeux dans ceux du Prince et essaya de ne pas paraître ridicule.

“ Vos écrits sont aussi parfaits que vous. Vous avez travaillé dur et je suis sûr que tout le monde reconnaîtra que c'est un ouvrage excellent. ”


Il ne put se retenir plus longtemps et se pencha sur le vampire, comme au ralenti. Il sentait presque ses lèvres sur les siennes quand une des servantes de sa demeure – Lorraine si sa mémoire était bonne – vint les déranger. Il tourna la tête et l'assassina du regard mais elle n'en prit pas compte et leur annonça que le dîner était prêt.
Il prit la frêle main de son invité dans la sienne et lui offrit un sourire charmant.

“ Est-ce que vous me ferez le plaisir de dîner avec moi et mon cousin ce soir ? ”


Il espérait franchement qu'il dirait oui parce que la perspective d'un dîner en tête à tête avec Jasper une fois de plus lui donnait une forte envie de pendaison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 99
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 750
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Ven 15 Jan - 13:36

E
n croisant le regard de Luscka après que ses talons aient rejoint le sol ferme, Elijah regretta de s'être emporté de cette manière. Pendant une minute, il s'était oublié, lui le prince. On ne réagissait pas comme ça pour un cadeau quand on était correctement élevé. A la rigueur, pour un parent et dans l'intimité, cela pouvait se consentir. Mais le Duc était loin d'être un intime ! Et il était clair pour Elijah que Luscka le prenait mal, parce que ses yeux exprimaient quelque chose de différent, bien qu'Elijah n'aurait su traduire cela avec exactitude. Il n'était pas un expert en relations.

Malgré l'affront qui venait de lui être fait, Von Hochen répondit agréablement à sa question, le complimentant. A moins que ce ne soit que des flatteries. Non, quel intérêt aurait il à le flatter ? Et puis, la flagornerie n'était pas pratiquée par le Duc, du moins Elijah le pensait. Mais c'était encore plus embarrassant ! Non seulement il faisait ce merveilleux présent, mais en plus, il… S'il n'y avait eu la bienséance, Elijah lui aurait probablement de nouveau sauté au cou. D'ailleurs, les larmes affluèrent de nouveau, alors même qu'il essayait de les retenir. Si seulement il avait un quelconque contrôle sur elles…

En voyant l'autre vampire se pencher soudainement vers son visage, Elijah afficha une expression choquée, les lèvres entrouvertes et les yeux écarquillés. Allait-il de nouveau essuyer ses joues humides de bonheur ? Ce geste avait été si inattendu, mais Elijah l'avait accepté car ne venait-il pas, après tout, d'enlacer familièrement le Duc ? Sauf que l'esprit logique du Prince ne parvenait pas à savoir en quoi avoir leurs bouches à quelques millimètres l'une de l'autre pouvait aboutir à un tel résultat.
A présent, leurs peaux se touchaient presque et Elijah pouvait sentir un flux électrique entre leurs lèvres, beaucoup trop proches. Que se passait-il ? Cette fois, son esprit avait totalement abandonné la partie, il avait laissé la partie intuitive de son cerveau prendre le relais. Malheureusement, cette dernière avait été particulièrement délaissée et pataugeait. Elijah était en panique intérieure totale.

Un bruit de porte que l'on fait pivoter fit sursauter légèrement Eijah. Il sentit la peau de Luscka sur la sienne juste avant que le vampire ne se redresse et ne tourne la tête en direction de l'une de ses domestiques. Elijah se rendit compte à quel point son corps était crispé, ses doigts s'enfonçaient dans le cuir de la couverture de son livre et une chaleur étrangère embrasait sa poitrine. Il avait souvent vécu des situations où il était heureux d'être un vampire et de ne pas pouvoir rougir, ou même avoir une augmentation de température épidermique. Aujourd'hui, plus que jamais, il remerciait les démons de ne pas l'avoir fait naître humain.

Luscka prit alors sa main et Elijah baissa un regard abasourdi sur leurs doigts réunis. Il doutait de tout maintenant. Est-ce que ce geste avait un sens qu'il ne comprenait pas ? Finalement, le Duc lui demanda de dîner avec lui et le Prince le regarda de nouveau. Il ouvrit la bouche pour lui répondre, mais aucun son n'en sortit. Il dût se racler la gorge, si sèche, avant de pouvoir avancer sur un ton d'une extrême politesse :

« Bien entendu ! »


Pendant qu'ils se rendaient dans la salle à manger du manoir Von Hochen, Elijah suivait son hôte silencieusement. Ses yeux de glace étaient fixés sur la magnifique couverture de son cadeau et son cerveau cherchait des réponses aux énigmes de cette nuit. Ou plutôt, de l'énigme. Car il n'y en avait véritablement qu'une et elle portait le nom de Luscka.
Que lui voulait il ? Que croyait il ? Elijah avait il commis un impair ? Et si, dans ses étreintes répétées, il avait sans le vouloir fait passer un message ? Peut-être le Duc s'imaginait-il qu'Elijah voulait avoir des relations charnelles avec lui et que l'idée ne lui déplaisait pas. Beaucoup de nobles s'adonnaient à ce genre de liens éclairs, après tout. Le problème était qu'Elijah était bien trop timide et bien trop respectueux pour pouvoir accomplir une telle chose avec le Duc. Et puis, il n'en avait pas vraiment envie. Tout ce à quoi il pensait, en ce moment, c'était à son mariage. Il ne voulait pas d'un amant ou d'une amante. Il ne voulait rien en fait. Mais il avait besoin de quelqu'un pour rester à ses côtés en tant que Comte.
Alors qu'ils passaient la porte de la salle, Elijah s'était décidé à dire au Duc qu'il ne devait pas se sentir obligé de faire quoi que ce soit juste parce qu'un Prince le lui demandait. Mais il se refusa à avancer le moindre mot en voyant qu'ils ne seraient pas seuls pour le repas.
L'homme présent avait un visage qui lui était totalement inconnu, mais cela ne voulait pas dire qu'il n'aurait pas dû le savoir. Après tout, nombreux étaient les nobles de la cour dont il ignorait tout, à tort. Elijah se tourna vers Luscka, aux côtés de qui il s'était placé, attendant que l'hôte se charge des présentations.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Sam 16 Jan - 22:44


❝ Scène 07 - The fire within ❞




Le  regard d'Elijah lui fit l'effet d'un bloc de béton lâché directement dans ses entrailles. Il se sentit fondre et eut brusquement envie de s'enfoncer dans le sol pour, peut-être, ne plus jamais le voir. Il ne pouvait pas consentir à être aussi proche de lui sans pouvoir le toucher. Il était quelqu'un de passionné et de rarement timide en temps normal mais cet homme, ce prince, le mettait dans tous ses états.
Avec un sourire, le Duc ne put s'empêcher de détailler les lignes de son visage. Elles étaient si douces que sans quelques traits durs et stables – comme ceux de la mâchoire et cette ride du lion si peu remarquable – on aurait pu penser qu'Elijah et Yvan n'étaient aucunement parents. En réalité, beaucoup de gens trouvaient les trois frères Von Dast si différents que certains les pensaient adoptés. Mais quelques indices – comme leurs oreilles – ne trompaient pas.
Quand il était avec le Prince, il se sentait réellement en paix. Pourrait-il un jour se résoudre à se marier avec quelqu'un qui ne lui fournirait pas la même quiétude ?
Un peu déstabilisé, le vampire sourit doucement et un peu niaisement, se donnant l'effet d'une des icones stupides des fêtes de fin d'année des humains – le Père Noël, quel attrape couillon – quand son interlocuteur se décida à lui donner une réponse. Il ne voulait vraiment pas le laiser partir. Oh, un dîner avec son idiot de cousin n'était pas exactement le tête à tête romantique qu'il s'était imaginé mais au moins il serait avec Elijah.
Que penserait le prince s'il voyait son bras recouvert de marbures rouges et violettes ? Elles étaient apparues peu après la morsure et il n'avait pas réussi à les faire partir, même en stoppant la progression de la maladie. Satan merci, il n'était pas du genre à ne porter qu'un gilet et une chemise aux manches retroussées à cette periode de l'année comme le prince Ulrick, personne n'avait eu de soupçons.
Une odeur fort plaisante lui arriva au nez alors qu'il ouvrait la porte qui les menerait dans le couloir. Du poulet, il en était sûr. Il n'aimait pas spécialement les dîner imposés par son cousin – chaque soir à minuit – depuis son arrivée mais ils avaient au moins le mérite de lui faire manger de la viande. Il n'avait pas le reflexe d'en manger et elle était toujours bonne pour son traitement, comme les légumes.
Avec un sourire, il fit signe à Elijah de passer devant et ferma à clef la porte de son bureau. Jasper n'était pas au courant de ses recherches ou de sa maladie et il ne voulait pas l'inquiéter.
Il prit ensuite la tête de leur petit groupe et descendit jusqu'à la luxueuse salle à manger de l'aile des maîtres. Avec un petit moment d'hésitation, il poussa la porte. Tout allait bien se passer. La salle à manger était très luxueuse, tout en tons blancs et dorés, elle ressemblait plus à une salle de spectacle bien entretenue qu'à une salle à manger. Seule une immense table pouvait indiquer la véritable fonction de cette pièce.
Jasper les attendait déjà en lisant un énorme livre sur la cryptozoologie. Une perte de temps. Il était habillé uniquement d'une chemise légère et d'un gilet doré. Ses cheveux roux lui arrivaient jusqu'aux épaules et ils étaient en bataille, comme d'habitude, sa tresse ornée d'un ruban noir étant la seule constante dans cette œuvre d'art capillaire. Il ressemblait autant à Luscka qu'Elijah à Yvan. Il avait un grand sourire, de grands yeux verts et un nez en trompette absolument adorable. Il les acceuillit en se levant. Luscka jeta un regard à la volaille de vingt quatre bons livres sur la table et soupira.

“ Bonsoir Lou ! Oh , prince Elijah, je ne savais pas que vous seriez parmi nous ce soir, sinon vous pensez bien que j'aurais plus prit soin de moi. ”

Luscka fit signe à Elijah de s'installer près de l'immense cheminée alors qu'il prenait place en face de lui, juste à côté de Jasper. Il préferait l'avoir sous la main pour le contrôler en cas de bourde. Il espérait qu'il ne grillerait pas toutes ses chances.

 Elijah, je vous présente mon cousin, Jasper Damion von Hochen. Il est zoologue, vétérinaire, maître palefrenier et tout un tas d'autres choses au service de la noblesse. Jaz', je suppose que je n'ai pas besoin de te présenter le prince. ”

Jasper fit un signe de la tête et posa sa main sur le bras de Luscka. Il était très tactile depuis tout petit. Il avait toujours fallu qu'il le touche, c'était comme une maladie. Les trois cent premières années, Luscka avait tenté de lutter contre ça. Depuis peu, il avait abandonné.

“ Vous travaillez avec Lou sur son super projet super secret que je n'ai pas le droit de voir, mon Prince ? Oh et j'espère que vous aimez la poularde parce que j'ai réussi à en trouver à un bon prix au marché et vous ne savez pas ce que ça peut être cher la poularde ! En fait -
- Jaz, tu parles trop, tu gênes le Prince. ”

Le roux fut surprit un instant avant d'offrir un sourire réellement contrit et une floppée d'excuses à Elijah. Calmement, Luscka goûta le plat du jour qui venait de leur être servi. Oh, c'était délicieux.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 99
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 750
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Dim 17 Jan - 14:02

E
lijah inclina légèrement la tête avec un sourire mi-poli, mi-amusé, quand le cousin de Luscka s'excusa de la simplicité de sa tenue.

« Bonsoir. Ne vous inquiétez pas, vous êtes très bien ainsi ! »

Il se mordit la lèvre. Bien qu'il n'ait pas d'idée quant à ce qui aurait pu la remplacer, Elijah savait que sa dernière phrase n'était pas correcte. Il ne restait plus à espérer que les deux vampires ne lui en tiennent pas rigueur. Et surtout pas Luscka, Elijah ne voulait pas le décevoir maintenant.

Une fois à table, le prince eut tout le loisir d'observer celui qui s'avéra être de la famille de Luscka. Jasper, le cousin du Duc Von Hochen, était un personnage haut en couleurs. Sa chevelure de feu était on ne pouvait plus inopportune dans un tel lieu et ses vêtements chatoyants donnaient l'impression qu'un papillon particulièrement coloré (et gros) s'était aventuré dans la cité grise qu'était Gothik City. Elijah ne se sentait pas insulté, cela dit, il était simplement surpris que le Duc admette une telle présence dans sa maison. Il ne semblait même pas fâché par une telle extravagance. En fait, il lui rappelait assez facilement Ulrick, en moins grandiloquent.
Jasper avait beaucoup d'activités, mais toutes concernaient les animaux. Un sujet de fascination rare, ce qui s'expliquait par le peu de présence des sujets dans le monde.

Quand le cousin de Luscka posa la main sur le bras de ce dernier, Elijah se sentit remué à l'intérieur. Il était déçu et triste, un peu en colère aussi. Nourrissait-il vraiment des sentiments pour le Duc ?
Jasper le distrait en abordant le projet qu'il avait avec Luscka depuis très peu de temps. Le prince hocha la tête et ouvrit la bouche pour répondre, mais ne réussit à prononcer qu'un faible « Oui... » avant que le rouquin n'enchaîne sur la poularde qui trônait au milieu de la table, fumante et délicieusement odorante. Dépassé par le flot de paroles du cousin, Elijah ne réussit qu'à sourire et sortir quelques maigres sons de sa gorge, qui ne formèrent même pas des mots. Finalement, Luscka le sauva de la situation en interrompant Jasper, mais cela mit mal à l'aise Elijah, qui n'aimait pas que l'on intervienne en sa faveur pour de telles choses. Il baissa les yeux et quand Jasper s'excusa, volubile, cela dissipa le froid que l'intervention du Duc avait jeté sur la table.

« Ce n'est rien, » assura-t-il avec un large sourire qui se voulait rassurant.

Et puis, alors qu'une assiette pleine de nourriture était glissée sous ses yeux, Elijah trouva un moyen de poursuivre la conversation, sans, il l'espérait, déranger quiconque.

« Je dois avouer qu'il s'agit effectivement d'une belle pièce. Au château, nous n'avons jamais autant de nourriture. »

Ce commentaire n'était ni positif, ni négatif, il s'agissait simplement d'une remarque qui ne serait pas mal interprétée, il l'espérait. Mais il était vrai que c'était la première fois qu'il voyait des vampires avec autant de nourriture dont ils n'avaient pas besoin. Elijah ignorait s'il allait terminer sa part et en voyant ce qui restait à manger sur la carcasse, il haussa les sourcils de surprise. Quel était l'intérêt d'acheter autant de viande et de légumes ? Il n'osa cependant pas demander de précision, de peur de froisser les Von Hochen.
Il goûta la poularde et s'étonna de trouver le goût si bon. Finalement, tout le repas allait se dérouler bien mieux qu'il ne l'avait escompté.

Pendant qu'ils dînaient, Jasper animait principalement la conversation. Au début timide, Elijah se surprit à participer de plus en plus activement. Lancé, il osa même redemander du sang dans sa coupe et ne s'aperçut de son audace qu'une fois ses lèvres trempant déjà dedans. Il ne servait alors plus à rien de reculer.
Il termina également son assiette, sans s'en rendre vraiment compte, occupé à répondre à Jasper entre deux fourchettes. Le rouquin réussit même à lui arracher un petit rire. A côté de lui, Luscka avait l'air si solennel. Et quand les plats furent débarrassés, Elijah s'aperçut que son attachement avait changé. Il aurait maintenant aimé être en face de Jasper plutôt que du Duc. D'ailleurs, il avait légèrement décalé sa chaise, ce qui le situait dorénavant en face de l'espace vide entre les deux cousins.

« Oui, dit Elijah sans vraiment réfléchir, répondant à une énième question de Jasper. Luscka et moi travaillons ensemble sur un projet d'intérêt public. Il y a également une humaine qui nous assiste, une humaine capable de maîtriser la magie. Mais je ne suis pas autorisé à en divulguer plus pour le moment. »

En avait-il déjà trop dit ? Elijah regarda Luscka, espérant trouver la réponse dans son visage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Dim 24 Jan - 16:17


❝ Scène 08 - Heart ❞




Tout  était très agréable – l'ambiance, l'odeur de la nourriture et même la chaleur de la cheminée. Il aimait être ici avec Elijah. Les flammes se reflétaient dans ses yeux et il paraissait encore plus beau comme ça . Avec un petit sourire, le vieux vampire se surprit à observer les reflets roux, dansant dans les cheveux du Prince. Non, ils n'étaient pas roux, plutôt de la couleur du bronze ou du métal en fusion. C'était magnifique.
Déglutissant, il essaya de se concentrer sur la nourriture et remercia son majordome quand il leur servit un vin d'une grande valeur. Il devait bien savoir pour Elijah. Qu'il voulait l'impressionner. Il eut un sourire reconnaissant et but un fond de verre. C'était délicieux. Le goût fruité laissait pleinement ressortir la saveur si caractéristique du jus de raisin fermenté. L'alcool ne se sentait presque pas.
Il observa aussi son cousin, si flamboyant. Jasper était fatiguant mais ils avaient tant en commun, même s'ils étaient différents. Ils aimaient tous les deux les animaux et les sciences. Et même si le plus jeune était assez enjoué, il avait la même incertitude de lui que Luscka. Ils avaient souvent été ensemble quand ils étaient gamins et il se sentait un peu nostalgique quand il voyait le visage heureux de son cousin.
Il nota mentalement la présence de Kan, le très vieux chien de Jasper, quand celui-ci se traîna jusque dans la cuisine pour suivre le majordome qui allait lui donner les abats de la poularde ci-présente. Kan avait plus de quinze ans et souffrait des reins mais la seule personne qui avait les compétences pour abréger ses souffrances ici était incapable de se résoudre à le faire. Luscka ne lui en voulait guère, il était juste triste pour la pauvre bête. Cependant, il comprenait bien qu'il ne puisse laisser partir le dernier vestige de sa vie d'avant.
Serrant la main de son cousin qui se trouvait sur son bras, il lui sourit. Jasper avait lui aussi bien vu l'animal partir. Et puis, il donna une petite claque à la main en question pour pouvoir manger tranquillement. Si le roux le pouvait, il aurait parfaitement pu passer sa vie accroché au cou de Luscka comme une sorte de paresseux. D'après son zoologue de cousin, cet animal existait et passait sa vie accroché aux arbres. Un éminent scientifique en avait observé un plus de huit cent ans auparavant et la race était peut-être éteinte mais le sujet fascinait Jasper.
Cependant, quand Elijah sourit à Jasper, Luscka sentit son coeur se serrer. Il n'était pas jaloux – peut-être juste un peu – mais il se rendait compte combien Elijah et Jasper auraient été accordés. Jasper n'était pas gauche et il savait le mettre à l'aise apparemment. Bien sûr, il mettait tout le monde à l'aise. Luscka dévia son regard sur l'absence totale de majordome dans la pièce et en conclut qu'ils auraient de l'intimité ce soir.
Quand Elijah s'exclama qu'ils n'avaient jamais autant de nourriture au palais, Luscka ouvrit la bouche mais ce fut Jasper qui lui répondit, l'informant sur le fait que sa mère était une hybride et qu'il avait toujours été faible à cause de cela. Que de la nourriture humaine lui fournissait un complément au sang assez stable. Luscka darda son regard noir sur son cousin. Il lui avait pourtant dit de ne pas crier ses faiblesses sur tous les toits.
Déçu, Luscka s'aperçut qu'il avait bel et bien raison. Ils s'entendaient comme deux marchands qui auraient conclu un contrat juteux et Luscka se sentait de plus en plus mal. Alors il décida de boire plus, de s’enivrer. Il se referma sur lui même et but son premier verre de vin sans plus parler à aucun de deux hommes. Il se savait malpoli mais de toute façon ils ne semblaient même pas le remarquer. Et son cœur le faisait souffrir à en mourir.
Et quand Elijah rit à un mot d'esprit – stupide en plus – de son cousin, le Duc reprit un verre, puis in autre. Il avait les sourcils nettement froncés quand Elijah se mit à parler de son humaine, celle qu'il devait épouser, ce qui l'énerva encore plus. Jasper se tourna vers lui, les yeux brillants à cause de l'alcool et du sang en lui faisant une remarque soulevant que c'était bien qu'il ne soit plus tout seul dans son laboratoire. Il lui demanda ensuite si Elijah resterait pour dormir, comme un enfant qui demanderait à adopter un chaton. Un haut le cœur lui fit fermer les yeux et il se leva, faisant grincer sa chaise sur le parquet. Le bruit qu'elle fit en tombant par terre ne le fit même pas ciller.
“ Si c'est ce que le Prince veut, nous lui préparerons une chambre. Mais il ferait mieux de rentrer chez lui, de mon avis, il a beaucoup de travail. ”

Il n'avait plus la moindre envie que le prince reste ici, il était juste plein d'alcool et de rancœur. Un rival, ce n'était pas suffisant, il fallait que son propre cousin s'y mette. D'une voix froide et tranchante comme l'acier, il annonça qu'il allait dans son laboratoire et s’éclipsa de la pièce. Montant les escaliers quatre à quatre, il se réfugia dans son îlot de quiétude et s'assit sur son fauteuil préféré, celui qu'Elijah avait occupé peu auparavant. Son cœur battait la chamade et résonnait à son oreille. Il s'arrêta de respirer un instant et écarquilla les yeux. Son cœur battait la chamade. Pour la première fois de sa vie, son cœur mort battait à un rythme régulier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 99
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 750
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Lun 25 Jan - 15:39

E
lijah buvait beaucoup par rapport à ses habitudes, mais il se gardait loin de l'ivresse. Après quatre verres de cet excellent vin, il s'en tint au sang. Le prince ignorait où se fournissait le Duc, mais le ou les humains – non, sûrement « les » - d'où il provenait étaient d'une grande qualité. Peut-être bien des calices de l'une des Maisons Closes.

Face à sa surprise quant à la taille de la viande, Jasper lui donna une explication à peine croyable. Elijah resta sans voix un instant. Un fils d'hybride, ça alors ! Le Duc était vraiment extraordinaire avec son cousin. Ou alors, tout ce que l'on raconte sur lui à propos des humains n'était que mensonges.
Lors du repas, il eut la confirmation des dires de Jasper, puisque ce dernier avala une énorme quantité de volaille. Elijah, lui, s'en tint à son assiette, qui lui suffisait amplement. En revanche, il but un peu trop de sang et vers la fin, se sentit quelque peu ballonné. Il était temps d'arrêter avant que la boisson ne lui ressorte par la bouche et le nez, faute de pouvoir être contenue.

Au moment où Elijah commençait à se demander l'heure qu'il pouvait bien être, Jasper lui demanda s'il comptait dormir ici. Cette perspective semblait lui procurer une joie immense et le prince se tourna tout naturellement vers Luscka pour savoir si le propriétaire des lieux confirmait l'invitation. Lui-même n'était pas contre l'idée, mais il avait horriblement peur de déranger le Duc, ou d'être simplement resté trop longtemps pour n'avoir pas vu le temps passer (ce qui ne dérogerait pas à ses habitudes). Avant de répondre, Luscka se leva de sa chaise, qui tomba avec un bruit qui sonna anormalement sinistre aux oreilles d'Elijah. Le Duc semblait ivre, ce qui ne l'empêcha pas de répondre, d'une voix sèche que le prince ne l'avait jamais entendu employer à son égard. En parfait hôte, il était prêt à disposer une chambre pour lui. Mais le reste de ses paroles ne laissaient aucune place au doute : il n'avait aucune envie de voir Elijah traîner chez lui aujourd'hui. Le cœur inerte du vampire se serra et son visage refléta son trouble et sa tristesse. Il s'en voulait de n'être pas parti plus tôt ou d'avoir rejeté immédiatement l'invitation de Jasper. Quel mauvais invité il faisait ! Ce n'était pas digne de son rang ! D'autant plus qu'il était au courant de l'état du Duc, qui devait avoir besoin de se reposer. Il ne pouvait souffrir la présence trop longue de quelqu'un aussi encombrant que lui.

Luscka parti, Elijah baissa les yeux sur son assiette et son verre vides. Il se faisait l'effet d'un profiteur. Il serra brièvement les poings, refoulant les larmes qui lui montaient aux yeux, puis leva la tête en direction de Jasper. Même s'il était malvenu d'abandonner ainsi quelqu'un, il devait d'abord son respect au maître des lieux. De plus, il ressentait un besoin pressant de lui présenter ses plus plates excuses.
Il essuya le gras resté sur ses doigts avec sa serviette et se leva, sans faire beaucoup de bruit avec sa chaise.

« Veuillez m'excuser, il est tard et je dois en effet rentrer. J'ai été ravi de vous rencontrer, seigneur Jasper. Je vais de ce pas saluer le Duc, puis m'en aller. »

Sa voix reflétait parfaitement son malaise et sa culpabilité. Il récupéra sa veste courte et monta jusqu'à la chambre de Luscka. Il toqua légèrement, mais n'obtint pas de réponse. Se souvenant qu'une autre porte séparait le laboratoire de la chambre, il pénétra timidement dans la pièce, murmurant le nom du Duc. Puis, comme il ne vit aucune silhouette, il osa se rapprocha doucement de la porte donnant sur le laboratoire. A tout instant, il s'attendait à ce que Luscka ou son majordome le hèle et lui reproche son intrusion. Ils auraient eu bien raison alors, mais Elijah refusait de partir sans avoir mis les choses au clair avec le médecin militaire. Ils devaient travailler ensemble, pour une tâche très importante, leur relation ne pouvait pas se dégrader. En tout cas, il n'avait pas le droit de laisser les choses ainsi.
De nouveau, il toqua dans l'attente d'une réponse du Duc. Il crut entendre un marmonnement, mais c'était peut-être le vent ou son imagination. Craignant de faire répéter Luscka, il tourna la poignée et pénétra dans le bureau. Il vit immédiatement le Duc, enfoncé dans son fauteuil. Son visage reflétait une sorte de trouble. Planté sur le pas de la porte, Elijah commença à marmonner ses excuses.

« Duc Von Hochen, je suis profondément désolé d'avoir autant abusé de votre hospitalité. J'ai manqué de civilité. Je vais partir et j'espère que... »

Il s'arrêta, troublé par un détail capté par ses yeux perçants. Examinant plus attentivement le corps de Luscka, il comprit que quelque chose n'allait pas. Lentement, il se rapprocha en fixant la veine palpitante de sa gorge. C'était impossible ! Luscka était un vampire, aucun doute n'était permis. Et pourtant…

« Duc Von Hochen… Votre cœur... »

Il ne parvenait pas à prononcer la suite. C'était tellement fou ! A la place, il vint se planter devant le médecin, sans cesser de fixer le cou habituellement inerte. Sans vraiment qu'il y fasse attention, sa main se tendit et le bout de ses doigts frôla la peau. Il était comme hypnotisé par ce battement, qu'il entendait faiblement. Tap tap… Tap tap… Le Duc lui semblait encore plus séduisant à présent, plus attirant, bien qu'il se soit gorgé de sang tout au long du repas.
S'arrachant à grand peine de sa contemplation, Elijah plongea son regard de glace dans celui de Luscka, espérant éviter de reproduire son drôle de comportement.

« Allez-vous… Bien ? Est-ce une conséquence du mal qui vous ronge ? »

Il s'inquiétait, bien évidemment, pour le Duc. Comme il se serait inquiété pour n'importe qui de sa connaissance. Elijah prit silencieusement la décision de ne pas quitter ce manoir de la journée. Il veillerait sur Luscka, même si ce dernier ne voulait pas de lui à proximité.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Lun 25 Jan - 22:55


❝ Scène 09 - I Love You ❞




Ba dumm. Ba dumm.
Pourquoi tout d'un coup ? Son cœur battait vite et il se sentait imprécis, flou. Il sentait qu'il n'était plus réellement ancré dans la réalité. Est-ce que c'était ça, la vie. La véritable vie. Celle qui coulait dans ses veines à un rythme régulier. C'était douloureux. Pourquoi est-ce que les humains vivaient si longtemps ? Comment pouvaient-ils supporter ce battement terrible qui résonnaient dans leurs têtes. C'était insupportable !
C'était surréaliste. Sa tête lui faisait déjà mal et son cœur semblait ne pas vouloir ralentir. Il semblait être en passe de ne jamais s'arrêter. Luscka était persuadé que si on lui arrachait de la poitrine, il continuerait à battre, sans cesse, à faire ce bruit de rejet de sang. Luscka savait comment tout cela marchait, il était médecin, diplômé dans deux villes différentes. Il connaissait un peu moins bien les humains mais il savait parfaitement que son cœur n'était pas sensé battre.
Savoir qu'il devenait un peu plus humain, un peu plus comme eux, le mit dans une rage folle et il faillit pousser un hurlement relâché, quelque chose qui aurait peut-être pu casser les vitres et laisser la pluie entrer dans son laboratoire. Mais à la place, il se couvrit les mains et laissa ses larmes couler. Son cousin, son majordome et même … le Prince. Il ne pouvait pas les laisser s'inquiéter pour lui. Il devait être fort, comme d'habitude. Un pilier, une base de certitude.
Il tomba de sa chaise, emporté par l'élan de son cri. Il eut peur, il était terriblement faible. Le battement de son cœur résonnait comme le tambour assourdissant du Jugement Dernier. Après dix sept tentatives infructueuse, il réussit à se rasseoir, essayant de retrouver son calme.
Il essaya de penser à des choses positives. Il ne devait surtout pas penser au Prince, à l'immense peine dans son regard ou à la peur dans celui de Jasper. Ce soir, il s'appliquerait son habituel masque de peau à l'argile sur les zones infectées de son corps, le laisserait s'apaiser et lirait quelques pages de son livre de chevet avant de s'endormir paisiblement. Tristement, mais paisiblement. Et si tout allait bien, demain, il aurait fini de faire le deuil de son amour impossible.
Ba dumm. Ba dumm.
Mais il ne pouvait se résoudre à se calmer. Dix mille fois il essaya de chasser le regard peiné du prince de son esprit, ses yeux si magnifiques et presque brillants de larmes. Et dix mille fois il échoua, ne pouvait se résoudre à oublier l'intensité de ce regard, de ces yeux blessés. Blessés à cause de lui. Déglutissant avec peine, il posa une main sur son cœur, songeant un instant à se l'arracher pour ne plus l'entendre, pour ne plus le sentir.
Voilà quatre-vingt deux ans qu'il n'avait pas été dans un tel état de panique, de tristesse telle qu'elle lui faisait mal et serrait chaque muscle de son corps comme s'ils allaient éclaté. La pensée de ce moment où il avait entendu dire qu'Elijah avait eu une aventure avec le bibliothécaire, par la bouche même de son frère, vint rendre les battements plus douloureux alors. Il en vint à suffoquer, même s'il n'avait pas besoin de respirer.
Dans un effort désespéré de trouver une solution, il se dit que peut-être, peut-être, s'il réussissait à attraper une seringue d'extrait de kyôgen, qu'il utilisait pour la composition de son remède, il pourrait se la planter dans le cœur et définitivement l'arrêter. Mais cela entraînerait peut-être une surdose, dangereuse à un tel point qu'il pourrait en mourir.
Il jeta un regard un peu inquiet au casier numéro vingt trois qui abritait l'extrait en question. Est-ce qu'il aurait le courage ? Est-ce que ce serait trop dur ? Il amorça un mouvement pour se lever mais il entendit un mouvement non loin, Alfred sûrement.
On toqua bientôt à la porte et il déglutit. Il soupira doucement en se demandant s'il devait laisser son plus vieil ami le voir comme ça. Il était encore plus pitoyable que quand il était rentré de sa promenade, mordu jusqu'au sang. Il finit par lui dire de s'en aller, d'une voix faible. Il se sentait nauséeux, ce qui ne lui était pas arrivé depuis … jamais en fait. Pas à cause de la vitesse de son cœur en tout cas.
Mais ce n'était pas Alfred. C'était Elijah, le prince Elijah, dans sa beauté tout lumineuse. Il semblait être une tâche de propre dans ce laboratoire.
Ba dumm. Ba dumm.
Il s'excusa et Luscka hocha brièvement la tête. Oui, il était évident qu'il avait eut tort mais il ne pouvait décemment pas l'admettre sans lui avouer ses sentiments. Le prince remarqua, cependant, que son coeur battait. Il l'avait entendu ou avait remarqué les pulsations de ses veines à découvert. Il était sûr qu'il offrait un spectacle ridicule.
Un courant électrique le traversa quand la main douce du vampire vint se poser sur sa peau, juste contre sa veine. Il sentait sa veine battre pleinement contre cette peau offerte, comme si elle allait exploser.
Il lui demanda soudain comment il allait, plongeant son regard dans le sien. Avec un déglutissement difficile, il hocha la tête. Elijah s'inquiétait encore pour lui alors qu'il avait été si horrible et froid avec lui. Les larmes aux yeux, il manqua de se jeter sur lui pour l'enlacer mais c'était sans doute l'alcool qui parlait en lui. Cependant le regard d'Elijah se fit plus intense et Luscka se leva, pour se retrouver collé à lui. Il passa une main dans son dos pour être sûr de ne pas tomber. Son coeur battait plus fort contre la poitrine du prince.
“ Je ne sais pas. C'est la première fois que mon coeur bat. Et il bat pour vous. ”

Après coup, la phrase lui sembla affreusement niaise mais il ne pouvait absolument plus la retirer. Il se pencha sur les lèvres tentatrices, celles qui avaient tant parlé à son cousin et si peu à lui ce soir, lors du dîner. Alors que leurs lèvres allaient se toucher, se frôlant presque, il se résigna à murmurer un conseil.
“ J'ai beaucoup bu et je suis fou amoureux de vous. Vous devriez rentrer chez vous avant que je décide de ne plus jamais vous laisser partir. ”

Il se pencha un tout petit peu plus. D'un ou deux millimètres. Mais leurs lèvres se frôlèrent pour de bon, envoyant de l'électricité dans leur corps, menaçant son coeur de s'arrêter. Sa main serra le dos d'Elijah plus fort.
Ba dumm. Ba dumm.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invoker
Messages : 99
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 750
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Grand invocateur de GC
Race : vampire

***
Relation avec les dragons: Amant du Père des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Marié-e
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Mar 26 Jan - 10:44

C
ette situation était complètement folle. Repousser le Duc, s'enfuir en courant, rentrer chez lui à bride abattue, voilà ce que la raison lui commandait. La raison sacrée, celle qu'il avait toujours écouter, sauf quand il s'agissait de son propre confort, si ce dernier était au détriment de choses plus importantes et intéressantes. Luscka Von Hochen méritait-il ce statut exceptionnel, d'ordinaire réservé à ses recherches, ses précieux livres ? Le battement à présent tonitruant de son cœur lui donnait quelques points, c'était certain. Elijah devait prendre une décision, en sachant que les deux options qui s'offraient à lui auraient de lourdes et désagréables conséquences. Et il devait se dépêcher, parce que la position de leurs bouches était intolérable, ainsi collées, prises dans une hésitation figée.


Ne plus concentrer son regard sur la pulsation de la veine du Duc se révéla assez aisé, quand le vampire se fut redressé. Elijah se retrouva collé à lui et son mouvement naturel de recul se retrouva bloqué par une main impérieuse, dans son dos. C'était particulièrement inconfortable, en particulier compte tenu des pensées qu'il avait eu dernièrement à l'égard de Luscka. Elijah tourna la tête par-dessus son épaule, devinant les contours des doigts du médecin.

« Hum… Duc Von... »

Sa supplication mourut dans sa gorge alors que le cœur de Luscka battait furieusement contre sa poitrine. Il avait presque l'impression que c'était son propre organe qui vivait. Puis, le Duc lui donna une réponse. En l'entendant, Elijah eut envie de s'enfuir à toutes jambes. Pour lui ? Mais pourquoi ? Il était un prince, oui, mais… Un prince tellement insignifiant, qui n'avait aucun point commun avec lui. S'il avait dû s'éprendre de quelqu'un, la logique aurait voulu que ce soit pour Yvan. Pas lui !
Son regard accrocha celui du Duc alors que ce dernier se penchait sur son visage. Elijah se fit la réflexion que ses yeux étaient vraiment magnifiques, surtout de près, surtout avec ses capacités visuelles. Il se concentra sur les petits cônes ambrés pour essayer de mettre de l'ordre dans sa tête. Les idées et les émotions tournaient en tous sens, sans qu'aucun ordre ne puisse ranger tout cela comme il le faisait d'ordinaire. Il restait là, choqué, ses mains ramenées sur son torse, là où le Duc lui laissait un peu de place. Le bout de ses doigts tremblaient légèrement, seuls signes de sa nervosité. Le reste de son corps semblait simplement pris dans la glace du choc.

Le souffle de Luscka heurta ses lèvres entrouvertes. Il était tiédi par le vin et embaumait la boisson. Ce n'était pas désagréable. Mais ce qui était vraiment important, ce qu'Elijah avait beaucoup de mal à appréhender, c'était cette nouvelle : le Duc était amoureux de lui. La raison lui hurla que c'était simplement une illusion causée par l'ivresse. Quoi d'autre ?
Le vampire se baissa un peu plus et le prince n'osa plus bouger d'un millimètre, même pas pour respirer les odeurs du Duc. Leurs lèvres étaient presque collées à présent, Elijah pouvait sentir des courants électriques les traverser et lui picoter la peau. Comme un coup de foudre… Voilà qui était ridicule ! Il savait fort bien que ce n'était qu'une histoire de molécules d'eau, même s'il ne comprenait pas tout.
A cause de cette nouvelle position, Elijah ne pouvait plus voir les yeux du Duc, tout juste deviner le jaune de ses iris complexes. Son esprit recommença à paniquer.
Et maintenant ? Luscka s'était déclaré, il était à un saut de puce de l'embrasser et son cœur témoignait de son excitation à se retrouver ainsi collé à Elijah. Il devait prendre sa décision, maintenant. Fuir ou… ? Ou quoi ? Cette option était-elle réellement envisageable ? Alors que ses propres sentiments étaient plus en fouillis que sa chambre ?
Puis, il se souvint de la promesse qu'il s'était faite en entrant dans cette pièce. Ses cils chatouillèrent ses joues alors qu'il fermait les yeux.
En cas de doute que la raison refuse de trancher, lui avait un jour dit son père, il faut suivre son instinct. Se laisser porter par ses pulsions.

Il leva la tête, joignant leurs lèvres. Puis, il se hissa sur la pointe des pieds et enroula ses bras autour du cou de Luscka, approfondissant cet étrange baiser. Il ignorait qu'il pouvait se retrouver encore plus collé au vampire, mais c'était pourtant le cas. Sa main glissa sur son cou, il ressentait les pulsations du cœur fou dans ses doigts, dans sa poitrine, dans tout son corps. C'était grisant.
Son instinct avait totalement pris le dessus à présent. C'était quelque chose dont il n'avait pas l'habitude, pas seulement parce qu'il était quelqu'un de timide et réservé, amoureux de la logique. Il y avait une raison plus sombre et secrète, dont pas même sa mère n'était au courant.

Se détachant des lèvres et de la langue du Duc, avec l'intention d'y retourner très bientôt, il pencha son visage dans le cou de Luscka. Sa langue lécha la veine gorgée de sang, qui semblait l'appeler. Puis, il enfonça ses crocs dans la chair du vampire. C'était plus difficile que pour transpercer la peau d'un humain, mais Elijah y mit assez de force pour le faire en un coup. Le liquide poisseux gicla dans sa gorge au battement de cœur suivant. Le goût était atroce, ce sang était froid et insipide. Mais il pulsait et Elijah enroula étroitement ses bras autour des épaules de Luscka.
Comme ses frères et sœur, le prince avait un rapport particulier avec les humains. Un rapport extrême dans l'amour ou la haine. Dans son cas, c'était simplement plus horrible que pour les autres.  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   Mar 26 Jan - 23:48


❝ Scène 10 - Bittersweet end ❞




Il y avait quelque part dans cette maison, un serviteur. Il s’appelait Paul. Il ne savait pas grand-chose sur la façon dont les choses se passaient pour son maître et ses recherches mais il l'aidait, de temps en temps, en donnant de son sang ou en lui injectant un liquide translucide dans une veine, celle qui traversait son bras en un long sillon bleu pâle. Il avait toujours cru que tous les vampires nobles étaient naturellement forts. Il avait de toute évidence tort, certains devaient prendre sur eux même. Et il respectait son maître pour cela.
Et en ce moment, Paul n'avait qu'une envie, c'était de s'en aller. Il n'était pas du genre à réfléchir mais parfois, il sentait les choses. Comme il sentait combien son maître était triste parfois ou combien l'air était électrique quand Alfred lui donnait trop d'ordres. Et ce soir, tout était définitivement trop dangereux.
Jasper était venu le voir quand il mangeait du pain frit avec un peu de sang pour son repas du jour. Le Duc était un bon maître qui nourrissait bien ses serviteurs, avec des choses sucrées et parfois très salées. Si vous étiez un vampire ou, au moins, un hybride, il pouvait vous considérer. Et Paul était très content et très fier de son lignage cent pour cent vampire. Aucun humain n'était rentré dans la conception de son corps.
Le cousin du Duc, Jasper, était du genre à être assez fragile. Les rumeurs disaient qu'il était le fils d'une hybride, mais personne n'en était vraiment sûr, et personne n'osait demander confirmation. En tout cas, il était très gentil, toujours très enjoué et très, très coloré. Il se sentait à son aise partout et était très proche du Duc. Il était arrivé un peu avant le Fallfest et il était resté depuis. Il ne dérangeaient personne, il mettait même de la vie ici. Autant qu'un vampire pouvait en mettre.
Il avait même offert un cadeau à Paul pour son quinzième anniversaire. Beaucoup de gens avaient été jaloux mais Paul était toujours un petit peu privilégié. Il était le fils de la nourrice du Duc, qui lui avait demandé de prendre soin de lui quand elle était sur son lit de mort. Paul ne savait pas pourquoi sa mère était morte mais il n'en était pas triste. Il ne la voyait presque jamais de toute façon, et sa vie était bien plus heureuse depuis qu'il vivait ici.
Quoiqu'il en soit, Paul ne s'était pas fait d'illusion. Il savait bien que le cousin du Duc n'éprouvait des sentiments que pour le Duc en question. Oui, il était plutôt gentil avec tout le monde mais le seul dont il prenait vraiment soin, c'était Luscka. L'amour douloureux se voyait dans son regard, chaque fois qu'il lui parlait. Oh oui, il souriait mais tout le monde voyait bien qu'il ne voulait qu'une chose en réalité : que le Duc le prenne dans ses bras et lui rende son amour. Oh, peut-être bien que ça faisait deux choses en fait.
Quand Jasper était venu, Paul s'attendait à ce qu'il lui dise d'aller ramasser le bois au fond du jardin pour éviter qu'il ne pourrisse à cause de la pluie battante mais non, Jasper ne lui parla qui allait pourrir. Heureusement, parce que personne n'aurait eu envie de sortir par ce temps-là.
Sa gorge se noua quand il lui demanda d'aller s'assurer que le Prince s'en allait bien. Apparemment, Jasper n'avait pas envie de laisser ces deux là seuls. Et puis, de toute façon, le prince avait dit qu'il allait s'en aller. Paul n'avait qu'à espionner un peu et guider le prince si besoin au moment opportun. Quand il vit l'évidente peur de trahir son maître dans les yeux de Paul, Jasper lui glissa deux belles pièces d'or brillantes au creux de la main et le remercia en avance. Il s'en alla, laissant un agréable parfum de bois humide dans son sillage et Paul réalisa qu'il n'avait plus le choix, maintenant.
Le jeune homme avala quelques baies séchées en guise de dessert avant de sauter à bas de son siège et de se diriger vers les appartement du Duc. Et maintenant, espionnant par la porte entrouverte, Paul retenait sa respiration.
Et puis, leurs lèvres se touchèrent le prince enlaça même le Duc. C'était si emprunt d'amour et de désir que le serviteur pouvait le ressentir, même de là où il était. Les yeux papillonnants, il avait un peu de peine pour le pauvre Jasper. Son amour déçu ne s’effacerait pas d'ici à bientôt. C'était peu probable en tout cas. Gêné, il détourna le regard jusqu'au paysage de déluge qu'il pouvait voir derrière la vitre, jusqu'à ce qu'un mouvement n'attire son regard.
Et puis, sans raison apparente, le prince mordit dans son maître, au niveau du cou, se nourrissant goulûment. C'était … une preuve d'amour ?
Soudain, le Duc le repoussa, s'arrachant un peu de chair au passage. Et il lui hurla de s'en aller, rapidement, brisant les vitres en un coup. L'air devint subitement humide et le vent charria un peu de terre grise dans la pièce, en plus de la pluie battante qui formait des flaques sur le sol.
Le vent fit voler sa coiffe de domestique et il la remit en place, juste avant de se rendre compte que le Prince fonçait droit sur lui. En un claquement de doigt, il était retourné au rez-de-chaussée et, quelques secondes plus tard, il vit le prince passer les grandes portes du hall, s'engouffrant sous la pluie.
Quand il fit son  rapport à Jasper, dans son intégralité, celui-ci était en train d'épousseter une veste à queue de pie pour sa tenue du lendemain. Il écarquilla les yeux à la mention du baiser et poussa un soupir de soulagement à celle du rejet. Paul se fit remercier grâce à deux autres pièces d'or et il fut renvoyé à sa chambre. Il n'était pas sûr, mais il ne doutait pas que Jasper allait directement aller voir le Duc pour le réconforter et le soigner. Hmm … qu'allait-il pouvoir faire de quatre pièces d'or, toutes neuves et brillantes ?

TO BE CONTINUED ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Secret Rendez-Vous   

Revenir en haut Aller en bas
 
Secret Rendez-Vous
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial
» rendez-vous mystérieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-