Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 Feel like living

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Feel like living    Jeu 21 Jan - 22:15





Debout devant l'immeuble, le jeune homme se demanda si c'était possible qu'elle soit encore là, saine d'esprit. Peut-être qu'il avait été trop lent, peut-être qu'elle avait paniqué. Il avait pensé à l’appeler pour la rassurer en chemin mais son téléphone portable n'avait plus de batterie. Il soupira quand une des résidentes de l'immeuble à qui il louait un appartement lui dit que la jeune Elieanoira avait fait beaucoup de bruits en son absence.
Madame Géraldine avait cent quatre vingt ans bien tannés et elle allait tous les jours faire quelques petites courses chez les dealers du quartier à heure fixe et il savait bien qu'il allait la croiser avant même de passer le pas de l'immeuble. Tout comme il savait qu'elle allait se plaindre. Elle occupait l'appartement juste au dessus des quatre étages que Grim s'était gardé pour lui tout seul et elle se plaignait dès qu'il osait marcher sur le sol de son rez-de-chaussée.
Il passa la porte après avoir remercié la vieille dame. Il ne doutait pas qu'Alianora avait gardé ses talons pour déambuler dans l'appartement et qu'elle avait mit le son de la télé à fond. Avec un sourire, il inspira l'odeur de mirabelle et de groseille à grand poumons. Le couple du rez de chaussée avait encore cuisiné une tarte aux fruits avec les spécimens mutants qu'ils cultivaient dans leur salle de bain. Un fruit suffisait pour une tarte, cela dit, donc c'était plutôt une tarte au fruit.
Il grimpa les sept étages assez rapidement. L'ascenseur était en panne depuis toujours il n'avait jamais eu l'intention de le faire réparer. C'était bon pour la santé, toutes ces volées de marche. Surtout pour monsieur Ariel du sixième étage qui était plus parfaitement globique à chaque fois que Grim le voyait. En souriant comme jamais, il chercha ses clefs. Alianora avait déjà dû comprendre qu'il allait rentrer.
Il ouvrit la porte avec un coup de pied après avoir tourné ses clefs et la remit en place. Le sourire toujours aux lèvres, il remarqua que rien n'était cassé, la vampire était donc toujours saine d'esprit. Ou du moins pas violente. Les marguerites qu'il avait acheté au marché étaient toujours dans leur petit vase en forme d'arrosoir sur le guéridon de l'entrée et il respira leur parfum avant d'aller plus avant.
L'appartement gigantesque, son appartement préféré, s'étendait sur quatre étages, dont seulement trois étaient vraiment occupés. Les sept cent un mètre carrés étaient parfaitement agencés dans un style baroque assez sobre. Un immense lustre blanc éclairait les quatre étages et pendait au plafond de l'immeuble dans de nombreuses spirales lumineuses. Le rez-de-chaussée abritait les pièces communes, le deuxième et le troisième étaient en fait des mezzanines et on pouvait y trouver une petite salle de cinéma, deux chambres avec salles de bain et dressing, un bar et une bibliothèque. Le dernier étage servait de débarras et c'était là que se trouvaient ses trois coffres forts.
Il retira ses chaussures et plaça ses clefs dans la statuette petit chat qui tendait ses pattes après avoir refermé tous les verrous derrière lui. Posant son sac sur le grand canapé du salon, il se dit que la vampire devait être dans la salle de cinéma.
Prenant la bouteille de liquide poisseux, il monta quatre à quatre les marches le menant à la première mezzanine. Il entra dans la pièce au moment où les acteurs principaux s'adonnaient à une séance de masturbation mutuelle. Bien sûr, le film ne montrait même pas un bout de tétons et on ne voyait que leur respirations saccadées. Est-ce que ce DVD était à lui ? Il n'avait pas souvenir d'avoir déjà vu cette scène.
Il la rejoint, s’aplatissant dans le siège à côté d'elle. Elle était grande et il n'avait eu aucun mal à la repérer. Il lui offrit un sourire charmant quand il vit qu'elle allait bien.
Hello handsome. Alors, on regarde des choses pour adulte maintenant ? Regarde ce que j'ai trouvé chez un scientifique fou !
Il brandit fièrement la bouteille de Malbec et lui raconta les grandes lignes de son périple chez Hell alors que Chapelier ne cessait de marteler sa tête en hurlant que cette bouteille valait de l'or et qu'il vaudrait mieux la vendre que de la faire boire à cette fille. Selon lui, c'était du gâchis.
Cependant, Grim avait une sympathie toute particulière pour cette fille. Il avait fait tout ça pour elle, pour s'assurer de sa sécurité. Il ressentait une amitié profonde pour elle et puis … c'était peut-être bien plus que de l'amitié. Il plaça la bouteille dans les mains de la fille avec un petit pincement au cœur. Il était presque triste de quitter cette petite routine Junkienne. Il aimait être ici avec elle. Il aimait être ici tout court mais avec elle c'était encore mieux.
– C'est ton choix de la boire ou pas, Nora. Et quand tu le feras. Mais attention, ça risque de te retourner l'estomac comme jamais.
Avec un nouveau sourire, il s'installa pour regarder la scène avec plus d'intérêt. Il allait peut-être bien se passer quelque chose d'intéressant en fait. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 76
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Feel like living    Mar 26 Jan - 14:59

E
n partant de Modernis State, Alianora était convaincue que son séjour forcé à la Cyber Junkyard serait atroce. En franchissant les portes de la ville-poubelle, accrochée à la veste de Grim comme un enfant malgré leur différence de taille gigantesque (surtout à cause des talons compensés immenses qu'elle portait), elle se dit qu'elle s'était trompée. Ce ne serait pas atroce. En fait, elle ne connaissait aucun adjectif assez puissant pour décrire l'horreur qu'elle s'apprêtait à vivre ici.
Ca ne faisait pas trois minutes qu'ils marchaient qu'un délinquant juché sur une petite machine flottant à quelques centimètres du sol et dégageant une fumée épaisse sur son passage les frôla et lui arracha son sac. Elle ne put que regarder, dépitée, ce qui ressemblait à une moto s'éloigner en vrombissant très bruyamment. Bienvenue à la Cyber Junkyard !


Deux jours plus tard, Alia avait déjà l'impression de changer. Les choses s'étaient déjà améliorées quand elle avait passé la porte de l'appartement de Grim (même s'il se trouvait dans un immeuble qui hébergeait des gens affreux). L'endroit était immense et la décoration proche de celle du manoir de sa famille, à Gothik City. Ou plutôt, c'était comme une imitation pas très bien réussi. Il manquait un élément essentiel : l'austérité.
Alianora n'avait pas mis de temps à prendre ses marques, surtout parce qu'elle n'avait pas le choix. Grim avait disparu presque tout de suite et ne répondait pas souvent à ses textos. Heureusement, il avait la télévision et une petite réserve de sang.

Ce jour-là, Alianora s'éveilla dans l'inquiétude. Elle n'avait plus vraiment peur, même si elle envoya un message à Grim pour savoir où il en était. Le poison agissait-il sur ses émotions ? Devenait-elle Junkienne ? Elle avait pris un petit déjeuner frugal, redoutant de se gaver, ce qui serait un signe que la maladie avait pris possession d'elle. Puis, elle avait remis ses fringues avec tristesse. Jamais elle n'avait porté des vêtements aussi longtemps, mais ceux de Grim étaient vraiment trop petits pour elle.Tant pis, elle devrait faire avec sa robe tâchée de poussière collante et ses sandales compensées aux lanières cassées lors d'une chute sur des cailloux acérés.
Affalée en travers d'un fauteuil, Alianora écrivait un dixième (au moins) texto à Grim, qui tardait à lui répondre, quand quelqu'un frappa à la porte. Elle sursauta et hésita. Puis, une voix lança :

« Monsieur LaPluie ? C'est le vendeur ambulant ! Madame Géraldine m'a dit que vous étiez revenu ! »

Alianora réussit à comprendre malgré l'accent horrible de l'homme. Quand il évoqua de grosses réductions, elle ouvrit la porte. L'homme la reluqua et Alia se souvent qu'elle avait un aspect horrible, même ses cheveux étaient un nid de nœud à cause de la sécheresse de cet endroit. Mais au lieu de la grimace de dégoût à laquelle elle s'attendait, elle fit face à un charmant sourire allié à un visage plutôt pas mal. Junkyen mais cela pouvait aller.


Une grosse heure plus tard, Alianora s'examina dans la glace. Elle avait acheté des tas de vêtements en échange de quelques horreurs qui traînaient chez Grim. Maintenant, elle avait un look assorti à la ville. Ce n'était pas si affreux, finalement. Bien sûr, elle avait fait l'impasse sur les pièces beaucoup trop déchirées (étrangement, il s'agissait des plus chères). Mais avec son pantalon en cuir très moulant, ses bottes à semelles hyper compensées et son mini-haut en latex orange qui lui découvrait le nombril, elle se trouvait plutôt jolie. Elle avait aussi choisi un gros bonnet rose bonbon avec un pompon vert pomme au sommet et un énorme manteau molletonné couleur sable avec une énorme capuche bordée de fourrure orange clair. Le vendeur lui avait également fait cadeau de quelques bijoux en plastique de couleurs vives et d'un DVD. Ne sachant pas quoi faire d'autre et comme Grim était décidé à l'ignorer (ou mort, mais elle refusait tout net de songer sérieusement à cette hypothèse), elle décida de le regarder tout de suite.

Trois heures plus tard (le film en était à sa moitié), Alianora entendit la porte s'ouvrir. Elle sursauta, puis se souvint que Grim lui avait dit qu'il fallait violenter le battant pour pouvoir entrer. Elle avait elle même fait l'expérience de ces difficultés en voulant ouvrir au vendeur. Elle avait presque arraché la porte de ses gonds pour y parvenir.
L'oreille aux aguets, elle saisit la plaque d'immatriculation un peu rouillée accrochée au mur en guise de décoration et la soupesa. Ca ne la sauverait pas miraculeusement, mais elle pouvait s'attendre à surprendre un éventuel agresseur. Ne voulant pas avoir l'air stupide devant Grim – elle était presque sûre qu'il s'agissait du vampire – elle resta calée dans son fauteuil et attendit, concentrée sur les pas qui avalaient rapidement les marches permettant de la rejoindre. Quand Grim apparut effectivement, un air heureux sur le visage, elle ressentit un double soulagement. Il allait la sauver !
Quand elle vit ce qu'il avait entre les mains, Alia ignora complètement sa remarque sur un film pour adultes et un scientifique fou (elle ne savait même pas si les deux étaient liés). Effectivement, il avait le fameux remède dont il lui avait parlé. Celui qui allait l'empêcher de devenir une vampire complètement dingue qui essayait de bouffer tout ce qui passait près d'elle, ce qui entraînerait sa mort rapide. Elle lâcha la plaque d'immatriculation qui atterrit sur le sol avec un bruit métallique et saisit la bouteille. « Méli-Mélo Malbec », lut-elle sur l'étiquette à moitié effacée par l'âge (ou l'atmosphère acide). Elle retira le bouchon et tordit le nez. L'odeur était infecte ! Elle devait vraiment boire ça ?
C'était son choix, disait Grim. Avec hésitation, elle porta le goulot à ses lèvres et pencha légèrement la tête en arrière. Retenant sa respiration, elle avala une minuscule gorgée… Elle eut l'impression que l'alcool venait de désintégrer l'intérieur de sa gorge !
Alia toussa à plusieurs reprises, comme si son corps essayait d'expulser ce qui venait d'y rentrer. Les larmes aux yeux, la vampire regarda la bouteille comme si cette dernière venait d'essayer de la tuer. Puis, elle regarda Grim.

« Tu crois que ça suffira ? »

Elle ne voulait vraiment, mais alors vraiment pas, réitérer l'expérience.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Feel like living    Sam 30 Jan - 18:36





Dans le noir, le vampire voyait très bien. Il voyait très bien par exemple, les murs qui étaient des murs tout à fait inusuels pour la ville. Comme dans les bas quartiers de Gothik City, ils étaient une successions de ligne de panneresses et de boutisses. Grim adorait cette façon dont les motifs s’enchaînaient naturellement et il avait pensé à cela quand il avait fallu refaire des cloisons pour son appartement. C'était très harmonieux.
Il pouvait parfaitement voir les cheveux de la jeune vampire à côté de lui, combien ils étaient beaux et avaient des reflets surprenants pour des cheveux de vampire. Elle semblait en prendre grand soin et Grim pouvait affirmer sans mentir qu'il n'avait jamais vu de cheveux ondulés aussi magnifiquement porté par une femme, humaine ou vampire. Mais il n'avait jamais vu de nobles alors peut-être que son jugement était hâtif.
Il y avait aussi ces yeux noirs, mais d'un noir si profond qu'il était facile de se perdre dedans. En déglutissant, Grim se fit violence pour détourner le regard. Avec un soupir, le jeune homme prit son temps pour regarder le film. Il y avait une scène un peu chiant où une fille avec des cheveux bruns et des yeux vert trèfle semblait sur le point d'avouer son amour profond pour le mec en face d'elle, mais elle hésitait.
D'ennui, il reporta son regard sur les mur. L'écran faisait de belles ombres sur ces murs et il pouvait presque s'imaginer une autre histoire.
Le souvenir lui revint de cette fête de la Toussaint où il avait rencontré Allic. Ils s'étaient automatiquement détesté, sans doute parce qu'Allic avait failli renverser Grim avec sa voiture flambant neuve. C'était Tony qui les avait présenté, à l'époque. L'ancien parrain n'était pas encore mort mais il semblait que son fils pouvait déjà faire ce qu'il voulait. Avec un frisson, le vampire s'arracha à ses souvenirs. Il avait un mauvais pressentiment.
Sur l'écran, on était en train de lever le pont-levis en mousse le plus ridicule que le vampire n'ait jamais vu. Ce film était vraiment un long-métrage à tout petit budget.
– Tu sais, il est encore temps de laisser cette pauvre idiote dans sa merde et de reprendre la bouteille. Tu te rends compte de combien on pourrait en tirer ? On pourrait peut-être même se payer un autre immeuble.
Mais Grim n'écouta pas son colocataire de cerveau et se contenta de détailler son amie. Il ne voulait pas boire. Pour une fois qu'il s'entendait bien avec quelqu'un avec qui il n'avait pas vraiment envie de coucher, il n'allait pas tout gâcher. Est-ce qu'elle allait vraiment en boire ?
La tension était palpable dans la salle de cinéma alors que Chapelier ne cessait, dans sa tête, de lui hurler qu'il ferait mieux de s'en aller avec la bouteille.
Il remarqua qu'elle avait des vêtements nouveaux. Des vêtements junkiens, qui ne lui appartenaient pas. Il fronça les sourcils et se dit qu'elle avait du aller chez les dealers alors même qu'il lui avait interdit de sortir. La Junkyard était bien trop dangereuse pour une noble habituée à son petit confort comme elle, sans oublier les hommes crabes et les créatures suceuses de sang de vampire. Et puis, il se demanda ce qu'elle avait échangé pour ces fringues. L'argent ne comptait pas ici.
Il se leva pour remettre la plaque d'immatriculation du camion de Rutile – un de ses concurrents dans les combats de monster truck qu'il avait ratatiné deux ans auparavant – sur le mur. Il se demandait bien pourquoi elle l'avait prit avec elle. Le truc était en carbone flexible, il n'aurait même pas pu écraser de mouche. Il décida de faire une remarque sur ses vêtements après qu'elle ait bu l'alcool.
Elle but un petit peu et demanda à Grim si c'était assez. Il haussa les épaules et lui offrit un sourire un peu désolé.
– Je pense que tu devrais tout boire. On n'est jamais trop sûr et vu le prix que ça vaut, tu ferais mieux de savourer chaque goutte. Allez cul sec !
Savourer n'était pas le terme exact avec cet alcool venu des enfers mais il était assez drôle de voir la tête que faisait Alia. Mais bon, elle devrait être anesthésiée maintenant.
– Au fait, en parlant d'argent, tu peux me dire avec quel moyen tu as payé ces fringues et où tu les as acheté ? Tu en as profité que j'étais pas là pour filer chez les dealers et dépenser mes ressources, ya ?
Ce n'était certainement pas avec ses fringues sales qu'elle aurait pu obtenir ses nouveaux vêtements. Oh, il espérait qu'elle n'avait pas vendu l'oratorio noir. Ou la panoplie de peintre qui, selon la légende, aurait servi à Honorus lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 76
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Feel like living    Mar 2 Fév - 15:20

G
rim ne cessait de la fixer, ça en devenait perturbant. D'un autre côté, avec ses nouveaux vêtements, elle devait vraiment être son goût. D'ordinaire, elle se savait à croquer. A la mode locale… Bon sang, si jamais elle sortait seule, elle aurait probablement tous les gros lourds de dragueurs sur le cul. Le vendeur ambulant semblait avoir déjà eu du mal à résister à lui rouler un patin. Alia était très fière de son physique et de l'intérêt qu'on lui portait, d'autant plus depuis qu'elle avait décidé de faire une croix sur les relations amoureuses. Alors, que Grim la reluque comme ça, c'était très flatteur et presque rassurant.

D'après le vampire, elle devait tout boire. Toute la bouteille. Alia fit la grimace, surtout que si elle en croyait les paroles de Grim, cette chose valait une petite fortune. Qui paierait pour ça ? A part eux mais… Qui pouvait prendre du plaisir à consommer ça ? Aaah… Les Junkiens. Elle n'était pas prête de faire la transition Modernis-Cyber Junkyard.
S'armant de courage qu'elle pensait inexistant, Alianora porta une nouvelle fois le goulot à ses lèvres et cessa de respirer, espérant que le goût passerait un peu mieux. Elle avala de longues gorgées, aussi rapidement que possible, profitant de l'absence de besoin d'oxygène. Au bout d'un moment, elle fut pourtant forcée d'abandonner. L'irritation de sa gorge était trop importante, elle recracha même quelques gouttes en toussant bruyamment. Sa main se serra autour du verre qu'elle se ferait une joie de fracasser avec ses talons quand elle en aurait terminé. Jamais elle n'avait été sujette à un tel symptôme. Etait-ce vraiment l'effet de l'alcool ? se demanda-t-elle. Parce qu'elle avait déjà vu des humains très malades et ça pouvait ressembler à ça.
Les larmes aux yeux, elle redressa la tête pour regarder Grim, qui s'interrogeait sur la provenance de ses nouveaux vêtements, supposant qu'elle était sortie. Grand Diable, jamais de la vie ! Alianora secoua la tête, ce qu'elle regretta immédiatement car l'alcool lui donna le vertige. Elle papillonna des paupières avant de répondre d'une voix étrangement enrouée.

« Non, un vendeur ambulant est passé. Il était gentil et mignon, je lui refilé quelques trucs qui traînaient en échange. »

Elle lui décrivit le physique du vendeur de façon aussi détaillée que possible, ne connaissant pas son nom. La vampire insista beaucoup sur son accent à cause duquel elle avait parfois été incapable de comprendre certains mots. Mais, ajoutait-elle pour chaque défaut, il était vraiment mignon, ou sympathique. En fait, se rendit-elle compte, il ressemblait vaguement à son ancien petit ami, qui l'avait quittée dans des circonstances beaucoup trop tragiques.

En revanche, elle fut incapable de dire à Grim avec quoi elle avait payé. Sa mémoire n'avait rien enregistré de précieux en tout cas.

« Ne t'en fais, le rassura-t-elle. Je suis une voleuse professionnelle, je sais reconnaître un objet de valeur quand j'en vois un. Ce n'étaient que des broutilles qui ne valaient pas un clou. »

Elle espérait que Grim n'allait pas se fâcher en découvrant que certains objets avaient disparu de son appartement. Parce que sans lui, elle se retrouverait seule et sans défense dans la Cyber Junyard, ce qui était absolument hors de question.

Après avoir, le pensait-elle, rasséréné Grim sur la question, elle poussa un long soupir et rapprocha la bouteille de Malbec. Rien que l'odeur lui tournait la tête. Elle ne se pensait pas capable de renouveler son exploit d'il y avait quelques minutes, pourtant elle y était obligée. C'était ça où la maladie.

« Cette ignominie a intérêt à fonctionner, » marmonna-t-elle entre ses dents.


Quelques deux minutes plus tard, Alia était affalée en travers du canapé de Grim et ce qu'elle voyait sur l'écran de télévision était incroyablement divertissant. Elle ignorait totalement ce qui se passait en réalité mais l'alcool lui faisait voir des choses très, très drôles. Elle ne cessait de rire, avec une petite voix sautillante et claire, presque cristalline, sans pour autant devenir une agression auditive. La bouteille de Malbec gisait par terre, à côté de sa main qui touchait le sol. Son corps était tout engourdi, elle avait incroyablement chaud et il lui semblait que la pièce tournait lentement autour d'elle. Avec tout ça, elle se sentait dans un état de plénitude absolue.

« Hey, Grim ? Tu veux baiser ? »

Elle rit suite à sa proposition, se rendant compte de l'absurdité de sa demande. Pourtant, elle était sérieuse, hein. Elle avait envie. Comme elle avait envie de…
Avant que Grim puisse répondre, elle se redressa, les pupilles toutes dilatées et une poignée de cheveux qui était passée par-dessus sa tête dans la rapidité de son mouvement.

« J'ai trooop envie de crème chantilly. » 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Feel like living    Mer 3 Fév - 15:21





A toute vitesse, Grim réfléchit à ce qu'elle aurait pu échanger contre ses fringues. Il avait un échantillon de Pasteurella Pestis mais il n'avait pas eu l'occasion de le vendre à des laboratoires depuis le début de l'infection. Tout le monde était trop occupé avec ça, qui en aurait quelque chose à faire d'un petit échantillon de sang infecté par la peste ? En plus, on pourrait le suspecter de vouloir infecter d'autres gens de cette terrible maladie qui touchait le monde des trois cités.
Le film continuait de tourner alors qu'Alianora se soumettait au terrible traitement. La fille se tenait derrière le pont levis en mousse et cria à son père – tout du moins, il devait être son père – qu'elle aurait préféré mourir plutôt que de cesser de l'aimer. Elle avait l'air complètement désespéré mais jouait si mal que Grim n'arrivait même pas à croire qu'elle ait pu passer le casting. Enfin, on parlait quand même d'un film junkien alors tout était possible.
Il se demanda s'il n'aurait pas mieux fait de lui prendre une chambre à l'hotel Northumberland. Au moins elle aurait pu rencontrer des gens et changer un peu sa vision du monde junkien. Elle semblait persuadée que tout ici était affreux mais il était vrai qu'elle était de base une noble gothike lors déjà la vie à Modernis devait être limite.
Il eut un peu pitié d'elle quand elle dû tousser pour essayer de chasser l'irritation de sa gorge. Pourtant, sa gorge aurait dû être anesthésiée après la première fois. Mais ce n'était pas le cas. Il la couva du regard et soupira, s'asseyant dans un des sièges de la salle pour la surveiller. Le Malbec faisait faire des choses insensées à certaines personnes mais peut-être qu'Alia était immunisée, on était jamais sûr de rien avec les alcools junkiens.
Elle lui parla d'un vendeur ambulant il écarquilla les yeux. Non mais sérieusement ? Elle avait donné des trucs à ce mec sans foi ni loi ? Il avait essayé de refourguer ses merdes à Grim tellement de fois en lui demandant des produits unique en échange qu'il avait fini par retenir le nom de cet enfoiré. Rock Eddystone. En fronçant les sourcils, il lui demanda.
– Un homme brun, grand, avec un visage étroit et une moustache fournie ? Et un accent à couper au couteau ? Oh putain je vais le tuer ! Ne … ne cherche plus jamais à faire affaire avec lui, c'est compris ?
Il pourrait peut-être chercher à récupérer ses trucs … ouais, il savait où il habitait, il irait le voler. Ca lui apprendrait à profiter d'une gothike.
S'il allait au Sud assez rapidement, il pourrait se faufiler dans sa maison avant même le lever du soleil. Mais il devait être au maximum de ses capacités. Il aurait bien utilisé les capacités d'Alianora – c'était de sa faute après tout – mais elle n'était définitivement pas en état. Elle avait déjà la tête qui tournait et il lui semblait que l'ivresse commençait sévèrement à s'emparer d'elle. Soupirant, il détermina qu'il devait d'abord savoir ce qui avait disparu.
Elle essaya sans succès de le rassurer. Il lui asséna d'une voix sèche qu'elle ne savait pas ce qui avait de la valeur à la Cyber Junkyard alors que Chapelier commençait à s'emporter dans un coin de sa tête. Il s'éloigna et examina ses objets de valeur.
– Cette fille ne fait que nous apporter des emmerdes moi je te le dis ! Assomme la et vends la au marché noir tant qu'il est encore temps. OH NON, elle lui a donné le Matilda, j'y crois pas !
Au total, seulement quatre objets de très grande valeur avait disparu. Ils valaient chacun au moins cinq cent mille dollars à Modernis. Il y avait un tableau abstrait ancien, peint par Matilda Pormousth, un tas d'actions un peu chiffonnées de chez Wolfram & Hart, un manuscrit d'un livre jamais publié de Peter Moore et une boule de billard en uranium, dans sa protection en verre. Bien sûr, ils avaient l'air de n'être que des objets sans valeur au premier regard mais … oh !
Quand il revint auprès auprès de la vampire, elle était complètement pété. Il sourit doucement. Il lui en voulait mais il ne pouvait garder aucun ressentiment contre elle très longtemps. Ce n'était pas le cas de Chapelier qui lui disait que c'était le moment idéal pour la vendre. Il se rapprocha quand elle lui demanda s'il voulait coucher avec elle et se mordit la lèvre. Maintenant qu'elle lui demandait, il savait qu'il n'en avait pas vraiment envie.
Il posa ses yeux bleu et vert sur elle et leva les yeux au ciel quand elle se redressa en disant qu'elle avait envie de crème chantilly. Il voulait aller chercher ses affaires avant que cet enfoiré ne puisse les revendre mais il ne pouvait pas la laisser seul. Bon, il ne serait pas long au pire.
Il l'amena dans sa chambre – celle d'Alianora, pas la sienne – et l'allongea sur le lit. Avec un sourire, il passa une main dans ses cheveux.
– Je vais te chercher de la chantilly, je reviens dans une petite heure. Ne fais pas de bêtises, n'ouvre à personne et ne mets pas le feu à la maison, c'est comprit ?
Il enfila un manteau et se dirigea vers la sortie. Chapelier continuait de pester mais il n'y faisait absolument pas attention. Il passa la porte avec un soupir.

De nouveau devant cette porte avec un gros sac sur le dos, il força un peu afin de rentrer sans trop de difficulté. Un peu hésitant, il soupira. Dans quel état est-ce qu'il allait retrouver son appartement ?
– Je suis rentré ! Et j'ai de la chantilly.
En fait, il avait récupéré ses affaires chez Eddystone assez rapidement. Le hasard voulait qu'il ait deux grosses bombes de chantilly fluorescente dans son réfrigérateur. Il en avait aussi profité pour lui voler des fraises mutantes très, très rouges et du chocolat blanc, presque transparent. Il avait ignoré une part de quiche qui semblait là depuis deux mois et lui avait volé quelques fringues avant de s'en aller par la fenêtre d'où il était arrivé. On ne baisait pas Grim LaPluie. Enfin, si, mais pas comme ça.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 76
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Feel like living    Jeu 4 Fév - 12:09

G
rim la souleva, faisant faire un bond magistral à ses entrailles, suivit d'un chatouillis qui lui arracha un petit rire. Même à travers son état d'ébriété, elle se demanda comment une si petite personne pouvait soulever quelqu'un comme elle. Tout cela était réellement absurde. En fait, le monde entier était absurde. Pourquoi y avait-il si peu de personnes différentes dans le monde ? Pourquoi les Gothiks n'évoluaient pas ? Pourquoi des gens comme eux, les vampires, existaient ? Ca n'avait vraiment aucun sens. Elle devait être folle et ce Malbec était le remède.
Elle s'endormit à moitié dans les bras de Grim, basant sur son épaule. Quand il la posa sur un lit qu'elle identifia comme le sien – les oreillers étaient positionnés exactement comme elle l'aimait – Alianora ouvrit à demi les yeux pour le regarder. Son ami aux yeux disparates lui donnait des instructions. Du feu dans la maison ? Pourquoi ferait-elle ça, elle n'avait pas froid. Il avait vraiment de très jolis yeux, ils rendraient bien dans sa collection personnelle de joyaux.
Elle gémit doucement quand les doigts de Grim quittèrent ses cheveux dans une caresse. Il partit et elle fixa la porte un long moment, même après l'avoir entendu quitter l'appartement. Ayant compris qu'il ne reviendrait pas de sitôt, elle s'enroula dans sa couverture pour trouver un peu de chaleur et de douceur. Il était fâché, se souvint-elle. La façon dont il lui avait reproché d'avoir vendu ses trucs… Elle se mit à pleurer et aurait aimé qu'il soit là, pour l'amadouer. Ce n'était pas si grave, hein ? Finalement, elle s'endormit, pleinement.

Son sommeil fut peuplé de rêves tous plus étranges les uns que les autres. Jusqu'à ce que le mot « chantilly » pénètre la barrière de ses songes et la tire petit à petit de son inconscient. Alia se releva dans son lit et une masse de cheveux emmêlés lui tomba devant le visage. Sa tête lui faisait atrocement mal, comme si elle allait se fendre en deux depuis la racine de ses cheveux. Sa bouche était pâteuse et sa gorge en feu. Tout en elle tournait, comme si ses entrailles étaient pris dans un shaker. Elle posa la main sur son ventre, espérant que ça fasse un peu passer son impression. Toutefois, elle avait toujours envie de chantilly.

Elle rejoignit Grim d'un pas lent, sans avoir pris la peine d'arranger sa coiffure. Emmitouflée dans un gros pull qu'elle venait d'acheter et qui avait plein de fils pendant, elle se laissa tomber sur une chaise dans la cuisine. Il y avait de la chantilly (verte!), des fraises et du chocolat blanc fondu. Sans rien dire, elle déboucha l'une des bombes, se moquant bien qu'elles aient une couleur suspecte, et fit jaillir la chantilly directement dans sa bouche.

« Woh… Ca fait du bien. »

Elle leva ses yeux fatigués sur Grim. Elle devait le remercier et s'excuser.

« Désolée pour tes affaires. Je te rembourserai tout. J'aurais pas dû faire confiance à ce type, c'est juste que je m'ennuyais tellement. … Merci aussi pour tout ce que t'as fait. Je ne sais pas si ça a fonctionné, mais au moins, tu auras essayé. »

Sa voix était rauque et faible. Bon sang, qu'est-ce que cet alcool lui avait fait ? Est-ce qu'elle avait encore des organes internes au moins ?
Soudain, un haut-le-cœur lui remua la poitrine. Elle se précipita sur l'évier de la cuisine et vomit, beaucoup, longtemps. Quand elle put enfin se reposer, l'évier était couvert de sang. Peut-être le sien, peut-être celui qu'elle avait bu récemment. Avec un peu d'espoir, elle songea : peut-être celui de l'infecté.

Elle se laissa glisser au sol et s'adossa au meuble de cuisine, la tête légèrement en arrière. Pour rien au monde elle ne voulait devenir humaine. Rien. Jamais. Ces gens subissaient ce genre d'état constamment ! Ils ne pouvaient jamais faire de folie sans conséquences désastreuses.

« Comment savoir si ça a fonctionné ? finit-elle par demander. Nous sommes à la Junkyard, quelques personnes devraient pouvoir… m'examiner, non ? »

Jamais elle n'aurait proposé une chose pareille à Modernis State. Si quelqu'un s'apercevait qu'elle était infectée, ou juste qu'il y avait une possibilité qu'elle le soit, elle finirait morte dans la seconde. Heureusement, ils n'étaient pas chez les humains et si Grim avait été capable de lui trouver ce remède décapant, elle le pensa tout aussi capable de dénicher quelqu'un qui analyserait son sang sans poser de question. Ou tout du moins, sans la juger.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Feel like living    Mer 24 Fév - 12:07





Comment rompre était une question délicate. Mais comment renouer était bien pire encore. Il était évident que quelque chose clochait chez Grim parce qu'il se sentait mal à cause d'Allic quand il aurait dû se réjouir que son amie – sa seule vraie amie – se sente mieux, malgré les élucubrations de Chapelier. Peut-être que son psy avait raison, peut-être qu'il devrait se débarrasser de cet ami imaginaire et meurtrier.
Un petit groupe de personne passa sous les fenêtre qu'il venait juste d'ouvrir pour aérer un peu. Étant des vampires, ils ne produisaient pas beaucoup d'odeur corporelle mais ici la poussière était légion. Littéralement. Il avait l'impression qu'elle s'organisait pour être partout à la fois. Il sourit doucement en voyant un groupe de jeunes hommes chanter une chanson assez misogyne mais néanmoins très appréciée ici.
- A la tienne, Etienne ! A la tienne, mon vieux ! Sans ces garces de femmes, nous serions tous frères ! A la – OH ! Monsieur LaPluie, bonjour.
Le vampire salua le jeune hybride de la main et se dirigea vers l'îlot central de la cuisine. Ce jeune homme était le fils aîné d'une famille que Grim hébergeait depuis les dix dernières années mais le petit blond se demandait toujours pourquoi ils l'aimaient bien. Il était un connard après tout.
Cependant, personne ne semblait s'en soucier à la Cyber Junkyard. Tous ses locataires l'aimaient, tout le monde comprenait sans doute combien il était dur de survivre ici. La survie du plus fort, du plus rusé, du plus équipé. Avec un amer sentiment de culpabilité, il se souvint de la dernière fois qu'il avait viré une femme qui ne lui payait plus le loyer depuis des mois. Elle était sûrement morte depuis, c'était dix-huit ans auparavant. Cependant, il n'avait pas le choix. Il avait besoin de toutes ces babioles pour s'installer définitivement où il le souhaitait.
Quand son regard se porta sur la vampire qui le rejoignait, il constata qu'elle avait décuvé. Elle avait une tête de lendemain de fête, mais pas la fête où on s'amuse bien et on boit un peu trop, celle où on apprend que notre mec nous quitte pour un bodybuilder appelé Fritz et où on boit beaucoup trop dans l'espoir de se cuiter tellement qu'on oubliera ce connard. En détaillant la jeune femme, Grim se demanda quel âge elle avait. Peut-être bien plus de cent ans. Le double de son âge à lui.
Il lui désigna les trois aliments qu'il avait ramené de chez cet enfoiré de voleur. Voilà, elle irait peut-être mieux avec ça.
– Devine ce que je t'ai ramené au passage !
Il reçut un appel d'EunJi, la nièce de Mouloud, mais l'ignora. Il n'avait pas le temps pour Allic Beackerman nom de Dieu ! Il reposa son téléphone dans sa poche et fit la moue. La pauvre jeune fille. Bon, il allait lui faire la remarque qu'il y avait une brosse dans la salle de bain mais il ne savait pas si elle était infectée ou pas alors valait mieux ne pas tenter le diable. Méfiant, il croqua dans une fraise. Hm, pas mal.
En fait, il avait envie de consommer les trois en même temps mais il aurait largement le temps pour ça quand son invité aurait commencé à se servir. Il était un gentleman sous sa carcasse de junkyen. Quand elle versa la chantilly directement dans sa bouche, il rit. Elle avait l'air de ne rien en avoir à cirer qu'elle soit verte et qu'elle ait un peu trop goût de lait concentré sucré. Le principal était qu'elle soit contente après tout.
Elle semblait dans un état pitoyable et quand elle parla, Grim hocha la tête. Il prit sa main. Le rembourser ? Oh, il avait bien tout récupérer mais un peu d'argent en plus ne lui ferait pas de mal, après tout.
– On parlera des trente-cinq millions de MSD que tu me dois plus tard. Pour le moment … est-ce que tu vas bien ? Mieux ?
Visiblement pas mais bon , le beau temps vient toujours après la tempête, hm ? A Modernis du moins, à Gothik City il s'agit généralement d'une autre tempête.
Elle s' arracha à Grim et se dirigea vers l'évier de la cuisine dans lequel elle vomit tout ce qu'elle pouvait. Il en profita pour lire le message qu'il venait de recevoir. 'Allic viré par une fille. Tony dans le coma à cause d'elle depuis 7 heures. Rentre vite putain. Mouloud'. Il écarquilla les yeux et relut le message plusieurs fois. Il devait rentrer de toute urgence.
Quand elle lui parla, il fit deux pas en arrière. Okay, il était peut-être trop tard mais il devait aider … Il releva les yeux sur elle. Se faire examiner. Il soupira doucement.
– Les seuls médecins qui pourraient t'examiner ici sont des scientifiques fous et tu t'en sortirais pas vivante. Au delà de ça, je dois rentrer rapidement. On a besoin de moi à Modernis State. Tu veux que je te raccompagne, love ?
Il était un peu en train de mentir, en cherchant bien, ils auraient bien pu trouver mais ils n'était pas sûrs de trouver et putain, ils n'avaient pas le temps. Pas le temps de laisser l'état de Tony empirer.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 76
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Feel like living    Mer 24 Fév - 18:18

G
rim recula. Il semblait plus qu'ennuyé de cette proposition. A travers les cheveux qui lui tombaient toujours en travers du visage, Alianora remarqua l'appareil qu'il avait dans la main. Quelque chose clochait et ça n'avait rien à voir avec les scientifiques fous de la Junkyard qui la découperaient en rondelles. Elle ne connaissait pas grand-chose sur le vampire mais elle avait fini par s'habituer à son attitude. Là, il était taraudé par un truc important.
Fébrilement, elle se leva et lorsqu'elle fut stabilisé sur ses talons hauts, elle fit un pas dans sa direction.

« Bien sûr que je viens avec toi ! Tu ne crois tout de même pas que je vais rester ici toute seule ! »

Techniquement, sans Grim, elle ne se retrouverait pas seule, mais les gens de cette immeuble ne lui inspiraient aucune confiance. Allez savoir pourquoi… En tout cas, elle avait très envie de savoir la raison qui poussait Grim à rentrer immédiatement à Modernis State après avoir reçu un SMS. Si elle devait parier sur quelque chose, elle dirait que le vampire avait été cambriolé. Jamais il ne pourrait réagir comme ça pour quelqu'un, non ! Alia avait fini par comprendre qu'il ne s'attachait à personne. En fait, elle s'estimait même chanceuse d'être le sujet de tant d'attention de sa part. Peut-être qu'elle lui faisait pitié… Ou qu'elle lui rappelait une sœur morte.

Comme Grim avait vraiment l'air pressé, elle prit juste le temps de se rafraîchir, de nouer ses cheveux en une queue de cheval haute et de fourrer des vêtements de rechange dans un sac. Elle préférait laisser le reste sur place, au cas où elle devrait revenir ici. Bien sûr, il n'y avait aucune raison pour qu'elle revienne un jour à la Junkyard, mais il n'y avait aucune raison non plus pour qu'elle s'habille de cette façon à Modernis State.

Une fois en dehors de l'appartement, l'air vicié lui fit un peu de bien, repoussant sa nausée. Si elle osait toucher à la nourriture locale, elle se serait bien saigné un humain en route. Au lieu de ça, elle allait patienter jusqu'à la ville du milieu. Chez elle, elle trouverait de quoi se sustenter temporairement. Et aussi de quoi rembourser Grim.

« Okay, Grim, crache le morceau. »

Ils marchaient depuis quinze minutes maintenant. Personnellement, elle était complètement désorientée et ne voyait pas à plus de cent mètres, mais Grim avait l'air de savoir dans quelle direction était la porte de la « ville ».

« Pourquoi est-ce que tu veux rentrer ? Et pourquoi cette camelote vaudrait trente-cinq millions ? Tu me crois vraiment si bête que ça ? »

Elle voulut rajouter quelque chose, mais s'interrompit, la main sur ses lèvres. Sa façon de parler… Elle avait mis des années avant de réussir à ne plus avoir un accent Gothik complet. Et voilà que quelques jours avaient suffi pour qu'elle ait l'accent junkyen !

« Tout ça c'est de ta faute ! » vociféra-t-elle en lui donnant une petite tape sur la tête. « Tu n'as pas pu t'empêcher de me contaminer avec... »

« Contaminer » ? Oh, mais oui ! Alianora gloussa, sûrement à cause du Malbec qui était toujours en elle. Cette situation était absolument fantasque, stupide !

« Je crois que cette bouteille m'a contaminée. Voilà que je parle comme un Cyber. »

Au moins, si elle avait l'accent, elle n'avait pas le vocabulaire, ce qui était rassurant. Ou plutôt, le manque de vocabulaire.
En attendant que Grim invente une histoire, à moins qu'il ait décidé d'être honnête, Alianora se prit à espérer qu'il n'essaie pas de l'embarquer dans une histoire impossible une fois qu'ils seraient rendus à Modernis State. Comme essayer de reprendre ce qui lui appartenait en montant un super coup, très dangereux. Sa dernière infiltration l'avait infectée et elle n'était même pas certaine de s'en être sortie indemne. En plus, elle aurait autre chose à faire. Comme séduire un médecin en chef de l'hôpital pour qu'il l'examine en toute discrétion. Ce serait une nouveauté. D'ordinaire, elle n'osait pas s'aventurer aussi loin. Sauf que d'ordinaire, elle n'était pas potentiellement en danger. En plus, depuis qu'elle avait bu ce Malbec, elle se sentait invincible. Ou alors elle était juste soûle et cet état se dissiperait dès qu'elle aurait complètement décuvé.
Avec un soupir, elle baissa les yeux sur Grim, qui avançait à côté d'elle. Bien sûr qu'elle accepterait s'il lui proposait un gros coup ! Elle n'attendait que ça de la vie ! Et c'était bien le seul domaine où elle était assez confiante pour en faire des tonnes. Et puis, elle aimait bien travailler avec Grim, bien que ça se termine souvent assez mal.

Un bruit suspect et étrange la fit se stopper. D'après ce qu'elle pouvait voir, ils étaient au milieu de rien. Au loin, sur leur droite, il y avait un minuscule nuage. Elle tapota l'épaule de Grim et lui désigna la poussière d'un index autrefois parfaitement manucuré.

« Qu'est ce que c'est que ça ? »

Le bruit lui rappelait celui des groupes de clients pendant les soldes, quand ils se ruaient sur les articles les plus convoités pour les avoir en premier. Et puis, après quelques secondes, elle les vit. Ses yeux s'écarquillèrent, elle n'arrivait pas à y croire.

« Mate, est-ce que ces lapins ont des crocs ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Feel like living    Sam 27 Fév - 12:46





C'était comme un réveil, après tant d'années. Grim avait toujours pensé que Tony était dans le genre indestructible. Il était parfaitement habitué à ce que l'ami le plus proche d'Allic soit du genre à se relever, peu importe la blessure. Bien sûr il s'était un peu inquiété en apprenant qu'il avait été blessé dans une prise d'otage, le genre d'actions stupide du boss des Beackerman qui passait parce qu'il était bien meilleur que ne l'avait été Alaric avant lui.
Après la merde qu'avait été sa vie, Tony avait été comme un cadeau du destin. Un putain de cadeau d'excuse. Il s'était enfin posé avec une femme qui pourrait être celle de sa vie. Mais elle avait fini par mourir par un accident tout con et Antonio était encore trop jeune. Grim était un père pitoyable et il ne savait pas comment le calmer ou comment l'aider. Qui plus est, Chapelier le poussait à commettre des actes innommables. Alors il avait prit une décision qu'il devait regretter à vie : confier son fils à Athanasie et Alaric Beackerman.
Alia le tira dans ses pensées en disant qu'elle venait. Bien sûr, elle détestait la Junkyard. Il avait plus qu'envie de s'en aller maintenant mais il devait encore prendre soin d'elle, il ne faisait jamais les choses à moitié. Alors que Chapelier lui disait qu'elle allait le retarder, Grim se fit la réflexion qu'il en avait assez de cette lutte perpétuelle. Il en avait assez de partager sa vie avec une teigne. Il devrait peut-être reconsidérer la proposition de ce psy-scientifique qui voulait lui ouvrir le crane et remettre ses neurones dans le bon sens.
Ils passeraient par le petit relais routier de Palencar au milieu de désert entre la Cyber Junkyard et Modernis State mais ne feraient aucun autre arrêt. Il était bien trop pressé.
En y repensant, il avait eu la relation la plus proche qu'il pouvait avec Tony. Bien que souvent loin de lui, son fils de lui en avait pas voulu. Il avait comprit qu'il avait fait ça pour son bien, au moins il ne manquait de rien et avait un but dans la vie. Quand ils étaient à l'abri des oreilles indiscrètes, Tony l’appelait toujours Dad et Grim s'était toujours investi dans leur relation. Il l'emmenait voir des match de baseball et était toujours là pour son anniversaire et les fêtes.
Alors qu'il se rendait compte qu'il ne verrait peut-être plus jamais son fils, une larme sillonna sur sa joue. Il attendait Alianora dans l'entrée et heureusement elle ne vit rien de sa tristesse. En déglutissant, il se rendit compte qu'elle était vraiment très joli quand elle revint vers lui. Elle avait un visage très doux même avec une queue de cheval serrée. Bon, dans un sens c'était logique, Grim n'offrait pas son amitié à des laiderons.
Ils sortirent et a priori, la jeune femme allait mieux. Il ne lui avait jamais demandé son âge mais il ne lui donnait pas plus de quarante ans, soit dix ans de moins qu'elle. En tout cas, elle avait l'air d'avoir aussi vécu ses saloperies dans sa vie mais elle ne semblait pas s'en formaliser. Contrairement à lui, elle gardait le sourire et la tête haute, ce qui lui assurait pas mal de respect de la part du petit blond.
Et bien sûr elle devait se douter de quelque chose. Comme Grim avait hérité à la naissance d'une chape de malchance et de malédiction, il ne pouvait pas être triste dans son coin comme les autres gens. Il ne montra rien de son agacement et se décida à répondre quand il vit qu'Alianora avait les mains sur sa bouche. Quoi ? Elle allait encore vomir ? Oh non pas dans la rue quoi ! C'était déplacé, même à la Junkyard.
Elle lui asséna une tape sur la tête et il fronça les sourcils. Mais quoi à la fin ? Elle parlait un peu comme un junkienne, okay mais c'était juste à force de traîner avec lui !
Il secoua doucement la tête. Okay, elle délirait un peu mais c'était mignon la façon dont elle disait ça. En haussant les épaules, il décida de lui répondre.
– Crois moi, avant que tu parles comme un junkyen il te faudra des années. Tu as un peu prit l'accent c'est tout. Ne t'affole pas, princesse, ça t'aura passé dès que tu seras de nouveau dans ton petit appartement dans Modernis.
Malgré le vent et les fumées, Grim savait exactement où ils étaient. Ils n'avaient qu'à continuer sur la Crête et ensuite ils tourneraient à droite et tomberaient sur une port, ce qui était tout simplement parfait. Il avait aussi choisi cet immeuble pour ça.
Ces lieux étaient hautement infréquentables mais quelle partie de la Cyber Junkyard était vraiment accueillante ? En regardant Alia, il se dit que ce serait peut-être bien de se confier au final. Mais de nouveau elle crut bon de l'interrompre. A quoi bon poser les question si c'était pour ne pas vouloir entendre les réponses ?!
Bon, pour cette fois elle avait raison. Ils venaient de faire une rencontre fortuite avec les grandes stars de la Junk'. Une bande de lapins carnivores autrefois échappés de laboratoires étranges et qui semaient la mort depuis. Il attrapa Alianora par le col et la plaqua contre le mur d'une petite maison abandonnée qui les séparait de la meute. En soufflant un bon coup, il lui désigna un autre chemin. Ce serait plus long mais aussi plus sûr.
En silence, ils passèrent devant un stand de porridge fermé – on comprenait pourquoi – et descendirent une rue perpendiculaire. Grim fit l'erreur de détourner le regard un instant et remarqua que les lapins n'étaient plus là. Okay.
– COURS !
Il prit sa main et s'élança avant elle jusqu'à la porte. Ils étaient talonnés par la meute qui poussait des cris de plus en plus flippants. Uns fois arrivés à la grande porte, il passa son pass magique doré. Mais la poussière sur le détecteur n'aidait pas et rien ne marchait. Et la meute se rapprochait. Alors qu'il passait frénétiquement la carte magnétique, il injuriait la porte et tous ses ancêtres. Les lapins n'étaient pas à plus d'un mètre quand la porte s'ouvrit et qu'ils purent passer. Ils furent aspergés d'un peu de sang quand elle se referma sur quelques lapins.
Grim partit d'un grand rire et s'appuya sur la porte qui venait de se refermer en leur sauvant la vie et ferma les yeux. C'était le bon moment.
– Mon fils a été agressé et est dans le coma. Je dois trouver un moyen de le mettre en sécurité, de le venger et de le réveiller. Allons y.
Il puisa dans toute la force de son petit corps et se mit à marcher. La nuit venait de tomber, ils avaient encore du chemin à faire.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 76
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Feel like living    Mar 1 Mar - 13:30

G
rim n'avait pas l'air d'accord avec Alia au sujet de son accent junkyen. Il minimisait la chose, arguant qu'elle le copiait juste un peu. Oh ! C'était quand même déjà terrible ! Pour qui allait-on la prendre si elle parlait comme ça à Modernis State ?
Et puis, elle lâcha un petit soupir d'exaspération. Elle, vivre dans un appartement ? Hors de question. Elle avait sa maison et elle ne comptait pas la quitter. Ohlala, et si des gens avaient vandalisé sa maison pendant son absence ? … Non, non, ça ne faisait même pas une semaine qu'elle avait déserté la ville des humains. Mais maintenant, elle allait un peu angoisser jusqu'à avoir inspecté chaque pièce, chaque recoin de son habitat. Et elle était aussi beaucoup plus pressée de rentrer chez elle, maintenant. Sans doute que Grim passerait quelques heures avec elle quand ils seraient arrivés, pour boire quelque chose de bon, éventuellement du sang. Elle ne se souvenait plus si elle avait encore des poches dans son buffet réfrigérant, à la cave. Elle ne les utilisait qu'en cas d'extrême nécessité. Et il se trouvait qu'un diamant ne suffirait pas à la contenter, surtout après tout ce qui lui était arrivé.

Quand Grim vit lui aussi que les lapins avaient des crocs, sa réaction fut immédiate. Il attrapa Alianora par le col de son pull, qui l'étrangla. Elle ne résista pas et recula précipitamment, jusqu'à se retrouver dos à un mur. Les lapins étaient hors de vue. Ils devaient être sauvés. Enfin, de quoi, elle l'ignorait. Même si ces bestiaux avaient des dents pointues, il était possible qu'ils ne soient pas plus dangereux que les lapins habituels de Modernis State. Si ?… Oh, ils étaient à la Cyber Junkyard après tout. Mieux valait être méfiant.
Ils reprirent leur route, Alia suivant Grim sans savoir dans quelle direction ils allaient. Au moins, elle n'entendait plus le « taptaptaptap » répété du groupe de lapins. Pourvu qu'ils arrivent bientôt à la porte, cependant, elle n'était pas plus rassurée que cela et enroula ses bras autour de son corps.

Après un petit moment, Grim jeta un coup d’œil par-dessus son épaule. Alia crut qu'il allait lui dire quelque chose, mais les traits de son visage s'étirèrent dans un affolement muet. Elle sentit sa main saisir ses doigts et se retrouva tirée en avant. Oh non ! Quoi encore ?
Tout en courant, elle regarda rapidement en arrière. Son visage devait être assez similaire à celui que Grim lui avait présenté juste un peu plus tôt et elle accéléra considérablement le rythme. Les lapins ne se baladaient plus avec les crocs à l'air. Leurs yeux rouges étaient injectés de sang et ils avaient maintenant une cible : eux. De la bave coulait de leurs gueules, projetée vers l'arrière de leur meute affamée.
Lorsqu'ils furent en vue de la porte, elle fut la première à l'atteindre. La peur lui donnait des ailes, en plus d'avoir un bon entraînement de voleuse pour la course. Son ventre et les paumes de ses mains heurtèrent durement l'acier dans un petit « BONG » et elle fixa Grim en se mordant fort la lèvre. Vite, vite, vite ! Mais qu'est-ce qu'il attendait ? Ce n'était pas la bonne carte ? Elle avait terriblement envie de lui arracher des mains pour le faire elle-même, mais ils n'avaient plus le temps. Si Grim ne réussissait pas au prochain essai, ils seraient foutus.
« Bip ! » Le voyant du boîtier électronique vira au jaune pisse et la porte coulissa pour les laisser passer. Alianora se faufila prestement dans l'ouverture dès que celle-ci fut assez large pour la laisser passer de côté et elle enfonça le gros bouton d'un rose presque blanc (il avait dû être rouge au début de sa vie) placé de ce côté de la Cyber Junkyard. Elle l'avait repéré à leur arrivée. Dans un Modernis bourré de fautes d'orthographe, un petit texte de travers indiquait qu'il s'agissait d'une fermeture d'urgence. Sans doute pour ce genre précis de situation.
Avant même que la porte ne soit complètement ouverte, elle fit demi-tour, juste à temps pour écraser deux lapins contre le mur. Leur sang gicla sur la figure d'Alianora, qui ferma brusquement les yeux en affichant une grimace dégoûtée. Quand elle les rouvrit, elle se fichait bien d'être sale. Avec un petit bond victorieux, elle s'écria à l'attention des cadavres :

« HA ! »

Grim était adossé à la porte, visiblement soulagé. Il était cependant loin de l'euphorie cruelle et morbide qui animait Alianora. Avec beaucoup d'émotions, il lui apprit la véritable raison de leur départ. La vampire se calma immédiatement, touchée d'entre Grim prononcer de tels mots. Elle porta la main contre son cœur. C'était tellement beau et inattendu ! Grim avait un fils ! Elle se demandait à quoi il pouvait ressembler. Immédiatement, elle s'imagina un petit garçon aux cheveux dorés et aux yeux vairons, avec un adorable petit nez et qui bougeait très nerveusement.

« Oh, bien sûr. Allons-y. »

Elle essuya une larme qui perlait au coin de son œil. Agresser un enfant, quelle horreur ! Comme elle n'imaginait pas Grim en père de famille et qu'il était parti de Modernis State pour plusieurs jours, elle se dit qu'il devait être gardé par sa mère. Le vampire devait être le genre de père à venir les week-ends et à se faire insulter par son ex-femme injustement. Elle avait souvent vu ça dans des shows télévisés.

« Si tu as besoin d'aide, tu pourras compter sur moi ! »

Après tout, il avait fait des pieds et des mains pour la guérir de l'Infection.

Ils marchèrent plusieurs heures dans le désert, sous le couvert de la nuit. Cependant, comme ils se rapprochaient de Modernis State, le soleil était de plus en plus proche, de plus en plus vite. Heureusement, avant que le ciel ne s'éclaircisse trop, il arrivèrent en vue d'un bâtiment allongé qui ressemblait à un restaurant. « RELAIS ROUTIER » était inscrit en grosses lettres d'acier sur la façade rouge vif. Ils devaient repeindre très souvent, songea la vampire. Au moins, c'était un signe que le restaurant était opérationnel.
Devant le bâtiment, il y avait une longue voiture décapotable à la peinture bleu clair très passée et une pompe à essence. Elle se demandait s'ils pourraient louer le véhicule. D'un autre côté, elle n'avait pas d'argent et se demandait si Grim avait de quoi, lui.

« On entre ? »
proposa-t-elle, hésitante. « Je ne serais pas contre un peu de sommeil et un verre. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Feel like living    Mar 1 Mar - 21:58





Les lapins carnivores s'aventuraient rarement dans le coin normalement. Ils restaient dans les quartiers résidentiels où il avait plein de petits enfants à bouffer et plein de frigos à piller. Soit ils avaient eu la plus grande malchance de leur vie, soit quelqu'un avait trouvé le moyen de les attirer hors de leurs terrains de jeux habituels. Enfin, ce n'était pas comme si c'était son problème de toute façon après tout. Il n'en avait carrément rien à foutre de cette ville quand il n'y habitait pas.
Il se demandait bien comment les lapins pouvaient vivre comme ça. Ils n'étaient apparemment guère plus d'une centaine quand ils avaient été fabriqués alors comment pouvaient-ils être aussi nombreux encore maintenant ? Peut-être qu'ils pouvaient vraiment se reproduire ? Oh putain ça donnait vraiment des frissons de penser à ça. Il aurait sa main à couper que la portée bouffait ses parents quand elle arrivait à l'âge adulte.
Il sourit doucement en faisant face au désert. Il ne comptait pas mettre quinze jours à arriver dans la ville du milieu alors il fallait commencer à avancer. Il avait vraiment, vraiment envie d'arriver avant que quiconque ait prit la place d'Allic ait le temps de finir Tony.
Finalement, même s'il aimait vivre à la Cyber Junkyard, son chez lui, la ville de son coeur restait Modernis. Bon, il était quand même très junkyen dans le sens où il était à moitié fou et où il portait toujours des fringues qui donnaient aux autres envie de le jeter à la poubelle – sauf quand il fallait être classer pour aller voler des trucs chez le président – mais il se sentait quand même mieux sous le soleil brûlant de modernis.
Enfin, il était un peu coincé dans cette double nationalité. Il était un modernis chez les junkyen et un junkyen chez les modernis. On lui avait même une fois fait remarqué qu'il avait l'accent caractéristique de la cité poubelle.
Il observa la lente révolution des étoiles au dessus d'eux. La chape du ciel semblait impénétrable et était d'un bleu si foncé qu'un humain aurait pu la croire noire. Et c'était franchement très beau. Il ne savait pas trop ce qu'il attendait de la vie mais tant qu'il pouvait voir ce spectacle au moins une fois par mois, il était heureux. Le mieux, c'était à Gothik City. Il y avait cette ambiance propre au fait de regarder les constellations.
Finalement, au moment où ils allaient se mettre en route, il regarda les endroits où le sang des lapins avaient maculé la poussière du désert. C'était un liquide aussi bleu que le ciel d'été en plein jour et il était absolument fasciné par cela. On aurait presque dit le liquide bleu qu'on versait en quantité monstrueuse sur les protections hygiéniques dans les pubs à la télé. Il n'avait heureusement jamais eu à s'occuper de ce genre de choses.
Ils se dirigèrent vers un tertre où poussait une sorte de buisson carbonisé par le soleil. Il savait parfaitement que c'était par là pour avoir fait le trajet des centaines de fois à pieds. Il n'aimait pas trop amener une voiture ou une moto à la Cyber Junkyard étant donné la forte probabilité qu'elle soit volée avant qu'il ne reparte et en prenait généralement une au relai routier qu'il rendait une fois arrivé à Modernis. En plus de ça, il ne savait pas vraiment conduire alors le faire dans une ville aussi dangereuse qu’imprévisible …
Il passa une main dans ses cheveux blond cendré en se disant qu'il était temps pour lui de changer de couleur de cheveux. Habituellement, il ne restait pas plus de trois mois avec la même couleur de cheveux mais il se trouvait qu'il n'avait pas eu le temps d'y penser ces derniers temps. Serait-il mieux de pencher pour un chocolat ou un brun caramel. Il s'efforçait de penser à ça parce que sinon il allait penser à Tony … Oh merde, voilà, il y pensait.
Sous la lumière des étoiles, il se rendit compte combien la jeune femme qui l'accompagnait avait la peau pâle. D'un blanc presque argenté. On voyait vraiment ceux qui avaient des origines nobles. Tout en elle sentait la perfection et Grim se sentit presque flatté d'être son ami avant que Chapelier ne lui dise qu'elle n'avait pas que se foutre de sa gueule et tirer parti de lui. Oh quel rabat joie celui-là !
Elle lui assura cependant qu'il pouvait compter sur elle et il sourit doucement en lui prenant la main. Wow, elle avait même les mains super douces putain ! Il ne s'attarda pas dessus et continua sa marche jusqu'à rencontrer le relais. Il avait l'air de moins en moins engageant au fur et à mesure des années mais Grim savait très bien que le personnel était sympa et que personne ne lui refuserait une bonne journée de sommeil. Et cette fois, surprise, ils venaient de faire repeindre.
Alia lui proposa d'entrer et il hocha la tête. Il sourit doucement quand il sentit la fraîcheur de l'endroit sur sa peau comparé à la chaleur dans le désert alors que le soleil commençait à se lever. Le barman lui fit un grand signe et ils se serrèrent la main, ils étaient de vieux amis. Ensuite, il lui demanda qui était la ''charmante créature'' qui l'accompagnait. Les présentations furent brèves mais chaleureuses et ils furent dans un lit confortable avant que le soleil ne soit levé.

A son réveil, le soleil venait de se coucher et Grim se sentait en pleine forme. Il descendit et commença à petit déjeuner sans Alianora qui le rattraperait bien vite. Merlock, le gérant, étant vêtu d'une grande tunique brune, munie d'un capuchon. Quel intérêt, il ne pleuvait jamais dans le désert. Il en était à son deuxième pancake quand son amie les rejoignit et sourit doucement.
– Merl' vient de me dire que sa voiture est en panne et qu'il n'en a plus d'autre mais apparemment il a deux montures à louer.  
Il désigna de sa fourchette deux chevaux qui étaient tenues par leur licou à une barre. Ils ne semblaient pas s'en formaliser et mangeaient leur foin sans sembler gênées.  
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 76
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Feel like living    Mar 1 Mar - 22:34

G
rim acquiesça et ils pénétrèrent dans le fameux « relais routier ». La bouche entrouverte, Alianora examina l'intérieur de la salle en papillonnant des yeux. C'était donc ça, un relais routier. Elle n'avait aucune véritable idée de ce que ça pouvait vouloir dire, mais en tout cas, ça avait tout l'air d'être une sorte de restaurant. Un homme décharné mais dynamique vint les saluer et son regard sur la vampire ne masquait rien de ses pensées. Il détailla ses longues jambes affinée par le cuir noir et s'arrêta un instant sur sa poitrine. Le pull qu'elle portait était pas mal élimé et il était facile de voir le haut en latex orange qui couvrait à grand peine son buste. Y voyant un bon moyen de s'attirer quelques avantages de la part du commerçant, elle joignit timidement ses doigts devant elle, le visage légèrement baissé, ses yeux grands ouverts et lui sourit en mimant une certaine réserve. S'il pensait qu'il l'impressionnait, ça lui allait bien.
Grim demanda une chambre et paya l'homme, après quoi, Alia lui fit un petit signe de la main qu'elle estimait trop mignon avec un sourire accordé, puis grimpa deux à deux les marches menant à l'étage. Ses semelles lourdement compensées faisaient trembler le bois vieilli.

Il n'y avait qu'un lit dans la chambre et il n'était pas spécialement grand. Peu importait, Alia avait confiance en Grim. Elle garda seulement son haut et sa petite culotte en dentelle rose nacré, puis s'installa sur le dos, les mains reposant l'une sur l'autre sous sa poitrine. Voilà, dans cette position, elle ne dérangerait pas Grim.

Lorsqu'elle se réveilla la première fois, elle était couché sur le vampire. Ou alors c'était lui qui était couché sur elle ? Le méli-mélo de leurs membres était trop confus. Quoiqu'il en soit, le soleil perçait encore à travers le fin rideau de la chambre. Elle rabattit la couverture sur leurs visages et se rendormit.

La seconde fois, elle était seule dans le lit. Après s'être rhabillée, Alia rejoignit Grim là où elle pensait qu'il serait. Bien qu'elle ait surtout besoin de sang, elle commanda la même chose que lui. Elle adorait le sucré et les pancakes faisaient partie de ses mets préférés. En attendant d'être servie, elle en piqua un dans l'assiette de Grim pendant que celui-ci regardait dehors. Il lui désigna deux montures qui paissaient à côté du relais et qu'elle n'avait pas remarqués la veille. C'était dommage qu'ils ne puissent pas prendre la voiture, elle n'avait jamais conduit. Elle s'y serait bien essayé, ça avait l'air amusant. Le problème à Modernis était que les risques d'accident étaient bien trop élevés, mais dans le désert…

« D'accord. Je sais chevaucher. »

C'était plutôt évident étant donné sa famille. Elle se souvenait encore des longues balades en forêt et des concours hippiques à l'extérieur de la ville. Il y avait même une coupe d'argent dans sa chambre. A Gothik City. Avec un petit pincement au cœur, elle se demanda si ses parents l'avaient jetée. Sans doute avaient-ils décidé de la renier totalement après son départ. Elle ne devait même plus avoir le titre de duchesse héritière.

Une petite heure plus tard, les deux vampires étaient prêts à partir. Alia se retrouva sans difficulté sur le dos de la bête. Non, elle n'avait rien oublié de la façon de monter un cheval. Elle lui caressa doucement l'encolure en attendant que Grim soit prêt lui aussi et donna une petite impulsion à sa monture.
Très vite, elle se rendit compte qu'il n'était pas aussi facile qu'elle l'avait pensé de se diriger dans le désert. La plaine craquelée était grande et il ne suffisait pas de suivre la chaîne de montagne dans une direction. L'étendue des lieux laissait beaucoup de place aux erreurs d'estimation.
Au bout d'un moment, inquiète, elle se tourna vers Grim.

« Tu es certain que nous sommes dans la bonne direction ? Il y a un moment que nous avançons, non ? »

En regardant de nouveau devant elle, Alia sursauta légèrement et se crispa sur son cheval, qui ralentit en piaffant. Droit devant eux, une énorme bête avançait. Lentement. Un bruit puissant lui vrilla les tympans et elle comprit que c'était la chose là-bas qui l'avait poussé. Mais qu'est-ce que c'était ? On aurait dit un animal, sauf qu'elle n'avait jamais vu d'animal aussi énorme.

Inexorablement, la bête se rapprochait. Alia ignorait totalement quelle attitude adopter et comptait sur Grim. Sauf que Grim était un Junkyen, pas un spécialiste du désert. Il ignorait peut-être lui aussi quoi faire. Un coup de feu retentit et une balle passa tout près de l'oreille d'Alia, lui brûlant quelques cheveux au passage. Enfin, un homme les héla.

« HEY VOUS LA-BAS ! »

Une horde d'humanoïdes courut dans leur direction, dépassant la grosse bête, qui avait une espèce de long tuyau à la place du nez. Ces gens possédaient toutes sortes d'armes, épées, fusils et lance-pierres mélangés. Leurs vêtements étaient bigarrés, de tous les styles possibles. Oh. Des Traders. Elle regrettait Merl' et son regard lubrique maintenant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Feel like living    Jeu 3 Mar - 16:24





Alianora lui prit un de ses pancakes, dégoulinant de sirop d'érable. C'était la seule façon dont il les aimait. De toute façon ce n'était pas comme s'il risquait d'avoir du diabète ou quelque chose comme ça. Bon, il aurait bien prit de la chantilly aussi mais apparemment Merlock n'en avait pas. Il avait expliqué à Grim que les temps étaient durs et qu'il y avait de moins en moins de gens qui passaient dans le coin. C'était un peu triste.
C'était sans doute pour cela qu'il n'avait que deux chevaux hongres à vendre. Grim prendrait bien entendu celui dont la patte antérieure droite avait été blessé récemment. Il ne savait pas pour Alianora mais il s'entendait terriblement bien avec les animaux. Son père lui avait dit une fois qu'il avait une espèce de fluide magique … Grim trouvait ça con mais en tout cas aucun animal ne l'avait jamais mit à terre.
Il avait prit de quoi se défendre au cas où il y aurait du grabuge. Il y avait ce pistolet qui pouvait facilement se ranger dans la poche de son grand manteau et une dague courbe au pommeau serti de rubis qu'il avait volé à Gothik City à la taille d'un noble qui paradait comme si c'était le jour de son anniversaire. Il avait juste suffi à Grim de lui rentrer dedans intentionnellement pour l'arracher de sa taille en le dévorant des yeux. Le mec n'avait rien remarqué.
En plus de pouvoir bien le défendre, la dague pourrait lui servir de monnaie d'échange en cas de problèmes. Elle était pendue à sa taille, fermement attachée à sa ceinture.
Ses bagages n'étaient pas très lourds. Il avait juste prit un petit sac qu'il pourrait attacher à la selle de son cheval. Dedans il avait mit quelques fringues propres – au cas où il aurait besoin de se changer – quelques babioles à vendre, quelques armes et son livre de poche. C'était l'histoire d'un illusionniste qui devait de l'argent à un vieux gros mafieux – Grim imaginait bien Allic dans ce rôle – et il était obligé de remplir des contrats pour lui. Et c'était beaucoup moins con que ça en avait l'air.
Souvent, on pensait qu'il n'était juste qu'un homme de main un peu débile et vicieux qui faisait ce qui lui plaisait. Mais il avait quand même un master en psychologie et son début de thèses était très prometteur.
Alianora lui affirma qu'elle savait chevauché et il lui répondit avec un ton moqueur qu'il n'en avait pas douté. Elle avait été noble après tout, c'était plus qu'évident qu'elle savait monter un cheval. Il se demandait si elle allait monter sur le côté comme il avait vu certaines femmes le faire à Gothik City ou si elle le ferait de façon normale. S'installer comme une dame de la cour pouvait présenter un risque s'ils devaient courir.
Rassuré, Grim remarqua que les derniers rais de lumière s'évanouissaient rapidement à travers les fenêtre poussiéreuses du relais. Ils pourraient bientôt se mettre en route, c'était une bonne chose. Il avait envie d'arriver à Modernis aussi vite que possible.
Quand ils eurent fini de manger, Grim se rendit dehors, étouffé par la chaleur de la fin de journée. Il vérifia que la bête allait bien avant de lui enlever l'attelle qu'elle avait comme lui avait indiqué Merlock. Sa patte semblait comme neuve et il passa ses mains dans sa crinière comme pour rassurer la bête. Finalement, à l'aide d'un petit marchepied, il monta sur le cheval et ils prirent la direction de Modernis State.
Ils suivirent les anciens rails puis un ru minuscule qui finissait sa course dans une crevasse. Finalement, Alianora commença à s'inquiéter mais il secoua la tête. Ils étaient dans la bonne direction, il avait juste fait un petit détour pour éviter une grotte où vivaient des ours depuis quelques années.
Et puis, il vit entendit un bruit qui figea son cheval sur place. Il y avait cette énorme masse mécanique. Cloué sur place, il ne put qu'écarquiller les yeux et ouvrir la bouche. Un coup de feu fusa et faillit toucher Alianora, passant juste à côté d'elle. Grim s'empara de son pistolet mais des dizaines d'autres coups fusèrent, les ratant tous. Okay, soit ils visaient très mal soit … Un énorme tremblement de terre le fit tomber de son cheval et il remarqua qu'un énorme ver géant gisait derrière lui. Un des traders se précipita pour l'aider à se relever et Grim souffla.
–  Faites 'tention bon dieu ! Ce genre de truc là t’avale en deux s'condes !
Une fois relevé et dépoussiéré, il s'assura qu'Alianora allait bien. Un beau mâle aux yeux bleus et à la peau mat s'occupait d'elle alors il se retourna vers son sauveur.
–  Euh okay merci, mate ! Je savais pas qu'il y avait ce genre de bonnes surprises dans le coin.
– C'est quoi vot'nom ?
– Je m'appelle Surda et elle c'est ma sœur, Liz. On va à Modernis State.
Il était devenu tellement naturel d'inventer des noms pour lui. Valait mieux ne jamais divulguer son véritable nom. Suite à ça, le chef de la troupe se présenta comme Risth les invita à partager leur repas – le ver apparemment – et leur annonça qu'ils pourraient se mettre en route avec eux juste après en montant sur un éléphant – sans doute était-ce ce truc mécanique – juste après. Heureusement, ils allaient au même endroit. Grim accepta bien entendu et s'approcha de la chose qui dirigea sa trompe vers lui. Okay. C'était vraiment trop cool.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 76
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Feel like living    Ven 4 Mar - 14:13

N
i elle, ni Grim ne répondirent à la voix de stentor qui leur vrillait les tympans. Immédiatement après, les Traders tirèrent plusieurs coups d'affilée et Alianora ferma étroitement les yeux, les mains sur la tête. Elle ignorait si elle allait mourir, mais elle allait souffrir. Et elle doutait aussi que son cheval s'en remette.
La pluie de feu cessa et elle osa soulever une paupière, raide comme un piquet. Elle ne sentait aucune douleur, est-ce que c'était bon signe ou le contraire ? Soudain, un tremblement de terre agita les chevaux, qui se cabrèrent. Habituée à monter, Alia réussit à rester sur sa selle, tandis que Grim s'effondrait à terre, moins chanceux.
L'homme qui les avait stoppés en premier lieu se précipita, une carabine fumante dans la main. Il se mit à engueuler Grim et elle suivit son index pointé en direction de quelque chose dans leurs dos. Se retournant sur sa selle, Alianora vit une énorme masse gluante et suintante d'un liquide blanc gésir sur le côté, morte. Elle frissonna violemment.

« Quelle horreur ! » s'exclama-t-elle avant de pouvoir se retenir.

« Tout va bien, mademoiselle ? »

La voix était douce et chantante malgré l'accent à couper au couteau du mec. Elle se retourna, intriguée, et sourit sans pouvoir se retenir. Quelle beauté à couper le souffle ! Heureusement, elle n'en avait pas vraiment et put immédiatement répondre :

« Tout va mieux, maintenant. »

Elle passa une jambe par-dessus la selle pour s'asseoir sur son cheval et laissa le beau mâle la soutenir pendant qu'elle se glissait à terre. Bien sûr, elle n'avait besoin d'aucune aide, mais elle n'allait pas laisser passer une occasion de toucher un peu plus le jeune homme. Il portait un vieux pull très rêche couleur sable, aux col et manches élimées et percé à de multiples endroit. D'après ce qu'elle pouvait voir, il était remarquablement bien foutu. Une barbe de trois jours mangeait ses joues et son menton anguleux, lui donnant un petit air sauvage très appréciable.

« Abe, » se présenta-t-il.

« Liz, » répondit Alia en répétant ce qu'avait dit Grim une seconde plus tôt.


Pendant le repas que les Traders partagèrent de bon cœur avec eux, Alia resta collée à Abe. Apparemment, ça ne plaisait pas beaucoup à de nombreuses autres filles du clan, ce qui ne faisait que rendre le garçon encore plus désirable. La viande de vers des sables s'avéra grumeleuse et gluante, aussi Alia décida de laisser les trois-quarts de son assiette aux autres. Abe s'en inquiéta immédiatement, arguant qu'elle devait se nourrir pour ne pas dépérir. Adorable !

« Ne t'en fais, je suis un vampire. Ca ne me nourrira pas. »

Elle lui sourit aimablement en espérant qu'il y avait d'autres vampires dans le gang et qu'elle ne se ferait pas attaquer. Mais au contraire, le visage d'Abe semblait reflétait une profonde admiration. Non, mieux même. De la vénération. Il se jeta à ses pieds, le visage sur le sol poussiéreux. Quelques secondes plus tard, tout le clan l'imitait.

« Mais… Vous savez, ça n'a rien d'exceptionnel. Grim aussi est un vampire. »

La moitié des gens vint ensuite se prosterner devant le petit blond. Ouah. Alia aimait bien être admirée, mais ça allait un peu loin tout ça. Cela dit, elle eut beau tout essayer, personne ne cessa de la traiter comme si elle venait de l'espace pour leur apporter la paix dans le monde.


Quelques heures plus tard, ils partaient en direction de Modernis State, à dos d'éléphant mécanique. Abel avait eu « l'honneur » de la faire jouir à trois reprises et elle en avait profité pour lui réclamer deux petits gâteaux surplombés d'une épaisse couche de glaçage rose avec des petites étoiles en sucre dessus. Apparemment, la pâtisserie était le dada du chef, Risth.
Elle rejoignit Grim qui était accoudé au garde-fou, à l'extérieur. Avant de lui parler, Alia jeta un coup d’œil en bas. Le sol désertique défilait doucement sous les pattes de la bestiole animée. On ne distinguait pas encore les reliefs de Modernis State et la vampire avait hâte d'arriver. Elle voulait retrouver sa vie. Et puis, elle se dit que Grim devait être encore plus pressé qu'elle. Après tout, il avait un enfant dans le coma.

« Tiens ! »
clama-t-elle en lui tendant un cupcake.

Elle grignota le glaçage en évitant de s'en mettre partout, puis lança sur un ton joyeux :

« Tu as eu le droit à quelques… Avantages ? »

Elle avait pu se taper Abe pendant trois heures. Elle se demandait si Grim avait participé à une orgie masculine ou s'il avait l'esprit trop préoccupé par ce qui l'attendait à Modernis State.
Elle avait pu aussi enfiler de nouveaux vêtements, qui seraient mieux perçus dans la ville des humains. Un débardeur imitation peau de reptile assez long pour couvrir son ventre, un jean un peu usé sur les fesses et des bottes en cuir recouvertes d'une peau toute douce marron foncé. Elle ne savait pas ce que c'était mais elle supposait qu'il s'agissait des restes d'un animal tué dans le désert.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mercenaire
Messages : 163
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 55
Ville de résidence : the Cyber Junkyard
Emploi : Voleur/assassin/tourneur fraiseur
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Feel like living    Dim 6 Mar - 16:24





Tout le monde avait l'air assez sympa finalement. Le chef – dont le rire était sérieusement contagieux – leur affirma que la viande de ver était bien sa préférée. Elle avait quelque chose de grumeleux que les autres n'avaient pas. Grim l'aida à découper une bonne part de la bête. Son sang était d'un blanc très pur et il sembla à Grim voir un organe qui était brillant. Quand le chef le trancha en deux, un liquide qui ressemblait et sentait exactement comme le Malbec se répandit sur sa main. Il préféra ne pas en informer son amie.
Ils étaient apparemment à un checkpoint de la randonnée perpétuelle de ce clan dans le désert et ils avaient eu de la chance de les croiser. Il se demandait bien si la bête les aurait vraiment bouffé.
Il jeta un regard au ver et décida que la lumière blême des étoiles rendait ça encore plus glauque. Il s'éloigna de la dépouille de l'insecte géant et se lava les mains à l'alcool que lui tendait son nouvel ami. C'était chaud et agréable. Il avait l'impression que le liquide courait sur sa peau au lieu de juste couler. Ca lui rappelait vaguement une langue humaine, chaude. En chassant de son esprit l'image de boucles d'un châtain-roux relevé se balançant dans le vent, il rejoignit les autres.
Une femme, très gracieuse et très mignonne le renseigna sur leur clan alors que le feu était allumé et qu'on allait rôtir une partie de la bête. Apparemment les Call-Han – c'était comme ça qu'ils s’appelaient et ce nom lui disait quelque chose même s'il doutait fortement d'avoir entendu parler de ces Traders avant – aimaient à vivre dans cette zone sans loi, loin de tout. Ils aimaient manger, circuler la nuit et s'amuser tout le temps.
Sa pâleur vira au blême quand elle lui affirma qu'ils avaient l'habitude de croiser ce type de créatures mais que ce n'était pas la plus grosse qu'ils avaient affronté. Okay, il ferait un peu plus gaffe la prochaine fois qu'il voyagerait de ville en ville. Il n'avait jamais pensé voir des choses plus énorme que ces gros chevaux à cornes mais apparemment il s'était bien planté.

Pendant le repas, il vit quelques filles s'en aller en pleurs. Il n'avait pas du tout raté combien Alianora s'était faite ronronnante et charmante avec Abe – c'était son nom d'après ce qu'il avait comprit – et combien les autres filles du clan avaient semblé la haïr. Abe était le fils du chef et apparemment il était l'héritier. Le charmer revenait à se donner une bonne place dans la hiérarchie du peuple. Et puis il était beau à en tomber.
La cuisine du chef était fade et sans grand intérêt mais la viande, grumeleuse et très forte, sut trouver une place dans le cœur de Grim. C'était assez bon et l'alcool qui allait avec était délicieux.
Seulement, Alianora ne partagea pas son goût pour la viande et révéla bien assez vite qu'elle ne mourrait pas d'inanition puisqu'elle était du genre à préférer le sang d'Abe à la viande de ver. Il prit une main sur la crosse de son arme, au cas où, mais personne ne réagit comme il l'attendait. Ils se mirent à s'agenouiller devant elle comme si elle était un genre de déesse. Il relâcha sa prise et les regarda faire, bouche bée.
Quand elle précisa qu'il en était un lui aussi, on vint se prosterner à ses pieds et il eut un petit mouvement de recul, surpris. Ces gens vénéraient les vampires ou quoi ?

Plus tard, Grim repoussa doucement Risth qui avait demandé avec déférence à lui faire un câlin. Grim avait bien essayé de baiser avec lui mais apparemment le chef pensait qu'il n'avait pas le droit d'avoir accès à un tel honneur. Un peu frustré, il avait bu avec lui, pas mal, puis avait dormi un peu sur ses genoux. Il avait fait un terrible cauchemar et avait fini par se lever. Tony devait juste tenir le coup …
Alianora le rejoint un peu plus tard alors qu'il regardait le sol terreux défiler sous les pattes de l'éléphant et il croqua dans son cupcakes à pleines dents. Oooh le cœur en gelée de framboise était trop bon ! Il sourit doucement à la question de sa 'sœur'.
– Pas autant que toi, sis'. Mais leur bière est bonne. Rieth m'a demandé si je connaissais une fille qui s’appelait Kimchi apparemment c'est une parente perdue à Gothik City. Sans doute qu'elle est morte mais bon, je regarderais quand même là bas au cas où.
L'animal lui vrilla de nouveau les oreilles une ou deux heures plus tard quand Modernis State fut en vue. Ils y arrivaient, enfin. Il serra un peu plus les mains de son amie, se serrant contre elle. Heureusement, l'auvent les protégeait du soleil.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Covered in Diamonds
Messages : 76
Date d'inscription : 19/07/2015
Age : 50
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Vendeuse/Voleuse
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Draggelin
Indice de badassitude: Patate de canapé
Statut marital: Liiiibre
MessageSujet: Re: Feel like living    Mer 9 Mar - 21:16

G
rim semblait un peu déçu des traitements de faveur qui lui avaient été accordés. Au moins, il avait eut le droit à de la bière et un délicieux cupcake ! Si la viande de vers avait été aussi sucrée, Alia ne se serait jamais trahie en tant que vampire. Et elle n'aurait jamais couché avec Abe, ce qui aurait été un gâchis complet. Sans savoir pourquoi, cette fois-là, elle s'était sentie assez en confiance pour dévoiler sa véritable nature, alors que cela faisait des années qu'elle s'acharnait à le cacher à Modernis State. Ca ne pouvait pas être le Malbec, cela faisait trop longtemps qu'elle en avait bu. Abe alors ? Ou Grim ? Son regard glissa sur l'autre vampire. Ils étaient vraiment devenus amis, non ? Elle avait rapidement jugé le blond comme un type à sex friends. Or, elle était à tomber et il était maintenant persuadée qu'il n'était pas seulement homo. C'était bizarre, elle n'avait pas plus envie de lui que ça. L'appellation de « sis' » lui semblait même plutôt juste et si elle avait été Junkyenne, elle aurait pu l'appeler « bro ». Oui, c'était agréable de se sentir aussi bien auprès d'un mec. Pas de stress. Pour la première fois de sa vie, elle ne se demandait pas s'il aimerait qu'elle le suce et avale alors qu'elle le côtoyait sur la longueur.

« Ce nom ne me dit rien, » répondit-elle après un instant de réflexion.

Kimchi, quel drôle de nom. Kimchi… Call-Han. Ces sonorités lui disaient vaguement quelque chose, mais elle avait beau fouiller sa mémoire, personne ne répondant à ce nom et sorti d'une bande de Traders ne lui revenait en tête.

Soudain, dans le soleil levant, elle reconnut les contours de Modernis State. Toute excitée, elle répondit à la pression des mains de Grim en l'imitant. Sur ses talons, elle sautilla un peu. Son corps était fatigué, épuisé de ses aventures et des trois dernières heures, mais elle aurait été bien incapable de dormir. Jamais elle n'aurait pensé être aussi joyeuse à la perspective de revoir sa maison, et pourtant. Ouh, qu'elle avait hâte de vérifier que tout était à sa place et de prendre un bon bain moussant ! Ensuite, elle enfilerait sa chemise de nuit la plus soyeuse, juste pour le plaisir d'enfiler un vêtement délicat, puis elle se coucherai. Bien sûr, tout cela se déroulerait après qu'elle ait passé un peu de temps avec Grim. Ou alors, ça ne le dérangerais peut-être pas de la laisser prendre son bain avant.

« Nous sommes presque arrivés ! »

C'était inutile bien sûr, Grim avait remarqué. Mais elle n'avait pas pu s'en empêcher. Elle devait extérioriser cette engouement d'une façon ou d'une autre.

« Tu viens à la maison, bien sûr ! »

Elle se souvint alors de la raison pour laquelle Grim voulait rentrer si vite. Son fils… Finalement, elle n'était pas sûre qu'il accepterait, bien qu'il devait être épuisé lui aussi. Ils avaient été très occupés toute la nuit. Alianora avait vraiment hâte que le vampire règle ses problèmes. Il était moins drôle quand il avait quelque chose d'ennuyeux en tête. Et puis, ça ne lui allait vraiment pas d'être aussi triste et silencieux. Elle croisait les doigts pour qu'il réussisse rapidement à retrouver son enfant.


Un peu plus tard, ils descendirent de l'éléphant. La machine s'était stoppée à deux kilomètres des portes, où les officiers humains chargés de monter la garde les fixait avec suspicion. Alia vérifia qu'elle avait bien sa fausse carte d'identité et s'avança en direction de la ville. Une capeline blanche protégeait sommairement ses yeux de l'éblouissement. Heureusement, elle avait repéré l'emplacement des portes avant de quitter l'abri du auvent.
Abe et d'autres Traders étaient descendus pour leur dire au revoir. Alianora échangea quelques banalités avec le jeune homme, qui avait de gros cernes sous les yeux, mais un sourire jovial sur les lèvres. Et puis, alors qu'elle s'apprêtait à tourner les talons, elle craqua et l'embrassa à pleine bouche, en se collant à lui.

Ils durent parlementer un peu une fois aux portes, mais finalement on les laissa entrer. Elle était reconnue officiellement comme une citoyenne après tout. Coup de chance, la machine qui servait à analyser le sang des arrivants était en panne.
De l'autre côté du grand mur d'enceinte, Alianora ne traîna pas. Il faisait grand jour et le soleil n'était même pas encore à son maximum. Ils empruntèrent les voies les plus ombragées jusqu'à la grande maison de la vampire.
Une fois à l'intérieur, elle conseilla à Grim de se mettre à l'aise et partit dans la cuisine préparer des verres d'alcool. Elle profita d'être momentanément seule pour regarder ce qu'Abe avait glissé dans le creux de sa main. C'était un pendentif, taillé en forme de cœur. De vrai cœur. Elle sourit. Il était en diamant.  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Feel like living    

Revenir en haut Aller en bas
 
Feel like living
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ever Living rule
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» Living crappily ever after • PV
» Rosemary > Can you make it feel like home ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-