Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 Apple and cinammon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Apple and cinammon    Jeu 28 Jan - 21:44


Apple and cinammon
❝I'm intoxicated with you ❞

Luscka von Hochen - Médecin comtal et militaire au sex-appeal indéniable - Déteste les humains - Infecté  

Résumé des épisodes précédents • Médecin le plus reconnu de Gothik City, Lu' a été infecté et a réussi à retenir la maladie à son premier stade. Après une entrevue chaotique avec le prince Elijah, il est plus troublé et confus que jamais.






Yvan von Dast - Prince noir, héritier du trône de Gothik City - Meilleur ami d'Yvan et élu homme le plus terrifiant du monde par GQ magazine trois siècles de suite.


❝ Scène 01 - Heart-Shaped Box❞

La jeune femme de l’accueil avaient la peau blanche comme la craie et les cheveux acajou triste. Elle avait sûrement été belle, il y avait longtemps, mais elle était défraîchie, comme une fleur qui aurait fané bien trop vite. Elle devait avoir quarante ans au maximum et elle avait l'air d'en avoir soixante de loin. Cependant, on remarquait rapidement que les dégâts de sa peau étaient causés par le maquillage, le manque de sang permanent et la drogue. Ses pupilles étaient si dilatées qu'il avait d'abord cru qu'elle avait les yeux noirs.
Elle portait une robe rouge moulante qui montrait bien ses seins et elle aurait presque été tentante pour un dîner. Luscka détestait tant les humains qu'il aurait pu se nourrir d'eux sans avoir aucune raison valable de le faire, sans aucune faim.
A cinq mètres de là, Riku lui faisait les yeux doux. Il savait bien qu'il allait le choisir, comme d'habitude. S'il s'imaginait qu'il était amoureux de lui ou quelque chose comme ça, il allait être déçu un jour. Luscka n'allait voir Riku que parce qu'il avait la même voix qu'Elijah ou presque. En tout cas, le jeune homme aux délicieuses boucles brunes était bien traité. Apparemment, plus les prostitués rapportaient de l'argent, plus ils étaient entretenus. Et Luscka venait souvent voir le petit vampire brun.
Il était un peu moins de six heures et le vampire avait la ferme intention de s'amuser un peu avec Riku avant de retourner chez lui et se coucher dans son lit froid. Seul. Il n'avait pas eu de nouvelles du prince depuis qu'il était retourné chez lui. Deux jours auparavant, il avait prit un verre avec sa bande d'amis – Yvan, le fils de Taesch Condé et un commerçant qui était très intéressant à étudier psychologiquement parlant – mais il n'avait rien osé lui demander au sujet d'Elijah, trop honteux.
Il donna son argent à la vieille fleur fanée et prit la main de Riku qui le conduisit au premier étage, dans une chambre parfumée à la cannelle. Luscka aimait bien cette chambre, elle lui rappelait Elijah. Luscka aimait quelque chose à propos de ces moments avec Riku : ils ne faisaient pas que coucher ensemble. Ils discutaient un peu et souvent, les préliminaires duraient plus longtemps que l'acte. Plus longtemps que la première fois qu'il le faisaient en tout cas.
Ces vingt quatre dernières années, Luscka et Riku avaient toujours respecté le même schéma pour commencer leur séance. Le prostitué lui bandait les yeux et s'asseyait sur ses genoux, dans un grand fauteuil, pour lui murmurer des mots doux. Quand Luscka arrivait à se persuader que c'était Elijah, ils pouvaient commencer les jeux sexuels.
La première fois que les deux amants s'étaient rencontrés, Riku n'avait que douze ans et il venait d'être acheté par la gérante de la maison close. Il l'avait supplié tellement fort de le prendre que le Duc avait finir par céder. Ils n'avaient rien fait mais ils avaient discuté longtemps. Après cela, Luscka avait toujours prit Riku mais ils n'avaient rien fait de concret avant les dix sept ans du prostitué. C'était agréable de parler à Riku et Luscka, même s'il ne l'aimait pas vraiment, se plaisait en sa présence.

Une petite demi-heure plus tard, Riku était entre ses jambes et Luscka avait la tête en arrière, extatique de désir. Il déglutit doucement quand le prostitué revint sur ses genoux, frottant son entrée au membre durci de Luscka, le faisant mordre dans une des fraises gelées enrobées de chocolat blanc qui avait été mise à leur disposition. Le déhanché de Riku aurait presque fait venir Luscka, s'il n'avait pas eu plusieurs siècles d'expérience sexuelle.
Un énorme BANG très caractéristique d'une porte que l'on claquait avec force le fit sursauter. Tout, ici, n'était que volupté et calme alors qui venait semer le chaos ici ? Une minute plus tard, alors que le prostitué léchait sa gorge et faisait passer ses crocs sur sa peau, quelqu'un frappa à la porte. Il demanda rapidement ce qu'il se passait et on lui répondit que le prince Yvan demandait à le voir. Yvan … Ah, ne comprenait-il pas qu'il avait besoin de détente de temps à autre ?
De frustration, le vampire retira son bandeau. L'illusion était brisée et il n'avait pas besoin de la moue désappointée du prostitué pour s'en rendre compte. Il se rhabilla et ordonna qu'on laisse entrer le prince. Celui-ci entra plus vite que Luscka ne l'avait prédit et Riku le salua respectueusement en sortant. Il ne voulait pas imaginer à quel point entendre un prostitué avoir l'exacte même voix que son frère pouvait être perturbant pour Yvan, aussi n'en parla-t-il pas.
“ Qu'est-ce qui t'amène dans ce lieu de débauche, Yvanov ? Je croyais que tu n'avais plus besoin de venir ici depuis que tu étais en couple. ”
Luscka savait bien que le prince et le conseiller du comte n'étaient pas en couple mais c'était tout comme et il aimait le taquiner à propos de cela. Le guerrier en face de lui était quelqu'un qui n'avait pas vraiment de nuances dans ses propos et Luscka aimait s'assurer qu'il ne tombe jamais amoureux de cet énergumène qui était le père de leur ami commun.
Il avait caché son entrejambe gonflé avec une peau de bête étalée sur ses genoux mais ses cheveux étaient toujours en bataille à cause des mains d'Elijah – NON, de Riku – qui s'y étaient engouffrés, il avait encore les lèvres rouges d'avoir été embrassées et un peu de chocolat au coin de celles-ci, qu'il s'empressa de lécher. Une bouteille de vin était débouchée et les deux verres étaient à moitié bu. Le bandeau rouge en soie qui était sur ses yeux quelques instants plus tôt gisait sur la petite table en verre à côté de Luscka. Un encens aphrodisiaque à la pomme et l'odeur de la cannelle continuaient d'embaumer la pièce et Luscka espérait que son ami ne serait pas long.


© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 83
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Apple and cinammon    Ven 29 Jan - 16:46

A
llongé sur le ventre, il goûtait les délices procurés par la langue de Taesch qui courait le long de sa colonne vertébrale. Le drap de soie transparente caressait délicatement la courbe de ses fesses, plus provocateur que pudique. Une délicate odeur de pomme très sucrée les enveloppait, Yvan ne sachant plus si elle émanait de Taesch lui-même. Arrivé au niveau de ses reins, le vieux vampire saisit la peau entre ses dents et mordilla doucement, arrachant un frisson extatique au prince.

« Tu devrais vraiment aller le voir
, dit soudain Taesch tout en se redressant.
-Qui ?
-Tu le sais bien. Ne tarde pas trop. Il pourrait être déjà trop tard. »

Après quoi, Taesch se glissa sous le drap, s'allongeant sur Yvan, qui sentit l'étroitesse de son intimité être forcée. Il s'entendit pousser des petits gémissements trop clairs à son goût, mais pour rien au monde il n'aurait arrêté son amant.


Un coassement lugubre et particulièrement sonore le réveilla en sursaut. A tel point qu'il se redressa en battant des bras et des jambes, s'emberlificotant dans le coton doux de ses draps. Oui, du coton. Blanc. Pas de la soie, encore moins transparente. S'asseyant sur le bord du lit, il plongea son visage dans sa main et se frotta le nez. Il détestait faire ces rêves érotiques et pas seulement parce que cela voulait dire que Taesch avait bien trop de pouvoir sur sa personne. Parfois, il ne savait plus s'il s'agissait d'un souvenir ou d'un songe et une fois ou deux, il s'était trahi en plein coït passionné, demandant à son amant de refaire certaines choses. Des choses poussées, brutales, qui avait, au début, laissé Taesch perplexe.
Au moins, songea Yvan, ces petites nouveautés semblaient lui plaire. Ce n'était pas comme si c'était une bonne chose de plaire à Taesch, mais il préférait cela à un regard choqué ou dégoûté de la part d'une personne qu'il jugeait extrêmement perverse et obsédée.

Au cours de la nuit, occupé à son travail et ses diverses actions sociales envers sa famille (il n'oubliait pas la mission que lui avait confiée sa mère), Yvan se souvint de ce qu'avait dit Taesch dans son rêve. Il devait aller le voir. Luscka, bien sûr. Deux jours plus tôt, il s'était promis de comprendre pourquoi il avait ce regard si sombre. Depuis, il avait manqué de temps pour voir son ami plus de quelques minutes et avait manqué à son devoir envers le Duc. De toute évidence, son inconscient s'inquiétait considérablement à son sujet. Il se jura de lui rendre visite dès qu'il en aurait terminé avec son travail.

A six heures du matin, alors que le ciel était déjà clair, Yvan termina la paperasse obligatoire avec un soupir de soulagement. En dehors de son bureau de la caserne, les couloirs étaient vides, tout comme les terrains d'entraînement. Seules quelques malchanceuses sentinelles luttaient contre le sommeil. Yvan lui-même bailla longuement en se dirigeant vers les portes. Alors qu'il prenait la direction du château en songeant déjà avec quel plaisir il allait retrouver son lit, il se souvint de sa promesse. Mais Luscka devait dormir maintenant, ça attendrait sûrement le lendemain. … Non. On ne savait jamais. S'il arrivait quelque chose à son ami d'ici à demain soir, il ne se le pardonnerait jamais.


Yvan sortit du manoir quelques minutes seulement après y avoir été introduit par un majordome légèrement ensommeillé. Alfred lui avait appris que son maître n'était pas encore rentré de son expédition nocturne, mais il ne précisa pas où Luscka avait pu se rendre. Yvan ne mit pas longtemps à le deviner toutefois. A cette heure-ci, soit Luscka gisait mort dans une rue – ce qui était très peu probable – soit il traînait encore chez les prostitués. Epuisé mais buté, Yvan se renfrogna et remonta le col haut de son grand manteau de cuir noir sur ses joues, prenant à présent la direction de Mediocris.

On tenta bien de l'empêcher d'entrer dans la maison close qu'il savait être la préférée de son ami, mais le nom d'Yvan réussit à faire trembler assez fort pour qu'on lui permette une visite exceptionnelle à cette heure incongrue. Effectivement, au petit matin, les clients avaient tendance à quitter l'endroit, pas à y entrer. Le prince ignora superbement les pauvres créatures à moitié nues qu'on voulut lui refourguer et emprunta l'escalier menant au chambre (ainsi qu'il le supposait puisqu'il avait vu quelques clients le descendre). Cette fois, la résistance fut plus importante. Yvan dut jouer de sa force phénoménale pour repousser la patronne et entrer dans l'aile réservée aux payeurs. Il lui referma violemment la porte au nez et s'avança à grands pas dans le couloir. Il devait retrouver Luscka avant qu'on ne l'arrête. Ce fut assez évident : une paire d'hommes légèrement armés patientait devant une porte.

« Je souhaite voir Luscka von Hochen, de la part du prince Yvan von Dast. Ouvrez. »

Si on ne lui permit pas d'entrer en grand fracas, l'un des hommes toqua immédiatement à la porte pour l'annoncer. Evidemment, Luscka l'invita peu de temps après et Yvan jeta un regard féroce et victorieux à la patronne de la maison, parvenue à ses côtés. La porte s'ouvrit non pas sur son ami, mais sur un prostitué qui le salua rapidement avant de filer. Yvan le regarda quelques secondes, troublé par le timbre de sa voix. Avec un peu d'imagination on aurait presque dit celle de… Non, ce devait être un pur hasard. Cette pensée remua un souvenir, mais il n'avait pas le temps pour ça, alors il le laissa de côté, se disant que si c'était quelque chose d'important, il lui reviendrait bien plus tard.

Quand il entra dans la chambre, une odeur douce et sucrée assaillit ses narines. Il détestait ce genre de doux parfum, mais ne fit aucun commentaire. Après tout, il interrompait déjà son ami dans quelque chose qu'il ne voulait surtout pas s'imaginer… Trop tard.
Le lit était encore fait et Luscka était assis dans un grand fauteuil qui se prêtait facilement à quelques acrobaties en duo. Une peau de bête recouvrait ses cuisses et Yvan essaya de repousser les images qui l'assaillaient. Il retira son manteau pendant que Luscka trouvait de bon goût de faire un mot d'esprit – alors même qu'il avait la chemise ouverte et la chevelure en désordre, quel culot – et le jeta sur le lit. Il portait une simple tunique de soie noire très opaque et un pantalon de cuir foncé, recouvert jusqu'aux genoux de bottes à lacets. Yvan se plaça à quelques pas de Luscka, parallèlement à la porte, et croisa les bras.

« Pour ta gouverne, je viens pour te rendre service. »

Le ton de sa voix était très froid et sec. Il était fatigué et n'avait aucune envie d'être là. Il n'admettrait pas les plaisanteries de Luscka alors qu'il s'inquiétait pour lui.

« Dis-moi ce qui ne va pas depuis quelques jours. »

Il remarqua alors le bandeau échoué sur la petite table à côté de Luscka et écarquilla les yeux. Son regard outré remonta sur le visage de l'autre vampire et il ouvrit la bouche, scandalisé. Il se passa cependant quelques secondes avant qu'il puisse prononcé un son.

« Attends une minute, ce n'était pas du tout un hasard, n'est-ce pas ! Tu as choisi cette putain sciemment ! Tu veux te taper mon frère ?! »

Le souvenir surgit dans son esprit comme s'il avait repoussé un drap opaque qui le masquait. Il se remémorait Luscka, plusieurs centaines d'années plus tôt  - combien exactement il n'aurait pu le dire, mais plusieurs – qui lui demandait la permission de courtiser son petit frère.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Apple and cinammon    Sam 30 Jan - 22:17


❝ Scène 02-I'm so lonesome I could cry ❞




Le petit hameau des maisons closes était assez fermé finalement. On n'y rentrait pas par hasard et on pouvait difficilement se laisser porter ici. Les grandes lanternes rouges éclairaient parfaitement les porte colorées et les enseignes des maisons closes. On pouvait difficilement croire à une chocolaterie quand on voyait les noms des bâtiments. Pourtant, c'était l'excuse que bien des hommes utilisaient quand ils se faisaient surprendre ici. Luscka était bien trop digne pour cela. Il n'avait rien à cacher.
En venant ici, il avait croisé un garçon potelé qui devait certainement être une récente acquisition d'une des maisons closes. Il essayait d'attirer les clients avec des mots qu'à son âge il n'aurait même pas dû connaître. Luscka aurait sans doute eu grande pitié de lui s'il ne sentait pas l'humain à cent mètres à la ronde. Il s'était toujours estimé heureux d'être noble et riche, pour ne jamais avoir eu à finir comme cela.
Il avait aussi croisé un négociant en cuivre qu'il connaissait bien pour être son fournisseur de bassines stérilisantes. L'homme avait semblé gêné mais Luscka l'avait tranquillisé d'un sourire calme et d'un signe de la tête. Il n'était absolument pas intéressé par le fait de descendre les honnêtes vampires de cette ville. Il était juste venu se soulager après tout, ce n'était pas si honteux.
Avec un soupir un peu forcé, il regarda Yvan. Il était aussi crevé que lui. Pourquoi ne laissait-il pas tout simplement tomber ? Luscka n'avait pas besoin de parler, de raviver la flamme de ses souvenirs. Et surtout pas dans son lieu de villégiature préféré. Il avait besoin d'oublier, aussi vite que possible.
Bien sûr, s'il avait pu, il aurait aimé juste chevaucher dans la forêt, seul, comme il le faisait de temps à autres. Mais, depuis l'infection, l'accès aux terres verdoyantes était réservée à la famille Comtale afin d'éviter que des infectés puissent s'y cacher. Il n'avait pas cherché à obtenir une autorisation spéciale de la part du Comte, grâce à ses relations. Il avait son honneur et ne voulait pas devoir un service à Yvan pour si peu.
Alors que les nuages rosés du matin s'affadissaient pour laisser passer la lumière ténue du soleil de la saison des pluie, Luscka commença à se sentir fatigué. Il espérait ne pas en avoir pour longtemps. Il avait déjà perdu la moitié de son excitation et parler avec Yvan finirait complètement de le faire débander. Il ne voulait pas rentrer chez lui frustré mais il savait qu'il ne pourrait plus rien faire avec Riku ce soir.
Cette semaine, il avait été très occupé. Il avait d'abord essayé de comprendre pourquoi son coeur battait et pourquoi son sang était désormais chaud. Non, pas exactement chaud, mais agréablement tiède néanmoins. Avec un peu de recul, il avait eu une révélation : la maladie n'avait pas pour but de tuer, mais de rendre différent. Pas un humain, un vampire ou un hybride, quelque chose de plus … uni. Quelque chose entre les trois. Son coeur battait mais il continuait de consommer du sang. Les aliments des humains semblaient avoir plus de goût mais ils étaient toujours un peu fade.
Il songea, son coeur se serrant, qu'il ne verrait sans doute pas Elijah aux Fêtes du Solstice. La famille comtale avait pour habitude d'organiser de grandes réceptions à cette occasion et Luscka y était toujours convié. Il avait réussi à y danser une ou deux fois avec Elijah et espérait recommencer cette année mais de toute évidence, ses chances étaient parties en fumée quand il avait repoussé Elijah. Quel idiot, il n'aurait jamais dû penser comme cela. Il savait qu'il n'y avait aucune chance de répandre la maladie …
Son ami lui annonça qu'il venait pour lui rendre service et Luscka fronça les sourcils. Que voulait-il dire par là ? Il se doutait que c'était quelque chose d'important puisqu'Yvan était venu le voir à une heure si tardive mais il s'attendait à devoir lui rendre service, pas le contraire. Bien sûr, Yvan et lui étaient amis, très proches, et Yvan s'inquiétait toujours de lui mais le voir si dévoué lui faisait toujours l'impression d'être un poids.
Quand Yvan lui demanda ce qui n'allait pas, Luscka essaya pour la deux mille cent quatre-vingt et unième fois en dix jours de ne pas penser au regard blessé d'Elijah, aux larmes au coin de ses yeux. Il repoussa cette pensée quelque part dans un coin de sa tête et se concentra plutôt sur sa … métamorphose. Elle était son premier problème en ce qui concernait les choses urgentes. Et il ne voulait pas parler de ses problèmes de coeur à Yvan.
Il n'eut pas le temps de parler qu'Yvan sembla percuter quelque chose. Et puis, il lui reprocha de vouloir se ''taper son frère''. Luscka soupira et lui fit signe de s'asseoir et de se rapprocher. Une autre chaise, identique à la sienne, était mise à disposition près du lit.
“ Je te rappelle que tu m'as autorisé à le courtiser il y a plus de cinq siècles, il est trop tard pour reprendre ta parole. Et mes … problèmes n'ont aucun lien avec lui. ”

Menteur. Il se savait être un menteur, envers son meilleur ami, son frère de sang, mais il ne pouvait rien lui dire. Il ne doutait pas que les valeurs familiales d'Yvan l'emporteraient sur leur amitié et qu'il prendrait la défense de son petit frère. Elijah devait le détester à présent. On les interrompit poliment pour leur apporter deux piñacoladas, cadeau de la maison, avant de les laisser. Il défit un peu plus son col et prit la main d'Yvan, la portant à son cou, sur sa veine la plus palpitante. Ensuite, il attrapa son verre et en but une gorgée. Hm, pas mauvais.
“ Tu sens ? Mon coeur bat depuis plus d'une semaine et je ne suis pas mort. Je suis un peu plus humain, entre les deux races. Mais je n'ai pas non plus les caractéristiques d'un hybride. La maladie me change, Yvanov. ”

Il plongea regard dans son verre, comme pour éviter de regarder son ami. Déglutissant, il reprit la parole, ses yeux inquiets se reflétant dans l'alcool, la voix tremblante.
“ J'ai peur, Yvan. Je commence à croire que ce n'est pas la mort qui sonnera ma faim mais possiblement ma transformation en … monstre. ”

Bien sûr, il avait peur de devenir horrible, mais surtout, il avait peur de faire du mal à ses proches. Il avait peur qu'Yvan ne soit pas à la hauteur pour le tuer le moment venu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 83
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Apple and cinammon    Dim 31 Jan - 13:27

Y
van était en rogne et, comme d'habitude, Luscka sembla à peine s'en soucier. C'était sans doute la raison pour laquelle ils étaient plus que de simples amis. Luscka savait tempérer l'humeur du prince. Il l'invita après un simple soupir à prendre place près de lui. Yvan saisit le dossier de la chaise qui lui était proposée et la posa violemment plus près de son ami. Il s'assit ensuite sans se départir de son regard assassin.
La défense de Luscka le scandalisa. Il ne s'en souvenait même pas !

« Et bien tu en mets du temps,
ripostait Yvan, car cela m'était sorti de la tête ! Je ne sais pas ce qui m'a pris à cet instant, car jamais je n'aurais dû t'autoriser à entreprendre une telle chose ! Luscka, te rends-tu compte que… ? »

La porte s'ouvrit, laissant passer un jeune homme trop peu vêtu qu'Yvan ne manqua pas de fusiller de ses yeux violets. Il portait deux verres, un pour chacun. Si le prince saisit le sien, ce fut sans gratitude. Dès que la porte se referma, il reporta son attention sur Luscka, la bouche ouverte. Mais son ami saisit sa main. Interloqué, Yvan referma la bouche et le regarda sans comprendre. Luscka amena ses doigts contre sa gorge et le sang du prince se glaça. Sa première pensée fut : « Non, il est humain ! » puis il se rendit compte à quel point cette idée était ridicule. Luscka lui fournit des explications, qui n'améliorèrent pas du tout l'humour d'Yvan. Une créature qui ressemblait à un humain ? C'était affreux ! En cet instant, il avait surtout pitié de Luscka. Que devait-il ressentir ? Pourvu qu'il n'ait pas envie de se suicider ! En tout cas, c'est ce qu'Yvan aurait tenté dans son cas.
Tendu à l'extrême, Yvan ne parvint pas à prononcer quoi que ce soit avant que Luscka ne parle de monstre. Puis, il soupira. Il avait ne pas être quelqu'un de sentimental, il avait le sens du devoir. Luscka était son ami, il se devait de le rassurer. Que ferait Ulrick à sa place ? Oooh, Ulrick !!!
Il lui était d'autant plus difficile de réfléchir avec cette odeur de pomme qui flottait dans l'air. Tentatrice, elle influait ses pensées en direction de son récent rêve érotique. La voix et le souvenir des caresses de Taesch l'obsédait, au point qu'une légère chaleur commençait à fleurir au niveau de son bas-ventre. Heureusement qu'il n'existait pas de prostitué avec la voix du vieux vampire dans les parages. D'un autre côté, il n'avait pas besoin de ça, puisque son « amant » prenait un malin plaisir à venir le harceler jusque dans ses appartements. Au moins, aujourd'hui, il était certain de passer la nuit seul. Une bonne chose qui le laissa pourtant un peu triste.

Après s'être raclé la gorge, Yvan entama son discours d'amitié.

« Luscka, tu ne seras pas un monstre. Je suppose que ce cœur qui bat n'est qu'un petit effet secondaire. Tu restes un vampire. Bientôt, tu trouveras un remède et ce battement ne sera plus qu'un mauvais souvenir. Les recherches de Lucie t'ont-elles été utiles ? »

Il espérait avoir bien joué son rôle. Pendant que Luscka se reprenait, il but son verre, entièrement. Cela avait un goût horrible et maintenant, il avait juste envie de sang.

« Luscka, ajouta-t-il ensuite en fronçant les sourcils un peu plus que d'habitude, je sais qu'il ne s'agit pas de ta préoccupation principale, mais je dois te mettre en garde. Mon frère te fera du mal. Cette idée que tu as de t'enticher de lui est plus stupide encore que celle que nous avons eu quand nous avons essayé de coucher ensemble. Il te prendra, t'utilisera puis te jettera comme une vieille paire de culottes en coton ! Tu ne veux pas de ça. Alors arrête immédiatement avec cette catin, sinon je la tue et le sevrage sera beaucoup plus difficile. »

Il était véritablement prêt à le faire. Son ami était déjà en si piteux état, il n'avait pas besoin qu'Ulrick s'en mêle en lui brisant le cœur. Si cela arrivait au médecin, Yvan ne donnerait pas cher de sa vie. Sans doute qu'il se laisserait complètement bouffer par l'infection et il serait ensuite de la responsabilité du prince de mettre fin à ses jours. Car il ne laisserait personne d'autre tuer Luscka, aussi douloureux que ce geste puisse être.
Oui, il était persuadé que Luscka était profondément amoureux. Cela faisait un demi-millénaire et il se tapait une pute qui avait sa voix. S'il s'était simplement entiché, il ne se torturerait pas ainsi avec de vaines illusions.

Son regard erra sur le cou de Luscka, puis suivit sa veine jusque sur son torse, à l'endroit de son cœur. Il battait… C'était affreux et surtout, incroyable.

« Tu devrais parler de cela avec Elijah, dit soudain Yvan en désignant la gorge du vampire à l'aide de son verre vide. Il pourra peut-être obtenir l'aide d'un démon pour… Arranger ça. Ce n'est pas comme si tu en avais besoin, n'est-ce pas ? »

Yvan se promit aussi d'étudier la magie noire. Il n'aimait pas beaucoup cette pratique, mais il était doué en la matière. Il aurait été dommage de ne pas en profiter.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Apple and cinammon    Dim 31 Jan - 14:32


❝ Scène 03 - I got him under my skin ❞




Cette grande maison close appartenait à la plus vieille vampire des bas quartiers que Luscka connaisse. C'était une femme délicieuse qui répondait au nom sucré d'Hina et qui était apparemment issue d'une bourgeoisie assez modeste. Elle s'était lancée seule dans cette entreprise et c'était de toute évidence un succès puisqu'elle avait le double des clients de certaines autres maisons très réputées. On ne pouvait y rentrer que sur invitation, cependant.
Il avait été invité lui-même par un de ses oncles alors qu'il était en douzième classe d'infanterie. Il n'avait que vingt-cinq ans alors et n'y était pas retourné avant d'en avoir au moins cinq cent. Après un demi-millénaire, les travers semblaient moins honteux et moins importants.
Les mots d'Yvan lui tournaient la tête et Luscka essaya de les ignorer. Oui, il mettait du temps, mais c'était son choix non ? Longtemps, il avait essayé d'oublier Elijah, se disant qu'il était inaccessible. Un peu troublé, il avait tenté sa chance pendant presque trois ans avec une professeure de maintien pour jeunes filles. Elle était douce et avait tout pour plaire. Mais dès qu'Elijah le saluait, il oubliait tout de son existence. Il avait fini par rompre pour lui empêcher de souffrir d'un amour à sens unique. Elle ne l'avait pas très bien prit.
Trois mois auparavant, les choses s'étaient empirées quand il avait été contaminé. Le coeur serré, il avait été obligé de se restreindre. La pensée de ne plus jamais pouvoir toucher qui que ce soit était la pire au monde. Ses pensées ne cessaient de se tourner vers Elijah. Malgré ses craintes, il avait réussi à isoler la maladie dans son avant bras, toujours bandé pour cacher la morsure toujours présente et les veines noircies autour. On aurait presque dit un tatouage, étant donné qu'elles n'avaient pas eu le temps de gonfler et cela aurait presque pu être beau si cela n'avait pas été aussi dangereux.
Comme une mélodie qui se répétait sans cesse, son battement de cœur battit toujours à ses oreilles. Il avait finir par s'y habituer. Il avait remarqué que tous les dix battements, son coeur laissait place à un silence de mort pendant un petit instant. Cet instant ne cessait, de jours en jours, de devenir de plus en plus court. Bientôt, il n'y aurait plus de pause et Luscka était terrifié par ce qu'il se passerait quand cela arriverait.
Il savait bien qu'il aurait dû en référer à quelqu'un. Comme Elijah ou le Dr Ferguson avec qui il avait l'habitude de travailler sur les champs de bataille. Mais il ne pouvait pas révéler ce secret sans se mettre dans une situation horriblement compromettante.
Le vampire soupira quand il se rendit compte à quel point il devait avoir l'air ridicule auprès de son meilleur ami. Avec son amour interdit et ses peurs ridicules, il était de moins en moins digne de l'amitié de son plus tendre camarade. Il ne pouvait se résoudre à agir comme si de rien n'était cependant. Il ne le pouvait pas tout simplement parce que l'heure était plus grave que jamais. S'il venait à mourir …
Quand Yvan le rassura et lui demanda des nouvelles de ses recherches, sa voix sonnait comme une allumette que l'on serait en train de craquer. Il semblait sur le point de quelque chose mais Luscka ne pouvait pas déterminer s'il était désolé ou terriblement inquiet. Peut-être un mélange des deux.
“ Oui, ce que ta sœur m'a rapporté m'a été grandement utile. Cela n'a cependant fait que confirmer ce dont je me doutais : la maladie ne cherche pas à tuer mais à faire évoluer les vampires et les humain vers quelque chose de … supérieur. Cependant, elle est un peu trop violente. ”

Et puis, Yvan gouta le cocktail et fit une moue de dégoût. Avec un petit rire, Luscka accueillit sa mise en garde. Il valait mieux rire que pleurer.
“ Je pense que tu te fais des illusions sur la façon dont il agit avec ses amants. J'ignore même s'il a déjà eu une histoire sérieuse. De toute façon, je ne me fais pas d'illusion, je suis loin d'être assez bien pour lui et je ne pense pas qu'un jour il ait pu me considérer comme cela. Je … Je suis un Infecté maintenant, en plus d'être un militaire raté et un objet de moqueries à la Cour. Et ne mêles pas un simple prostitué à cela, il ne mérite pas tes attentions. ”

Il prit une gorgée de son verre, vite fini, et regarda son ami, posant sa main sur la sienne. Il devait le dire puisqu'Yvan l'avait lancé sur ce terrain là.
“ Et si je dois prendre en compte tes mises en garde, j'aimerais que tu prennes en compte les miennes. Tu dois arrêter de le laisser jouer avec toi. A l'instant où tu mimeras l'indifférence, il se trouvera une autre proie. Je veux juste éviter que tu ne souffres trop. ”

Mais bien sûr, Yvan devait remettre Elijah sur le tapis. Il se leva sèchement et se dirigea vers la fenêtre. Il n'était plus du tout excité et laissa la peau de bête tomber par terre sur son chemin. La vie était vraiment magnifique de la chambre cent-dix neuf. Il pouvait voir le bas de son manoir et l'entrée du château. Il posa ses doigts désormais tièdes sur la vite et soupira, embuant le verre.
“ Je ne pense pas pouvoir faire face à Elijah après ce qui s'est passé entre nous. Je ne voudrais pour rien au monde mettre ton frère en danger pour une affaire qui n'est que la mienne. Et puis tu te contredis, tu me dis de l'éviter et ensuite d'aller le voir ! Qu'est-ce que tu veux à la fin, Yvanov? ”

Il était peut-être un peu énervé mais il ne pouvait pas avoir l'air vraiment fâché contre son meilleur ami.
En bas, dans la rue, il nota que l'Archêveque du temple sataniste venait de sortir d'une maison close réputée pour ses prostitués d'un jeune âge. Généralement, ils étaient vendus vers vingt ans à une autre maison du quartier chaud. Il supposait que quitte à être un représentant du mal, l'homme de Satan avait décidé d'être le plus ignoble possible.
Les larmes aux yeux, le Duc se rendit compte qu'il avait toujours voulu des enfants. Les adopter peut-être, les élever et leur apprendre leurs valeurs. Mais maintenant, ce ne serait plus jamais possible. La tête contre la vitre glacée, il se rendit compte que le soleil était à présent à la moitié de son lever. Il ne tarderait pas à faire jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 83
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Apple and cinammon    Dim 31 Jan - 15:44

L
es révélations de Luscka laissèrent Yvan perplexe un petit instant. Une évolution ? Comment pouvait-il s'agir d'une amélioration ? De toute évidence, c'était plutôt une dégradation. Quitter un état vampirique pour devenir plus humain et donc plus faible, c'était honteux, terrible. Si les vampires devenaient plus forts et plus intelligents, peut-être avec des armes intégrées au corps ou d'immenses ailes, pourquoi pas ? Mais un cœur battant ? Franchement, quel intérêt ?

« Il y a beaucoup de ratés dans ce cas, » rétorqua Yvan, de mauvaise humeur.

Alors qu'ils parlaient du frère que le médecin aimait, Luscka chercha à contredire Yvan. C'était ridicule, il était son frère aîné, peu de personnes pouvaient prétendre le connaître mieux que lui ! Et s'il croyait réellement ce qu'il était en train de dire, alors le vampire se faisait de sérieuses illusions au sujet d'Ulrick von Dast, le plus grand débauché que la City ait fait naître. Si, il avait raison sur un point : Ulrick n'avait probablement jamais eu d'histoire sérieuse. Même sa fiancée n'était qu'un objet d'exposition qu'il baladait fièrement à la cour. Une chose horrible et pâle, avec deux énormes excroissances de poitrine, le plus souvent bien dégagées, qui dégoûtaient toujours Yvan lorsqu'il avait la malchance de poser les yeux dessus. Le prince faisait toujours des efforts monstrueux pour éviter cette femme, car inexorablement, son regard était attiré par ce mouvement vertical, comme pour lui signaler un danger. Dans ses pires cauchemars, ces deux choses ignobles l'avalaient tout entier et quand il avait complètement disparu, il se réveillait, terrifié. Si elle mourait, il ne la regretterait pas. Il en serait même considérablement soulagé.
Le plus difficile à entendre, pour Yvan, fut le lot de défauts que Luscka se trouva. Le prince avait envie de lui hurler qu'il avait tort et qu'il restait un excellent parti. En fait, il aurait aimé que son ami s'unisse à sa petite sœur, au moins il aurait été certain qu'elle soit entre de bonnes mains. Ce qui le retenait de proposer cette option à Lu' était la perspective que sa sœur lui fasse plus de mal que de bien. Après tout, si elle le voulait, elle était capable d'engendrer beaucoup de souffrances. Si seulement ces deux là avaient pu s'aimer comme Luscka aimait Ulrick de son affection insensée…

Lorsque le flot de jérémiades de Luscka se tarit enfin, Yvan était en colère. Entre ses dents, il marmonna :

« Tu n'as qu'à l'épouser puisque tu sembles tellement tenir à lui... »

Protéger un prostitué, vraiment ! C'était sans doute pire encore que de vouloir s'unir à son plus jeune frère.
Lu' n'avait pas fini de jouer avec ses nerfs, heureusement la main apaisante qu'il posa sur celle d'Yvan empêcha ce dernier d'être furieux. « Il ». Inutile de préciser de qui il s'agissait. Taesch, bien sûr. Mais Yvan refusait d'avouer quoi que ce soit. Il n'y tenait pas, à ce type. Et il ne comptait pas le laisser continuer à jouer avec lui. D'ailleurs, c'était terminé. Plus jamais il ne l'accepterait près de lui. Ses petits problèmes de rêve devraient ensuite se résoudre par eux-mêmes.

« Je ne pense pas à lui, ne t'en fais pas, grommela-t-il en détournant le regard et en croisant étroitement les bras. D'ailleurs, cela fait une éternité qu'il ne m'a pas rendu visite. Je lui ai bien fait comprendre qu'il n'avait pas intérêt à traîner de nouveau dans les parages. »

Il mentait à Luscka. Son cas devait être grave. Il fallait qu'il résolve le problème, rapidement. Parce que rien qu'en cet instant, avec l'odeur qui planait dans la pièce et malgré sa fatigue, un désir ardent réchauffait l'intérieur de son corps et stimulait tout ce qui était entre ses jambes. Tout. Même ce que cet imbécile se plaisait à visiter à chaque fois avec sa… Oh, il devait sortir d'ici !

Ce fut avec un certain soulagement qu'Yvan vit Luscka se lever pour lui tourner le dos. Au moins, il n'avait pas peur de se trahir devant lui. Puis, le ton monta. Le prince fronça les sourcils plus profondément, perturbé. De quoi parlait-il ? Certes, il était dangereux de révéler à Elijah ce qui affectait Luscka mais si c'était la seule solution ? Et puis, son petit frère était on ne pouvait plus digne de confiance. Incertain de ce qu'il devait comprendre, Yvan se leva à son tour et rejoignit Luscka, en restant assez en retrait pour être hors de sa vue. Il ouvrit simplement la fenêtre en espérant chasser cette ignoble odeur de pomme qui le mettait dans tous ses états.

« Je ne t'ai jamais dit une chose pareille, rétorqua Yvan sur un ton extrêmement sec. C'est ULRICK que je ne veux… Pas… Attends une seconde ! »

Il se plaça en face de Luscka et le saisit par les épaules pour l'obliger à le regarder.

« Est-ce que tu es amoureux d'Elijah ? »

Il se passa un petit temps, pendant lequel Yvan réfléchit à cette possibilité. Elijah était fragile, mais Luscka était digne de confiance. Et puis, le médecin ne souffrirait pas avec lui. Pas plus qu'il ne le faisait déjà en tout cas.
Alors il le serra dans ses bras, avec une tape virile dans le dos. Juste pendant une poignée de secondes. Puis, il s'écarta, soulagé. Un léger sourire flottait sur ses lèvres et toute colère avait déserté son visage.

« Voilà qui est beaucoup mieux. Qu'attends-tu alors ? Tu es bien assez digne de lui. Mais il restera pas indéfiniment seul. Quelqu'un finira par s'intéresser à lui. D'autant plus que... »

Il hésita. C'était un secret qu'il n'avait pas révélé à ses amis, car il était trop dangereux. Cela dit, Luscka était son compagnon le plus proche. Il n'y avait aucun risque à lui dire cela.

« Elijah est le prince héritier. Il devra finir par se marier. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Apple and cinammon    Dim 31 Jan - 17:07


❝ Scène 03 - Back to Black ❞




La gorge serrée, le vampire ne put s'empêcher de frémir alors que l’archevêque s'en allait rapidement, d'un pas joyeux. Est-ce qu'il était vraiment heureux ou bien se contentait-il de jouer un rôle ? En tant que deuxième fils du duc von Hochen, il aurait dû se diriger vers une éducation religieuse. Cependant, la mort prématurée de son grand frère l'avait précipité vers une voix militaire, bien préférable selon lui.
Cela marchait comme si la mort de son frère avait été prévue par le destin. Bien sûr, il avait été peiné d'apprendre la mort de son aîné mais il ne l'avait jamais connu. Il était mort d'une mauvaise chute pendant un entraînement. D'après son père, Théderald – Teddy comme aimait à l’appeler sa mère – avait toujours eu une santé assez fragile. Luscka s'était tellement démené pour montrer à son père qu'il était plus solide que son aîné mais le voilà infecté à présent, à quoi cela avait-il servi ?
Quand Yvan répliqua qu'il y avait beaucoup de ratés, Luscka hocha la tête. Il avait pensé au premier abord que cette explication n'était pas crédible mais tous les résultats scientifiques étaient formels, cette chose était une expérience ratée mais elle tentait de faire quelque chose. Les rumeurs qui prétendaient que la Cyber Junkyard étaient la cause de tout cela étaient peut-être bien vrai finalement.
Peut-être que ses pas devraient essayer de se porter là bas. Peut-être qu'il devrait aller consulter des scientifiques de là bas pour réussir à maîtriser la maladie. Mais il ne pouvait pas être sur de trouver les ingrédients utiles à son traitement là bas. Il devrait peut-être se résoudre à envoyer quelqu'un. Il soupira doucement et sentit les picotements caractéristiques dans son dos. Il devrait bientôt prendre son remède.
Quand il se retourna, le jeune homme nota combien il était difficile de penser à quelque chose d'aussi pénible que la mort, quand il se sentit tellement en vie. Beaucoup plus en vie que ces dernières centaines d'années.
Son regard se porta sur le piano en marbre dans un coin de la pièce. Yvan jouait très bien du piano et Luscka adorait, en des temps anciens, s'allonger sur le canapé de la salle de musique, et l'écouter jouer. C'était toujours très violent et cela racontait des histoires, des batailles sanglantes que Luscka aimait à se représenter derrière ses pupilles closes. Il avait essayé d'apprendre lui aussi mais toute création de sa part était comme une œuvre d'art passée dans un broyeur.
Luscka sourit doucement quand son ami se mit à marmonner quelque chose dans sa barbe inexistante. Non, Lou ne comptait pas épouser un prostitué, loin de là, mais il aimait bien mettre Yvan de mauvais poil. De toute façon, Yvan était toujours en colère alors savoir jusqu'où il pouvait aller était devenu comme un jeu, Luscka était lui même souvent d'une humeur orageuse. Essayer de le faire sourire était un jeu que seuls les experts de la bonne humeur pouvaient tenter. Comme Ulrick ou … Ce foutu Taesch Condé.
Soulagé, Luscka entendit Yvan lui dire, à propos de ce dernier, qu'il ne l'avait pas vu depuis une éternité. Heureusement. Il se doutait bien que le vieux vampire finirait par lâcher son emprise sur le prince Noir pour s'intéresser à une prise plus obéissante mais il ne pensait pas qu'il le ferait aussi tôt. C'était une bonne chose puisque Condé était du genre à faire flétrir une âme en la tenant entre ses mains. Une vraie catastrophe. Comme l’archevêque.
Yvan vint près de lui pour ouvrir la fenêtre et Luscka sentit son parfum musqué lui assaillir les narines. En ce moment, depuis que son coeur battait, il se sentait plus sensible à ce qui l'entourait. Les goûts et les odeurs étaient plus forts, sa vue s'était retrouvée accrue et sa force semblait être devenue plus importante. Il avait cassé un bâton de metal en s'entraînant avec.  Si un coeur qui battait était la contrepartie de ces nouveaux atouts, ce n'était peut-être pas si mal.
Et puis, Yvan se mit encore plus en colère. Luscka haussa un sourcil quand il parla d'Ulrick. Hein ? Hein ? Mais qu'est-ce que le jeune prince venait faire là dedans ? En fronçant les sourcils, Luscka essaya de comprendre alors que le Prince Noir venait le forcer à le regarder. Sa question lui fit lever un sourcil interrogateur.
“ Bien entendu, pourquoi t'aurais-je demandé l'autorisation de l'approcher sinon ? ”

Tout content de sa réponse, apparemment, Yvan l'enserra de ses bras puissant et lui tapa le dos de sa main puissante, une tape dans le dos tellement viril qu'elle fit légèrement tousser Luscka. Yvan était une brute mais c'était quand même agréable d'être avec lui.
Les mots d'Yvan le poignardèrent comme autant de lames acérées et il poussa un soupir alors que l'encens écroulait sa dernière portion en cendre et que l'air frais rentrait dans la pièce par la fenêtre.
Un homme apparemment très alcoolisé se mit à courir dans la rue sous les yeux des deux hommes sombres. Il hurlait ''Elle est où la poulette ? Elle est où la poulette ?'' et Luscka s'autorisa un rictus moqueur.
“ Je le sais, Elijah m'en a déjà informé. Il m'a aussi dit que votre mère aimerait qu'il épouse l'humaine avec qui il travaille sur un remède contre la maladie. Mais Yvanov, il deviendra Comte et devra épouser une femme qui lui donnera des héritiers. Et pas un homme avec une espérance de vie limitée, un cousin à sa charge et beaucoup trop de travail. Est-ce que tu me vois sérieusement en tant que Comtesse ? Porter des robes et organiser des sessions de broderie ? Porter un enfant ? ”

Cette idée aurait pu le faire rire si parler de l'absence de chance entre eux n'avait pas été aussi douloureux. Et puis, Luscka se dit que c'était une bonne idée de tout lui raconter. Leur rendez-vous, le repas, leur entrevue, la morsure, la fuite d'Elijah., le rassurant au passage sur le fait que son frère aurait pu être infecté. Tout était brouillé et il ne se rappelait pas de tout mais Jasper lui avait raconté la veille qu'Elijah l'avait bien mordu. Déglutissant, il baissa les yeux sur le pavé sombre de la rue, désormais vide.
“ Tu vois ? J'ai été assez stupide pour lui faire peur et le laisser s'en aller. Comment pourrais-je lui faire face ? Comment pourrais-je lui donner la confiance en lui dont il a besoin quand je ne puis même pas accepter une morsure de sa part ? Il doit me détester à présent. ”

Il savait bien qu'il y avait des chances pour que le fils du Comte ne le pardonne jamais pour avoir fait du mal son petit frère. Il releva la tête et plongea son regard désolé dans celui d'Yvan. Malgré tout, il était fier que son meilleur ami cautionne leur possible relation. Il était fier qu'Yvan pense qu'il était digne d'Elijah.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 83
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Apple and cinammon    Dim 31 Jan - 21:33

L
uscka ne semblait pas avoir compris qu'Yvan avait cru, tout du long, qu'Ulrick était la cible du médecin. Après le passage de l'homme à la poulette (les gens devenaient vraiment étranges quand ils avaient trop bu), il s'exclama, joyeux :

« J'étais persuadé que tu avais des sentiments pour Ulrick. Comprends-moi, cette catin à la même voix que lui. »

Puis, il apprit de la bouche de son meilleur ami que sa mère comptait marier Elijah à une humaine. Le regard d'Yvan se glaça et il le porta sur la rue en contrebas. Sa mâchoire était crispée, il frottait silencieusement ses dents les unes aux autres pour ne pas exploser de colère. Les plaisanteries de Luscka ne le firent même pas sourire, il resta de marbre, comme une statue faite de fureur cristallisée, en attente d'exprimer. Lorsque ce serait le cas, la puissance de ses sentiments serait dévastatrice. De toute façon, le médecin n'avait pas l'air d'être capable d'en rire non plus. Comment aurait-il pu ? La situation était tellement dramatique. Yvan ne pouvait accepter de voir son ami malheureux à cause d'une humaine.
Luscka n'en avait pas terminé avec les révélations. Apparemment, il avait passé une soirée avec Elijah. Une soirée qui s'était terminée dans le plus complet désastre. Yvan se sentait mal d'entendre ces informations au sujet de son petit frère, ça lui semblait trop intime. D'un autre côté, Luscka ne pouvait se tournait vers personne d'autre, aussi il ne chercha pas à l'interrompre. Il garda son visage en direction des pavés, humant l'air frais qui l'avait libéré de son absurde tension sexuelle. De temps à autre, son visage exprimait un peu de surprise ou de tristesse, selon ce que lui racontait Lu'. A la fin, le prince se rendit compte qu'il ne connaissait pas si bien que cela son frère le plus âgé. Il le pensait si sage mais finalement, comme lui, il était capable de passion. Cependant…

« Il doit être mortifié par son acte, » répliqua Yvan d'une voix sans timbre.

Son poing s'abattit alors violemment sur le cadre de la fenêtre, dont une partie explosa en projetant des échardes en tous sens. Avec une grimace, Yvan en retira une qui s'était fichée dans sa gorge et la jeta par la fenêtre ouverte.

« C'est intolérable ! hurla-t-il aux vents, juste avant de faire face à Luscka. Une humaine, vraiment ? En quoi serais-tu moins bien qu'une mortelle insouciante et stupide, tout cela parce que tu n'es pas capable d'enfanter ? C'est… RIDICULE ! La Comtesse n'est pas seulement présente pour assurer la descendance, son rôle est autrement plus important ! Elle soutient le Comte, elle est un pilier indispensable ! »

Il avait l'impression de réciter une leçon de sa mère. C'était elle qui lui avait appris ces choses, pas ses professeurs. A l'époque, Yvan avait pensé qu'elle avait bien raison. Il n'y avait qu'à regarder son père pour s'en rendre compte. Aujourd'hui, il pensait toujours la même chose et le soutenait même. Sans doute parce que, du temps où il était le prince héritier, il n'avait jamais envisagé d'épouser une femme. Il s'était toujours imaginé au bras d'un homme à son mariage, un homme grand, beau et fort. Mais surtout, un homme capable de le soutenir dans les moments difficiles. Pour la succession, et bien, il n'aurait eu qu'à nommer l'un de ses neveux au titre de prince héritier. Ulrick, quand le moment serait venu, engendrerait très probablement des tonnes d'enfants. Lucie aussi peut-être, mais dans plus longtemps, s'imaginait Yvan. Pour l'instant, d'après ce qu'il savait, elle fricotait surtout avec son hybride de calice.

Le visage enflammé par la colère et la détermination, il se rapprocha de Luscka, le défiant de le contredire.

« Je te défends, tu entends, je te défends de te croire aussi faible ! Tu es peut-être malade, mais tu es Luscka von Hochen, mon meilleur ami, mon rival, celui qui, en mon absence, serait le général suprême des armées. Je compte sur toi, tu le sais ! Parce que tu es capable de tant de choses ! La cour et ses moqueries n'importe pas. Elijah se fiche de tout ça. Il t'a mordu, n'est-ce pas la preuve qu'il veut de toi ? Arrête de vous faire du mal alors que… AH ! »

Il donna un grand coup de pied rageur dans le pied du lit. Le meuble s'effondra sur le côté. Tant pis, il rembourserait la maison close pour les dégâts.
Pourquoi s'énervait-il autant à ce sujet ? L'humaine ? Non, il y avait autre chose. Luscka avait le bonheur à portée de main et il le refusait. Alors que lui, Yvan von Dast, n'était pas capable de repousser un amant qui n'était de toute évidence pas fait pour lui et qui, comme le pensait Lu', finirait par le détruire.

« Il faut que je casse quelque chose... »

Par « quelque chose », il voulait plutôt dire « quelqu'un ». Cependant, Luscka n'était pas en état de se battre avec lui. S'il ne le repoussait. Et puis, de toute façon, il était fatigué, une bonne journée de sommeil lui ferait le plus grand bien. S'il parvenait à dormir malgré son état intérieur, il verrait peut-être les choses un peu plus sereinement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fiiiiiiiiiiiiiiirrre
Messages : 110
Date d'inscription : 14/11/2015
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Médecin
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Père des Dragons
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Apple and cinammon    Sam 6 Fév - 16:24


❝ Scène 03 - Can't Stand It ❞




L' absence de son traitement prophylactique commençait à se faire sentir dans ses os, dans ses muscles et même dans ses dents. Ses canines le démangeaient et il aurait trouvé n'importe qui à son goût, sans doute. Il sourit doucement à son ami en se demandant s'il avait bon goût et repoussa cette pensée le plus loin possible. Il était temps pour lui de rentrer, bientôt. Il avait besoin d'une injection et d'une bonne journée de sommeil.
Heureusement, son ami vint le distraire de ses pensées cannibales en lui disant qu'il croyait que son amant était Ulrick. Ridicule. Il lui rétorqua avec indignation que le Prince Ulrick était encre un bambin, un enfant à ses yeux. Ulrick von Dast et lui … quelle idée saugrenue.
Luscka, après son petit récit, entreprit de regarder de nouveau son ami. Toute idée gustative avait à présent déserté son cerveau et il était plus que sûr de ne faire aucun mal à son meilleur ami. En l'observant, il remarqua que la joie et l'ironie de sa réplique précédentes avaient quitté le corps d'Yvan. Il n'était plus que colère et frustration. Etant donné les choix de mariage de sa mère – une humaine ! - c'était plus que logique.
Oh, il pourrait tuer cette fille sans problème avant sa transformation. Il voyait d'ici les gros titres de la gazette de Gothik City. ''La fiancée du Prince Elijah meurt tragiquement, le Duc von Hochen écroué et condamné à mort.'' Non, ce n'était pas une solution.
Il ne comprenait pas vraiment pourquoi la Comtesse avait eu une idée aussi stupide. Il n'était pas vraiment en forme pour y penser mais sans doute qu'Yvan ne tarderait pas à en discuter avec sa mère quand elle reviendrait de Modernis State. Ils ne s'étaient pas souvent vus mais Holly semblait l'apprécier et il se demandait bien ce qu'elle penserait d'une possible relation avec le Prince Elijah. Elle serait sans doute profondément choquée.
Il n'avait qu'une envie en ce moment : revoir Elijah. Le rejoindre et lui demander s'il l'aimait, s'il ne lui en voulait pas. Il chassa les quelques larmes de désespoir qui se pointaient au coin de ses yeux et se demanda s'il était possible pour eux d'être ensemble un jour, sans drame, sans larmes et sans terrible mésentente. Certes, il était celui en tort, il aurait dû se comporter autrement, mais Elijah l'avait … mordu.
Il aurait voulu être plus sage. Lui dire ''Je suis là, je suis là pour toi.'', le rassurer. Il soupira doucement et porta une main à ses cheveux pour les remettre en place sur sa cicatrice. Il ne sortait jamais sans la couvrir. Elle représentait tout son crime, tout son erreur. Oh, elle était très difficilement visible et n'avait pas vraiment de signification sans connaître le contexte de la blessure mais il en avait toujours honte.
Yvan, très soudainement, abattit son poing contre le cadre de la fenêtre. Luscka évita l'écharde qui faillit se planter dans son œil et fronça les sourcils. Hm, non, il n'aimait pas quand Yvan tempêtait à côté de lui mais il fallait dire que son ami avait raison. Il se voyait toujours mal aux côtés d'Elijah mais il comprenait son point de vue. Seulement, avec la révolte qui grondait, ils ne pouvaient pas se permettre un tel scandale.
Quand le Prince Noir se rapprocha de lui, Luscka recula un petit peu. Son regard était fait de feu terrible et le Duc se mit en position de défense automatiquement. Ce n'était pas parce qu'Yvan était son meilleur ami qu'il comptait se laisser faire. Souvent, ils s'étaient emportés l'un et l'autre et en étaient venus aux mains, ils ne s'en étaient jamais voulu. Les coups étaient un langage à eux tous seuls après tout.
Cependant, Yvan ne le frappa pas. Il lui jeta des vérités bien trop douloureuses au visage et se contenta de casser le lit, définitivement. Oh, encore ! Yvan avait trop souvent des besoins de destruction. En soupirant doucement, Luscka se remit à regarder la rue alors que l'agitation règnait en bas. Sans doute croyait-on qu'ils se battaient. Ou qu'il était mort. Cela l'amusait un peu.
“ Je vais sans doute bientôt mourir Yvanov, je ne suis pas quelqu'un pour lui et puis … il m'a juste mordu parce que mon cœur battait. Je crois que c'était juste un mécanisme de … de nutrition. ”

Quand Yvan lui dit qu'il avait besoin de casser quelque chose, Luscka soupira un ''encore ?'' et eut une idée, en souriant. L'endroit idéal où aller pour se défouler. Il aurait juste à prendre son traitement et …
“ Rejoins moi au Gobelin Rouge dans une heure, tu veux ? ”

Il était épuisé mais il dormirait bien mieux en ayant fait ça. De toute façon, il ne pourrait pas dormir avec ce poids sur le coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 83
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Apple and cinammon    Sam 6 Fév - 21:21

Y
van, ivre de colère, fixait le lit bancal. Les draps de soie s'étaient affaissés sur le sol, formant comme une mare chatoyante. Les mots de Luscka le sortirent de sa fureur, la remplaçant par une infinie tristesse. Le prince se retourna pour regarder son meilleur ami, en essayant de ne pas avoir de pitié dans les yeux. Non, en fait, ce n'était pas ce qu'il ressentait. Il avait peur, peur de perdre Luscka pour toujours. Ce n'était pas comme quand il était parti pour Modernis. Cette fois-là, Yvan savait que s'il le voulait vraiment, il pourrait le retrouver. Mais aujourd'hui, Luscka se baladait avec un couperet invisible au-dessus de la tête. Sans ces satanées injections, il serait mort. Sauf qu'un jour, ça ne suffirait plus et il succomberait. Le vampire tourna son regard sur la gorge du Duc. Il voyait sa veine pulser et cela le dégoûtait. Etait-ce vraiment le signe qu'il se changeait en quelque chose de mieux, en un nouvel hybride ? Ou bien était-ce un avertissement de sa mort prochaine ? Yvan avait envie d'arracher ce cœur battant pour ne plus avoir l'opportunité de l'entendre, sauf qu'il n'était pas certain de ne pas tuer Luscka.

« De nutrition... » répéta Yvan d'une voix rêveuse.

Ces mots remuèrent sa mémoire. Luscka n'avait pas été témoin de cette scène. Personne en fait, à part lui. La seule et unique fois où Elijah s'était laissé emporter par son instinct de tueur d'humains. Il avait déchiqueté sa victime, avait regardé le cœur encore palpitant expulser son jus chaud dans les paumes de ses mains… Comment oublier son visage alors… Rouge, ses yeux de glace devenus comme fous. Il était obsédé, avait alors découvert Yvan. C'était lui qui l'avait pris en charge, lui seul. Il n'en avait jamais parlé à personne. Elijah était si jeune alors, il n'était même pas certain que son frère s'en souvienne. En tout cas, il s'était décidé à se contrôler. Elijah ne buvait presque jamais de sang à la source, contrairement à lui qui le faisait presque toujours. Il avait peur bien sûr, peur d'être un monstre. Yvan trouvait cela ridicule. Il devait juste apprendre à se contrôler et il l'avait invité plusieurs fois à la chasse. Son frère avait toujours refusé. Et avec Luscka, alors ? Elijah pouvait-il laisser libre cours à ses pulsions sans se trouver… Monstrueux ? Le Duc avait après tout la force nécessaire pour le retenir si jamais il allait trop loin.

Il secoua la tête.

« Je ne veux pas que tu meures, » marmonna-t-il comme un enfant qui ferait un caprice.

Comment aurait-il pu, cependant, lui assurer que cela ne se passerait pas. C'était Luscka le médecin et il n'était pas du genre à se bercer de douces illusions. Non, la seule chose à faire était d'espérer que cette fois, juste cette fois, les choses se passeraient différemment.
A la proposition de Luscka, Yvan hocha la tête sans même réfléchir. Bien sûr qu'il le rejoindrait, pourquoi gâcher une seule minute de la vie de Luscka s'il pouvait la partager avec lui ? Certes, il était fatigué, mais aussi énervé. Se battre le défoulerait et quand il rentrerait, il dormirait comme… Comme Ulrick. En plus, il était ainsi certain de ne pas se faire harceler par Taesch à son retour au château.

« Très bien, je t'attendrai au comptoir. »

Ils descendirent et au rez-de-chaussée, Yvan écrivit une lettre à la patronne pour qu'elle puisse réclamer le prix des réparations de la chambre qu'il avait un peu brutalisée. Ensuite, ils se séparèrent dans la rue. Yvan enfonça les mains dans ses poches et marcha rapidement en direction du Gobelin Rouge. L'établissement était toujours ouvert, quelle que soit l'heure ou le jour. Il ne fermait que lors des grands événements, comme la mort d'un Comte.
Quand il parvint au Gobelin Rouge, le soleil était levé et nimbait Gothik City d'une lueur grisâtre. Une très fine pluie tombait du ciel. Les humains sortaient doucement. Yvan sentait leur odeur, il pourrait en profiter. Mais il ne le ferait pas. Il n'avait pas faim et il respectait les horaires traditionnels.
Au moment où il allait pousser la porte de la taverne, un bruit le retint. C'était comme un petit glissement, quelqu'un qui aurait dérapé sur le pavé. Ca n'aurait pas dû l'alerter, sauf que son instinct lui hurlait de se retourner. Fidèle à lui-même, il lui obéit, juste à temps pour bloquer la trajectoire d'une énorme barre en acier qui s'était précipitée sur sa nuque. Il l'attrapa et attira à lui le responsable.

« TOI ! » gronda-t-il avec surprise.

Le serveur du café où il s'était rendu, quelques jours plus tôt, en compagnie de ses amis. Celui-là même qui les avait suivis, Lucie et lui, alors qu'ils retournaient au château. Yvan l'avait coincé dans la rue et l'homme lui avait assuré ne pas les suivre, qu'il ne faisait que rentrer chez lui. Le prince avait eu des doutes mais n'ayant rien pour appuyer ces derniers, il avait fini par le laisser partir. Maintenant, toutefois, il avait une bonne raison de lui dévisser la tête.
Au moment où il serrait sa main autour de la gorge de cette enflure, Yvan sentit quelque chose s'abattre à l'arrière de son crâne, puis une autre et encore une autre. Il finit par succomber et s'écroula. Les coups s’enchaînèrent encore un moment, assez pour l'étourdir et quelqu'un le saisit sous les aisselles. On le traîna dans la rue. Promenant son regard au-dessus de lui, il distingua des visages, tous masqués d'un foulard noir. Des assassins ? Des voleurs ?
L'un d'eux retira la plaque d'une bouche d'égout et il fut jeté à travers. Son crâne heurta quelque chose au moment où il atterrissait comme l'une des poupées de chiffon d'Ulrick dans l'eau sale et il sentit l'inconscience enserrer son esprit. Sa dernière pensée fut pour Luscka. Pourvu qu'il comprenne.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Apple and cinammon    

Revenir en haut Aller en bas
 
Apple and cinammon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Partenariat avec Green Apple *-*
» We were not meant to be together – ft. Apple
» { APPLE SPRING } • ressources avatars & codes
» Apple Spring
» → APPLE TREE  Réunion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-