Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 Sanctuaire ou piège à con ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Sanctuaire ou piège à con ?   Sam 30 Jan - 15:53

Sanctuaire ou piège à con ?

D
ès qu'il sortit de la chambre de Tony, Allic se retrouva pris dans le feu de l'action. Il compta ses balles en espérant que le chargeur de son flingue était plein et recula en direction de sa chambre. Mouloud maintenant leurs ennemis à distance et il put aller récupérer ses deux armes préférées, qu'il glissa dans son jean. Il garda aussi le flingue de Tony et sortit. Accroupi au sol, il regarda entre les planches de la rambarde. Dans le salon et l'entrée, c'était la débandade. Des hommes mouraient dans les deux camps. Qui étaient ces types ? Ils n'avaient aucun signe distinctif, on aurait juste dit des délinquants. Ce fut alors qu'elle entra : petite, armée d'une énorme mitraillette et vêtue de noir et de doré. Un style du plus mauvais goût, mais qui lui donnait un certain charisme. Allic ne mit pas de temps à comprendre qu'elle était la chef et qu'il devait la descendre.

Son entreprise échoua lamentablement. Il dût battre en retraite, pris dans un feu nourri. L'une des dernières choses qu'il vit avant de devoir s'enfuir de la villa fut Mouloud, blessé à l'épaule. Mais s'il faisait demi-tour, c'était la mort assurée. Une balle frôla sa joue, brûlant sa peau et lui arrachant un cri de douleur. Mais il continua à courir, malgré son mollet qui saignait en abondance. Sa vie, il devait sauver sa vie.

Une fois qu'il eut semé ses poursuivants, Allic se réfugia dans une banque. Rapidement, pour qu'on ne remarque pas qu'il était blessé, il retira autant d'argent qu'il le put et s'enfuit avec mille dollars en coupures de cent. Maintenant, il allait devoir se réfugier quelque part.
Il arrêta son choix alors que la nuit tombait et que les quelques vampires qui osaient encore sortir s'aventuraient hors de chez eux. Le motel Soupe aux cafards semblait approprié à sa situation et il se glissa à l'intérieur. L'établissement était loin des hôtels de luxe auxquels il était habitué mais ça devrait faire l'affaire. Après avoir payé pour une nuit, il monta dans sa chambre pour se soigner. En chemin, il croisa un vampire qui était de toute évidence attiré par l'odeur de son sang. Il était vraiment dans la merde.


Une semaine plus tard, Allic s'était remis de sa fuite. Sa joue portait la cicatrice de la balle qui avait failli lui exploser la tête et il portait de vieux vêtements sans aucun style, mais au moins il était en vie et en bonne santé. Il avait aussi eut le temps de s'informer sur l'état de la Famille. Le nom de Caleb Mah était sur les lèvres des mafieux de la ville pour remplacer Allic. L'enfoiré, il aurait dû le buter le jour où il était venu le voir ! Il ignorait si Mouloud était en vie et ce qu'ils avaient fait du corps de Tony. Ne pouvant rester trop longtemps au centre-ville, il lui était difficile de glaner des infos de valeur, même en cassant quelques nez – ce qu'il n'avait pas manqué de faire. On avait mis sa tête à prix – il aurait aimé en savoir un peu plus sur le « on » - et il devait se faufiler incognito quand il sortait. Un bonnet et un sweat à capuche étaient donc tout indiqués quand il décida de quitter le motel. Cette situation ne pouvait plus durer, il lui fallait de l'aide.

Allic errait dans les rues en espérant tomber sur un visage digne de confiance, mais il passa plus de temps à se cacher dans les magasins ou à rabattre sa capuche sur son visage. Un peu désespéré, il se laissa mener par son instinct, jusqu'à ce que ses yeux tombe sur la plaque d'une rue. Rue de Narcisse. Ce nom remua sa mémoire et il sortit une adresse. 58, rue de Narcisse. Il l'avait notée récemment dans ses dossiers, ne sachant pas encore s'il pouvait en retirer quelque chose. N'ayant personne d'autre vers qui se tourner et même si c'était loin d'être le meilleur choix, Allic partit en quête du 58.
Il se retrouva face à un interphone, brillant, avec des noms proprement étiquetés sous les sonnettes. K. Callahan. Il hésita. Et si Kalem avait un intérêt à le dénoncer ? En fait, il avait tous les intérêts du monde de le faire. Allic le mettrait en danger. Mais il avait terriblement envie d'appuyer sur ce bouton. Et pas seulement pour se mettre à l'abri.
Il approcha son index du morceau de plastique blanc et se figea dans cette position. C'était ridicule, il avait l'air d'un junkie et si quelqu'un le voyait comme ça il pouvait appeler la police. Non, il ne pouvait pas laisser Kalem le voir dans cet état. Avec ses cheveux filasses à cause d'un shampoing bon marché, le manque de drogue qui lui faisait des yeux injectés de sang et pochés de noir, le teint fade de quelqu'un habitué au soleil qui avait été forcé à rester au soleil… Et ses poils ! Sans même parler de sa barbe mal rasée et des coupures qu'il s'était faites avec ce foutu truc premier prix, il ne s'était pas fait épiler depuis trois semaines ! Pourquoi l'attaque avait-elle eu lieu la veille de son rendez-vous chez au salon de beauté ?!
Sa main trembla et il prit finalement sa décision. Après quelques secondes qui lui parurent durer le temps d'une vie, il entendit le petit déclic et une voix. Etait ce Kalem en personne ou un domestique ? Il n'arrivait pas à la savoir. Néanmoins, il avança son visage pour s'identifier.

« C'est Allic Beackerman. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Sam 30 Jan - 19:34

Kalem avait décidé d'écourter son séjour au club pour rentrer chez lui. Au début il était censé rester deux semaines, pour oublier l'incident du gala et tout simplement se détendre. Mais il s'était très vite ennuyé après le départ de Beackerman. Il trouvait le golf, la randonnée et les après-midi passées à boire sur le toit étaient ennuyeux et le soleil impitoyable lui donnait constamment envie de dormir. Il avait rencontré quelques personnes avec qui il avait passé un peu de temps, mais rien de bien passionnant.  Il avait quitté l'hôtel où il séjournait quatre jours plus tard et était retourné dans son appartement, on est si bien chez soi.  Il n'était presque pas sorti de chez lui, à part pour se rendre dans un salon de massage, et avait passé l'essentiel de son temps à somnoler. Il faut dire que c'était agréable de ne rien faire, de temps en temps.

Le mannequin avait passé la nuit précédente à faire le ménage, pris d'une envie soudaine et ne s'était arrêté que vers sept heures. Après une douche bien méritée, il avait allumé quelques bougies parfumées à la jacinthe et s'était laissé tomber dans son grand lit, s'était glissé sous un drap de soie rouge, et s'était endormi dans les secondes qui avaient suivi.

Kalem dormit jusqu'à quatorze heures, c'était un beau record. La faim le tira hors du lit et il dû s'étirer un long moment pour être complètement réveillé. Le mannequin ouvrit son frigo qui était à moitié rempli de poches de sang frais, le reste étant d'autres boissons comme plusieurs jus de fruits. Il prit deux poches de sang qu'il mit au micro-ondes et attendit qu'elles chauffent, adossé contre le plan de travail. Parfois il se demandait pourquoi il s'était fait faire une cuisine alors qu'il n'en avait jamais fait usage. Son four n'avait jamais été allumé. L'appareil émit plusieurs bip répétitifs et il sortit les poches de sang désormais chaudes dans lesquelles il planta une paille. Le vampire termina son déjeuner et décida qu'il était temps de s'habiller, même si il n'avait pas très envie de sortir, il devait au moins passer quelques coups de téléphones et ne serait pas motivé si il restait à moitié à poil. Il enfila un pull rouge sombre très fin et un jean blanc – de femme, qui lui tenait mieux à la taille – puis s'arma de courage pour allumer son téléphone laissé éteint trois jours. Il mit plus d'une heure à consulter tous ses messages qui consistaient essentiellement à lui demander ce qu'il foutait et pourquoi il ne répondait pas, mais rien d'important ou grave n'en ressorti. Ah si, il venait de manquer un contrat pour défiler à un petit événement sans grande importance mais qui aurait pu passer à la télévision. Ce n'était pas comme si l'argent manquer après tout.

Kalem était en train de se justifier au téléphone auprès d'un partenaire tout en refaisant son lit lorsqu'il entendit qu'on sonnait à son interphone. Il leva les yeux au ciel et retourna dans son salon en se demandant si c'était encore l'un de ces témoins machin-chose qui voulaient lui parler du sacro-saint yahourt ou si un intéressé venait tenter sa chance en croyant qu'il ouvrirait à n'importe qui. Il mit poliment un terme à la conversation et jeta son téléphone sur le canapé d'angle en cuir noir avant d'arriver devant l'interphone. Il appuya sur un bouton qui afficha ce que la caméra à l'extérieur filmait et haussa un sourcil en constant qu'un junkie pas très propre sur lui restait planté devant l’œil de la caméra. D'ailleurs il lui rappelait...

« C'est Allic Beackerman. »

Kalem écarquilla les yeux, dévisageant l'homme dans un état pitoyable et si il n'avait pas reconnu sa voix il n'y aurait pas cru. Qu'est-ce qu'il faisait ici ? Et pourquoi était-il dans cet état, lui qui prenait toujours soin de lui ? Devait-il lui ouvrir ? Il n'invitait jamais personne chez lui, il avait son frigo rempli de poches de sang ! Il soupira, prit le combiné qu'il colla à son oreille et s'humecta les lèvres.

« Huitième étage, appartement de gauche. »

Si il n'avait pas eu l'air aussi exténué et mal en point, il était clair qu'il ne lui aurait jamais laissé passer le pas de sa porte. Il jeta un coup d’œil à son salon qu'il venait de faire refaire et se rassura. Tant qu'Allic n'ouvrait pas son frigo, il n'y avait rien de vraiment compromettant. Il se dit aussi qu'il était content d'avoir fait le ménage à fond quelques jours plus tôt. Le vampire passa une main dans ses cheveux décoiffés et attendit que l'autre homme arrive devant sa porte pour venir lui ouvrir. Il le détailla de la tête aux pieds, le passant au scanner de son regard ambré et laissa échapper un soupire.

« Alors c'est comme ça que tu t'habilles au quotidien ? Tu es beaucoup plus beau nu, si tu veux mon avis. »

Il s'écarta pour le laisser entrer et prit soin de refermer la porte derrière lui. Allic sembla vouloir se diriger dans le salon mais il le stoppa net.

« Minute, tes chaussures, dans l'entrée. »

C'était chez lui, c'était sa loi. Il ouvrit son placard à chaussures – avec trente six paires à son compte – et en sorti deux chaussons confortables à taille unique qu'il lui tendit. Une fois ce problème réglé, il le conduit dans son salon décoré dans des tons blanc, noir et crème. Il le fit asseoir sur l'immense canapé qui faisait face à une grand écran plat devant sa grande baie vitrée et vint se placer à côté de lui.

« Tu veux boire quelque chose ? Prendre une douche ? »

Il ne voulait pas être désagréable, mais un bain lui ferait le plus grand bien. Kalem le regarda et remarqua sa cicatrice au visage. Il se mordit la lèvre mais décida de ne rien dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Sam 30 Jan - 21:08

A
llic patientait, une main appuyée sur le mur, juste à côté de l'interrupteur. Plus les secondes passaient et plus il envisageait la possibilité de se barrer. Il ne cessait de jeter des coups d’œil autour de lui, s'attendant à voir surgir une kalache au coin de la rue. Si Kalem ne prenait pas vite une décision, il devrait se barrer avant que ça devienne trop risqué. Et ensuite… Ensuite il ne savait pas où il irait. Il n'avait plus beaucoup d'argent.

Finalement, la voix de Kalem modifiée lui indiqua l'emplacement exact de son appartement. Avec un soupir de soulagement, Allic se tourna vers la grande porte vitrée en attendant le déclic salvateur. Une fois qu'il put ouvrir le battant, il se réfugia à l'intérieur de l'immeuble avec un immense soulagement. Il laissait un gros poids sur le trottoir.
Dans l'ascenseur, Allic regretta de ne pas avoir choisi les escaliers. Il se sentait mal à l'aise enfermé dans cette boîte d'où il ne pouvait pas partir si facilement. Heureusement, il atteignit le huitième étage sans se faire agresser, ni croiser personne d'ailleurs. Le couloir dans lequel il déboucha ressemblait beaucoup aux endroits qu'il avait l'habitude de côtoyer. Voir cette propreté et ce luxe constituait déjà une bouffée d'air frais, alors il avait hâte de poser un œil sur la décoration de Kalem. Elle devait être magnifique.
Il n'y avait que deux appartements et Allic se présenta devant la porte du mannequin. Alors qu'il levait le poing pour toquer, le battant pivota, révélant un homme plus beau encore que dans ses souvenirs. Chose incroyable, quand Kalem ne sortait pas, il était encore plus agréable à regarder. Allic se sentait tellement minable sous le regard du jeune homme. Quand il le taquina sur sa tenue, Allic se sentit un peu mieux encore, et même flatté. L'humour lui avait manqué, sa semaine avait été tellement sérieuse ! Dramatique même. Il sourit avec un soupir amusé et pénétra à l'intérieur de l'appartement. D'ordinaire, il aurait répliqué intelligemment mais son cerveau était beaucoup trop fatigué pour se montrer subtile.
Une fois qu'il entendit la porte se refermer dans son dos, Allic osa retirer sa capuche et son bonnet, qu'il fourra dans la poche de son sweat. Il avait honte de se présenter ainsi devant quelqu'un, a fortiori quelqu'un d'aussi propre que Kalem… Et qui avait un appartement aussi net. S'ils avaient été dans un film, Allic l'aurait immédiatement soupçonné d'être un serial killer. Dans la réalité, Kalem devait juste être maniaque et très ordonné. Ou alors il avait un agent de ménage très consciencieux.
L'injonction de Kalem le stoppa avant qu'il pose un pied dans son salon. Bredouillant une excuse, il retira les baskets usées qu'il avait achetées à un autre client du motel où il avait logé. C'était avec regret qu'il avait délaissé ses tennis de luxe, mais de toute façon, tâchées de sang, elles avaient terminé à la poubelle. En enfilant les chaussons que lui tendait Kalem, Allic se dit qu'au moins, ses chaussettes étaient propres. Il était resté aussi propre que possible malgré les limites qu'il s'était imposées pour sa sécurité.

Une fois dans le salon, Allic prit une grande bouffée d'air. Ca sentait le luxe, c'était agréable. Ce n'était pas tant qu'il était incapable de survivre sans son petit confort, mais étant donné les circonstances dans lesquelles il l'avait perdu, se trouver dans un tel endroit était réellement rassurant. Il n'avait pas hâte du moment où ce serait nostalgique.
Sur le canapé où l'invita à s'asseoir Kalem, Allic resta au bord, par crainte d’abîmer ou de salir le cuir. C'était sans doute idiot, il n'était pas sale ! Ses fringues étaient juste usées. Pourtant, Kalem ne manqua pas de lui proposer l'accès à sa salle de bain. Décidé à profiter un maximum de ce moment de répit, Allic répondit :

« Une bière ou ce que tu as de plus fort n'est pas de refus. Des clopes non plus, si t'en as. »

Puis, il se releva, avec une petite grimace.

« Je vais prendre une douche. Ah oui… Merci de m'avoir laissé entrer. »

Il aurait voulu lui promettre de ne pas rester longtemps ou qu'il ne le mettait pas en danger, mais ça aurait été un mensonge. Il boita ensuite en direction de la salle d'eau, gêné par sa blessure au mollet droit. Parvenu à destination, il s'adossa à la porte close et se laissa couler sur le sol. Un petit instant de répit, ce n'était pas grand-chose, il devait en profiter. Il devait se relever et prendre une douche. Ou un bain. Lequel ? Les deux étaient tellement tentant. La salle de bain tout entière était d'ailleurs tentante. Grande, aérée, chaude… Ou alors il ne faisait que l'imaginer. En s'aidant du mur, il se remit debout et opta pour la baignoire, qui lui permettrait de s'allonger.

Une fois dans l'eau chaude et mousseuse, Allic se frictionna et vola un peu de shampoing à Kalem. Trois fois. Sa tignasse maltraitée avait au moins besoin de ça. Puis, il prit un peu de temps pour réfléchir à ce qu'il allait dire à Kalem. Ce faisant, son regard erra sur le lavabo. Il y avait si peu de produits de beauté… MAIS ALORS !

Allic ne traîna pas autant qu'il l'aurait voulu dans l'eau. Seule une petite demi-heure avait dû s'écouler depuis qu'il était parti du salon, au lieu des trois longues heures désirées. En réapparaissant dans le salon, il avait troqué ses vieux vêtements de camouflage contre une unique serviette de bain nouée autour de sa taille. Elle avait tendance à glisser et il devait la maintenir. Hors de question pour lui, de toute façon, d'enfiler de nouveau ces horreurs à moins d'y être obligé. Il avait simplement gardé de sa tenue précédentes les chaussons de son hôte, le reste, hormis son sweat qu'il tenait bouchonné dans sa main libre, étant en bouchon au pied du bac à linge. Il n'avait pas osé les mélanger aux vêtements de Kalem.

« Kalem, je vais te dire tout un tas de choses très compromettantes. Mais ce n'est pas grave n'est-ce pas ? Vu que je sais que tu es un vampire. »

Il s'installa ensuite sur le canapé, dans le fond cette fois. Puis, il lui raconta ce qui s'était passé, dans les grandes lignes. Sa position en tant que parrain, l'attaque contre Tony, celle qui avait suivi à la villa, le fait qu'on voulait sa mort, sa fuite et le motel traumatisant, puis finalement pourquoi il s'était tourné vers lui.

« Tu es la seule personne que je connais qui est susceptible de ne pas me trahir. »

C'était mince, si Kalem avait été contacté par les gens qui l'avaient foutu à la porte de chez lui, il était cuit. Heureusement, il n'était pas exactement venu les mains vides. Son sweat, posé à côté de lui, cachait les trois armes à feu qu'il avait emportées de chez lui : les siennes et le pistolet de Tony. Le chargeur de ce dernier était vide, mais comment se résoudre à s'en séparer ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Sam 30 Jan - 22:39

Finalement Allic opta pour un bain, au grand soulagement du vampire qui pu prendre le temps de réfléchir à la situation dans laquelle il était en train de se fourrer. Il avait bien vu que l'humain boitait, ajouté à sa cicatrice à la joue, et l'état d'épuisement dans lequel il semblait être, il s'était peut-être fait agresser. Mais si ça n'avait été qu'une agression il n'aurait pas eu à venir jusque chez un homme qu'il connaissait à peine et qui aurait pu refuser de lui ouvrir. Alors ça devait être quelque chose de beaucoup plus grave. Il ne pouvait pas non plus être ruiné, pas si vite. Et il avait très certainement pris soin de mettre de l'argent de côté en cas de problème. Le mannequin resta perdu un moment dans ses réflexions mais gardait toujours une oreille tendue pour savoir ce que faisait Allic, qui visiblement ne bougeait pas beaucoup dans son bain. Il s'était peut-être endormi... Si dans dix minutes il ne sortait pas, il viendrait voir si il allait bien.

Kalem n'eut pas besoin de venir vérifier si son invité-pas-vraiment-invité s'était endormi. Allic sortit avec une serviette autour de la taille et vint se rasseoir à côté de lui, ses vieux vêtements roulés en boule dans sa main. Le mannequin esquissa un sourire. Il n'avait pas l'air beaucoup plus détendu mais au moins il sentait bon. C'était intéressant, l'odeur que les produits qu'il utilisait au quotidien ne rendaient pas pareil sur la peau d'Allic, c'était plus sucré... Mais nettement plus agréable que son affreux gel douche chocolat. Sa tignasse encore mouillée se portait bien mieux. Il suivit une goutte d'eau couler d'une mèche de cheveux de l'humain et glisser sur son torse pour aller se perdre sous la serviette autour de sa taille. Ce fut le moment où Allic décida de tout lui expliquer. En entendant la première phrase qu'il prononça, son regard s'assombrit et son sourire disparu. Il avait l'air parfaitement détendu mais en réalité, il était prêt à lui sauter à la gorge si il osait le menacer de le compromettre. Heureusement, Kalem ne deviendrait pas un tueur aujourd'hui, normalement. Il écouta Allic déballer tout ce qu'il avait à dire, haussant parfois un sourcil dubitatif, les fronçant parfois ou clignant des yeux comme si il ne pouvait pas croire à ce qu'il lui racontait. Et en même temps, ça expliquait beaucoup de choses... Si Beackerman était vraiment le parrain de la mafia, alors il comprenait la crainte de certains et pourquoi on faisait toujours tout pour ne pas le contredire.

Il resta silencieux pendant tout le récit d'Allic et lorsqu'il eut terminé, le vampire se leva pour disparaître dans sa chambre une petite minute. Il revint juste après, un peignoir en soie blanche dans  la main qu'il lui tendit. Il se rendit ensuite dans la cuisine et lui apporta un grand verre de whisky ainsi qu'un paquet de cigarettes à moitié plein. Il ne fumait quasiment jamais, c'était plus un plaisir qu'il s'octroyait de temps à autre. Après qu'Allic ait enfilé le peignoir, il se rassit et croisa les jambes sans le quitter des yeux. Il le jaugea du regard pendant un moment avant d'ouvrir la bouche.

« L'incident au gala, c'était toi ? »

Oui, il était outré. Et si il avait appris ça une semaine plus tôt, il l'aurait noyé dans le jacuzzi. Mais Allic était dans la merde jusqu'au coup et, même si il était en colère et pensait qu'il le méritait quand même un peu, il ne pouvait se résigner à le jeter dehors. Le vampire soupira et regarda le paysage offert sous leurs yeux par la baie vitrée avant de continuer.


« Tu peux rester ici quelques temps, tant que tu ne ramènes pas ces fous furieux chez moi, je viens de faire refaire mon salon. » Il planta de nouveau son regard ambré dans le sien, injecté de sang,
« Je suis désolé, pour tout ta... situation. Quoi qu'il en soit je n'ai aucune raison de te trahir, je n'ai pas envie de m'attirer des problèmes. Alors fais tes affaires de ton côté et disons que je n'ai aucune idée de ce que tu es réellement.  »

Kalem posa ensuite une main rassurante mais ferme sur la cuisse de l'humain et se rapprocha un peu.


« Et bien sûr... Tu ignores aussi que je suis un vampire. Je vais commander de quoi manger pour toi, et faire placer un autre vigile dans le bâtiment. En attendant tu devrais dormir, tu as une mine affreuse. Va dans mon lit si tu veux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Sam 30 Jan - 23:32

K
alem était un excellent public, qui n'interrompait pas et réagissait comme il le fallait. Un excellent hôte aussi, bien qu'un peu plus de communication l'aurait rapproché de la perfection. Allic termina son histoire et soupira. Il s'attendait à ce que Kalem le foute à la porte, en serviette de bain. Au lieu de ça, il disparut de la pièce. Méfiant, Allic glissa la main dans la boule de coton posée à côté de lui et saisit la crosse de Sodome. Il se redressa un peu également, pour se tenir prêt à plonger s'il voyait la moindre chose ressemblant à un canon dépasser du poing du… Vampire. Quand Kalem réapparut, il était seulement armé d'un voile de dignité pour Allic. Quel idiot, songea-t-il en relâchant son arme. Jamais un vampire ne l'attaquerais au flingue. Ou même avec une arme quelconque. Il avait déjà tout ce qu'il fallait par nature. Juste par mesure de précautions, il devrait utiliser son pouvoir d'apaisement. Mais plus tard. Pour l'instant, il en était incapable. Le stress en lui était beaucoup trop intense, comme la fatigue.
Il se leva et se débarrassa de sa serviette pendant que Kalem avait le dos tourné. Ce n'était pas par pudeur, c'était simplement tombé à ce moment là. Le peignoir glissa sur sa peau comme la caresse d'un homme particulièrement délicat et il noua la ceinture en ayant juste envie de se vautrer dans un bon lit. Au lieu de ça, il se rassit sur le canapé en essayant de couvrir correctement son intimité et se servit de la serviette pour éponger un peu ses cheveux. De l'eau avait déjà humidifié le peignoir au niveau de son torse, laissant des aréoles dévoilant son anatomie au travers du tissu fin.
Kalem revint, cette fois avec quelque chose de beaucoup plus intéressant. Allic prit immédiatement une gorgée de whisky, puis s'occupa de faire un sort à une cigarette. Ca faisait une semaine, un petit joint l'aurait contenté. La première bouffée de tabac lui sembla aussi bonne qu'une excellente dose de cocaïne. Il l'exhala avec un soupir extatique, les yeux fermés. Le sevrage avait été tellement brutal.

La clope entre les lèvres, Allic tourna son regard vers Kalem. Le gala, ça lui était sorti de la tête ça… Il ne répondit pas immédiatement, se demandant si ça allait changer quelque chose pour le jeune homme. Puis, il hocha lentement la tête.

« Je suis désolé, fit-il avec sincérité tout en prenant une autre lampée d'alcool. Je ne savais pas que tu étais… Enfin, je pensais que t'étais différent. Et j'étais vexé de ne pas avoir été invité. »

Maintenant, il avait honte d'avoir agi comme ça. Ca avait été stupide et enfantin. En plus, Kalem ne méritait vraiment pas un tel traitement. Enfin… Il s'était bien vengé. En repensant à ce Aless qui, il en était certain, avait causé la mort de Tony, la main qui tenait sa cigarette trembla légèrement. S'il n'avait pas été affaibli, Tony aurait pu éviter le tir qui lui avait été fatal, Allic en était certain. Craignant que Kalem, avec ses yeux de vampire, ne repère son émotivité, il reprit la cigarette entre ses lèvres et coinça sa main traîtresse contre son ventre, en poing.

Il venait de terminer sa cigarette – sa première – quand Kalem abattit son verdict. Il acceptait d'héberger Allic, à condition que chacun respecte les secrets de l'autre. C'était un deal on ne pouvait plus honorable et le mafieux se contenta d'un regard entendu à l'attention du vampire. Il avait l'habitude de conclure ce genre d'accords, il était un homme de parole. Bien sûr, Kalem ne pouvait pas le savoir, mais il apprendrait.
Malgré cela, les paroles de Kalem firent ressurgir la colère qu'il avait réussi à apaiser un peu. Les fous furieux, hein ? D'une voix sèche et emprunte de tristesse, Allic, le regard fixé sur l'immense baie vitrée, le rassura :

« Ne t'inquiète pas pour les « fous furieux ». Aucun risque qu'ils viennent ici. »

Il alluma une autre cigarette et tout en la gardant dans sa bouche, termina son verre. Il refusait toujours de le regarder. Il ne voulait pas que Kalem voit son visage tant que ses yeux n'auraient pas séché. La main qui s'apposa alors avec fermeté sur sa cuisse l'obligea à tourner la tête, par un réflexe de conservation. Il rencontra ces yeux jaunes, non… Ambre. Oui, c'était la teinte exacte. Ils ressemblaient à des pierres précieuses. Comment avait il fait pour ne pas s'en rendre compte jusque là ? Il était plus proche, non ? Il ne l'avait pas senti se rapprocher si c'était le cas. Les vampires étaient si dangereux… Alors pourquoi n'avait il pas peur ? Son cœur battait juste un peu plus fort et ce n'était certainement pas l'effet d'un quelconque instinct de survie.

Ouah… Quand Kalem arrêta de parler, Allic se rendit compte qu'il n'avait pas vraiment écouté. Il s'était senti happé par ces yeux, paralysé par cette main et bercé par sa voix. Il battit plusieurs fois des paupières. Sa mémoire eut la généreuse idée de lui repasser l'enregistrement. Allic songea que Kalem était excessivement généreux. Sans doute qu'il espérait un paiement en retour. Si ce n'était que son sang, Allic lui donnerait volontiers, du moment que ce n'était pas prélevé à la source. Il n'avait aucune envie de devenir un vampire, surtout en ce moment. Les temps actuels craignaient un max pour les vamps.

« Okay, merci. »

Il termina sa clope, s'excusa pour les mégots laissés sur la table et partit se coucher. Une fois dans le lit de Kalem, toujours recouvert de son peignoir, il ferma les yeux. C'était bon d'être ici. Le matelas était plus dur que le sien, mais tout sentait bon. Le contact des draps était si doux qu'il n'avait pas l'impression d'avoir quoi que ce soit sur lui.
Sa barbe le grattait, à cause de la coupe irrégulière de ses poils et des petites blessures qu'il s'était infligées en essayant de se raser avec une merde à main sans nom. Littéralement, sans nom. Sans marque.
Ainsi tranquillisé, comme dans un cocon, il avait tout le loisir de songer à ses grosses blessures intérieures. Celle qu'il ne pouvait pas guérir avec quelques points de suture. Tony. Il ne l'avait pas encore pleuré. Pas le temps. Il avait constamment été en état d'alerte, à s'inquiéter. Il n'avait pas pu s'autoriser à être faible. Et maintenant, si. Alors il lâcha les vannes, dans l'oreiller de Kalem, pour couvrir ses sanglots. Il ne voulait pas qu'il le sache, sa honte était déjà trop grande. Apaisé une fois sa crise passée, il s'endormit aussi profondément qu'un être humain le pouvait.

Il se réveilla au courant de la nuit, affamé. Il n'avait rien avalé depuis la veille, à midi. Sous sa tête, le tissu de la taie d'oreiller avait une drôle de texture, à cause de ses larmes qui y avaient séché pendant son sommeil. Allic n'était pas entièrement reposé, mais il savait que tant qu'il n'aurait rien avalé, il lui serait impossible de se rendormir. Alors il se leva et sortit prudemment de sa chambre. Il avait laissé ses armes sous l'oreiller, comptant sur le fait que Kalem ne viendrait pas prendre sa place avant qu'il n'y retourne.

« Où est-il ? marmonna-t-il. Sorti sans doute, pour chasser. »

Il trouva la cuisine facilement et ouvrit le frigo. Il fallait croire que Kalem était pire que lui, puisqu'il n'avait qu'à boire et… Du sang. Allic prit une poche et l'examina à la lumière de la rue passant à travers la vitre. C'était bien ça, du sang. Ca avait une texture dégueulasse… Comment des gens, même des vampires, pouvaient ingérer un truc pareil ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Dim 31 Jan - 0:46

Allic était un très bel homme, il l'avait vu dès le premier jour où il l'avait rencontré. Mais aujourd'hui il était vraiment dans un triste état, il lui faisait de la peine comme ça. Le stress et la fatigue vieillissaient son visage et lui donnaient un air faible qui ne lui allait pas. Kalem se sentait à la fois mal à l'aise et honoré de pouvoir assister à un moment de faiblesse du parrain de la mafia. Au quotidien il devait inspirer le respect et la crainte parmi ses hommes, mais aujourd'hui il était réduit au rang de chaton abandonné sur le pas de la porte. Il ne sembla pas l'écouter, peut-être un peu à l'ouest, et mit quelques secondes à lui répondre.

Kalem se leva à son tour et, une fois qu'il le su dans sa chambre, récupéra son téléphone et passa un coup de fil au service de sécurité qui lui fournissait les trois quarts de ses hommes. C'était une très bonne boite, et Aless connaissait certain des gars qui y travaillait. D'ailleurs, il devrait peut-être songer à lui demander de rester dans les parages... Si quelqu'un pouvait les protéger, c'était bien lui. Et son frère ne ratait jamais une occasion de pouvoir "chasser". Il attendit quelques minutes avant qu'on daigne décrocher. Le mannequin n'attendit pas et prit une voix un peu inquiète en expliquant qu'il avait vu quelques hommes roder dans la rue et souhaitait que deux autres agents de la sécurité se rendent sur les lieux et y restent. Il passait pour un petit fils à papa qui avait peur qu'on raye sa voiture de luxe ou qu'on abîme sa belle gueule, mais peu importe. Après avoir discuté argent avec eux, il raccrocha et laissa échapper un soupire de soulagement. Ça, c'était réglé. Il alla ensuite fouiller dans les placards de sa cuisine pour vérifier si il n'avait vraiment rien qui pourrait nourrir son invité, mais rien. Il allait devoir sortir, ça ne lui ferait pas de mal de boire un peu d'air frais. Le mannequin allait se rendre dans sa chambre pour se changer discrètement, croyant qu'Allic dormait. Il posa la main sur la poignée et se figea en entendant... des sanglots ? Il osa se coller contre la porte et écoutant, se sentit envahi par un malaise profond. Il se sentait terriblement mal d'écouter un autre dans un moment si intime. Il s'écarta de la porte sans un bruit et retourna sur son canapé. Il alluma l'ordinateur portable laissé sur la table basse et qui servait essentiellement à envoyer des mails à ses collègues et partenaires. Il consulta ses messages, les réseaux sociaux où de nombreux fans lui réclamaient une photo... Plus tard peut-être. Il brancha ses écouteurs et écouta un peu de musique pour se détendre et réfléchir à ce qu'il faisait. Etait-ce vraiment raisonnable de garder un homme recherché par des mafieux fous de la gachette chez lui ? Non, bien évidemment. Mais personne ne pourrait s'imaginer qu'il était chez lui. Et il ne pouvait pas chasser Beackerman de chez lui, ce serait monstrueux de sa part et il s'en voudrait si quelques jours plus tard on retrouverait son cadavre. Et puis avec un peu de chance... L'humain le laisserait se nourrir sur lui. Ca faisait des mois qu'il n'avait pas chassé et il commençait à en avoir marre du sang fade dans son frigo. Il se laissa bercer par une musique au piano pendant un long moment avant de se lever. Il fit craquer ses os en s'étira et alla enfiler une paire de chaussures après avoir fourré sa carte gold dans sa poche. Tant pis pour le look. Il ne prit pas la peine de laisser un mot et sortit de chez lui, enfermant Allic à clé.

Par chance, il n'y avait presque personne dans le petit supermarché dans lequel il se rendit. Il ne faisait presque jamais de courses et se fut la première fois qu'il utilisa un cadis (ce qui n'était pas non plus un exploit en soi). Il ne savait pas trop ce qu'aimait Allic alors il choisirait pour lui. Kalem privilégia la viande rouge, du bœuf en particulier, et les fruits et légumes. Le mafieux avait intérêt à savoir cuisiné. Il prit un carton de nouilles épicées, au cas où ni l'un ni l'autre ne serait capable de se servir d'un four ou d'une poêle et s'aventura dans le rayon des sucreries. Il hésita un moment mais finalement choisi de ne rien prendre, tout le répugnait. Son cadis une fois bien rempli, il se rendit à la caisse et paya en adressant un sourire charmeur à la vieille mégère qui scanna ses articles. Le mannequin se dépêcha de tout fourrer dans des gros sacs en plastiques qu'il prit dans une main et garda le gros carton sous le bras en faisant mine de faire de gros efforts pour tout porter. Une fois à l'extérieur, il traversa rapidement la rue pour rentrer chez lui, chargé comme un bœuf. Il ne ferait pas ça tous les jours, c'était sûr.

C'est avec soulagement qu'il arriva devant chez lui. Sans prendre la peine d'allumer la lumière, il ouvrit la porte le plus discrètement possible et pénétra dans l'entrée où il déposa les sacs. Il releva la tête lorsqu'il entendit un bruit dans la cuisine et se redressa. Il était déjà réveillé ? Ca ne pouvait pas être quelqu'un d'autre de toute façon. Kalem se rendit dans la pièce, Allic était bel et bien debout et semblait dégoûté – ou plutôt révolté – par ce qu'il avait dans la main, une poche de sang. Et il n'avait pas l'air de l'avoir entendu rentrer. Le vampire esquissa un sourire et croisa les bras.

« C'est vrai que ce n'est pas très bon. »

Il alluma la lumière de la cuisine et du plisser un peu les yeux pour éviter que ses rétines ne soient agressées par la lumière si vive. Il retourna ensuite dans l'entrée pour revenir poser les sacs et le carton sur le plan de travail.

« Prend ce qui te fait plaisir, et débrouille toi pour cuisiner. Comme tu peux l'imaginer, je ne suis pas bon à ça. »

Il sortit quelques articles qu'il avait acheté pour l'inviter à l'aider à ranger. Ouvrant un placard pour y mettre les nombreuses épices, sel et poivre qu'il avait aussi eu l'intelligence de prendre, il referma la porte et le regarda.

« Tu as besoin d'autre chose ? Mes vêtements devraient t'aller si tu ne veux pas te promener les fesses à l'air. »

Pas que ça soit désagréable à regarder. Une idée désagréable lui traversa l'esprit et il fronça les sourcils.

« Oh, et j'ignore si tu te drogues mais il est hors de question que tu ramènes ça ici. »

Il y avait bien assez d'alcool pour qu'il se foute en l'air si il le souhaitait vraiment. Et si il avait besoin d'aide, Kalem pourrait lui ponctionner un bon litre de sang avec plaisir, ça aiderait. Kalem adressa un sourire à Allic et continua de ranger les courses.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Lun 1 Fév - 21:13

L
a voix de Kalem le tira brusquement de sa contemplation. Il sursauta, pris sur le fait, à en faire tomber ce qu'il tenait. Après avoir lancé un regard affolé, puis rassuré, au vampire, il se pencha pour ramasser la poche de sang et la jeta dans le frigo resté ouvert. D'un geste presque las, il referma la porte et s'approcha du plan de travail. Kalem, de l'autre côté, y déposa des achats. Il avait mis le paquet, songea Allic. Au moins, il aurait de quoi le nourrir quelque chose. L'homme posa un regard interrogateur sur le visage lisse de son hôte forcé. Voulait-il réellement boire son sang en guise de loyer ? Ca expliquerait qu'il n'ait pris que de la nourriture de qualité.
Il fut ensuite question de la cuisine. Evidemment, c'était bien beau d'avoir des aliments, encore fallait il être capable de les préparer convenablement. Pour Kalem, cela semblait couler de source qu'il en était incapable, sans doute parce qu'il était un vampire. Or, Allic connaissait un vampire qui excellait en la matière. Il se demandait d'ailleurs où il était… La dernière fois qu'il s'était intéressé à son cas, c'était pour ordonner de mettre sa tête à prix pour trahison et rupture de contrat. Il avait dû avoir l'intelligence de foutre le camp.
Le problème dans tout ça, c'était qu'Allic aussi était infoutu de cuisiner quelque chose qui ne soit pas à base de pâte. Etrangement silencieux par rapport à ses habitudes, il se contenta d'une légère grimace. Puis, imitant Kalem, il saisit les steaks qu'il avait achetés. Ca, il devrait être capable de les préparer. Il les rangea dans le réfrigérateur en se promettant de se pencher là-dessus dès le lendemain, puis partit en quête de l'aliment de base essentiel à toute alimentation.

« Oh, c'est vrai que je n'ai rien à me mettre. Je suppose que tes fringues suffiront bien. Même si j'ai une passion secrète pour le fait de se balader à poil. »

Il s'imagina dans un petit ensemble à la Kalem, avec un haut transparent et un jean qui lui enserrerait un peu trop l'entrejambe. … Tant pis, il n'était pas en position de cracher dans la soupe.

« C'est très généreux de ta part, » se sentit-il obligé d'ajouter pour ne pas sembler ingrat.

Il avait la désagréable sensation que sa vie dépendait entièrement de Kalem. Il ne pouvait même pas être lui-même et dire ce qu'il pensait, ce serait vraiment malvenu. En plus, il avait peur d'énerver le vampire. Pas par peur de la morsure, plutôt d'être foutu à la porte.
Alors qu'il était en train de rassembler des sacs et des sacs de légumes, Allic entendit le vampire parler de drogue sur un ton presque accusateur. Oh, oui… Au club, il l'avait même invité à partager ses douceurs personnels avec lui. Forcément, il avait envie de prendre un truc, n'importe quoi, mais il devait bien se plier aux règles de Kalem.

« Okay, je suppose qu'après une semaine entière à ne rien prendre, j'ai déjà passé le cap le plus difficile. »

Il mentait, mais se voulait rassurant. En fait, depuis qu'il était rentré dans cet appartement, son manque se faisait de plus en plus pressant. Les deux cigarettes n'avaient absolument rien changé à l'évolution, constante depuis qu'il avait passé le pas de la porte. Une fine couche de sueur recouvrait sa peau, pas assez pour apparaître à travers son peignoir, mais il la sentait. Il espérait ne pas être pris de tremblements devant le vampire, ça deviendrait sans doute un peu glauque.

« Il n'y a pas de pâtes ?! » s'exclama Allic , atterré, au bout de quelques minutes, un sac de légumes dans chaque main.

Il se sentait mal de se plaindre comme ça mais il avait eut tellement d'espoir. Avec un soupir, il fourra les légumes dans un placard au hasard (il ne savait pas vraiment où les mettre), puis s'intéressa à des petits paquets délaissés jusqu'à présent. Oh, des nouilles instantanées. Ce truc déshydraté provenant de la Junkyard avait la volonté de ressembler à des pâtes, mais on ne l'y prendrait pas ! Cela dit, c'était sans doute ce qui se rapprochait le plus de ce dont il rêvait. Il en mit donc un de côté pour plus tard.

Quand ils eurent terminé de ranger les courses – Allic avait rangé les choses au hasard – l'homme s'occupa d'examiner le paquet de nouilles. L'alphabet junkyen envahissait presque tout l'emballage aux couleurs criardes et une minuscule traduction expliquait grossièrement comment les préparer. Il se mit donc en quête d'une casserole dans laquelle faire bouillir de l'eau. …

Un peu plus tard, Allic était installé au plan de travail, une assiette de nouilles réhydratées puis égouttées dans une assiette creuse qui semblait neuve. A l'aide de sa fourchette, il essaya de les manger comme des spaghettis, mais ce n'était pas vraiment un succès. Ces saloperies toutes ondulées n'arrêtaient de glisser sur le métal et il avait tout juste le temps d'en manger trois centimètres avant que le reste ne retombe mollement dans son assiette.
Il décida, en attendant de trouver un bon moyen d'avaler cette chose, de faire la conversation. Il voulait prouver à Kalem qu'il n'avait pas fait un mauvais choix en le gardant.

« Ta maison est vraiment sympa. Belle décoration et bien placée. En plus tes voisins sont tranquilles. »

Il lui servit quelques autres compliments du même genre, comme le fait que son lit était super confortable, puis passa au sujet le plus intéressant.

« Tu te souviens, je t'ai dit la dernière fois que si tu voulais me demander quelque chose, il fallait pas hésiter. Bon, je me doute que tu veux un service de ma part. C'est normal, tu m'héberges, tu me nourris, tu m'habilles et le reste. Donc, quand j'aurais repris le business en main, si tu veux un truc… Tu peux me le demander maintenant. A moins que tu veuilles un paiement plus immédiat et… En nature. »

Il voulait surtout parler de sang mais préférait laisser planer le doute. Après tout, Kalem était loin d'être repoussant, alors s'il devait jouer la pute pour sauver sa vie, il n'hésiterait pas une seconde.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Mar 2 Fév - 17:26

Kalem commençait à ranger les courses lorsque son invité forcé se sentit obligé de le remercier. À dire vrai, il aurait pu ne rien dire, il ne lui en aurait pas voulu. Mais c'était une étape nécessaire pour que les deux se sentent bien tant qu'ils cohabiteraient ensemble. Le mannequin se contenta de hausser les épaules et rangea les légumes qu'il avait acheté dans le frigo, pensif. Combien de temps est-ce que ça allait durer ? Comment pourrait-il cacher Allic sans rien risquer ? Il n'allait pas le garder enfermé chez lui pendant des semaines, tout de même ! Et comment allait-il expliquer toute cette histoire à son frère, quand celui si daignerait montrer le bout de son nez ? Depuis le gala, Kalem n'avait presque aucune nouvelle d'Aless, pas que ce soit inhabituel, mais il aurait bien aimé avoir son avis. Il n'était pas inquiet pour lui, son frère passait le plus clair de son temps soit à dormir, soit à s’entraîner, soit à chasser.
Allic le tira de sa réflexion en s'exclamant qu'il n'y avait pas de pâtes. Ah oui, il n'y avait pas pensé. Les pâtes ce n'était pas trop son truc. Et de quoi se plaignait-il ? Il lui avait acheté de la viande de qualité et des légumes frais ! Petit mafieux de merde.
Au final, l'humain sembla s'intéresser à un paquet de nouilles importées de la Junkyard, qui devraient pouvoir remplacer ses précieuses pâtes le temps qu'il retourne lui en acheter, un jour. Il n'allait pas non plus devenir la bonne à tout faire du mafieux et il avait l'intention de lui faire mettre la main à la pâte. Ils finirent de ranger les courses ensemble et, une fois qu'ils eurent terminés, Allic décida qu'il avait faim – le pauvre ne devait pas avoir mangé correctement pendant une semaine et se retrouvait à manger des nouilles de la Junkyard – sous les yeux du vampire qui le regardait peiner à les attraper. Pour faire la conversation et peut-être aussi se sentir moins embarrasser, son invité complimenta sa décoration et Kalem esquissa un sourire.

« Merci, j'ai fait refaire le salon le mois dernier. »

Allic ne lui laissa pas le temps de continuer et passa ensuite aux choses sérieuses. Il l'écouta en restant silencieux, croisant les bras et le fixant avec un air intéressé. Il attendit qu'il eut terminé de parler et craqua.


« Tu sais, les junkiens mangent ça avec des baguettes. Il y en a dans le tiroir derrière toi. »


Le vampire ne s'y connaissait pas beaucoup en nourriture, et pourtant même lui savait ça. Manger des nouilles avec une fourchette, non mais franchement. Il se décolla du mur auquel il s'était adossé et alla ouvrir le tiroir derrière Allic pour en sortir deux baguettes en métal qu'il lui tendit, avant de s'appuyer contre le plan de travail sur lequel il mangeait, à quelques centimètres de lui.


« C'est vrai que j'ai tout intérêt à te garder. Ça doit être pratique de se mettre le parrain de la mafia dans la poche. Encore mieux, dans mon lit. Mais peut-être que je fais ça uniquement pour ne pas entendre dans quelques semaines qu'on a retrouvé ton cadavre dans un caniveau. »


Avec tout ce qu'Allic lui avait raconté, il était évident qu'il ne ferait pas long feu si il restait encore à la rue. Et il pouvait clairement voir qu'il était aussi en manque. Le mafieux pouvait faire ce qu'il voulait, sa peau était clairement plus humide qu'elle n'aurait dû l'être et il avait l'air de peiner avec ses baguettes.

« Tout ce que je te demande pour l'instant, c'est ton sang. Une fois par semaine. »


Il savait qu'Allic serait réticent et il comprendrait si il refusait. D'ailleurs, il ne le chasserait même pas si il lui disait non, mais il était un vampire, il devait bien tenter sa chance. Kalem se rapprocha de lui et posa sa main glacée sur la joue agréablement chaude de l'humain, plongeant son regard dans le sien.

« Si tu restes détendu et que tu n'éprouves aucune peur, tu ne risques rien. Bien au contraire... »
Son autre main passa sous le peignoir et le bout de ses doigts effleurèrent son bas-ventre « Je suis sûr que ça pourrait beaucoup te plaire. »

La proximité entre leurs deux corps était quasiment réduite à néant, et il se délectait de la vue sous ses yeux. Une veine dans le cou d'Allic palpitait, ses pupilles étaient dilatées et il pouvait entendre son cœur battre dans sa poitrine. Le vampire eut un sourire amusé et s'écarta avant de lui tourner le dos.


« Tu n'es pas obligé de dire oui. Et avant ça je te ferai une prise de sang pour vérifier que tu n'es pas un porteur sain. »


Oui, il était toujours aussi méfiant. Il se détourna complètement de lui et s'arrêta alors qu'il s'apprêtait à quitter la pièce.

« Pour ce qui est des règles : Pas de drogue. Tu n'invites personne, et tu n'ouvres à personne... sauf Aless. Je te ferai faire un double des clés. »


Au départ, il voulait vraiment aider Allic à se sortir du pétrin dans lequel il était. Et en y réfléchissant, ça promettait d'être intéressant, de l'avoir sous son toit et sous ses règles. Il n'oubliait pas qu'il avait gâché son gala, excuses ou pas, il allait quand même lui faire un peu regretter son immaturité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Mar 2 Fév - 20:23

A
llic était en plein suspens. Il n'arrivait pas à lire sur son visage ce que pouvait penser Kalem. Ce type portait un masque de neutralité plutôt impressionnant. Puis, quand le vampire ouvrit la bouche, ce ne fut pas pour mettre fin à l'attente du mafieux. Des baguettes ? En voyant le truc débarquer sous son nez, Allic haussa les sourcils. Personne ne pouvait manger avec ça. Néanmoins, c'était junkyen, alors il y avait sans doute un truc. Il reposa sa fourchette et prit une baguette dans chaque main, se demandant comment il allait s'y prendre.
Kalem réfléchissait à voix haute. Quand il évoqua la possibilité de mettre Allic dans son lit – ce qui techniquement, était déjà fait – l'homme se désintéressa de ses couverts mystérieux pour jeta un regard presque lubrique au vampire. Un petit sourire provocateur fleuri sur ses lèvres, comme s'il le mettait au défi d'essayer. Cela dit, la fin le laissa un peu froid. Comme ça l'aurait étonné que Kalem attrape des boutons quand il apprenait que quelqu'un qu'il connaissait finisse mort dans un caniveau, il supposa que le vampire s'inquiétait de son sort. C'était presque mignon. Il ne l'aurait pas du tout cru capable d'autant d'humanité.

Evidemment, comme il s'y attendait, Kalem exigeait un paiement. Allic se demanda s'il avait eu l'idée parce que lui-même l'avait soulevée ou s'il avait décidé de faire ça dès l'instant où il avait entendu sa voix à travers l'interphone. Après tout, il n'était pas impossible que le vampire ait déjà été au courant de sa petite histoire et qu'il ait ensuite feinté l'ignorance. A ce qu'il paraissait, les suceurs de sang disposaient d'une excellente ouïe.

« Une fois par semaine, ça me semble honorable. »

Une broutille même. Il n'avait pas le droit de se droguer – ce qui de toute façon aurait été franchement stupide de sa part – alors Kalem pouvait bien prendre ce qu'il voulait, du moment que ça ne mettait pas sa vie en danger. Allic était solide et récupérait vite ses forces. Rien qu'avec un bain et un peu de sommeil, il se sentait déjà beaucoup mieux. Ne manquait plus que ces stupides nouilles pour le remettre complètement d'aplomb. Il tenta bien de les soulever en tenant une baguette dans chaque main, mais ce fut un échec encore plus cuisant qu'avec la fourchette.

« Tout ce que je ne veux pas, ce sont les morsures. Je suis plutôt habile avec un couteau, ça devrait le faire. »

Kalem ne l'entendait cependant pas de cette oreille. Il vint se coller à lui, ou presque, mais pour Allic c'était du pareil au même. La paume glacée vint se plaquer en douceur sur sa joue, plus brûlante que d'habitude. L'homme leva les yeux sur le visage si parfait du vampire, se demandant s'il pouvait réussir à lui donner froid en se collant entièrement nu contre lui.
Il insista, arguant que si Allic était détendu, il ne pourrait pas prendre de risque. Il avait l'impression d'entendre un mec qui refusait de mettre une capote. Bien sûr que si, il y avait toujours un risque, malgré son pouvoir. La dernière fois, s'il n'avait pas été malade…
La morsure glacée se déplaça sur son bas-ventre et Allic frissonna de plaisir, comme si on lui passait un glaçon. Il entrouvrit ses lèvres pleines et rougies par la fièvre, puis tourna complètement sa tête en direction de Kalem. Un sourire franc éclaira son visage et il lui parla comme s'il n'avait rien remarqué. Seule son entrejambe, plus dure et frémissante, indiquait son véritable état d'esprit.

« Tu es très séduisant, mais sans doute pas à ce point là, Kalem. »

Le vampire se détourna de lui, ce qui irrita profondément Allic. Il serra les poings sur le plan de travail, avec l'envie de lui hurler de ne pas lui tourner le dos. Surtout pas après ça. Il avait horreur qu'on l'ignore. Surtout pour lui dire qu'il avait peut être le sang vicié. C'était tout à l'honneur de Kalem de prendre ses précautions et un autre jour Allic l'aurait salué pour cela, mais pas aujourd'hui. La colère lui donna encore plus chaud et le peignoir commença à lui coller à la peau.
Après que le vampire ait énoncé ses petites règles qu'Allic avait bien l'intention de briser à la moindre occasion, l'homme lui rétorqua sur un ton taquin, espérant le rendre un peu jaloux :

« Très bien… Mais pas de morsure. Et puis tu sais, il n'y a pas longtemps, un vampire m'a pris du sang. Aux dernières nouvelles, il… En fait il a disparu quelques jours après mais je suis sûr que ça n'a rien à voir. »

Allic réfléchit. Et s'il avait tué Grim en l'infectant ? Ca aurait été une belle revanche de la vie sur le vampire, pour le punir d'avoir profité de lui alors qu'il était affaibli.
Enfin, s'il voulait vraiment vérifier qu'il allait bien, il n'allait pas l'en empêcher. De toute façon, il n'était pas prêt pour une perte importante de sang.

« Ah okay, je crois que j'ai compris ! »

De toute évidence, avoir un couvert dans chaque main laissait trop d'espace inutilisé. Maladroitement, il les joignit dans sa main droite et réussit à soulever un petit tas de nouilles. Bingo ! Il allait devoir s'entraîner un peu mais il avait pigé le truc.

Quand il eut terminé son assiette, Allic mit la vaisselle dans l'évier en promettant de la faire le lendemain. Il ne voyait ni éponge, ni liquide vaisselle, mais Kalem les rangeait peut-être dans un tiroir ou un placard. Il veillerait à lui demander le lendemain.
Après un long bâillement, il se dirigea vers la chambre.

« Je retourne me coucher. Au fait, si tu as encore de cette délicieuse vodka-myrtille… je ne serais pas contre. »

Il s'attarda un peu, se demandant si Kalem allait encore insister pour le mordre ou devenir brutal. Ce type semblait être calme en toutes circonstances. Il avait envie de savoir jusqu'où il pouvait aller avec lui, à quel moment le vampire allait sortir de ses gonds. Oui, il aimait vivre dangereusement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Mar 2 Fév - 21:51

Comme il se l'était imaginé, Allic n'était pas tenté par la morsure. Quel dommage, car il aurait bien aimé enfoncer ses crocs dans la cuisse du mafieux, là, juste aussi de son entrejambe qui ne semblait pas du même avis que son propriétaire. Cette réaction suffit à le conforter dans son idée, il réussirait à le persuader un jour ou l'autre. Le plus tôt serait le mieux, mais il savait être patient. Kalem se tourna de nouveau vers lui quand il mentionna un autre vampire qui se serait nourrit sur lui et haussa un sourcil. Est-ce qu'il essayait de le rendre jaloux avec ce petit air provocateur, ou de l'inquiéter peut-être ? Il se contenta de hausser les épaules. Ça ne changeait absolument rien pour lui de toute façon, alors autant ne rien dire. Allic réussit enfin à se servir de ses baguettes comme il fallait et il le regarda engloutir son plat. Il n'attendit pas qu'il ait terminé pour retourner dans le salon et s'installa dans le coin du canapé après avoir récupéré son petit ordinateur portable qu'il sortit de sa veille. Il n'avait pas prévu de faire quoi que ce soit d'important pour le moment, et il voulait voir ce que disaient les médias sur Beackerman, si ils avaient remarqué sa disparition.
Son invité refit surface dans le salon pour se rendre dans sa chambre en lui disant qu'il retournait dormir. Il avait eu une semaine riche en émotions, il devait être épuisé. Kalem lui fit un bref signe de la main et ne leva les yeux de son écran que lorsqu'Allic mentionna la vodka-myrtille. Un sourire malicieux vint étirer ses lèvres.

« Avec plaisir, je t'en apporterai tout à l'heure. »

Il l'avait presque oublié, ce mélange magique qu'il lui avait fait boire une semaine auparavant. Il se demandait ce que ça donnerait si il en buvait tous les jours. Kalem n'avait jamais réussi à en faire boire une telle quantité à qui que ce soit, et encore moins régulièrement. Ca promettait d'être très intéressant, et avec ça, Allic finirait bien par accepter de le laisser le mordre. Ses yeux descendirent sur le peignoir trop court et qui lui collait à la peau, pour arriver jusqu'aux cuisses de l'humain. Son excitation n'était pas tout à fait retombée, et le mannequin attendit qu'il soit sur le point de fermer la porte de sa chambre pour en rajouter une couche.

« Il y a des mouchoirs dans la table de nuit ! »

Et du lubrifiant, et un petit gode aussi. Il aurait peut-être dû les cacher mais si leur colocation forcée venait à durer, Allic risquait de tomber dessus un jour ou l'autre. Comme Kalem n'avait franchement pas honte de se faire plaisir – et surtout de se détendre un peu – de temps à autre, il n'allait pas faire semblant. Il espérait juste qu'il ne se s'en servirait pas. C'est privé, ces choses là !

Il se concentra de nouveau sur les différents articles qu'il venait de trouver et qui concernaient une fusillade dans un quartier de Modernis. On parlait de l'incident, mais pas d'Allic lui-même. C'était mieux ainsi, il valait mieux que personne ne fasse le lien entre une petite guerre entre mafieux et l'absence du businessman à la tête d'ABcorp. Il allait quand même devoir se montrer, à un moment ou un autre. C'est maintenant qu'il aurait dû avoir un compte sur un réseau social pour faire croire à tout le monde qu'il prenait des vacances et que tout allait bien pour lui ! Tiens d'ailleurs... Le vampire ôta son tee-shirt, sortit son tout nouveau smartphone de sa poche, alluma l'appareil photo en mode self-camera et prit une photo en prenant un air un peu fatigué qu'il posta ensuite sur les réseaux sociaux en souhaitant une bonne nuit à tous en se plaignant d'avoir eu une journée terriblement longue. Satisfait, il chercha ensuite le nom de son frère dans son répertoire et appela Aless. Comme il s'y attendait, il dut l'appeler trois fois avant qu'il ne daigne répondre en grognant.

« Hm. »
« Tu dormais ? »
« Non, je me paluchais. »
« Ah, ça va alors. J'aimerais que tu reviennes t'installer dans l'appartement à côté du mien pendant quelques jours, je t'expliquerai quand on se verra. »

Il ne laissa pas le temps à l'hybride de l'injurier et lui raccrocha au nez. Il serait beaucoup plus tranquille avec lui dans les parages. Kalem avait beau savoir se battre, en matière de combat, Aless dépassait beaucoup de vampires. L'hybride avait des réflexes impressionnant, même pour lui, et il se disait souvent qu'il était né pour être un tueur. Après avoir farfouillé encore un peu sur les sites d'informations pour s'assurer qu'on ne cherchait pas encore Beackerman, il se leva et se rendit dans la cuisine pour préparer son petit cocktail à Allic, la drogue en moins. Il prit le temps pour mélanger la vodka à la crème de myrtille. Une fois la boisson presque terminée, il ne manquait plus que son sang. Le vampire tendit l'oreille pour s'assurer que son invité dormait bien - ou se soulageait, peut-être - et n'entendit rien. Bien, si Allic le découvrait, ça ne lui plairait sûrement pas. Quoi que... ça pourrait être amusant qu'il veuille le mordre, d'inverser les rôles. Mais dans le doute, il n'allait rien lui dire pour l'instant. Il sortit un couteau bien aiguisé avec lequel il se fit un coupure assez profonde au pouce pour que le sang coule abondamment. Trente secondes suffirent pour qu'il ait complètement cicatrisé. Il lécha le sang qui avait coulé le long de la bouteille, puis la lame du couteau, avant de la refermer et de la mélanger. Une fois terminé, il laissa le cocktail sur le plan de travail et soupira d'exaspération en voyant qu'Allic n'avait pas lavé sa vaisselle. Ah oui, c'est vrai... Il sortit une éponge et du produit vaisselle qu'il avait acheté pour faire joli dans son placard uniquement et entreprit de faire la vaisselle. Il termina en passant un coup d'éponge sur l'évier et, satisfait, posa la bouteille en évidence sur la table du salon.

Kalem attendit deux bonnes heures avant d'oser entrer - discrètement - dans sa chambre. Il se retint de respirer, il ne voulait pas savoir si Allic avait vraiment fait quoi que ce soit, et se rendit dans son dressing où il se déshabilla pour enfiler des vêtements plus corrects, un ensemble noir relativement simple avec un pantalon moulant comme à son habitude, et choisit un sac en cuir marron. Il retourna dans la chambre et y fourra ses croquis les plus récents pour ses bijoux et laissa un mot à l'humain comme quoi il rentrerait avant midi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Mer 3 Fév - 21:06

A
la place de Kalem, Allic aurait trouvé qu'il exagérait, à réclamer de l'alcool alors que le vampire avait déjà l'extrême bonté de le recueillir et de lui acheter à manger. Pourtant, ce n'était pas aujourd'hui qu'Allic parviendrait à mettre l'homme à bout de nerfs. Au moins, il obtenait une large compensation. Avec un sourire très chaleureux en guise de remerciement, le mafieux s'engouffra dans la chambre de Kalem. Juste avant qu'il ne ferme la porte, il entendit sa voix mélodieuse lui indiquant qu'il avait des mouchoirs à disposition. Allic sourit, amusé. Il en aurait besoin un peu plus tôt au lieu d'inonder son oreiller. Toutefois, il ne dit rien et s'enferma dans la pièce.

Une fois au lit, il vérifia que Gomorrhe était bien sous sa tête. Il cacha les deux autres armes en boule dans son sweat, qu'il glissa ensuite entre le sommier et le matelas. On n'était jamais trop prudent. Rasséréné sur cette question, l'homme se remit au lieu et pensa pour trouver le sommeil. Son entrejambe était encore tiraillée à cause de ce qu'avait fait le vampire un peu plus tôt. Il pouvait encore sentir la caresse froide de sa peau privée de circulation sur sa joue, sur sa… Bordel, il se demandait bien pourquoi il l'avait excité comme ça. Il allait avoir du mal à s'endormir ! S'il voulait baiser, il pouvait juste demander ! Allic était sans défense, une proie idéale, à abuser chez soi en toute sérénité ! Il allait vraiment finir par croire que Kalem était timide. Peut-être puceau, oui. C'était difficile à croire, mais pas impossible.
Finalement, à force de penser à des choses, puis à d'autres, il s'enfonça doucement dans le sommeil. Quand il s'éveilla, la première chose qu'il fit fut de vérifier que son flingue était toujours à sa place. Puis, il posa ses yeux sur l'autre place du lit (contrairement à ses habitudes, il était sagement resté d'un seul côté). Kalem n'avait pas fait de truc flippant comme s'allonger à côté de lui pour le regarder dormir. Et s'il était venu dormir, il avait parfaitement remis les draps en place.

Il se redressa et jeta un coup d’œil aux fenêtres masquées par d'épais et élégants rideaux. Le jour persistait à diffuser un peu sa lumière dans la pièce et Allic estima qu'il était dix ou onze heures. Avisant une feuille de papier qui n'était pas là au moment de son coucher, il la déplia. Kalem était parti et reviendrait avant midi. Allic se demanda vaguement ce qu'il était allé faire, mais ça ne le regardait pas et ça ne devait pas être bien passionnant. Il ne craignait pas que le mannequin soit allé le trahir auprès de la nouvelle famille Beackerman. Non, le vampire semblait bien trop intéressé par la perspective de le garder auprès de lui quelques temps. Sa générosité avait des limites, bien sûr.
Avant de sortir de la chambre, Allic fouilla le dressing de Kalem et dénicha quelques vêtements qui lui plaisaient. Un débardeur un peu trop large, noir, un pull en laine crème tricoté en point filet qui laissait passer pas mal d'air, un pantalon en jean gris foncé ultra saillant et une paire de chaussettes noires. Ne pouvant se résoudre à porter un sous-vêtement de Kalem, il décida de laisser ses fesses à même le jean. Ce ne serait pas la première fois.
Une fois habillé, il constata que Kalem faisait une taille en moins que lui. Heureusement qu'il avait pris des vêtements, en dehors du pantalon, assez lâches. De toute manière, ils lui allaient très bien.

Dans la cuisine, il trouva la bouteille de cocktail et poussa un petit cri de joie. Il s'en servit un verre en guise de petit déjeuner tardif et alla s'installer dans le canapé, la télécommande de l'écran plat dans la main. Après s'être attardé cinq minutes sur un dessin animé complètement stupide, il zappa sur une chaîne d'informations. Il suffit de quelques minutes pour qu'il entende la journaliste prononcer son nom.

« Allic Beackerman, le PDG de la célèbre entreprise textile, est porté disparu depuis une semaine. Les responsables n'ont apparemment eu aucune information de la part du chef d'entreprise qui pourrait les rassurer. Le vice-président, malgré son affliction, a déjà annoncé qu'ils seraient peut-être, je cite,  obligés d'engager une nouvelle égérie pour la prochaine collection qui est déjà en cours de préparation. Plusieurs blogueurs fans de mode prédisent l'engagement du plus en plus célèbre Kalem Callahan. Pour le moment, la police... »

Allic éteignit l'écran, un peu rageur. On s'inquiétait plus de savoir qui allait le remplacer dans les photoshoots que de le retrouver… Cela dit, songea-t-il ensuite, il aurait dû s'y attendre. Il passait beaucoup de temps en boîte de nuit et mettait constamment sa vie en danger auprès d'inconnus. Toujours superbes, mais tout de même. Ils devaient s'imaginer qu'il avait fini mort après une soirée trop arrosée. Ou qu'il avait rencontré un serial killer. Ou un vampire… Dans ce dernier cas, ça n'aurait pas été éloigné de la vérité.

Allic allongea ses jambes sur la table basse et but un peu. Aussitôt, un apaisement presque surnaturel l'envahi. Il ferma les yeux, la tête sur le dossier du canapé. C'était comme si ce qu'il avait attendu était enfin arrivé. Ce cocktail avait la capacité de lui faire oublier son manque. Il aurait même refusé une cigarette. Kalem, ou celui qui avait créé ce nectar divin, était un dieu du cocktail.

Son verre terminé, il regarda l'heure sur une pendule. Onze heures trente. Pendant la demi-heure qu'il restait, il décida de se rafraîchir – il dut emprunter la brosse à dents de Kalem mais elle semblait neuve, il ne devait pas, ou peu, l'utiliser. Ses cheveux débroussaillées et artistiquement décoiffés autour de son visage, il entreprit de faire la vaisselle. Sauf que son bol et ses couverts avaient disparu.
Hmm… Que faire ? Il posa ses yeux verts sur la bouteille. Oh, pourquoi pas ?

Lorsqu'il entendit la porte d'entrée, il en était à son troisième verre, affalé en travers du canapé. La bouteille était désormais sur la table basse. Mmm, que penserait Kalem d'un tel spectacle ? Il avait hâte de le savoir.

En voyant une silhouette se profiler dans l'encadrement de la porte donnant sur l'entrée, il lança sur un ton doucereux :

« Bienvenue à la maison, chéri. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Ven 5 Fév - 19:05

Après avoir quitté l'appartement, Kalem s'était rendu directement au bureau qu'on lui avait offert dans une tour du centre-ville de Modernis, très luxueuse, qui regroupait les Q.G de différentes marques. Il avait droit à une grande pièce au quinzième étage avec une vue magnifique sur la ville pour rencontrer ses employés, et à une secrétaire qui prenait ses appels et rendez-vous entre deux poses de vernis. Lorsqu'il arriva à son étage, il n'y avait que la jeune femme – il avait encore oublié son nom – qui lui fit un résumé des appels qu'il avait reçu et lui demanda si elle devait faire venir son équipe.

Une demi-heure plus tard, le mannequin décidait de quelles photos seraient utilisées pour leur publicité et qui les porterait. Ils allaient mettre en vente deux nouvelles montres, dont une qu'il avait dessiné. Même si ça coulait de source, ce serait lui. Il savait clairement quel genre de photos il voulait et dans quel cadre, alors pourquoi perdre son temps à engager un autre ? Le rendez-vous fut bref, moins de deux heures, dont une fut consacrée à parler ragots... et donc Beackerman. On le pensait mort, il était probable qu'il ait fait une overdose ou qu'il se soit pris un coup de couteau lors d'une de ses sorties de débauché. Qu'est-ce qu'on dirait si on découvrait qu'il était chez lui ? Il pourrait prétendre qu'ils voulaient tous les deux prendre du bon temps, loin du monde... Et on allait penser à l'inévitable.Il apprit aussi qu'on songeait à le mettre à la tête d'ABcorp, ou en tout cas d'en être l'égérie. Ouuuuh ça risquait de fortement déplaire à Allic. Mais il devait décider vite, car beaucoup des partenaires du mafieux se retiraient déjà de son business, rompant leur contrat avec lui. Il allait perdre une montagne d'argent, et avait intérêt à régler très rapidement cette histoire de mafia si il ne voulait pas voir son empire s'effondrer mollement.

Au moment où il sortait de la conférence, Kalem reçu un message de son frère lui annonçant qu'il serait chez lui dans dix minutes. Lui n'y serait pas, mais il avait les clés et il pourrait discuter avec Allic – qui risquait de ne pas trop apprécier sa venue. Il n'y avait pas de quoi s'inquiéter, Aless savait très bien se défendre. Il ignorait si son invité le pouvait, c'était un mafieux et un humain, il devait avoir une préférence pour les armes à feu et les menaces. Mais il ne l'avait pas vu en apporter une avec lui, ou peut-être lui avait-il caché ? Il valait mieux pour lui qu'il ne touche pas un cheveux de son frère, sinon il allait le faire quitter son appartement en passant par la fenêtre. Finalement il allait peut-être se dépêcher de rentrer chez lui et éviter un massacre inutile.

Kalem était en route pour rentrer, et Aless n'avait pas l'intention d'attendre sagement devant la porte. Il était bien content de toujours avoir les clés de chez son frère avec lui, accrochées à son porte-clé chauve-souris. Il ouvrit la porte et, à peine entré, fut accueilli par une voix qu'il ne connaissait pas. Oh, son frère avait dû oublier de dégager un coup d'un soir. C'était inhabituel de sa part, et si il découvrait tout le sang dans le réfrigérateur ? L'hybride referma la porte derrière lui et émit un léger rire amusé. Il pénétra dans le salon et posa son regard sombre sur l'homme affalé dans le canapé, installé comme si il était chez lui.

« Perdu. »

Il alla s’asseoir dans le coin du canapé, croisa les jambes et retira sa veste en cuir noir sans le quitter des yeux. Il le connaissait, ce type. Il l'avait vu au gala de son frère, et il s'était dit qu'il ne l'aimait pas. C'était inexplicable, mais il était certain qu'il ne s'intéressait pas qu'au monde de la mode, il entendait trop souvent son nom dans le monde de la nuit pour ça. Beackerman, oui c'était ça! Il soupira et observa la bouteille d'alcool posée sur la table, aux trois quarts vide.

« J'imagine que tu es la raison pour laquelle Kalem me fait revenir ici. »

Ce n'était pas une question, mais une affirmation. Il n'avait pas franchement envie qu'il lui réponde, ce type ne venait pas du même monde que lui. Il s'entendait sûrement très bien avec son frère, par contre. Il le dévisagea un long moment, Allic n'avait pas l'air très enchanté qu'il soit ici. Il regarda ensuite l'heure sur sa montre et laissa échapper un soupire. Kalem lui avait dit midi, encore dix minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Ven 5 Fév - 20:39

« P
erdu. »

Il ne reconnut pas la voix de Kalem, et pour cause. En voyant le visage de l'homme, le sang d'Allic se glaça et il sentit les poils de sa nuque se dresser. Tranquillement, le nouveau venu s'installa sur le canapé, alors que le mafieux s'asseyait correctement et posait son verre sur la table basse. Il économisait ses gestes et tous deux se fixaient. Allic se demanda ce que ce type voyait chez lui : de la peur ou la réalité ? Il reconnaissait bien ces traits, qu'il avait lui-même dessinés quelques semaines plus tôt. Il avait même un nom à mettre dessus : Aless.
Lentement, il força son visage à se défiger et son regard à se radoucir. Il ne devait pas éveiller les soupçons de ce mec. Il comptait sur le fait qu'Aless prendrait ça pour de la simple surprise. En tout cas, l'autre ne prit pas la peine de se présenter et lui apprit être ici à cause de lui. De lui ? Mais à quoi jouait Kalem ? Est-ce qu'il avait engagé une baby-sitter pour lui éviter de faire des conneries ?
Le sang d'Allic se réchauffait, tant il était scandalisé et en colère par la présence de ce Aless. Ses joues se colorèrent un peu plus qu'à l'ordinaire. Ca pouvait toujours passer pour de l'attirance physique, après tout Aless était un véritable canon, bien que moins bien foutu que Kalem. En fait, il était même tout à fait son genre. Dommage qu'il ait sérieusement blessé son meilleur ami, qui avait failli mourir. Oh, oui. Et qu'à cause de sa faiblesse, conséquence de ces mêmes blessures, il n'ait pas pu éviter d'être tué !

Allic se forçait à respirer calmement, contrôlant attentivement chaque inspiration et expiration. Puis, lentement, il sourit.

« Je vois, répondit-il aimablement comme si tout ceci était prévu de longue date. Je suppose que tu dois être Aless, Kalem m'a prévenu de ton arrivée. Je suis Allic et Kalem m'héberge pour quelques temps. »

Aless n'avait pas du tout l'air commode. Encore moins qu'au gala, si c'était possible. Allic avait très envie de s'amuser à le dérider et le provoquer pour voir s'il allait le… Oh non ! Il ne pouvait pas être attiré par ce mec, bordel ! Il s'en était tapé des tas dans son genre de toute façon, coucher avec lui n'apporterait sûrement rien de nouveau. Et puis, c'était à cause de lui que Tony était mort. Bon sang, cet alcool avait la capacité incroyable de lui faire tourner la tête et de lui faire oublier l'essentiel. Mieux valait en finir au plus vite.

« Je viens de me souvenir ! s'écria soudain Allic en se redressant brutalement. Kalem a laissé quelque chose pour toi. C'est dans la chambre, ne bouge pas. Je vais le chercher. »

Sans laisser le temps à Aless de placer un mot, il se rua dans l'autre pièce et prit soin de rabattre la porte dans son dos. L'homme se précipita ensuite à la tête du lit et sortit Gomorrhe de sous l'oreiller. L'arme possédait un gros canon et devait être chargé avec des balles de gros calibre. Celles qu'il y mettait avait la fâcheuse tendance de faire exploser les têtes. Il espérait qu'Aless apprécierait l'attention. Il n'allait pas le traiter comme n'importe qui. Après tout, il avait partiellement causé la mort de son meilleur pote, il devait être traité avec distinction. Et même si Tony avait été en vie, il aurait fini par le trouer comme une passoire. Sa fin arriverait juste un peu plus vite de cette façon.
Après avoir vérifié que le chargeur était plein, Allic prit une seconde de réflexion. Quelles seraient les conséquences de sa vendetta ? Et bien, tout d'abord, le salon tout neuf de Kalem serait bien bousillé et pour ça il était à l'avance désolé. Ensuite, le vampire le mettrait peut-être à la porte. Ou alors il le tuerait. L'une comme l'autre de ces options lui était complètement égale. Il voulait juste avoir sa vengeance. C'était important. Plus important même que récupérer sa Famille. Tony… Il avait été un frère pour lui. Il avait sans doute plus chéri sa vie que celle de n'importe qui d'autre, plus que la sienne, plus que celle de sa mère. Sans lui, il se sentait vide. Comme si la balle qui l'avait tué avait aussi creusé un trou dans sa poitrine. Un trou qui ne se refermerait jamais.

Allic se tenait près de la porte entrebâillée, son arme contre sa cuisse et sa main libre sur l'épaisseur du battant. Il prit une profonde inspiration et se rua dans le salon. Son bras armé, le gauche, était toujours plaqué contre son corps. Il était droitier mais tirait tout aussi bien des deux côtés. De plus, c'était le côté le moins visible par Aless.

« Je l'ai retrouvé. Dis bonjour à Tony de ma part. »

Sa voix glaciale se tut sur un sourire carnassier et il leva son bras. Une seconde lui suffit pour viser la tête de son ennemi et il tira. Désolé Kalem, songea-t-il. Il faudra refaire la peinture.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Ven 5 Fév - 22:23

Allic le fixa pendant quelques secondes avant de prétendre que Kalem avait laissé quelque chose dans sa chambre pour lui. L'hybride ne dit rien mais serra les poings, c'était un mensonge. Cet humain venait de lui mentir et préparait un sale coup. La flamme qu'il avait discerné dans son regard l'avait trahi, il ne la connaissait que trop bien, ce petit feu plein de haine allumé dans les yeux de ceux qui voulaient le tuer. Il avait plus d'ennemis que d'amis. Ce ne serait pas le premier, ni le dernier. Et puis son frère ne lui laissait jamais rien chez lui, il lui faisait tout envoyer ou aurait attendu de lui remettre en main propre. Le problème, c'est qu'ils étaient dans l'appartement de son frère, qui ne supportait pas qu'on salisse les lieux – il avait quand même eu le culot de garder ses new rocks – et que Allic était son invité, il ne pouvait donc pas le tuer. Il devrait seulement le mettre hors d'état de nuire. L'humain revint et il remarqua qu'il tremblait légèrement. Ah, il devait vraiment avoir de bonnes raisons de vouloir sa mort pour se mettre dans des états pareils.

Au moment même où Allic terminait de prononcer son dernier mot, Aless sentit tous ses muscles se tendre et plongea sur le côté. Ses réflexes lui avaient sauvé la vie plus d'une dizaine de fois, se dit-il alors que le cuir non loin de sa tête explosait en morceaux. Il ne laissa pas le temps à l'humain de se rendre compte de ce qu'il s'était passé et encore accroupi au sol, bondit sur le lustre à quelques centimètres de son assaillant. Il s'y accrocha et envoya ses deux pieds joints dans la mâchoire de l'autre, le propulsant au sol, et se laissa retomber avec souplesse pour s'approcher de lui. Il écrasa la main de l'humain qui tenait encore son arme et lui arracha le flingue. Aless admira le canon imposant en murmurant un « Très beau. » avant d'appuyer son autre pied sur la gorge de sa proie. Il baissa ensuite les yeux sur Allic, un sourire mauvais étirant ses lèvres pâles, et s'accroupit pour approcher son visage du sien. Il prit l'arme par le canon et lui asséna un coup de crosse violent en pleine tempe, puis un second, en y mettant un peu moins de force. Lorsque enfin il vit un filet de sang couler sur la joue de l'homme, il se redressa, le dominant de toute sa hauteur. Il n'en restait pas moins aux aguets.

« Alors dis moi, qui était Tony, un infecté ? Quand l'ai-je tué ? Était-il aussi prévisible que toi ? »

Il faisait son malin, mais si il n'avait pas eu les réflexes incroyables dont il était doté, sa tête serait dans le même état que le canapé en cuir de Kalem. Et il en avait parfaitement conscience. Il regarda de nouveau l'heure sur sa montre et soupira doucement, encore cinq minutes avant que son frère n'arrive. Il pouvait bien jouer un peu avec lui. Il jeta l'arme qui glissa près du canapé et agrippa Allic par les cheveux qu'il tira contre le mur avant de sortir un petit couteau de sa manche comme un magicien en aurait sorti des mouchoirs multicolores et le lança dans sa direction. La lame alla se ficher dans le mur, frôlant l'entrejambe de l'humain. Aless fit mine d'être déçu (comme si il l'avait véritablement raté !) et sortit un deuxième couteau qui, cette fois-ci, fit son chemin jusqu'à la cuisse gauche.

« Arrête donc de bouger. »

Il pouvait clairement discerner l'appréhension dans ses yeux, la peur aussi. Mais surtout, la haine. C'était encore plus amusant que ce qu'il aurait cru. L'hybride visait son œil gauche – un seul lui suffirait pour voir après tout – et s'apprêtait à lancer lorsqu'une voix glacée lui intima d'arrêter, juste à temps. Il était en avance.

« Ça suffit. »

La voix de Kalem était plus coupante qu'un rasoir, et le plus jeune d'entre eux préféra obéir. Il rangea le couteau sortit de sous sa chemise noire cette fois-ci et se contenta de lui indiquer d'un bref signe de la main le canapé. Le vampire alla y récupérer l'arme avant de lancer un regard noir à Allic qui était dans un sale état.

« C'est comme ça que tu me remercies ? » il se rapprocha de lui et Aless, lui, s'éloigna de quelques pas, « Le seul qui soit responsable de la mort de ton ami, c'est toi. Si tu n'avais pas voulu te venger pour des raisons aussi stupides, Aless ne lui aurait jamais brisé les os comme il l'a fait, pour te défendre soit dit-en passant. »

Le vampire arriva enfin jusqu'à lui, la proximité entre leurs deux corps réduite à quelques centimètres. Il prit le menton d'Allic entre ses doigts et approcha son visage du sien, passant la pointe de sa langue sur sa joue pour récupérer le liquide encore chaud qui coulait de sa tempe. Un frisson le traversa, c'était si bon et si tentant... Il sourit tristement et plongea son regard ambré dans le sien, il était temps de voir si son charme naturel et le fait qu'Allic ait bu de son sang opéraient bien ensemble, pour lui murmurer d'une voix douce.

« Tu me déçois beaucoup, Allic... Moi qui voulait apprendre à te connaître et qui ait demandé à mon meilleur homme d'assurer ta protection. »

Au moins il avait eu le droit à un aperçu de l'efficacité d'Aless, qui d'ailleurs s'était éclipsé après avoir récupéré un trousseau de clés dans le sac en cuir qu'il avait laissé par terre dans l'entrée. Kalem était très en colère. Si il avait laissé parler son instinct, il lui aurait fracassé la tête contre le mur jusqu'à ce qu'elle explose, pour en finir avec cette histoire. Il pourrait faire disparaître le corps, qui le soupçonnerait, lui le prince de la mode qui organisait des événements splendides pour la charité  ? Mais heureusement pour Allic, il écouta plutôt la raison. Le vampire colla son corps au sien pour qu'il ne songe même pas à vouloir s'échapper, agrippa avec douceur et fermeté le poignet droit de l'homme, tandis qu'il posait sa main libre sur sa tempe encore pleine de sang et promenait son pouce près de son œil, exerçant une légère pression sur son globe oculaire, il appuya un peu plus fort.

« Tu as abîmé mon canapé, et tu as mis du sang sur le mur. Comment vais-je te pardonner ? » il pencha légèrement la tête sur le côté et soupira doucement  « Veux-tu seulement que je te pardonne, ou as-tu fait ça dans l'espoir que je mettrais fin à tout ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Sam 6 Fév - 10:34

I
l était faible malgré son repos et le recul impressionnant de son arme lui fit faire un pas en arrière alors que ses bras s'engourdissaient légèrement. Quand il reporta son attention sur sa cible, celle-ci avait disparu. Le sang n'avait pas giclé. A sa place, une petite pluie de mousse terminait d'échouer sur le cuir qui avait accueilli sa balle. Il eut juste le temps de prononcer un juron avant de voir une paire de chaussures se précipiter vers son visage. Allic se le prit en pleine tête et s'attendit à voir des étoiles, vaciller en arrière, mais certainement pas tomber à la renverse quelques mètres en arrière. Pourtant son corps heurta durement le sol de l'appartement et il manqua de peu de se fracasser l'épaule. Seules ses très longues heures d'entraînement lui permirent d'atterrir sans fragiliser ses os. Il fit aussi de son mieux pour conserver son arme en main, serrant la crosse le plus fort possible. Ce fut cependant tout à fait inutile. Aless était déjà sur lui et lui écrasa la main, avant de lui arracher Gomorrhe. Le cœur d'Allic s'affola, sans arme il était pratiquement sans défense. En particulier en face d'un… Vampire, probablement. Avec une telle force… Qu'il avait été stupide ! Maintenant qu'il connaissait la véritable nature de Kalem, il aurait dû s'en douter. Il s'était laissé aveugler par la douleur de sa perte trop récente.
Le pied sur sa gorge ne l'impressionna pas, il était déjà prêt à mourir avant même de sortir de la chambre. Et puis, il avait vécu de pires situations. Beaucoup plus traumatisantes en tout cas.
En revanche, le coup de crosse sur sa tempe lui brouilla la vue. Le second l'étourdit tellement qu'il se mordit la langue et ne vit plus rien pendant de trop longues secondes. Quand ses yeux perçurent de nouveau la lumière, bien que tout soit flou autour de lui, il était traîné par les cheveux. Heureusement que le salon de Kalem n'était pas si grand, il aurait perdu un peu plus que quelques touffes de cheveux en chemin.
Allic se retrouva accolé à un mur. Est-ce que tout était devenu silencieux ou bien n'entendait-il plus rien ? Un bourdonnement agaçant remplissait ses oreilles, en particulier du côté gauche. Malgré le bruit dans ses oreilles, il entendit distinctement un sifflement. Puis un autre et enfin la douleur. Irradiante, elle traversa toute sa jambe et il laissa échapper un cri. Un peu de bave s'échappa d'entre ses dents serrées, un goût métallique emplissait sa bouche. Il tremblait et se tenait la cuisse, comme si d'une quelconque façon ce geste pouvait atténuer la douleur. Il était affalé sur le sol à présent et regrettait presque d'avoir essayé de tuer ce fou furieux. Finalement, il n'avait peut-être pas connu pire. Mais il n'était toujours pas impressionné. Tout ça, ce n'était que la douleur physique. Il n'aurait jamais son esprit. Allic savait encaisser.

De nouveau, un son plus clair perça le bourdonnement dans ses oreilles. La voix de Kalem. Un soulagement étrange l'envahit.
La voix du vampire chanta à ses oreilles et il mit du temps à comprendre qu'il lui faisait des reproches. Il était responsable de la mort de Tony ? Comment Kalem savait-il tout ça ? Comment pouvait-il avoir eu connaissance des intentions d'Allic ? Est-ce qu'il lisait dans son esprit ? Mais toutes ces questions et leurs réponses n'avaient pas beaucoup d'importance. Kalem avait forcément raison. En fait, Allic le savait déjà, qu'il était responsable de la mort de Tony. C'était pour cette raison qu'il était si important qu'il tue Aless. Qu'il tue cette fille qui avait investi sa maison. Qu'il tue celui qui avait tiré la balle fatale. Ou bien… Il pouvait aussi se racheter en mourant.
Kalem se retrouva tout près de lui et le força à lever la tête. Le soulagement que ressentait Allic s'intensifia. Il ne pouvait pas bien le voir, mais ça suffisait…
L'homme ressentit un picotement au niveau de sa tempe et frissonna. C'était aussi humide et tiède. La langue de Kalem. Il lécha son sang. Allic brûlait de lui dire qu'il pouvait tout prendre.
Les yeux oranges du vampire se fixèrent dans les siens. L'ambre devint un peu plus net que le reste du décor. Encore un reproche, mais c'était dit sur un ton si doux… Allic ouvrit la bouche pour s'excuser, mais un peu de sang venant de sa langue coula dans sa gorge. Surpris, il toussa et recracha un peu de salive rouge, sur le sol.
Kalem posa alors sa main sur le côté blessé de son visage et Allic plissa les yeux, serra la dents dans une grimace. C'était douloureux. Mais moins que la pression exercée sur son œil, qui fit exploser la douleur dans sa tête. Il voulut lever le bras pour repousser la main de Kalem, mais c'était impossible. Son corps était trop épuisé, trop choqué. Quand le vampire lui demanda s'il voulait mourir, l'instinct d'Allic lui hurla de lui répondre d'aller se faire foutre. Mais un petit ver dans sa tête se fraya un chemin avec une idée, portée par la douce, discrète et voluptueuse odeur de Kalem. Il ne pouvait pas mourir, le vampire avait besoin de son sang. Il se ferait pardonner. Et puis, il ne pouvait pas encore quitter cette terre alors qu'un ange aux yeux ambrés la foulait.
D'une voix enrouée et épuisée, il articula difficilement :

« Pa… Pardonne-moi… je ferai tout ce que tu veux... »

Une alarme se déclencha dans sa tête. Quelque chose n'allait pas… Il n'était pas lui-même. Et après ? C'était mieux, non ? Il n'avait même pas à réfléchir, juste à se soumettre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Sam 6 Fév - 12:31

La colère de Kalem termina de s'évanouir lorsqu'il vit à quel point Allic était exténué. Il l'avait imaginé plus combattant et hargneux que l'homme qu'il avait sous la main. Il libéra son œil qu'il avait été tenté de lui arracher et retourna caresser sa joue. Sa peau était sèche à cause du mauvais traitement qu'elle avait subit ces derniers jours. L'humain toussa un peu et quelques gouttes de sang vinrent éclabousser son haut, mais il ne lui en voulait pas. Et il s'excusa... Allic était vraiment pitoyable. Il ne pouvait s'empêcher de le plaindre et se dire qu'il n'avait pas mérité ça. À part la raclée qu'Aless venait de lui mettre, bien évidemment. Il sentit quelque chose de dur frôler sa cuisse et il baissa les yeux pour apercevoir l'un des couteaux de son frère encore enfoncé profondément dans la chair. Il allait devoir panser sa blessure pour éviter de foutre plus de sang qu'il n'y en avait déjà. Il colla son front contre celui d'Allic et respira l'odeur de son sang, il n'avait jamais été aussi attirant. Le vampire passa de nouveau sa langue sur sa peau, récupérant le liquide carmin qui avait coulé le long de son menton, au diable l'inquiétude de l'infection, comment pouvait-il résister à ça ? Il se faisait violence pour ne pas s'attaquer à sa jugulaire, uniquement parce-qu'il s'inquiétait de sa réaction, et qu'il n'avait pas envie de vampiriser Allic. Ça pourrait devenir un très gros problème. Il pourrait être incontrôlable et plus difficile à maîtriser si il s'attaquait de nouveau à son frère.

Finalement, il déposa un baiser sur ses lèvres brûlantes avant de le prendre dans ses bras pour le conduire dans sa chambre, où il le déposa sur son lit. Tant pis pour les draps. Il disparu quelques minutes dans la salle de bain pour aller récupérer des bandages que son frère lui avait demandé de garder au cas où, et un gant passé sous l'eau froide pour nettoyer son visage. Lorsqu'il revint, il retira le couteau encore enfoncé dans sa cuisse et entreprit de lui ôter son pantalon pour bander sa jambe. La plaie était profonde, il aurait une belle cicatrice. Il le couvrit ensuite d'un drap et le regarda dans les yeux.

« Écoute, je ne sais pas si ton ami est vraiment mort à cause d'Aless, mais j'ai cru comprendre que c'était le type à qui il a cassé une jambe pendant le gala, pas vrai ? »

Il passa une main dans ses cheveux et soupira. Il savait que ça ne ferait pas revenir le proche d'Allic - ça ne pouvait être qu'un proche pour qu'il ait un tel désir de vengeance au point d'y risquer sa vie - et lui aussi aurait tout fait pour faire justice si l'on avait touché à son frère, mais il était persuadé qu'Aless n'était pas entièrement responsable.

« Si tu le veux bien, moi et Aless allons t'aider à... récupérer ce qui t'appartient. Ne me demande pas pourquoi, tu n'as qu'à t'imaginer ce que tu veux. »

Il pouvait bien croire qu'il avait craqué pour lui ou qu'il cherchait à obtenir quelque chose derrière, lui même n'était pas sûr de savoir pourquoi il faisait ça. Mais quelque part, si il devait y avoir une mafia à Modernis, il préférait que ça soit Allic Beackerman plutôt que des dingues qui avaient la gâchette encore plus facile que lui. Et puis il l'appréciait et ne lui infligerait certainement pas de mauvais traitement, c'était évident. Le mannequin soupira doucement et se leva.

« Repose toi et quand tu te sentiras mieux... On en rediscutera. »

Lui aussi avait besoin de réfléchir un peu. Il aurait bien aimé pouvoir s'allonger lui aussi et somnoler un peu, mais il valait mieux qu'il le laisse seul. Il sortit de la chambre en gardant la porte ouverte pour être sûr de l'entendre si il l'appelait ou se sentait mal, et alla dans la cuisine pour se faire un café. Pendant que sa boisson se faisait attendre et mettait son temps à être filtrée, il envoya un message à Aless qui était dans le deuxième appartement de l'étage, lui intimant d'y rester et de ne pas venir provoquer. Il ajouta aussi qu'il aurait bientôt une cible à chasser, et il pouvait déjà imaginer l'excitation de l'hybride à l'idée d'avoir une nouvelle proie.

Il en profita pour passer un coup de balais dans le salon et commander un nouveau canapé qu'on lui livrerait demain. Ils allaient être obligés de prendre une nacelle pour passer par une fenêtre, car son achat ne pouvait tout simplement pas passer par les escaliers ou l'ascenseur. Il nettoya ensuite le sang d'Allic et, une fois satisfait, alla se servir son café en espérant que le mafieux n'allait pas lui claquer entre les doigts. Le vampire prit la tasse encore fumante entre ses mains et s'adossa contre le comptoir. Pourquoi faisait-il ça ? Pourquoi voulait-il aider Allic ? Il aurait pu attendre encore une semaine en le gavant de son sang mélangé à un peu de vodka, et il aurait un esclave sexuel sous la main pour le restant des jours de l'humain. Il prenait déjà de gros risques à l'héberger chez lui, et maintenant il venait de lui proposer de l'aider à se venger des véritables fautifs. C'était de la folie. Mais... ça mettrait un peu de piment dans sa vie. Et ça pourrait l'inspirer pour de nouvelles créations, plus tard. D'ailleurs, il faudrait qu'il dise à Allic que la liste des partenaires qui décidaient de le lâcher s'allongeait de jours en jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Sam 6 Fév - 14:33

E
n réponse à sa supplication, Kalem colla son visage au sien. Allic ferma les yeux, essayant de chasser la douleur qui lui fendait le crâne en deux. La pression sur son œil avait disparu, mais le mal était persistant. Il fronça les sourcils quand le vampire recommença à lécher son sang et se mit à trembler. Il se sentait comme une proie, plus que jamais. Le pire, c'était qu'il adorait ça. Pas de la même façon dont il avait aimé se faire tirer du sang la dernière fois, avec ce petit vampire miniature qui méritait au moins une balle entre les deux yeux et une autre dans chacun de ses genoux… Non, là… C'était juste de la soumission. Il s'était toujours cru dominant ou au moins ambivalent dans ses relations. Pas simplement un esclave. Sans doute qu'il s'était trompé.

Après s'être rassasié, Kalem le transporta jusque sur son lit. Allic pensa qu'il allait tâcher les draps, que c'était une mauvaise idée mais de toute façon, il était incapable de bouger vraiment. Kalem disparut juste un moment, ce qui lui laissa le temps de reprendre un peu ses esprits et d'évaluer la situation. Sa tempe saignait, son mal de crâne était le plus atroce qu'il ait jamais eu, il était ivre, épuisé, choqué et un couteau était planté dans sa cuisse. Aless était censé être là pour le protéger ? Foutaises ! Allic ne doutait pas de Kalem, cela dit il avait l'air un peu naïf sur certains points. Ce cinglé lui avait peut-être menti. S'il avait vraiment été là pour le protégé, il ne l'aurait pas tabassé, même si Allic l'avait agressé. Il aurait simplement esquivé le projectile et l'aurait désarmé. Allic avait été à la place d'Aless une dizaine de fois et les capacités de ce type ne laissaient pas de place au doute : il avait fait tout ça parce que ça lui plaisait.

Kalem refit son apparition, interrompant sa réflexion. Il plissa les yeux pour le regarder, le peu de lumière qui éclairait la pièce lui donnait mal à la tête. Un peu plus. Une petite douleur remonta à partir de la blessure de sa cuisse, aussitôt suivi d'une plus grande. Allic se mordit le poing pour étouffer son hurlement. C'était autrement plus difficile à supporter que lorsque le couteau s'était planté dans sa jambe ! Enfin, il pouvait encaisser, ne cessait-il de se répéter. Il s'était déjà fait retirer des balles, une fois il avait même été forcé de les enlever lui-même. Tout irait bien, ce n'étaient pas de graves blessures et il récupérait vite. Au moins, autant qu'il pouvait en juger il n'avait rien de cassé.
Il entendait la voix de Kalem alors qu'il lui parlait, mais c'était difficile de se concentrer sur ce qu'il racontait. Il comprit que lui et… Aless… Allaient l'aider à récupérer sa Famille. Pourquoi ? Allic aurait vraiment aimé le savoir. Au fond, c'était évident, songea-t-il. Il pouvait leur apporter plus de pouvoir. Mais qu'en ferait Kalem, de ce pouvoir ? Il créait des bijoux et défilaient pour des grandes marques.

Bien qu'il ne lui prêtait pas énormément d'attention, Allic sut quand Kalem quitta la pièce. Ce fut comme un déclencheur et il s'endormit, mettant tous ses problèmes de côté.


Lorsqu'il ouvrit les yeux, la chambre était nimbée d'une lueur rouge. Il avait dormi quelques heures, assez pour que le crépuscule soit tout proche. Son estomac se tordait de faim et il était courbaturé, mais reposé. Il se leva dans le lit et jeta un coup d’œil sous le drap. La partie basse de son corps était complètement nue et un bandage entourait sa cuisse. Une tâche de sang toute ronde se dessinait sur le pansement.
Il retira son pull, couvert de sang, puis fouilla le dressing de Kalem pour trouver un autre pantalon. Il en choisit un plus large que le précédent, afin de ne pas souffrir inutilement. Se mirant, il se trouva horrible. Il avait besoin d'un bon bain aux huiles essentielles et d'une manucure. Ca attendrait. Il devait parler à Kalem.

Débarquant dans le salon, il trouva ce dernier propre. Un sourire en coin, Allic songea que ce vampire était une véritable petite fée du logis. Il trouva d'ailleurs ce dernier dans la cuisine, sans avoir croisé Aless. Il craignait assez de se retrouver nez à nez avec lui dès à présent.

« Salut. »

Sa voix était faible mais son ton égal à lui-même. Blessé des deux jambes, il eut du mal à rejoindre un siège, sur lequel il se laissa tomber avec un soupir de soulagement.

« Désolé pour ton canapé et le sang, commença-t-il en souriant gentiment à Kalem. Je te rembourserai tout ça quand je le pourrai. »

Puis, il prit une inspiration. Autant aller droit au but.

« Ecoute Kalem, tu m'as dit que tu allais m'aider. Et que l'autre allait le faire aussi. J'accepte. Je ne sais pas comment tu veux t'y prendre cela dit… Enfin, j'ai quelques infos et je peux facilement trouver un plan d'action. En attendant… Plus de drogue, plus d'alcool et plus de folie. En échange de ton aide… »

L'inspiration qu'il prit cette fois fut encore plus grande. Quelque part, au fond de lui, une voix lui hurlait de ne pas faire ça, de ne pas prononcer ces mots fatidiques. Tandis qu'une autre part de lui, plus proche et plus attirante, lui susurrait qu'au contraire, il s'agissait d'une excellente idée. Que c'était même la meilleure chose à faire.

« … Je te laisserai me mordre. »

Voilà, c'était dit. Il venait de se vendre à un vampire pour récupérer son empire. Il se sentait minable, car il abandonnait sa vengeance et devait être assisté d'un mannequin pour récupérer ce qu'il aurait dû mériter par ses seuls actes. Minable parce qu'il était étrangement attaché à ce type, qu'il lui mangeait dans la main alors que c'était le contraire qui aurait dû se passer.
Au moins, se rassura-t-il, s'il se refusait à consommer alcool et drogue, ce n'était pas pour le petit confort de Kalem. Il voulait être en pleine possession de ses moyens en présence d'Aless. Il passerait par une phase difficile de manque, tout en sachant qu'elle ne durerait que quelques semaines, tout au plus. Il pouvait s'en sortir, il avait beaucoup de volonté. Et un jour, Aless paierait. Ou lui mourrait. C'était du pareil au même.

« Au fait ! s'exclama-t-il en réalisant soudain quelque chose. Où est mon flingue ? »

Ce n'était pas une question de sécurité. Après tout, il avait une autre arme au chargeur plein sous le matelas de Kalem. Mais cette arme était son compagnon depuis tellement d'années, s'en séparer lui crevait le cœur. Il craignait qu'Aless se soit servi, il avait eu l'air d'apprécier son design après tout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Boss des Sucreries
Messages : 47
Date d'inscription : 20/11/2015
Age : 36
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Photographe de mode
Race : Hybride

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Sam 6 Fév - 22:52



Allic Beackerman x Kalem Callahan x Ashenlil Queen

Une journée normale, trois repas, une nuit de sommeil bien mérité, ce n'était pas vraiment pour Ash. Il avait réussi à se débloquer quatre jours de congés pour préparer les derniers détails du défilés mais les autres organisateurs avaient eu des empêchements de dernière minute. Il avait donc deux jours à de rien faire. Il s'était dit que c'était l'occasion de changer le micro-ondes, de faire une ballade dans le parc ou de passer au spa.
Mais ah, après tout, il restait Ash. Il avait pour projet de tenir compagnie un peu à Caem jusqu'à l'heure du déjeuner et puis de passer au QG, nouvellement acquis, de la famille Queen. Il avait l'habitude de plutôt les diriger à distance pour éviter que les Bongiasca ne trouve la petite maison adorable dans laquelle ils se retrouvaient mais il devait bien y mettre les pieds de temps en temps, vérifier les comptes et remonter le moral des troupes après la déception la plus récente.
Récemment, Allic Beackeman avait disparu. Selon la nouvelle direction de la famille, il était mort, décédé, réduit à néant. Une affaire de renversement de pouvoir, un truc un peu commun pour un mec aussi sûr de lui que Beackerman. Toute possibilité d'alliance avait été réduite à néant quand cette fille, Hedwige s'il avait bien saisi son nom, lui avait ri au nez en lui demandant pourquoi elle s'associerait à une famille qui serait bien vite écrasée par les Bongiasca. Il avait écrasé son poing sur son nez dans un coup de sang et pendant un moment, les hommes de main des deux familles s'étaient jaugés, leurs armes sorties. Ash était finalement, leur faisant même l'affront de leur tourner le dos.
Il ne devait pas y passer plus d'une heure. Seulement, le nouveau jeu de Caem était tout à fait passionnant et Ash et lui s'étaient partagé le temps de manette jusqu'à ce que le soleil ne se lève. A ce moment, le mafieux s'était rendu compte qu'il était un peu trop accro à la console. Il s'était juré de s'arrêter juste après cette mission mais à plus de neuf heures du matin, ils étaient encore devant la console. Vingt minutes plus tard, ils complétaient la mission avec brio et éteignirent la console. Incapable d'aller jusqu'à leurs lits, ils dormirent par terre, sur les poufs ultra confortable qu'ils sortaient de temps en temps.
A quinze heures, ils se réveillèrent, les yeux dans la bouche et avec une faim de loup. Ash fut sorti de sa léthargie par un texto de Sam qui lui rappelait qu'il devait passer chez Kalem avant la nuit avec la tenue pour le défilé. Kalem ? La tenue ? OH PUTAIN OUI ! Ils étaient le dix-neuf, il avait complètement oublié. Il se précipita dans la salle de bain et hurla de désespoir. Okay, il avait l'air d'un sac poubelle. Un sac poubelle avec des yeux et une touffe de cheveux en forme de champignon nucléaire.
Okay, il allait manger et essayer de s'arranger. Étant donné l'état de la cuisine – la femme de ménage devait passer aujourd'hui mais ils ne devaient pas l'avoir entendu tant ils étaient profondément endormi et elle était la seule à faire la vaisselle – il était hors de question de cuisiner.  Après un appel rapide, Sam leur ramena des encornets avec du riz et un mega-giga-superspicy burger de chez MFC pour Caem.

Après avoir reprit des forces, s'être fait un masque purifiant et avoir prit une douche, il s'occupa de lisser ses cheveux et de se donner un teint frais. Un sourire charmeur à la glace plus tard, il était devant son dressing en se demandant bien ce qu'il pourrait mettre. Il n'avait pas envie de ressembler à un mec désespéré mais il ne voulait pas donner l'impression de s'en foutre. Caem lui recommanda de mettre un hoodie et Ash leva les yeux avant de choisir une tenue plus approprié.
C'est donc vêtu d'un pantalon en cuir noir, de brodequins blancs et d'un pull à col bateau et à la coupe asymétrique qu'il se pointa devant chez Kalem. Il était passé à la salle de défilé pour prendre la tenue. Elle était dans deux portants différents à cause de l'immense manteau de fourrure qui couvrait le reste. En sortant de sa voiture, Ash enfila un gilet fin en laine noir qui lui descendait à mi-mollet et récupéra les portants. Okay, il était prêt.
Une fois devant l'interphone, il s'annonça avec un grand sourire et puis, devant la porte de Kalem, il souffla un petit moment avant de frapper. Et s'il était avec un mec ? Bon, il avait frappé, de toute façon, tant pis. Il portait les portants au dessus de son épaule et essayait de paraître décontracté mais il n'arrêtait pas de se dire que c'était une erreur. Quand la porte ouvrit, il offrit un sourire assuré et fit un petit geste de salut.
▬   Je suis venu comme prévu. Tu as prévu le vin ?
Peut-être qu'il lui avait fait de l'effet mais peut-être qu'il allait se faire jeter dehors comme un malpropre. Il espérait ne pas prendre de claque, il avait déjà eu tellement de mal à cacher ses cernes alors une marque de coup ... Il aurait peut-être dû venir plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Dim 7 Fév - 16:17

Kalem en était à son troisième café, il se donnait mal au crâne à force de tourner et retourner la situation en se demandant comment ils allaient pouvoir aider le mafieux à s'en sortir. Finalement, il décida d'attendre que ce dernier soit réveillé pour qu'ils en discutent ensemble. Ce qui ne tarda pas, car Allic revenait après une bonne sieste et avait visiblement encore emprunté des vêtements à lui. Oh, il ne mettait plus ce pantalon de toute façon, il le perdait sans arrêt et devait toujours porter une ceinture qu'il serrait à fond avec celui-ci, Allic pouvait bien le garder. Il semblait beaucoup plus calme, ce qui eut pour effet de détendre aussi le vampire qui avait appréhendé son réveil. Il attendit qu'il se soit installé – non sans peine – et posa sa tasse à moitié vide sur le comptoir. Il n'eut pas besoin de le remettre sur le sujet, apparemment le mafieux avait pris un peu de temps pour réfléchir à son offre. Quoi ? Pourquoi plus d'alcool ? Ça ne l'empêcherait pas de réfléchir, normalement. Heureusement, il se rattrape sur sa récompense, et Kalem ne parvint pas à s'empêcher de sourire. Là, ils étaient enfin sur la même longueur d'onde. Il allait lui répondre mais fut coupé dans son élan par une question absurde.

« Je l'ai rangé, tu n'en as pas besoin il me semble. »

Hm, il n'allait peut-être pas jouer à ça avec lui. Il ne voulait pas prendre le rôle d'un parent, ça risquait vite de dégénérer. Et en même temps, Allic risquait d'être à cran si il se privait réellement de drogue en tout genre et alcool. Il ouvrit un tiroir vide, celui à côté du tiroir pour les couverts, et en sortit l'arme qu'il fit glisser jusqu'à lui.

« Je pense que toi et moi on a un deal, par contre je tiens à te prévenir... À n'importe quel moment, si il arrive quelque chose à Aless, que tu sois entièrement responsable ou en partie je- »

Il fut coupé par la sonnerie de son interphone et fronça les sourcils avant de regarder l'heure sur l'horloge murale. Il n'attendait personne... ou si ? Il se décolla du comptoir pour aller voir qui avait sonné chez lui et décrocha le combiné de son interphone et l'image que filmait la caméra le fit écarquiller les yeux. Ash... Qu'est-ce qu'il faisait là ? Oh merde ! Ils étaient déjà le dix-neuf ! Il n'osa pas parler et se contenta d'appuyer sur le bouton d'ouverture de la porte coulissante avant de raccrocher et se précipiter vers Allic, essayant de ne pas avoir l'air paniqué. Comment avait-il pu oublier la date d'aujourd'hui ? Il tira l'humain par le bras jusque dans le salon et réfléchit. Il ne pouvait pas laisser Ash le voir, il était porté disparu ! Oh non, non, non il devait se dépêcher avant qu'il arrive devant sa porte. Il entraîna le mafieux jusque dans son dressing – qui était quand même presque aussi grand que sa chambre – et le fit rentrer dedans, jusqu'au fond. Il alla chercher un oreille dans le salon, une tablette qu'il s'était achetée récemment et des écouteurs qu'il lui fourra dans les mains.

« S'il te plaît, reste ici, ok ? Il... Hm, j'ai oublié que je devais voir quelqu'un et... tu es porté disparu. Quoi qu'il arrive, ne fais aucun bruit. D'accord ? Merci. »

Il lui devait bien ça, il ne pouvait pas gâcher son moment avec ce type. Il tourna à quatre-vingt dix degrés pour se regarder dans l'un des nombreux miroirs accrochés au mur, s'assurant qu'il était présentable. Oh oui, il était très bien. Sans attendre de réponse du mafieux – et il valait mieux pour lui qu'il soit d'accord, sinon il l'offrirait en pâté à Aless – il fit volte-face et sortit du dressing, fermant la porte coulissante qui le séparait de la chambre après avoir éteint la lumière. Il se sentait un peu mal de laisser Allic comme un chiot abandonné dans le noir, mais au moins il se réconfortait en se disant qu'il était plus en sécurité que jamais. Personne n'irait le chercher dans le dressing de Kalem Callahan ! Le plus gros problème restait le trou dans le canapé, rien ne pouvait excuser un tel désastre, même pas un chat hystérique. Il récupéra un plaid qu'il posa dessus en espérant que ça ferait illusion et eut juste le temps de vérifier qu'il n'y avait plus aucune trace de sang dans le salon avant d'entendre frapper à la porte.

Le mannequin reprit ses esprits et prit une grande inspiration avant de venir ouvrir à l'autre homme qui était chargé. Ah oui, la tenue. Ça lui était sorti de la tête. Il releva les yeux pour le regarder et se perdit à admirer ces lèvres qu'il avait eu le plaisir de goûter quelques jours plus tôt. Il avait été surpris par le geste du photographe, le soir où il l'avait rencontré, mais ça avait été très excitant. Ash le fit sortir de ses pensées et il se ressaisit en s'écartant pour le laisser entrer. Du vin... ? Oh heureusement qu'il en gardait toujours une bonne bouteille. Il referma la porte derrière lui et lui prit la tenue bien protégée des mains avant de lui indiquer où se trouvait la cuisine. Il alla poser le vêtement sur le canapé et se crispa en voyant qu'Allic n'avait pas rangé la bouteille cocktail. Avec un peu de chance, Ash n'aimait pas la vodka. Putain ! Il avait aussi oublié de changer les draps de son lit, ceux sur lesquels Allic avait dormi, et saigné. Ça commençait à réduire les lieux de... oh non, il ne pouvait pas faire ça en sachant que le mafieux était dans son dressing.

Kalem vint le rejoindre dans la cuisine après ne s'être absenté que quelques secondes et lui offrit un sourire ravi avant de se tourner vers un placard dont il sortit une bouteille de vin venue tout droit de Gothik City et deux verres. Ca y est, il avait retrouvé son calme.

« Pour être honnête je pensais que tu ne viendrais pas. »

Il déboucha la bouteille et remplit leurs verres à moitié, puis lui tendit le sien et se rapprocha pour trinquer.

« Tu aurais pu tout simplement la faire amener par quelqu'un d'autre. Tu es sûr que la tenue va m'aller au moins ? »

En réalité, il aurait été plus que ravi qu'Ash soit chez lui si seulement il n'y avait pas... Tout ça. Tant pis. Avec un peu de chance, il allait peut-être l'inviter à aller quelque part, même si il n'y croyait pas trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Dim 7 Fév - 17:52

I
l avait trouvé Gomorrhe au marché noir de Modernis State. Plus précisément, un type avait voulu faire son malin avec lui et l'inviter dans son motel miteux. Là, au milieu des stands clandestins de la nuit. C'était avant l'Infection et tous ces problèmes de couvre-feu, mais tout de même. Ce type donc, ce vampire, comme l'avait sans mal deviné Allic, voulait le bouffer, l'air de rien. L'homme, usant de son pouvoir, l'avait alors convaincu de jouer son sort à une partie de poker, selon les règles Gothiks.  Cette option avait mis le type à l'aise et, sûr de lui, il avait mis en jeu son arme. Un flingue exceptionnel, d'après lui. En voyant l'engin, Allic n'avait eu aucun mal à le croire. Jugulaire contre flingue, donc.
Evidemment, il avait gagné. Et pour faire bonne mesure, il avait défoncé la tête du vampire mauvais joueur avec le lot qu'il venait de remporter. Allic avait seulement quinze ans et depuis ce jour, son arme fétiche ne l'avait jamais quitté.
Alors, quand Kalem lui rétorqua d'un ton autoritaire qu'il n'en avait pas besoin, sous-entendant qu'il ne lui rendrait pas, Allic vit rouge. Peu importait à quel point il respectait et aimait Kalem, il y avait certaines choses qui étaient sacrées. Le vampire dut lire correctement son visage car il se pencha pour sortir l'arme d'un tiroir. Allic s'empressa de l'attirer près de lui. Il avait retrouvé son calme habituel.

Kalem était d'accord sur le fait qu'ils avaient conclu un marché. Allic se sentait d'ailleurs flatté que son sang vaille autant d'efforts. Comme il lui avait valu Gomorrhe. Peut-être qu'il devrait se mettre en couple avec un vampire, il semblait avoir plus de succès auprès d'eux qu'avec les humains. Et puis, ça ne le dérangeait pas de servir de banque alimentaire, il récupérait vite, comme il venait de le prouver une nouvelle fois. Une fois ses jambes guéries et sa plaie à la tempe refermée, il serait comme neuf !
Le vampire commença pourtant à agacer la mafieux, en remettant Aless sur le tapis. Visiblement, il tenait à ce sale type. Est-ce qu'ils étaient plus que des connaissances ? Allic avait jusque là pensé que Kalem se contentait de bien le payer mais il se faisait peut-être son cul… La sonnette lui épargna l'effort de répondre et il songea que pour cette fois, le mannequin pouvait s'asseoir sur sa promesse. Jamais il ne jurerait d'épargner Aless, après tout il ne s'était même pas excusé d'avoir essayé de l'éliminer. Certes, jusqu'à ce qu'il soit rétabli il ferait profil bas. Mais une fois ses ressources retrouvées, il ne se gênerait pas pour trouver un moyen de le tuer. Il savait déjà que c'était un vampire, du moins les probabilités pour que ce soit le cas étaient très élevées.

Le temps qu'il pense à tout ça, Kalem était revenu. Affolé. Allic eut juste le temps d'agripper la crosse de Gomorrhe avant que le vampire ne le pousse dans sa chambre. Il était évident que ce n'était pas pour le sexe, Kalem voulait le voir disparaître. Allic, amusé, se laissa faire alors que le mannequin le plaçait au fond de son dressing et lui fourrait un oreiller, une tablette et des écouteurs dans les bras. D'après ce qu'il lui expliqua, il avait oublié la venue de quelqu'un et ne voulait pas mettre Allic en danger. Ou se mettre lui-même en danger, ce qui revenait au même. Le mafieux se contenta d'un hochement de tête, puis se retrouva dans le noir. Il tendit l'oreille. Des voix étouffées par les murs lui parvinrent peu de temps après aux oreilles. Il examina un instant son fardeau et sourit. Comme s'il allait rester ici bien sagement !

Allic, à pas de loup, ouvrit lentement la porte du dressing. Ensuite, aussi discrètement que possible, il alla jeter un coup d’œil par l’entrebâillement de la porte de la chambre. Il ne voyait pas Kalem, mais son invité. Le visage de cette grande tige lui disait vaguement quelque chose… Peut-être quelqu'un de célèbre. Mieux valait ne pas tenter le diable. En tout cas, il était plutôt beau gosse. Pas vraiment son genre – trop grand – mais sans doute celui de Kalem, s'il en jugeait pas son comportement. Le vampire se l'était joué façon « Ciel, mon mafieux ! » Oooh… Son petit ami alors ? Amusant, il pensait se sentait jaloux en apprenant ça mais pas le moins du monde. En fait, il trouvait même ça mignon. Oui, décida-t-il, Kalem était adorable.
Le géant au sourire charmeur disparut de son champ de vision et Allic referma tout doucement la porte de la chambre. Son regard se posa sur le lit, dans un état déplorable. Il secoua la tête avec un sourire amusé. Oui, cette situation était vraiment rigolote. Il récupéra d'abord ses armes, qu'il cacha dans le fond du dressing, là où il avait trouvé une vieille boîte à chaussures qui semblait oubliée depuis des années. Kalem ne devait pas venir souvent dans cette partie de son placard. Ensuite, il changea les draps, cachant ceux qui étaient souillés de son sang là où il aurait dû rester cacher.
En regardant son œuvre, il eut une idée. Et s'il débarquait en faisant croire qu'il était l'agent de ménage de Kalem ? D'un autre côté, il lui semblait plus rigolo de les espionner. Il gardait cette solution en tête pour plus tard, dans le cas où il s'ennuierait trop.
Avisant une petite tâche de sang sur la table de nuit, il ouvrit le tiroir, se souvenant que des mouchoirs y étaient cachés. Ouuuh… Qu'est-ce que c'était que ça ? Allic glissa le gode sous les couvertures et disposa la bouteille de lubrifiant sur la table de nuit, pas trop en évidence non plus. Voilà, c'était parfait. Mais comment faire venir Kalem et son petit ami ici ? Si seulement il avait son numéro de portable… La tablette !

En cherchant bien, il finit par trouver l'information qui l'intéressait et envoya un mail électronique au vampire : DRAPS PROPRES, BAISE BIEN, JE METS LES ECOUTEURS. AB.

Il était finalement de retour là où Kalem le voulait : au fond de son dressing, dans le noir. Ca ne le dérangeait pas. Il scrutait le moindre son qui pourrait provenir du salon en jouant à un jeu stupide sur la tablette. Ces applications avaient une utilisation finalement.   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Boss des Sucreries
Messages : 47
Date d'inscription : 20/11/2015
Age : 36
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Photographe de mode
Race : Hybride

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Dim 7 Fév - 23:34



Allic Beackerman x Kalem Callahan x Ashenlil Queen

Avec une once d'hésitation, le mafieux se demanda si tout serait prêt pour le vingt deux. Peut-être qu'ils devraient retarder le défilé d'un ou deux jours. Oh non, tout avait déjà été envoyé et il était impossible de repousser. Il était presque plus nerveux pour la réussite de se défilé que pour la réussite de son plan pour faire tomber les Bongiasca. De toute façon, avec la mort de Beackerman, il fallait tout reprendre depuis le début.
Il n'était pas fier de ses idées d'assassinat mais il était plus que jamais remonté contre cet enfoiré. Il avait tué une de ses sœurs alors il mourrait, point final.
Il songea un instant qu'il aurait préféré que Kalem habite le Vieux quartier. D'abord parce que ça aurait été bien plus près de chez lui et ensuite parce que ce district là jouxtait un terrain très bien gardé de sa famille rivale. Il ne pouvait pas vraiment se promener ici sereinement alors y passer la nuit ? Bon, il n'était pas dit qu'ils coucheraient ensemble ce soir mais ils en avaient l'occasion et étaient attirés l'un par l'autre. Et puis il lui avait apporté de la fourrure !
Quand il entra dans l'appartement, il eut automatiquement le sentiment que quelque chose n'allait pas. Kalem avait l'air extrêmement tendu, même s'il faisait semblant de ne pas l'être. Oh mais … bien sûr. Il avait oublié qu'il devait venir.
Il avait lu tout un tas de choses sur Kalem dans des magazines récemment. Il ne voulait pas avoir l'air d'être inquiétant mais quelque chose chez son nouveau modèle l'intriguait. Et lui donnait envie de jouer au chat et à la souris. Il n'était pas vraiment fan du scénario des amis devenant amants, aussi n'essayerait-il pas de vraiment se lier à lui. Il n'avait pas le temps de s'occuper d'un petit ami de toute façon.
Il avait apprit, entre autres, que Kalem était vraiment très jeune. Ils avaient onze ans de différence et c'était une nouvelle bonne raison de ne rien commencer de trop profond. Ash ne pouvait certainement pas entretenir une relation durable avec quelqu'un qui était encore en primaire quand il rentrait au lycée. Il sortait tout juste de l'université.
Il ne pensait pas non plus un jour avoir ce type de relation avec quelqu'un de sa génération mais c'était quand même une bonne raison.
Kalem lui prit la tenue des mains avant de le diriger vers la cuisine. C'était une très belle cuisine, pas du tout aussi bordélique que la sienne, et Ash pouvait dire qu'elle ne servait pas souvent. Kalem avait peut-être emménagé récemment mais surtout, il devait beaucoup manger dehors. Ou alors il était un maniaque de la propreté ce qui serait vraiment dommage parce qu'Ash pensait que les choses devenaient vraiment bien en matière de sexe quand on se salissait les mains.
Il trinquèrent avec ce qui semblait être un grand millésime et le jeune parrain se sentit bien en buvant sa première gorgée. Son sentiment que quelque chose n'allait pas avait complètement disparu et il était happé par les presque reproches de Kalem. Oh celui-là !
▬   J'ai appelé ton agence pour avoir tes mensurations et je l'ai ajusté moi-même. Tu as la taille fine. Bien sûr, je n'en ai pas eu besoin pour le manteau de fourrure. Et je suis venu en personne parce que je te l'avait promit. Tu as déjà oublié notre baiser ?
Le directeur de l'agence, un homme d'une soixantaine d'années à la forte carrure et l'air énergique, lui avait assuré que Kalem était prit ce jour là mais Ash avait réussi à le convaincre assez aisément en lui donnant son nom et en lui promettant une commission.
Il sourit doucement à son vis-à-vis avec une certaine faim. Une réelle faim. Il regretta un instant de ne pas avoir prit le même déjeuner que Caem mais il ne pouvait pas vraiment se plaindre. Au pire, il emmènerait Kalem dîner quelque part après les essayages.
Il entendit du bruit dans la pièce d'à côté et son instinct de mafieux se réveilla mais il ne s'inquiéta pas plus que ça. Ce n'était très sûrement qu'un chat. Ces bêtes là étaient les premiers sur le chahutage et avaient tendance à faire des dégâts.
Il y eut un peu plus de bruit et Ash haussa les épaules en se disant que ce devait être un très gros chat. Il se concentra sur les yeux de Kalem qui semblaient le jauger et maintint son sourire charmeur. Il aimait bien cette étape de la séduction, quand l'autre semblait irrésistible mais qu'on ne pouvait pas l'atteindre. Pas encore.
Quand l'écran du portable de Kalem s'alluma, il lut rapidement le message alors que le bruit cessait dans la chambre d'à côté. Okay, le chat savait écrire, faire un lit et s'appelait AB. Une idée aussi stupide qu'irréaliste lui traversa l'esprit. Est-ce qu'Allic Beackerman était dans cette chambre ?
▬   Eh bien, il est temps d'essayer cette tenue non ?
Il prit la main de Kalem et l'entraîna dans ce qu'il pensait être la chambre. Pourtant, il n'y avait rien de suspect à part une bouteille de lubrifiant bien en évidence sur la table de chevet. Il soupira doucement. Il devait avoir tout imaginé. Il tendit les portants qu'il avait prit au passage à Kalem et se dirigea vers ce qu'il pensait être une salle de bain et ouvrit la porte coulissante pour aller se rafraichir. Mais ce n'était pas une salle de bain et il y avait quelqu'un à l'intérieur. Ash reconnut immédiatement le visage éclairé par un écran et se figea.
▬   A-Allic Beackerman ? Vous vous portez vachement bien pour un mec qui a été réduit au néant selon la nouvelle direction.
Cette peste d'Hedwige lui avait menti. Eh mais … elle n'était pas la seule. Il se tourna vers Kalem, un peu troublé et le regarda, trop choqué pour être sur ses gardes. Il lui avait pourtant juré qu'ils n'étaient pas ensemble !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Mar 9 Fév - 11:35

Kalem sentit un frisson traverser son échine lorsque Ash mentionna le manteau de fourrure, oh il avait vraiment très envie de l'essayer. Il allait l'inviter à l'assister dans cette tâche mais un bruit venant de sa chambre le fit changer d'avis, qu'est-ce que le mafieux fabriquait ? Pourvu qu'il ne lui prépare pas un sale coup. Il n'oserait pas tout de même, il lui avait sauvé la mise en l'accueillant ici ! D'autres bruits discrets se firent entendre et le mannequin préféra plonger ses lèvres dans son verre de vin en espérant que son compagnon ne les entendait pas. Dans les minutes qui suivirent le silence dans sa chambre retomba et c'est son portable – qu'il avait posé sur la table – qui se mit à vibrer. L'écran s'alluma et afficha l'e-mail sans qu'il lui ait demandé quoi que ce soit. Il le récupéra pour lire correctement le message et sa mâchoire se crispa, il espérait qu'il était le seul à avoir lu le message. Bon, c'était gentil de la part d'Allic, même si le message manquait de tact, il avait changé les draps pour lui. Par contre il n'était pas sûr qu'il mettrait les écouteurs.

Ash semblait pressé de le voir dans sa tenue et il pouvait le comprendre, lui aussi avait hâte. Et ils devraient peut-être la réajuster, même si le photographe semblait très sûr de lui. Il se sentait d'ailleurs flatté qu'il ait pris en compte sa taille fine pour le vêtement. Preuve que cette tenue serait rien qu'à lui, juste pour lui. Il prit sa main et Kalem ne pu s'empêcher de remarquer à quel point la sienne était agréablement chaude, surtout si on comparait aux siennes. Le mannequin le suivit jusque dans sa chambre et constata que le lit était bel et bien fait, propre. Il devrait penser à remercier Allic quand ils se retrouveraient tous les deux. Son styliste – pour un court moment malheureusement – se désintéressa de lui l'espace de quelques secondes, et lui fit de même pour s'attaquer au zipper de la protection du vêtement. Le bruit d'une porte qui coulissait le stoppa net dans son geste et il releva la tête pour voir Ash qui entrait dans son dressing.

« Attends- »

Il n'eut pas le temps de le rejoindre pour l'arrêter, Ash avait déjà repéré l'autre homme caché dans la pièce. Kalem vint se tenir à côté de lui alors qu'il révélait l'identité de son premier invité. Le mannequin ouvrit la grand la bouche sans savoir quoi dire, et la referma immédiatement lorsque son  amant potentiel – quoi que pour l'instant il était très mal parti – lui lance un regard exprimant sa confusion. Le vampire alluma la lumière du dressing et posa les poings sur ses hanches en fusillant Allic du regard.

« Beackerman ! Est-ce que tu te rends compte que tu te meus comme un pachyderme bourré ? »

Ash l'avait forcément entendu, et avait décidé de fouiller le dressing. Il laissa échapper un léger soupire et se mordilla la lèvre inférieur en réfléchissant. Comment allait-il faire ? Et qu'allait penser le photographe ? Et si il se servait de cette situation pour lui faire du chantage ? Et si il appelait la police ? Pour la première fois depuis des années, il sentit le mal de tête poindre et laissa retomber ses bras le long de ses flancs. Il leva la main comme pour balayer l'air devant son visage.

« Débrouille-toi. »

Là, il était vraiment à bout. Il n'allait pas se mettre en colère ou à pleurer, non. Après tout, Allic avait su se mettre dans la merde, il saurait s'en dépêtrer comme un grand. Kalem tourna les talons pour se diriger de nouveau vers son lit avec une moue boudeuse, laissant les deux autres hommes à leurs affaires, il aurait mieux fait de rester dans sous les draps toute la journée. Il s'attaqua à la housse de protection qu'il dézippa et écarquilla grand les yeux lorsqu'il en sortit le manteau de fourrure. Le mannequin resta bouche bée quelques secondes et le prit par les deux mains. Il adorait la fourrure... Et ce manteau était le manteau de ses rêves. Il était en vison, ou peut-être était-ce du renard, et plus blanc que neige. Il reconnu l'étiquette de la marque, très discrète, sur laquelle était écrit "SAUVAGE". Oh oui, c'était sa marque préférée, il n'achetait ses fourrures qu'en passant par eux. Certes ils étaient les plus chers sur le marché, mais ils offraient un traitement beaucoup moins cruel aux animaux que chez les autres. En effet, chez eux, ils ne prenaient que les animaux victimes de malformation d'un organe ou de maladies nerveuses et en prenait soin pendant un an avant de les endormir. Ce qui était bien plus tendre que d'attraper le premier nouveau né venu et le dépecer vivant. Ils étaient très appréciés mais puisqu'ils n'avaient qu'une quantité limitée de fourrure qui leur avait coûté une fortune, leurs prix étaient les plus élevés dans l'industrie du luxe... Et au nom de dieu est-ce que les coutures étaient faites en véritable fil d'or ? Il crut qu'il allait s'évanouir, mais il n'avait pas le temps pour ça !

Ignorant royalement ses deux compagnons, il retira le haut qu'il portait jusqu'à maintenant et se plaça devant un miroir plein pied dans sa chambre avant de l'enfiler. Ça lui allait à merveille, le vêtement lui tombait au niveau des genoux et l'avalait un peu, mais c'était probablement le but. De toute façon, il était fait pour lui. Kalem tourna un peu sur lui même pour vérifier qu'il était vraiment parfait avant de le serrer sur sa taille. Il retourna vers son lit et se laissa tomber sur les draps de soie. Il ramena les genoux contre son ventre et ferma les yeux, seul sa tête blonde dépassait désormais du manteau et témoignait encore de son existence. La fourrure était parfaitement douce et contrairement à certaines, n'avait aucune odeur inhabituel, c'était parfait. Maintenant, il n'avait plus qu'à ne qu'un avec cette fourrure et se faire oublier des problèmes qui le guettaient. Ash n'avait pas intérêt à vouloir lui reprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Ven 12 Fév - 22:01

N
om d'un tiramisu ! Cette foutue boule rouge n'allait jamais disparaître ! Pourquoi est-ce que c'était si dur de faire des combinaisons, alors qu'il n'était qu'au niveau trois ? Quel jeu débile ! Allic s'énervait sérieusement – de toute évidence, les mini-jeux n'étaient pas faits pour lui – quand il entendit la porte de la chambre s'ouvrir. Bon, tout ça n'avait plus d'importance, il allait pouvoir écouter Kalem baiser. Il n'avait aucun doute sur le fait qu'il devait être un dieu du sexe, même s'il était puceau. Et il avait vraiment hâte de l'entendre gémir. Ca devait être aussi délicieux que la crème saupoudrée de chocolat de son cappuccino.
Pour une raison qui lui échappait totalement, la lumière entra dans son placard. Devant la porte, se découpait la haute silhouette dégingandée d'un homme – le fameux rancard. Ce dernier s'alarma en le voyant et Allic n'avait plus aucun espoir de passer inaperçu. Il tenta un début de tactique, en prenant un fort accent Cyber. Du moins, ce qu'il croyait être l'accent Cyber, il ne l'avait que peu entendu au cours de sa vie.

« Heu… Chui là pour l'mainag'. Faut k'tout soit prop' pour… Heu… Oh et puis merde ! »

Avec ses cheveux délicieusement ondulés et sa peau caramel, il n'avait aucune chance de se faire passer pour un Junkyen. Ce type l'avait grillé. Kalem le réprimanda sur son manque de discrétion et Allic lui lança un regard effaré. Mais il n'aurait pas pu être plus silencieux ! Alors dire de lui qu'il était un pa… Pachidermique ou il ne savait-pas-quoi… Et puis qu'est-ce que ça voulait dire, ça ? Ce n'était pas un genre de balai ? Il ne voyait vraiment pas le rapport ! Sans doute que Kalem avait un humour particulier.
Apparemment, le vampire ne savait plus trop où il en était de ses pensées, car il capitula et se retira plus loin dans sa chambre. Allic, après s'être raclé la gorge, se leva et appliqua à masquer la blessure à sa tempe avec une mèche de cheveux. La gorge nouée, il s'avança vers le grand monsieur. Il ne voulait pas récupérer une de ses armes, histoire de ne pas créer d'incident supplémentaire. Une fois en face de lui, la lumière se fit et la mémoire lui revint. Ce torse, il l'avait eu sous les yeux une fois, peut-être même plusieurs. Un sourire étira ses lèvres pulpeuses et il hocha la tête d'un air entendu.

« ASH QUEEN ! » s'exclama-t-il dans la joie la plus complète.

Son visage s'assombrit immédiatement après.

« Vous êtes venu pour me tuer ? Parce que je ne compte pas me laisser faire. »

Il avait beau parler sur un ton léger, il était parfaitement sérieux. Même boiteux des deux jambes, même affaibli par… Cette dernière semaine… Même sans arme, il se battrait bec et ongles jusqu'au bout pour sa survie. Il était même prêt à sauter par la fenêtre de la chambre de Kalem en priant pour que, premièrement, la vitre ne soit pas blindée et, deuxièmement, que sa chance lui éviter de s'écraser sur le bitume. Ca ferait désordre, il ne voulait pas infliger un tel nettoyage à… Et bien aux gens qui nettoyaient les cadavres sur la voie publique, qui qu'ils puissent être.
Par-dessous le bras d'Ash, il voyait Kalem en train de fantasmer sur un magnifique manteau de fourrure. Allic ressentit une pointe d'envie, avant de se raviser. Il n'avait jamais accroché à la fourrure, trop encombrant, trop chaud. En revanche, ça allait très bien à sa mère ! Pourvu qu'elle soit encore en vie…
En tout cas, cette pièce allait vraiment bien au mannequin. De toute façon, qu'est-ce qui ne lui allait pas ? Il semblait que même avec un sac poubelle autour de la bite pour seul vêtement, Kalem resterait un dieu irradiant de beauté. Et quand il retira son haut pour s'emmitoufler dans le manteau, Allic déglutit. Il avait complètement oublié Ash et sa seule pensée était désormais pour le vampire. Il voulait bien s'arracher les fringues et s'ouvrir lui-même les veines si boire son sang pouvait lui faire plaisir. Il était même prêt à se planter une paille fluo dans la jugulaire.

Finalement, Kalem lui tourna le dos et Allic ne plus pu voir quoique ce soit d'intéressant chez le jeune homme. Il papillonna des paupières et se souvint qu'il était à deux pas d'un danger potentiel. Ash… Oh, merde. Son pantalon ressemblait à une tente bien dressée. Peu importait.

« Alors ? Ami ou ennemi ? Vous savez, il ne faut pas croire tout ce que les mafieux vous promettent, en particulier quand ils prennent la place d'un parrain d'une façon aussi déloyale. »

Il doutait franchement que ses mots fassent mouche. Si Ash Queen avait un intérêt à le décapiter et à ramener sa tête dans un seau à glaçons sur le bureau de cette petite femme pernicieuse, il le ferait. Allic ne connaissait pas grand-chose sur lui, à vrai dire. Mais il semblait être quelqu'un de très volontaire, qui faisait ce qu'il fallait pour son clan. C'était bien et Allic avait envie de l'applaudir pour ça. Sauf qu'il ne le ferait pas avant d'être certain que cet homme était de son côté. Sinon… Il y avait toujours l'option « fenêtre ». Même si Kalem ne serait probablement pas content du tout.   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Boss des Sucreries
Messages : 47
Date d'inscription : 20/11/2015
Age : 36
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Photographe de mode
Race : Hybride

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Aventurier occasionnel
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Mer 17 Fév - 11:37



Allic Beackerman x Kalem Callahan x Ashenlil Queen

Les Stivali tueraient pour avoir cette information. Ils étaient le plus mineur des quatre clans de mafieux de Modernis State et semblaient près à tout pour devenir des adversaires de taille pour les Beackerman. Ces derniers devenant de plus en plus misérables depuis que le boss était ''mort'' ce serait bien possible à un moment, mais pas dans le sens qu'espéraient les Stivali. Peut-être bien qu'il pourrait leur vendre … oh non, cela ne représenterait aucune intérêt pour lui.
Non mieux valait encore se ranger du côté de l'ancien boss de la plus grosse famille – en terme de pouvoir, pas de graisse – si quelque chose pouvait encore être sauvé. En fait, il s'imaginait parfaitement qu'il pourrait faire un retour fracassant dans le monde people en faisant une apparition dans le Tonight Show et en racontant qu'il avait été agressé mais dans le monde de la mafia … La faiblesse ne pardonnait pas.
Lui même avait dû se réfugier à Palisades Street pendant quelques jours après sa sortie fracassante du monde des gens qui trempaient dans le business des Bongiasca. Il avait dû se cacher comme un rat le temps de débaucher la moitié des effectifs de Leo et c'était seulement une fois qu'il était sûr de ne jamais recevoir de balle dans le dos qu'il avait été possible pour lui de se montrer au grand jour. Mais là, Allic avait été carrément destitué, il aurait énormément de mal à revenir. Sauf si Ash l'aidait dans un coup d'éclat.
D'un autre côté, Ash n'avait aucun intérêt à garder Allic en vie s'il se tapait Kalem. Non, il ne devait pas penser comme ça, ils étaient certainement juste amis sinon il n'y aurait pas eu ce message grivois. Et puis, les rumeurs qui disaient que le Beackerman sortait avec un vampire qui logeait du côté de Fort Lee était peut-être vrai.
Avec un soupir, le jeune homme se rendit compte que c'était bel et bien la réalité et qu'il devait absolument se calmer. Être mêlé à un secret de si grande envergure était bel et bien quelque chose d'énorme. Sa voiture l'attendait en bas et il pourrait parfaitement sauter dedans et aller faire un tour pour se rafraîchir les idées mais ce serait trahir sa nervosité. Non, il allait discuter calmement avec  Allic et Kalem pour arriver à un résultat cohérent.
Kalem ne s'avéra pas surprit de voir un mafieux dans son dressing – bon, pour la défense d'Ash, il pensait vraiment que c'était une salle de bain, chez lui toutes les portes étaient coulissantes – et Ash en conclut qu'en effet, il était évident qu'il l'hébergeait. Et il le faisait de toute évidence en sachant qu'Allic était recherché parce que sinon il n'aurait pas été dans un dressing, tout au fond avec une misérable tablette.
Le mafieux essaya une tactique de persuasion qui lui donna l'air vingt cinq pourcent plus ridicule et finit très rapidement par abandonner. En même temps, des photos d'archives passaient 24/7 dans les journaux donc même le plus abruti des modernis l'aurait reconnu, c'était évident. Maintenant, est-ce que oui ou non Allic serait content de le voir, c'était une autre question. Il devait savoir qui il était … plus ou moins.
Dans la lumière, Allic Beackerman avait l'air bien plus misérable. Oh, se pourrait-il qu'il soit infecté ? Non, non, il serait déjà devenu fou. Il devait … être en pleine dépression. Juste ça.
La réaction de Kalem fut assez drôle finalement. Il décida de laisser Allic se débrouiller avec lui et retira son haut, libérant une odeur de crème pour le corps, douce et sucrée, avant d'enfiler le manteau et d'essayer de se noyer dedans. La fourrure était une nouvelle forme de synthétique sur laquelle il avait travaillé avec Sauvage. Tous les poils étaient des clones de quelques poils de son chat, extrêmement doux, et cette fourrure n'avait donc engendré aucune mort.
Avec un soupir, Ash déglutit et se reconcentra sur le mafieux. Bon, ils avaient à parler. Il jeta l'autre portant – qui contenant un pull en laine blanche troué et râpé par endroit, un pantalon en lin qui ressemblait à du jean très moulant et des brodequins beiges sur le lit et sourit à Kalem, qu'il ne voyait presque plus.
▬   Vas enfiler ça et viens me montrer.
Oui, Kalem lui avait menti mais ce n'était plus si grave. L'autre portant contenait aussi son discours sur le mode de fabrication de la fourrure et l'équité des choses, il espérait qu'il ferait un tabac.
Allic le ramena à lui en énonçant son nom. Alors il le connaissait bel et bien. En fait, il semblait même ravi de le voir. Le mafieux laissa un sourire étirer ses lèvres et essaya de ne pas se dire qu'il avait mille et une raisons de se méfier de lui. Un animal blessé était toujours plus dangereux, peut-être bien que les mafieux marchaient pareil.
Allic lui annonça qu'il était prêt à tout pour se défendre et Ash haussa les épaules en lui disant qu'il ignorait qu'il était là vingt minutes auparavant. Il ignorait même qu'il était en vie !
▬   En fait je suis venu pour …
Il jeta un regard à Kalem. Baiser. S'envoyer en l'air. Peut-être même bien deux fois. Et lui faire essayer des vêtements et éventuellement le baiser dans un manteau de fourrure. Et boire un café.
▬   Lui faire essayer des vêtements pour un prochain défilé. Et si je voulais vous faire tuer, je m'y serais prit autrement. Avec plus d'hommes et moins de moi.
Il haussa les épaules quand Allic lui fit un petit sermon sur sa crédulité. Hmph.
▬   Déloyale ? Oh c'est la mafia, plus rien ne me surprend.
Lui même avait fait un coup en traître à Leo. Il plissa les yeux pour essayer de savoir si Allic était mourrant ou pas mais il semblait plutôt en forme. De visage en tout cas, pour un mec mort. Il lui tendit la main pour une poignée de mains virile et sourit.
▬   Un petit blond avec un air passablement énervé est venu demander après vous chez moi il y a deux jours. Apparemment, il pensait qu'on se connaissait mais je lui ai dit que notre rendez-vous avait été annulé à cause de votre … heu … mort. Mais il m'a laissé sa carte.
Il fouilla dans son portefeuille et lui tendit une carte dorée avec un numéro de téléphone dessus. Juste un numéro. Il n'en aurait pas l'utilité de toute façon. Il se tourna ensuite vers Kalem pour oublier la bizarrerie de cette situation. Est-ce que ça lui allait au moins ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   Ven 19 Fév - 17:06

Kalem se serait bien endormi, là, emmitouflé dans ce magnifique manteau de fourrure. Ça faisait plus de trois jours qu'il n'avait pas dormi et, bien qu'il soit un vampire, le manque de sommeil et le stress que lui apportait la présence d'un mafieux recherché qui pourrait attirer chez lui des fous de la gâchette commençaient à peser. Il aurait bien aimé dormir, mais ce n'était en aucun cas le moment. Après tout, il devait essayer les vêtements qu'Ash lui avait apporté et surtout s'assurer que la situation ne dégénère pas. En parlant du loup, le photographe lui tendit d'autres vêtements en lui intimant d'aller les essayer et il obéit sans faire d'histoire. Il avait très bien compris que le mafieux le connaissait déjà – ou avait au moins entendu parler de lui – et tous les deux semblaient appartenir au même monde. Merveilleux, il avait donc deux type influents de la mafia dans sa chambre, ça commençait à faire beaucoup. Mais il n'avait pas envie de se mêler tout de suite à ça et préféra se concentrer sur son essayage. Il retira le manteau qu'il posa avec précaution sur son lit. Il se déshabilla - ne gardant que son boxer noir – pour une fois qu'il en avait mis un – et enfila d'abord le pull troué qu'il lui avait donné. Hm, oui pourquoi pas. On voyait sa peau à travers, c'était sexy mais pas provocateur. Il enchaîna ensuite avec le pantalon qui le serrait parfaitement où il fallait et qui, étonnement, tenait parfaitement sur ses hanches. Il n'aurait même pas besoin d'une ceinture, c'était un petit miracle en soi. Ash avait vraiment bien fait son travail.

Le mannequin termina son habillage et tourna sur lui même devant un miroir pour vérifier que tout était parfait. Tandis qu'il admirait à quel point son petit cul était bien moulé par le vêtement, il aperçut dans le miroir une petite enveloppe qu'il avait dû faire tomber en récupérant la tenue. Il alla la ramasser et l'ouvrit sans aucune gène. Si Ash avait voulu garder ça privé, il l'aurait gardé sur lui. C'était son discours pour le défilé, il y avait quelques petits cartons sur lesquels était rédigés ses mots et il y mentionnait son travail avec Sauvage. Il avait travaillé avec eux ? Le vampire fronça légèrement les sourcils et continua sa lecture. Au fur et à mesure qu'il lisait, il se mit à écarquiller légèrement les yeux. Chaque poil de ce manteau était issu d'une forme de clonage de poils de chat et il était estimé un plus d'un million ? Kalem releva les yeux et posa un regard lubrique qui aurait donné la trique à toute une assemblée sur l'homme qui lui tournait à présent le dos en parlant au mafieux. Il était mélangé entre un sentiment d'admiration, d'excitation et d'envie. Tout d'abord, Ash avait gagné un ticket « accès à volonté » pendant au moins deux ans dans son lit. Ensuite, il espérait vraiment qu'il allait le laisser baiser avec ce manteau, le baiser. Et pour terminer, il avait intérêt à lui offrir ce manteau.

Tout serait merveilleux pour le défilé, mais il avait à présent une petite idée de surprise pour le terminer en beauté. Ça plairait forcément au photographe. Il savait exactement comment mettre la pièce maîtresse de la collection d'Ash en valeur et avait hâte de mettre son idée à exécution,  il fallait juste que le staff ne dise rien jusqu'à ce que l’événement soit terminé. Oh il avait vraiment hâte de voir sa tête.

Le vampire écoutait d'une oreille distraite la conversation entre les deux hommes, il était si loin de ça. Il savait bien qu'il y avait des affaires louches dans la ville immense qu'était Modernis, mais il ne se serait jamais douté qu'Allic en faisait partie. Bon quand il réfléchissait, Beackerman avait un peu le profil du mafieux, en repensant au peu de films concernant ces gangs qu'il avait vu. Mais alors Ash... Lui, cachait encore mieux son jeu.
Le silence retomba et Kalem se rendit compte que les deux autres le fixaient. Il se tourna vers eux et se rapprocha du photographe pour s'arrêter à quelques centimètres de lui, une main sur les hanches.

« Alors, ça te convient ? »

D'après lui, c'était parfait. Mais il n'avait pas à donner son avis, en tant que mannequin, il devait se contenter de porter ce que son styliste voulait qu'il porte. Et en ce moment même, c'était Ash. Bien sûr il n'était pas que mannequin et son opinion importait toujours, il pouvait toujours rajouter sa touche et il avait l'intention de rajouter quelques bijoux à sa tenue. Il laissa le photographe le passer au scanner de son regard et se concentra sur Allic à qui il sourit.

« Ce serait peut-être mieux pour vous deux d'aller prendre un verre dans le salon et discuter de vos... plans. »

Pas qu'il ne soit pas ravi d'avoir deux beaux hommes dans sa chambre, mais il n'allait pas les laisser debout plantés comme des piquets. Allic n'était pas au top de sa forme et il était certain qu'il avait toujours mal aux jambes. Il les entraîna donc jusqu'au canapé où il les fit asseoir et, après leur avoir servi un verre de whisky chacun et un verre de porto pour lui, poussa un fauteuil en cuir noir qui était habituellement abandonné dans un coin et lui servait à jeter ses manteaux quand il n'avait pas le courage de faire le tri dans l'armoire murale pleine à craquée dans l'entrée. Par chance il avait fait le grand ménage hier. Il vint s'asseoir en face d'eux et croisa les jambes, son verre à la main. Il n'arriva pas à se dire qu'Ash représentait un danger potentiel pour eux deux, et il ne savait pas trop quoi dire, il avait encore son manteau de fourrure en tête.

« Je pense que j'ai le droit à quelques explications, hm ? »

Il n'avait pas trop envie de faire partie intégrante de cette histoire, mais il avait fait une promesse à Allic. De toute façon c'était Aless qui ferait le sale travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sanctuaire ou piège à con ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sanctuaire ou piège à con ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un virus internet piège un pédophile allemand...
» [UPTOBOX] Piège de feu [DVDRiP]Action
» Le piège se referma... [PV: Lysa Manara]
» L'imagination est un piège où l'on sombre de jour en jour [With: Hypérion Palmer]
» Picots, Pics toxik, Piège de roc, etc...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-