Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 Crépuscule & lune froide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Crépuscule & lune froide   Mar 2 Fév - 16:13



Crépuscule & lune froide


Les lèvres exsangues du Prince se posèrent sur la peau glacée et il frémit. Il sentait la présence de la veine, sous ses dents. S'il poussait un peu, il pourrait sentir le sang froid couler directement dans sa gorge. Le sang de vampire était très mal vu. Il ne fallait pas le faire couler, le consommer, le savourer. Mais c'était une friandise à laquelle un prince aussi débauché qu'Ulrick ne pouvait pas résister. Un frisson le parcourut alors qu'il perçait la veine et que sa proie émettait un gémissement délicieux.
La pâle lumière d'un soleil blafard s'éteignait paisiblement derrière lui. Les rideaux tirés ne laissaient passer qu'un ou deux filets de lumière blanche et la pièce n'était éclairée par rien d'autre. Ulrick avait été réveillé très tôt par Illium qui venait le prévenir d'un danger possible. On avait arrêté deux hommes qui avaient tenté de s'infiltrer dans la chambre du Comte. Illium voulait le mettre à l'abri mais Ulrick, à demi-endormi, n'avait qu'une envie : mordre dans sa chair.
Il avait attiré son garde du corps à lui et avait presque pu sentir son cœur battre d'excitation. Cependant, comme d'habitude, Illium s'était refusé à lui. Encore. Ulrick avait mieux ouvert les yeux et froncé les sourcils. Il détestait être traité comme un enfant. Néanmoins, il devait de toute façon quitter le château aujourd'hui pour rendre visite à Yvan alors autant en profiter pour faire plaisir à Illium.
Après s'être rapidement habillé de pantalons beige et d'une chemise blanche, il enfila un de ses gilet couleur crème et un épais manteau qu'il aimait à porter les jours de pluie. Il était chaud et confortable et avait autrefois appartenu à Yvan. Il était noir – bien entendu – et son cuir commençait à être sérieusement passé et râpeux mais Ulrick aimait cela. Cela devait être le vêtement le plus démodé de sa garde robe, cependant.
Il enfila des bottes cuissardes d'un beige tendre et se passa la main dans les cheveux pour qu'ils soient négligés juste ce qu'il fallait. Au bout d'une demi-heure de pomponnage, Illium semblait s'impatienter alors Ulrick lui fourra les cadeaux d'Yvan et la lettre de sa mère dans les bras. Le garde du corps eut un sourire un peu moqueur et lui dit qu'il n'aurait pas besoin de cela sous les frondaisons de la forêt. Il était vrai qu'ils allaient là bas, d'habitude, en cas de danger. Mais Ulrick n'avait pas l'intention de se cacher aujourd'hui.

Finalement, Ulrick réussit à convaincre son si séduisant garde du corps qu'il n'y avait pas de lieu plus sûr que la caserne pour se cacher. Là bas, il y avait Yvan, et Taesch et plusieurs milliers de soldats qui s'entraînaient autant que leur corps pouvait le supporter. Ils passèrent les portes de la grand cour d'entraînement au moment où des centaines de soldats s'entraînaient à foncer sur des mannequins en bois et en paille. Leur vociférations pleines de rage des soldats lui donnèrent des frisson dans le dos et il attrapa la manche de son garde du corps, habillé comme une ombre. Si on prenait en compte que les ombres pouvaient s'habiller bien sûr.
Ils prirent l'escalier du côté pour monter directement jusqu'au bâtiment où Yvan avait son bureau. Les couteaux à la ceinture d'Illium battaient contre ses cuisses sous son long manteau et Ulrick trouva ça beaucoup plus sexy qu'il ne l'aurait dû. Ils passèrent devant un peintre qui semblait peindre l'entraînement. Pourquoi les gens faisaient-ils ça ? Il aurait mieux fait de s'intéresser aux fleurs, aux belles femmes ou à la chaleur d'un feu. Mais il retraçait la scène sous ses yeux avec son long pinceaux rouge, sans ciller.
Il marcha jusqu'à l'homme et s'arrêta juste devant ses cinq petits pots de peinture à l'huile. Quand l'homme lui apprit, après quelques questions, que ce n'était pas une commande, Ulrick lui demanda de lui réserver. Cela ferait sans doute à Yvan d'avoir une telle scène de combat dans sa chambre et puis cela habillerait un peu ses murs trop nus.
Il serrait fort la lettre de sa mère quand il monta les escaliers pour se trouver devant la porte du bureau de son grand frère. En tendant l'oreille, on pouvait entendre des murmures mais c'était sûrement Yvan qui se parlait tout seul. Il décida donc de frapper avec énergie. Il ne s'était pas départi de son sourire. En se mordant la lèvre, le jeune prince se demanda si son frère serait content de le revoir. Il avait demandé à Lucie et Elijah de ne rien dire de son retour, deux jours plus tôt. Il voulait lui faire une surprise.
Quand la permission lui fut donné d'entrer, il s’exécuta et s'avança avec un sourire étincelant. Après un examen rapide de la pièce, il se rendit compte que rien n'avait changé depuis la dernière fois où il était venu, quinze ans auparavant. La bouteille de scotch était toujours là où elle était la dernière fois, les rideaux étaient exactement les mêmes et tout était comme figé. Sauf un détail. Il reconnut immédiatement le manteau de Taesch bouger un peu sous le bureau. Ce manteau rose pâle et blanc brodé d'or était unique en son genre et seul le chef des éclaireurs pouvait le porter. Il se mordit la lèvre et vint s'asseoir après leur avoir servi deux verres d'alcool en prenant ses paquets à Illium et en lui demandant d'attendre dehors.
“ Je suis rentré grand frère ! J'espère que je t'ai manqué parce que j'ai beaucoup de choses à te dire. Et à te donner. ”
Il glissa tout d'abord la lettre de sa mère vers son frère avec un sourire aimable. Oui, il savait que Taesch était sous son bureau et il savait ce qu'il devait probablement faire. Oh, pour une fois qu'il avait une occasion de voir Yvan être embarrassé, cela ne se ratait pas !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 83
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Crépuscule & lune froide   Mar 2 Fév - 17:38

L
a pluie s'écrasait sur les carreaux de la vitre, le fascinant, l'endormant. Yvan se laissait bercer depuis vingt bonnes minutes par la musique du mauvais temps. Il en avait assez d'avoir le nez dans ses papiers, assez d'écrire avec cette plume qui glissait sans cesse entre ses doigts, assez de rester enfermé. Il voulait sortir et massacrer quelque chose, quelqu'un. Sauf qu'il avait fait cela trop souvent ces derniers jours et avait pris un retard considérable. Rozen l'avait houspillé pendant une heure sur l'importance de lui rendre ses compte-rendus à temps. Cette scène s'était déroulée peu après le crépuscule. Pas celui-ci, qui faiblissait déjà pour laisser entièrement place à la nuit. Non, celui d'avant. Yvan essaya de compter les heures qu'il avait passées dans ce bureau. Il y avait eu une partie de la nuit, puis presque toute la journée et il y était encore. Il n'avait dormi que quelques minutes par moments, mais la finesse de sa vitre ne lui permettait pas d'avoir un sommeil profond. La mauvaise qualité des vieux rideaux permettait aussi au soleil de rentrer et de perturber ses rêves.

Ensommeillé, à peine conscient, Yvan mit bien cinq minutes avant de s'apercevoir qu'une silhouette trapue lui masquait la lune. Il se redressa dans un petit sursaut et frotta ses yeux. Taesch. Il aurait reconnu cette masse sombre n'importe où. Le prince amorça un geste pour se lever, puis se ravisa. Il ne voulait pas que Taesch rentre, il était trop fatigué pour argumenter avec lui. De plus, sa pile de papiers, qui ne semblait pas vouloir diminuer, lui demandait toute son attention. Sans doute qu'en l'ignorant…
Yvan se pencha sur son parchemin et plongea la pointe de sa plume dans l'encrier. Il essaya d'écrire, mais l'inspiration ne venait pas. Il relisait encore et encore l'entête, mais à chaque fois qu'il s'apprêtait à inscrire quelque chose, il oubliait le sujet de son texte.

« Ah… Moi, Yv… Han, je déteste cette chose... »

L'encre était déjà sèche. Il remit sa plume dans l'encre et la posa sur le papier.

« Moi... »

Un petit « tap tap » l'interrompit. Il avait oublié Taesch, toujours en train de se mouiller de l'autre côté de la fenêtre. Pour un loup, il avait la patience d'un chat. Yvan le fixa, hésitant. Il ne le laisserait sans doute pas en paix tant qu'il n'aurait pas cédé à son caprice. Avec un lourd soupir, Yvan s'appuya sur les bras de son fauteuil pour se soulever et ouvrit la fenêtre. Taesch lui céda un fier sourire et se glissa avec grâce dans le bureau, tandis que le prince refermait déjà les battants détrempés. En se retournant, il vit l'assassin secouer sa tignasse dégoulinante, comme un chien qui s'ébrouerait. Yvan reçut quelques gouttes sur le visage et fit la grimace. Trop épuisé pour faire un commentaire, il se laissa tomber dans son fauteuil et croisa les bras.

« Que veux-tu encore ? Je ne suis pas d'humeur.
-Je sais, tu es resté ici toute la journée à travailler. Même Ulrick ne serait pas d'humeur. »

Il commença à lui raconter tout un tas de choses certainement très intéressantes, mais qu'Yvan n'écoutait que d'une oreille distraite. Il avait simplement hâte que Taesch fiche le camp d'ici. Et puis, au milieu de son babillage rempli de termes techniques d'éclaireur, l'assassin lui signifia qu'il devrait le laisser essayer de le détendre. Yvan mit un peu de temps à comprendre et leva sur lui un regard qu'il avait du mal à fixer.

« … Quoi ? »

Taesch réitéra sa proposition avec plus de détails, trop de détails. Yvan refusa tout net et le pria de s'en aller. Comme d'habitude, le vieux vampire insista. Il insista tant et tant qu'ils ne réussirent pas à en finir avant que quelqu'un ne frappe à la porte. Victoire ! songea le prince. Taesch serait bien obligé de capituler. Sauf que Taesch se glissa sous son bureau et avant que le général ne puisse le virer, sa langue légèrement râpeuse était sur son bas-ventre. S'il prenait le temps de le mettre dehors, la personne qui était venue lui rendre visite allait se douter de quelque chose. Et si c'était Luscka… Yvan n'osait même pas penser à ce qui se passerait. Il se racla la gorge et lança un sonore « Entrez ! »

Ulrick fit son apparition, ainsi que son garde du corps. Ce dernier fut renvoyé et les deux frères se retrouvèrent seuls. Ou presque.

« Ulrick ! s'exclama Yvan avec sincérité. J'ignorais que tu étais de retour. Assieds-toi, je… Je t'aurais bien embrassé mais je suis très fatigué. »

Au moins, Ulrick ne semblait pas avoir remarqué la raideur inhabituelle de son aîné. Yvan était tout contre le dossier de son fauteuil et ne pouvait plus bouger sans trahir la présence de Taesch. Il essaya de se concentrer sur son frère, qu'il était réellement heureux de revoir, alors qu'il prenait place face à lui. Un peu d'alcool ne pourrait que l'aider, s'imagina-t-il. Il saisit le verre que lui avait préparé Ulrick et en but une très longue gorgée, ne laissant qu'un fond ambré. Quand il le reposa, Taesch traitait son entrejambe avec le plus de soin possible, ne laissant aucune parcelle de peau à l'écart. Il se mordit la lèvre en sentant sa langue chatouiller son extrémité, qui le lui rendit bien. Un gémissement monta dans sa gorge et il fit de son mieux pour l'y coincer.
Tandis qu'il se penchait pour attraper la lettre qui avait glissé au milieu de ses papiers, il déglutit discrètement, faisant disparaître à jamais ce maudit gémissement. L'avantage avec ce que lui infligeait Taesch, c'était qu'il était tout à fait alerte à présent. Plus question de s'endormir, ou même de somnoler.
S'il se promit de relire la lettre de sa mère un peu plus tard et dans des conditions moins chaotiques, il comprit l'essentiel de son message. Des cadeaux, une mission pour aider Ulrick… Aller dans la forêt… Il réfléchit. La pleine lune était dans une semaine, il pourrait utiliser les capacités animales de Taesch et la clarté de l'astre pour trouver cette plante.
En parlant de Taesch… Celui-ci semblait trouver, à raison, qu'Yvan s'était un peu trop habitué au plaisir qu'il lui procurait. Il défit un peu plus largement le pantalon du prince et glissa son doigt sur son entrée, cherchant à la stimuler pour qu'elle s'élargisse d'elle même. Histoire de se venger, Yvan appuya fortement sur sa tête, obligeant Taesch à avaler sa verge jusqu'au fond de sa gorge. Le frisson qui s'empara de lui le fit grogner un peu et il transforma cela en toux d'irritation. Yvan termina son verre de scotch en songeant qu'il manquait cruellement de sang et regarda Ulrick tout en tenant fermement les cheveux de Taesch dans ses doigts.

« Je t'écoute, fit-il en reposant la lettre devant lui. Qu'as-tu à me raconter ? Et à me donner ? »

Taesch enfonça son doigt en lui et le frisson d'Yvan atteignit cette fois le sommet de sa tête. Il ferma les yeux et exhala un soupir, le dos tendu à l'extrême. Il se mordit la langue pour ne pas faire de bruit puis, quand la vague s'estompa, il se força à bâiller. En espérant qu'Ulrick ne réfléchisse pas trop à ce qu'il avait en face de lui. Ses doigts se crispèrent dans la chevelure mouillée de son bourreau et il lui tordit quelques mèches, tirant sur son cuir chevelu. Il aurait aimé pouvoir le faire souffrir et se promit de le punir durement une fois Ulrick partit. De toute façon, leur entrevue ne devrait pas durer trop longtemps. Il allait tout faire pour précipiter les choses.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Crépuscule & lune froide   Mar 2 Fév - 20:40



Crépuscule & lune froide


Si Ulrick avait instamment dit à son garde du corps de s'en aller, il le regrettait un peu. Il aimait la présence rassurante de celui qu'il appréciait secrètement mais au-delà de cela, il aimait qu'Illium puisse se délecter avec lui de certaines situations. Le genre de situations embarrassante dans laquelle son frère aîné se trouvait actuellement. Illium avait un sens de l'humour assez acide mais il faisait toujours rire le prince.
Le plus jeune prince saisit le verre et le but lentement, par petites gorgées. L'alcool lui montait très vite à la tête alors il savait devoir ne pas prendre plus d'un verre. Il s'assurerait rapidement d'aller chercher une carafe de sang bientôt.
Il reposa le verre à moitié consommer et passa une main dans ses boucles brunes. Il avait les cheveux encore un peu plus ondulés à cause de l'humidité des lieux. Il pleuvait souvent en ce moment et Ulrick se fit la réflexion que la saison des pluies était arrivée si rapidement… Il n'avait pas vu cette année passer. C'était peut-être ça que disaient les plus vieux vampires. Le temps passait de plus en plus vite.
Et voilà bien des années maintenant que son frère se faisait courtiser par celui qui lui faisait une gâterie sous la table. Oh, Yvan était un véritable bonimenteur, toujours à assurer tout le monde que rien ne se passait entre eux.
Certaines personnes, certaines femmes surtout, lui conseillaient de ne pas se laisser faire. Elles disaient qu'il serait sans doute temps pour le prince héritier de se marier. Mais Ulrick savait que si Yvan était Comte, il serait sans doute célibataire et qu'un de leurs enfants à eux trois, les cadets, prendrait la succession. En déglutissant, le jeune prince se rendit compte qu'un jour peut-être il devrait sérieusement penser à avoir des enfants. Il en voulait, désespérément, il en voulait au moins douze. Mais il voulait attendre la bonne. Le problème était qu'il l'avait déjà laissé passé.
Sa mère attendait avec impatience son mariage et c'était pour cela qu'il ne pouvait pas briser ses fiançailles. Plein de remords, il s'était demandé plusieurs fois s'il n'aurait pas mieux fait de s'en tenir à l'histoire dans laquelle il disait qu'il aimait Yvan et voulait se marier avec lui pour qu'on le laisse tranquille. Il espérait que sa fiancée finisse par trouver quelqu'un d'autre et lui demander de rompre leur promesse mais les Kalingrad étaient trop avides de pouvoir pour cela.
Il se savait être le numéro Un suprême en matière de couchage et de séduction et il ne pouvait pas priver Gothik City de son amour. C'était ce qu'il disait à ses parents, du moins, à chaque fois qu'ils lui demandaient de fixer une date.
Il reporta son regard vif sur son frère et se demanda si un jour il se marierait avec Taesch. C'était si compliqué entre eux mais en même temps ils feraient un beau couple. Un beau couple très équilibré même, mais qui ne donnerait aucune descendance.
Quand Yvan lui dit qu'il ignorait qu'il était de retour, Ulrick sourit grandement. Il était tout content que son frère et sa sœur aient tenu parole. Il eut un rictus moqueur quand Yvan lui dit être fatigué. En effet, il avait les traits tirés, même pour quelqu'un comme Yvan. Ulrick lui aurait bien ordonné d'aller se coucher tout de suite s'il n'avait pas su pour l'assassin sous le bureau. Avec un petit sourire, il lui répondit qu'il était rentré deux jours auparavant seulement. Ils n'avaient juste pas eu le temps de se voir.
Alors qu'Yvan lisait la lettre de leur mère, le général se vit illuminé d'une flaque de lumière lunaire et Ulrick fronça un tout petit peu les sourcils. Depuis combien de temps n'avait-il pas dormi ? Apparemment, il était ici depuis plus de vingt quatre heures et il n'aimait pas ça. Travailler trop ne ferait que l'épuiser et le mettre encore plus en retard.
Le jeune prince se fit la réflexion que son frère était dans un état proche de la catalepsie. Ses muscles étaient bandés et immobile et il ressemblait à une statue plus qu'à un vampire. Il devait être tendu à l'extrême. Et nerveux.
Entre une toux et un bâillement, Yvan lui demanda ce qu'il avait à lui dire. Prenant un air professeur, il passa une main dans ses cheveux en bataille.
“ Voilà, tout d'abord, nous ne pouvons compter que sur nous. Les Modernis me semblent être une belle bande d'incapable. Ils n'ont aucune piste complète et se perdent en élucubrations. Oh, si tu voyais ce qu'ils font aux infectés … Mais peu importe, j'espère qu'Elijah est sur une piste bien meilleure que la leur. Je vais te passer les détails de mon séjour mais Mère va bien. Elle rentrera un peu plus tôt que prévu parce que … eh bien je t'en parlerai plus tard mais elle veut être auprès de sa famille. Pour le moment, ouvre tes cadeaux. ”
Il lui tendit les deux paquets. Ils avaient été emballés avec soin par sa mère et il aurait presque eu envie de les faire peindre pour toujours les voir tellement ils étaient beaux. Le papier était d'un gris sombre strié de petits traits argentés et le ruban était d'un noir profond. Elle avait très bien choisi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 83
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Crépuscule & lune froide   Mer 3 Fév - 14:36

A
insi, voilà deux jours qu'Ulrick était rentré. Oui, il avait été si occupé avec son travail qu'il n'avait pas pris la peine de prendre les nouvelles. Il grogna un peu, autant parce qu'il en voulait un peu à Rozen pour l'avoir privé de son petit frère que parce que Taesch faisait monter en lui une succession de vagues de plaisir.
Ulrick lui parla de ses découvertes à Modernis State. Yvan se mordait la langue et l'intérieur des joues en hochant légèrement la tête, alors qu'il n'écoutait son petit frère que d'une oreille distraite. Il n'arrivait pas à se concentrer, l'assassin caché sous son bureau s'amusait avec son doigt et ses dents. Et il savait exactement quoi faire pour que le prince perde la tête. Sa verge frémissait dans la bouche de son bourreau et il faisait de son mieux pour ne pas céder à l'orgasme qui se rapprochait beaucoup trop. Il craignait de ne pas pouvoir retenir un cri s'il se laissait aller.
Pourtant, il aurait tellement aimé entendre clairement ce qu'Ulrick avait à lui dire. Sa mère avait apparemment du nouveau, quelque chose d'important. Une bonne nouvelle, espérait Yvan, qui craignait de plus en plus pour la vie de son meilleur ami. Il avait nourri l'espoir tut qu'au moins un des trois membres de sa famille reviennent de la ville des humains avec une solution contre l'infection.

« Très bien... »

Taesch le relâcha soudainement, ne gardant que son doigt en lui, immobile. Il baissa rapidement les yeux et le vit qui lui lançait un regard à la fois tendre et amusé. C'était presque pire de voir ses lèvres rougies, à un souffle de son entrejambe dressée, mais sans la toucher. Il profita néanmoins de cette accalmie pour ouvrir les présents que lui avait fait parvenir sa mère.
Le premier dont il se chargea était long et plat, il déchira le papier sans douceur et découvrit une boîte en bois sculptée finement de dessins sans significations. Quand il l'ouvrit, il découvrit un poignard, sans manche, juste une lame nue et tâchée de sang. Au moins, constata Yvan en soulevant l'arme, le tranchant était brillant, affûté et la rouille l'avait épargnée. Il se souvint de la description qu'en avait faite sa mère dans sa lettre. Elle aurait des propriétés magiques aspergée du sang d'un Von Dast. Le prince avait terriblement envie de s'en servir, juste pour savoir, pour essayer, mais il préféra attendre de consulter le livre de Lucie. C'était exactement le genre d'artefact qui pouvait se trouver dans ces pages.
Refermant la boîte, Yvan s'intéressa au second paquet. Il était plus cubique et le général ne parvint pas à se souvenir de ce dont il s'agissait. En fait, à part la mission que lui avait confiée la Comtesse et cette histoire de couteau, il n'avait pas retenu grand-chose. Inutile de se demander quelle en était la raison !
Il découvrit une plante, dure, qui semblait artificielle. Elle l'était peut-être. En tout cas, malgré son désintérêt total pour les plantes, celle-ci plût à Yvan au premier coup d’œil. Elle était parfaitement assortie à ses goûts et à ses appartements, dans lesquels elle se fondrait à merveille.

« Ils sont parfaits, conclut Yvan. Je m'occuperai de remercier mère dès… qu'elle… Reviendra. »

Dès qu'il avait reposé le cactus, Taesch avait recommencé à jouer avec lui, plus violemment encore. Yvan avait à présent vraiment du mal à retenir ses gémissements et il savait présenter à son frère le visage de la souffrance.

« Hum… Bien. Merci Ulrick, mais comme tu le vois, j'ai beaucoup de travail. Pourquoi ne remettrions-nous pas cette discussion à plus tard ? »

Sa main agrippa brusquement sa cuisse, comme pour empêcher le plaisir de remonter plus haut. Ce fut inutile bien sûr et un gémissement étouffé explosa dans sa gorge. Cette fois, il fit semblant de réfléchir pour le masquer.

« Hmmm… Pourquoi pas demain soir, quand tu seras levé ? Oui, faisons ça. Maintenant, je suis certain que tu as beaucoup de choses à faire, de gens à voir. Inutile de t'attarder ici pour moi. Vraiment. »

Il fixa la porte, en espérant presque qu'avec une seule injonction de son regard, elle s'ouvre et aspire son frère hors de ce bureau. Taesch commence réellement à le malmener et s'amusait à le pousser à bout. Visiblement, ça ne le dérangeait pas qu'Ulrick puisse savoir ce qui était en train de se tramer. Un jour, cet homme allait le détruire, songea Yvan. Comme le lui avait répété Luscka. Il le ferait souffrir par ses avances, en l'humiliant, en le forçant, jusqu'à lui faire croire qu'Yvan l'aimait, puis, il le laisserait tomber avec un rire moqueur. La vie, la réputation, tout ce qui faisait qu'Yvan était lui serait mort et il ne resterait plus qu'une coquille vide et sèche. Voilà ce que lui avait soutenu Lu' et Yvan commençait à le croire avec ce qui se passait en ce moment.
Il devait mettre fin à ce cycle infernal. Trouver une solution, radicale. Le plus vite possible. S'il pouvait résoudre ce problème dès aujourd'hui, ce serait parfait.


[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Crépuscule & lune froide   Dim 7 Fév - 13:45



Crépuscule & lune froide


Nom d'une destagoule, Yvan était vraiment trop drôle. Il était tout tendu et très droit. Il semblait ne pas pouvoir supporter plus longtemps la présence de Taesch mais il ne disait rien. Sans doute parce qu'il ne voulait pas choquer son petit frère. Il s'imaginait toujours qu'Ulrick était un bébé malgré son demi-millénaire d'existence dépassé depuis bien longtemps. Il fêterait d'ailleurs bientôt ses six-cent ans dans un bal mémorable.
Voir son frère comme ça lui donnait un peu chaud mais il avait comprit depuis bien des années qu'entre lui et Yvan ce ne serait jamais possible, même s'ils auraient fait un couple parfait. Et que le petit côté interdit le tentait de plus en plus.
A un moment, son frère grogna et Ulrick se dit qu'il ferait mieux de bientôt y aller. Il se mordit la lèvre, un petit sourire moqueur affiché sur son visage. Il regrettait un peu que Taesch lui ait mit le grappin dessus mais de toute façon Yvan était bien trop droit pour sortir avec son petit frère. Et puis … Finalement, peut-être que ses sentiments n'étaient pas si forts que ça. Il n'était pas jaloux, il était même heureux que son frère ait trouvé quelqu'un qui pouvait le supporter et surtout, supporter ses humeurs.
La première fois, il avait eu un peu mal au cœur. Il était allé dans la rue Romary pour acheter un composant essentiel du poison qu'il apprenait à faire en ce moment et il les avait vu. Yvan n'avait pas l'air très à l'aise mais ils s'embrassaient quand même. Son grand-frère et son mentor. Pour un choc … Mais après quelques heures, il s'était rendu compte que le bonheur de ses proches passait bien avant ses espoirs déçus.
Bien entendu, il n'en avait jamais parlé à personne, même pas à Lucie. Il se doutait qu'elle le savait déjà – Lucie savait toujours tout – et puis il ne voulait pas trahir le secret de son grand frère adoré. Il sentait bien qu'il fallait qu'il attende qu'il vienne tout seul vers lui pour lui dire la vérité mais Yvan n'avait jamais poussé la porte de la chambre pour lui avouer sa relation avec lui. Ulrick avait pensé qu'ils avaient rompu mais apparemment ce n'était pas le cas puisque Taesch était là.
Ah, Ulrick ne savait plus quoi penser ! Il devrait peut-être commencer par en parler au conseiller du Comte et ensuite voir avec Yvan. Il était si curieux !
Bien sûr, il devait se montrer discret. Avec la rébellion qui grondait, il ne pouvait pas vraiment s'exprimer comme il le souhaiterait. Il avait déjà dû tuer deux espions qui l'avaient suivi dans les bas quartiers. Contrairement à son mentor qui ne tuait jamais que sur ordre ou contrat, Ulrick n'avait aucun remord à tuer ceux qui l’agressaient ou auraient pu le confondre devant la Cour. Il était hors de question qu'il se laisse faire comme cela.
Il voulait discuter avec Yvan de ce qu'il avait entendu la veille dans les bas quartiers à propos de la Voix de la Paix, une organisation qui prétendait s'exprimer pour le peuple et qui semblait vouloir renverser le gouvernement comtal.
Apparemment, Taesch intensifia ses caresses puisqu'Yvan semblait de plus en plus contrit. Ulrick décida qu'il était temps d'aller faire un petit tour quand son frère lui demanda de remettre la réunion à plus tard.
“ Oh, oui, je vais aller faire un petit tour et revenir plus tard. Cette situation commence à devenir gênante, n'est-ce pas Taesch ? ”
Il entendit un ricanement en se levant et salua son frère de la main. Bien sûr, il savait que cette réflexion le mettrait un peu mal à l'aise mais c'était drôle de le gêner. Et puis, Yvan était si droit, le dérider un peu ne lui ferait pas de mal.
“ Je reviendrais dans une heure, j'ai besoin de te parler de certaines choses en privé et de façon urgente. Et ensuite tu rentreras, tu es épuisé et tu as besoin d'un peu de sommeil. ”
En claquant la porte derrière lui, Ulrick resta un peu. Il put entendre Taesch dire à Yvan qu'il l'aimait  et d'autres choses ressemblant à des excuses. Son regard s'assombrit un peu. Peut-être bien qu'il était jaloux, en fait.

Au bout d'une heure et demi à regarder Illium s'entraîner et à discuter avec le peintre, Ulrick se rendit de nouveau dans le bureau d'Yvan. Il avait vu l'assassin s’éclipser une bonne vingtaine de minutes avant mais il voulait laisser à son frère le temps de se remettre. Il frappa de nouveau à la porte et entra sans attendre l'autorisation d'Yvan. En s'écrasant sur le fauteuil beaucoup trop dur en face de son frère, il soupira. Comment devrait-il dire ça ? Sa mère lui avait annoncé un peu abruptement alors ce n'était pas grave s'il le faisait aussi.  Il prit les mains de son frère dans les siennes et sourit doucement.
“ Voilà, Mère rentrera plus tôt parce qu'elle est enceinte. De trois mois. ”
Avec un grand sourire, peut-être que ça passerait mieux ! Ou pas, Yvan avait vraiment l'air crevé et d'avoir envie de dormir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 83
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Crépuscule & lune froide   Dim 7 Fév - 15:58

L
a situation devenait incontrôlable. Yvan brûlait d'envie de se lâcher, d'en finir une fois pour toutes. Ensuite, il prendrait Taesch par la gorge et le laisserait tout simplement tomber par la fenêtre. S'ensuivraient des excuses envers son petit frère, puis ils pourraient enfin converser normalement. Au moment où il considérait sérieusement cette solution, Ulrick approuva son idée de remettre leur entrevue à plus tard. Yvan poussa un grand soupir de soulagement avant de plaquer la main sur ses lèvres. Qu'avait pensé Ulrick ? Son frère termina alors de parler et le prince aîné abaissa ses doigts, découvrant une bouche entrouverte par le choc. Il voulut tout d'abord lui demander depuis combien de temps il s'en était aperçu, puis renonça. En réalité, il ne voulait absolument pas le savoir. Ulrick, sans attendre de réponse, se leva et prononça encore quelques mots avant de partir. Yvan le fixa, abasourdi. Pendant ce temps, Taesch riait. Il riait ! N'avait-il donc pas la moindre honte ?! Cet homme n'avait pas d'âme !

Quand la porte claqua, Yvan repoussa brutalement son bureau, qui glissa jusqu'au centre de la pièce, emportant le fauteuil qui avait accueilli Ulrick avec lui. Il était terriblement en colère. Taesch essaya bien de s'excuser, lui murmurant qu'il l'aimait. Yvan le saisit alors à la gorge et le força à se remettre debout, faisant de même. Son pantalon glissa sur ses genoux, plus retenu que par ses bottes. L'assassin ne semblait pas le moins du monde affolé. Au contraire, il souriait. Yvan le colla contre le mur et l'embrassa violemment, ses doigts serrant sa mâchoire. Puis, sans trop savoir comment, il se retrouva face à ce même mur et les réjouissances démarrèrent.

Environ une heure plus tard, Yvan se rhabilla, la mine sombre. Ils s'étaient bien amusés, lui s'était défoulé et la fatigue reprenait le dessus. Il rêvait d'un bain brûlant dans lequel il s'endormirait. Alors qu'il ajustait la ceinture de son pantalon, Taesch se glissa derrière lui, toujours nu, et lui suçota l'oreille avant de lui murmurer ses sentiments. Yvan poussa un soupir d'exaspération, ce qui fit glousser Taesch. Sauf qu'il n'y avait vraiment pas lieu de glousser. D'une voix dure, le prince lui asséna la vérité qu'il venait d'inventer.

« Vas-t'en Taesch. Tu me pousses à tromper mon… Fiancé. Oui, je vais bientôt annoncer mes fiançailles.
-Qui ? rugit Taesch en perdant son sang-froid.
-Un jeune noble, inventa Yvan. Je l'ai combattu au Gobelin Rouge. Il est très fort.
-Il t'a battu alors ?
-Non. »

Taesch sourit douloureusement, comme s'il comprenait soudain quelque chose. Il serait temps, songea Yvan. Il se détourna de l'assassin pour continuer de s'habiller. Quand il se retourna, Taesch avait disparu et la fenêtre était ouverte. Il se sentait mal de l'avoir fait, pourtant il le fallait. Sinon, cette relation – ou plutôt ce semblant de relation – aurait fini par le détruire.

Comme il l'avait dit, Ulrick refit son apparition. Yvan avait remis le bureau en place, ainsi que ses papiers éparpillés partout dans la pièce. Les cadeaux de sa mère étaient sur le côté, soigneusement rangés en attendant d'être emportés au château. Deux verres de scotch attendaient leur sort sur le côté opposé.
Ulrick ne s'embarrassa pas d'un nouveau salut. Il prit place, sans commentaire – ce dont son frère lui savait gré – et, après un soupir d'hésitation, saisit les mains de son aîné. Intrigué, Yvan étudia son visage, y cherchant un indice qui pourrait l'aider à deviner ce qu'il avait en tête. Parmi tout ce qu'il avait imaginé avant que la vérité ne sorte de la bouche d'Ulrick, rien n'était proche de la réalité. Il écarquilla les yeux en entendant la nouvelle et ses lèvres entrouvertes tremblèrent en essayant de former des mots. Il était surpris, c'était certain. Cela faisait huit-cents ans qu'Emilien et Holly von Dast avaient commencé à concevoir et environ six-cents qu'ils avaient stoppé. Pour lui, c'était terminé. Il avait toujours cru que l'un de ses deux parents désirait simplement une fille. Avec la naissance de Lucie, c'était censé être terminé.
Il arracha ses doigts à l'emprise d'Ulrick et avala d'un trait son verre d'alcool, avant de se resservir généreusement. Une fois son verre presque vide à nouveau, il s'écroula dans le fond de son fauteuil et poussa un bruyant soupir. Son regard erra sur la boîte en bois que lui avait apportée Ulrick. Sa mère… Enceinte. Il se souvint rapidement de la petite enfance de chacun de ses frères et sœur. Tous avaient eut leur lot d'emmerdes. Mais, quelque part, il était heureux. C'était aussi gros qu'une étincelle, mais il était heureux.

Il avala le reste de scotch et reporta son attention sur Ulrick.

« Et bien cette fois, dit-il enfin sur un ton dur, j'espère que je n'aurais pas à le veiller le jour ou à lui appliquer des fessées pour qu'il reste tranquille. »

Il fronça un peu plus les sourcils, ses yeux fixés avec insistance sur son jeune frère. Cela allait être étrange de ne plus considérer Ulrick comme l'enfant de la famille, ou Lucie la petite dernière si fragile.

« Quand rentre-t-elle ? s'inquiéta soudain Yvan. Elle ne va tout de même pas rester une journée de plus dans cette ville horrible alors qu'elle est enceinte j'espère ? »

Sinon, il était prêt à aller lui-même la chercher ! Hors de question que cet enfant grandisse une minute de plus au milieu de ces humains puants, même à l'abri dans le ventre de sa mère !

Il tourna un peu la tête sur sa gauche en sentant un petit courant d'air. Il avait mal refermée la fenêtre. Le bois avait tendance à gonfler quand il faisait aussi humide que ces derniers temps. Se souvenant de Taesch et de ce qu'avait surpris Ulrick, il se dit qu'il devait mettre les choses au clair.

« Ulrick, ne vas pas t'imaginer quoi que ce soit par rapport à on... Sire Taesch. C'était la dernière fois que ce genre de choses se produisait. Je l'ai viré une bonne fois pour toutes. Je compte sur ta discrétion à ce sujet. Je le peux, n'est-ce pas ? Tu ne vas pas me trahir ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Crépuscule & lune froide   Dim 7 Fév - 17:54



Crépuscule & lune froide


Ulrick était beaucoup trop jeune quand Lucie était née. Il n'avait pas eu le droit d'assister à l'accouchement comme Yvan et Elijah. Son père n'osait jamais venir lui même, ne venant réconforter sa femme qu'après. Officiellement, il avait toujours mieux à faire. Officieusement, il ne pouvait pas supporter de la voir souffrir et saigner. Cela lui crevait le cœur à chaque fois qu'elle avait mal. Les sanglantes naissances de Von Dast avaient toujours été éprouvantes pour Holly.
Cependant, il avait été là quand elle avait fini par s'endormir. La petite Lucie était dans les bras de son père, bercée, un peu plus loin. Ulrick, pâle comme la mort, avait attendu le pire de l'état de sa mère quand il l'avait entendu crier. Mais elle l'avait rassuré et lui avait demandé de prendre soin de sa sœur pendant qu'elle dormait. Alors il avait bien fait attention à ce qu'Emilien ne la lâche pas dans un accès de maladresse. Yvan était là, si fort. Ulrick voulait être comme lui plus tard.
Au bout de dix-huit ans d'entraînement inutiles, le jeune prince avait abandonné l'idée d'être comme son aîné. Il voulait être fort pour lui plaire mais il ne pouvait pas. A la place, il prenait soin de lui avec des baumes ou des paroles réconfortantes. Il n'avait eu cesse d'espérer qu'il le remarque comme un homme au lieu de le voir comme un enfant mais quand il l'avait surprit à embrasser Taesch, il avait comprit qu'il avait raison en premier lieu : Yvan voulait quelqu'un de fort, pas quelqu'un d'attentionné.
Finalement c'était heureux, Yvan et lui n'étaient pas fait l'un pour l'autre et Ulrick avait bien été forcé de l'accepté par les événements devant ses yeux. Comme disait Miss Sarah, la nourrice de Lucie, il était inutile de mettre tous ses efforts dans le même panier quand on avait aucun résultat en face. Il devait aller voir ailleurs. Seulement, il était tombé deux fois amoureux et cela s'était fini dans les larmes à chaque fois. La troisième serait-elle meilleure ? Arriverait-elle seulement un jour ?
Certes, il avait quelques sentiments pour Illium mais son garde du corps n'était pas intéressé par lui. C'était déjà un miracle impossible que le vieux vampire n'ait dit à personne qu'il lui prenait du sang de temps en temps. Avec un sourire, le jeune vampire se demanda s'il voulait juste le protéger.
Le jubilé aurait bientôt lieu et Illium le quitterait pendant toute la durée des préparations pour aller protéger son père. Une grande cérémonie comme ça, c'était l'occasion rêvée de tuer le Comte. Il paraderait dans la ville avec une certaine liberté de mouvement et les assassins pourraient s'en donner à coeur joie. On lui avait déjà attribué un nouveau garde du corps mais Ulrick s'en fichait, il ne se souvenait même pas de son nom.
Après avoir lâché les mains de son frère, Ulrick attrapa le verre et le sirota. Il avait bu un peu de sang entre leur deux entrevues mais il sentait sa tête tourner. Il était sur le point d'être complètement saoul. Il reposa son verre encore à moitié plein et sourit doucement à son frère. S'il avait été humain, il aurait eu les joues rouges.
Yvan semblait atteint par la nouvelle. Le plus jeune prince eut un petit rire en s'imaginant que c'était parce qu'il avait peur de ne plus être le plus fort. Oh mais c'était stupide, Yvan était le plus fort de tous. Il aurait pu soulever le bâtiment de la Capital & Counties Bank à main nu. Torse nu probablement parce qu'Yvan aimait montrer combien il était musclé. Et il l'était. Le bureau avait encore cette odeur de sexe et le regard embué d'Ulrick se posa sur Yvan, intensément.
L'aîné s'insurgea – bien sûr – et Ulrick eut un nouveau petit rire. Oui, bien sûr, il se souvenait combien Lucie avait été pénible.
“ Et j'espère ne pas avoir à dormir avec le petit nouveau, je ne le supporterai pas à mon âge. Et puis ce serait inapproprié. ”
C'était insensé, bien sûr. Mais cela réussissait à le faire rire. Et si cela pouvait faire sourire Yvan, Ulrick serait plus heureux que jamais.
A la question d'Yvan, il répondit par un haussement d'épaule. Sa mère ne lui avait pas donné d'indice sur la date de son retour, elle avait juste dit qu'elle rentrerait en avance. Elle avait dit qu'elle avait une petite mission à compléter avant mais elle avait aussi dit de ne rien dire à Yvan alors il se tût docilement. Yvan faisait peur mais sa mère encore plus. Et puis elle était parfaitement capable de se débrouiller seule.
Et puis, Yvan parla de Taesch et de trahison. Embrumé par l'alcool, le jeune prince dû remettre ses idées en place avant de lui répondre.
“ Sire Taesch … je croyais que tu l'aimais. Que vous étiez ensemble. Je vous ai vu une fois dans Romary Street et je pensais que … ”
Il s'avança, presque sur le bureau, et plongea ses yeux ambrés voilés par l'alcool sur le torse d'Yvan, un peu troublé pour une raison inconnue.
“ Tu n'es pas avec lui ? Alors ça voudrait dire que j'aurais ma chance … ? ”
Il releva son regard vers les yeux violets du Prince Noir – c'était quand même ironique qu'ils ne soient pas noirs, justement – et ajouta d'une toute petite voix.
“ Avec toi ? ”
Déglutissant, il recula, s'asseyant dans son siège. Non, il n'avait aucune chance. Il n'aurait jamais aucune chance. Il mettrait ça sur le compte de la boisson et Yvan serait tellement heureux que son bébé de petit frère ne soit pas amoureux de lui qu'il accepterait cette excuse bancale.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 83
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Crépuscule & lune froide   Dim 7 Fév - 22:12

L
a sévérité d'Yvan n'effraya pas Ulrick, qui renchérit sur une petite… Etait-ce une blague ou était-il sérieux ? Après tout, il avait raison. Quand Ulrick se mit à rire, Yvan en fut certain. C'était bien une blague. Alors il sourit. Cet étirement ne dura qu'une petite seconde et il se resservit à boire. Son frère, quant à lui, se montrait modéré sur la question. Mieux valait pour lui. Yvan l'avait déjà vu se soûler et… C'était plutôt impressionnant.

Lorsqu'il fut question de Taesch, l'humeur d'Ulrick sembla changer, comme si les paroles d'Yvan l'avaient fait réfléchir. Le vampire but un peu de scotch, un coude sur son bureau. Il scrutait le visage d'Ulrick en essayant de ne pas se laisser gagner par la fatigue qui avait tendance à lui faire fermer les yeux. En fait, il comptait sur l'alcool pour tenir jusqu'à la fin de cette discussion.
Quand il apprit qu'Ulrick les avait surpris en train de s'embrasser dans la rue, la panique le gagna. Et si quelqu'un d'autre avait été témoin de cette scène horriblement gênante ?! Le pire, cependant, avec l'aveu d'Ulrick, fut quand il se confia à Yvan sur son amour pour Taesch. Non, non, il ne pouvait pas le laisser faire cela. Taesch était toxique.
Ulrick, tout proche de lui, se recula pour se laisser tomber dans son fauteuil. Il murmura alors quelque chose qu'Yvan n'était pas certain d'avoir compris. Il se figea, le verre juste devant ses lèvres, à un centimètre tout au plus. Il fixait son petit frère, son cerveau cherchant à trouver une phrase qui collait avec les sonorités qu'il avait cru percevoir. « Avec toi », c'était ce qu'il avait entendu. Non…
Quand il comprit enfin, il se sentit profondément soulagé et un peu attendri aussi. Apparemment, il avait vraiment manqué à son petit frère pendant que ce dernier arpentait les rues glauques de Modernis State. Avec un sourire tendre, il secoua la tête.

« Oh, Ulrick… Ne soit pas stupide, bien sûr que je suis là pour toi, quelles que soient les circonstances. »

Oui, Ulrick était réellement adorable. Cependant, il ne devrait pas s'inquiéter de la sorte. Même s'il trouvait l'homme idéal, il serait toujours disponible pour ses frères et sœur.

« Il n'y a aucune raison pour que je te rejette, même si tu me mets souvent en colère. Je suppose que c'est ton rôle de frère. Enfin, si tu as besoin d'être réconforté… Et que tu n'as personne d'autre… Je pourrais faire l'affaire. Et si quelqu'un essaie de te faire du mal, tu peux aussi venir me voir. »

A force de jouer au plus malin, il risquait de se fourrer dans une situation inextricable. Voilà ce dont avait peur Yvan quand il savait qu'Ulrick jouait à l'espion dehors ou qu'il courtisait une nouvelle femme, en dépit de la présence de sa fiancée. C'était aussi l'unique raison qui poussait le prince guerrier à assister aux bals de son petit frère. Il s'y ennuyait ferme, passait son temps à boire et à regarder les autres danser sans jamais rejoindre la piste lui-même. Il parlait aussi à quelques personnes, ou plutôt il leur répondait quand elles venaient lui adresser la parole en dépit de son expression aussi noire que possible. En vérité, s'il était présent, c'était uniquement pour garder un œil sur Ulrick. Combien de fois avait-il passé la journée planté aux côtés d'Illium devant sa porte, tout cela parce qu'il n'avait pas confiance en sa conquête et qu'il craignait une tentative d'assassinat. Il avait supporté les bruits de coït sans sourciller, attentif au moindre cri, au moindre gloussement. Puis, quand la fille partait, avant que le prince ne se réveille, il l'escortait dehors et s'autorisait enfin quelques heures de sommeil. Quand elle restait plus longtemps, il chargeait le garde du corps personnel d'Ulrick de bien veiller sur lui.
Il avait fait la même chose pour Lucie pendant quelques temps, puis avait abandonné. Entendre sa sœur était plus perturbant. Il était moins inquiet aussi, elle était sans cesse entourée et elle était l'élément dont il fallait précisément se méfier. Dans ce domaine, il ne s'inquiétait pas pour elle.
Quant à Elijah… Et bien il avait largement le temps de s'informer sur ses rares conquêtes avant qu'il ne s'enferme avec elles dans sa chambre, alors… Non, Ulrick était réellement le seul pour lequel il avait peur à la fin des bals.

Il termina son verre et se resservit une nouvelle fois, n'attendant pas pour boire. Il était de plus en plus fatigué et s'il fermait les yeux, là, immédiatement, il savait qu'il s'endormirait. Il avait les paupières tellement lourdes… Yvan sentit sa tête dodeliner et son menton reposer doucement sur sa clavicule, sa joue contre son épaule. Ses yeux étaient fermés, non ? Il devait les rouvrir. N'avait-il pas un verre en main une minute plus tôt ? Il ne le sentait plus dans ses doigts. Alors il était tombé sur le tapis ? Il se releva pour le ramasser et poursuivre sa conversation avec Ulrick. Ensuite, il s'aperçut qu'il ne s'était absolument pas levé. Il n'avait fait qu'imaginer le réaliser, ainsi que tout le reste. Son esprit était dans le vague. Il voulait tellement dormir…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Crépuscule & lune froide   Lun 8 Fév - 11:49



Crépuscule & lune froide


Ulrick savait bien que son frère était plus que courageux. Il était du genre à tout pouvoir faire malgré une ou deux blessures. Ulrick, dès qu'il perdait du sang, commençait à paniquer. En même temps, il n'était pas censé être vu. Sa blessure la plus sévère lui était arrivé pendant ce qu'il appelait dans ses journaux ''L'aventure du Diable''. Il devait subtiliser un joyau à un noble qui apparemment avait des propriétés magiques et était trop dangereux pour être porté en pendentif.
Seulement, apparemment Yvan avait ses limites, comme tout le monde. Il était évident qu'il avait trop travaillé. Ils parleraient des sujets fâcheux une autre fois, peut-être quand sa mère serait revenue. Pour le moment, son grand frère n'était pas en état de comprendre un traître mot de ce qu'il dirait.
Voir sourire Yvan agrandit encore la mine réjouie du jeune Prince. Cela n'arrivait pas souvent alors il en profitait, même si cela ne durait qu'une nanoseconde.
Quand il s'était rendu en ville avec sa mère durant son petit séjour à Modernis, ils avaient rencontré le général des armées qui faisait quelques petites courses avec sa fille. Le général Cox n'était pas du tout comme Yvan. Il vivait beaucoup plus pour la paix que pour la guerre, il était souriant et semblait prendre grand soin de sa fille. Est-ce qu'un jour Yvan aurait des enfants ? Oui, forcément, il serait Comte.
Un millier de frisson secouèrent son cœur quand il vit le doute dans les yeux de son frère. Il avait comprit, enfin, après toutes ses allusions. Hm, il ne se doutait pas qu'il pourrait le prendre calmement. L'alcool et la fatigue aidaient sûrement et Ulrick était heureux que son frère puisse rester près de lui. Qu'il ne le fuie pas comme un pestiféré. Immobile comme jamais il ne l'était, Ulrick attendit la sentence.
Quand Yvan sourit doucement – encore ! - et secoua la tête, Ulrick n'était plus si sûr qu'il avait comprit. Il semblait … ailleurs.
Et quand le couperet tomba, ce ne fut pas si dur. Yvan lui dit qu'il serait toujours là pour lui et le petit frère aurait été rouge brique s'il avait eu un peu d'humanité en lui. Avec un peu de recul, il se rendit compte qu'Yvan était définitivement à l'ouest. Avec de la tristesse dans les yeux, Ulrick ne put s'empêcher de rire un peu. Il avait très envie d'une bière au gingembre mais il ne ressentait pas une peine immense comme il le pensait.
Son rôle de frère … Peut-être que tout ce qu'il ressentait c'était un lien fraternel extrêmement fort. Bien sûr, il avait toujours eu envie de coucher avec lui et d'être comme un vrai couple avec lui mais c'était sans doute une confusion liée à la jeunesse. Ulrick savait très bien qu'il était encore très immature et il savait faire des caprices de temps à autres. Bien sûr, les siens faisaient pâle figure devant ceux de Lucie mais ils étaient bien là.
Yvan sembla un peu perdu dans ses pensées après cela. La fatigue le gagnait de plus en plus et Ulrick se sentait mal de le tenir éveillé.
Il contourna le bureau, chancelant un peu, et sourit doucement avec un petit peu de remords. Il vint finalement atterrir sans douceur sur les genoux de son aîné et prit son visage dans ses mains. D'aussi près, Yvan était encore plus beau.
Il rapprocha son visage du sien et lui donna un baiser langoureux, s'abandonnant complètement. Ce n'était pas un simple baiser sur les lèvres comme ceux qu'il donnait à Elijah et Lucie ou un baiser sans importance comme ceux de ses conquêtes d'un soir. C'était un baiser tellement significatif qu'Ulrick fut un peu déçu qu'il ne soit pas vraiment bon. Il n'aimait autant cela que ce qu'il pensait. Son corps ne frémissait pas de bonheur et il sourit doucement à Yvan. Non, il était certain qu'Yvan n'était rien de plus qu'un frère pour lui. Un frère sexy avec lequel il aurait bien aimé coucher mais tout sentiments amoureux, s'ils avaient été là un jour, étaient éteints.
“ Viens, je te ramène à la maison. ”
Il appela Illium qui se précipita dans le bureau et lui ordonna de soutenir Yvan discrètement. Ils traversèrent la caserne d'une traite, s'arrêtant juste pour saluer une femme qui devait être venue voir un haut-gradé. Elle était richement vêtue mais sans prétention et leur offrit un sourire. Personne ne remarqua l'état de fatigue du pauvre Yvan. Ils montèrent dans la voiture du Prince rapidement et une fois à l'intérieur Illium dévisagea le Prince Noir. Oh, en y regardant un peu de plus près, on voyait un peu de crème à lèvres du jeune Prince sur celles de son aîné. Détournant le regard, gêné, Ulrick ne fit aucun commentaire.
“ Tu vas bien, grand frère ? Nous sommes bientôt arrivés. ”
Posant sa main sur celle de son frère, il déglutit. Peut-être qu'Illium était en colère contre lui. Oh ce serait terrible !  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
General Relentless
Messages : 83
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 802
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Général Suprême
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Amant(e) d'un Draggelin
Indice de badassitude: Commandant Shepard
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Crépuscule & lune froide   Lun 8 Fév - 16:16

I
l fallait se reprendre, essayait de se motiver Yvan. Où était son verre, déjà ? Ah oui, probablement renversé sur le sol. Il devrait faire attention quand il se réveillerait le lendemain. Un poids pesa soudain sur ses cuisses et le fit relever la tête. Les sourcils froncés à l'extrême, ses lèvres tordues dans une grimace d'inconfort, il laissa son crâne reposer sur le dossier de son fauteuil. Deux mains froides trouvèrent alors son visage, puis une bouche et enfin une langue. C'était doux, tendre, un peu passionné aussi. Différent de d'habitude. A quoi jouait Taesch ? Ne l'avait-il pas viré cependant ? Cet homme… Quoiqu'il puisse dire, il revenait toujours à la charge. A cette pensée, Yvan sentit son cœur s'alléger un peu. Alors il s'en voulait pour son mensonge ? A moins qu'il n'ait été simplement triste à l'idée de ne plus voir le métamorphe dans le secret de ses draps.
Le prince posa ses doigts dans le dos de son amant, délicatement, cherchant par ailleurs à intensifier le baiser. Il n'avait plus la force de résister maintenant, il ferait tout ce que Taesch voudrait.
Leur étreinte prit fin assez tôt pourtant. Yvan sourit doucement. Il aimait quand l'assassin prenait soin de lui, qu'il oubliait un instant ses pulsions lubriques.

La voix d'Ulrick le tira de sa rêverie et il entrouvrit les yeux. Mais que faisait-il ici ? N'était-ce pas Taesch ? Oh non, Taesch était sous le bureau ! Il allait le… Non, bien sûr que non, Taesch n'était plus ici depuis longtemps ! Alors ça n'avait dû être qu'un rêve. Combien de temps s'était-il endormi ? Yvan pensa que son frère avait raison : il était grand temps pour lui de se coucher, dans un vrai lit. Rozen attendrait un peu plus longtemps ses rapports, peu importait.

Il parvint sans vraiment s'en souvenir dans une voiture, avec Ulrick et son garde du corps. Ce dernier le fixait étrangement puis, quand Yvan le regarda franchement en lui lançant un regard sévère, il inclina le chef et détourna son attention sur la petite fenêtre.

« Je vais bien, répondit Yvan d'une voix profonde. J'ai simplement besoin de me reposer. »

Le hurlement d'un loup au loin le fit frémir. Il avait le sentiment terrible qu'il s'agissait d'une plainte qui lui était destinée.
Sa somnolence dans le bureau lui avait redonné assez d'énergie pour tenir une conversation avec son frère. Oui, leur mère était de nouveau enceinte, se souvint-il. C'était décidément une heureuse nouvelle et il se demandait si leur père était déjà au courant. Peut-être des espions l'avaient-ils mis au courant, Yvan ne l'avait jamais vu pris au dépourvu par quoi que ce soit. Difficile, dès lors, de lui cacher ses bêtises.

« Ne seras-tu pas triste si c'est un garçon ? Tu ne seras plus le plus jeune des frères Von Dast alors. Et peut-être plus le plus mignon ? Tu ne crains pas la concurrence ? »

Ce n'était pas son cas. Au contraire. Il avait toujours espéré avoir un frère qui serait aussi violent et combatif que lui. Elijah l'avait déçu, puis Ulrick. Avec le plus jeune, ça avait été pire. Il y avait mis de grands espoirs car Ulrick lui-même avait essayé, peut-être bien uniquement pour lui faire plaisir ou l'impressionner. Au final, il s'était avéré que ce n'était simplement pas son truc. Du tout. Cela, Yvan ne le lui avait jamais reproché. Il avait bien vu combien la peine était déjà grande chez son petit frère.

Un cachot le souleva assez de son siège pour que le sommet de son crâne heurte le plafond du carrosse. Avec un juron, il se frotta la tête. Une seconde plus tard, la douleur était déjà partie. Il fallait vraiment qu'ils réparent ce trou de pavé, à chaque fois qu'il empruntait la route en véhicule, il lui arrivait ce genre de désagrément. Il était parfois difficile de faire partie des grands de la ville. En fait, la ville était encore faite pour les anciens, qui étaient plus petits alors. Ou bien était-ce simplement leur famille qui avait un problème de normalité ? Non, sûrement pas, il connaissait quelques autres vampires, à commencer à Lou, qui atteignaient eux aussi des sommets.

Quand ils arrivèrent dans la cour du château, Yvan poussa un véritable soupir de soulagement. Une fois à l'abri dans le hall, il se tourna vers Ulrick. Tout son corps le poussait à gravir – en rampant s'il le fallait – le grand escalier pour rejoindre ses appartements. Pourtant, il se fit violence pour conserver son dos et ses jambes droits.

« Montes-tu également ou vas-tu aller séduire quelques femmes en ville ? Je suis certain que tu as beaucoup de connaissances qui attendent ta visite avec impatience. »

Comme toujours, son ton était quelque peu réprobateur. Il n'aimait pas qu'Ulrick soit aussi volage. Il était comme l'un de ces insectes diurnes qui voletaient d'une fleur à l'autre, ne semblant jamais trouver leur bonheur mais persistant malgré tout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stardust
Messages : 44
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Soldat formé
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Crépuscule & lune froide   Jeu 18 Fév - 14:44



Crépuscule & lune froide


Un cercueil n'était peut-être pas une si mauvaise idée. Le jeune vampire avait toujours dénigré ce choix de son oncle Rozen mais en fait c'était sans doute un très bon choix pour les mauvaises nuits comme celle-ci. Terrifié à l'idée de perdre son garde du corps ou son grand-frère, Ulrick devait choisir ses mots avec une prudence toute délicate. Oh, bon sang, il ne pouvait pas croire qu'il avait embrassé Yvan.
Oh, c'était aussi quelque chose de très agréable mais il sapristi, Taesch les avait surprit ! Enfin, Ulrick n'était pas vraiment sûr mais il avait vu une ombre blanche du coin de l'oeil. Une seconde avait suffi à ce que cette ombre disparaisse mai et peut-être bien que c'était juste une colombe. Il était évident que si Taesch les avait en effet surprit, il ne se serait pas enfui comme un voleur mais aurait créé un scandale.
L'assassin n'était pas exactement quelqu'un de discret et il était dû genre à abattre un secret gênant comme une marquise abattrait un brelan dans une partie de poker avec la Comtesse. Poli mais tranchant. Oh Diable, qu'avait-il fait ? Avait-il brisé le couple de son grand frère adoré ?
Oh, il espérait aussi que le bruit de ce baiser ne viendrait pas aux oreilles du Sénat. Ces vieux croûtons étaient très à cheval sur le respect et un inceste entre deux princes serait une parfaite occasion d'essayer de renverser le Von Dast. Ulrick les soupçonnait d'être derrière le complot qui semblait vouloir détrôner le Comte actuellement mais … non, Taesch ne ferait jamais cela. Il rejoindrait Yvan, ils se disputeraient et se réconcilieraient.  
Avec un frisson, il se souvint du sourire de la plus vieille, Dame Galateae quand elle l'avait croisé une fois. Elle avait le sourire d'une femme qui peut exécuter n'importe qui parce qu'il avait croisé son regard.
Cinq minutes passèrent dans le silence et Ulrick sentit le regard de son garde du corps lui brûler la nuque. Il l'avait mordu quelque temps auparavant, juste au crépuscule, et il semblait désormais qu'il était temps pour lui de regretter cette décision. Illium était beaucoup trop gentil alors il ne dirait rien de ce qu'il savait mais il semblait en colère. Comme jaloux ? Oh, Ulrick était beaucoup trop honteux pour être possiblement heureux.
Ils passèrent devant un magasin qui était en train d'ouvrir. Dans sa vitrine, un magnifique violon blanc trônait. Il semblait tellement beau et devait avoir un son parfait. La voiture passa avant qu'il n'ait pu en voir plus mais ses doigts se posèrent sur la vitre et il ferma les yeux. Il pouvait presque sentir l'ivoire et l'or sous ses doigts. Il lui fallait absolument ce violon. En d'autres conditions, il aurait demandé à la voiture de s'arrêter mais actuellement Yvan avait bien trop besoin de repos.
Yvan lui annonça avoir juste besoin de repos et sa voix fit frémir Ulrick. Il avait beau s'être rendu compte qu'il n'était pas vraiment amoureux de lui, il était quand même toujours aussi sexy.
Le hurlement au loin déchira le coeur du jeune homme et il fronça les sourcils. Ce ne pouvait pas être Taesch, n'est-ce pas ? N'est-ce pas ? Avec un soupir, il accueillit les moqueries de son grand frère. Il eut un petit sourire, faible, et haussa les épaules.
“ Je serais toujours le plus mignon, Yvan, enfin tu m'as bien regardé ? Il baissa les yeux un instant et fit une pause avant de reprendre. A vrai dire je crains plus que ce ne soit une fille, Lucie le prendrait certainement mal. ”

Une fois dans le hall du château, Ulrick se demandait bien à quoi il passerait le reste de sa journée. Il sourit quand son frère lui fit une remarque désobligeante. Il le prenait vraiment pour un abruti.
“ Tu crois vraiment que c'est la seule occupation que je puis me trouver ? Vas te coucher et ne t'occupe pas de moi, je sais parfaitement m'occuper seul. Toi aussi Il-”
Il n'eut pas le loisir de finir sa phrase que son garde du corps était déjà loin. Non, il était trop fâché. C'était mauvais signe mais Ulrick ferait une petite moue boudeuse et tout rentrerait bientôt dans l'ordre comme d'habitude. Le troisième fils du châtelain allait descendre aux cuisines quand il vit Taesch en haut des escaliers. Il ne semblait pas faire attention à eux et bouscula Yvan si fort qu'il faillit le faire tomber sans même lui accorder un regard. Okay, c'était mauvais signe.

THE END.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Crépuscule & lune froide   

Revenir en haut Aller en bas
 
Crépuscule & lune froide
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un soir de pleine lune
» Les taches de la lune
» Comprendre la lune
» Une pièce froide, loin sous le palais [Comté=>Important]
» Un Haitien sur la Lune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-