Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 Heure de vérité [ft. Wish]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Princesse de Glace
Messages : 42
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Heure de vérité [ft. Wish]   Lun 22 Fév - 18:15




Heure de vérité







Après avoir quitté son frère, Lucie avait passé une partie de la journée à prier au temple de leur gardien protecteur pour qu'il lui apporte une solution à tous ses problèmes. Et des problèmes, elle en avait beaucoup ces derniers jours. Tout d'abord, la Grande Mort, qui restait sa principale préoccupation, gagnait du terrain de jour en jour. Et il n'était plus rare de rencontrer un vampire fébrile au coin de la rue, tremblant comme si il était en manque, pour ensuite se mettre à pourchasser le premier humain venu. Ensuite venait cette histoire de complot contre les Von Dast sur lequel elle n'avait pas encore pris le temps de se pencher, mais elle allait s'en charger dès demain si tout se passait bien. Sa relation avec Ulrick qui ne serait plus la même pour au moins quelques mois. Et en tout dernier venait un problème qu'elle avait au quotidien, ce problème s'appelait Wish. Oh, elle aurait aimé que tous ses problèmes soient aussi attirants et à croquer, mais bien qu'elle tienne à lui, il était temps qu'elle mette les choses au clair.

La princesse abandonna la statue d'Amaterasu et offrit l'une de ses bagues en or pur au père supérieur afin qu'elle lui serve à financer une quelconque réparation du sanctuaire ou un sacrifice au démon avant de quitter le temple. Elle retourna dans sa chambre, uniquement pour récupérer une grande cape noire qu'elle aimait porter pour sortir dans les bas-quartiers, et quitta le château. Rabattant la grande capuche sur sa chevelure, elle se rendit à cheval jusque dans les quartiers les plus sombres, s'arrêta devant une vieille maison de passe et entra sans hésitation. Les prostitués qui vivaient ici étaient uniquement des femmes et n'étaient plus que l'ombre de ce qu'elles avaient été autrefois. Mais elle n'était pas venue pour s'offrir du bon temps avec une femme probablement défoncée et alcoolisée, non. Elle alla voir la gérante à qui elle montra sa main décorée d'une magnifique chevalière faite d'or et de minuscules rubis incrustés qui représentaient une rose. La femme, qui devait avoir une soixantaine d'année, abandonna son verre de vin pour la conduire jusqu'au sous-sol aménagé en une grande pièce éclairée par des bougies. Quelques femmes qui si l'on additionnait leurs âges respectifs devaient avoir un bon millénaire se tournèrent vers elle et lui adressèrent des sourires ravis. Reprochant avec gentillesse à la princesse de ne pas être venue pendant plusieurs mois, ce à quoi elle répondit d'un geste vague de la main avant de s’asseoir à une table ronde abîmée par la cire des bougies qui y brûlaient sans cesse. Elles discutèrent quelques minutes, interrogèrent Lucie pour s'assurer qu'elle savait toujours confectionner des poisons (comme si elle aurait pu oublier) et décidèrent de lui apprendre à en fabriquer un autre qui ne pouvait qu'être utile à une princesse comme elle. Ce n'était pas un poison, pas vraiment, mais elles lui apprirent à confectionner un puissant aphrodisiaque qui faisait effet dans les secondes où il entrait en contact avec le sang de sa victime. Elle passa plusieurs heures à apprendre quels ingrédients utiliser et quelle quantité exacte. Lorsqu'elle eut enfin terminé, on lui remplit une petite fiole qu'elle récupéra et mit dans l'une de ses poches avec l'intention de s'en servir très bientôt. Elle quitta les lieux avec la même discrétion et rentra au château sous des trombes d'eau. Il faisait un froid à glacer les os et la pluie incessante n'aidait pas le temps à s'améliorer mais ça ne la dérangeait pas. Contrairement à bien d'autres, ses cheveux se fichaient de l'humidité. Et elle n'était pas touchée par le froid, c'était un vampire après tout. Mais elle ne dirait pas non à un feu de cheminée, si elle tolérait le froid, elle appréciait la chaleur d'un feu et ses bruits de crépitements étaient une mélodie réconfortante à ses oreilles. Elle devrait aussi veiller à ce que ses calices et les serviteurs en général soient vêtus assez chaudement. Ce n'était pas par gentillesse, mais elle avait horreur de les entendre renifler ou tousser, c'était absolument dégoûtant tous ces fluides qu'ils produisaient.

Lucie arriva enfin au château et laissa son cheval aux écuries pour qu'un palefrenier vienne s'occuper de lui sans plus attendre. Elle caressa le museau de l'étalon à la robe noire avant de rentrer dans le château, se dirigeant dans sa chambre à grand pas. Une fois rentrée, elle se débarrassa de la cape qui la protégeait. Son calice n'était pas là et elle voulu profiter de ce moment seule pour se détendre.Elle appela une servante pour qu'elle lui fasse préparer un bain bien chaud, ce qui fut fait en moins de dix minutes, les serviteurs savaient combien elle était exigeante et pouvait vous en vouloir si vous n'étiez pas efficace. Oh, elle ne criait jamais. Par contre elle s'assurait que pour les mois qui suivent vous soyez chargés de faire des tâches plus ingrates les unes que les autres. Ça avait le mérite de motiver le personnel, personne n'avait envie de nettoyer les lieux après une orgie qui avait duré quatre jours. Lucie entra dans l'eau chaude et mousseuse et ferma les yeux en laissant échapper un soupire de plaisir, c'était bon de pouvoir se détendre. La baignoire était spacieuse, elle l'avait fait changer pour que Wish puisse aussi rentrer dedans sans avoir à se plier en deux. Elle l'avait trouvé incroyablement culotté la première fois qu'elle l'avait découvert en train de se laver dans sa salle de bain personnelle sans lui demander l'autorisation. Mais en y réfléchissant, ça l'arrangeait bien, elle n'aimait pas qu'on s'intéresse à ce qui lui appartenait et son calice était plus que désirable. Elle préférait qu'aucun autre vampire ne le voit nu, elle n'avait pas envie de devoir marqué son territoire en empoisonnant tous les serviteurs et les bêtes d'un noble.
Lucie se délassa, somnolente, pendant quelques minutes avant de sortir de l'eau après s'être lavée. Elle se sécha rapidement et retourna dans sa chambre pour prendre un kimono en satin, de couleur rose pâle avec un imprimé noir qui représentait un dragon sur le sein gauche, et serra la ceinture à  sa taille. Elle n'avait pas l'intention de ressortir de sa chambre, elle avait besoin de réfléchir.

La princesse alluma une bougie sur sa table de nuit et récupéra un livre des contes les plus anciens de Gothik City qu'elle feuilleta. Au bout d'une demi-heure, elle était lassée. Elle se glissa sous les couvertures, se demandant où diable pouvait bien être son calice.

Lucie se réveilla seule quelques heures plus tard, son oreiller était humide mais au moins sa chevelure était parfaitement sèche. Elle prit le temps de se coiffer, enfila une paire de louboutin blancs et sortit sans prendre la peine de se changer. De toute façon, qui pourrait devenir qu'elle portait des kimonos qui valaient quelques centaines de pièces d'or pour dormir ? Elle se rendit dans la bibliothèque, bien décidée à approfondir ses recherches concernant le passé de Gothik City et de ses guerriers. Il devait être aux alentours de midi et elle ne s'attendait pas à rencontrer qui que ce soit. Elle dût masquer sa surprise lorsqu'elle remarqua son calice, assis au bout d'une table en bois sombre, en train de feuilleter un livre aux pages jaunies. La princesse vint s’asseoir à côté de lui, elle était ravie de l'avoir enfin sous la main et en même temps, une pointe d'angoisse montait lentement en elle.

« Je ne te savais pas dévoreur de bouquins. »

Monté comme il l'était, Wish avait plutôt sa place dans une arène. À défier quelques vampires et rendre son existence encore plus offensante. Mais elle ne devait pas penser à ça, la situation était sérieuse. Lucie prit une grande inspiration et planta son regard dans le sien.

« Je veux en savoir plus sur toi, Wish. »

Si elle avait été humaine, son cœur aurait battu à tout rompre. Elle avait peur de le perdre, mais elle voulait faire la lumière sur ce qu'il était. Sinon, elle risquait de devenir paranoïaque et de le tuer à cause d'un stupide quiproquo. Malgré son angoisse, elle portait son masque habituel de princesse glaciale qu'elle était. En y réfléchissant, elle aurait peut-être dû emmener un peu du poison qu'elle avait fabriqué, c'était toujours plus facile de faire parler un homme après ou même pendant l'acte. Elle aurait peut-être aussi dû prendre une arme, demander à Yvan de l'accompagner. Oh non, ça aurait pu très mal tourner avec lui. Elle aurait dû prendre plus de temps pour y réfléchir. Elle ne se démonta pas et continua.

« Qui es-tu ? »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Au nom de la Lune
Messages : 38
Date d'inscription : 21/02/2016
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Calice
Race : Hybride

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Elite de la badasserie
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Heure de vérité [ft. Wish]   Mer 24 Fév - 11:48

« L
une ! »

Wish se redressa dans le lit, découvrant le haut de son corps des trois peaux de bête qui le gardaient du froid. Il était nu et un frisson hérissa les poils sur sa peau tendue par les muscles. A ses côtés, lui tournant le dos, la princesse Lucie dormait. Ou elle faisait semblant. Il s'était entendu marmonner le nom de Lune en se réveillant et espérait qu'il n'avait pas dérangé le sommeil de la plus jeune des Von Dast. Elle avait l'ouïe fine.
Aussi silencieusement que possible, il se glissa hors du lit et s'empressa d'enfiler des vêtements. Des chausses de laine, un pantalon en cuir, une tunique longue, une courte plus épaisse, un pull de grosse laine et une paire de bottes. Le tout était un peu vieillot et lui avait été donné quand il était arrivé au château. Lucie aimait qu'il soit plus élégant, cependant il imaginait pouvoir prendre un petit déjeuner confortable sans la heurter. Après s'être débarbouillé, il jeta une cape de fourrure sur ses épaules et sortit de la chambre. La porte grinça et Wish se figea dans l'embrasure pour regarder sa princesse. Bien sûr, elle était beaucoup moins couverte que lui et il pouvait admirer ses courbes à peine voilées sous le drap. Quand Lune était jolie, Lucie était belle. Tout ce qu'elles partageaient étaient les traits de leurs visages, sinon elles n'avaient vraiment rien en commun. Wish s'estimait heureux d'avoir le droit de partager sa couche de temps à autre.

En descendant les escaliers pour rejoindre la cuisine, l'hybride réfléchit : cela faisait quatre jours que Lucie était revenue. Oui, il pouvait sans doute la laisser seule quelques instants sans s'inquiéter de la voir disparaître. Il avait été tellement anxieux les mois pendant lesquels elle s'était absentée, il n'accordait vraiment aucune confiance au peuple Modernis. En revanche, il faisait confiance à la princesse, ce qui était sans doute la seule chose qui l'avait empêché de se ruer dans la ville des humains pour la chercher.
Il devait pourtant se faire à l'idée : voilà des siècles qu'il était calice et non plus garde du corps. S'il se comportait trop comme l'un d'eux, il risquait d'éveiller les soupçons. Et s'il éveillait les soupçons, on l'éloignerait de la princesse. Il ne craignait pas d'être tué, cependant. Le destin semblait toujours trouver une faille pour lui permettre de survivre.

Après avoir déjeuné en compagnie d'autres serviteurs, Wish remonta dans les appartements de Lucie. Il trouva l'endroit vide et entreprit de faire un peu de rangement, juste histoire de s'occuper les mains tandis qu'il repensait à son rêve. Cela faisait des décades entières que la princesse Lune ne s'était aventurée dans ses songes diurnes. D'ordinaire, l'ambiance était à la nostalgie. Cette fois, cependant, l'horreur avait été telle que des frissons le secouait rien qu'en y repensant. Il avait revécu le sacrifice de Lune, mais c'était lui qui tenait le couteau sacré. Lui qui l'avait tailladée de toutes parts et regardée se vider de son sang jusqu'à la sécheresse totale, avec un visage de marbre. Puis, à la fin, alors qu'elle était censée être bel et bien morte, elle avait ouvert des yeux recouverts de larmes de sang pour l'accuser d'être un meurtrier. Pour finir, elle s'était levée et avait arrachée la tête, une à une, de toutes les princesses qu'il avait échoué à protéger. La dernière avait été une réplique de Lune elle-même, voilà pourquoi il avait prononcé son nom. Pourtant, maintenant qu'il y réfléchissait, il était fort possible que ça ait été Lucie.

Les heures passèrent et Lucie ne revenait pas. Il se décida à obéir à ses envies et se rendit dans la bibliothèque. Il connaissait par cœur ses rayonnages pour les avoir souvent visités. Cela faisait des millénaires qu'elle existait et elle avait si peu changé. Il laissa ses pas les guider sans y penser jusqu'à l'étagère des poèmes. Lune avait l'habitude d'en lire très souvent et il l'écoutait, comme un enfant subjugué par la voix de sa mère. Elle avait le don de rendre ces histoires magiques.
Il en saisit un à la couverture recouverte de velours bleu nuit. Ce n'était pas une coïncidence, il s'agissait de l'ouvrage préféré de Lune. En contemplant toutes les tranches plus neuves qui s'alignaient de part et d'autre, Wish songea qu'il était dommage qu'elle n'ait pas pu lire tous ceux-là. Elle était morte bien avant que la plupart aient été écrits.

Perdu dans ses souvenirs, ne tournant les pages qu'avec une lenteur extrême, se plaisant à lire et relire les mêmes lignes, Wish ne vit pas le temps passer. Et il n'entendit le bruit des talons sur le parquet que lorsque la silhouette de la princesse était déjà visible. Il se leva aussitôt et s'inclina profondément, avant de lui tirer la chaise sur laquelle elle semblait vouloir prendre place. Il se rassit immédiatement et se demanda si Lucie lisait souvent ce genre de poèmes. Sinistres, magiques, qui vous laissaient une impression forte sur le cœur, dégoûtante et irrésistible à la fois.

« Je ne m'appellerais pas exactement un dévoreur, princesse. »

Il était rare qu'il passe autant de temps à lire. Surtout un seul livre, qu'il connaissait déjà par cœur. Wish prit le temps d'observer Lucie. Elle n'était vêtue que d'un kimono en soie qui retombait parfaitement sur son corps gracieux et des escarpins blancs qui affinaient encore plus sa silhouette. Une telle association était plutôt incongrue, mais Lucie ne suivait pas les modes : elle les ajustait à volonté et les autres suivaient docilement. L'hybride espéra qu'elle ne s'offusquerait pas de le voir vêtu si simplement.
La princesse accrocha alors son regard. Wish se tendit. Il allait se passer quelque chose d'important. Quand Lucie lui apprit qu'elle voulait en savoir plus à son sujet, il dût résister pour ne pas se mordre la lèvre et trahir sa nervosité. A la place, il pressa son index et son majeur contre son pouce, pour s'aider à maîtriser ses émotions.

« Tout ce que vous voudrez princesse, répliqua-t-il sur un ton léger. Mais je crains qu'il n'y ait pas grand-chose à savoir que vous puissiez trouver intéressant. »

La question qu'elle lui posa alors était si simple, mais si complexe aussi. Wish détourna une secondes les yeux et se maudit par cette faiblesse. Lucie était attentive, intelligente et elle ne laissait rien passer. Il allait devoir compter sur sa chance. L'hybride se força à soutenir son regard et à sourire.

« Je suis Wish, princesse. Rien de plus. Votre dévoué calice, fils de personne. »

Ce qui était on ne pouvait plus faux, mais il préférait rester aussi anonyme que possible. Au-delà du mystère qu'il souhaitait entretenir, il n'avait de toute façon aucune intention de renouer avec son père. Celui-ci le détestait, le désapprouvait profondément et Wish n'avait rien à lui dire. Il ne voulait pas non plus renouer avec son passé, son ancienne identité. Cette personne-là était morte et il ne désirait plus qu'être Wish.

« Princesse, nous devrions retourner dans vos appartements. Le jour va certainement bientôt se lever. »

Il se leva et se saisit de la lanterne qu'il avait déposée sur la table. S'il parvenait à la distraire en chemin, il pourrait certainement s'en sortir sans avoir à mentir plus. Il détestait mentir, malgré qu'il ait pratiqué cet art une énorme partie de sa vie, et avec de plus en plus de perfection.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse de Glace
Messages : 42
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Heure de vérité [ft. Wish]   Mer 24 Fév - 17:35








Comme elle s'attendait à cette réponse, c'en était presque lassant. Mais elle n'avait pas voulu le brusquer, pas tout de suite. Elle vit les traits du visage de son splendide calice se durcirent légèrement et il détourna le regard pendant à peine une seconde, mais c'était déjà trop. Lucie avait l'habitude de parler aux menteurs et aux manipulateurs. Elle savait comment les débusquer, et elle n'avait jamais fait d'erreur jusqu'à présent. Si elle se contentait de sa réponse, il n'avait aucune raison de réagir ainsi. La princesse masqua sa déception et la pointe de colère qui commençait à bouillonner en elle derrière son habituelle impassibilité et continua à le fixer sans cligner des yeux pendant tout leur échange. Se demandant comment elle pourrait le prendre pour réussir à le faire parler. Il ne fallait pas qu'il se renferme et garde ses secrets pour lui, et elle n'avait pas envie de s'essayer à la torture ou de demander à son aîné de s'en charger. Il finirait certainement par le tuer.

Wish la coupa dans sa réflexion, lui proposant de retourner dans ses appartements avant que le soleil se lève. C'était la meilleure chose à faire. Dans sa chambre elle trouverait plus facilement de quoi se défendre. Quoi qu'elle ne s'inquiétait pas pour ça, ses talons aiguilles pouvaient s'enfoncer dans la chair comme dans du beurre. Mais si ils devaient élever la voix ou parler de choses confidentielles – ce qui arriverait sans aucun doute – ils seraient bien mieux dans sa chambre. Elle ne répondit pas mais le suivit, faisant volontairement claquer ses talons sur le parquet plus que nécessaire afin de mettre les nerfs de l'hybride à l'épreuve et lui faire comprendre qu'ils n'en avaient pas terminé.
Lucie gardait une courte distance de moins d'un mètre avec lui et constata alors que son calice était vêtu de cette affreuse tenue que tous les autres serviteurs du château se voyaient donné à leur arrivée. Libre à leur maître de leur faire porter autre chose, comme elle avait tendance à le faire. Elle avait en horreur ces vêtements si vieillots et mal taillés. En observant Wish de plus près, bien qu'il soit confortable, il était évidemment que ça ne le mettait pas en valeur comme les vêtements qu'elle lui avait fait faire, sur mesure. Le pantalon comme ses manches étaient légèrement trop courts, et la veste semblait serrer ses épaules trop larges. Mais au moins, il avait chaud et pouvait se mouvoir. Il est vrai qu'elle avait tendance à vouloir qu'il porte des tenues à la mode, faites des meilleurs textiles, et soit tiré à quatre épingles. Elle lui ferait peut-être faire quelque chose de plus pratique pour lui.

Ils se rendirent jusqu'à sa chambre sans échanger un mot, et le silence devenait pesant. Elle avait hâte d'en finir et en même temps... L'appréhension se faisait grande. L'odeur agréable de Wish lui parvenait tandis qu'elle marchait derrière lui et elle ferma les yeux un instant. Elle ignorait si elle pourrait de nouveau passer des moments intimes avec lui, ou si la conversation qu'ils allaient avoir ferait tout basculer. Évidemment, beaucoup de choses risquaient de changer. Son calice lui cachait quelque chose d'assez gros pour ne pas oser lui dire, à elle, la princesse Von Dast. Mais peut-être avait-il une excellente raison, et peut-être pourrait-elle lui pardonner. Elle l'espérait de tout son cœur. Quoi qu'il en soit si Wish avait commis quelque chose de grave, elle pourrait toujours le garder enchaîné et bâillonné dans son lit jusqu'à la fin de ses jours ou jusqu'à ce qu'elle soit lassée. La magie des sentiments qu'elle éprouvait pour lui disparaîtrait rapidement.

Elle laissa son calice entrer en premier et une fois qu'ils furent tous les deux dans la chambre, elle fit tourner la clé dans la serrure avant de la récupérer. Lucie lui prit la lanterne des mains, qu'elle posa sur la table de nuit et lui montra le lit d'un geste de la main.

« Assieds toi. »

Elle n'aurait toléré aucun refus. Heureusement son calice restait obéissant jusqu'au bout. La princesse posa la clé sur une commode, certaine qu'il n'oserait la prendre pour sortir de la pièce sans qu'elle lui autorise. Elle passa ensuite quelques secondes à observer sa chambre, comme si elle y entrait pour la première fois, repérant quelques objets qui lui permettraient de se défendre si jamais... Elle espérait que ça n'arriverait pas. Son intérêt se posa sur une épée accrochée à un mur – une cadeau d'Ulrick – qui était sans doute létale malgré qu'elle soit censée n'être qu'un objet de décoration. Elle se concentra de nouveau sur Wish de qui elle se rapprocha pour s'arrêter à vingt centimètres de lui. Lucie se tenait debout et posa un index glacé sous le menton de l'homme pour le forcer à relever la tête et la regarder. Sa main remonta pour aller se promener dans sa chevelure soyeuse avant d'aller caresser sa joue du bout des doigts et s'y arrêter.

« Je crois que tu ne me dis pas toute la vérité... »

Elle promena son regard sur sa gorge offerte, sa jugulaire palpitait, elle connaissait si bien cette partie de son corps qu'elle pouvait deviner que quelque chose n'allait pas rien qu'en la regardant. Elle remonta ensuite jusqu'à ses lèvres désirables pour enfin s'arrêter sur ses yeux qui ne brillaient pas de leur sagesse habituelle, elle croyait décerner quelque chose d'autre qu'elle connaissait bien. L'angoisse.

« … Richter. »

Elle avait dit ça en verrouillant son regard dans le sien, gardant sa main posée sur sa joue et le fixant intensément. C'était maintenant qu'elle saurait si ses suppositions s'avéraient justes ou non. Après tout, elle avait très bien pu se tromper et Wish n'était peut-être qu'un innocent calice qui avait été assez intelligent pour réussir à se faire acheter par la princesse afin de partager son lit. Mais elle en doutait depuis bien trop longtemps. Peut-être n'était-il qu'un simple assassin, ce serait la pire des situations.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Au nom de la Lune
Messages : 38
Date d'inscription : 21/02/2016
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Calice
Race : Hybride

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Elite de la badasserie
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Heure de vérité [ft. Wish]   Mer 24 Fév - 21:22

L
ucie ne répondit rien, ce qui angoissa plus Wish que si elle avait insisté pour qu'il lui réponde. La gorge serrée, il la regarda se lever et attendre qu'il prenne la direction de la porte. Prenant une longue inspiration silencieuse, l'hybride partit devant. Il sentait plus la présence de la princesse dans  son dos qu'il ne l'entendait, même si elle faisait bruyamment claquer ses talons. Il savait pertinemment qu'elle était capable de se mouvoir en toute discrétion, dans le silence presque complet. Pourtant, elle avait choisi de lui mettre la pression.
Pendant le trajet jusqu'aux appartements princiers, Wish put constater qu'il avait tort. Le jour n'allait pas bientôt se lever, il venait de se coucher. Combien de temps au juste était-il resté dans cette bibliothèque, perdu dans le labyrinthe de ses souvenirs douloureux ?
Le silence de la princesse lui permit de réfléchir à ce qu'il allait bien pouvoir lui raconter pour la satisfaire. Le problème tenait surtout dans le fait qu'il ignorait ce qui l'avait poussée à lui poser cette question. Elle détenait une information, ou une rumeur. Il y avait quelque chose. Et il devait expliquer cette chose, à l'aveugle. Il devait inventer une histoire qui ne le mettrait pas en danger.

Une fois dans la chambre, Lucie prit les devants, se saisissant de la lanterne et lui ordonnant de s'asseoir. Elle prenait totalement le rôle de la maîtresse. Il n'était plus que son calice hybride, son esclave. La princesse était si douée pour manipuler les esprits et retourner les cœurs du côté qui l'arrangeait. Mais Wish avait l'expérience d'une longue vie de son côté. Bien qu'étant un piètre acteur et menteur, beaucoup plus physique que mental, il pouvait espérer s'en sortir d'une habile pirouette.

Le silence s'installa dans la chambre, seulement perturbé par le crépitement du feu. Wish avait son regard viré sur les flammes, qui dansaient dans ses yeux noirs en reflet. Il avait encore le temps de réfléchir, de peaufiner son mensonge, pourtant cette absence de paroles le perturbait plus sûrement que si Lucie le harcelait. Il se rendit compte à quel point elle l'avait emprisonné dans ses filets. Il aurait dû avoir l'habitude de côtoyer de belles femmes intelligentes, éduquées et averties sur les dangers de la vie à la cour, pourtant, celle-ci… Elle le captivait, lui faisait perdre pied. C'était la seule qui le subjuguait quand elle le mordait. Avec horreur, il se demanda s'il était tombé amoureux. Non, ça ne pouvait pas être le cas. Ce serait trop compliqué. Et douloureux, si douloureux.

Coupant court à ses interrogations, Lucie se présenta devant lui. Son regard soucieux remonta les jambes de la vampire alors que d'un doigt ferme, mais doux, elle l'obligeait à lever la tête pour la regarder. Son visage était un masque, Wish ne pouvait s'empêcher de le contempler comme s'il s'agissait d'une œuvre d'art. Il frémit en sentant la douceur de son toucher dans ses cheveux, puis sur sa joue. Il était pendu à ses lèvres, perdu comme un vulgaire petit garçon d'à peine une dizaine d'années. Et quand elle parla, il se sentit coupable de tout lui cacher.

L'hybride vit ensuite son regard caresser sa gorge, puis remonter son visage. Il pouvait presque sentir physiquement cette trajectoire, dans un picotement. Finalement, elle planta ses yeux clairs dans les siens et susurra un nom qui affola son cœur. Il écarquilla les yeux et se mit à réfléchir à toute vitesse.
Où… ? Non, pas maintenant. Il songea à la fuite. Au combat. Il connaissait l'emplacement exact de chaque arme disponible dans cette pièce, capable d'en empoigner une les yeux fermés. Comme il savait que si Lucie le voulait, elle l'assommerait dans la seconde, avant qu'il ait pu esquisser le moindre geste. Il devait se résoudre à parler, c'était l'exercice dans lequel il était le moins doué.

Wish détourna les yeux en se passant la langue sur les lèvres. Elles étaient terriblement sèches et ce n'était pas seulement à cause du froid environnant. Il mourait d'envie de la questionner sur l'endroit où elle avait entendu ce nom. Sauf qu'il était celui qui avait un problème ici.  

« C'est vrai. C'est le nom de ma famille. Ceux qui m'ont adopté. Vous pouvez comprendre, princesse, que quelques problèmes avec eux m'ont valu de vouloir les effacer de ma vie jusqu'à mon nom. »

Son rythme cardiaque se calma un peu et il osa la regarder de nouveau en face. La vérité tronquée pouvait l'aider plus sûrement qu'un mensonge finalement. Il lui sourit légèrement et pencha légèrement la tête sur le côté.

« N'avez-vous pas faim, princesse ? »

Il leva les mains pour frôler les cuisses de Lucie, sentant à peine la soie sur sa peau. Lui aussi pouvait essayer la manipulation, à petites doses. Il se savait assez séduisant pour espérer obtenir un petit résultat.
Il esquiva son précieux fessier, ne voulant pas lui faire le plaisir d'une offense, et passa directement au bas de ses reins. Cette fois, il posa bien sa main contre elle, puis remonta encore un peu, espérant la faire plier face à la tentation.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse de Glace
Messages : 42
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Heure de vérité [ft. Wish]   Mer 24 Fév - 22:42








La réaction de Wish ne se fit pas à attendre et sa surprise souleva un poids du cœur de la princesse pour en ajouter un encore plus lourd. Richter, était bel et bien son nom. Et elle ne pouvait croire que ce soit encore un hasard. Pourtant, son calice lui fit l'affront de ne pas répondre exactement comme elle l'aurait souhaité. Il avait même le culot de la regarder dans les yeux, et paraissait presque sincère, à croire qu'il lui disait une vérité. Ce n'était pas impossible, mais il était bien trop vague et cette attitude commençait à l'agacer au plus haut point. Mais elle ne lui en voulait pas, pas pour l'instant. Sa question à elle aussi était vague. Cette réponse lui aurait suffit si elle n'avait jamais découvert les deux grimoires qu'elle avait récupéré à Modernis pendant sa très longue escapade. Elle fut tenté de le brusquer, avec une gifle, ou peut-être simplement en l'attachant au montant du lit. Mais le contact de sa peau chaude sur la sienne la fit légèrement sursauter et immédiatement changer d'avis. Oh, Wish... Etait-il en train de la séduire pour lui faire oublier toute cette histoire ? Son index s'aventura sur les lèvres de l'homme avec tendresse et son regard s'attendrit un tantinet. Dans n'importe quel autre cas, elle aurait cédé en sentant cette main qu'elle adorait tant la toucher. Et même en cet instant elle était très tentée. Elle n'avait pas pris la peine de mettre des sous-vêtements, il lui aurait suffit de le débarrasser de cet affreux pantalon et... Non. Elle ne pouvait pas se le permettre, pas tout de suite. Même si la tentation était forte, cet hybride était sans aucun doute le plus beau calice qu'elle ait possédé et faisait de l'ombre à tous ses prétendants, sans exception.

Il lui demanda si elle souhaitait se nourrir. En effet, elle commençait à avoir faim. Mais là encore ce n'était pas le moment. Wish essayait vraiment de changer de sujet sans outrepasser ses droits, mais ça n'était pas à son avantage. Pourtant la morsure semblait être une bonne idée pour le faire parler. Elle s'était vite rendue compte que ses morsures lui procuraient un plaisir intense, peut-être serait-il plus à même de répondre à ses questions après lui avoir soutiré un bon litre de sang.

La princesse soupira de soulagement et vint s'asseoir à califourchon sur les genoux de son calice avant de déposer un baiser au coin de ses lèvres. Elle passe ses bras autour de son cou et colla son front au sien. Sa main retourna s'aventurer dans sa chevelure tandis qu'elle fermait les yeux.

« Je suis navrée Wish, ces derniers mois ont été très éprouvants et la fatigue que j'ai accumulé à Modernis me joue des tours. Lorsqu'on m'a appris que tu me cachais ton nom, j'ai cru que tu me cachais d'autres choses. »

Elle posa ses lèvres sur les siennes avec délicatesse et se pressa contre lui en approfondissant leur baiser. Sa langue vint caresser la sienne et elle commença à la mordiller dès qu'il osa enfin s'aventurer dans leur baiser langoureux. Lucie s'écarta doucement après quelques secondes, passa sa langue sur ses lèvres humides en lui lançant un regard lubrique.

« J'ai très envie de te garder enfermé ici pendant quelques jours et me faire pardonner, qu'en dis-tu ? »

Pour appuyer ses propos, elle exerça une légère pression du bassin contre l'entrejambe de son calice avant de descendre embrasser sa gorge. C'était aussi dur pour elle que pour lui, quoi que ce le fut plus littéralement pour Wish. Elle ferma les yeux et respira son parfum, elle était certaine qu'il était en confiance. Elle ne pourrait pas en être sûre à cent pour cent, mais elle en était convaincue. Lucie entrouvrit la bouche et ses crocs s'enfoncèrent dans la chair, là où se trouvait la jugulaire, le plus lentement possiblement pour éviter de déchirer sa peau et provoquer une douleur inutile. Bien qu'il l'eût mérité.

Le liquide chaud et tant désiré vint se déverser dans sa bouche, puis dans sa gorge, et elle resserra sa prise sur sa chevelure. Son sang était aussi parfait que lui l'était, comme si il était né pour être à son goût, littéralement. Le liquide au goût de métal avait un arrière goût sucré comme elle l'aimait, c'était un vrai nectar.

Habituellement elle se contentait de cinq ou six bonnes gorgées mais cette fois-ci, elle ne s'arrêta pas. Elle avala goulûment tout le sang qui venait à elle tout en espérant ne pas l'affaiblir au point qu'il perdrait connaissance. Lorsqu'elle sentit enfin son calice commencer à faiblir, elle se retirer et essuya un léger filet de sang au coin de sa bouche avant de plaquer sa main sur la plaie encore fraîche pour s'assurer qu'il ne perdrait pas plus du liquide précieux.

Elle vint une nouvelle fois l'embrasser tout en le poussant à s'allonger sur le matelas. Pour lui éviter des nausées, mais aussi pour une nouvelle fois le dominer.

« Tu sais... Je me suis attardée dans une bibliothèque de Modernis regroupant quelques livres anciens qui, à l'origine, ont été écrits à Gothik City. Jusqu'à ce jour j'ignorais quels puissants et magnifiques guerriers ont combattu dans nos rangs. »

Elle se pencha pour rapprocher son visage du sien, se stoppant à quelques millimètres et plongeant son regard dans ses prunelles sombres.

« Je crois que tu ne m'as pas tout dit. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Au nom de la Lune
Messages : 38
Date d'inscription : 21/02/2016
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Calice
Race : Hybride

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Elite de la badasserie
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Heure de vérité [ft. Wish]   Jeu 25 Fév - 11:24

L
ucie soupira et sembla se détendre. Wish se dit qu'il avait peut-être remporté la bataille des nerfs, ce qui était assez incroyable en soit. La vampire vint ensuite s'installer sur lui et il dégrafa sa cape, la laissant glisser dans son dos, sur les draps. Lucie l'embrassa, juste au coin des lèvres, puis enroula ses bras autour de son cou. L'hybride ferma les yeux, goûtant à la douceur de sa peau contre la sienne. Qu'il était bon de simplement l'avoir en vie contre lui, comme une récompense de ses efforts multimillénaires. Front contre front, ils étaient si proches. Il pouvait sentir la caresse de ses cils juste sous ses yeux et celle de ses courbes frôlant son torse. Sa main redescendit le long de son échine, s'attardant à nouveau au creux de ses reins. Qu'il aimait qu'elle passe ses doigts dans ses cheveux, c'était toujours ce qu'il soignait le plus pour elle. Pour qu'ils soient exactement comme elle les préférait.
Puis, ô suprise ! Lucie s'excusa. Elle disait avoir été éprouvée par son voyage, expliquait ses suspicions à son égard. Wish fronça doucement les sourcils, contrarié. Quelqu'un avait vendu la mèche. Qui ? Comment ? La réponse était claire comme de l'eau de roche, un seul suspect correspondait à la description. Il devrait avoir très bientôt une petite conversation avec son père. Il ne supportait pas l'idée que quelqu'un ait pu mettre dans la tête de sa princesse qu'il lui cachait des choses importantes, des choses qui l'auraient mise en danger ! Jamais il ne lui ferait le moindre mal ! Il devait le lui faire comprendre.

Elle l'embrassa avant qu'il ait pu dire quoi que ce soit et ses poings se desserrèrent. Il répondit à l'appel langoureux, avec enthousiasme. A quoi bon se préoccuper de toute cette histoire ? Ils s'étaient réconciliés maintenant. Ils allaient coucher ensemble et tout cette contrariété serait oubliée.
La princesse rompit d'elle-même leur baiser et lui lança un regard flamboyant. Oh oui, ils allaient commencer cette nuit très positivement.
A sa proposition, Wish sourit largement et déposa un baiser sur la mâchoire de la vampire. Ses mains se resserrèrent sur la taille de Lucie alors qu'elle jouait de son bassin pour le stimuler, ce qui fonctionna instantanément.

« Cela me paraît être une très bonne idée, ma princesse. Vous avez toujours de très bonnes idées. »

Il était dans son rôle de la flatter, par n'importe quel moyen. Il était son calice et son esclave après tout. Bien sûr, elle savait qu'il jouait la comédie, mais ça ne pouvait que lui faire plaisir qu'il reste à sa place, n'est-ce pas ? Et puis, Wish avait fini par se dire que c'était une sorte de jeu entre eux. Que leurs sentiments réels étaient tus, cachés. Mais qu'un jour, ils finiraient par ressortir pleinement par les actes. Oui, il nourrissait l'espoir qu'un jour, elle l'oblige à l'aimer pleinement. Ou alors, il la sauverait spectaculairement et mourrait, enfin, dignement.
Après ce jeu de séduction, elle le mordit, délicatement. Wish glissa ses doigts dans ses longs cheveux bruns, comme pour l'inciter à poursuivre. Son autre main se glissait déjà sous le kimono, caressant sa cuisse, remontant jusqu'à sa fesse, en douceur. Lorsque le temps habituel d'une morsure fut passé, il libéra la chevelure princière. Pourtant, Lucie n'arrêta pas. Elle poursuivit et Wish ne protesta pas. Il était un hybride immortel, il n'avait pas peur qu'elle le tue. En fait, frôler ainsi la mort lui plaisait. Au moins, dans ces rares moments, il pouvait réellement se sentir en vie.

Au bout d'un moment, le temps n'eut plus d'importance pour lui. Il n'y avait plus que le plaisir et l'excitation. Il l'enlaça, la maintenant contre lui, jusqu'à ce qu'il n'ait plus la force de soulever les bras. Son étreinte laissa la place à de faibles gémissements.
La princesse retira finalement ses dents de sa chair, l'étape la plus douloureuse, à chaque fois. Il grimaça, serrant les dents. Puis, il se laissa se faire allonger par Lucie, qui minaudait au-dessus de lui. L'hybride avait la tête qui tournait et il garda les yeux fermés pour éviter d'avoir la nausée. Woh, il y avait un moment qu'il avait mangé quelque chose, maintenant qu'il y pensait. Plus de vingt-quatre heures en fait, il n'aurait pas dû proposer à Lucie de se nourrir sur lui. Enfin, se corrigea-t-il mentalement, sa nature lui permettait d'être résistant et il avait survécu à de bien pires situations.

Quand la princesse parla, Wish ne comprit pas où elle voulait en venir. Il s'intéressait toujours à la vie de Lucie, ce n'était pas la question. Mais il détestait qu'elle parle d'un tel sujet. Il remuait de douloureux souvenirs.
Sentant qu'elle était proche de lui, le calice rouvrit les yeux. Elle était à un doigt de lui, s'il se redressait légèrement il pourrait l'embrasser. En aurait-il la force ? Il était exténué par le manque de nourriture, sa perte de sang et le stress tout récent qu'elle lui avait fait subir.

« Je crois que tu ne m'as pas tout dit. »

Wish sentit ses veines se glacer. Alors finalement, elle n'en avait pas fini avec lui. Il rabaissa ses paupières et laissa une larme s'échapper. Pourquoi ne pouvait-elle pas le laisser en paix ? Il ne voulait que son bonheur !
Rassemblant ce qu'il lui restait de force, l'hybride fit basculer Lucie sur le côté, puis vint se placer sur elle, une jambe entre les siennes. Il se soulevait à peine et l'écrasait de son poids. D'un regard sombre, il la jugea.

« J'ai juré de te protéger, te servir et t'aimer, n'est-ce point suffisant ? Pourquoi dois-tu me tourmenter ? Ma famille a compté de fiers guerriers, mais je ne veux plus rien avoir affaire avec les Richter. Daniel est mon passé, Wish mon présent et mon avenir. Lu… Lucie, je t'en prie, ne m'oblige pas à te mentir. »

L'embrasser aurait sans doute été trop impétueux avec ce qu'il venait d'oser lui dire. Tremblant un peu, il décida d'ignorer sa gorge qui le lançait et vint embrasser sa poitrine, là où la soie ne masquait pas la peau. Délicatement, il défit le nœud de sa ceinture et écarta d'un doigts les pans de vêtement, sans découvrir ses seins. Déjà, il avait repris un peu d'énergie, juste assez pour se redresser et descendre son visage tout le long du corps de la princesse. Son estomac, son ventre. Il s'arrêta juste sous son nombril, laissant simplement ses lèvres sur sa peau presque irréelle de perfection.




Dernière édition par Wish le Jeu 25 Fév - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse de Glace
Messages : 42
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Heure de vérité [ft. Wish]   Jeu 25 Fév - 12:59








Lucie crut sentir son cœur se déchirer en voyant une larme perler sur le beau visage de son hybride et elle fut envahie par la culpabilité. C'était la première fois qu'elle le voyait aussi triste, et c'était à cause d'elle. Elle baissa sa garde et bien qu'il sembla épuisé, Wish en profita pour la faire basculer et venir se placer au-dessus d'elle. Il l'écrasait de tout son poids, mais ça ne la dérangeait pas. Ce n'était pas comme si il était nécessaire pour elle de respirer, et elle aimait sentir son corps contre le sien. Elle était servie. Elle voulait caresser sa joue et lui demander de la pardonner, mais sa raison ne cessait de lui souffler que ce moment pénible était nécessaire pour eux deux, pour leur relation. Son calice la regarda dans les yeux, la colère et la tristesse mêlées assombrissant son regard d'habitude si doux et calme. Il lui en voulait, c'était évident.

Et finalement, il s'ouvrit enfin à elle. Comme quoi, tout cela était nécessaire. Néanmoins elle n'avait toujours pas exactement ce qu'elle voulait, même si ils étaient sur la bonne voie. Wish termina son discours en la suppliant presque de ne plus en parler. Mais elle était décidée. Elle ferma les yeux en sentant les lèvres de l'homme venir caresser sa peau et l'embrasser avec tendresse et une pointe d'engouement. Dans d'autres conditions cette attitude l'aurait fait sourire. Que son calice tienne tant à coucher avec elle malgré sa faiblesse, elle sentait ses mains parfaites trembler contre sa peau et il était incapable de se soulever. Comment pouvait-il croire qu'il réussirait à la satisfaire dans cet état ? Et il pourrait tourner de l’œil, c'était hors de question. Elle n'avait pas envie de devoir faire appel à un médecin. Elle lui avait pris bien trop de sang, il faudrait qu'il se nourrisse avant. Elle le sentit s'arrêter juste au-dessous de son nombril et un frisson de plaisir traversa son échine.  Lucie soupira doucement et se redressa, échappant sans trop de difficulté à l'étreinte de l'homme. Elle l'attira à lui, l'aida à s'adosser confortablement contre des oreillers et vint l'embrasser de nouveau, tendrement. Un baiser bref, et elle s'écarta pour récupérer une couteau dans sa table de nuit. Elle revint s'installer à ses côtés, de manière à lui faire face, et se trancha le poignet sans hésitation avant de le coller sur la bouche de son calice en lui ordonnant de boire. Elle n'était pas sûre du goût qu'avait son sang, mais il n'avait pas déplut à son frère alors il ne pouvait pas être infect.

Après s'être assurée qu'il allait mieux, elle posa sa main sur son torse, la plaie terminait déjà de cicatriser et le sang ne coulait plus. Elle commença à jouer avec le tissu rugueux qui lui servait de vêtement.

« Wish... »

Elle soupira doucement et prit le temps de réfléchir à la manière dont elle voulait annoncer ce qu'elle voulait dire. C'était la première fois qu'elle se trouvait dans pareille situation. En fait, c'était la première fois qu'elle avouait ses sentiments à un homme. Tout cela aurait-il été plus simple si elle avait accepté un mariage arrangé avec un noble vampire qu'elle n'aimait pas ? Tout aurait été plus simple, et elle aurait pu continuer ses activités dans le dos d'un mari qu'elle aurait fini par détester. Mais peut-être Wish aurait-il trouvé un autre moyen d'arriver jusqu'à elle. Lucie esquissa un léger sourire avant de le regarder, prenant la main de son calice dans les siennes.

« Tu n'es pas qu'un simple calice pour moi, je crois que notre relation est plus... profonde. »

Elle serra doucement la main chaude entre les siennes et caressa sa peau. Elle aimait cette peau douce et un peu rugueuse, pas exactement parfaite.

« Cela fait très longtemps que mes parents, ma mère en particulier, aimeraient me savoir mariée ou au moins fiancée. Et j'ai dû me résigner à réfléchir à tout cela. »

Elle marqua un temps de pause pour laisser le temps à Wish d'assimiler les informations, il ne voyait peut-être pas où elle voulait en venir. Même si pour Lucie, c'était clair comme de l'eau de roche. Le silence s'installa entre eux, pesant pour elle. Si son cœur avait pu battre, il aurait menacé de sortir de sa poitrine. Elle avait peur, peur d'essuyer un refus ou ne serait-ce que de l'hésitation. Elle prit une profonde respiration et se décida.

« Wish, si je dois me marier un jour j'aimerais que ce soit avec toi. »

Elle n'osa plus le regarder dans les yeux et se détourna un peu pour fixer la flamme de la lanterne qui éclairait en partie la pièce.

« C'est pourquoi je veux tout savoir sur toi. Si un jour je souhaitais m'unir à toi et que tu acceptais, je ne pourrais pas faire ma vie avec un homme qui me cache son passé, qu'il soit honteux ou non. Tu pourrais bien évidemment refuser et garder tes secrets pour toi, dans ce cas je ne te forcerais plus à rien. »

Si il n'avait été qu'un simple garde-manger et esclave sexuel, elle n'aurait eu que faire de cette histoire et se serait contentée de l'empoisonner dans son sommeil pour s'assurer qu'il n'essayerait pas de la poignarder dans le dos. Ou peut-être l'aurait-elle fait torturer pour le faire avouer ses pires secrets. Tous ses autres serviteurs étaient remplaçables, mais pas lui, pas Wish. Depuis le jour où elle l'avait vu, c'était comme si Satan en personne lui avait façonné un homme qui soit fait pour elle. Oh elle n'était pas du genre à croire aux âmes sœurs, mais elle était certaine qu'il lui plaisait. Maintenant, il restait à savoir si tout cela était réciproque ou si elle s'était bercée de douces illusions. Si tel était le cas, elle ne le trairait plus que comme le calice qu'il était. La princesse libéra la main de l'hybride pour ne pas l'influencer et se redressa légèrement pour ne pas être directement en contact physique avec lui. Ainsi, on ne pourrait pas dire qu'elle l'avait manipulé.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Au nom de la Lune
Messages : 38
Date d'inscription : 21/02/2016
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Calice
Race : Hybride

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Elite de la badasserie
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Heure de vérité [ft. Wish]   Dim 28 Fév - 11:22

U
n geste, un ordre, un frisson aurait suffi à Wish pour qu'il descende encore ses lèvres et prenne pleinement soin de sa princesse. D'abord délicatement, puis passionnément, et enfin violemment. Pourtant, elle glissa sous lui, s'extirpant de son étreinte, telle un filet d'eau claire qui s'écoulerait inexorablement entre ses doigts. Wish se redressa, juste à temps pour qu'elle le saisisse avec tendresse et l'enjoigne à se coucher contre les oreillers. Elle le pensait donc si faible, alors qu'il se remettait déjà ? Une puissante magie coulait dans ses veines. Mais bien sûr, elle l'ignorait, il avait bien pris soin de le lui cacher. Un jour, sans doute ne le pourrait-il plus. Un jour, elle comprendrait qu'il avait rajeuni quand il se nourrirait pour se régénérer. Dans combien de temps devait-il s'y prendre ? Un an ? Six mois ? Il avait un peu perdu le fil, heureusement qu'il notait toujours les dates. Et puis, il le sentait, viscéralement. C'était comme une alerte douloureuse, qui irradiait dans chaque cellule de son corps, étirait ses muscles et faisait vibrer ses os.
Agissant comme un hybride ordinaire, Wish se laissa dorloter. Elle allait probablement aller lui chercher à manger dans les cuisines. Pourtant, à la place, elle se blessa au poignet et le lui présenta. Wish écarquilla les yeux, dans l'incompréhension la plus totale. Obéissant, il but pourtant. Malgré le fait qu'il s'était toujours uniquement nourri comme un humain. Malgré le fait qu'il s'agissait du sang d'un vampire et que cela ne lui redonnerait aucune force. Qu'avait donc sa princesse derrière la tête.
Quand il eut avalé quelques gorgées, Wish lécha précautionneusement les contours de la plaie, pour nettoyer la peau souillée. Enfin, alors que Lucie abaissait son bras pour caresser son torse, il se lécha les lèvres. Ce sang ne le nourrissait pas mais il se sentait terriblement honoré d'avoir pu en avoir. Ce geste était si intime, si fort… Il lui faisait chaud au cœur tout en l'effrayant.

Alors, Lucie prononça son nom. Wish leva la tête, intrigué. C'était la première fois qu'il la voyait hésiter de la sorte. Cherchait-elle un nouveau moyen de le faire plier, ou croyait-elle à ce qu'il lui avait raconté ? Finalement, la vampire saisit sa main, la serrant dans son étreinte glaciale et pourtant si chaleureuse. Elle était différente, Wish le sentit tout de suite. Quelque chose en lui sonna l'alarme. Il se redressa un peu. Allait-elle lui annoncer qu'elle était enceinte ? De lui ? Ce serait une catastrophe !
La vérité était peut-être bien pire encore. La princesse était en train de lui faire une déclaration. Et cela semblait tellement lui coûter que Wish se refusa à l'interrompre, car il se refusait à la blesser. Mais ses yeux ne pouvaient pas mentir : il était terrorisé par la révélation de la princesse Lucie. Et plus elle avançait, plus son cœur s'accélérait, son sang se glaçait. Lorsqu'elle eut terminé, il se détourna d'elle et s'assit au bord du lit. Non, non, non… ! Il avait toujours réussi à gérer ses relations. Une cinquantaine d'années aux côtés d'une princesse, pas plus, puis la protéger de loin, autant qu'il le pouvait. S'enfuir et se maudire quelques décades lorsque l'une d'elles mourait. Il était allé jusqu'à hurler à la lune quand la séparation par la mort avait vraiment été cruelle.
La princesse Livia, par exemple, était morte dans des circonstances atroces, après seulement dix-neuf années à passées à ses côtés. Enlevée, abusée, on avait voulu obliger son père à payer une rançon à la somme astronomique. Finalement, Elijah, qui était le frère du Comte, avait fourni l'or demandé. On lui avait rendu sa fille en morceaux dans une boîte. Elle était si jeune, qu'il lui avait fallu des mois pour tomber en poussière. Wish avait alors écumé la ville jusqu'à retrouver les coupables et ce qu'il leur avait fait… Le résultat n'avait pas été beau avoir.

Non, Wish ne se laissait pas souvent dominer par ses émotions, en particulier la colère. Pourtant, il y avait des situations qui l'exigeaient. Des situations où malgré tous ses efforts, il devait évacuer ce trop plein de sentiments. En cet instant, c'était exactement ce qu'il ressentait. Il était paniqué, incroyablement triste et furieux. Ne sachant comment gérer cela sans passer par la violence, il se leva. Il avait recouvré une bonne partie de sa vigueur à présent, l'avantage d'être un hybride avec du sang d'une puissance magique incommensurable, au point de faire plier la chance.
D'un pas lent, il se dirigea vers le bureau, ou plutôt vers la lumière qui y vacillait, capturée sous le verre d'une lanterne. Il se contenait pour mieux exploser par la suite. La cage de verre de la chandelle explosa sur le mur et la bougie roula au sol parmi les débris de bois et de glace, sa mèche éteinte laissant s'échapper un filet de fumée grise. Voilà. Il se sentait beaucoup mieux.

Sans vouloir faire face à Lucie de peur de se laisser à nouveau dominer par ses émotions, il retira un à un son pull, puis ses deux tuniques, gardant la dernière sur ses bras. Il voulait simplement libérer son dos. Son tatouage, la princesse l'avait déjà vu bien sûr. Mais cette nuit, elle pourrait le regarder, avec un œil neuf.

« Vous vouliez savoir, très bien. Mais ce savoir ne changera rien au fait qu'une vraie relation est impossible entre nous. Plus exactement, elle est impossible pour moi. »

Wish prit du temps avant de parler, se moquant bien du froid qui traversait sa peau pour geler ses os.  Il n'aimait pas se lancer dans des monologues compliqués, aussi il réfléchit soigneusement aux mots qu'il allait employer.

« Ce tatouage a été commencé alors que la forêt de Gothik City était trois fois moins étoffée qu'elle ne l'est aujourd'hui. J'y ai rencontré chaque créature qui y a été dessinée. Et tout ce temps, je n'ai eu en tête qu'un seul objectif : protéger chaque fille de Comte des dangers qui la menaceraient, jusqu'à ce que mes péchés soient pardonnés et que je puisse mourir en paix. »

Il rabattit sa tunique par-dessus sa tête, recouvrant son dos élégamment musclé. Enfin, il osa se tourner vers la princesse, négligeant ses deux autres pièces de vêtements. Que pensait-elle en ce moment ? Il aurait donné cher pour le savoir.

« Je continuerai après votre mort ou je mourrai grâce à vous. Souhaitez-vous réellement vous unir à quelqu'un tel que moi ? »

Il lui jetait un regard si désespéré qu'il espérait qu'elle céderait. Renoncerait à sa folie. Se laisser aller alors qu'elle s'abreuvait sur lui était déjà trop. Maintenant, elle avait eu ce qu'elle voulait de lui depuis le début : la triste vérité. Wish l'avait forcément détournée de ses désirs fous, il ne pouvait en être autrement. Lucie von Dast, fille d'Emilien Ier, était intelligente.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Princesse de Glace
Messages : 42
Date d'inscription : 26/01/2016

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Combattant aguerri
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Heure de vérité [ft. Wish]   Dim 28 Fév - 14:14







Lucie s'était préparée à plusieurs sortes de réaction de la part de son calice et en quelques secondes s'était créée plusieurs scenarii. Elle avait évidemment imaginé la meilleure situation, ou il se serait jeté sur elle pour lui faire l'amour en guise de réponse à sa proposition cachée derrière ce qu'elle venait de lui dire et avait estimé qu'elle avait quelques chances pour que cela arrive. Elle avait aussi pensé qu'il pourrait prendre peur, être hésitant, et elle aurait simplement eu besoin de le rassurer. Mais elle ne s'était pas préparée à ce qui suivit. Lorsque Wish se leva sans avoir dit un mot, elle n'essaya pas de le retenir et le suivit du regard en sentant l'appréhension monter en elle. Elle avait un mauvais pressentiment, mais peut-être avait-il seulement besoin de réfléchir ? Non. Elle pouvait voir qu'il était tendu, ses traits étaient durs et trahissaient ce qu'elle aurait décrit comme étant de la colère. Même si elle n'avait jamais vu son calice dans pareil état. Elle le vit lancer la chandelle contre le mur et les morceaux de verres s'écrasèrent sur le sol. À ce moment, elle aurait pu comparer cette cage de verre à ses espoirs de faire sa vie  avec lui à ses côtés. Elle ne dit rien et le laissa récupérer un semblant de contenance pour ensuite s'expliquer.

Lorsqu'il commença à se dévêtir, elle serra les draps entre ses doigts en le dévisageant. Il n'allait tout de même pas.... Elle n'était plus d'humeur à faire ce genre de choses à présent. Ce serait la première fois qu'elle lui dirait non. Heureusement il n'en fut rien, Wish n'avait pas non plus la tête à s'envoyer en l'air, que ce soit pour se défouler ou juste pour la forme. Il voulait simplement lui montrer son tatouage. Bien sûr, elle le connaissait par cœur, elle le trouvait magnifique bien qu'un peu lourd à son goût, il y avait beaucoup d'informations dans cette œuvre. Il lui expliqua ce qu'il signifiait, et ce fut comme si il venait d'enfoncer une lame dans son cœur. La princesse se figea et elle ne fut incapable de dire quoi que ce soit pendant plusieurs minutes, la gorge nouée. Alors elle ne s'était pas trompée, Wish était cet homme qu'elle avait reconnu dans le grimoire, il était âgé de milliers d'années malgré sa nature hybride. Si ça n'avait été que ça, cela aurait pu être une merveilleuse nouvelle pour tous les descendants d'Honorus et Gothik City. Il aurait pu partager son savoir avec eux, ses connaissances. Ce fut la suite qui lui creva le cœur. Il n'avait pas fait tous ces efforts pour devenir un calice et n'était pas resté à ses côtés pour elle, pour ce qu'elle était. Il l'avait fait uniquement parce-qu'elle était la fille du Comte Von Dast, pour racheter de quelconques péchés. Pourquoi vouloir racheter ses péchés lorsque l'on vénérait Satan ? Était-il torturé par de terribles souvenirs ? Oh pourquoi se préoccuper de cela à présent qu'elle savait que Wish ne l'aimait pas. Il n'aurait jamais posé les yeux sur elle, elle n'aurait jamais éveillé son intérêt si elle n'avait été qu'une simple noble, une servante ou une esclave. Il s'était rapproché d'elle uniquement parce-qu'elle était la princesse Von Dast. Et si sa mère donnait naissance à une autre fille, aurait-il fini par l'abandonner à son détriment ? Elle détourna le regard pour ravaler des larmes de colère.

« Je vois. »

Sa voix était glaciale malgré la pointe d'émotion qui la trahissait et elle s'assit au bord du lit, remettant son vêtement correctement et serrant de nouveau la ceinture autour de sa taille, lentement. Elle fixait une vase rempli de roses encore fraîches qu'on avait déposé sur sa table de nuit quelques jours auparavant d'un air absent, sûrement une servante qui avait voulu égayer la pièce.

« Tu t'es simplement rapproché de moi pour essayer de te sauver toi et te donner bonne conscience. J'imagine que les princesses que tu as autrefois protégé sont toutes mortes dans d'affreuses conditions. »

Elle ne s'était jamais penchée sur le sort de ses prédécesseurs, des princesses d'avant. Mais le peu qu'elle avait lu lui avait donné des frissons. Il n'y avait pas énormément d'informations sur la vie des princes et princesses d'autrefois, on les décrivait brièvement et on détaillait leur mort si ça valait le coup. Alors toutes les princesses de Gothik City l'avaient connu, avait-il visité partagé leurs lits à elles aussi, était leur confident et serviteur ? Elle fut prise de nausées à cette idée.
Elle releva les yeux pour le regarder et lutta contre elle même pour desserrer les dents. La princesse se redressa et prit une grande inspiration.

« Mais dis moi, crois-tu vraiment que tes péchés – quels qu'ils soient – seront rachetés ainsi ? »

Lucie ferma les yeux et vint se planter devant lui, s'arrêtant à quelques centimètres et le fixant. Ses lèvres tremblèrent et elle dut s'y reprendre à deux fois avant de réussir à prononcer ses mots.

« Je n'ai pas besoin de ta protection, Wish. Sors de ma vie. »

Elle avait été idiote de s'autoriser à éprouver des sentiments pour lui, et folle d'avoir laissé cet homme prendre une place importante dans sa vie. Elle avait besoin d'air frais, d'aller se perdre dans la forêt et hurler sa colère face à cette injustice. Puisqu'elle ne pouvait se confier à sa mère, ni aller voir Ulrick, pas maintenant. Lucie fit volte-face pour se diriger vers son armoire et en sortir une robe noire en dentelle qu'elle enfila, elle troqua ses talons aiguilles contre des bottes de cuir au talon un peu plus épais. Elle chercha une cape qui pourrait la protéger de la pluie torrentielle. Elle ne voulait pas réfléchir aux conséquences, elle était trop triste, et trop en colère. Son sang si froid semblait pourtant bouillonner. Qu'avait-elle fait à Satan et aux démons pour mériter cela ? Trouvait-il cela divertissant ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Au nom de la Lune
Messages : 38
Date d'inscription : 21/02/2016
Ville de résidence : Gothik City
Emploi : Calice
Race : Hybride

***
Relation avec les dragons: Ami des Dragons
Indice de badassitude: Elite de la badasserie
Statut marital: En couple
MessageSujet: Re: Heure de vérité [ft. Wish]   Mer 2 Mar - 16:43

W
ish ne s'attendait certainement pas à une telle réaction de la part de sa princesse. Froide, elle se rhabilla, sans même s'étonner de ce qu'il venait de lui apprendre. L'hybride resta coi, debout au milieu de la chambre, alors que Lucie évitait de le regarder. Il l'avait blessé, il en était certain. Mais pourquoi ?
La vérité éclata hors de la bouche de la princesse. Comment pouvait-elle se méprendre à ce point ? N'était-il pas évident qu'il l'aimait, plus qu'il n'avait aimé toutes les autres avant elle. Il voulait simplement la protéger ! Il voulait mériter sa délivrance, ça n'avait rien à voir avec un quelconque égoïsme. Il aurait aimé le lui hurler, pourtant il ne le fit pas. Quelque chose, une petite pensée raisonnable, le retint.
Elle avait au moins raison sur un point. Les quelques filles dont il avait eu la charge, après Livia, avaient très souvent connu de tristes sortes. C'était comme si le destin s'acharnait sur lui, à le faire souffrir et culpabiliser encore plus. Comme s'il le pressait d'accomplir ce pour quoi il était ce qu'il était. En pensant à l'ancêtre de Lucie, Asmodea, un haut-le-cœur lui serra la gorge. Quand il l'avait découverte, ce soir-là, éparpillée dans ses appartements. Juste après, heureusement, elle était devenue poussière et il avait été le seul témoin de ce spectacle d'horreur, qui s'était imprimé pour toujours dans ses souvenirs. Quel sort attendait donc sa Lucie s'il ne trouvait pas un moyen de mettre fin à ce cycle infernal ?

La vampire leva les yeux sur lui. Il était toujours silencieux, respirant à peine, patient. Sa mâchoire était contracté, il attendait que la jeune femme ait terminé de verser tout son acide. Oh pour ça, oui, il l'avait blessée. En conséquence, elle le blesserait encore plus. Ses mots étaient comme des aiguilles très fines qu'on lui aurait fait avaler. Ils s'insinuaient, coupaient, déchiraient, s'en allant toujours plus loin, avec la ferme intention de rester. Quand elle lui posa une question, il fut bien incapable d'y répondre et garda les lèvres étroitement serrées. Qu'aurait-il pu dire de toute façon ? Evidemment qu'il le croyait, sinon il ne se serait pas acharné à faire le bien pendant autant de millénaires !

La délicate princesse vint ensuite se planter devant lui et malgré leur différence flagrante de taille, Wish se sentait écrasé par sa stature. Son cœur s'emballa, il voulait tellement, tellement, qu'elle l'embrasse. Qu'elle lui dise qu'elle savait ce qu'il ressentait tout au fond de lui et ce que signifiait son regard désespéré. Qu'elle savait qu'il était prêt à tout laisser tomber pour elle, en dépit de la Raison et de tous ses efforts passés. Il était prêt à l'aimer, pourvu qu'elle le lui en donne l'ordre.
Les mots qu'elle lui cracha ensuite au visage lui donnèrent une sensation de vertige. Il ferma les yeux pour ne pas vaciller et serra les poings. Son cœur cessa de battre pendant une micro-seconde, pour repartir à toute allure, comme s'il voulait rattraper le temps perdu.

Il la sentit passer près de lui et son corps, instinctivement, pivota légèrement, comme pour la suivre. Quand il rouvrit les yeux après une grande inspiration, elle était devant son armoire, en train de revêtir une robe noire. Elle lui tournait le dos et il se refusa à le contempler, désormais indigne d'une telle vue.
Des mots étranglés jaillirent de sa bouche, il avait peine à croire qu'il était réellement en train de les prononcer. Comme il peinait à croire que toute cette scène était réelle. Il allait abandonner Lucie. Parce qu'elle le voulait et qu'il serait de toute façon inutile de rester contre sa volonté. Parce qu'il ne devait pas prendre le risque de la faire changer d'avis. Il était préférable pour elle qu'elle pense vrai tout ce qu'elle venait de supposer à son sujet.

« Très bien. Princesse. »

Ne pouvant se résoudre à traverser tout le château, il se dirigea vers la fenêtre et en enjamba le rebord. Il se ferait mal, mais pas assez pour être blessé.

« Adieu. »

Puis, il sauta, des larmes amères dans les yeux. Dès qu'il eut touché le sol, il se redressa et courut, ignorant le feu qui dévorait ses jambes malmenées. Il laissait le vent disperser ses larmes, la fine pluie glaciale coller sa tunique à sa peau. Il courut jusqu'à sortir des jardins, puis emprunta l'allée principale en marchant rapidement. On ne lui posa pas de question, tout le monde le connaissait. Wish franchit les grilles en se disant qu'il avait fait un pas de trop pour pouvoir encore renoncer, et s'enfonça dans la nuit.


L'hybride comptait se réfugier dans un manoir abandonné masqué par la végétation qui l'avait vaincu. Alors qu'il repoussait la porte de bois vermoulu avec son épaule, une voix claire et moqueuse résonna dans son dos. Transi de froid, il se retourna en grelottant. Un homme à la peau foncée et aux yeux vairons se tenait à juste cinq pas de lui. Il était emmitouflé dans un grand manteau noir au capuchon énorme, qui tombait jusqu'au milieu de son dos. Tout en lui semblait être fait pour qu'on lui accorde de l'attention en dépit des autres. A peine plus petit que Wish, ses cheveux sombres étaient réunis en une masse pointue dressée sur son crâne et pointant sur sa gauche. Ses yeux et ses lèvres étaient lourdement maquillés, une arabesque noire partant du coin extérieur de son œil droit dessinait une spirale sur sa joue. Il agita des doigts couverts de bagues aux pierres précieuses diverses, ses ongles étaient peints en jaune or. Il souriait et ses dents parfaitement blanches semblèrent trop lumineuses à Wish. L'homme se rapprocha de lui en secouant doucement la tête et en prenant un air déçu.

« Haaa… Wish, Wish,Wish… Pourquoi faut-il que tu nous fasses une crise existentielle précisément à ce moment ? »

Il claqua des doigts devant les yeux de l'hybride, qui se retrouva soudain dans un état second. Il avait parfaitement conscience de tout ce qui se passait, mais c'était comme s'il était sous la volonté d'un autre. Pourtant, il n'avait aucune envie de se dérober à cette emprise.

« Dans deux jours, tu retourneras voir la princesse Lucie et tu la supplieras de te rependre. Déclame-lui ton amour au besoin. Tu dois absolument retrouver ta place auprès d'elle. C'est bien compris ? »

Wish hocha la tête. L'instant d'après, l'hybride se retrouvait seul devant la porte du manoir abandonné, se demandant bien pourquoi il n'était pas encore rentré, trempé jusqu'aux os comme il l'était. Il se réfugia dans la maison avec la ferme intention de se sécher et de dormir devant la seule cheminée encore utilisable. Tout en retirant ses vêtements, il se dit que dans deux jours, il retournerait au château. Peut-être que s'il s'y prenait bien, Lucie accepterait de le reprendre. Il ne supportait tout simplement pas l'idée de la perdre.


F I N .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Heure de vérité [ft. Wish]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Heure de vérité [ft. Wish]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Perte des points en dextérité après Up
» ANGLADE REMET LES PENDULES A L'HEURE
» Comment avouer une vérité pareille?
» Dextérité main gauche-main droite
» Heure du début du draft?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-