Vampires vampires vampires : infection
Tu veux un forum rpg avec des gens sympas ? Un forum où tu peux faire bouger l'intrigue ? Mais où t'es pas obligé ? Un forum où tu peux faire à peu près tout ce que tu veux ?
Alors rejoins-nous !=D
Jusqu'à la mi-juillet, tout personnage infecté pourra devenir plus tard un demi-dragon ! Profitez-en !


...
 
En ce moment, au musée de L'Etoile Rose, venez découvrir le plus gros rubis du monde des trois cités !

Partagez | 
 

 Mon meilleur ennemi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Mon meilleur ennemi   Dim 22 Nov - 11:38

Mon meilleur ennemi

L
e soleil était déjà éblouissant, alors qu'il n'était que huit heures. Il avait déjà entièrement séché l'herbe d'un vert presque criard et donnait l'impression que la pierre blanche des tombes luisait. Allic desserra un peu sa cravate de soie noire dans l'espoir d'avoir moins chaud et plongea son regard sur le cercueil de noyer qui attendait d'être mis en terre. A ses côtés, Mouloud essuyait ses larmes au fur et à mesure qu'elles apparaissaient aux coins de ses yeux. Allic secoua doucement la tête. Pauvre Mouloud, c'était pour lui un véritable ami qu'on enterrait aujourd'hui. L'absence de Tony se faisait cruellement sentir.

Howard Pastrani était le petit frère de l'un des boss au service de la Famille Beackerman. Il aurait dû succéder à son frère Enric à la fin de l'année, devenant alors le gérant de tout le quartier est du territoire. Malheureusement, il avait été contaminé par un vampire infecté. La virus avait fait son œuvre en quelques jours seulement et Howard avait dû être abattu par sa femme avant qu'il ne la tue. Une histoire tragique, mais qui n'arrivait pas à faire pleurer Allic. Lui était simplement heureux que Tony se soit rétabli. Il était en convalescence mais d'après le médecin de Famille, il ne risquait plus rien. Ils s'étaient même réconcilié, Tony avouant qu'il était allé trop loin et Allic jurant qu'il n'aurait plus rien à faire avec ce Callahan.
Il n'avait tout de même pas lâché son idée de vengeance. Le visage gravé dans sa mémoire était à présent inscrit au carbone sur une feuille de papier blanc, par ses soins. Allic n'avait aucun don particulier pour le dessin imaginatif, mais il reproduisait à merveille ce qu'il voyait dans la réalité. Ca lui avait pris toute une nuit, mais il avait inscrit ALESS sous le visage ressemblant qui correspondait. Restait à lui donner la chasse, ce qu'il n'allait pas engager dans l'immédiat. Il fallait du temps et de la prudence et il ne voulait pas risquer un nouveau fiasco alors que la Famille parlait encore de ce qui s'était passé au Galahan avec émotion.

Après la cérémonie, Allic ne resta que quelques minutes en compagnie de la famille Pastrani et de leurs amis. Il pensait avoir mérité un peu de relâchement et projetait de passer la journée au Golden Club. Il avait hâte de faire un peu de tir au pigeon et de se détendre au spa du club. Rien ne lui ferait plus de bien qu'un bain de vapeurs.

Ainsi, un peu avant l'heure du repas, il se présenta à l'entrée du Golden, vêtu de orange clair, décontracté. Le terrain d'équitation était à disposition des membres jusqu'à midi ce jour-là et Allic décida d'en profiter avant que l'équipe de polo de Modernis n'investisse le terrain. Il y aurait bientôt une rencontre avec les Gothiks au stade et il semblait d'ailleurs à Allic que la Comtesse devait y assister. Mais pour le moment, ledit stade était encore réservé aux autres sports et la pelouse artificielle serait posée au dernier moment.
Il avait eut l'occasion de lire tout ça dans le journal de la semaine dernière, le lendemain du gala de Kalem. L'article était juste en dessous de celui résumant la petite fête de Callahan. Apparemment, ça avait été une vraie réussite, malgré l'intervention de criminels, parfaitement gérée par l'hôte de la soirée. Finalement, on parlait très peu du vainqueur des dons. Plus tard dans la journée, Allic avait lu dans un autre papier que le gala avait été totalement gâché par des voleurs et que Callahan avait bien mal géré la prévention et la sécurité pour une fête d'une aussi grande importance. Dans un autre encore, spécialisé dans les scandales, Allic avait lu, amusé, une hypothèse affirmant que Callahan était lui même à l'origine de ce hold up, une tentative de se faire une réputation en or en tant que sauveur du peuple. Finalement, la presse se divisait distinctement en deux avis majeurs, l'un extrêmement bon et l'autre excessivement mauvais. Les ragots allaient aller bon train un petit moment.

Allic était d'ailleurs toujours en manque, sans comprendre ce qui lui faisait tant envie. Heureusement, personne, et surtout pas Tony, ne s'était aperçu de sa consommation abusive d'alcool de luxe. Et puis, il pensait souvent à Callahan, en rêvait même. Quelque chose clochait, mais il ne parvenait ni à mettre le doigt dessus, ni à s'en inquiéter véritablement.
Mais aujourd'hui, il ne se soucierait pas de Kalem, ni de quoi que ce soit ayant un rapport avec lui. Il passerait une journée banale pour un homme riche banal.

En arrivant dans les écuries, chaussé de bottes qu'il avait louées, Allic se dirigea immédiatement vers le box de son poney préféré. Il avait une couleur caramel et des yeux dorés. Il s'appelait Danette.
Une fois dessus, Allic se rendit sur le circuit pour une agréable promenade, sous la protection des grands arbres bordant la piste. C'est alors qu'il le vit. Callahan. Allic sourit en coin. Il pouvait bien profiter de cette occasion pour s'amuser un peu, non ?
L'homme talonna les flancs de Danette pour accélérer un peu son pas et rejoindre Callahan. Une fois à sa hauteur, il lui offrit son plus beau sourire et activa son pouvoir de Détente. Une brise fraîche souleva leurs cheveux et les crinières des poneys, dissipant la méfiance, atténuant les mauvaises pensées. Il ne voulait pas que son souffre douleur du jour s'enfuit.

« Bonjour, monsieur Callahan ! Comment allez-vous ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi   Dim 22 Nov - 12:56

Une semaine auparavant, Kalem avait vu son gala être gâché par une bande de voleurs qui avaient bien failli tout foutre en l'air. Il considérait qu'il avait bien géré la situation, mais ça n'avait pas été l'avis de tous. Certains journaux avaient été très cléments avec lui mais, à sa grande surprise, d'autres avaient été assassins. Étrangement, aucun d'entre eux n'avait parlé des vampires qu'il employait et il s'était dit qu'il devrait en toucher deux mots à Nicole qui y était peut-être pour quelque chose. Ça avait du bon d'être ami avec la femme du président, aussi peu talentueuse et agaçante soit-elle. Le jeune homme se sentait fatigué depuis quelques jours, sûrement parce-qu'il avait pris un sacré coup au moral. Il n'avait envie de rien à part être seul et l'inspiration lui manquait pour son travail. Il avait donc décidé de s'octroyer quelques jours de repos, et il ne connaissait pas de meilleur endroit que le Golden Club pour aller se détendre.

Kalem réserva une suite dans un hôtel de luxe à deux pas et chargea deux grosses valises dans sa voiture. Il y arriva dans l'heure qui suivit et on le débarrassa. Le vampire prit le temps d'enfiler une tenue classe mais décontractée. Lorsqu'il fut ensuite devant le Golden Club, il réfléchit à ce qu'il pourrait faire en premier. Une jeune femme qui devait faire parti du staff chargé de lui lécher le cul pendant tout son séjour lui recommanda d'aller profiter du terrain d'équitation qui ne serait plus accessible dans l'après-midi. Hé bien, pourquoi pas... Même si il aurait préféré commencer par un spa et se faire chouchouter toute la journée, ça pourrait lui changer les idées. On lui prêta des bottes d'équitation qui, par chance et fort heureusement, s'accordaient parfaitement avec le reste de sa tenue. Il avait bien fait d'enfiler un pantalon moulant aujourd'hui. Noir, pour éviter de faire ressortir certaines formes. Il se rendit ensuite aux écuries et on le dirigea vers les poneys. Le vampire lança un regard surpris à la jeune femme, haussant un sourcil. Est-ce qu'elle le prenait pour un nain ? La demoiselle n'osa rien dire et se contenta de rougir avec un sourire embarrassé. Enfin si tout le monde faisait ça, il n'aurait pas l'air d'un idiot. Il observa les différents poneys et eut un coup de cœur pour un dont la crinière était rose pétant. Sa robe était blanche et il était un peu plus grand que la moyenne, parfait. Il demanda si ce n'était pas considéré comme de la maltraitance animale de teindre ainsi cette pauvre bête et la jeune femme lui répondit qu'on avait utilisé des pigments naturels qui ne mettaient pas en danger l'animal. Le vampire n'avait pas envie de passer pour un barbare et se faire enfoncer par la presse à cause d'un simple poney.

On lui apporta son poney, Cocktail. Il était vraiment fait pour lui. Kalem monta sans difficultés sur la selle et le fit trotter pour qu'il puisse se dégourdir les jambes. Il n'était pas un pro de l'équitation, mais sa mère avait tenu à lui en faire faire un peu – sur des chevaux – puisqu'elle espérait le persuader de venir à Gothik City quand il serait plus vieux. Et on montait plus souvent à cheval qu'à moto là-bas. Tout en suivant le rythme du poney, le vampire se prit à penser qu'il aurait été encore plus beau avec quelques perles dans sa crinière. Hm, ça aurait pu être une idée à exploiter, mais sûrement pas assez rentable. Dommage. Il choisit de partir en promenade avec Cocktail. Une fois à l'ombre de grands arbres, il prit une grande bouffée d'air frais, respirant les odeurs environnantes, et était en train de se dire que la journée était bien partie lorsqu'une voix insupportable se fit entendre à côté de lui.

Kalem tourna la tête pour regarder Allic, sans aucune surprise cette fois-ci. Il fallait bien que quelque chose vienne gâcher sa journée. Est-ce qu'il l'avait suivi jusqu'ici ? Avait-il prévu de lui gâcher la vie ? Le vampire fut tenté de faire claquer sa main gantée de cuir sur le visage souriant de l'homme mais se ravisa. Une vague de positivité l'envahie alors qu'il se disait qu'avoir un compagnon pour cette promenade ne serait pas si terrible. Cocktail n'était pas très bavard. Il esquissa un sourire et regarda l'humain dans les yeux. Son poney était un peu plus grand que celui d'Allic, mettant Kalem un peu plus en hauteur, bien.

« Monsieur Beackerman... Je vais finir par croire que vous ne pouvez plus vous passer de moi. »

Il arriverait peut-être à lui faire avaler de son sang si ils passaient la journée ensemble. D'ailleurs, il était curieux de voir si il lui avait manqué.

« Vous vous êtes remis de vos émotions ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi   Lun 23 Nov - 15:02

C
omme Allic l'avait deviné, Kalem n'était pas ravi de le voir au Golden Club. Mais son expression changea légèrement avec son don activé et son sourire s'agrandir encore, satisfait de son petit effet. Les deux poneys semblaient bien se connaître et se donnèrent quels coups de tête amicaux. Leurs cavaliers étaient loin d'en être à cette étape de leur relation, qui ne serait d'ailleurs probablement jamais amicale. Pourtant, Allic sentait bien en la présence du mannequin, plus tranquille qu'il ne l'avait été toute cette semaine. Enfin, c'était juste une coïncidence, bien sûr. Le grand air lui faisait du bien et il en oubliait même son manque étrange.

Il répondit avec une légère inclinaison de la tête à la supposition de Callahan.

« Qui sait ? Le destin nous réuni peut-être pour une bonne raison. »

Allic espérait bien que non et que tout ça était dû à un parfait hasard. D'ailleurs, si on y réfléchissait, cette rencontre était parfaitement logique. Kalem était bien le genre de type à avoir sa carte de membre du club même si, comme Allic, il était légèrement en décalage avec le reste de la clientèle, beaucoup plus guindée et précieuse. Callahan était guindé aussi, mais pas de la même façon. On aurait plutôt dit qu'il faisait ça par obligation, comme si ses os étaient maintenus de force dans une certaine position. Il avait déjà entendu des choses étranges sur certaines personnes prêtes à tout pour obtenir gloire et argent. Peut-être Callahan s'était-il fait greffer des barres de métal sur les os. Si c'était le cas, le sexe avec lui devait vite devenir très ennuyeux.

Le jeune homme aborda ensuite le sujet du gala. L'expression d'Allic s'assombrit un peu au souvenir de ses hommes malmenés et de la peur qu'il avait eu de les retrouver mourant. Mais la question était purement polie et partait d'un bon sentiment. Ou de l'intention de le faire croire.

« Oui, merci. Une bonne nuit de sommeil a suffi à me remettre sur pieds. A ce propos, j'ai lu ce que disaient les journaux. Ils n'ont pas tous été tendres avec vous. »

Il fit une petite moue, histoire de lui faire part d'un semblant de solidarité entre riches, même s'il ne le ressentait pas de cette manière.
Puis, il donna une impulsion à son poney, qui reprit la marche tranquillement. Il faisait chaud, mais une petite brise leur évitait de souffrir des températures élevées. Après tout, la météo était censée se rafraîchir à cette période de l'année, même si ce n'était jamais violent à Modernis State. Un jour, Allic aimerait aller à Gothik City pour voir la neige et le verglas, qui étaient pour lui si mystérieux. Il en profiterait aussi pour expérimenter les fameuses maisons closes et le sexe avec un vampire.

« J'imagine que vos préoccupations sont loin de tous ces racontars, reprit Allic. Après tout, le but de la soirée a été atteint. Je ne me souviens plus du chiffre, mais une belle somme a été récoltée en faveur des recherches contre l'Infection. »

Il songea avec un petit rire intérieur à la tête du mec qui avait rentré son chèque et sa somme absolument pas ronde.
Il se demandait si Callahan allait bientôt retenter le coup. Ou juste oser apparaître de nouveau en public. Il avait vraiment eu l'air peiné de son échec, plus qu'il ne l'aurait dû. Ouais, ce type avait un sérieux problème. Allic se demandait ce qu'il pourrait encore trouver à dire pour l'enquiquiner un peu plus. Mais ses pensées ne tournaient plus qu'autour d'une seule chose depuis une poignée de secondes.
Il se souvenait parfaitement du bien être qu'il avait ressenti alors qu'il était assis avec Callahan dans son carré VIP, un verre à la main. Il s'était rarement senti aussi bien. Alors, il eut une idée.
Allic fit bifurquer sa monture pour qu'elle s'enfonce hors du sentier battu, entre les arbres du Golden Club. Juste assez loin pour qu'on ne puisse pas les voir depuis la piste elliptique. Puis, il s'arrêta et descendit de la selle. De la poche de sa veste, il sortit une petite sacoche, juste assez grande pour contenir ce qu'il y avait dedans. C'est à dire quelques feuilles de papier à cigarette et de l'herbe à fumer. Il s'en roula une et l'alluma à l'aide de son briquet, jusque là glissé dans la poche de poitrine de sa chemise. Appuyé contre la croupe de son poney, il leva la tête vers Callahan.

« Vous en voulez ? Ca va vous détendre. Vous avez l'air d'en avoir besoin. »

Même pour quelqu'un qui avait besoin des services du Golden Club pour relâcher la pression, Kalem semblait trop stressé. Mais c'était peut-être juste la présence d'Allic qui le mettait dans cet état. Ou alors, Allic se faisait des idées et c'était juste sa tête de tous les jours. De toute façon, le mafieux n'avait pas les idées très claires depuis ce gala. Il était constamment ivre et sous l'influence de drogues diverses. Il se persuadait que sans ça, il aurait fait un craquage nerveux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi   Lun 23 Nov - 18:52

Kalem doutait fort que le destin soit derrière tout ça. Ça devait plutôt être dû à la malchance, ou peut être serait-ce une occasion pour le vampire de se faire un nouvel ami ? Tandis qu'ils continuaient de converser, il se dit que non. Allic se sentit obligé d'amener le sujet sensible sur la table, les journaux. En guise de réponse, Kalem haussa les épaules.

« On ne peut pas être apprécié de tout le monde, l'essentiel c'est qu'il n'y ait eu aucun blessé et que les réservations pour la soirée du mois prochain sont déjà pleines. »

Il avait laissé sur son site, un lien pour une soirée dans quarante jours. Premier enregistré, premier servi. Il avait décidé de ne rien faire d'autre pendant le mois, rien d'autre de mondain à moins qu'on l'invite. Il voulait décompresser un peu et se concentrer sur son travail.

Il vit Allic s'éloigner hors des sentiers, et décida de le suivre, talonnant Cocktail qui suivit le poney – un peu moins fabulous – de Beackerman. Ils s'arrêtèrent quelques mètres plus loin et il observa l'homme descendre de sa montre. Qu'est-ce qu'il fabriquait ? Il avait peut-être envie de pisser et ne voulait pas qu'il le suive à la base. Ses doutes furent rapidement balayés par ce que Beackerman sortit de sa poche et proposa au vampire toujours installé sur sa selle. Kalem haussa un sourcil avant de caresser la crinière rose de Cocktail. Il avait horreur de l'herbe, l'odeur était trop forte et le rendait malade. Ça sentait affreusement mauvais, pourquoi les gens aimaient-ils fumer ça ? Et il n'avait pas envie de se cacher comme un voleur.

« C'est le seul moyen que vous ayez trouvé pour vous détendre, monsieur Beackerman ? Je vous imaginais un peu plus créatif. »

Et plus classe aussi. Beackerman se rabaissait à consommer la même merde que le clochard dans le métro, quelle tristesse. Mais au moins maintenant, il savait pourquoi il avait toujours l'air épuisé, si il consommait ça souvent – ce qui devait être le cas.

Se connaissant, il se serait permis de lui dire sa façon de penser et ses quatre vérités - bien qu'il ne le connaisse suffisamment pas pour ça. Mais il se sentait plutôt bien en sa présence, ce qui était assez étrange. Il fût tenté d'accepter, très tenté. Il fixait le joint qu'Allic était en train de confectionner, mais finalement réussit à se faire violence et secoua la tête.

« J'ai d'autres moyens de m'amuser, qui me permettent de ne pas avoir la même odeur que le sdf du coin. Et bien plus efficaces. Si je vous avais su aussi friand de tout ça, j'en aurais peut être apporté. » Une idée le traversa et il esquissa un sourire avant de se pencher légèrement vers lui. « Si cela vous intéresse, j'ai de quoi vous satisfaire. Mais il faudra attendre que nous soyons dans les vestiaires du spa et j'exigerai que vous gardiez les yeux fermés. »

Il se redressa, le dos bien droit, et talonna les flancs de Cocktail avec un air de prince. Il reprit en s'éloignant et en faisant un petit geste de la main.

« Je serai là-bas dans une heure et demi, monsieur Beackerman. À plus tard ! »

Pour être honnête, il se sentit soudainement très mal de le laisser seul. Mais plus il s'éloignait et mieux il se sentait. C'était étrange, comme sensation. Il termina seul sa balade et profita du grand air. Il se ficha bien qu'Allic ait été vexé. Au pire, il ne le rejoindrait pas, et le vampire passerait le reste de sa journée tranquille à se faire masser.

Après avoir remis Cocktail à l'homme qui s'occupait des écuries et récupéré ses chaussures de luxe, il se rendit à sa chambre d'hôtel et récupéra quelques affaires dont un petit sac qui contenait un shorty de bain noir et d'autres choses, au cas où il aurait envie d'aller se baigner. Ce qui serait le cas, sans aucun doute. Il termina de se préparer et de préparer son cadeau pour Allic, ce qui lui prit une bonne demi-heure. Une fois terminé, il retourna au Golden Club et on l'accompagna jusqu'au dernier étage pour le spa, qui avait un accès à la piscine et au jacuzzi sur le toit aménagé. On lui indiqua les vestiaires et Kalem sortit une liasse de billets à la jeune femme, il avait décidé de se réserver l'étage le reste de l'après-midi pour lui uniquement, et Beackerman, si il le désirait. Devant la somme conséquente, le staff écarquilla les yeux et hocha la tête avant de s'éloigner en serrant l'argent contre sa poitrine. Le vampire se rendit ensuite dans les vestiaires impeccables et se changea avant d'enfiler une serviette autour de sa taille, il avait bien envie de se faire un jacuzzi. Bon, qu'est-ce que Beackerman fabriquait ? Il était déjà treize heures. En y réfléchissant, il se dit qu'il n'aurait jamais dû lui proposer ça. Qu'est-ce qui lui avait pris de lui proposer ça ? C'était fou, il s'était laissé aller, il n'aurait jamais dû. Il allait changer d'avis et quitter le Golden Club pour un autre endroit lorsqu'il entendit la porte du vestiaire s'ouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi   Lun 23 Nov - 20:50

E
ffectivement, on ne pouvait pas plaire à tout le monde, Callahan marquait un point. Allic se laissa surprendre par l'annonce d'une nouvelle soirée, à laquelle il n'avait bien entendu pas été invité, et qui était déjà complète alors qu'elle n'aurait pas lieu avant un mois. Finalement, l'intervention de sa bande n'avait pas été si catastrophique que ça pour l'image du mannequin. Les conséquences avaient été beaucoup moins importantes pour lui que pour Allic.

Une fois sous le couvert des bois, Callahan le regarda sortir son matériel de détente sans cacher sa déception. Allic lui jeta un regard amusé tout en continuant. Il lâcha même un petit rire quand le mannequin lui reprocha son manque de créativité.

« Ca ? fit-il sur un ton amusant en soulevant un peu la pochette remplie d'herbe. C'est juste plus adapté dans un lieu pareil, je suis pas atteint au point de sniffer ma poudre sur la croupe de mon poney. »

Il eut soudain un doute et jeta un coup d’œil suspicieux à Callahan. Non, bien sûr non. Il ne pouvait pas ignorer l'expérience de ces produits, si fabuleux. Il était dans le monde de la mode, après tout. S'il y avait échappé et bien… Ca expliquait peut-être qu'il ait tout le temps l'air d'être sur le point de faire un craquage nerveux.
Tandis qu'il roulait le papier fin, Allic releva doucement les yeux et vit le jeune homme lorgner avec insistance dessus. Allait il finalement accepter ? Mais il renonça, rétorquant qu'il pouvait se détendre autrement. Bien sûr ! Mais de là à faire un amalgame avec un sans-abri… Allic était un peu vexé. Cette herbe était la meilleure du marché, sans doute parce qu'il la coupait lui même et rajoutait une petite poudre de sa confection qui accélérait les effets.

« J'aimerais bien voir ça… » marmonna Allic en terminant son œuvre, déjà prêt à allumer la flamme de son briquet.

Kalem ne le fit pas attendre puisque l'instant d'après, il en était à l'inviter à le rejoindre, sur le ton de la confidence. Dans les vestiaires du spa. Allic fixa Callahan dans les yeux, intrigué, juste avant qu'il ne se redresse.

« A plus tard ! » répondit Allic en allumant l'herbe.

Il ferma les yeux en même temps qu'il prenait la première bouffée et la relâcha lentement, déjà parfaitement détendu. Quand il releva les paupières, Callahan et son poney à crinière rose fluo avaient disparu.

« Il n'y a plus que toi et moi, Danette. »


Quand il rejoignit les box, il lui restait une heure avant de rejoindre Callahan. C'était parfait, puisqu'il prévoyait de déjeuner au restaurant du club et qu'avec ce qu'il venait de prendre, sa faim était plus envahissante que jamais.
Il se rendit donc sans plus attendre à la terrasse du restau, en plein bain de soleil pour accompagner son assiette de pâtes à la sauce tomate et au parmesan. Il termina son assiette avec un appétit vorace, de sorte qu'il lui restait une grosse demi-heure avant son rendez-vous. Il la passa avec une part de gâteau au chocolat entièrement recouverte de copeaux, une cigarette et un verre de vin blanc très sucré. En balayant le reste de la clientèle, il se rendit compte à quel point il était différent des autres membres du Golden Club. D'abord, ses cheveux étaient bien plus sauvages et épais. Ensuite, il ne portait pas le traditionnel ensemble polo-pantalon de golf. Non, il était vêtu de façon plus décontracté, avec un t-shirt blanc, une chemise à manches courtes orange clair, un jean d'une teinte un peu plus foncée et des tennis blanches. S'il n'avait pas été Allic Beackerman, tout le monde l'aurait probablement regardé de travers.


Finalement, il arriva en retard au spa, plongé dans la contemplation du maître-nageur en habit de travail qui faisait la conversation à une petite dame tirée à quatre épingles. A quelques pas, il croisa deux jeunes filles apparemment vêtues pour un tennis qui se plaignaient que le toit du spa était fermé exceptionnellement et qu'ils n'avaient même pas prévenu avant. Bizarre… Curieux de voir ça par lui-même, Allic s'y rendit tout de même et poussa la porte vitrée de l'établissement en jetant de coups d’œil de tout côté. Un employé se précipita aussitôt en scandant :

« Je suis désolé, monsieur, une partie du spa n'est pas accessible pour le… Oh, c'est vous monsieur Beackerman. Allez-y, monsieur Callahan vous attend au dernier étage. »

Allic leva un sourcil. Il avait réservé tout le dernier étage du spa ? Est-ce qu'il avait des idées coquines en tête ? Ou criminelles ? Quelle que soit la réponse, il n'avait sûrement pas besoin de faire son numéro de riche extravagant.
Allic emprunta les escaliers, euphorique, encore sous l'effet de l'herbe conjugué à celui du chocolat de son dessert. Si Callahan lui racontait une énormité, il doutait de pouvoir retenir son rire. Déjà, quand il s'était éloigné, tout fier, sur son poney, il avait eut du mal…

Hésitant, Allic retrouva la porte des vestiaires et la poussa en se demandant ce qui l'attendait. Et immédiatement, il se retrouva face à Callahan. A part une serviette nouée autour de sa taille, il était nu. L'homme haussa les sourcils de surprise.

« Oh ! Là, je me demande vraiment ce que vous avez prévu pour me détendre. »

Bien sûr, il ne pouvait pas s'empêcher de penser à quelque chose de lubrique. C'était si facile avec un tel visage en face de soi.
Allic jeta un coup d’œil à la ronde, cherchant autre chose, un indice. Il doutait franchement que Callahan se contente de quelque chose d'aussi peu « créatif ». En plus, il n'avait pas pris son maillot de bain, contrairement à Kalem, d'après ce qu'il pouvait apercevoir sous la serviette. Il ne s'embarrassait jamais de ça, une serviette suffisait bien. Oui, il aimait être à poil, oui.

« Le port du maillot est obligatoire pour ce qu'on va faire ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi   Lun 23 Nov - 22:09

Il avait eu le temps de se faire peur tout seul, en s'imaginant des scénarii tordus. Allic aurait pu appeler la police pour le dénoncer et on serait venu le chercher et récupérer ce qu'il avait apporté. Ca aurait été la catastrophe pour lui, il aurait été fini. Mais à son grand soulagement, l'homme qui entra était seul. Le vampire ne put s'empêcher de sourire tandis qu'il sentait le regard de Beackerman se promener sur son corps. Il était presque soulagé qu'il soit là, presque heureux. La remarque qu'il fit l'amusa et il se leva.

« J'ai envie d'aller dans le jacuzzi, ce n'est en aucun cas pour vous. Mais profitez donc, vous êtes un privilégié. »

Il se dirigea vers la porte du vestiaire pour se rendre sur le toit, là où se trouvait le jacuzzi, avec ce qui ressemblait à une grande trousse de maquillage dans la main. Il posa la main sur la porte et le regarda.

« Et le port du maillot de bain n'est pas obligatoire. Je ne voulais juste pas vous choquer, mais si vous aimez la nudité alors nous nous sommes enfin trouvé un point commun. »

C'est vrai, Kalem passait tout son temps dans son appartement à poil. Il aimait beaucoup être nu, ne rien porter, c'était très agréable. Il sortit finalement des vestiaires et prit l'escalier qui menait au toit pour se diriger vers le grand jacuzzi qui pouvait accueillir huit personnes. Un employé avait eu la sage idée de le mettre en marche et de laisser une bouteille de champagne et deux coupes sur le bord avant de disparaître. C'était parfait. Le vampire laissa glisser sa serviette au sol et son shorty de bain suivit peu après. Il entra ensuite dans l'eau chaude et laissa échapper un soupire d'aise. Renversant la tête en arrière, il ferma les yeux et attendit calmement que Beackerman se décide à le rejoindre. L'eau était claire et, malgré les remous, on pouvait absolument tout voir. Il n'avait pas à avoir honte de lui, au contraire, Kalem avait aussi été gâté du côté intime. Ses partenaires sexuels lui avaient déjà fait remarquer qu'il était bien membré. Il repensa aux quelques fans sur un groupe d'un réseau social qui avaient essayé de calculer la taille de son entrejambe à l'aide de ses mensurations. En essayant de calculer le tout à partir de la taille de son nez ou de l'écart entre son pouce et son majeur. Évidemment, il y avait un peu de tout. Mais en général, elles le surestimaient, exagéraient gravement les proportions. Le commentaire qu'avait fait Alexandre – qui stalkait toutes les idoles de la mode sur les réseaux sociaux – sur un ensemble de calculs basé sur une seule photo de lui qui avait trouvé un résultat supérieur à vingt cinq lui revint en mémoire et il esquissa un sourire. Bien sûr que c'était ridicule, à ce stade là ça aurait été handicapant même. Des bruits de pas le sortirent de ses pensées et il releva légèrement la tête pour regarder Allic venir vers lui.

« Vous en avez mis du temps, vous avez peur que je vous morde ? »

C'était assez étrange quand même. Il n'aurait jamais cru qu'il se retrouverait un jour à poil à moins de deux mètres de cet homme en particulier. Et surtout pas aussi rapidement. Il sortit une main de l'eau pour la mettre en visière contre son front afin de bien regarder Beackerman. Le temps était plus que clément. Il n'y avait aucun nuage à l'horizon, il faisait une chaleur presque cuisante mais heureusement, une légère brise les rafraîchissait. Allic semblait prendre soin de son bronzage et il se surprit à se demander si sa couleur était parfaitement uniforme. Il posa son bras libre sur le bord et ramena un genoux près de son torse en observant le corps de Beackerman en détails.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi   Mar 24 Nov - 15:09

L
e jacuzzi. Allic en aurait presque rougi, ça devenait vraiment suspect comme invitation. Il n'avait pas pour habitude d'aller si vite en besogne, il manquait une petite danse, corps contre corps. Ou une situation à risque pour faire monter l'adrénaline. Il se dit que Kalem avait toujours l'air de le prendre de haut et c'était possiblement parce qu'il le trouvait inadapté au monde du glamour et des paillettes. Mais Allic n'était pas mieux. Il ne s'entendait jamais sur le long terme avec quelqu'un de complètement honnête. Ce n'était pas faute d'avoir essayé. Alors Callahan… Il organisait des galas de charité et semblait aussi pur que le laissait entendre son teint sans défaut.
Puisqu'il était « un privilégié », Allic profita de sa « chance » et prit le temps d'admirer le corps de Callahan. On aurait dit qu'il était entretenu au centimètre près. Incroyable. S'il avait été un vampire, Allic aurait pu le comprendre, mais… Oh ! … Nooon ! Il était juste terriblement maniaque, en plus d'avoir un physique chanceux.

Monsieur Parfait se dirigea vers la porte menant au toit et se retourna vers Allic avant de l'ouvrir. Celui-ci éclata de rire, son pétard aidant. Lui, choqué de voir un autre homme nu ?

« J'ai vingt sept ans, j'ai passé l'âge d'être choqué à la vision d'un phallus, à moins que vous ayez quelque chose d'une forme bizarre ou à pois jaunes. »

La dernière remarque de Callahan ne lui échappa pas. Ainsi, il aimait la nudité. Lui aussi. Oui, Allic  aimait bien ne pas être très habillé, mais c'était facilement compréhensible. Déjà parce qu'il faisait chaud à Modernis State. Ensuite parce que dans le cadre de son job (ses jobs) il devait très souvent porter un costume étouffant. Pour finir, il était obligé d'avoir des aptitudes physiques qui lui avaient taillé un super corps, c'était dommage de ne pas en faire profiter les autres.
Est-ce que Callahan voulait vraiment coucher avec lui dans un jacuzzi ? Etant donné son état d'esprit actuel, Allic n'allait pas dire « non ». Il était venu ici pour se détendre après tout.

Callahan partit sans l'attendre et Allic le suivit, retenant la porte par la poignée avant qu'elle ne claque. Il leva la tête vers un écriteau qui demandait de porter un maillot de bain et de quitter ses chaussures avant de pénétrer cette zone du spa. L'homme eut une seconde d'hésitation, puis haussa les épaules. Il était un criminel. Il se foutait des règlements qui n'étaient pas les siens.
Quand il arriva sur le toit, Allic apprécia la chaleur prodiguée par le soleil. En entendant Callahan, il posa son regard sur lui. Mais il l'avait tout juste suivi ! Kalem était vraiment névrosé à ce point là ? Il décida de prendre la remarque avec légèreté.

« Peut-être bien, il paraît que j'ai bon goût. »

Le matin, il s'était tartiné le corps de son lait préféré : senteur chocolat. Ca et le temps avaient dû fortement atténuer l'odeur de « clochard » qu'il avait eue sur lui après avoir fumé dans les bois. Le tabac aussi, ça devait pas mal aider. Callahan serait content.

Il remarqua la présence du champagne et des deux verres, et le visage d'Allic se fendit d'un large sourire. Ce bain s'annonçait très bien.
Il retira ses vêtements en commençant par le haut et en terminant par son slip, super confortable, le dernier cri en la matière. Il était content d'avoir privilégié les bains de soleil à poil dans son jardin au lieu de la baignade dans sa piscine ces derniers temps. Il n'aurait pas de marque disgracieuse à présenter au mannequin.
Il se glissa dans l'eau avec un soupir de contentement et ferma les yeux en s'adossant au bord. Il se trouvait en face de Callahan, à portée du champagne. S'il voulait l'obliger à faire quelque chose, se serait très facile, avec toute cette eau. Il lui suffirait de tendre une jambe pour entrer en contact avec lui.
Tandis que les bulles faisaient leur office, il se dit qu'il devrait faire installer un jacuzzi chez lui. C'était vraiment bien. Même s'il aurait rarement le temps d'y aller.
Quand Allic rouvrit les yeux, il ne put faire autrement que voir l'intégralité de Callahan, aucun pois jaune ou forme bizarre en vue. Et bien… Il était vraiment impeccable jusqu'au moindre détail. S'il n'avait pas été autant gâté par la nature, Allic n'avait pas de quoi avoir honte.
Il montra l'alcool d'un geste bref du menton.

« Alors c'était ça votre plan ? Me faire boire dans un bon bain chaud ? Ca va me soûler très vite tout ça, voir m'endormir. Et ensuite ? Vous allez prendre des photos de moi compromettantes ? Même si je ne vois pas bien à quoi ça pourrait vous avancer. … Bon, on l'ouvre cette bouteille ? Faudrait pas qu'elle se réchauffe. »

Le soleil tapait dur, il était à son zénith. Et l'alcool chaud, ce n'était pas ce qu'il y avait de meilleur.

La vérité vraie


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi   Mar 24 Nov - 18:56

Allic était plutôt bel homme, en tout cas bien plus beau que ce à quoi il s'attendait. Si on lui avait demandé de l'imaginer nu, il l'aurait pensé avec un peu de gras au niveau du ventre et avec des vergetures au niveau des cuisses. Oui, il voyait bien Allic être un ex-obèse un peu rageux. Qui en voulait à tout le monde d'avoir été laid et boutonneux pendant si longtemps et qui avait enfin prit sa revanche en devant un très bel homme. Et il ne l'aurait pas imaginé non plus avec un aussi bel instrument, ni avec un bronzage parfait. Donc il était vraiment du genre à se faire bronzer nu au bord de son immense piscine ? C'était parfait. Si il ne l'avait pas autant exécré, ils auraient pu devenir de bons amis. Passer leur temps à se torcher au bord d'une piscine sous le soleil impitoyable de Modernis, ou sortir ensemble faire les boutiques et étaler leur richesse aux yeux de tous. Mais ça n'arriverait pas.

Beackerman sembla déçu en apercevant la bouteille de champagne et fit un commentaire. Il avait raison sur un point, l'alcool chaud n'était jamais très bon. Le vampire se décala pour récupérer la grande trousse qu'il avait apporté. Il l'ouvrit et en sortit une bouteille contenant un liquide dont la couleur se rapprochait de la myrtille. Un mauve sombre avec des reflets rouges au soleil.

« Oh non, je voulais vous faire découvrir ceci. »

La bouteille était en verre avec un petit bouchon en liège qu'il retira en se rapprochant de l'autre homme. Pour le rassurer, il en avala lui même une bonne gorgée avant de lui tendre. Un mélange de sang, de vodka, de crème de myrtille avec en prime la poudre qu'il avait récupéré après avoir ouvert une petite capsule contenant une drogue que son frère avait tenu à lui faire consommer pour qu'il apprenne à ''se détendre''. Il ignorait comme ça s'appelait, il n'en consommait pour ainsi dire jamais. Le goût puissant de la vodka masquait totalement le goût de son sang, c'était incroyable.

« Je vous en prie, buvez tout. Vous tiendrez bien mieux que moi, je n'ai pas l'habitude de ce genre de chose. » il esquissa un sourire et retourna s'asseoir en face d'Allic « Vous m'en direz des nouvelles. J'ai hâte de prendre des photos compromettantes de votre bronzage impeccable avec mon appareil photo invisible. »

Et on le disait parano et névrosé ? Beackerman avait l'air déjà légèrement entamé par le pétard qu'il avait fumé un peu plus tôt. Ce qui lui faciliterait la tâche. Il avait hâte de voir les effets provoqués par l'ingestion d'une aussi grande quantité de son sang. D'habitude les gens ne consommait que quelques gouttes au final, pourtant l'effet était là. Là, il s'était retiré pratiquement quinze centilitres. Heureusement qu'il s'était nourri hier soir, sinon il n'aurait pas pu. Par contre, en se rapprochant de l'homme, il avait senti une odeur très désagréable sur la peau de Beackerman. Encore pire que l'herbe, ce type se lavait avec un gel douche parfum chocolat. Il n'avait vraiment aucun respect pour qui que ce soit.

Kalem s'empara de la bouteille de champagne qu'il entreprit d'ouvrir et le bouchon sauta pour atterrir un peu plus loin ... juste dans la piscine. Il remplit leurs deux coupes avant de reposer la bouteille et s'approcha de nouveau d'Allic, évitant de respirer pour s'épargner l'odeur corporel de l'humain. Il se tint à genoux entre les jambes de l'autre homme et esquissa un sourire.

« Vous voulez peut-être que je vous la tienne, Allic ? »

Bien entendu, il parlait de la bouteille. Il l'aurait volontiers fait boire lui même jusqu'à la dernière goutte. Il serait peut-être temps qu'il se calme sur le double-sens, il ne fallait pas que Beackerman se fasse trop d'espoir, tout de même !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi   Mer 25 Nov - 14:33

A
llic serait bien resté là toute la journée, à profiter du soleil, de l'eau chaude et des bulles. Il ne craignait pas les coups de soleil (quel Modernis digne de ce nom le craindrait?) et avait hâte d'entamer l'alcool. Une après-midi de détente totale en compagnie d'un type qu'il n'aimait pas des masses, mais qui était loin d'être dangereux. Quand il rentrerait, il éviterait bien entendu d'en parler à Tony. Ils venaient tout juste de se réconcilier, entamer une nouvelle dispute était la dernière chose qu'il voulait.

Les plans de Callahan différaient avec ce qu'avait pensé Allic. Il voulait lui faire découvrir quelque chose. D'ailleurs, se souvint l'homme, c'était ce qu'il lui avait dit au départ. D'une grande trousse, Callahan sortit une bouteille qui contenait un liquide rouge. Allic ne se posa pas de question : c'était de l'alcool. Il sourit, et plus largement encore quand Kalem lui offrit d'en boire la totalité. Allic se savait capable d'une telle prouesse, à condition qu'ils restent plusieurs heures à se baigner.
Après son aveu – vraiment, quelle nonne – Callahan enchaîna sur une blague qui fit éclater de rire Allic. Oh oui, l'herbe faisait encore effet. Il eut beaucoup de mal à s'arrêter et alors qu'il pensait avoir réussi à se calmer, il vit le bouchon de la bouteille de champagne exécuter un plongeon parfait dans la piscine un peu plus loin. Son hilarité redouble de vivacité et il fut content de ne pas avoir encore la bouteille de Callahan en main, sinon il en aurait sûrement gâché la moitié.

La présence du mannequin entre ses cuisses fléchies le calma aussitôt, remplaçant ses éclats de rire par un simple sourire plein de sous-entendus qu'il ne prononcerait pas. Ce type lui faisait du plat, il n'avait plus aucun doute là-dessus. Enfin, il n'allait pas lui donner satisfaction tout de suite. Il aimait se faire désirer un peu, même complètement high.

« Ca ira, merci, » rétorqua-t-il sur un ton aimable, un sourire levé.

Il s'empara de la cuvée spéciale de Callahan et porta prudemment le goulot à ses lèvres. Il ne fit couler qu'une minuscule gorgée tout d'abord, ne voulant pas avaler un truc dégueulasse bêtement. Mais il s'avéra que c'était si bon qu'il en prit immédiatement un peu plus. Il reposa finalement la bouteille à côté de lui et regarda Kalem droit dans les yeux.

« Même quand vous n'êtes pas vraiment de la partie, vous savez faire plaisir. »

Allic prit une des coupes de champagne et en but un peu. Le liquide piquant se mariait merveilleusement avec l'autre.

« Comment ça s'appelle au juste ? » lança-t-il avec un regard pour la bouteille rouge.

Une fois sa curiosité satisfaite, il se redressa un peu, rapprochant son corps de Callahan. Puis, il fit sciemment couler le reste de sa coupe dans l'eau.

« J'ai toujours voulu prendre un bain de champagne. Au fait, on pourrait peut-être s'appeler par nos prénoms, huh ? Kalem, c'est ça ? »

Il résista à l'envie de lui lancer une pique, juste pour le plaisir. De toute façon, il n'avait vraiment pas envie de le blesser, ou même de juste risquer de le blesser avec un trait d'humour. Il se sentait bien, terriblement bien et ne voulait pas gâcher cet instant. Sa tête le tournait un peu, ça devait être l'effet combiné de l'alcool et de la chaleur. Rien de bien grave.
Un son de guitare sèche jaillit de son tas de vêtements. Quelqu'un l'appelait. Il s'en foutait.

« Ignore ça. Ils peuvent bien se passer de moi quelques heures. »

Leurs visages étaient tout prêts maintenant. Il pouvait aller plus loin mais… Ce serait trop facile. Allic se recula soudainement, s'affaissant de nouveau contre le bord du jacuzzi, un sourire malicieux sur le visage. Il tourna la tête pour ne pas louper la bouteille qui lui était réservée et en prit encore un peu. Il ne fallait qu'il boive tout d'un coup, c'était impoli et dangereux. Mais la modération était si difficile. Néanmoins, il parvint à ne pas déjà vider la moitié de la bouteille et la reposa sagement. Pendant combien de temps encore allait-il la laisser tranquille, il ne le savait pas.

« Au fait, reprit-il, comment vous vous débrouillez pour être aussi pâle ? On dirait presque… Un vampire. Et encore, j'en ai vu des plus bronzés. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi   Mar 1 Déc - 18:29

À son grand étonnement, Allic n'hésita pas à goûter ce qu'il lui avait offert. Il aurait très bien pu se méfier, mais il avait bu lui aussi, après tout. Il ignorait si son sang, la drogue et l'alcool faisaient très vite effet ou si il avait pris un coup de chaud, mais Beackerman lui fit même un compliment, ce qui arracha un sourire satisfait au vampire. Il était temps qu'il se rende compte de ça ! Il en avait presque des papillons dans le ventre tant il était heureux de lui arracher enfin un commentaire positif. Allic en vint à lui demander comment s'appelait l'alcool et le jeune homme haussa les épaules.

« Ce n'est qu'un petit mélange maison, vous n'avez qu'à appeler ça du Kalem, si ça vous fait plaisir. »



Il vit ensuite son interlocuteur prendre la coupe de champagne qui lui était destiné et se rapprocher dangereusement de lui. Kalem voulu reculer mais étant déjà adossé contre la paroi, il ne put que se contenter de le fixer avec un sourire en coin qui se voulait plein d'assurance. Et en plus, Beackerman voulait qu'ils s'appellent par leurs prénoms. Oh, c'était plutôt bon signe ça. Ça voulait dire qu'il commençait à l'apprécier. Il ouvrit la bouche pour lui répondre – et en profiter pour lui proposer de faire remplir la piscine de champagne – mais la sonnerie d'un téléphone le coupa net et il soupira, ne masquant pas son agacement. Ce maudit téléphone. Si il en avait l'occasion, il le broirait entre ses doigts. Heureusement, Allic ne semblait pas avoir envie de sortir de la bulle dans laquelle ils étaient tous les deux.

« Vous m'accordez quelques heures ? Je suis flatté. »

Il doutait qu'Allic soit du genre à offrir de son temps à quelqu'un qui ne le méritait pas à ses yeux. Il avait été tenté de lui arracher un baiser, mais quelque chose dans le souffle de l'homme l'avait refroidit aussi rapidement que de la glace pilée dans son boxer. Ce type avait mangé du chocolat... Est-ce qu'il le faisait exprès ou était-il juste un fana de cette abomination ? Dans les deux cas, c'était rédhibitoire. Il n'eut pas à le repousser ni à tourner la tête pour éviter un cours de bouche à bouche puisque l'homme s'écarta de lui-même et retourna s’asseoir à sa place. Ils restaient très près, Kalem avait juste à tendre la jambe pour le toucher, si il le voulait. Il le regarda avaler encore quelques gorgées du cocktail rouge et sourit un peu plus à sa question. Il ferma les yeux et appuya sa tête contre la paroie du jaccuzzi.

« J'en suis peut-être un, ça vous dérangerait ? »

En temps normal, il n'aurait jamais pris le risque de dire ça. Mais il se sentait vraiment bien ici, avec Allic. D'ailleurs, ça faisait très longtemps qu'il n'avait pas éprouvé un tel sentiment de sérénité et de repos. Merde, il n'aurait même pas dû boire une gorgée de cet alcool, il ne devait pas se laisser aller autant. Il passa une main trempée dans ses cheveux pour les ramener en arrière et soupira doucement.

« Je fais juste très attention à ne pas trop m'exposer, sauf aujourd'hui évidemment. Et vous savez il y a d'excellents produits qui permettent de blanchir la peau, Whitening. Mais je doute que ça vous intéresse. » Il marqua une pause de quelques secondes, profitant de l'effet agréable du bain à bulles avant de reprendre « Et mes parents sont pâles de peau, j'imagine que ça doit jouer. »

Il rouvrit les yeux pour le regarder. Il voyait bien Allic faire de la pub pour des lunettes de soleil.

« Mais parlons de vous. Je ne sais presque rien sur vous, à part le fait que vous êtes le PDG d'AB Corp, que vous collectionnez les belles voitures et que vous entretenez votre bronzage impeccable. »

Pour les voitures, il avait tout simplement fait une recherche sur le net. Cet homme devait avoir au moins dix voitures, sinon plus. C'était impressionnant, si on aimait ça. Kalem n'était pas un très grand fan, d’ailleurs il n'en avait que deux. Il était plutôt le genre d'homme à collectionner les bouteilles de parfum et les bijoux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi   Jeu 3 Déc - 15:19

L
a température était parfaitement idéale pour passer la journée à ne rien faire. Allic avait envie de fermer les yeux et se laisser aller au sommeil, de laisser Kalem jouer avec lui autant qu'il le voudrait, du moment qu'il pouvait rester dans sa nonchalance. Si seulement être le Big Boss des Beackerman incluait ce genre d'agréments. Malheureusement, ce n'était qu'un lot de responsabilités sous couverts de privilèges. Enfin, il n'allait pas se plaindre, il pouvait s'acheter tout ce qu'il voulait et utiliser son pouvoir pour prendre soin de son ego.

« Oui, quelques heures. Je ne vais pas cracher dans le jacuzzi, c'est pas mon genre. »

Il aurait pu l'avoir quand il le voulait, mais il y avait une différence entre entreprendre de perdre du temps et chopper l'opportunité de le faire grâce à quelqu'un d'autre. Dans le cas de la deuxième option, on cédait beaucoup plus facilement et avec beaucoup moins de scrupules. Il ne s'agissait que d'interaction sociale, ce n'était pas une question de plaisir personnel. Et les interactions sociales c'était important, vital même. Bien qu'il n'irait avouer à personne, et surtout pas à Tony, qu'il avait passé l'après-midi en compagnie de Kalem Callahan.
Ce dernier s'éloigna de lui pour retrouver sa place originale et Allic le regarda faire avec une pointe de regret. Il avait osé espérer que Callahan profiterait de la situation. Peut-être qu'il était plus timide qu'il n'en avait l'air, ça expliquerait son comportement à la soirée.
Quand Kalem avança l'hypothèse qu'il pourrait bien être un vampire, l'intérêt d'Allic à son égard se renforça. D'une voix un peu rauque, il lui répondit :

« En fait, je m'en fous assez. Je trouve ça même plutôt sexy. »

Il avala une autre gorgée du « Kalem », un nom qui lui allait bien, décida-t-il. Il ne savait pas trop comment, mais il avait la conviction que cet alcool ressemblait à Callahan, quelque part. Ou alors, il était juste trop bourré et faisait des liens aussi hasardeux que foireux.

Finalement, la vérité s'avéra assez décevante. Kalem n'était pas un vampire, il était juste pâle. Ca devait arriver, supposa Allic. Même s'il ne comprenait pas la raison qui avait poussé quelqu'un du show business à éviter la bronzette.

« C'est juste, ça ne m'intéresse pas. On est à Modernis, c'est plus facile d'entretenir un teint halé et ça évite les gens de vous confondre avec des suceurs de sang, même s'ils sont sexy. Enfin, si t'as pas peur de te faire embrocher... »

De sa main libre il mima quelqu'un poignardant Kalem dans le dos. Il s'arrêta quand il se rendit compte que ça évoquait plutôt autre chose, puis repartit dans un éclat de rire. Il étouffa les restes persistants de son hilarité avec deux bonnes gorgées de Kalem, qui lui secouèrent assez la gorge pour l'arrêter.
La conversation glissa ensuite sur un autre terrain. Lui ? Allic ? C'était à son tour de se sentir flatté. Dire que pas plus d'une semaine plus tôt, il s'était invité de force à la réception de Callahan. Aujourd'hui, ils partageaient un jacuzzi alcoolisé. Ouais, il pouvait être fier de ses compétences sociales.
Avec un sourire en coin, il répondit :

« C'est à peu près tout ce qu'il y a savoir sur moi. J'aime aussi le rock n' roll et les vieux films de mafieux. Ce monde a l'air vraiment violent, mais sympa. Enfin, dans la fiction. Je n'irai pas me frotter à ces types dans la réalité. »

Ouais, les films étaient vraiment très éloignés de la vérité.

« Oh, bien sûr… J'éprouve aussi une certaine attirance pour les vampires. Enfin, c'est un secret, alors ne vas pas le répéter. J'te fais confiance. Si ça se savait, on s'imaginerait les pires choses sur moi. »

Dans le contexte viral actuel, on était prêt à pointer du doigt n'importe qui. Et tout le monde savait que l'Infection visait en premier les vampires. On aurait vite fait de lui trouver une bonne raison d'être atteint. Pourtant, il n'entretenait pas des liens si étroits avec les vampires, sinon il aurait déjà accompli son rêve de coucher avec.

Il pencha la tête en arrière pour avaler une autre lampée de Kalem, mais il constata avec tristesse qu'il ne restait plus que quelques gouttes. Il abaissa son bras et contempla la bouteille, profondément désolé pour lui-même.

« Oh, y'en a plus… Pardon, j'ai tout sifflé. »

Il rit encore un peu, même pas honteux de sa conduite, et reposa la bouteille vide à côté du jacuzzi. Il lorgna sur le champagne, déçu qu'il ne reste plus que ça pour le reste de l'après-midi. Enfin, s'il continuait à ce rythme, il allait finir par se noyer.
Son téléphone sonna une nouvelle fois et il hésita à le prendre pour le noyer dans la piscine. Au lieu de ça, il s'excusa rapidement et se leva pour rejoindre son tas de vêtements, se fichant pas mal d'exposer ainsi sa nudité. Il fouilla ses poches pour trouver l'objet qui vibrait et sonnait avec insistance, affichant le nom de Mouloud sur son écran. Sans prendre la peine de refuser l'appel, il éteignit le portable et rejoignit le jacuzzi d'un pas peu assuré. Il se glissa dans l'eau avec un soupir de bien-être et s'aperçut qu'il était un peu plus près de Kalem. Un peu plus près du champagne aussi.

« Je viens d'avoir une idée… On devrait faire un partenariat. Mes actionnaires sont toujours en train de me prendre le chou pour que je fasse une collection plus innovante. C'est facile de faire des vêtements avec des bijoux, si c'était tes bijoux, ce serait encore mieux. Les clients les plus riches se les arracheraient. »

Allic ne savait pas si Kalem avait besoin de ça, mais après le scandale du gala, ça ne pouvait pas lui faire de mal. Et puis, c'était une bonne occasion de se revoir sans éveiller les soupçons de Tony.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi   Dim 6 Déc - 14:42

Contrairement aux autres personnes ayant assisté à son gala, il n'avait pas été certain de ce que Beackerman pensait des gens de sa race. Mais après cette réponse, il était sûr et certain qu'il avait une attirance pour les vampires. Le ton qu'il avait pris l'avait même fait frissonner. Ce n'était pas désagréable de découvrir une nouvelle facette d'Allic, et d'y trouver un partenaire sexuel potentiel, surtout si il avait une voix aussi rauque en pleine action... Mais à quoi est-ce qu'il pensait ? Il aurait besoin de faire tremper cet humain dans une piscine de porto pendant au moins vingt-quatre heures avant de le toucher. Il effaça ses pensées obscènes avec une longue rasade de champagne et il remplit leurs coupes – en espérant que cette fois-ci Beackerman n'allait pas vider la sienne dans l'eau. Son compagnon de jacuzzi terminait d'ailleurs la bouteille de Kalem tandis que lui les resservait en bulles lorsqu'il posa les yeux sur le contenant vide, il ne cacha pas sa surprise. Avait-il la descente facile ou était-ce à cause de son sang ? Dans tous les cas, Allic venait de vider un demi-litre de vodka et trente centilitres de son sang en moins d'une heure, il ne devait plus être très sobre. Preuve étant avec sa confidence sur les vampires et sa blague presque salace. À moins qu'il ne soit un excellent comédien.

Kalem profita du spectacle et de la vision qui lui était offerte quand il se leva pour aller éteindre son téléphone. Même si il ne pouvait s'empêcher de sentir une pointe d'inquiétude. Il n'avait franchement pas envie que quelqu'un d'autre – surtout un proche de Beackerman – ne débarque sur le toit pour venir interrompre leur discussion. Ce n'était pas aujourd'hui qu'il pourrait se laisser aller et se torcher sans se soucier de quoi que ce soit, tant pis. Il trempa ses lèvres dans le champagne encore frais et s'apprêtait à en prendre une gorgée mais s'interrompit quand Allic lui fit une proposition qu'il pourrait difficilement refuser. Il se sentait d'ailleurs étonnement fier qu'il lui propose ça, à lui. Le jeune homme sourit, et le regarda dans les yeux.

« Vous êtes sérieux, Allic ? Ou vous me proposez ça parce-que vous êtes ivre ? » Il secoua doucement la tête, l'air un peu gêné. « C'est juste que j'étais persuadé que vous me détestiez, alors ça me paraît un peu gros pour être vrai. »

Mépriser était un terme plus correct, Beackerman avait eu l'air hautain pendant tout le gala, comme si le vampire avait quelque chose à lui prouver tant qu'il lui avait fait grâce de sa présence. Il planta de nouveau son regard ambré dans le sien, réfléchissant. Si Allic souhaitait vraiment un partenariat avec lui, il avait déjà de nombreuses idées. Il avait déjà songé à faire quelques broches pour des vestes et des robes. Travailler avec ABCorps lui assurait de faire connaître un peu plus sa marque. Et ça apporterait une touche d'originalité à ses vêtements. Au final, ils y gagneraient tous les deux.

« Bien sûr, si vous y songez vraiment j'en serai ravi. Je vous donnerai mon numéro de téléphone quand... nous aurons terminé la bouteille de champagne. »

Qui était déjà à moitié vide, ou à moitié pleine si on était optimiste. Il aurait bien aimé demander à ce qu'on lui en apporte une autre, mais il n'avait pas envie de se justifier quant au fait qu'ils soient tous les deux à poils et à moitié ivres. Il lui tendit sa coupe de nouveau pleine et se décala légèrement vers Allic, pour profiter des remous à l'effet relaxant. C'était vraiment bon, et ça dénouait ses muscles. Il pouvait sentir l'odeur - un peu plus discrète à présent - de l'humain à ses côtés, sucrée. Cet homme avait dû être un carré de chocolat dans une autre vie. Il était presque sûr que même son sang devait avoir un goût sucré.

« Vous êtes sûr que ce n'était pas important ? J'apprécie notre conversation mais je n'aimerais pas voir débarquer tous vos proches ici ou une personne à qui vous auriez promis un contrat qui serait trop impatiente de signer un bout de papier. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi   Lun 14 Déc - 11:19

L
a chaleur et l'alcool lui étaient sûrement montés à la tête, comme le suggérait Kalem. Un partenariat avec le jeune créateur, c'était peut-être un peu trop fou pour lui. Bien sûr, le vice-président de l'entreprise et les investisseurs se montreraient certainement ravis mais… Du côté de son autre vie, ça serait sans doute plus délicat. Allic avait déjà l'estomac un peu noué à l'idée de trahir ainsi Tony. Mais quand il regardait Kalem, il lui était impossible de se méfier de lui. Ce type n'était pas ce qu'il s'était imaginé au départ. Il n'était pas si arrogant et manipulateur finalement. De toute façon, il ne pouvait pas lui faire grand-chose. Okay, il avait des relations qui lui permettaient d'embaucher des vampires à la sécurité de ses galas, mais ça s'arrêtait là. Et puis, Allic aussi avait des relations. Beaucoup plus certainement. S'il y allait sérieusement, Kalem ne ferait pas long feu. Juste dans l'immédiat, s'il le voulait, il pourrait le tuer d'au moins trois façons différentes. Il était même certain de pouvoir en trouver plus et de plus amusantes, mais il n'avait aucune envie d'y réfléchir. De toute façon, il ne « voulait » pas tuer Kalem.

« Je ne te déteste pas ! répliqua Allic avec un petit rire moqueur. Je te trouvais juste… Je ne sais pas… Disons que je n'avais pas apprécié d'être évincé de la fête où tout le beau monde était invité. Mais je ne peux plus t'en vouloir, tu ne peux pas connaître toutes les personnes à inviter alors que tu débarques dans le business à grande échelle. »

Il marqua une petite pause, juste le temps pour lui d'apprécier les bulles qui lui chatouillaient le bas des reins. Il lorgna un peu sur la coupe de champagne qui lui était destinée, mais décida d'attendre un peu que le goût du « Kalem » quitte ses papilles, histoire d'en profiter un peu plus longtemps.

« Indéniablement, contrairement à ce que je croyais, tu ne t'es pas hissé au sommet de la pyramide de popularité Modernis en suçant des bites, ou pas uniquement, alors je ne vois pas pourquoi je ne profiterais pas de ton talent. J'ai une entreprise à gérer aussi, après tout. »

Kalem donna finalement son accord. Voilà qui était bienvenu ! Allic sourit largement et tendit la main pour prendre sa coupe de champagne. C'était proposé si gentiment, il ne pouvait pas refuser une telle offre.
La coupe à ses lèvres, il écouta le jeune homme s'inquiéter au sujet des coups de téléphone répétés. D'ordinaire, Allic passait beaucoup de temps sur son appareil, mais pas tant que ça. Il était étonnamment récurrent qu'on veuille le déranger quand il parlait avec Kalem. S'il s'agissait en plus de Tony… A tout les coups, il avait demandé à Mouloud de l'appeler parce qu'il ne savait plus où étaient les pop-corn à éclater au four à micro-ondes. Ou quelque chose du genre.
Il prit tout de même le temps de la réflexion. Quelqu'un à qui il avait promis un contrat ? Non, il n'avait rien de ce genre de prévu, même pas au sein de la mafia. Finalement, il secoua la tête.

« C'est sûrement rien. De toute façon, d'ici à ce qu'ils nous trouvent, nous aurons fini. »

Oui, il avait dit à ses amis qu'il allait au club, mais le club était grand et à une demi-heure de route de la villa. En fait, il était même à une heure, considérant le trafic actuel et que lui-même conduisait plus vite que ne l'autorisait la loi.
Il pencha la tête pour avaler les trois-quarts de sa coupe et remarqua que Kalem était plus proche de lui. Il sourit doucement. Clairement, ce type était timide mais n'avait qu'une idée en tête. Sinon, il ne l'aurait jamais invité à prendre un bain nu avec lui. C'était flatteur pour quelqu'un qui se souciait autant de son apparence et de son âge qu'Allic.
Le regard ardant, l'homme se tourna légèrement vers Kalem, l'étudiant brièvement. Il semblait jeune, mais il devait largement avoir la maturité nécessaire à ce genre de choses. Ouais, ils ne devaient pas avoir un si grand écart d'âge, même si le jeune créateur semblait tout juste sortir du lycée.

« Si tu veux quelque chose, autre chose qu'un contrat, pas la peine d'être timide, tu sais. Je suis très ouvert. »

Maintenant qu'il le regardait de plus près, Allic se fit la réflexion que Kalem ressemblait vraiment à un vampire. Plus qu'aux quelques vampires qu'il avait déjà croisé d'ailleurs. Il était presque trop parfait. Ouais, c'était trop évident pour qu'il en soit vraiment un.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi   Mer 20 Jan - 16:52

Allic en vint à justifier son comportement au gala en excusant même le vampire de ne pas l'avoir invité. Le jeune homme le regarder parler avec un léger sourire aux lèvres, presque touché par ce qu'il disait. En fait, il trouvait ça adorable. Il lui aurait presque accordé un baiser au coin des lèvres. Heureusement, son interlocuteur se chargea lui même de faire disparaître cette idée, en continuant tout simplement de parler. Il n'était vraiment pas capable de faire un compliment correct. Non, en effet, il n'avait sucé personne pour en arriver là où il était. Mais il était parti avec l'avantage d'être déjà riche. Enfin, ça, beaucoup commençaient déjà avec et restaient minables, comme Nicole.

Finalement, Allic avait l'air sérieux en parlant d'un partenariat entre eux, et le vampire ne pouvait qu'être ravi. Il dût se forcer à sourire lorsqu'il évoqua les appels incessants sur son téléphone. Et il priait silencieusement à quiconque voulait bien l'entendre que personne ne débarque. Il n'avait vraiment pas envie de se justifier en étant nu comme un ver. Il ne dit rien et avala une énième gorgée de champagne avant de constater qu'Allic était proche, très proche. Et qu'en plus de ça, son regard laissait deviner à ce qu'il pensait. Lorsque leurs visages se retrouvèrent à une certaine proximité, il ne put s'empêcher d'avoir un léger mouvement de recule, si il l'avait pu il se serait fondu dans la paroi du jacuzzi. Il n'était pas sûr de savoir exactement ce qu'il voulait, par contre Allic...

« Je... Juste après avoir conclu un accord, ça me paraît un peu déplacé. Même si au départ nous n'étions pas partis pour parler business. »

Il déglutit et détourna le regard, même si il était difficile de voir autre chose que l'homme presque collé à lui. Il valait peut-être mieux jouer la carte de la timidité, pour le moment. Même si il ne cracherait pas sur Allic dans l'instant, il avait bien envie de voir la dépendance s'installer chez lui et s'occuper de lui après ça. Si il lui sautait dessus maintenant et en profitait pour lui faire boire son sang, non seulement il passerait pour un homme aux délires sado-maso, mais ça élèverait forcément des soupçons chez Allic. Et, étrangement, il n'avait pas envie d'avoir Allic dans le dos - en tout cas pas comme ça - en entendant parler de lui, il avait toujours le sentiment que ce n'était pas bon d'être dans le camp opposé.

Kalem osa cependant ramener une mèche de cheveux d'Allic derrière son oreille – ça l'agaçait presque – et lui sourit doucement.

« Mais je serais ravi que nous rediscutions de tout ça tous les deux... Autour d'un bon repas, avec une boisson qui n'aurait pas pris un coup de chaud. Je ne voudrais pas que vous me fassiez des promesses en l'air et disparaissiez juste après. »

Bah oui, il n'allait pas offrir son cul ou sa queue à un homme qui pouvait très bien ensuite la lui mettre à l'envers. Même si là, maintenant, c'était tentant. Allic était très chaud, dans tous les sens du terme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi   Dim 24 Jan - 14:32

Q
u'il était… Adorable ! Allic avait l'impression de redécouvrir complètement Kalem. Dire qu'il le croyait froid et doté d'un complexe de supériorité ! A la vérité, il était simplement timide. L'homme se demanda s'il l'avait vraiment déjà fait. Peut-être bien que se baigner nu en sa compagnie était une véritable épreuve et qu'il cachait son malaise derrière une assurance exagérée et feinte. Allic masqua un sourire franc, ne se trahissant que par une remontée brutale d'un coin de sa bouche. Le jeune créateur se collait à la paroi du jacuzzi, comme s'il voulait à tout prix se tenir loin du mafieux, sans toutefois lui faire l'affront de le quitter. Il ne rougissait pas mais ça ne voulait rien dire. Des tas de gens ne rougissaient jamais. D'ailleurs, remarqua soudain Allic, la température de l'eau n'avait eu aucun effet sur sa peau. Elle était juste luisante d'humidité, un peu comme si on y avait appliqué de l'huile de massage. En voilà une idée séduisante, en particulier dans un tel endroit…
Oubliant totalement la raison première de sa réflexion, Allic pensa qu'il pourrait toujours prétexter avoir des dons particuliers pour les massages, ensuite, quand ils seraient seuls et qu'il aurait le corps de Kalem à sa disposition…

Il fut sorti de ses pensées par la main du jeune homme, qui remit méthodiquement en place l'une de ses mèches de cheveux châtain-roux. C'était peine perdue, songea Allic. Dans quelques minutes, elle reviendrait dans son visage. Ses cheveux étaient comme lui, indomptables. Ou plutôt, ils n'en faisaient qu'à leur tête.
Kalem ajouta une justification à son refus de baiser, qui n'avait étonnamment pas refroidi l'homme sur ce sujet. Il était plutôt enjoué à l'idée de séduire quelqu'un. Il fallait dire que sa cible était franchement canon et valait le coup de se donner du mal. Il lui semblait en revanche inconcevable de ne pas le mettre au moins une fois dans son lit. Enfin, façon de parler. Il voulait bien le faire à peu près n'importe où. Il ne tenait même pas particulièrement à son image sur ce plan. Tout le monde savait bien qu'il couchait à droite et à gauche, écumant les boîtes gays et les bars tendances.

« Je comprends, répondit-il sans vraiment réfléchir. Un repas, une bonne bouteille… Pourquoi pas chez moi ? J'ai une cave qui te ferait pâlir d'envie. »

Il se stoppa en fixant le visage de Kalem. S'il était encore plus pâle, il aurait la teinte d'un cadavre. Un très joli cadavre. Et puis, il se souvint qu'il n'était pas capable de cuisiner. Quelle andouille ! Il n'invitait jamais personne à manger chez lui, pas en tête à tête en tout cas, ce n'était pas pour rien ! Allic ne pouvait néanmoins pas retirer son invitation.

« Si ça peut déjà te rassurer, je ne suis pas du genre à faire des promesses en l'air, encore moins à prendre ce qui m'intéresse pour disparaître ensuite. »

Dans la famille, on avait le sens du contrat sur le long terme. Très long même. Toutefois, Allic n'avait pas l'intention de demander Kalem en mariage tout de suite. Il cherchait quelqu'un, vite fait. Disons qu'il pouvait envisager la question s'il arrivait à se trouver un petit ami. Mais comme la plupart des mecs se barraient au petit matin… Ouh, qu'il détestait ça ! A croire que ça n'intéressait personne d'avoir une relation, au moins sur quelques semaines, avec un type riche et beau. Il allait finir par se demander si pendant la nuit il ne disait pas des choses horribles pendant qu'il dormait. Ou alors il ne tombait vraiment que sur des gros connards.
Il reportant son regard sur Kalem. Lui n'était pas un gros connard. Comment aurait-il pu avec un tel visage ?

Tout à ses pensées, Allic n'entendit que trop tard le vrombissement près de son oreille. Il sursauta violemment en sentant la piqûre dans sa nuque et abattit sa main, qui claqua sur sa peau sans atteindre sa cible. Du coin de l’œil, il vit un petit éclair jaune et noir qui filait le plus loin possible du jacuzzi.

« Saletés de guêpes ! Elles viennent toujours me piquer ! »

Il s'aperçut alors que dans son sursaut, il s'était mis debout. Le visage de Kalem était à un niveau assez discutable sur le plan de la bienséance. Oups… Cette piqûre lui avait toutefois fait réaliser quelque chose d'important, comme s'il sortait d'un lit de coton bien épais et un peu trop doux pour être honnête. Il sortit du bain et s'empara d'une serviette, pliée, blanche, douce et chauffée par le soleil. Il l'enroula autour de sa taille, pas d'humeur à parader avec un état d'esprit aussi alarmé. Il récupéra ensuite son téléphone et pressa le petit bouton pour l'allumer. Pendant que l'appareil chargeait, il posa un regard d'excuses sur Kalem. Et ses inquiétudes s'envolèrent. Qu'est-ce qui lui avait pris de quitter le bain comme ça ?
Allic rejoignit le bord du jacuzzi et laissa pendre ses jambes dans l'eau, son téléphone négligemment posé sur la serviette tendue entre ses cuisses. Le soleil lui réchauffait les épaules et séchait ses cheveux. Il était vraiment agréable d'être ici.

« Est-ce qu'il reste un peu de Champagne ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A litlle too Perfect
Messages : 64
Date d'inscription : 16/11/2015
Emploi : PDG, Mannequin et Superstar
Race : Vampire

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personne lambda
Statut marital: Mon cœur est pris
MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi   Ven 29 Jan - 22:41

Kalem ne se marierait jamais avec une femme, c'était une chose dont il était sûr et certain. Les femmes n'étaient pas à son goût, elles réclamaient souvent trop d'attention, trop de protection, en tout cas celles qu'il connaissait. C'était donc une certitude, comme celle qu'il n'aimerait jamais le chocolat. Il y avait certaines choses qui ne pouvaient arriver, et c'était ainsi. Et il pensait qu'il serait impossible pour lui de mettre un jour les pieds dans la demeure de Beackerman. Alors lorsque celui-ci l'invita à venir manger chez lui, le vampire ne pu cacher sa surprise et écarquilla bien grand les yeux. Il se reprit vite et, après une autre promesse de la part de son interlocuteur, son sourire réapparu sur son visage, ravi.

« Oh ce serait avec plaisir ! »

Il devrait penser à prendre son numéro de téléphone, même si il ne doutait pas qu'il pourrait l'obtenir assez facilement.

Kalem fixa Allic, qui était décidément bien plus agréable que ce qu'il aurait cru. Un bruit désagréable le sortit de ses pensées mais il était trop tard lorsqu'il voulu prévenir l'autre homme du « danger » potentiel. Allic réagit vite, mais pas assez. Il allait se redresser pour voir si il s'était fait piquer mais se retrouva nez-à-nez avec... un pénis. Le mannequin s'était levé comme une flèche et lui collait presque son entrejambe au visage. Kalem eut juste le temps de s'écarter légèrement pour ne pas se prendre une gifle et se prit à loucher sur le membre qui lui était presque offert. Il constata que, non seulement Allic n'avait vraiment pas à avoir honte de lui, mais aussi que son bronzage était parfait jusque là. Il était partagé par un sentiment d'admiration et de gène dû à la proximité de l'appendice de l'homme qu'il détestait le plus au monde il y a quelques heures encore. Heureusement, l'humain se décida à sortir du jacuzzi et se saisit de son téléphone après avoir passé une serviette autour de sa taille, laissant Kalem dubitatif et un peu inquiet.

Il se leva et s'approcha d'Allic qui était revenu s'asseoir au bord du jacuzzi.

« Tu n'es pas allergique à ces piqûres j'espère ? »

Il passa sa main glacée contre sa nuque pour dégager ses cheveux et jeta un coup d’œil à la marque rouge sur sa nuque, ça n'avait pas l'air bien grave. Rassuré, il s'écarta et répondit à sa question avec un sourire.


« Un peu, mais je peux aussi faire monter d'autres bouteilles si tu veux. Il y a un interphone juste- »

Kalem ne finit pas sa phrase, il sentit une douleur désagréable et brève sur son bras et claqua sa peau, trop tard. Comment se faisait-il qu'il n'ait pas entendu un insecte bourdonnant aussi près d'eux ? Il chercha la guêpe du regard qui passait de nouveau à l'attaque, à l'épaule cette fois-ci. Le vampire sortit de l'eau comme une flèche et recula pour échapper à son assaillante. Ces sales bêtes... Tous les insectes suceurs de sang adoraient son sang, bien sûr il savait pourquoi. Mais pourquoi devait-il avoir affaire avec eux le jour où il passait du temps avec Beackerman ? Il lança un regard gêné à l'homme.

« Je crois qu'elle m'aime un peu tr- »il essaya de claquer la guêpe qui passait devant son visage et la rata, la honte pour un vampire.

L'insecte s'approchait encore dangereusement de son visage, hors de question qu'on abîme son meilleur outils de travail ! Kalem ne se vit pas reculer de quelques mètres, et ne vit pas non plus le bord de la piscine duquel il tomba misérablement après avoir essayé de s'accrocher à un objet invisible. Son dos claqua contre la surface de l'eau et il se laissa couler quelques secondes, à la fois exaspéré et réconforté. Elle ne pourrait pas le suivre jusque là, cette salope. Il attendit d'avoir touché le fond de la piscine, poussa sur ses pieds et remonta rapidement à la surface. Le mannequin prit une grande goulée d'air tiède et ramena ses cheveux en arrière avant de chercher Allic du regard, clignant des yeux à plusieurs reprises.

« Alors, tu la commandes cette bouteille ? »

Autant passer à autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stylish Boss
Messages : 174
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Ville de résidence : Modernis State
Emploi : Criminel / mannequin
Race : Humain

***
Relation avec les dragons: Étranger au Clan
Indice de badassitude: Personnage mega couillu
Statut marital: Relation libre
MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi   Sam 30 Jan - 13:55

L
a douleur était assez légère pour qu'il puisse l'ignorer et de toute façon, Allic avait l'habitude d'être adoré par les insectes. Sa température corporelle anormalement élevée en faisait une cible de choix. Une fois il avait même retrouvé un petit serpent lové contre son ventre, sous ses draps. La terreur qu'il avait eue en se réveillant ce matin-là… Il n'avait qu'une petite dizaine d'années et n'avait pas eu  beaucoup de contacts avec les animaux en général. Même maintenant, il ne côtoyait que des humains et des vampires. De temps en temps, il donnait des miettes de pain aux oiseaux qui se posaient dans son jardin, mais ça s'arrêtait là. Il devrait peut-être songer à faire un tour à l'animalerie un de ces jours. Apparemment, posséder un animal de compagnie était salvateur quand on avait autant de responsabilités que lui. Mais alors il devrait assigner quelqu'un au titre de nounou de l'animal, parce qu'il n'aurait clairement pas le temps de s'en occuper. Et quel nom lui donner ? S'il était ainsi pour un compagnon à quatre pattes, dans quel état serait-il quand sa femme serait enceinte de leur premier enfant ? Une femme… Oh non, il était plutôt du genre à épouser un homme. Un homme comme Kalem. Quoiqu'avec un peu plus de caractère. … Non, Kalem serait parfait, corrigea une petite voix pleine de remontrances dans sa tête.

Kalem, qui était tout proche maintenant. Il s'inquiétait à son sujet, mais ce n'était jamais qu'une petite piqûre de guêpe, comme il en avait des tas durant sa vie. Des guêpes, des abeilles, des moustiques et d'autres trucs plus discrets qu'il ne voyait jamais. Seuls les petits boutons qu'ils laissaient sur sa peau dorée lui permettaient de savoir qu'on lui avait rendu une petite visite.

« Non, ne t'en fais pas. »

Un frisson violent descendu son échine en rappel quand les doigts de l'homme se collèrent à sa nuque. Comment faisait il pour avoir la peau aussi froide alors qu'il baignait dans une eau très chaude, sous un soleil de plomb ? Mais il sentait si bon, l'intérieur de son poignet diffusait une délicieuse effluve, qui lui donnait presque envie de lécher sa peau fine. Même ses veines, plutôt bleues, étaient appétissantes…

Kalem se recula, ce que déplora Allic, mais leur instant n'était pas terminé. Ils étaient toujours très proches et il n'y avait qu'une petite serviette à retirer pour… L'homme interrompit sa phrase pour se frapper le bras. Allic, d'abord abasourdi par ce geste, compris rapidement que la guêpe avait trouvé une autre victime. Apparemment, celle-ci était plus appétissante. Non, c'était une guêpe et Kalem n'était pas une fleur, il ne pouvait pas lui être appétissant. Cela dit, il sentait si bon, peut-être qu'un insecte pouvait faire la confusion.  
Le pauvre jeune homme se retrouva harcelé par l'insecte, qui échappait habilement à ses attaques. Allic se dit qu'il était trop dangereux de tirer dessus. Mais s'il atteignait la guêpe, Kalem risquait d'être gravement blessé. Et de toute façon, il n'avait pas d'arme avec lui.
Une série de vibrations fit trembler ses cuisses. Il ramassa son téléphone et consulta la longue liste de messages que Mouloud lui avait laissé. Ils avaient un ton paniqué pour les certains, d'autres transmettaient parfaitement la colère de son ami. Quand il tomba sur celui qui lui révélait la raison de ces appels intempestifs, Allic blêmit brutalement et sa gorge se dessécha.

Il entendit un gros « plouf » et quelques gouttes giclèrent sur son écran. Kalem était en difficulté avec la guêpe tandis que lui vivait son drame personnel. La voix de son compagnon lui parvint de très loin et il mit du temps avant de tourner la tête vers lui. Qu'il était sexy, avec les cheveux trempés… Il aurait aimé le rejoindre dans la piscine. Mais d'abord, l'interphone, pour le Champagne. Non ! D'abord, il devait…

Allic secoua la tête et, à regret, se leva.

« Non, désolé, je dois y aller. Je dois… C'est à cause de... »

Il ne trouvait plus ses mots et s'aperçut qu'il était en état de choc. Peu importait, il allait tout de même conduire à toute vitesse jusqu'à chez lui, ça ne pouvait pas attendre. Mais il n'aurait jamais pu prévoir un tel événement… Dire que ce matin… Un signe, alors ? Il devait arrêter de penser, il devait juste filer.

« Au revoir et merci. Pour tout ça. »

Voilà, le minimum de la politesse. Il s'habilla rapidement, ses lacets noués en vitesse et sa chemise roulée en boule sous son bras. Urgence, devait il se souvenir. Il y avait urgence. Quelque chose essayait de le retenir ici. Son idiotie, certainement. Quand il regarda Kalem une nouvelle fois, il sentit l'appel de la piscine plus fort que jamais.

« Au revoir, » s'obligea-t-il à prononcer une dernière fois avant de filer à toute vitesse.


Il avait dû provoquer quelques accidents sur la route mais lui n'avait rien quand il débarqua dans la villa par la porte d'entrée grande ouverte. Une sensation désagréable de déjà-vu au creux du ventre, il avala l'escalier en trébuchant plusieurs fois à cause de l'émotion. Sur son passage, les mafieux étaient affligés par le chagrin. Et quand il entra dans la chambre, comme il l'avait fait la semaine passée. Sauf que Tony n'était pas mourant.
Allic se jeta sur le corps de son ami. Trop blanc, trop figé. Les larmes n'arrivaient pas à couler. Il était juste terriblement en colère. Et quelqu'un allait payer.
Un coup de feu résonna dans l'entrée. Parfait. Il allait pouvoir se défouler. Allic se redressa, saisit l'arme de Tony déposée sur sa table de nuit et partit à grandes enjambées hors de la pièce.  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon meilleur ennemi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon meilleur ennemi [PV Merlin]
» Le meilleur ennemi du chat.
» Votre meilleur trade et votre pire!
» Il faut parfois frapper fort pour desarconner son ennemi.
» La meilleur façon de se reposer pour un feignant, c'est de travailler [ En cours ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires vampires vampires : infection :: Train des Trois Cités :: Ancienne gare de la Cyber Junkyard : vieilleries :: * Sujets terminés-